Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

La très petite poussière cosmique qui nous sert de piédestal (André Leroi-Gourhan)

16 Décembre 2013 , Rédigé par Béthune

"On est venu récemment à cette constatation que le monde vivant est intoxiqué jusqu'au fond des océans, que l'existence d'une humanité poussée jusqu'à la multiplication exponentielle deviendra rapidement incompatible avec la survie de l'univers vivant et minéral qui lui sert de support.

Il n'est pas question de remettre en cause le progrès technique, mais il devrait être fortement question de s'en servir pour une gestion sinon rationnelle, du moins raisonnable du capital terrestre, capital humain et capital naturel. Quoiqu'on ne puisse séparer le naturel de l'humain puisque la déviation des rapports entre l'un et l'autre est à l'origine de la maladie des civilisations, il est urgent d'attirer l'attention sur ce que la fraction  d'apparence la moins utilitaire des sciences humaines pourrait apporter à l'élaboration pratique d'un plan de gestion cohérente de la très petite poussière cosmique qui nous sert de piédestal.

Une telle attitude pourrait paraître ambitieuse si elle n'était dictée par l'extrême urgence qu'il y a d'intervenir dans un processus qui conduit à des catastrophes irréversibles. Le progrès des sciences montre clairement que dans bien des siècles et peut-être jamais, l'humanité ne trouvera de planète de rechange. Il montre en tout cas que ce n'est pas dans plusieurs générations que les problèmes vitaux se poseront, mais que dans quelques courtes années il sera déjà trop tard pour récupérer un équilibre total.

 

André Leroi-Gourhan, Plaidoyer pour une discipline inutile, les Sciences de l'homme. In: Les Racines du monde - Entretiens avec Claude-Henri Rocquet, Pierre Belfond, Paris, 1982. Article paru à l'origine dans le journal Le Monde (27 mars 1974).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :