Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Le yachting à voiles, par Madame de la Mer: Virginie Hériot

13 Janvier 2017 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Collection: Famille Combelles à Domino (Ile d'Oléron)

Collection: Famille Combelles à Domino (Ile d'Oléron)

Le yachting à voiles, par Madame de la Mer: Virginie Hériot
Le yachting à voiles, par Madame de la Mer: Virginie Hériot
Le yachting à voiles, par Madame de la Mer: Virginie Hériot

L'instinct français, toujours épris d'élégance et de beauté...

Virginie Hériot

Préface, Le yachting à voiles.

 

En mer – impressions et souvenirs –, de Virginie Hériot, Fasquelle, Paris, 1933.

PREFACE

    C'est aimer peu que de pouvoir dire combien l'on aime. Madame Virginie Hériot donna un démenti à Pétrarque. Le mot de passion est insuffisant pour qualifier le sentiment que lui inspira la mer et elle a voulu l'insuffler à tous. Elle a vécu pour cet amour, elle s'est sacrifiée pour lui. 
    Les brutalités et les fureurs de la mer furent pardonnées; elle les excusa en montrant leur grandeur et leur force qui fait mieux apprécier la douceur de ses caresses. Restée femme malgré le rôle viril qu'elle s'était assigné, elle aima en femme sans défaillance, sans restriction, sachant lutter contre les emportements, transformant les défauts en qualités.
    Son culte s'étendit à tout ce qui se rapporte à l'élément marin ; les rivages qu'il baigne, les murmures ou les fracas de ses flots tranquilles ou déchaînés suivant son humeur versatile ; les hameaux et les villes qui vivent par lui ou pour lui, tirant de lui leur caractère et leur originalité.
    Avec l'horizon qui recule, ces ornements immuables varient d'aspect par les caprices de la voûte céleste, parure changeante, robe sombre ou éclatante.
    Madame Virginie Hériot a voulu faire partager sa foi. Décrire les beautés de la mer ne lui suffisait pas ; elle tenait aussi à affirmer son rôle bienfaisant, l'empreinte dont elle marque les siens, exaltant chez eux les sentiments d'honneur, de courage et de dévouement, et même son action dans l'équilibre mondial et la prospérité des nations.
    Si notre pays aime la mer, il sera plus grand et plus fort. France et Mer étaient inséparables dans le cœur de l'auteur des Impressions et Souvenirs maritimes. Glorifiant notre marine militaire, plaidant la cause de nos marines de plaisance, de commerce, de pêche, encourageant les explorations et les entreprises scientifiques, mécène de la Marine française, elle a voué sa vie à cet Idéal. Inlassable apôtre, elle poursuivit sa mission en donnant l'exemple... jusqu'à la mort.
    "Ce que femme veut Dieu le veut." Madame Virginie Hériot savait vouloir. Ce livre est un de ses derniers pas dans la voie qu'elle suivait ; mais la route est tracée. Là où de rudes marins auraient échoué, la femme frêle a su aboutir.

    Jean Baptiste Charcot
    Le Commandant Charcot est mort en mer, le 16 septembre 1936, dans une violente tempête cyclonique, sur les récifs d'Alftanes au large de Reykjavik.

       

      "Virginie Claire Désirée Marie Hériot (25 juillet 1890-28 août 1932) était une navigatrice française, championne olympique de voile en 1928. Elle a contribué à la promotion de ce sport et sera reconnue comme une « ambassadrice de la marine française », ce qui lui vaudra également le surnom poétique de « Madame de la Mer ».

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_H%C3%A9riot

      "Née en 1890, Virginie Hériot participe dès l'âge de 14 ans à sa première grande croisière au cours de laquelle elle a la chance de rencontrer le célèbre commandant Pierre Loti.
      Profondément bouleversée, elle acquiert dès lors la certitude qu'elle sera "marine". Elle fait construire son premier yacht de course en 1912, mais la guerre interrompt ses navigations. Le conflit terminé, elle achète une goélette, L'Ailée, qui devient sa demeure et fait également construire des bateaux de compétition sur lesquels elle s'entraîne à régater.
      Sa personnalité et sa fortune sont telles qu'elle peut imposer sa présence dans une activité jusque-là typiquement masculine. En 1928, tous ses efforts payent puisqu'elle remporte une médaille d'or aux Jeux Olympiques ! Son prestige est immense chez tous les amateurs de voile.
      Elle collectionne alors les surnoms: "Madame de la Mer" pour le poète Tagore, "le matelot Virginie" pour le commandant Charcot. Elle devient aussi "ambassadrice de la Marine française" comme la nomme le ministre Georges Leygues. Parallèlement, elle consacre son argent à des œuvres philanthropiques et soutient plusieurs sociétés nautiques. Elle offre ainsi des yachts dits "monotypes brestois" aux élèves de l'École Navale pour leur permettre d'acquérir la pratique de la voile sportive.
      Grièvement blessée lors d'une traversée, elle refuse de réduire le rythme des compétitions et meurt le 28 août 1932 alors qu'elle tentait de rejoindre le départ de la régate d'Archachon. La ville perd ainsi l'une de ses plus grandes championnes.
      Virginie Hériot avait manifesté le désir que son corps soit immergé au large des côtes bretonnes mais sa mère ne put s'y résoudre. Son fils fera plus tard respecter ses dernières volontés. Ainsi, le 28 juin 1948, Le Basque, torpilleur de l'École Navale, rendait un dernier hommage à sa bienfaitrice en procédant à l'immersion de son cercueil au large de Brest."

      Antoine Agapitos

      http://www.bateau-vintage.com/blog/histoire/virginie-heriot-navigatrice.html

      "Virginie Hériot légua plusieurs de ses bateaux à l'École navale, Petite aile II, Petite aile III et Petite aile V. Ils participèrent aux grandes régates de Brest durant le printemps 1932. À sa mort, sa goélette Ailée II fut également léguée à l'École. En 1935, elle était toujours sous scellés au mouillage dans l'arsenal. Pendant la guerre, le magnifique carré servit de mess aux officiers allemands. En 1944 elle fut sabordée par l'armée allemande. Après la libération de Brest un devis fut demandé aux chantiers Camper & Nicholson pour la renflouer et le remettre en état. Hélas le devis s'avéra trop élevé et on ne put récupérer que le bronze et le plomb de la quille. La vente de ces matériaux servit à payer la construction aux chantiers de Cornouaille à Quimper des Bénodet qui furent offert à l'École navale."

      Source: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      La saga de la famille Hériot:

      http://www.lest-eclair.fr/loisirs/une-saga-en-musique-la-flamboyante-famille-heriot-jna0b0n88362

      Hubert de Saint Senoch, fils de Virginie Hériot, né (le même jour que moi) le 5 janvier 1913, ami de Jean Cocteau:

      http://www.jeancocteau-mediterranee.com/blog/hubert-de-saint-senoch.html

      Oeuvres publiées de Virginie Hériot

      L'Aile I
      Quart de Nuit
      À bord du Finlandia
      La Seconde France (Impressions sur les fêtes du Centenaire), 1931
      Sur mer : impression et souvenirs, 1933
      Le Vaisseau Ailée, le bateau qui a des ailes, 1931
      Ailée s'en va, 1923–1927
      Service à la mer, 1932

      Poèmes 
      Goélette ailée, poèmes, 1927
      Le Bateau de mon enfance, poèmes, 1928
      Une âme à la mer, 1931, couronné par l'Académie française

      https://en.wikipedia.org/wiki/Virginie_H%C3%A9riot

      Le yachting à voiles, par Madame de la Mer: Virginie Hériot
      Virginie Hériot

      Virginie Hériot

      Ailée, la goélette de Virginie Hériot, avait appartenu à l'empereur Guillaume II.

      Ailée, la goélette de Virginie Hériot, avait appartenu à l'empereur Guillaume II.

      En 1931, a lieu le match Ailée II (premier plan sur la photo) contre Sonia II (166 ft), un plan Charles Nicholson de 1930, de Marion Carstairs sur le parcours Ryde, Le Havre, Ryde. C'est Virginie Hériot qui remporte de 9 minutes et 40 secondes la jolie coupe offerte pour l'occasion par le célèbre architecte naval de Gosport, connu pour ses magnifiques "classe J". Source de la photo et de la légende: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      En 1931, a lieu le match Ailée II (premier plan sur la photo) contre Sonia II (166 ft), un plan Charles Nicholson de 1930, de Marion Carstairs sur le parcours Ryde, Le Havre, Ryde. C'est Virginie Hériot qui remporte de 9 minutes et 40 secondes la jolie coupe offerte pour l'occasion par le célèbre architecte naval de Gosport, connu pour ses magnifiques "classe J". Source de la photo et de la légende: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      Virginie Hériot à la barre. Source de l'illustration: http://enenvor.fr/eeo_actu/mer/madame_de_la_mer_virginie_heriot.html

      Virginie Hériot à la barre. Source de l'illustration: http://enenvor.fr/eeo_actu/mer/madame_de_la_mer_virginie_heriot.html

      Virginie Hériot à la barre de son 6m JI  Petite Aile VII à Arcachon, l'avant- veille de sa mort; Source: http://leonc.fr/chapelle/chap17.htm    Au début de 1932, elle est grièvement blessée dans une tempête entre Venise et la Grèce, mais refuse d'arrêter la compétition. Fin août, lors des régates d'Arcachon, elle perd connaissance à bord de son petit voilier 8mJI Aile VII, mais prend néanmoins le départ de la course. Victime d'une syncope au moment même où elle franchit la ligne d'arrivée, elle meurt le 28 août 1932 à bord d'Ailée II. Source: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      Virginie Hériot à la barre de son 6m JI Petite Aile VII à Arcachon, l'avant- veille de sa mort; Source: http://leonc.fr/chapelle/chap17.htm Au début de 1932, elle est grièvement blessée dans une tempête entre Venise et la Grèce, mais refuse d'arrêter la compétition. Fin août, lors des régates d'Arcachon, elle perd connaissance à bord de son petit voilier 8mJI Aile VII, mais prend néanmoins le départ de la course. Victime d'une syncope au moment même où elle franchit la ligne d'arrivée, elle meurt le 28 août 1932 à bord d'Ailée II. Source: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      Le dernier sillage

      Arcachon, 27 août 1932.

      M. Georges Leygues, Ministre de la Marine, venu à Arcachon pour les fêtes du cinquantenaire de la Société de la Voile, a déjeuné sur Ailée.
      De 12 h à 14 h½, malgré un état d'extrême fatigue, Mme Virginie Hériot se dépense pour ses invités. Elle a l'intention de faire sa régate comme les jours précédents. Elle a même accepté l'invitation au banquet donné le soir en l'honneur du Ministre de la Marine.
      Sur les instances de M. Georges Leygues, Mme Hériot renonce à courir la régate de l'après-midi ; mais elle désire embarquer un instant sur Petite Aile V, pour faire le tour du bord et se montrer au Ministre à la barre de son 6 mètres. Elle prend congé de ses invités et embarque dans sa vedette. 
      Bientôt Petite Aile défile le long du bord devant M. Georges Leygues et les invités groupés sur le deuxième pont arrière de Ailée. Madame Hériot, radieuse, barrait sa Petite Aile.
      Un quart d'heure plus tard, tout le monde avait quitté Ailée; et la vedette ramenait Mme Hériot défaillante.
      Le lendemain dimanche 28 août, à 3 heures de l'après-midi, elle rendait le dernier soupir. "Il faut aller jusqu'au bout", disait-elle souvent. 
      Elle a poursuivi sa brillante et féconde carrière maritime, avec une sublime énergie, jusqu'à la veille de sa mort.

      http://www.histoire-vesinet.org/heriot-fin.htm

      Hommage international à l'animatrice française du yachting à voile En rade d'Arcachon, le dimanche 28 août 1932, à 15 h, les voiliers en régate amènent leur foc et abandonnent la course en apercevant les drapeaux en berne du yacht l'Ailée. Source de l'illustraion et de la légende: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      Hommage international à l'animatrice française du yachting à voile En rade d'Arcachon, le dimanche 28 août 1932, à 15 h, les voiliers en régate amènent leur foc et abandonnent la course en apercevant les drapeaux en berne du yacht l'Ailée. Source de l'illustraion et de la légende: http://maitres-du-vent.blogspot.fr/2011/03/le-28-aout-1932-mourait-la-tache-la.html

      Partager cet article

      Repost 0