Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Antoine de Rivarol (1753-1801)

Rédigé par Béthune

Le temps est le rivage de l'esprit ; tout passe devant lui, et nous croyons que c'est lui qui passe.
(Maximes, pensées et paradoxes, p.8, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'homme, dans sa maison, n'habite pas l'escalier, mais il s'en sert pour monter et pénétrer partout ; ainsi l'esprit humain ne séjourne pas dans les nombres, mais il arrive par eux à la science et à tous les arts.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.9, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'esprit est le côté partiel de l'homme ; le coeur est tout.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.13, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'homme qui dort, l'homme ivre, c'est l'homme diminué.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.13, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Il y aura toujours deux mondes soumis aux spéculations des philosophes : celui de leur imagination, où tout est vraisemblable et rien n'est vrai, et celui de la nature où tout est vrai sans que rien paraisse vraisemblable.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.14, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Les corps politiques recommencent sans cesse ; ils ne vivent que de remèdes.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.24, Le Livre Club du Libraire, 1962)

La raison se compose de vérités qu'il faut dire et de vérités qu'il faut taire.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.27, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'imprimerie est l'artillerie de la pensée.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.29, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Les peuples les plus civilisés sont aussi voisins de la barbarie que le fer le plus poli l'est de la rouille. Les peuples, comme les métaux, n'ont de brillant que les surfaces.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.30, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Il faut attaquer l'opinion avec ses armes : on ne tire pas des coups de fusil aux idées.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.34, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Dieu est la plus haute mesure de notre incapacité : l'univers, l'espace lui-même, ne sont pas si inaccessibles.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.36, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Un peu de philosophie écarte de la religion, et beaucoup y ramène.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.36, Le Livre Club du Libraire, 1962)

La philosophie ne répond que des individus, mais la religion répond des masses.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.37, Le Livre Club du Libraire, 1962)

C'est un terrible luxe que l'incrédulité.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.38, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Celui qui n'a qu'un désir ou qu'une opinion est un homme à caractère.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.40, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'orgueil est toujours plus près du suicide que du repentir.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.41, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Il y a quelque chose de plus haut que l'orgueil, et de plus noble que la vanité, c'est la modestie ; et quelque chose de plus rare que la modestie, c'est la simplicité.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.41, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'avare est le pauvre par excellence : c'est l'homme le plus sûr de n'être pas aimé pour lui-même.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.42, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Le mépris doit être le plus mystérieux de nos sentiments.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.42, Le Livre Club du Libraire, 1962)

On ne pleure jamais tant que dans l'âge des espérances ; mais, quand on n'a plus d'espoir, on voit tout d'un oeil sec, et le calme naît de l'impuissance.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.42, Le Livre Club du Libraire, 1962)

En général, l'indulgence pour ceux qu'on connaît est bien plus rare que la pitié pour ceux qu'on ne connaît pas.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.43, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'envie qui parle et qui crie est toujours maladroite ; c'est l'envie qui se tait qu'on doit craindre.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.44, Le Livre Club du Libraire, 1962)

" Quand je me demande, dit Montaigne, d'où vient cette joie, cet aise, ce repos que je sens lorsque je vois mon ami, c'est que c'est lui, c'est que c'est moi ; c'est tout ce que je puis dire. " Et Pythagore n'a-t-il pas dit très excellemment encore : " Quand je suis avec mon ami, je ne suis pas seul, et nous ne sommes pas deux. " Enfin Cicéron, en parlant de l'amitié, l'appelle une nécessité, et Aristote une âme en deux corps.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.44, Le Livre Club du Libraire, 1962)

On sait par quelle fatalité les grands talents sont, pour l'ordinaire, plus rivaux qu'amis ; ils croissent et brillent séparés, de peur de se faire ombrage : les moutons s'attroupent et les lions s'isolent.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.45, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Si la pauvreté fait gémir l'homme, il bâille dans l'opulence. Quand la fortune nous exempte du travail, la nature nous accable du temps.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.46, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Un bon esprit paraît souvent heureux, comme un homme bien fait paraît souvent adroit.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.47, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Pour le riche ignorant, le loisir est sans repos, le repos sans charmes, et le temps, trésor de l'homme occupé, tombe comme un impôt sur le désoeuvrement. Le savant se cherche, et le riche s'évite.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.47, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'homme passe sa vie à raisonner sur le passé, à se plaindre du présent, à trembler pour l'avenir.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.48, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Les opinions, les théories, les systèmes, passent tour à tour sur la meule du temps, qui leur donne d'abord du tranchant et de l'éclat, et qui finit par les user.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.49, Le Livre Club du Libraire, 1962)

La parole est la pensée extérieure, et la pensée est la parole intérieure.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.50, Le Livre Club du Libraire, 1962)

La grammaire étant l'art de lever les difficultés d'une langue, il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.51, Le Livre Club du Libraire, 1962)

L'imprimerie est à l'écriture ce que l'écriture avait été aux hiéroglyphes : elle a fait faire un second pas à la pensée ; ce n'est vraiment qu'à l'époque de cette invention que l'art a pu dire à la nature : " Ton exubérance et tes destructions ne m'épouvantent plus. J'égalerai le nombre de livres au nombre des hommes, mes éditions à tes générations, et mes bibliothèques, semées sur toute la surface du globe, triompheront de l'ignorance des barbares et du temps. "

(Maximes, pensées et paradoxes, p.54, Le Livre Club du Libraire, 1962)

[...] par sa nature, l'homme ne veut que deux choses, ou des idées neuves ou de nouvelles tournures : il exprime l'inconnu clairement pour se faire entendre, et il relève le connu par l'expression pour se faire remarquer.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.56, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Le talent est un art mêlé d'enthousiasme. S'il n'était qu'art, il serait froid ; s'il n'était qu'enthousiasme, il serait déréglé : le goût leur sert de lien.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.58, Le Livre Club du Libraire, 1962)

La parole est le vêtement de la pensée, et l'expression en est l'armure.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.59, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Les idées sont comme les hommes : elles dépendent de l'état et de la place qu'on leur donne.

(Maximes, pensées et paradoxes, p.59, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Le genre humain est comme un fleuve qui coule du nord au midi ; rien ne peut le faire rebrousser contre sa source.

(De l'universalité de la langue française, p.76, Le Livre Club du Libraire, 1962)

[...] c'est la prose qui donne l'empire à une langue, parce qu'elle est tout usuelle : la poésie n'est qu'un objet de luxe.

(De l'universalité de la langue française, p.86, Le Livre Club du Libraire, 1962)

[...] sensation et raisonnement, voilà de quoi tout l'homme se compose : l'enfant doit sentir avant de parler, mais il faut qu'il parle avant de penser. [...] si la parole est une pensée qui se manifeste, il faut que la pensée soit une parole intérieure et cachée. L'homme qui parle est donc l'homme qui pense tout haut et, si on peut juger un homme par ses paroles, on peut aussi juger une nation par son langage.

(De l'universalité de la langue française, p.87, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Ce qui n'est pas clair n'est pas français.

(De l'universalité de la langue française, p.113, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Il est bon de ne pas donner trop de vêtements à sa pensée ; il faut, pour ainsi dire, voyager dans les langues, et, après avoir savouré le goût des plus célèbres, se renfermer dans la sienne.

(De l'universalité de la langue française, p.121, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Le langage est la peinture de nos idées [...]

(De l'universalité de la langue française, p.122, Le Livre Club du Libraire, 1962)

Partager cette page

Repost 0