Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Les nuages qui passent... (Baudelaire)

27 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

L'étranger

 

 - Qui aimes-tu le mieux, homme enigmatique, dis? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis?
-Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

 

Baudelaire: Petits poèmes en prose, I (1869)

 

Nuage iridescent. Source: http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2013/07/la-trilogie-meteorologique-episode-1-la_6.html

Nuage iridescent. Source: http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2013/07/la-trilogie-meteorologique-episode-1-la_6.html

Lire la suite

L'usure est le cancer de l'économie (Aristote, Politique)

27 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

"Mais, comme nous l'avons dit, l'art d'acquérir la richesse est de deux espèces : l'une est sa forme mercantile, et l'autre une dépendance de l'économie domestique ; cette dernière forme est nécessaire et louable, tandis que l'autre repose sur l'échange et donne prise à de justes critiques (car elle n'a rien de naturel, elle est le résultat d'échanges réciproques) : dans ces conditions, ce qu'on déteste avec le plus de raison, c'est la pratique du prêt à intérêt parce que le gain qu'on en retire provient de la monnaie elle-même et ne répond plus à la fin qui a présidé la création. Car la monnaie a été inventée en vue de l'échange, tandis que l'intérêt multiplie la quantité de monnaie elle-même. C'est même là l'origine du mot intérêt (1) : car les êtres engendrés ressemblent à leurs parents, et l'intérêt est une monnaie née d'une monnaie. Par conséquent, cette dernière façon de gagner de l'argent est de toutes la plus contraire à la nature."
 
(1) τόχος, signifiant à la fois enfant, petit (partus), et revenu de l'argent (foenus, usura).
 
 Aristote, Politique, Livre I, 10. Traduction par J. Tricot. Bibliothèque des textes philosophiques. Vrin, Paris, 2005.
 
 
Jacques Attali, orfèvre en la matière, expert en "biens fertiles", raconte l'histoire du pantalon à une jambe:
 
 
Ce qui va avec l'usure, c'est le négoce des choses inutiles ou nuisibles, et la spéculation.
 
 
Lire la suite

Peru: New "kill" law targets protesters (David T. Rowlands/Green left Weekly)

26 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

Peru: New 'kill' law targets protesters

 
Monday, March 24, 2014
 
 
Protest against Newmont's Conga gold mine project in Cajamarca, 2011.

 

With Newmont-Buenaventura set to resume building operations at the controversial Conga mine site this year, the Peruvian government has passed a new law granting legal immunity to security personnel who injure or kill protesters.

The promulgation of Law 30151, which was officially gazetted on January 14 after being signed by President Ollanta Humala, indicates the state and its transnational corporate backers are planning an expanded campaign of repression against Peruvian communities resisting their neoliberal development model.

Since late 2011, protests in and around Cajamarca in Peru's northern highlands forced the Humala administration to suspend US-based Newmont’s building of Conga, a US$4.8 billion extension of the existing Yanacocha gold and copper mine.

Other partners include Buenaventura, a Peru-based metals company, and the World Bank. The bank has backed the project with relatively small but symbolically important funding.

At stake is the future of a chain of highland lakes, which will be converted into toxic tailings ponds if the project goes ahead. This would radically degrade the regional environment, making agriculture unsustainable.

Since then, a tense stand-off has prevailed at the threatened lakes. It has involved frequent harassment of the volunteers, who maintain a vigil to prevent the company illegally proceeding with development work, by police and paramilitary units acting at the behest of Newmont.

Serious human rights abuses have occurred. In July 2012, five residents of the village of Celendin were shot dead by a police unit. Since mid-2011, at least 34 civilians have been killed and nearly 1000 wounded in social conflicts in Peru, mostly involving clashes between police and anti-mining protesters.

One of the most prominent cases is that of Elmer Campos, a 34-year-old farmer from the hamlet of Bambamarca. Campos received severe spinal injuries after being shot in the back by police during peaceful anti-Conga protests on November 29, 2011. Doctors say he will never walk again.

Campos has filed a civil suit against the police in Peru. He is represented by Max Perez of the National Human Rights Coordinator.

“We seek justice, accountability, and greater protection for human rights,” said Perez, “and to end a culture of impunity for police repression of legitimate protest activity.”

Campos is also represented by US-based NGO Earth Rights International. On January 2, it filed a federal court motion on his behalf in Denver, Colorado Newmont's home town.

The motion is aimed at making Newmont hand over internal company evidence that it has so far refrained from submitting to Peruvian authorities over the events of November 29 when at least 24 protesters were injured.

Campos said: “Justice means first that there is a real investigation to determine who was responsible, and that they pay for their crimes, and second, that the government fulfils its responsibility to protect its citizens and the environment, rather than forcing a destructive mining project on its citizens through abusive police conduct.”

This campaign of judicial activism, sponsored by progressive lawyers and a network of NGOs, has ensured the victims of state repression have not remained entirely voiceless. The road to justice is a difficult one but, until now, Peru’s legal code has at least offered the possibility of some form of redress.

Such lawsuits have angered police and military, and alarmed international mining interests. Law 30151, which will apply retrospectively, is clearly aimed at removing checks on the state's capacity to carry out violent repression.

Peru's Office of the Public Defender said: “It is necessary to remember that a democratic state must take all necessary measures to ensure that its agents use force in a proportional manner, doing everything possible to avoid the sorts of deaths and injuries to civilians and innocent persons that have lamentably occurred in our country …

“The new law weakens protections for the citizenry and may prove counter-productive in the fight against delinquency.”

The new law represents a green light for repressive acts, including murder.

The passage of the law has horrified many who remember Peru’s recent past. More than 60,000 civilians were killed by the state during the troubles of the 1980s and '90s.

In the name of combating a violent leftist insurgency, the Peruvian military engaged in its own form of terrorism. In the highlands of Ayacucho, torture of suspects and Vietnam War-style mass killing of villagers by military units became commonplace.

Washington provided extensive support for these operations, which were routinely accompanied by CIA advisers. The perpetrators of these atrocities have never faced justice. Law 30151 represents a reversion to these dark days, a huge setback to the emerging rule of law in Peru.

Supporters of the law claim it will give the authorities more power to deal with violent criminal gangs. Yet it is clear from the context of recent events that the real targets are environmental activists.

Worldwide, the neoliberal development model, which largely consists of the plunder of Third World natural resources by First World corporations, tends to be accompanied by repression.

As significant segments of the population turn against the destruction of their environment and livelihoods, Western-backed neoliberal regimes use repression to quell dissent.

Peru, which remains a strong ally of the US in the Andean region, conforms to this international trend. The irony is that Humala was elected on a left-leaning nationalist platform, promising to respect the right of local communities to oppose resource extraction projects.

The people of Cajamarca have spoken, yet the government ignores them.

With the passage of the new law, which has been condemned by several domestic and international groups as well as sparking divisions in Humala’s cabinet, the question of how far the security forces are willing to go in crushing the environmental protest movement is becoming critical.

***********************************************************************************************************

Editorial: “Asesinar defensores del agua, matar a balazos a quienes luchan contra el asesinato de la naturaleza,” es la consigna actual del gobierno de Humala

(English below)

Veamos:

La Ley 30151 promulgada el 13 de enero, exime a los efectivos policiales y del Ejército, de responsabilidad penal, cuando al hacer uso de la fuerza produzcan lesiones o muerte en el cumplimiento de su deber, incluso sin su arma de reglamento.

ES UNA LICENCIA PARA MATAR IMPUNEMENTE

(...)

LUCHA INDIGENA N° 90: http://www.luchaindigena.com/2014/02/lucha-indigena-90/

 

Solidarité Cajamarca: http://solidaritecajamarca.blogspot.fr/2014/07/mobilisation-massive-bambamarca-pour-le.html

 

Des Indiens de l'Amazonie ont planté dans le sol deux lances en croix en signe de guerre pour marquer leur opposition à un projet extractiviste sur leur territoire. C'est la raison pour laquelle les croix chrétiennes plantées dans la forêt amazonienne par les missionaires ont été interprétées pendant longtemps comme des déclarations de guerre par les Indiens. POC.

Photo: Marek Woloszko. Remerciements à l'AIDESEP.

Lire la suite

Karagach (Ulmus densa Litvinov), l'orme sacré d'Asie centrale

25 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Karagach [trees]. Samarkand

http://prokudin-gorsky.org/card.php?lang=en&photos_id=1683

 

http://www.wdl.org/fr/item/5749/zoom/#group=1&page=1&zoom=0.6021&centerX=0.5000&centerY=0.4647

Au début du 20e siècle, le photographe russe Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863–1944) utilisait un procédé de photographie en couleur particulier destiné à créer des archives visuelles de l'empire russe. Certaines des photographies de Prokudin-Gorskii remontent aux alentours de 1905, mais la majeure partie de son travail est datée de 1909 à 1915, années pendant lesquelles, avec l'appui du tsar Nicolas II et du ministre des Transports, il entreprit de longs voyages aux quatre coins de l'empire.

http://via.lib.harvard.edu/via/deliver/chunkDisplay?_collection=via&inoID=220463&recordNumber=null&chunkIndex=0.12_0.12.0&method=view&image=full

http://www.ars-grin.gov/npgs/pi_books/scans/immigrants/78_010.pdf

Montagne sacrée de Sulaiman-Too: http://whc.unesco.org/fr/list/1230

 

The following article is from The Great Soviet Encyclopedia (1979).

ELM

several species of plants from the genus Ulmus of the family Ulmaceae. The trees are deciduous and blossom in early spring before the leaves appear.

The best-known elm in Europe is the Russian elm (Ulmus laevis), a tree up to 35 m tall with fruits (key-fruits) on long peduncles. In the USSR the elm usually grows in broad-leaved forests. Along the floodlands of rivers and the shores of lakes it advances on the north to the taiga, to 63° N lat.; on the south it extends to the semidesert of the Caspian region. The tree is long-lived, frost-resistant, and grows in fertile soils that are sufficiently moist. Elms are used in city landscaping and in plantings around bodies of water. The Siberian elm (U. pumila) is a small tree with small, naked, sessile key-fruits; when cultivated, it reaches a height of 27 m. It is a variety suitable for open spaces, as it is quick-growing, drought-resistant, and salt-resistant; in addition, it is not subject to Dutch elm disease. The Siberian elm grows in the arid regions of Asia, in southern Europe, North America, and Argentina. It is used in protective plantings and in city landscaping. Bigfruit elm (U. macrocarpa) is a low tree with downy, large (up to 4 cm) sessile key-fruits. Corklike excrescences often form on the branches. Bigfruit elm usually migrates by means of root offshoots. It grows among rocks and in the scree along rivers. It can be used in antierosion plantings. The Siberian elm and bigfruit elm are Asian species, growing wild in the Baikal region, in the Far East, in Mongolia, China, and on the Korean Peninsula. Karagach (U. densa) is grown in Middle Asia and Transcaucasia. The wood of all elms is used in the construction and furniture industries.

Ulmus minor: http://en.wikipedia.org/wiki/Ulmus_minor_%27Umbraculifera%27

Ulmus pumila: http://www.missouribotanicalgarden.org/PlantFinder/PlantFinderDetails.aspx?kempercode=a925

http://en.wikipedia.org/wiki/Ulmus_pumila

 

Ulmus pumila;  Ilimovnik ili karagach  [Elm]

Ulmus pumila; Ilimovnik ili karagach [Elm] (1784-1788)

http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/dgkeysearchdetail.cfm?trg=1&strucID=607112&imageID=1258231&total=102&num=40&word=Pallas%2C%20Peter%20Simon&s=3&notword=&d=&c=&f=4&k=0&lWord=&lField=&sScope=&sLevel=&sLabel=&sort=&imgs=20&pos=50&e=w

 

Orme karagach (Ulmus densa Litv.) en hiver

Orme karagach (Ulmus densa Litv.) en hiver

Lire la suite

Francis Hallé: Plaidoyer pour la forêt tropicale

22 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Francis Hallé: Plaidoyer pour la forêt tropicale
Francis Hallé: Plaidoyer pour la forêt tropicale

Francis Hallé qui a inspiré et tourné avec Luc Jacquet le film "Il était une forêt" sorti en novembre 2013, vient de publier chez son éditeur Actes Sud un nouveau livre: "Plaidoyer pour la forêt tropicale". Dans cet entretien avec France Culture, il nous explique que le livre devait sortir en même temps que le film, mais que le distributeur Disney aurait voulu que Francis Hallé supprime tout ce qu'il y avait de critique. Hallé a refusé bien sûr, heureusement. Ceci nous explique peut-être pourquoi Il était une forêt ne devrait pas être présenté au Pérou lors du sommet climatique de Lima, la COP 20, en décembre 2014, ni distribué au Pérou, alors qu'il a été tourné dans ce pays, dans le parc national du Manu en Amazonie (et au Gabon également), aujourd'hui menacé par les activités extractivistes en plein développement. Le gouvernement péruvien a en effet autorisé début 2014 l'extension de l'exploitation du gisement Camisea, dont une concession (Fitzcarrald) se trouve au Manu:

http://www.forestpeoples.org/fr/tags/expansion-camisea-gas-project-peruvian-amazon

Par ailleurs, Disney a acheté pour 3,5 millions de dollars de crédits carbone au Pérou dans la protection de la forêt d'Alto Mayo dans le Département de San Martín en Amazonie: http://www.actulatino.com/2013/04/11/perou-walt-disney-met-la-main-a-la-poche-pour-proteger-la-foret-d-alto-mayo/

Une double opération de greenwashing pour Disney, en somme.

http://www.greenbiz.com/blog/2013/09/19/disney-up-ante-carbon-offsets

http://www.greenbiz.com/blog/2010/01/15/how-forest-carbon-markets-fared-2009

Si vous ne connaissez pas le marché des compensations carbone, visionnez ce reportage d'ARTE: Nature. le nouvel Eldorado de la finance: http://news360x.fr/nature-le-nouvel-eldorado-de-la-finance/

Avec un nouveau film sur le" réchauffement climatique anthropique" pour la COP21 à Paris, on se demande si Luc Jacquet ne s'est pas fait une spécialité dans le greenwashing lui aussi, en se servant des vedettes de l'écologie...

Mais écoutez donc notre ami Francis Hallé parler de la forêt tropicale, celle qui concentre le maximum de biodiversité terrestre: http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4863280

Bande-annonce du film Il était une forêt: http://www.youtube.com/watch?v=YpWhWp0ztuQ

Autre bande annonce: C'était la forêt des pluies: http://vimeo.com/20065588

La beauté et la richesse des forêts tropicales humides ne doivent pas nous faire oublier la nature qui nous entoure, où que nous vivions sur la terre ou sur mer. C'est par là qu'il faut commencer, ici et maintenant.

P.O.C.

 

 

"Les grandes forêts primaires des tropiques - celles qui n'ont jamais été modifiées par l'homme - ont pratiquement disparu, il n'en reste que des lambeaux. Leur dégradation constitue une perte irréparable, car elles sont le sommet de la diversité biologique de notre planète.

Voici près de cinquante ans que le botaniste Francis Hallé les arpente et les étudie, et presque autant de temps qu'il appelle à les sauver. Dans cet ouvrage, il nous propose de les découvrir en sa compagnie. Paradoxalement, les descriptions scientifiques classiques ne suffisant pas à rendre compte de ces formations végétales grandioses, il préfère s'appuyer sur le témoignage des sens et nous convier à une promenade, dans un sous-bois d'abord, puis sur la canopée. Les arbres et les lianes occupent, comme il se doit, une place majeure dans ce livre, mais l'on y croise aussi animaux et herbes, mousses et champignons, algues et bactéries... qui tous témoignent des passionnantes stratégies du vivant sous ces latitudes, que Francis Hallé sait rendre accessibles à tous, même aux non-spécialistes.

Cependant, la découverte des forêts primaires serait incomplète sans l'exploration du versant sombre et tragique de leur histoire : l'exploitation effrénée du bois, les cultures de rente, l'appropriation des ressources naturelles locales par de grandes multinationales issues de pays riches et souvent aidées par ceux-ci, dans une démarche typiquement coloniale.

Les ravages sont aujourd'hui si avancés qu'aucun gouvernement ne pourrait arrêter ni même ralentir la déforestation. Seul un large mouvement de l'opinion publique pourrait, peut-être, y parvenir. Tel est donc le but de cet ardent plaidoyer : non seulement rendre leur vrai visage aux forêts tropicales, suggérer des pistes d'étude et de mise en valeur de leurs ressources, mais surtout susciter l'engagement de tous ceux qui souhaitent voir respectés les derniers fragments de ces somptueuses forêts. (Francis Hallé, Plaidoyer pour la forêt tropicale, 4ème de couverture)"

Lire la suite

Le pourquoi des "nationalismes" en Amérique "latine"

21 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Comme on le voit bien dans le cas de la déforestation de l'Amazonie et de la spoliation-destruction des peuples amazoniens*, les "nationalismes" et les "indigénismes" qui ont le vent en poupe depuis une dizaine d'années dans l'Amérique dite "latine" (Pérou, Equateur, Bolivie, Argentine, sans parler du Brésil) sont la réponse aux exigences majeures du capitalisme extractiviste: piller au maximum les richesses naturelles (bois, pétrole, mines, pêche, eau), urbaniser les populations et les soumettre à l'économie de marché industrielle**. Trois de ces pays (Pérou, Colombie, Bolivie) sont en plus des narco-états.

Comme c'est d'Occident (surtout d'Europe, ou le "développement" s'est fait progressivement, ce qui fait que l'homme vit dans une harmonie relative avec la nature) que vient 95% de l'étude, de la protection et de la règlementation de l'environnement et du climat, il fallait bien que ces pays aient à leur tête des présidents et des gouvernements "nationalistes" pour continuer le pillage et alimenter la politique de spéculation avec le concours des multinationales, légalement, officiellement, patriotiquement, au nom du droit des Nations du Sud au développement et à l'autonomie, contre l'"impérialisme" des pays du Nord.

Comme l'Amérique dite "latine" (terme qui permet de ne pas tenir compte des peuples aborigènes) attire maintenant les investissements et le travail et que l'Europe est en proie à la pauvreté et au chômage, le tour est joué.

P.O.C.

* Qui rappelle singulièrement le génocide des Indiens d'Amérique du nord et aujourd'hui celui, méthodique, des Palestiniens).

**http://pocombelles.over-blog.com/2013/12/la-m%C3%A9tropole-capitaliste-lewis-mumford.html

Pour se faire une idée de la nature et des objectifs véritables de ces nationalismes, lire les analyses de James Petras http://zedbooks.co.uk/node/16598 et décrypter, par exemple, cet article imposteur du Monde (l'Immonde, disait de Gaulle), : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/06/06/humala-se-declare-vainqueur-de-la-presidentielle-au-perou_1532256_3222.html qui nous fait passer des vessies pour des lanternes.

Des Indiens de l'Amazonie ont planté dans le sol deux lances en croix en signe de guerre pour marquer leur opposition à un projet extractiviste sur leur territoire. C'est la raison pour laquelle les croix chrétiennes plantées dans la forêt amazonienne par les missionaires ont été interprétées pendant longtemps comme des déclarations de guerre par les Indiens. POC.

Photo: Marek Woloszko. Remerciements à l'AIDESEP.

Lire la suite

Les causes de la déforestation de l'Amazonie (Le dessous des cartes- ARTE)

21 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

L'émission Le Dessous des Cartes (ARTE) analyse les causes de la déforestation de l'Amazonie. Pour mener cette entreprise de destruction de la nature et des peuples aborigènes qui se joue principalement entre le Brésil et le Pérou, Dilma Roussef* et Ollanta Moises Humala** s'entendent comme larrons en foire:

http://krapooarboricole.wordpress.com/2008/06/21/deforestation-le-cas-de-la-foret-amazonienne/

 

*http://www.jta.org/2010/09/14/news-opinion/world/brazilian-jews-meet-presidential-front-runner

** http://www.bastamag.net/Une-nouvelle-menace-pese-sur-l

http://www.bastamag.net/Perenco-etend-son-exploitation


Peru to ‘eliminate’ key environmental rule for oil and gas firms, says minister

Announcement that seismic tests won’t need Environmental Impact Assessments sparks controversy and concern
by David  Hill (The Guardian/Environment) : http://www.theguardian.com/environment/andes-to-the-amazon/2014/mar/08/peru-eliminate-environmental-rule-oil-gas-minister

 

Ecoutez Francis Hallé sur FRANCE CULTURE: Plaidoyer pour la forêt tropicale: http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4863280

 

Si l’on aspire seulement à doter d’un nombre croissant de biens un nombre croissant d’êtres, sans se soucier de la qualité des êtres ni de celle des biens, alors le capitalisme est la solution parfaite.

Nicolás Goméz Dávila

http://pocombelles.over-blog.com/page-5215767.html

http://pocombelles.over-blog.com/article-encore-et-toujours-nicolas-gomez-davila-109485298.html

Lire la suite

Une belle martre est morte...

19 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Le  dimanche, les voitures de sport et les motos défilent sur la pittoresque route de Dampierre à Auffargis, dans les Yvelines. La petite départementale allonge paresseusement ses méandres et ses douces lignes droites, ses montées et ses descentes, longeant les murs de l'antique abbaye des Vaux de Cernay à travers les rideaux et les voûtes vertes de la forêt de Rambouillet.

Dans un concert de feulements, de rugissements et de pétarades, les Français du XXIe siècle jouissent de leurs jouets mécaniques en paradant, comme faisaient (mais en moins élégant) les messieurs en canotier et les femmes en crinoline et leurs beaux attelages, sur les Promenades, autrefois.

Aujourd'hui, de n'importe quel endroit de la forêt, même les plus reculés et les plus solitaires, on entend au loin le grondement des moteurs. Le silence n'existe plus.

Dimanche soir, passant par là à vélo, j'ai rencontré au bord de la route une magnifique martre, tuée par un(e) automobiliste. Quelques mouches vertes étaient déjà posées sur son beau pelage brun chocolat. De grandes limaces rouges et brunes se pressaient déjà vers elle, traçant en ligne droite.

Je me suis dépêché de la photographier avant de la lancer plus loin sur le talus, pour qu'elle ne soit pas écrasée par les voitures. Qu'elle était belle et forte! En la prenant par la queue, qu'elle était lourde ! Je n'ai pas eu le temps de voir si c'était un mâle ou une femelle. Si c'était une femelle, ses petits nés au printemps vont sûrement mourir.

Chaque martre occupe un vaste territoire. Il n'y en a pas beaucoup dans la forêt de Rambouillet.

Dimanche prochain, voitures et motos défileront à nouveau sur la route des Vaux de Cernay, laissant un cortège muet de victimes sur la chaussée.

Les martres meurent; les  belettes, les blaireaux, les hérissons, les écureuils, les mulots, les musaraignes, les serpents, les crapauds, les salamandres, les oiseaux de jour et de nuit, les limaces et les insectes aussi. Et puis, pour la visibilité et la propreté, la DDE rase à blanc les bas-côtés, abat les arbres, taille les haies en les déchiquetant, détruit des stations d'orchidées parfumées qui faisaient la joie des naturalistes et des papillons de nuit.

Pour le plaisir des automobilistes et des motards, loin, bien loin d'ici, en Patagonie ou en Irak, en Mer du Nord ou au Pérou, on dévaste les forêts, on tue les cétacés à coups d'explosions souterraines, on pollue le terre, la mer et les rivières, on chasse et on massacre les populations indigènes pour pomper le pétrole. Ailleurs on fouille frénétiquement le sol avec d'énormes engins pour extraire les métaux, on construit et on assemble les matériaux dans d'énormes usines polluantes servies par des robots et des ouvriers sous-payés pendant que les cadres commerciaux sillonnent fébrilement le ciel en avion, les yeux rivés sur leurs écrans d'ordinateur, et que leurs employés, pâles et fatigués, travaillent à la lumière artificielle dans les bureaux madréporiques des centres d'affaires de Paris, Londres, Tokyo, Stuttgart ou Shanghai, tous pareils.

Fabricants d'automobiles et de motos la semaine, promeneurs en automobile et à moto le dimanche, robots humains de la "civilisation" industrielle et du " Progrès", stupides assassins de la nature tout le temps.

N'étaient pas stupides les chasseurs "primitifs" qui prenaient (ou plutôt recevaient) la vie des animaux qu'ils tuaient pour se nourrir, se vêtir et s'équiper en prenant soin de leurs âmes par les rites et les prières...

Jusqu'au XIXe siècle, la plupart des routes étaient en terre. Y circulaient piétons, cavaliers, charrettes tirées par des bœufs, carrosses et diligences tirées par des chevaux. Le danger pour les animaux sauvages était minime. Le bruit, la pollution inexistants.

Nous ne connaissions pas notre bonheur. Les « bêtes » sauvages non plus...

Pierre-Olivier Combelles


L'idée de progrès déshonore l'intellect.

Emil Cioran. De l'inconvénient d'être né, in Oeuvres, coll. Quarto, éd. Gallimard, p. 1353
 
Le sage est un destructeur apaisé, retraité. Les autres sont des destructeurs en exercice.
Emil Cioran. De l'inconvénient d'être né, in Oeuvres, coll. Quarto, éd. Gallimard, p. 1355

 

Martre des pins (Martes martes) tuée par une auto. Route des Vaux de Cernay (Yvelines), dimanche soir 15 juin 2014. La martre se différencie de la fouine par le pelage brun chocolat (chocolat au lait chez la fouine), la truffe noire (rose chez la fouine) et la tache orangée sur la gorge qui ne descend jamais jusqu'aux pattes de devant (blanche chez la fouine et descendant en deux échancrures entre les pattes). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Martre des pins (Martes martes) tuée par une auto. Route des Vaux de Cernay (Yvelines), dimanche soir 15 juin 2014. La martre se différencie de la fouine par le pelage brun chocolat (chocolat au lait chez la fouine), la truffe noire (rose chez la fouine) et la tache orangée sur la gorge qui ne descend jamais jusqu'aux pattes de devant (blanche chez la fouine et descendant en deux échancrures entre les pattes). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite
Lire la suite

Bonnes manières (Emil Cioran)

19 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Toute croyance rend insolent ; nouvellement acquise, elle avive les mauvais instincts ; ceux qui ne la partagent pas font figure de vaincus et d'incapables, ne méritant que pitié et mépris. Observez les néophytes en politique et surtout en religion, tous ceux qui ont réussi à intéresser Dieu à leurs combines, les convertis, les nouveaux riches de l'Absolu. Confrontez leur impertinence avec la modestie et les bonnes manières de ceux qui sont en train de perdre leur foi et leurs convictions...
(Syllogismes de l'amertume, p.792, in Oeuvres, coll. Quarto, éd. Gallimard, 1995)

 

Il n'est qu'un esprit lézardé pour avoir des ouvertures sur l'au-delà.
(Syllogismes de l'amertume, p.806, in Oeuvres, coll. Quarto, éd. Gallimard, 1995)

 

Regarder sans comprendre, c'est le paradis. L'enfer serait donc le lieu où l'on comprend, où l'on comprend trop...
De l'inconvénient d'être né, in Oeuvres, coll. Quarto, éd. Gallimard, p. 1287

 

Citations extraites de: http://www.gilles-jobin.org/citations/?au=1

Lire la suite
1 2 3 > >>