Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

James Petras: El capitalismo extractivo de Evo, Cristina, Ollanta, Correa, Dilma y Chávez

26 Février 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

James Petras: El capitalismo extractivo de Evo, Cristina, Ollanta, Correa, Dilma y Chávez
James Petras: El capitalismo extractivo de Evo, Cristina, Ollanta, Correa, Dilma y Chávez
Affiche sur un mur à Lima. Photo: P.O. Combelles

Affiche sur un mur à Lima. Photo: P.O. Combelles

Source et intégralité de l'article sur SERVINDI:

https://www.servindi.org/actualidad/75080

Ce que ces hommes politiques ont en commun, c'est l'argent, qui est pour eux au-dessus de tout. Tout se vend, tout s'achète, rien n'a de valeur en dehors de l'argent et du profit.

Ils vivent dans un univers de privilèges et de luxe matériel sans aucun rapport avec la vie quotidienne de la majorité des gens et où tout ce qu'ils consomment est importé. Ils n'ont jamais cultivé, ni chassé ou pêché pour vivre et faire vivre les autres. Ils n'ont jamais fabriqué un seul de leurs outils ou vêtements. 

L'Inca ouvrait le premier sillon de l'année avec une "chaquitaccla" (bêche) d'or et avait appris dans sa jeunesse à fabriquer des sandales.

Ils méprisent l'agriculture vivrière ("de subsistance") qui pour eux, autre jugement péjoratif "est du Moyen-Âge". Savent-ils ce qu'a été réellement le Moyen-Âge et se merveilles ? Ils l'ignorent totalement.

Ils ont détruit ou fini de détruire la petite agriculture traditionnelle et familiale qui permettait au peuple  de vivre décemment et de manière autonome. Les paysans des Andes ont du refluer vers les grandes villes et remplir les "barrios" comme ceux qui s'étendent à perte de vue dans le désert autour de Lima (10 millions d'habitants), monstrueuse mégapole.

Il n'y a que l'extractivisme, l'importation, l'exportation et les grands travaux coûteux qui comptent pour eux. Pourquoi ? Parce qu'ils reçoivent des millions en pots-de-vin, bien sûr. Quittes à se retrouver en prison après.

Ils trahissent leurs promesses et leurs électeurs puis vendent les ressources de la terre, de la mer et des hommes aux intérêts privés et étrangers. Pour eux, c'est le signe de la réussite.

Politiciens menteurs, politiciens voleurs. Ils se croient tout, parce qu'ils ont perdu conscience et morale.

De l'autre côté des cerros et des quartiers riches de Lima, s'étendent à perte de vue dans le désert stérile les "barrios" des nouveaux citadins, les paysans venus des Andes. Lima compte aujourd'hui environ 10 millions d'habitants, vingt fois plus qu'il y a 50 ans. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

De l'autre côté des cerros et des quartiers riches de Lima, s'étendent à perte de vue dans le désert stérile les "barrios" des nouveaux citadins, les paysans venus des Andes. Lima compte aujourd'hui environ 10 millions d'habitants, vingt fois plus qu'il y a 50 ans. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Le "barrio" San Juan de Lurigancho, la nuit. Photo: P.O. Combelles

Le "barrio" San Juan de Lurigancho, la nuit. Photo: P.O. Combelles

Lire la suite

Joakim Donner et Juha Janhunen (éds.) : Kai Donner, Linguist, ethnographer, photographer

25 Février 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Joakim Donner et Juha Janhunen (éds.) : Kai Donner, Linguist, ethnographer, photographer

[Kai Donner, linguiste, ethnographe, photographe]. Helsinki, Suomalaisen Kirjallisuuden Seura (SKS), 2014. 176 p. ISBN 978-951-616-245-7, ISSN 2243-1373.

 

Compte-rendu par Thierry Poibeau, in ETUDES FINNO-OUGRIENNES (INALCO):

 

https://journals.openedition.org/efo/5426

 

 

Sur Kai Donner et sur ce même blog:

 

http://pocombelles.over-blog.com/2016/08/the-samoyed-and-nature-kai-donner.html

 

http://pocombelles.over-blog.com/article-kai-reinhold-donner-1889-1935-par-aurelien-sauvageot-85345885.html

La méthode ethnologique de Kai Donner, un savant de terrain.

La méthode ethnologique de Kai Donner, un savant de terrain.

"For the second time I had returned from the wilderness back to the civilization. I was probably even more glad to get home the second time. The world war may have had something to do with this. But in spite of everything I felt as I did the time before. A feeling of longing and depression was mixed with the joy. Only a short time ago I had lived on the large plains and the immesureable wilderness, and now I had returned to the market place of civilization. All the difficulties and strains were forgotten, and before my inner eye there stood the fresh life and the marvelous stay among savages whom I had learned to love and understand. He who only knows our side of existence cannot understand the other one. But he who has seen life in his more original form will never forget what he has seen, and once he has left the infinite plains the memory becomes a shining revelation to him from which he can never tear himself away again. He has become an individual with double life, something of him has remained in the wilderness. That is what happened to me."

Kai Donner, Among the Samoyeds in Siberia (1911-1913) 1926.

Lire la suite

Exceptionnel entretien avec Jean Dorst (1965) lors de la parution de son livre "Avant que nature meure" (Pierre Ichac/INA)

3 Février 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Jean Dorst consultant "Les Oiseaux d'Amérique" de John James Audubon à la Bibliothèque centrale du Muséum, à Paris. L'oiseau représenté est le Gerfaut en phase sombre, nommé "Faucon du Labrador" par Audubon lors de son voyage en 1833. Photo: Pierre-Olivier Combelles (1989).

Jean Dorst consultant "Les Oiseaux d'Amérique" de John James Audubon à la Bibliothèque centrale du Muséum, à Paris. L'oiseau représenté est le Gerfaut en phase sombre, nommé "Faucon du Labrador" par Audubon lors de son voyage en 1833. Photo: Pierre-Olivier Combelles (1989).

Dans cet entretien (1965) d'une dizaine de minutes avec Pierre Ichac et après des paroles de Roger Heim, l'éminent ornithologue et naturaliste français Jean Dorst résume son célèbre ouvrage "Avant que nature meure". Tout ce qu'il dit ici avec une rigueur et une clarté parfaites est prophétique.

J'ai eu le grand honneur de rencontrer Jean Dorst (1924-2001) en 1989 lorsqu'il dirigeait le laboratoire Mammifères-Oiseaux du Muséum national d'Histoire naturelle, Muséum dont il avait été deux fois le directeur. Il fut ensuite le Président de ma thèse au Muséum sur "Le Voyage de John James Audubon au Labrador (1833) et sa contribution à l'histoire naturelle de la Côte-Nord du Québec" (1997) et devint ensuite un ami. Il me considérait comme son "fils spirituel". Jean Dorst a été non seulement un grand savant naturaliste, mais aussi un grand humaniste.

P.-O.C.

Ecoutez l'entretien ici dans les archives de l.N.A.:

https://www.ina.fr/audio/PHD94029036

"Magazine de Pierre ICHAC. Aujourd'hui, les conséquences nocives du progrès sur la Nature à l'occasion de la sortie du livre de Jean DORST "Avant que nature meure ". Avec Jean DORST, auteur de l'ouvrage, vice-président de L'Union Internationale de Conservation de la Nature, et professeur de Zoologie au muséum d'Histoire Naturelle et le Professeur Roger HEIM, directeur du Muséum National d'Histoire Naturelle, auteur de la préface. - A 1'47 : Roger HEIM présente ce livre qu'il qualifie de "grand livre". Pour lui nous sommes à l'aube de cette prédiction dramatique. Il espère que ce livre permettra de stopper ce "naufrage de la nature". Enumère les problèmes posés par ce livre : surpopulation, destruction de la biodiversité, abus des produits chimiques, conservation des sols. - A 3'12 : Jean DORST explique ce qui l'a amené à écrire cet ouvrage. Tout d'abord la constatation de la dévastation de la nature à travers son expérience personnelle : la régression des espèces animales ou végétales. Le problème des habitats inadaptés aux besoins, de la surpopulation, de la pénurie alimentaire. Globalement c'est le problème de la conservation des ressources naturelles et de leur exploitation rationnelle. La nécessité de préserver l'équilibre naturel. Evoque le déséquilibre profond du psychisme humain comme responsable du non respect des lois naturelles. - A 4'52 : Jean DORST donne des exemples concrets de problèmes : usure des sols, de l'abus des produits chimiques contre les insectes, danger de leur accumulation dans les sols, pollutions diverses et traitement des déchets (risques de cancers). - A 9'20 : Conclusion de Pierre ICHAC (citation d'une phrase de Jean DORST) dépendance de l'homme à son milieu. Homme et création forment un tout." (Source du texte: I.N.A.).

Sur le même sujet et sur le même blog:

http://pocombelles.over-blog.com/2013/10/jean-dorst-avant-que-nature-ne-meure-1965.html

http://pocombelles.over-blog.com/2014/02/jean-dorst-avant-que-nature-meure.html

Biographie de Jean Dorst sur Wikipedia:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Dorst

Exceptionnel entretien avec Jean Dorst (1965) lors de la parution de son livre "Avant que nature meure" (Pierre Ichac/INA)
Exceptionnel entretien avec Jean Dorst (1965) lors de la parution de son livre "Avant que nature meure" (Pierre Ichac/INA)
Un exemple de l'humanisme et de la grande ouverture d'intelligence et de culture de Jean Dorst: sa présentation, entre un texte d'André Malraux et un autre de Pierre Guerre (Directeur de la Fondation Saint-john Perse), pour le catalogue de l'exposition "Les oiseaux et l'oeuvre de Saint-John Perse"  (Aix-en-Provence 1976 - Paris 1977). Collection Pierre-Olivier Combelles.

Un exemple de l'humanisme et de la grande ouverture d'intelligence et de culture de Jean Dorst: sa présentation, entre un texte d'André Malraux et un autre de Pierre Guerre (Directeur de la Fondation Saint-john Perse), pour le catalogue de l'exposition "Les oiseaux et l'oeuvre de Saint-John Perse" (Aix-en-Provence 1976 - Paris 1977). Collection Pierre-Olivier Combelles.

Lire la suite