Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Offrande à la mer

31 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Eté 2017. Je me trouvais sur une île française de l'Océan atlantique. Conscient du mal que les hommes font à la mer par la pollution, la contamination nucléaire, l'exploitation abusive et les destructions de toute sorte, pour m'excuser et lui témoigner mon amour, je suis venu très tôt un matin sur la plage. En chemin, j'avais cueilli quelques fleurs. Il faisait beau, la mer était calme et la grève déserte. Personne. Au bord de l'eau, je me suis d'abord tourné vers le soleil levant pour le saluer, silencieusement, de tout mon coeur. Puis, me tournant de l'autre côté vers la mer,  je me suis recueilli et j'ai lancé les fleurs sur l'eau. Les vagues les ont cueillies et les ont doucement emmenées vers le bord, dans les creux des rochers. J'ai pris quelques photos.

Ce geste peut paraître dérisoire, mais si chacun faisait la même chose, nous ne ferions plus de mal à la mer-mère, origine de toute vie sur la planète.

Pierre-Olivier Combelles

 

Photographies: Pierre-Olivier Combelles

Appareil: Fujifilm X100T

Offrande à la mer
Offrande à la mer
Offrande à la mer
Offrande à la mer
Offrande à la mer
Offrande à la mer
Offrande à la mer
Lire la suite

Cosmique Maki Ohkojima

31 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

L'oxygène que nous respirons est produit sur la terre par les forêts et dans les mers par le plancton. C'est à bord d'une expédition dans les îles du Japon à bord de la goélette scientifique française Tara que l'artiste japonaise Maki Ohkojima a découvert la biodiversité incroyable des mers.

L'oxygène que nous respirons est produit sur la terre par les forêts et dans les mers par le plancton. C'est à bord d'une expédition dans les îles du Japon à bord de la goélette scientifique française Tara que l'artiste japonaise Maki Ohkojima a découvert la biodiversité incroyable des mers.

La merveilleuse profusion de l'oeuvre de Maki Ohkojima est  la réponse à la destruction de l'océan par les Japonais et les autres peuples industrialisés de la planète. Dans ce combat pour la vie, chacun doit prier avec sa propre foi et lutter avec ses propres armes.

Site de Maki Ohkojima: http://www.ohkojima.com/top.htm

 

Merci à Alain et Michel Sennepin qui m'ont fait découvrir http://europe-tigre.over-blog.com/2018/05/sentiment-oceanique.html cette artiste que j'avais aperçue, sans savoir qui elle était, dessinant dans le carré de Tara sur une photo du livre de Christian Sardet: Plancton: aux origines du vivant (éditions Ulmer).

http://planktonchronicles.org/fr/le-livre/

Memories of 4,600 Million Years. Peinture murale par Maki Ohkojima.

Memories of 4,600 Million Years. Peinture murale par Maki Ohkojima.

Entre l'émerveillement et la crainte et entre le meilleur et le pire

Pendant ce temps-là, les Japonais poursuivent leur démente chasse à la baleine dans l'Antarctique, s'attaquant maintenant à des femelles pleines: c'est le matricide d'Amaterasu (divinité marine protectrice du Japon) qui se poursuit. Avec la contamination permanente de la terre, de l'air et de la mer par la centrale nucléaire de Fukushima dont les réacteurs sont en fusion depuis 2011, j'ai l'impression que le Japon dont la démographie est en chute vertigineuse cherche à précipiter le monde avec lui dans son suicide.

POC

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/japon-122-baleines-enceintes-tu%c3%a9es-au-cours-dune-exp%c3%a9dition-dans-lantarctique/ar-AAy3jZ8?li=BBoJIji&ocid=mailsignout

http://pocombelles.over-blog.com/2013/12/le-japon-est-l-une-des-nations-qui-exploite-le-plus-nos-oc%C3%A9ans-sans-penser-au-futur-paul-watson-sea-sheperd.html

https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/01/09/la-population-du-japon-poursuit-son-inquietant-declin_5239130_3216.html

https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/helen-caldicott-a-fukushima-la-189708

https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/arnie-gundersen-le-monde-en-danger-183490

mais surtout

http://germedeconscience.unblog.fr/2011/03/28/coup-daccelerateur-nucleaire/

Pierre Fetet, auteur du de Fukushima-blog.com, m'apporte ces précisions au sujet de deux des articles cités ci-dessus:

"L'article d'Helen Caldicott est très mal traduit. Les cœurs des réacteurs ne sont plus en fusion. Ils sont fondus, c'est différent.

C'est vrai que les bâtiments pourront un jour s'effondrer, les piscines avec. Ça sera très difficile de démanteler. Mais le sol n'est pas liquéfié. Il y a une nappe phréatique qui passe en dessous, ok, mais elle passe dans des couches gréseuses, c'est de la roche.

Sinon, pour le reste, elle a raison.

J'ai toujours apprécié les propos d'Arnie Gundersen. C'est quelqu'un de très mesuré et de très fiable. Rien à redire. Toutes ses vidéos sont très claires.

Cela dit, la pollution par la nappe phréatique n'est pas gérable. Ils ont fait un mur de glace pour l'arrêter mais ce n'est pas efficace à 100 %, l'eau contaminée coule encore vers le Pacifique."

http://www.fukushima-blog.com/

(Cette illustration n'est apas de Maki Ohkojima). "Fukushima Daichi demeure une tache diabolique sur le Japon et sur le monde pour le reste de l’histoire de l’humanité, situé comme il est sur des zones actives de tremblements de terre." Dr Helen Caldicott.

(Cette illustration n'est apas de Maki Ohkojima). "Fukushima Daichi demeure une tache diabolique sur le Japon et sur le monde pour le reste de l’histoire de l’humanité, situé comme il est sur des zones actives de tremblements de terre." Dr Helen Caldicott.

The forest whale  地上に生きるものたちへ Blessing to living on the earth, par Maki Ohkojima

The forest whale 地上に生きるものたちへ Blessing to living on the earth, par Maki Ohkojima

Lire la suite

Des armes de guerre contre les écologistes

28 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Des armes de guerre contre les écologistes

Pour Maxime, mutilé sur la Zad le 22 mai 2018 — lettre de Robin, mutilé à Bure le 15 août 2017.

Mettre des mots sur l’horreur.
Ne pas céder à la résignation. Au terrorisme d’État.
Malgré le stylo qui tremble, écrire. Témoigner.

Ne pas se laisser écraser par le concert d’opérations sémantiques, de propagande préventive et de censure qui cherche à nous couper de notre empathie et de la révolte qu’elle devrait spontanément engendrer.
Maxime vient de perdre sa main. Sa main droite. Pour toujours.

Il rejoint bien plus gravement encore l’enfer que j’ai vécu durant 9 mois.
Le 15 août 2017, à Bure, l’explosion d’une grenade GLI-F4 tirée par les gendarmes mobiles creusait mon pied gauche sur un diamètre de 13 cm et jusqu’à 3 cm de profondeur, arrachant peau, veines, nerfs, muscles et pulvérisant les os. C’était pendant une manifestation contre le projet Cigéo d’enfouissement de déchets radioactifs à 500 m de profondeur. Il y a eu 30 blessés, dont 4 graves.

Contrairement à ce que leur nom indique, les grenades GLI-F4 contiennent de la TNT et explosent ! Leurs déflagrations font 1 m de diamètre et peuvent tuer si elles touchent une partie vitale. Les appellations de « lacrymogènes » ou d’« assourdissantes » que la préfecture et les ministres leur donnent dans les médias servent à masquer la vérité à leur sujet : CE SONT DES ARMES DE GUERRE !

L’État utilise des armes de guerre pour terrasser le peuple. Dans le cas présent, les conséquences sont bien pires qu’un tir à balle réelle.

Déjà, à l’époque, j’avais alerté sur les dangers des grenades explosives en organisant une manifestation pour exiger leur interdiction mais les grandes chaînes ont cantonné l’information à la région lorraine. La majorité des Français ignore encore la vérité sur ce sujet.

Il est tombé près de 4.000 grenades explosives sur la Zad depuis le début de son invasion par les gendarmes mobiles. Provoquant des centaines et des centaines de blessés, notamment à cause des éclats de métal qu’elles projettent. Où est la violence ?

Maxime est actuellement à l’hôpital.

Outre les intenses douleurs et le fort traumatisme qui le suivront nuit et jour, il devra désormais supporter ce handicap inimaginable : vivre avec une seule main.

Cette main, que l’explosion lui a arrachée sur le coup, l’État lui a volé pour prix de son combat, pour prix de notre combat. Dans les dernières décennies, la militarisation du maintien de l’ordre a fait couler trop de sang.
Combien d’éborgnés ? Combien de mutilés ? Combien de vies déchirées par l’utilisation criminelle des flashballs et des grenades explosives ?

La violence de l’État pour mater toute résistance est extrême. Elle cherche à nous terroriser, à nous acculer à la résignation. Face à cela, la solidarité est notre arme et jamais la peur ne doit nous arrêter.

Proches, moins proches et tous ceux qui croiseront la route de Maxime, prenez soin de lui ! Tenez bon ! Il y a mille et une manières de lui apporter ce qui lui permettra de vivre. Écoutez-le, cherchez, trouvez !

La vie continue, le combat pour elle aussi.
Maxime, tiens bon !

Source: REPORTERRE https://reporterre.net/Robin-mutile-par-une-grenade-ecrit-a-Maxime-qui-a-perdu-sa-main-sur-la-Zad-La

Robin: https://reporterre.net/Grievement-blesse-au-pied-par-les-gendarmes-a-Bure-Robin-temoigne

https://reporterre.net/VIDEO-L-appel-de-Robin-Pages-blesse-durement-a-Bure-pour-la-fin-de-la-terreur-d

Maxime: https://reporterre.net/Main-arrachee-a-Notre-Dame-des-Landes-la-Zad-sous-le-coup-de-la-stupeur

https://reporterre.net/Ses-amis-racontent-comment-Maxime-a-eu-la-main-arrachee-sur-la-Zad

Lire la suite

À Vittel, Nestlé privatise la nappe phréatique (Lorène Lavocat/Reporterre)

28 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

À Vittel, dans les Vosges, Nestlé Waters et les habitants pompent la même eau. La ressource se réduisant de façon préoccupante, les autorités locales veulent la faire venir des environs pour abreuver la population. La multinationale, elle, pourra continuer de puiser dans le sous-sol.

Vittel (Vosges), reportage

Une longue file de camions coule à travers les rues de Vittel en direction de l’autoroute A31. Dans leurs immenses bennes, des milliers de bouteilles d’eau attendent de se déverser dans les rayons des supermarchés français et européens… D’Allemagne au Japon, on s’abreuve d’eau vosgienne. Qu’elles s’appellent Hépar®, Contrex®, Vittel®, chaque goutte provient de ces sous-sols vosgiens riches en minéraux. Et chaque centime revient dans le portefeuille de Nestlé Waters, propriétaire des marques.

Des centaines de millions de litres du précieux liquide sont ainsi extraits, chaque année, des profondeurs lorraines. Tant et si bien qu’une de ces nappes souterraines, la plus profonde et la plus importante, est menacée d’épuisement. Mais plutôt que d’exiger de la multinationale qu’elle réduise ses prélèvements, élus et industriels envisagent ni plus ni moins de serrer la ceinture hydrique des habitants. Bientôt, à Vittel, l’eau des robinets ne proviendra peut-être plus du sous-sol, mais sera acheminée par pipeline sur des dizaines de kilomètres. « Le géant international s’est approprié la ressource locale pour commercialiser l’eau en bouteille, dénonçait France nature environnement en mars dernier. L’entreprise s’octroie un réel monopole sur une ressource qui n’est censée appartenir à personne, si ce n’est aux populations locales pour subvenir à leurs besoins vitaux. » Joint par Reporterre, Christophe Klotz, directeur d’Agrivair, une filiale de Nestlé Waters, refuse d’endosser « le rôle du gros vilain : nous ne sommes pas contre ce territoire, nous sommes interconnectés avec lui. Et ce territoire vit autour et grâce à l’eau ».

(...)

Cette nappe, que l’on appelle aquifère des grès du Trias inférieur (GTI), s’étend de l’Allemagne jusqu’aux Cornouailles en passant sous le bassin parisien. Au niveau de Vittel, elle se situe à près de 100 mètres de profondeur, et constitue un réservoir « captif », isolé : l’eau y est emprisonnée entre des couches géologiques relativement imperméables. Côté face, cet isolement permet de préserver sa qualité, car elle est ainsi protégée des pollutions. Côté pile, cette nappe se régénère très, très, très lentement. Et c’est précisément cette ressource peu renouvelable qui intéresse les habitants, pour leur consommation d’eau potable, mais surtout les industriels, qui sont à l’origine de près de la moitié des prélèvements.

(...)

Lorène Lavocat

Suite de l'article sur REPORTERRE: https://reporterre.net/A-Vittel-Nestle-privatise-la-nappe-phreatique

Lire la suite

Entre forêts et sentiers, quelques pensées d'Ernst Jünger.

27 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Ginkgo biloba L. Depuis 300 millions d'années, il verdit et reverdit sous le Soleil. Derrière, un ailante, l'arbre "inutile" de Tchoueng-tseu (http://pocombelles.over-blog.com/2015/07/the-use-of-the-useless-chuang-tzu.html) Photo: P-O. Combelles

Ginkgo biloba L. Depuis 300 millions d'années, il verdit et reverdit sous le Soleil. Derrière, un ailante, l'arbre "inutile" de Tchoueng-tseu (http://pocombelles.over-blog.com/2015/07/the-use-of-the-useless-chuang-tzu.html) Photo: P-O. Combelles

Parole, esprit et liberté sont sous trois aspects une seule et même chose.

Sur les falaises de marbre (1942),trad. Henri Thomas, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2005, p. 93

 A notre époque il faut jouir d'un calme de salamandre si l'on veut parvenir à ses fins.

Jardins et routes (1942), trad. Maurice Betz (revue par Henri Plard), éd. Christian Bourgois, coll. « Livre de poche biblio », 1979, p. 247

Une pensée qui nous échappe ressemble au poisson qui se détache de l'hameçon. Nous ne devrions pas le pourchasser ; il continue à se nourrir dans les profondeurs pour nous revenir ensuite, plus lourd.

Jardins et routes (1942), trad. Maurice Betz (revue par Henri Plard), éd. Christian Bourgois, coll. « Livre de poche biblio », 1979, p. 249

C'est en effet un privilège de l'homme d'ignorer le futur. C'est un diamant dans le diadème de liberté qu'il porte en lui. S'il perdait cela, il deviendrait un automate dans un monde d'automates.

Premier Journal parisien, 1941-1943

J'ai été simple, et je vais tendre à toujours plus de simplicité.

Premier Journal parisien (1949), trad. Frédérick de Towarnicki (revue par Henri Plard), éd. Christian Bourgois, 1995, p. 172

Notre situation entre deux femmes a quelque ressemblance avec un jugement de Salomon - où nous serions tout à la fois le juge et l'enfant. Il faut nous donner à celle qui ne veut pas nous partager.

Second Journal parisien, Journaux de guerre 1939-1948 (1979), trad. Frédérick de Towarnicki (revue par Henri Plard puis Julien Hervier), éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2008, p. 608

Quand le monde nous semble vaciller sur ses bases, un regard jeté sur une fleur peut rétablir l'ordre.

Second Journal de Paris, Journaux de guerre 1939-1948 (1965), trad. Frédérick de Towarnicki, éd. Julliard, 1965, p. 209

… De même que c'est le héros sur qui repose la sécurité du lieu, sa qualité d'habitation, de même, le poète parvient à ce qu'on le reconnaisse, à ce qu'on se souvienne de lui — en devenant pays natal.
Ce sont les poètes qui ouvrent le grand refuge, la grande demeure. Donc, là où ils sont absents, il se répand aussitôt un vide terrible. Ces lieux sont assurément encore habitables, mais deviennent inhospitaliers, dépourvus de sens, et leur face secrète inconnue.

 La cabane dans la vigne, in: Ernst Jünger, dossier conçu et dirigé par Philippe Barthelet, éd. L'âge d'Homme, coll. « Les dossiers H », 2000  (ISBN 2-8251-1425-1), p. 13

Le recours aux forêts — ce n'est pas une idylle qui se cache sous ce mot. Le lecteur doit plutôt se préparer à une marche hasardeuse, qui ne mène pas seulement hors des sentiers battus, mais au-delà des frontières de la méditation.

Traité du rebelle (1951), trad. Henri Plard), éd. Christian Bourgois, 1981, p. 9

Je ne veux pas croiser le fer avec la société, et surtout pas pour l'améliorer, par exemple, mais la tenir à distance, quoi qu'il advienne. Je supprime mes services, mais aussi mes exigences.

Eumeswil (1977), trad. Henri Plard, éd. La Table ronde, coll. « Folio », 1998, p. 202

Coreus marginatus L. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Coreus marginatus L. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Frontispice des "Livres de nature", la célèbre collection créée par Jacques Delamain chez Stock, dans les années 1920.

Frontispice des "Livres de nature", la célèbre collection créée par Jacques Delamain chez Stock, dans les années 1920.

Lire la suite

Coupe rase aux Vaux de Cernay, dans le Bois domanial des Vindrins (Forêt "de protection" de Rambouillet)

25 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Celui qui se voue corps et âme à ses semblables passe à leurs yeux pour un bon à rien, un égoïste, mais celui qui ne leur voue qu’une parcelle de lui-même est salué des titres de bienfaiteur et philanthrope.

Henry David Thoreau, La désobéissance civile.

 

Photographies de Pierre-Olivier Combelles

Appareil: Fujifilm X100T

Cliquez sur les images pour les agrandir et les faire défiler.

Emplacement de la coupe rase au sud de la D24 entre la Ferme des Vallées et l'Abbaye des Vaux de Cernay

Emplacement de la coupe rase au sud de la D24 entre la Ferme des Vallées et l'Abbaye des Vaux de Cernay

Sur la D24 qui longe la vallée des Vaux de Cernay entre Auffargis et Cernay la Ville, entre l'Etang des Vallées et l'Abbaye des Vaux de Cernay, on peut voit deux grandes piles de bois coupé à l'entrée d'un chemin  forestier.

Sur la D24 qui longe la vallée des Vaux de Cernay entre Auffargis et Cernay la Ville, entre l'Etang des Vallées et l'Abbaye des Vaux de Cernay, on peut voit deux grandes piles de bois coupé à l'entrée d'un chemin forestier.

Nous sommes au bord du Bois domanial des Vindrins, dans la forêt de Rambouillet, classée "forêt de protection" en 2009.

Nous sommes au bord du Bois domanial des Vindrins, dans la forêt de Rambouillet, classée "forêt de protection" en 2009.

Ces rondins proviennent des troncs et des branches d'arbres de toute sorte: chênes, bouleaux, charmes, etc, coupés dans les environs. Les grumes de chênes sont déjà parties depuis l'année dernière. Pour où, la Chine ?

Ces rondins proviennent des troncs et des branches d'arbres de toute sorte: chênes, bouleaux, charmes, etc, coupés dans les environs. Les grumes de chênes sont déjà parties depuis l'année dernière. Pour où, la Chine ?

Pour qui ? pour l'Office National des Forêts Energie. https://www.onf-energie-bois.com/

Pour qui ? pour l'Office National des Forêts Energie. https://www.onf-energie-bois.com/

Ce bois est destiné à être broyé pour être transformé en plaquettes pour le chauffage domestique, parfois pour les centrales thermiques.

Ce bois est destiné à être broyé pour être transformé en plaquettes pour le chauffage domestique, parfois pour les centrales thermiques.

A côté, un chemin de bardage totalement défoncé par les engins mécaniques mène vers la coupe située l'intérieur de la forêt. Impossible de le suivre à pied tellement les ornières sont profondes et encombrées par les branchages. Où diable se trouve-t-elle ?

A côté, un chemin de bardage totalement défoncé par les engins mécaniques mène vers la coupe située l'intérieur de la forêt. Impossible de le suivre à pied tellement les ornières sont profondes et encombrées par les branchages. Où diable se trouve-t-elle ?

Suivons donc la route jusqu'à la première entrée de l'abbaye des Vaux de Cernay (devenue propriété des Rothschild au XIXe siècle jusque dans les années 80 et depuis hôtel-restaurant de luxe). La coupe est du côté droit (sud) de la route, presque invisible car on a laissé une bande de forêt d'une centaine de mètres de large pour la cacher aux automobilistes, motards et cyclistes toujours pressés.

Suivons donc la route jusqu'à la première entrée de l'abbaye des Vaux de Cernay (devenue propriété des Rothschild au XIXe siècle jusque dans les années 80 et depuis hôtel-restaurant de luxe). La coupe est du côté droit (sud) de la route, presque invisible car on a laissé une bande de forêt d'une centaine de mètres de large pour la cacher aux automobilistes, motards et cyclistes toujours pressés.

Grille du parc de l'abbaye des Vaux de Cernay.

Grille du parc de l'abbaye des Vaux de Cernay.

En face de la grille deu parc de l'abbaye, il faut traverser la D24, traverser à la perpendiculaire la bande boisée qu longe la route. On voit rapidement des trouées de lumière entre les arbres et on découvre la coupe rase, immense. Elle a été faite en 2016 ou 2017. Depuis, les fougères ont poussé et ont tout recouvert.

En face de la grille deu parc de l'abbaye, il faut traverser la D24, traverser à la perpendiculaire la bande boisée qu longe la route. On voit rapidement des trouées de lumière entre les arbres et on découvre la coupe rase, immense. Elle a été faite en 2016 ou 2017. Depuis, les fougères ont poussé et ont tout recouvert.

Elle doit s'étendre sur 80 hectares au moins. Tout a été rasé, c'est ce qu'on appelle une "coupe rase" ou "coupe à blanc". Sauf un hêtre monumental que l'on voit à mi-pente. Les tempêtes de printemps et d'hiver auront vite fait de briser ses branches et de l'abattre puisqu'il n'est plus protégé par ses voisins.

Elle doit s'étendre sur 80 hectares au moins. Tout a été rasé, c'est ce qu'on appelle une "coupe rase" ou "coupe à blanc". Sauf un hêtre monumental que l'on voit à mi-pente. Les tempêtes de printemps et d'hiver auront vite fait de briser ses branches et de l'abattre puisqu'il n'est plus protégé par ses voisins.

Comment, à notre époque et dans une "forêt de protection", peut-on se livrer à une destruction pareille, la pire forme d'exploitation forestière ?

Comment, à notre époque et dans une "forêt de protection", peut-on se livrer à une destruction pareille, la pire forme d'exploitation forestière ?

Celle qui détruit tout, durablement: arbres, arbustes, plantes herbacées forestières, faune et flore des arbres, du sol et du sous-sol.

Celle qui détruit tout, durablement: arbres, arbustes, plantes herbacées forestières, faune et flore des arbres, du sol et du sous-sol.

Le sol est ravagé par les lourds engins mécaniques. Il semble que la maladie de Lyme est due à l'exploitation intensive des forêts qui détruisent son habitat et bouleversent les relations des tiques avec leurs hôtes et leurs prédateurs naturels.

Le sol est ravagé par les lourds engins mécaniques. Il semble que la maladie de Lyme est due à l'exploitation intensive des forêts qui détruisent son habitat et bouleversent les relations des tiques avec leurs hôtes et leurs prédateurs naturels.

En bas de la coupe, la  bande boisée d'une centaine de mètres de large qui la sépare de la route.

En bas de la coupe, la bande boisée d'une centaine de mètres de large qui la sépare de la route.

Tout autour, la vraie forêt, comme celle qui existait ici avant, avec ce moutonnement d'arbres et arbustes de toutes sortes: chênes rouvres, charmes, hêtres, bouleaux, sorbiers des oiseleurs, alisiers torminaux, érables sycomores, noisetiers, sureaux, aubépines, etc.

Tout autour, la vraie forêt, comme celle qui existait ici avant, avec ce moutonnement d'arbres et arbustes de toutes sortes: chênes rouvres, charmes, hêtres, bouleaux, sorbiers des oiseleurs, alisiers torminaux, érables sycomores, noisetiers, sureaux, aubépines, etc.

Ici, la souche d'un chêne rouvre abattu. La chênaie prédominait sur les pentes de la vallée, de magnifiques chênaies. La forêt de mon enfance versaillaise  a irrémédiablement disparu.

Ici, la souche d'un chêne rouvre abattu. La chênaie prédominait sur les pentes de la vallée, de magnifiques chênaies. La forêt de mon enfance versaillaise a irrémédiablement disparu.

C'est ce que l'ONFE appelle "gérer durablement les forêts françaises". Capture d'écran du site de l'ONFE pour la vente de produits de bois de chauffage domestique. https://www.onf-energie-bois.com/

C'est ce que l'ONFE appelle "gérer durablement les forêts françaises". Capture d'écran du site de l'ONFE pour la vente de produits de bois de chauffage domestique. https://www.onf-energie-bois.com/

"Un bois de chauffage respectueux de l'environnement", vraiment ?

"Un bois de chauffage respectueux de l'environnement", vraiment ?

La forêt de Rambouillet est classée "forêt de protection" depuis 2009 *. Les Vaux de Cernay sont un lieu de recréation célèbre depuis le XIXe siècle, popularisé par les peintres de l'Ecole de Cernay https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Germain_Pelouse . Cette énorme coupe à blanc est aberrante ici et à  notre époque, qui ne devrait plus connaître que la futaie jardinée. Elle aurait été sans doute impossible il y a encore quelques dizaines d'années, lorsque l'ONF n'avait pas été encore soumise aux méthodes "manageuriales" de la productivité maximale dans le temps le plus court et avec les coûts d'exploitation les plus bas possible. Les résultats, on les connaît: limitation du personnel de l'ONF, pressions exercées sur ceux qui restent, privatisation de l'exploitation, saccage de la forêt.

Il ne s'agit pas d'accuser les agents de l'ONF qui sont les premières victimes de cette politique. Ils en paient le prix lourd: pressions psychologiques, maladies, suicides, démissions, etc**. La plupart de ces forestiers, nous en avons tous connu, étaient des professionnels amoureux de la forêt et de leur métier. Ils sont écoeurés de ce qu'on leur demande, cela va contre leur conscience. Non seulement, ces nouvelles méthodes d'exploitation sont désastreuses pour la forêt, pour l'environnement, pour le  climat, pour le public, mais aussi pour toute la profession des Eaux et Forêts, qui jouissait d'un grand prestige et d'un grand respect.

Le Bois domanial des Vindrins n'a plus de garde forestier. J'ai connu le dernier, c'était un homme accueillant, charmant, cultivé, pacifique, amoureux des arbres et des animaux. Il n'était pas chasseur. Au contraire, il recueillait les animaux abandonnés ou blessés pour les soigner. En arrêt maladie (pour des raisons qui n'étaient sûrement pas étrangères à l'évolution de l'ONF), il a quitté définitivement en 2017 la maison forestière des Vindrins où il habitait, près de St Benoit. Elle est maintenant fermée, comme la plupart des autres maisons forestières de la forêt de Rambouillet, qui sont vendues les unes après les autres par les Domaines, quand elles ne tombent pas tout simplement en ruine.

Ah, un détail: nous sommes en plein dans le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse...

Pierre-Olivier Combelles

* " Le massif de Rambouillet est classé « forêt de protection » par décret en Conseil d'État le 11 septembre 20098. Le périmètre de classement englobe la forêt domaniale, au centre, et la forêt privée en périphérie, soit une surface ainsi protégée de 25 250 hectares. La forêt de Rambouillet est ainsi, par sa superficie, la deuxième forêt de protection depuis que ce statut a été créé en 19924." https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_de_Rambouillet

** https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/04/crise-a-l-onf-quand-la-foret-s-enflamme_4746056_4355770.html

Peter Wohlleben: La vie secrète des arbres, Editions Les Arènes, 2017. Présentation de la futaie jardinée, qui est le seul mode d'exploitation forestière respectueux de l'environnement.

Peter Wohlleben: La vie secrète des arbres, Editions Les Arènes, 2017. Présentation de la futaie jardinée, qui est le seul mode d'exploitation forestière respectueux de l'environnement.

Coupe rase aux Vaux de Cernay, dans le Bois domanial des Vindrins (Forêt "de protection" de Rambouillet)
Lire la suite

Oh think twice

25 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Another Day in Paradise
 
Phil Collins
 
 
She calls out to the man on the street
"Sir, can you help me?
It's cold and I've nowhere to sleep
Is there somewhere you can tell me?"

He walks on, doesn't look back
He pretends he can't hear her
Starts to whistle as he crosses the street
Seems embarrassed to be there

Oh think twice, cause it's another day for
You and me in paradise
Oh think twice, cause it's another day for you
You and me in paradise

Just think about it

She calls out to the man on the street
He can see she's been crying
She's got blisters on the soles of her feet
She can't walk but she's trying

Oh think twice, cause it's another day for
You and me in paradise
Oh think twice, it's just another day for you
You and me in paradise

Just think about it

Oh lord, is there nothing more anybody can do
Oh lord, there must be something you can say

You can tell from the lines on her face
You can see that she's been there
Probably been moved on from every place
'Cos she didn't fit in there

Oh think twice, cause it's another day for
You and me in paradise
Oh think twice, it's just another day for you
You and me in paradise

Just think about it
Just think about it

It's just another day for you and me in paradise
It's just another day for you and me in paradise
It's just another day for you and me in paradise

Just think about it
Lire la suite

UE: l'inversion des valeurs (Eva Joly)

20 Mai 2018 , Rédigé par Béthune

Lire la suite

Chasse subtile: le repas du fauve

20 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

De merveille en merveille, l'existence s'ouvre.

Lao Tseu

 

Une matinée de mai dans la forêt de Rambouillet. Le ciel est bleu, le soleil brille, il fait chaud. Les robiniers faux-acacias en fleur embaument parmi le bourdonnement léger des insectes. Des petits hannetons bruns au thorax vert foncé, Phyllopertha horticola Linné, explorent fébrilement les feuillage et les grappes de fleurs blanches. Sur le chemin sablonneux courent et s'envolent devant moi les cicindèles. Je marche avec précaution, attentif à tout ce qui m'entoure. Soudain, je vois quelque chose qui bouge à mes pieds. C'est une cicindèle aux prises avec une proie. Lentement, je m'agenouille, puis je me mets à plat ventre pour l'observer. C'est une cicindèle hybride (Cicindela hybrida Linné). Elytres bruns cuivré marqués de hiéroglyphes blancs, ceux du milieu en forme de crochet s'arrêtant à la limite de l'abdomen. Enormes yeux noirs, proéminents. De ses longues et puissantes mandibules marquées latéralement de blanc, elle tient une chenille jaune aussi longue qu'elle. Allongé sur le sol, je me rapproche lentement en rampant sur les coudes, l'appareil photo braqué devant moi en position macro. Impossible d'être plus près; je suis à la limite de la mise au point. Elle cisaille le cou de la chenille. Presque décapitée, elle ne bouge presque plus. La cicindèle plonge ses mandibules et ses pièces buccales dans sa victime,d'où sort un jus noirâtre, visqueux. Sans faire attention à moi, elle la traîne jusque dans son terrier dans le sable où elle disparaît. Un peu plus loin, sur le sable, le cadavre d'un bourdon, ventre en l'air. Une autre de ses victimes ? La cicindèle est le tigre silencieux du monde des insectes. La forêt ne résonne pas de ses rugissements. Les tigres à dents de sabre et les lions des cavernes ont disparu de cette forêt depuis longtemps*; les cicindèles font partie des êtres qui m'aident à m'en consoler.

Pierre-Olivier Combelles, mai 2018

* http://pocombelles.over-blog.com/2018/01/la-caverne-du-tigre.html

Appareil photo numérique: Fujifilm X100T. Focale fixe équivalent à 35 mm (pas de zoom).

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Chasse subtile: le repas du fauve
Lire la suite

La coupe forestière

18 Mai 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Celui qui se voue corps et âme à ses semblables passe à leurs yeux pour un bon à rien, un égoïste, mais celui qui ne leur voue qu’une parcelle de lui-même est salué des titres de bienfaiteur et philanthrope.

Henry David Thoreau, La désobéissance civile.

Le recours aux forêts demeure possible, lors même que toutes les forêts ont disparu, pour ceux-là qui cachent en eux des forêts.

Ernst Jünger, in: Graffiti/Frontalières (1966), Ernst Jünger (trad. Henri Plard), éd. Christian Bourgois, coll. « 10/18 », 1977, p. 179

Une petite route (D61) dans la forêt de Rambouillet (Yvelines), entre St Benoist et la D906. A droite, un rideau de charmes cache opportunément aux automobilistes le Bois de la Dallonerie, dans la forêt domaniale dite "de protection".

Une petite route (D61) dans la forêt de Rambouillet (Yvelines), entre St Benoist et la D906. A droite, un rideau de charmes cache opportunément aux automobilistes le Bois de la Dallonerie, dans la forêt domaniale dite "de protection".

Le naturaliste à vélo s'arrête. Une trouée dans la haie de charmes laisse entrevoir le champ de bataille derrière.

Le naturaliste à vélo s'arrête. Une trouée dans la haie de charmes laisse entrevoir le champ de bataille derrière.

Le sol est dévasté, écrasé par les énormes engins mécaniques

Le sol est dévasté, écrasé par les énormes engins mécaniques

Là-bas, le butin de la bataille

Là-bas, le butin de la bataille

Les morts sont entassés sur deux immenses rangées

Les morts sont entassés sur deux immenses rangées

Là-bas on voit les quelques chênes qui ont été laissés, les "semenciers".

Là-bas on voit les quelques chênes qui ont été laissés, les "semenciers".

Tout y passe: chênes, charmes, hêtres, alisiers torminaux, sorbiers des oiseleurs, bouleaux...

Tout y passe: chênes, charmes, hêtres, alisiers torminaux, sorbiers des oiseleurs, bouleaux...

Certains sont encore vivants, comme ce rondin de charme amputé.

Certains sont encore vivants, comme ce rondin de charme amputé.

Feuilles de chêne rouvre à terre

Feuilles de chêne rouvre à terre

"Le massif de Rambouillet est classé « forêt de protection » par décret en Conseil d'État le 11 septembre 20098. Le périmètre de classement englobe la forêt domaniale, au centre, et la forêt privée en périphérie, soit une surface ainsi protégée de 25 250 hectares. La forêt de Rambouillet est ainsi, par sa superficie, la deuxième forêt de protection depuis que ce statut a été créé en 19924. "

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_de_Rambouillet

 

Photographies: Pierre-Olivier Combelles

Appareil: Fujifilm X100T

Sur le même sujet et sur le même blog, entre autres:

http://pocombelles.over-blog.com/2018/05/les-forestiers-de-l-onf-se-mobilisent-contre-l-industrialisation-de-la-foret-reporterre.html

La coupe forestière
Peter Wohlleben: La vie secrète des arbres. Les Arènes, 2017. La "fûtaie jardinée" qui est décrite ici à la fin de ce livre passionnant est évidemment la seule méthode correcte d'exploitation de la forêt par l'homme, et c'est exactement le contraire de ce que nous voyons avec tristesse et désolation dans nos forêts domaniales françaises, en plus "de protection" placées sous la responsabilité de l'Etat. Un Etat qui est la proie de valeurs et d'intérêts purement mercantiles, à court terme. Une économie de prédation.

Peter Wohlleben: La vie secrète des arbres. Les Arènes, 2017. La "fûtaie jardinée" qui est décrite ici à la fin de ce livre passionnant est évidemment la seule méthode correcte d'exploitation de la forêt par l'homme, et c'est exactement le contraire de ce que nous voyons avec tristesse et désolation dans nos forêts domaniales françaises, en plus "de protection" placées sous la responsabilité de l'Etat. Un Etat qui est la proie de valeurs et d'intérêts purement mercantiles, à court terme. Une économie de prédation.

Lire la suite
1 2 > >>