Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

La voie et la voix des arbres

17 Mai 2015 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Chêne pédonculé foudroyé qui a survécu. Dans l'Antiquité, le chêne était l'arbre sacré de Donar-Thor, de Jupiter, dieux du tonnerre, de la foudre et de l'éclair: des forces du Ciel. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Chêne pédonculé foudroyé qui a survécu. Dans l'Antiquité, le chêne était l'arbre sacré de Donar-Thor, de Jupiter, dieux du tonnerre, de la foudre et de l'éclair: des forces du Ciel. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Comprendre les plantes nécessite une révolution intellectuelle. Mais spirituelle aussi. C'est très difficile pour un Occidental, à moins d'être poète, sage ou fou, ou d'avoir largué les amarres avec notre civilisation en allant étudier les forêts tropicales humides, et surtout en les aimant, comme l'a fait Francis Hallé. Oui, c'est très difficile pour un Occidental car, presque tous, nous avons oublié nos origines. Pas seulement les plus lointaines bien sûr, lorsque la canopée était notre habitat, mais bien plus récente, lorsque nos ancêtres du Mésolithique vivaient de la chasse, de la pêche et de la cueillette dans un environnement qui n'avait pas été encore modifié par l'agriculture, l'élevage puis par la civilisation industrielle et citadine et la surpopulation. Les Gaulois vivaient encore largement de la forêt. Ils adoraient les forces de la nature: la foudre, les sources, les arbres. La romanisation et la christianisation, puis l'apparition de l'"ordre marchand" (J.-F. Billeter: "Chine trois fois muette") à la Renaissance bouleversèrent profondément notre relation avec la nature. Cette relation filiale et fraternelle existe encore en Asie, où elle subit l'énorme pression de la "modernité" et de cet ordre marchand venus d'Occident. Il suffit de voir l'immense succès d'un livre comme "Kokka no Hinkaku" (La dignité d'une nation) du mathématicien japonais Masahiko Fujiwara, il y a quelques années, pour comprendre la nostagie des valeurs morales traditionnelles ("aimaï", "sokuin": compassion, entraide) qui s'étendaient à la nature tout entière. Lisez "La Voie des Fleurs" de Gusty L. Herrigel pour vous en convaincre: on ne coupe pas une fleur sauvage au Japon et l'art floral y est un art de samouraï (et une Voie vers la sagesse: "dô"). C'est pour cela que Francis Hallé est un sage, un sage qui a inventé un art, une science et une sagesse: la Voie des arbres. On pourrait dire aussi : "La voix des arbres".
P.O. Combelles
 
Commentaire (19/11/2013) à un article d'Olivier Le Naire sur Francis Hallé dans l'Express:
 
"La canopée, c'est le vrai visage de la forêt tropicale" (Francis Hallé, Versailles, 2015).

"La canopée, c'est le vrai visage de la forêt tropicale" (Francis Hallé, Versailles, 2015).

Comprendre les arbres, les plantes, mais aussi les animaux, tous les êtres vivants, et les Éléments: l'eau, l'air, le feu, la terre. Comprendre, au sens de "sympathie", "accord", car il faut reconnaître que la Nature est un secret et un mystère. Peinture coréenne.

Comprendre les arbres, les plantes, mais aussi les animaux, tous les êtres vivants, et les Éléments: l'eau, l'air, le feu, la terre. Comprendre, au sens de "sympathie", "accord", car il faut reconnaître que la Nature est un secret et un mystère. Peinture coréenne.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :