Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Se "regonfler" contre un chêne (Henri Vincenot)

5 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

Chêne foudroyé du site mésolithique des Vindrins nov 201

Chêne foudroyé qui a survécu. Forêt de Rambouillet (Yvelines)

Photo: Pierre-Olivier Combelles

 

« Si jamais tu es patraque, me disait le grand-père Sandrot, mets-toi le dos contre un beau chêne de futaie (chêne sauvage qui a poussé tout seul) ou un « moderne » de belle venue (chêne qui a été planté). Colle-toi les talons, les fesses, le dos et le « creuteu » (la partie postérieure du crane, l'occiput) contre le tronc, tourné vers le sud, la paume des mains bien à plat sur l'écorce, et restes-y aussi longtemps que tu pourras…une heure, si tu en a la patience : Guari ! Regonflé à péter que tu seras ! Regonflé de quoi ? Regonflé de vie, garçon ! Et c'est facile à comprendre : l'arbre suce sa vie dans la terre, ça remonte par ses racines et par son tronc, et il la suce aussi dans le ciel par ses feuilles, et ça descend par ses branches. Ca circule dans les deux sens, tu comprends ? Et toi tu te requinques au passage ! C'est comme ça qu'ils se regôgnaient nos anciens ! ».

Henri Vincenot (La Billebaude, Gallimard Folio N° 1370, p. 139)

 

Chênes rouvres en automne. Forêt de Rambouillet (Yvelines)

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :