Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne (Club d'Izborsk, 22 septembre 2020)

22 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne

22 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19942

 

 

En 1992, peu après l'effondrement de l'Union soviétique, le philosophe, politologue et économiste américain Francis Fukuyama a publié le livre "La fin de l'histoire ou le dernier homme", qui s'est diffusé à des millions d'exemplaires, proclamant le libéralisme comme la seule idéologie viable. Selon Fukuyama, le dernier homme est un libéral et un champion de la démocratie, tandis que la fin de l'histoire est la victoire finale des valeurs occidentales dans le monde entier.

 

Dix ans après, pendant lesquels les vainqueurs de la guerre froide se sont partagé les biens des vaincus, il est apparu que Fukuyama s'était clairement empressé de tirer des conclusions. Le capitalisme, qui a adopté un caractère mondial, presque entièrement planétaire, a fait face à la pire crise de son développement futur. Une population appauvrie, le terrorisme et la violence, les guerres et les opérations spéciales, des millions de migrants privés de leurs droits et la vie chaotique de nations entières - voilà ce qu’est devenu le monde au début du troisième millénaire. De plus en plus de gens se rendent compte que le vieux monde s'effondre rapidement et qu'il est condamné.

 

Mais que peut et doit devenir le nouveau monde ? Quelle est aujourd'hui l'image de l'avenir et le modèle positif de l'avenir attendu qui déterminera le cours des événements et empêchera en fin de compte l'autodestruction de l'humanité ? Les produits hollywoodiens et les fictions modernes diffusent massivement les images destinées à effrayer les gens et à les dissuader de penser à un avenir radieux. L'absence d'une image claire de l'avenir souhaité se manifeste clairement dans la croissance des forces extra-systémiques dans différents pays, lorsque les gens descendent dans la rue, unis par le slogan "contre". En même temps, soit ils n'ont pas d'idées positives (comme, par exemple, les "gilets jaunes" en France), soit ils imaginent un "nouveau monde" dans le cadre destructeur et dépassé de la civilisation occidentale (comme cela se passe sous nos yeux en Biélorussie).

 

On ne peut pas dire qu'il n'y a pas eu de tentatives d'imaginer l'image du nouveau monde en Occident, mais tous ces "nouveaux" modèles ont été construits invariablement dans le cadre donné, sur la base du système de valeurs occidentales sans alternative. La pandémie de coronavirus qui a plongé l'économie mondiale dans une crise totale a de nouveau soulevé la question d'une nouvelle image/nouveau modèle d'avenir avec toute son urgence. Peu à peu, on comprend que le capitalisme n'est pas la fin de l'histoire, mais l'une des étapes du développement humain, et qu'une autre crise pourrait lui être fatale. Une fois de plus, l'intérêt pour les œuvres de K. Marx et V. Lénine s'est éveillé, et l'expérience réussie de la Chine est étudiée en détail. Le professeur J. Galbraith de l'université du Texas a récemment déclaré, à propos des conséquences de la pandémie, que "le capitalisme et la décentralisation des 40 dernières années ne pourront peut-être pas résister à cette crise, nous devrons construire un nouveau système".

 

À cet égard, des rapports très symptomatiques ont circulé sur Internet selon lesquels le coprésident du Club de Rome, Anders Wijkman, a qualifié l'année 2020 d'année de la mort effective de l'ancien système et a appelé à un changement radical de paradigme dans le développement de notre civilisation - les normes dépassées du capitalisme, la spéculation financière, les dogmes du matérialisme et la compréhension simplifiée du monde. Bien que toutes les thèses de ces rapports ne puissent être approuvées, la problématique déclarée du rejet des idées du libéralisme orthodoxe en dit long.

 

La Russie a toujours eu sa propre Vérité dans la guerre métaphysique des sens. Les valeurs solidaires, dont beaucoup se souviennent aujourd'hui, ont historiquement pénétré tout l'espace de la culture domestique. Depuis l'époque du baptême de la Russie, les paroles du Sauveur selon lesquelles « S'il n'y a plus d'amour, qui donnera son âme pour les autres ? » ont mis les pensées et les sentiments de nos ancêtres au service de l'idéal moral évangélique. "La vie égoïste et la morale sont incompatibles", a écrit Léon Tolstoï. Toute la littérature russe est imprégnée de la recherche du sens, des idées de solidarité, de sobriété et de justice. La Russie a une énorme expérience de la réalisation pratique de ces idées et du mouvement sur sa propre trajectoire de développement - expérience inestimable de la création de la civilisation soviétique, civilisation de l'homme-créateur, au lieu du consommateur égoïste. Bien sûr, il est impossible de le répéter dans les conditions actuelles, mais de nombreuses idées et évolutions n'ont pas perdu leur pertinence et leur attrait et peuvent et doivent être utilisées dans le travail pour façonner l'image de l'avenir.

 

De nombreux ouvrages des membres du Club d'Izborsk, qui comprennent que l'avenir existe d'abord dans l'imagination, puis dans l'action et seulement ensuite dans la réalité, sont consacrés à ce sujet. Je crois que les idées de solidarité et de justice, opposées à la culture du profit, de la consommation, aux principes de conflit permanent, seront certainement acceptées et soutenues par notre jeunesse et par des millions de personnes en Occident, qui évaluent sobrement tous les "avantages" de la civilisation occidentale.

 

 

Sergey Batchikov

 

Sergey Anatolievich Batchikov (né en 1953) - Économiste, entrepreneur, personnalité publique et politique russe. Il est membre à part entière de l'Académie internationale du gouvernement d'entreprise. Président du conseil d'administration de l'Union commerciale et financière russe. Directeur du Center for Management Problems of Large Social and Economic Systems de l'Institut international de recherche sur les problèmes de gestion. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne (Club d'Izborsk, 22 septembre 2020)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :