Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Mikhail Delyagin : Nous devons revenir à l'échelle d'imposition progressive. (Club d'Izborsk, 24 septembre 2020)

24 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Russie

Illustration: Club d'Izborsk

Illustration: Club d'Izborsk

Mikhail Delyagin : Nous devons revenir à l'échelle d'imposition progressive.

24 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19953

 

 

Plus la crise du coronavirus s'aggrave, plus les offres de soutien à la population et aux entreprises se multiplient.

 

La Fédération des syndicats indépendants de Russie (FNRTU) a proposé de verser des allocations pour une durée indéterminée aux chômeurs avec enfants. Aujourd'hui, cette mesure existe réellement et est pratiquée, mais les organisations suggèrent de l'introduire de façon permanente, quelle que soit la pandémie. Et cela semble être plus qu'une mesure réelle, puisque, selon Rosstat, le nombre de personnes pauvres en Russie a augmenté de 1,3 million au cours du deuxième trimestre pour atteindre 19,9 millions. Ici, même Alexei Kudrin s'est déjà prononcé en faveur du soutien des citoyens et a suggéré que le FNB soit utilisé plus activement, rappelant que lors des crises passées, les fonds du fonds ont été dépensés plus efficacement.

 

Il est assez révélateur que l'idée de verser des allocations permanentes pour les enfants de chômeurs ne vienne pas du gouvernement ou du président - ils sont maintenant occupés à soutenir l'économie biélorusse. Mikhaïl Delyagine, économiste et directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation, a déclaré lors d'une conversation avec le président la veille.

 

- Selon vous, quelle est l'efficacité actuelle de l'aide aux chômeurs avec enfants ?

 

- Les allocations familiales pour les chômeurs sont aujourd'hui la seule véritable forme d'aide sociale qui ait un sens, qui soit réellement ressentie par les gens. C'est pourquoi, bien sûr, il devrait l'être, et si je comprends bien, nous ne parlons pas d'un paiement indéfini, mais jusqu'à ce qu'une personne trouve un emploi, jusqu'à ce que la source de subsistance soit là. En ce sens, l'initiative de la FNPR ne peut qu'être saluée, c'est tout à fait juste. Et le fait que ce ne soit pas le gouvernement ou le président Poutine qui présente cette initiative est très gênant, car ils devraient y réfléchir avant tout.

 

Dans ce cas, la FNPR est très bonne, et je soutiens pleinement l'idée. La seule chose que cette mesure devrait être amenée au niveau de subsistance minimum réel, parce que maintenant 10,7 mille est supposé être le niveau de subsistance minimum d'un enfant, qui en réalité est environ la moitié plus bas. En même temps, il faut comprendre qu'en plus de l'enfant, dans une famille qui est privée de moyens de subsistance par la politique de l'État, il y a des adultes qui n'ont pas non plus de moyens de subsistance, donc en réalité l'État doit payer aux citoyens de la Fédération de Russie (une fois dans un document appelé la Constitution, il est écrit quelque chose sur le droit à la vie) un minimum de subsistance garanti réel. C'est une obligation directe de l'État, l'État a de l'argent pour cela. Et si ce n'est pas le cas, ce n'est pas un péché de l'imprimer.

 

- Mais ce n'est toujours pas suffisant ? Selon Rosstat, le nombre de personnes pauvres a augmenté de 1,3 million au cours du deuxième trimestre...

 

- Par pauvres, Rosstat entend les personnes pauvres. Il s'agit de personnes dont les revenus sont inférieurs au minimum vital, c'est-à-dire de personnes qui, selon les données officielles de l'État, ne vivent pas mais meurent lentement. Et il est du devoir de l'État de garantir à ses citoyens le droit à la vie, c'est-à-dire de garantir un niveau de subsistance minimum. Tant que l'État ne le fournit pas, on ne sait pas pourquoi il existe et qui en a besoin.

 

Autrement dit, si je ne gagne pas assez, l'État doit me payer la différence. Si je ne gagne rien, l'État doit alors me verser le minimum vital. Une autre chose est que nous avons beaucoup de gens qui travaillent dans l'ombre, parce que la fiscalité est construite sur le principe que plus la personne est pauvre, plus l'État lui enlève. C'est pourquoi nous devons revenir au barème progressif normal de l'impôt sur le revenu.

 

- Une expérience similaire a été tentée récemment...

 

- Nous sommes en train de régresser en ce moment. Le barème de l'impôt sur le revenu est uniforme et les cotisations sociales sont régressives. Si vous êtes pauvre, vous obtenez 30 %, si vous êtes aisé, 10 %. Ce n'est pas censé être comme ça. Il faut revenir à la progressivité de l'impôt, sortir de l'ombre les 30 millions de personnes qui y sont artificiellement cantonnées par l'État (40 % de la population active, d'ailleurs) et garantir à tous les citoyens un minimum vital, étant donné que le minimum vital officiel est d'environ la moitié de celui-ci. On peut commencer par la garantie du niveau minimum de subsistance actuel pour tous les citoyens.

