Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

L'homme est-il la mesure de toutes choses ?

7 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

St-Fran-ois-d-Assise.jpg

St François d'Assise parlant aux oiseaux

L'homme est-il la mesure de toutes choses ? comme le prétendait Protagoras, sophiste grec du Ve siècle avant J.-C. ? L'homme n'est qu'une espèce parmi les centaines de milliers qui habitent la planète appelée "Terre". Si l'homme est la mesure de toutes choses, alors le chêne, qui vit dix siècles, l'est aussi, comme le papillon, qui ne vit que quelques semaines, ou comme l'éphémère, qui ne vit que quelques jours. L'orchidée Platanthera chlorantha, à l'exquis parfum, qui fleurit en ce moment sur les talus forestiers d'Ile de France, le bouvreuil à la gorge pivoine parmi les chatons d'un saule en fleur un matin de printemps, le rouge-queue noir qui pousse son cri grinçant du faîte d'un toit, le chamois, la salamandre tachetée, le lichen Rhizocarpon geographica qui tapisse de jaune et noir les rochers nordiques, l'Ericacée Kalmia polifolia dont les délicates fleurs rose foncé décorent la toundra, le bélouga, l'orang-outang, le brochet, le lézard vert, la libellule, etc., chacune des espèces vivantes, animale ou végétale, est la mesure de toutes choses, comme le sont aussil'air,  l'eau ou le feu. Pour ne parler que de notre planète Terre, car nous faisons partie du système solaire, qui fait-lui même partie de la Galaxie de la Voie Lactée, qui fait elle-même partie du Super-amas de la Vierge, et il n'y a aucune raison de penser que la vie n'existe pas ou n'ait pas existé ailleurs dans l'univers.

Dire que l'homme est la mesure de toutes choses est donc une affirmation irréaliste, illusoire et orgueilleuse de la part de l'homme, ou plutôt de quelques-uns de ses représentants, et qui a pour effet de le séparer de la nature et du cosmos et de légitimer son pouvoir despotique sur les autres êtres vivants et sur le délicat équilibre, comme le climat, qui unit ce qui est.

Cette pensée humaniste et moderne, typiquement occidentale, s'oppose à la pensée cosmique, sauvage et typiquement asiatique, elle-même héritière de la pensée préhistorique. Elle est d'autant plus absurde et folle que, lorsqu'un homme meurt, son corps se décompose et se (re) transforme en une chaîne infinie d'autres êtres vivants, les plus variés, tandis que son esprit se fond dans l'Esprit de la nature, qui anime toutes choses.

Car

 

Comme l'homme fait partie de la nature, l'esprit de l'homme fait partie de l'Esprit de la Nature.

由于人是性的一部分,人的精神是性之灵的一部分

Yóuyú rén shì Xìngzhì de yībùfèn, rén de jīngshén shì Xìngzhì zhī líng de yībùfèn*

 

La mort est une renaissance, aussi bien physique que spirituelle.

L'Humanité n'existe donc pas, sinon dans notre imagination. Chaque être humain n'est être humain que l'espace de quelques années ou dizaines d'années. De même que l'homme actuel n'est qu'une étape dans une longue évolution qui l'a fait naître dans l'océan global, devenir un petit mammifère de la canopée puis hominidé bipède. Evolution exprimée en raccourci dans celle de l'embryon et du foetus humain, Nous sommes ainsi appelés à redevenir arbre, insecte, oiseau, poisson, mammifère, plante, nématode, bactérie, dans une suite ininterrompue de métamorphoses et, à y bien réfléchir, nous devrions nous sentir plus proches de tous nos autres frères naturels que des autres hommes. Car qui est plus différent d'un homme qu'un autre homme ? Les arbres, les insectes, les oiseaux, les poissons, les mammifères sauvages, les plantes, les nématodes,  les bactéries, humblement, ne se comportent pas comme si chacun d'eux était "la mesure du monde". Ils appartiennent aux écosystèmes qui forment la nature. "Le Grand Ensemblier", comme disait l'institutrice Isabelle dans Intermezzo de Giraudoux...

L'affirmation de Protagoras est donc contraire à toute vraie sagesse. La vraie sagesse consiste à aimer la nature plus que l'homme.

Pierre-Olivier Combelles

*P.O.C.

 

Le rêve du printemps dans un abri géodique mésolithique de l'antique Forêt des Carnutes...

Le rêve du printemps dans un abri géodique mésolithique de l'antique Forêt des Carnutes...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :