Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Nouvelles du Pérou et de Pitunilla (2006-2014) par Pierre-Olivier Combelles (Le Courrier de la Nature N°283, mai-juin 2014)

31 Juillet 2014 , Rédigé par Béthune

http://www.snpn.com/IMG/jpg/CN283001.jpg

http://www.snpn.com/spip.php?article2064

 

 

Nouvelles des Andes et du Pérou (2006-2014)

 

par Pierre-Olivier Combelles

 

Naturaliste, écrivain, ancien membre du Laboratoire d'Ethnobiologie-Biogéographie du Muséum national d'Histoire naturelle (Paris), Président de l'Institut Andin d'Études Ethnobiologiques (Association Loi 1901)

 

(début)

 

Dans le N°226 du Courrier de la Nature (mai-juin 2006), j'avais publié avec mon épouse Katia Humala Tasso un article intitulé «Flore et faune d'une vallée de la cordillère des Andes méridionales du Pérou» dans lequel nous présentions le milieu naturel et les cultures des environs de Pitunilla, le domaine agricole et centre de recherches naturalistes où nous vivions depuis 2004.

Huit ans plus tard, une actualisation semble nécessaire; à la fois pour informer de l'état de nos activités et de nos projets, mais surtout parce que la situation dans la région et au Pérou a évolué dramatiquement avec le développement de l'extractivisme comme dans l'ensemble de l'Amérique latine.1

Une grande mine d'or et d'argent à ciel ouvert, Breapampa, appartenant au joint-venture américano-péruvien Newmont-Buenaventura, a démarré en effet son exploitation en 2012 au sommet de la montagne qui domine le village voisin de Chumpi, à quelques kilomètres de Pitunilla.

 

1Henry Veltmeyer & James Petras: The New Extractivism. A Post-Neoliberal Development Model or Imperialism of the Twenty-First Century? . Zed Books, 2014.

(fin)

 

L'animisme et la cosmologie antiques subsistent en effet, cachés et secrets, parmi les Indiens paysans des Andes, hommes de la terre et de la tradition. En vivant sur place parmi eux, on finit par les découvrir peu à peu. Comme par exemple le culte des illya, représentations archétypiques des animaux d'élevage, qu'on enterre cérémonieusement sous certains rochers. Ou celui des apus, les esprits de la montagne. Car ce que nous avons expérimenté, c'est que, dans les Andes, comme en Asie1 et comme vraisemblablement comme dans toute la Préhistoire, la montagne est un espace sacré, celui des morts et des esprits, et symbole de toute sagesse. Les sacrifices humains (capacocha) et les fêtes du retour des Pléiades dans les névés, à plus de 5000 m d'altitude, et les cairns (apachetas) toujours présents sur les cols, en étaient les principales manifestations.

C'est pour cela que l'exploitation minière au sommet des montagnes est pire qu'un crime contre la nature, contre les hommes et contre l'agriculture nourricière, c'est un sacrilège. Car, comme l'Arbre, la montagne cosmique est l'Axis Mundi2

 

1John Lagerwey, Le continent des esprits – La Chine dans le miroir du taoïsme. Maisonneuve & Larose, 1993.

2Mircea Eliade, Le Sacré et le Profane, Paris, Gallimard, 1956.

 

A compléter avec la lecture du texte clairvoyant:Humala y el movimiento indigena du leader paysan et écologiste Hugo Blanco qui fait le lien entre la politique de l'actuel Président du Pérou Ollanta Humala Tasso, ancien militaire, champion souriant, discret et très efficace de l'extractivisme, et de son épouse Nadine Heredia, tous deux appartenant à des familles d'anciens hacendados, et la politique de l'Etat péruvien et des militaires contre les indigènes et pour la protection des hacendados, y compris pendant le régime nationaliste et pro-soviétique du Général Juan Velasco Alvarado (1968-1975):

http://www.anticapitalistas.org/node/1355

Colons esclavagistes, exploiteurs sans pitié de la terre et des peuples aborigènes au nom de l'inique principe du droit espagnol et romain: "la propriété est le droit d'user et d'abuser" (Dominium est jus utendi et abutendi, quatenùs juris ratio patitur), les hacendados étaient tout désignés pour organiser, à travers leurs descendants, l'extractivisme dans leur "nation", c'est à dire le pillage de la nature et la spoliation et la destruction des  peuples traditionnels.

P.O.C.

 

Un autre éclairage très critique par Gérald Lebrun qui commentait un article dithyrambique sur Evo Morales, Président de Bolivie, sur le site Le  Grand Soir:

"Cette image idyllique des président Evo Morales de Bolivie ou de Rafael Correa en Equateur que l’on essaie de nous imposer ne correspond pas ou plus exactement à la réalité. On nous les présente systématiquement en Europe comme socialistes, alors que ni l’Equateur, ni la Bolivie ne sont des états socialistes. On nous les présente comme indigénistes alors que depuis 2010, on constate un durcissement croissant de la répression contre les communautés autochtones qui s’opposent aux projets des gouvernements en matière d’infrastructure et de concessions aux multinationales minières et pétrolières est notoire (l’exemple du TIPNIS en Bolivie, ou récemment les condamnations à des peines de prison allant jusqu’à 12 ans pour délit de « terrorisme et sabotage » à l’encontre de dirigeants communautaires en Equateur, simplement pour s’opposer à des concessions minières ou pétrolières).
Evo Morales et Rafael Correa sont également présentés comme des nationalistes, c’est-à-dire des opposants à la mega puissance du Nord, là encore cela fait sourire quand l’on sait que cette année (2013) les lois minières ont été modifiées (presque plus de contrôle environnementaux et surtout plus de consultations préalables des populations affectées) afin de permettre les investissements miniers des multinationales étrangères et en particulier Nord Américaines.
Bien sûr si vous le souhaitez, je tiens à votre disposition toutes les sources (essentiellement en espagnol ou en anglais) pour justifier de mes propos.
Je rappelle également, que sur son blog estival Jean-Luc Mélenchon avait rajouté également Ollanta Humala président du Pérou dans la liste des bons élèves, cautionnant ainsi toute sa politique de répression, de corruption généralisée et de mise en coupe réglée du pays."

Source: http://www.legrandsoir.info/le-sommet-de-cochabamba-bolivia-s-est-termine-par-un-rassemblement-d-un-million-de-personnes.html

 

Sur le même sujet:

Más de 100 organizaciones internacionales cuestionan liderazgo peruano de la COP 20

http://servindi.org/actualidad/108572

 

Partager cet article

Repost 0