 

L'État actuel traite les citoyens russes - vous et moi - bien plus mal que le célèbre camarade humaniste Staline ne traitait les prisonniers de guerre d'Hitler pendant la guerre. Parce que dans les camps soviétiques, les Allemands, et pas seulement les Allemands, se voyaient garantir un revenu d'intégration sous forme de rations dont la valeur calorique correspondait à peu près à la valeur calorique du revenu d'intégration actuel. Il s'avère que Staline a fourni, garanti, et la puissance humaine actuelle, tous ces "ours, nabiullins et siluanovs" ne nous fournissent pas un salaire vital, nous traitant pire que Staline a traité les prisonniers de guerre allemands.

 

- Mais peut-être devrions-nous non seulement subvenir à nos besoins avec de l'argent, mais aussi avec des emplois ?

 

- Absolument ! Mais pour fournir des emplois normaux, vous devez, excusez-moi, changer l'ordre politique de l'État. Qu'est-ce qu'un emploi normal ? Il s'agit, par exemple, d'un prêt bon marché qui permet aux gens de faire des affaires. Et si vous voulez un crédit bon marché, vous devez limiter la spéculation financière, car avec notre niveau de développement du système financier, tout l'argent du secteur réel ira toujours au marché financier. Dans le même temps, tous les grands pays développés du monde ont limité la spéculation financière à notre niveau de maturité du système financier.

 

Si vous êtes une grande économie et que vous ne limitez pas la spéculation financière, vous n'avez aucune chance de devenir une économie développée, car l'argent du secteur réel ira toujours vers les marchés spéculatifs. L'Amérique latine, de nombreux pays asiatiques et l'Afrique du Sud en sont des exemples. Cela signifie que l'État ne doit pas servir à voler, ni à dérober, ni à retirer de l'argent du pays, il doit servir le peuple. De mon point de vue, il s'agit d'un changement dans l'ordre politique. Ainsi, lorsque les gens disent "nous voulons travailler", ils exigent un changement dans l'ordre politique de la Fédération de Russie, que la Russie ne serve pas les spéculateurs financiers mondiaux, mais qu'elle serve son peuple.

 

- Il est intéressant de noter que M. Kudrin a également appelé à davantage de mesures pour soutenir les citoyens pauvres, selon lui le gouvernement est trop conservateur dans l'utilisation du potentiel de la FNB. Comment voyez-vous cela ?

 

- C'est une situation où le niveau de déstabilisation au sein du gouvernement est si élevé que même Kudrin, qui est le créateur du modèle social et économique actuel, s'y oppose. Même lui, il dit : "Qu'est-ce que vous faites, arrêtez ! Et à lui, ses élèves répondent : "Va te faire foutre, vieille souche, tu ne comprends rien, on boit ici."

 

- Vous soutenez donc l'idée d'une utilisation plus large de la FNB ?

 

- Oui, bien sûr. L'argent de la Russie doit servir la Russie, et non des bêtises que le gouvernement pense être juste.

 

- On ne peut que se souvenir du prêt de 1,5 milliard de dollars pour la Biélorussie. La veille, Siluanov a dit que ce prêt serait également profitable pour la Russie, qu'il aiderait à la fois la Biélorussie et notre économie - du point de vue économique et politique, comment l'évaluez-vous ?

 

- D'un point de vue géopolitique, si nous détruisons la Biélorussie maintenant et que le libéralisme l'emporte là-bas, alors la Biélorussie se transformera en Moldavie du Nord d'ici quatre ans, la population sera réduite de moitié d'ici dix ans, et nous obtiendrons un rideau de fer d'un océan à l'autre d'ici quatre ans, à travers lequel il n'y aura pas de transit terrestre, y compris les pipelines. Cela ne nous intéresse pas du tout.

 

Et Siluanov a tout à fait raison d'un point de vue économique : lorsque vous faites crédit à votre associé, vous soutenez aussi votre entreprise, c'est rentable pour vous. Il serait bon que le camarade Siluanov étende son approche, qu'il a appliquée à la Biélorussie, à la Fédération de Russie également. Pour que quelqu'un, en dehors des entreprises ou de l'économie biélorusses, commence à prêter à l'économie russe.

 

Mais il est clair que ce qui est autorisé par Loukachenko n'est pas permis aux citoyens de la Fédération de Russie. Mais peut-être que si les citoyens russes protestent comme le font les Biélorusses, alors le camarade Siluanov pensera aussi à l'économie russe.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Delyagin : Nous devons revenir à l'échelle d'imposition progressive. (Club d'Izborsk, 24 septembre 2020)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :