Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

L'homme a besoin de la forêt, mais la forêt n'a pas besoin de l'homme

10 Juin 2015 , Rédigé par POC

Le bois des Vindrins (Forêt domaniale de Rambouillet) après la coupe. Seuls sont laissés en place les "semenciers". Photo: Pierre-Olivier Combelles ( Vindrins, 7 juin 2015)


Une parcelle a été mise en coupe par l'ONF dans la partie domaniale du bois des Vindrins, entre le Carrefour du Chêne aux Loups et le Poteau des Vindrins. Les chênes, charmes et hêtres ont été coupés, laissant sur pied des "semenciers" qui seront abattus eux aussi dans quelques années. Le sol de la forêt est dévasté par les engins mécaniques. D'après un témoignage recueilli sur place, le bois partirait à destination de la Chine. Un comble lorsqu'on sait qu'il reviendra chez nous transformé en meubles vendus au prix fort, alors que le chômage ne cesse d'augmenter en France, même dans la filière bois.
La forêt française n'est plus un patrimoine naturel abritant une multitude d'animaux et de plantes, agissant bénéfiquement sur le climat, l'air et le sol, ni une source de matériaux utilisables pour la population locale et nationale; elle est devenue un pur objet de profit et de spéculation financière. (...)

Pierre-Olivier Combelles

Suite de l'article sur le site de l'association Auffargis-Environnement: http://auffargisenvironnement.blogspot.fr/

 

Bois : les Chinois à l'assaut des forêts de l'Oise
Le Parisien | 09 Mai 2013, 04h49

(...) Le bois sur pied chargé ce jour-là partira le jour même en direction du Havre, avant d'être envoyé en Chine via les porte-conteneurs. « Des chargements comme celui-ci, il y en a de plus en plus. Ce pays est devenu un importateur incontournable », observe le professionnel. Le hêtre et le chêne, qui composent la majorité des forêts du département, sont les deux essences les plus prisées par les Chinois.
La hausse des prix met à mal les scieries locales
« Ils n'en ont pas chez eux. Et pour des raisons environnementales, ils ne peuvent plus se contenter de leurs forêts. Ils viennent donc chez nous », confirme Laurent Denormandie, président de la Fédération nationale de bois et fondateur de Sylvabois, exploitation forestière basée à Compiègne. Le hêtre leur sert pour l'aménagement intérieur de leur maison. Quant au chêne, qu'ils importent principalement d'Amérique et de France, ils le transforment et le renvoient sous forme de meubles et de parquets. « C'est possible parce que ce pays taxe peu l'importation de grumes, mais beaucoup les produits transformés. A contrario, en Europe, rien n'est protégé », regrette Laurent Denormandie. (...)

http://www.leparisien.fr/pierrefonds-60350/les-chinois-a-l-assaut-des-forets-de-l-oise-09-05-2013-2790023.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Furl%3Fsa%3Dt%24rct%3Dj%24q%3D%24esrc%3Ds%24source%3Dweb%24cd%3D1%24ved%3D0CCEQFjAA%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Fpierrefonds-60350%252Fles-chinois-a-l-assaut-des-forets-de-l-oise-09-05-2013-2790023.php%24ei%3DPVGZVaGoFIWxUdr6iJgG%24usg%3DAFQjCNFxfl1YGHJi2-J2nu7F3fI8hX2-Xg%24sig2%3D2YwC6hrgPi7MmOwKoPRupQ

La société Sylvabois (voir article du Parisien ci-dessus) exploite la coupe du Bois des Vindrins. Photo: Pierre-Olivier Combelles, route du Chêne aux Loups, 5 juillet 2015.

 

Francis Hallé: entretien avec Sciences et avenir (mars 2007)

 

Partager cet article

Repost 0