Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Le gouvernement japonais demande la fermeture de tous les départements de sciences humaines et sociales des universités (Horizons et Débats)

11 Octobre 2015 , Rédigé par POC

Sakura, chanson traditionnelle japonaise

jpv. Un coup de tonnerre au Japon. Au moins 26 universités ont déjà accepté de fermer leurs départements de sciences humaines et sociales ou du moins de diminuer leurs activités. 17 d’entre-elles ont indiqué de ne plus accepter de nouveaux étudiants dans ces filières.
Le 8 juin, le ministre japonais de l’Education nationale Hakubun Shimomura a demandé aux présidents des 86 universités du pays d’«accélérer la suppression des départements de sciences sociales et d’humanités ou de les transformer en départements répondant mieux aux besoins de la société», car il faut «se concentrer sur des domaines d’enseignements utiles à l’économie».
L’opposition à ces mesures ne s’est pas fait attendre. Notamment le Conseil scientifique du Japon a exprimé en août sa «vive préoccupation d’une telle directive sur le futur de la discipline des sciences humaines et sociales. Les plus prestigieuses universités du pays, celles de Tokyo et Kyoto, ont déclaré qu’elles n’appliqueraient pas les directives gouvernementales.
Certains observateurs au Japon craignent cependant que des pressions financières soient exercées sur les établissements pour les contraindre à adopter cette politique. La demande du ministre de l’Education nationale correspond à la vision du Premier ministre conservateur Shinzo Abe qui considère que «l’éducation doit s’adapter aux besoins de la société». Dans un discours à l’OCDE en 2014, il avait ainsi déclaré «plutôt que d’approfondir les recherches universitaires hautement théoriques, nous encouragerons une éducation plus technique et professionnelle qui anticipe mieux les besoins de la société».

Sources: Résumé d’une information parue dans «Le Monde» et «Le Figaro» du 17 et 18 septembre 2015

http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4740

A lire aussi, dans ce dernier numéro de la revue suisse:

De nouvelles armes nucléaires américaines en Allemagne – le réarmement secret
par Herbert Klar et Ulrich Stoll http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4733

Et sur la résistance à la civilisation marchande et au renouveau du nationalisme et du militarisme japonais, au nom des valeurs traditionnelles du Bushidô: Kokka no Hinkaku (La dignité de la nation), par le mathématicien japonais masahiko Fujiwara:

http://pocombelles.over-blog.com/article-a-propos-du-chant-des-grillons-de-masahiko-fujiwara-kokka-no-hinkaku-112219166.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Masahiko_Fujiwara

"la Dignité de la nation (japonais : 国家の品格 ; rōmaji : Kokka no Hinkaku) qui fut, avec Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, l'un des deux livres les plus vendus au Japon pour l’année 2006 mais qui n’a pas été traduit en français."

http://www.japantimes.co.jp/culture/2007/07/08/books/book-reviews/a-question-of-dignity-or-cause-for-embarrassment/#.VhoP_W58GWY

L'immense succès de Kokka no Hinkaku au Japon n'a eu presque aucun retentissement à l'étranger malgré la sympathie qu'il aurait pu susciter: il a été totalement passé sous silence dans les mass media ou, dans les très rares compte-rendus cemme celui-ci, traité avec mépris.

Aïmaï, Sokuin

14 Octobre 2013 , Rédigé par POC

http://pocombelles.over-blog.com/2013/10/a%C3%AFma%C3%AF-sokuin.html

 

Le professeur Masahiko Fujiwara est un mathématicien japonais. Il appartient à une famille d'écrivains très connue au Japon. En 2006, il a publié un livre qui a eu un énorme retentissement au Japon: Kokka no Hinkaku (La Dignité de la Nation / de l'Etat), vendu à plus de 2,6 millions d'exemplaires. Il remettait en cause l'occidentalisation et l'américanisation du Japon, responsables entre autres, du militarisme japonais à partir de la première guerre sino-japonaise (1894-1895)*. Il a été immédiatement attaqué dans les médias occidentaux, surtout étatsuniens, car en Europe on n'a pratiquement pas parlé du livre, la remise en cause de l'hégémonie étatsunienne et de la "Raison marchande"** étant taboue.

Dans son livre, il parle des deux vertus qui régissaient l'ancienne société japonaise: aïmaï (le sens poli et humain, l'effort de comprendre l'autre) et sokuin (la compassion pour autrui).

Le Pr. Fujiwara écrit: "Ce n'est pas la puissance économique ni militaire qui peut donner un sentiment de fierté du pays aux Japonais, c'est plutôt sa culture et son histoire. Il faut renforcer l'apprentisage de la langue japonaise dès l'école primaire pour que les enfants aiment lire. Notamment, la compassion ("sokuin") ne peut être enseignée que par l'étude de la littérature".

Il ajoute: "Le coeur reste plus important que la raison, la langue japonaise est donc bien plus importante que l'anglais, et le "bushido" est bien plus important que la démocratie".

Un auteur français a pu écrire justement: "Le Japon est passé d'une société "aïmaï" fondée essentiellement sur l'art et la morale (l'époque des samouraï) à une société "moderne" basée sur la science et la raison (l'époque des "Businessmen") depuis l'ouverture du pas sur le reste du monde vers 1860. Mais la construction de la société japonaise de façon scientifique a pris toute son ampleur à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale. En effet, le Japon vaincu par la supériorié scientifique des étrangers (grâce à l'arme atomique) s'et résigné à faire de la science son nouveau maître. Le pire ennemi est ainsi devenu le meilleur disciple du développement industriel et commercial du monde auprès des Etats-Unis."

Pierre-Olivier Combelles

* Et des atrocités commises par les Japonais au cours des guerres qui ont suivi, comme ces 200.000 femmes chinoises, coréennes et philippines enrôlées de force dans les bordels de l'armée nippone durant la Seconde Guerre mondiale, et dont le scandale est toujours bien présent: http://www.europe1.fr/International/Le-maire-d-Osaka-justifie-les-esclaves-sexuelles-1516515/

** Selon le sinologue et philosophe suisse Jean-François Billeter, c'est la "Raison marchande " apparue en Occident à la Renaissance qui régit depuis depuis le monde moderne et qui est la principale cause de tous ses maux.

Partager cet article

Repost 0