Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Fukushima : conséquences de la radioactivité sur la faune (Pierre Fetet/Fukushima Blog)

19 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Dessin de Julien Loïs

Dessin de Julien Loïs

Les études scientifiques menées suite à la catastrophe de Fukushima révèlent petit à petit les conséquences de la radioactivité sur le vivant et en particulier sur la faune. Bien que publiées, elles restent néanmoins peu diffusées. C’est pourquoi je voudrais mettre un coup de projecteur sur certaines d’entre elles et faire connaître diverses observations dont on n’entend peu parler, afin de contrer cet espèce d’optimisme idiot qui consisterait à toujours relativiser les conséquences des faibles doses sur la vie. Toute dose de radioactivité, aussi faible soit elle, a des effets sur le vivant : les rayons ionisants cassent les molécules d’ADN.

Conclusion provisoire

Les conséquences de la radioactivité sur les animaux sont donc visibles pour qui veut bien se donner la peine d’observer ce qui se passe. Dans cet article, je ne me suis penché que sur quelques animaux (il y aurait d’autres cas à développer : le déclin de la population des cigales, l’augmentation de la cataracte des rongeurs, etc.). Les scientifiques pourraient faire des études similaires sur ce drôle d’animal qu’est l’homme, mais ce n’est pas politiquement correct.

Pourtant cela a déjà été fait, à Hiroshima et Nagasaki, à Tchernobyl. Par exemple, des études menées entre 1993 et 1998 sur des enfants ukrainiens avaient permis d’observer une baisse des globules sanguins, ce qui avait pu être relié à l’exposition de chaque enfant aux niveaux de césium selon son lieu de résidence. Pourtant, à Tokyo, de 2011 à 2014, le docteur Mita a observé que les globules blancs, spécialement les neutrophiles, diminuaient chez les enfants de moins de 10 ans (ce qui l’a poussé à déménager et à demander à ses patients de quitter cette ville). Mais non, il ne faut rien dire, il ne faut rien chercher.

Au Japon, le déni du danger est de mise. La seule mention d’un saignement de nez dans un manga peut provoquer une affaire nationale * et une censure… Il n’est pas bien vu de parler des conséquences négatives de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi. Il faut reconstruire, il faut oublier, il faut penser à l’avenir. Institutionnellement, on accepte une seule étude, celle du suivi des thyroïdes des enfants de Fukushima. C’est l’étude paravent qui cache la forêt de mensonges. Et encore, malgré 131 cancers confirmés en juin 2016, les scientifiques officiels nippons se refusent d’y voir les effets de la radioactivité.

Pierre Fetet

 

Lisez l'article complet sur le site Fukushima Blog: http://www.fukushima-blog.com/

* Fukushima: les petites bulles explosives du manga "Oishinbo" : http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/fukushima-les-petites-bulles-explosives-du-manga-oishinbo_1537447.html

Et pendant ce temps-là, en Amérique du sud...

... il y a des Présidents en Amérique latine assez inconscients, assez indifférents au sort de la nature et des peuples et assez irresponsables pour lancer "leur" (?) pays, la Bolivie, pourtant un des hauts-lieux de la biodiversité mondiale, dans le nucléaire:

http://www.energiesosfutur.org/?p=4189

http://pocombelles.over-blog.com/2014/01/le-nucl%C3%A9aire-en-bolivie.html

http://pocombelles.over-blog.com/2013/11/lettre-du-botaniste-stephan-beck-au-pr%C3%A9sident-de-bolivie-evo-morales.html

https://live.ft.com/Events/2015/Investing-in-the-New-Bolivia-Summit

"La même classe dirigeante criminelle" (Felipe Quispe)

 

Un guide d’autodéfense intellectuelle contre le nucléaire:

https://reporterre.net/Un-guide-d-autodefense-intellectuelle-contre-le-nucleaire

El ex dirigente de la CSUTCB, Felipe Quispe, afirmó que no hubo grandes cambios en la vida de los campesinos, con el gobierno de Evo Morales, que el objetivo era mayor con un gobierno campesino. El dirigente dice que el país sigue gobernado por "la misma elite dominante, ESA MISMA CASTA CRIMINAL".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :