Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Maxime Shevchenko : L'impossible est possible. (Club d'Izborsk, 30 avril 2020)

1 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Maxime Shevchenko : L'impossible est possible.

30 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19194

 

 

Les mots "mobilisation" et "modernisation" sont des mots caressants pour tous ceux qui pensent à la grandeur et au malheureux destin de notre Mère Patrie, qui réfléchissent à la manière de restaurer et de faire revivre cette grandeur. La mobilisation est nécessaire à la modernisation.

 

Pour tous ceux qui associent cette grandeur aux incroyables réalisations de l'époque lénino-stalinienne.

 

Puis la Russie, d'un pays de paysans lapidaires avec une charrue en bois, où la majorité de la population ne savait ni lire ni écrire, littéralement pendant vingt ans après la fin de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile, qui s'est accompagnée d'épidémies et de famines qui ont coûté la vie à des millions de personnes, est devenue un pays moderne très organisé.

 

Et ce pays s'est avéré capable non seulement de repousser toute la puissance militaire, économique et politique de l'Europe continentale, mais aussi de créer une industrie, une base scientifique et technologique, un système de soins de santé uniques et de vaincre dix fois celui qui l'avait surpassé au premier stade de la guerre, dans tous les sens du terme, à l'exception de la force de l'esprit, l'ennemi.

 

Cette image accompagnera sûrement chaque patriote tout au long de sa vie. Le mot "modernisation" sonnera comme la "libération des terres saintes" pour un catholique du XIIe siècle.

 

Mais regardons la situation actuelle en Russie avec sérieux.

 

Quand on voit comment les autorités flirtent avec l'opposition patriotique, fascinée par la notion de "modernisation", la question se pose : quels sont les intérêts de la modernisation ?

 

La modernisation lénino-stalinienne n'était pas seulement dans l'intérêt de l'empire, de l'État. Elle était principalement dans l'intérêt du nombre écrasant de personnes dont chaque représentant, indépendamment de son âge ou de son origine, disposait sur le territoire de l'Union soviétique de toute la gamme des possibilités en matière de citoyenneté et de société.

 

La modernisation soviétique n'était pas simplement une modernisation de la technologie, comme la modernisation capitaliste.

 

Elle était fondamentalement différente de la modernisation du capitalisme nord-américain de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, réalisée sur les os de gastronomes chinois importés d'outre-mer, sur le sang de la population indigène d'Amérique, accompagnée de l'exploitation et du pillage les plus brutaux des vaincus de la guerre civile dans les États du Sud.

 

La modernisation lénino-stalinienne n'a rien à voir avec la modernisation de la Grande-Bretagne, de la France ou d'autres États européens, qui repose sur l'exploitation impitoyable des colonies qui occupent la majeure partie du globe à cette époque : lorsque les biens produits dans les métropoles sont contraints d'acheter aux espaces coloniaux des moulins à esclaves conquis et ensanglantés.

 

L'Union soviétique n'était pas un empire. L'Union soviétique était un État familial où la modernisation était perçue différemment par chacun. Oui, c'était dur, dur. Mais un père qui ne fait pas jouer ses enfants et se comporter sans limites, mais pour apprendre et s'améliorer, doit être strict. Il le fait pour transformer ses enfants d'infantiles, d'êtres biologiques en individus hautement développés qui s'enrichissent de toutes les possibilités spirituelles et technologiques non seulement pour comprendre et appréhender le monde, mais aussi pour le transformer. Par conséquent, la modernisation lénino-stalinienne n'a rien à voir avec la modernisation capitaliste.

 

Son but ultime n'était pas simplement de recréer le puissant état qui existe dans l'histoire de Rurik à nos jours. Pas de fascination pour les valeurs impérialistes ou autres, pas de cliquetis de bottes ou de chenilles et de rugissement de moteurs.

 

Son but était le développement de la société soviétique dans son ensemble, et de chaque personne individuellement, pour la protéger militairement et économiquement.

 

L'objectif était de créer un monde intérieur spécial, une planète soviétique unique dans le monde des prédateurs impérialistes prêts à se mâcher la gorge, ce qu'ils ont fait lorsqu'ils se sont réunis pendant la Seconde Guerre mondiale. En outre, ils étaient collectivement prêts à détruire, à fouler aux pieds la terre soviétique, l'Union soviétique, où les anciens esclaves sont devenus les maîtres de leur vie. Faire des esclaves des personnes libres - tel était le but de la modernisation lénino-stalinienne.

 

Son pathos a été pleinement exprimé par le célèbre poème de Vladimir Maïakovski "L'histoire de Khrenov sur Kouznetskstroï et le peuple de Kouznetsk" :

 

 

Les nuages courent dans le ciel,

 

les pluies ont comprimé le crépuscule,

 

sous le vieux wagon

 

les travailleurs sont couchés.

 

Et il entend les murmures des fiers...

 

de l'eau en dessous et au-dessus :

 

"Dans quatre ans.

 

il y aura une ville-jardin !"

 

 

 

Les vers de plomb sombres,

 

et la pluie est épaisse comme un garrot,

 

il y a des travailleurs assis dans la boue,

 

assis, le rayon du garrot.

 

Videz vos lèvres du froid,

 

mais les lèvres murmurent dans l'ordre :

 

"Dans quatre ans.

 

il y aura une ville-jardin !"

 

 

 

"La croûte est soufflée à l'arrière

 

un confort humide sans importance,

 

il y a des travailleurs assis dans le noir,

 

mâcher du pain trempé.

 

Mais chuchoter plus fort que la faim...

 

il couvre les gouttelettes :

 

"Dans quatre ans.

 

il y aura une ville-jardin !"

 

 

 

C'est là que les explosions vont se produire.

 

dans la dispersion des bandes d'ours,

 

et ça va devenir une mine.

 

le Géant.

 

C'est là que se dresseront les murs.

 

Sonnerie, vapeur, gorgée !

 

Nous sommes dans la centaine.

 

 

Ils nous donneront un bon foyer ici.

 

et tamisé sans soudure,

 

J'ai été mis à la porte pour Baïkal,

 

...la taïga sera perdue."

 

Chuchotement d'un travailleur.

 

sur ces troupeaux obèses,

 

et puis c'est illisible,

 

tout ce que vous pouvez entendre est "ville-jardin".

 

 

 

Je sais qu'il le fera,

 

Je sais que le jardin est une fleur,

 

lorsque ces personnes

 

dans le pays soviétique !

 

 

Depuis 1920, notre pays a traversé des décennies de collectivisation forcée, d'industrialisation forcée, de création forcée d'un système éducatif et a littéralement poussé les gens à y améliorer leurs connaissances. Nous avons traversé une guerre brutale, une énorme période - de 1920 à 1953 - de guerres continues, alors que le pays était en fait un camp militaire. Et beaucoup des rigueurs de cette époque sont compréhensibles. Ils sont difficiles à justifier en termes de simple existence humaine, de simple désir de vivre et d'être heureux. Mais l'historien doit adopter une position froide : dans ces circonstances, il était impossible d'obtenir les résultats que les dirigeants de l'Union soviétique de cette époque ont réussi à obtenir.

 

Passons à 2020, à des conversations modernes sur la modernisation, qui sont initiées par les dirigeants de Rosatom, Rostekh ... Qui sont suggérées par les premiers ministres et vice-premiers ministres. De quoi parlent-ils ?

 

En fait, le développement du capitalisme impérial. Dans l'ensemble, il ne s'agit pas du tout de modernisation. C'est simplement une course militaro-technologique fondée sur la volonté des autorités et des superprofits des entreprises qui ont différents types de capitaux, y compris étrangers. Et le système financier de la Fédération de Russie appartient en fait à l'agent des spéculateurs financiers étrangers, et la Russie a été transformée en une production de spéculateurs financiers qui créent des crises artificielles afin d'obtenir d'énormes quantités d'argent sur le fait qu'ils contrôlent les activités de la Banque centrale et de la bourse de Moscou et contrôlent le taux de change de notre monnaie nationale.

 

Mikhail Khazin sur ma chaîne Youtube et Sergei Glazyev l'ont récemment bien dit dans leur rapport sur le glissement du pays et du monde vers le chaos. Dans ce contexte, la modernisation se transforme en une course de prédateurs capitalistes, comme on l'a déjà dit, afin de s'emparer d'une plus grande part du marché, de se faire une place plus chaude derrière eux ...

 

La signification motrice de la soi-disant "modernisation" moderne est la soif de profit, la concurrence capitaliste, qui est couverte par le discours sur un empire millénaire, sur la continuité et l'héritage de la grande histoire, sur le fait que la Russie est éternelle. Oui, la Russie a toujours été éternelle. Mais pour une raison quelconque, la seule période où son économie n'était pas la propriété de capitaux étrangers était la période soviétique, la période lénino-stalinienne et ses successeurs.

 

Mais sous Nicolas II, sous Boris Eltsine, les capitaux étrangers gèrent toujours l'économie russe, en fait, ils transforment une fois de plus notre pays en ce que Marx et Lénine ont tristement écrit, comme l'a dit Staline : la Russie est aux mains de prédateurs impérialistes plus puissants et n'est qu'un outil pour résoudre les problèmes mondiaux de ces impérialistes dans leur lutte et leur compétition entre eux.

 

De quel type de modernisation avons-nous besoin, nous les patriotes de Russie ? Bien sûr, il est impossible de revenir sur le passé. Il est impossible de revenir au pays du début du XXe siècle, lorsque la demande d'éducation, de connaissances, de développement était probablement le principal scénario de la vie de la grande majorité de nos compatriotes. La modernisation lénino-stalinienne n'a pas seulement été assurée par la direction d'en haut, par la volonté de fer des commissaires du peuple et des travailleurs du parti au plus haut niveau, mais surtout par le désir du peuple lui-même de se moderniser, son désir de voir les pommiers fleurir sur Mars. Le désir pour leurs enfants de ne pas aller à l'école paroissiale, mais d'entrer dans des rabbins, des universités, de devenir médecins, ingénieurs, militaires, scientifiques, travailleurs hautement qualifiés. Et ces désirs ont été comblés, ces objectifs ont été atteints.

 

Est-il possible aujourd'hui de dire que nous sommes capables de réaliser cette modernisation ? Malheureusement, non. Le pays a changé. La population agraire, qui rêvait alors d'élever son niveau, n'est plus une ressource inépuisable pour la modernisation sociale. Et l'énergie de son changement social et alchimique ne peut plus alimenter notre histoire à ce point.

 

Cela signifie-t-il que nous devons nous appuyer sur des sociétés, sur des structures de gestion capitalistes fermées et procéder à des modernisations comme "néo-Vitte" ou "néo-Stolypin", comme on nous l'impose aujourd'hui ? Non, à mon avis, cette voie est erronée et périlleuse.

 

Cela signifie qu'il n'y aura pas de modernisation, mais seulement une tentative de rattraper les pays plus avancés de l'Ouest et de l'Est et de garder au moins en quelque sorte les traces du tramway - même pas du train ! - de l'histoire. Et tous les fruits de cette "modernisation" se retrouveront entre les mains d'une poignée d'élites sélectionnées. Avec tous les autres, nous ayant déclarés "peuple profond", ils ne partageront que des miettes. Et sous le couvert de la modernisation, ils créeront de nouveaux systèmes de contrôle sur nous, de nouveaux systèmes de blocage de nos vies et activités civiles, publiques et personnelles.

 

Sans de sérieuses transformations sociales, la modernisation en Russie est impossible. Il est impossible de se moderniser sans changer la situation politique. Vladimir Ilyich Lénine a déclaré que la politique est une expression concentrée de l'économie. Et c'est tout à fait exact.

 

Mais on peut aussi dire que l'économie est une continuation concentrée de la politique, un reflet concentré de la politique. Si la politique en Russie est injuste, si elle est menée uniquement dans l'intérêt des riches, des forts, des puissants, en défendant leurs droits et leurs intérêts, en se basant sur le contrôle des médias, des ressources financières et du pouvoir, alors de quel type d'économie s'agit-il ? Qu'y a-t-il à moderniser ?

 

Une véritable modernisation n'est possible qu'après de profonds changements sociaux et politiques, une révolution. Et cette thèse ne peut être retirée de l'ordre du jour. Dans l'empire pseudo-impérial actuel, avec une élite pseudo-impériale qui dépend entièrement de ses maîtres occidentaux ou orientaux, aucune modernisation n'est possible.

 

Malheureusement, tout ce qui est présenté aujourd'hui sous le couvert de la modernisation est une tromperie pour le public patriote et un moyen de renforcer sa propre domination personnelle. En fait, la majeure partie de l'argent qui aurait dû être dépensé pour la modernisation l'est pour les relations publiques, pour déformer la réalité, même si les avions et les équipements produits sur commande militaire sont constitués de composants étrangers. Était-il concevable, sauf pendant les terribles années de la guerre, que des composants d'équipements fabriqués à l'étranger relèvent du bail foncier - était-ce concevable pour le projet soviétique ? Ce n'était pas le cas.

 

Nous avons besoin d'une profonde modernisation des relations sociales et politiques, d'une modernisation de l'éducation, des soins de santé et du complexe industriel. Nous avons besoin d'une réforme agraire, de l'élimination des grands latifundia appartenant à des maîtres étrangers, nous avons besoin de rendre la terre comme moyen de production aux gens, aux travailleurs qui sont prêts à cultiver cette terre sur la base de fermes collectives ou coopératives. La mobilisation de la société est nécessaire pour une telle modernisation systémique.

 

L'état des travailleurs doit être véritablement restauré. Nous avons besoin d'une véritable restauration de notre pays, pas d'un pays qui ne s'appelle que conditionnellement notre pays, mais qui en réalité est vendu en gros et au détail sur les bourses mondiales.

 

Nous ne pouvons atteindre une véritable souveraineté d'État que si notre peuple redevient maître de sa mère patrie et de son histoire. Sans elle, la Russie n'a pas et ne peut pas avoir d'avenir.

 

 

Maxime Shevchenko

http://kavpolit.com

Maxime Shevchenko (né en 1966) - journaliste russe, animateur de Canal 1. En 2008 et 2010, il a été membre de la Chambre publique de la Fédération de Russie. Membre du Conseil présidentiel sur le développement de la société civile et les droits de l'homme. Shevchenko est un membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Maxime Shevchenko : L'impossible est possible. (Club d'Izborsk, 30 avril 2020)
Lire la suite

Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus

30 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Religion, #Opération Coronavirus

Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus
Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus
Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus
Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus
Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus
Daddabha-Jataka ou le Jataka pour le Temps du Coronavirus

DADDABHA-JATAKA.

 

Once upon a time when Brahmadatta reigned in Benares, the Bodhisatta came to life as a young lion. And when fully grown he lived in a wood. At this time there was near the Western Ocean a grove of palms mixed with vilva trees. A certain hare lived here beneath a palm sapling, at the foot of a vilva tree. One day this hare after feeding came and lay down beneath the young palm tree. And the thought struck him: "If this earth should be destroyed, what would become of me?" And at this very moment a ripe vilva fruit fell on a palm leaf. At the sound of it, the hare thought: "This solid earth is collapsing," and starting up he fled, without so much as looking behind him. Another hare saw him scampering off, as if frightened to death, and asked the cause of his panic flight. "Pray, don't ask me," he said. The other hare cried, "Pray, Sir, what is it?" and kept running after him. Then the hare stopped a moment and without looking back said, "The earth here is breaking up." And at this the second hare ran after the other. And so first one and then another hare caught sight of him running, and joined in the chase till one hundred thousand hares all took to flight together. They were seen by a deer, a boar, an elk, a buffalo, a wild ox, a rhinoceros, a tiger, a lion and an elephant. And when they asked what it meant and were told that the earth was breaking up, they too took to flight. [76] So by degrees this host of animals extended to the length of a full league.

When the Bodhisatta saw this headlong flight of the animals, and heard the cause of it was that the earth was coming to an end, he thought: "The earth is nowhere coming to an end. Surely it must be some sound which was misunderstood by them. And if I don't make a great effort, they will all perish. I will save their lives." So with the speed of a lion he got before them to the foot of a mountain, and lion-like roared three times. They were terribly frightened at the lion, and stopping in their flight stood all huddled together. The lion went in amongst them and asked why they were running away.

"The earth is collapsing," they answered.

"Who saw it collapsing?" he said.

"The elephants know all about it," they replied.

He asked the elephants. "We don't know," they said, "the lions know." But the lions said, "We don't know, the tigers know." The tigers said, "The rhinoceroses know." The rhinoceroses said, "The wild oxen know." The wild oxen, "the buffaloes." The buffaloes, "the elks." The elks, "the boars." The boars, "the deer." The deer said, « We don't know, the hares know." When the hares were questioned, they pointed to one particular hare and said, "This one told us."

So the Bodhisatta asked, "Is it true, Sir, that the earth is breaking up?" "Yes, Sir, I saw it," said the hare.

"Where," he asked, "were you living, when you saw it?"

"Near the ocean, Sir, in a grove of palms mixed with vilva trees. For as I was lying beneath the shade of a palm sapling at the foot of a vilva tree, methought, "If this earth should break up, where shall I go?" And at that very moment I heard the sound of the breaking up of the earth and I fled."

Thought the lion: "A ripe vilva fruit evidently must have fallen on a palm leaf and made a "thud," and this hare jumped to the conclusion that the earth was coming to an end, and ran away. [77] I will find out the exact truth about it." So he reassured the herd of animals, and said, "I will take the hare and go and find out exactly whether the earth is coming to an end or not, in the place pointed out by him. Until I return, do you stay here." Then placing the hare on his back, he sprang forward with the speed of a lion, and putting the hare down in the palm grove, he said "Come, show us the place you meant."

"I dare not, my lord," said the hare.

"Come, don't be afraid," said the lion.

The hare, not venturing to go near the vilva tree, stood afar off and cried, "Yonder, Sir, is the place of dreadful sound," and so saying, he repeated the first stanza:

 

From the spot where I did dwell

    Issued forth a fearful "thud;"

What it was I could not tell,

    Nor what caused it understood.

 

After hearing what the hare said, the lion went to the foot of the vilva tree, and saw the spot where the hare had been lying beneath the shade of the palm tree, and the ripe vilva fruit that fell on the palm leaf, and having carefully ascertained that the earth had not broken up, he placed the hare on his back and with the speed of a lion soon came again to the herd of beasts.

Then he told them the whole story, and said, "Don't be afraid." And having thus reassured the herd of beasts, he let them go. Verily, if it had not been for the Bodhisatta at that time, all the beasts would have rushed into the sea and perished. It was all owing to the Bodhisatta that they escaped death.

 

Alarmed at sound of fallen fruit

    A hare once ran away,

The other beasts all followed suit

    Moved by that hare's dismay.

 

They hastened not to view the scene,

    But lent a willing ear

To idle gossip, and were clean

    Distraught with foolish fear.

 

They who to Wisdom's calm delight

    And Virtue's heights attain,

Though ill example should invite,

    Such panic fear disdain.

 

These three stanzas were inspired by Perfect Wisdom.

 

 

 

The Master, having ended his lesson, identified the Birth: "At that time I myself was the lion."

 

Footnotes

49:1 See Tibetan Tales, XXII. p. 296, "The Flight of the Beasts." R. Morris, Folk-Lore Journal, Vol. iii. 121.

 

Source: https://www.sacred-texts.com/bud/j3/j3023.htm

Lire la suite

Nikolay Starikov : Si nous faisons de la publicité pour les coronavirus du matin au soir, alors quelqu'un en a besoin (Club d'Izborsk, 28 avril 2020)

29 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Nikolay Starikov : Si nous faisons de la publicité pour les coronavirus du matin au soir, alors quelqu'un en a besoin.

28 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19181

 

 

- Bonjour, Nikolaï ! À ton avis, ce qui se passe en Russie et dans le monde est une crise naturelle causée par la pandémie, ou un processus organisé ?

 

- Plus l'épidémie se développe, plus nos partenaires américains et chinois s'accusent mutuellement d'avoir spécifiquement créé cette maladie. Il est difficile de prétendre à 100% que ce virus a été créé artificiellement. Tout d'abord, vous et moi serons immédiatement accusés de conspiration. C'est un mot inventé pour coller les trous noirs de l'histoire.

 

Disons donc ce qui est un fait : l'épidémie de coronavirus est activement utilisée pour résoudre toute une série de problèmes. Le coronavirus fait l'objet de publicité, et c'est aujourd'hui le produit le plus commercialisable de l'humanité.

 

J'allume la télé - les chaînes parlent du virus 24 heures sur 24 sous différents angles : économique, politique, un peu médical. Nous sommes tous devenus des virologistes, n'est-ce pas ? Cela n'est jamais arrivé.

 

Et vous et moi vivons dans une société où la publicité détermine la demande. Si nous faisons de la publicité pour les coronavirus du matin au soir, alors quelqu'un en a besoin. Tirons une conclusion. Le coronavirus fait l'objet d'une promotion et d'une utilisation actives. Mais par qui il a été créé artificiellement, on ne peut pas dire s'il était vraiment artificiel.

 

- Mais néanmoins, le ministère chinois des affaires étrangères - en effet, sur Facebook - a déclaré qu'il s'agissait d'un développement américain. L'Amérique, et avec elle la Grande-Bretagne et l'Allemagne à leur tour, exigent que la Chine explique l'origine du virus, au moins en ce qui concerne les activités du laboratoire de Wuhan. Il y aura peut-être des détails après tout.

 

- Cette hystérie a notamment pour but de porter un coup à l'image de la Chine. Au début, la Chine semble être le lieu où l'infection se produit. La Chine stoppe rapidement l'épidémie, fait preuve d'une bonne capacité de mobilisation. La médecine chinoise est à un niveau élevé. Puis une autre approche est adoptée : la Chine est responsable.

 

Le fait que le coronavirus en Europe n'est pas celui qui est diagnostiqué en Chine, qu'il est d'un type complètement différent, n'est pas divulgué par les médias occidentaux consciencieux. Mais vous et moi devons tenir compte de ce fait.

 

Ce n'est pas un COVID-19 qui domine le monde actuellement, mais plusieurs sous-espèces de ce même COVID, ce qui change considérablement la donne. Le désir des États-Unis d'Amérique de permettre à leur concurrent de ne pas être écarté. Essayons de faire une prédiction et de la tester dans le temps : la Chine a fixé le taux de mortalité pour ce même virus. Le taux de mortalité dû aux coronavirus pourrait-il être plus élevé aux États-Unis qu'en Chine ?

 

- C'est déjà plus élevé.

 

- Non, pas le nombre de cas, mais le nombre de décès. Rappelez-vous : nous parlons d'un point de vue géopolitique - et non d'un point de vue médical - parce que nous avons une campagne d'information devant nous.

 

Pouvez-vous imaginer les États-Unis, le centre de la démocratie, la citadelle, la lumière des bougies pour tout - et soudain le taux de mortalité est plus élevé qu'en Chine. Serait-ce possible ? Je réponds : c'est impossible.

 

Cela signifie que les statistiques sur les décès aux États-Unis d'Amérique et en Occident seront ajustées à la barre que possède la Chine.

 

Remarquez comment la Chine se comporte. Elle a donné, donné, donné des statistiques et s'est soudainement arrêtée. Et elle a mis les Américains dans une position difficile. Ils ne peuvent pas enregistrer leur mortalité plus élevée qu'en Chine, ils ne peuvent pas pour des raisons géopolitiques, et quelle est la mortalité réelle en Chine, les Américains ne le savent pas pour l'instant. Nous assisterons donc à de nombreuses tentatives de manipulation des chiffres dans un avenir proche.

 

Aux États-Unis, le taux de mortalité ne peut pas être plus élevé, non pas en raison de l'excellence de la médecine ou de l'invention d'une super médecine. Au fait, il n'y a pas de remède contre le virus. C'est le principal problème de la lutte contre le virus et sa différence avec une bactérie tuée par les antibiotiques. C'est donc pour des raisons géopolitiques et de rivalité que les États-Unis finiront par ajuster leurs statistiques pour qu'elles soient plus fiables qu'en Chine. Et la Chine l'ajustera pour qu'elle soit plus belle que les États-Unis. Le concours de sociologues des deux pays sera très intéressant.

 

- Dites-moi, Nikolaï, l'hystérie des médias est-elle en train de s'intensifier ? Après tout, le but des médias est d'écrire sur ce dont les gens parlent. Nous répondons à un sujet passionnant.

 

- En effet, pourquoi toi et moi, Inna, parlons-nous du coronavirus maintenant, et non des tableaux du Titien ? Parce qu'il y a une situation où tout le monde s'intéresse au coronavirus. Il y a eu une campagne de publicité massive. Et sur la peinture de la Renaissance maintenant s'ils s'en souviennent, sur quelques canaux bas dans des colonnes spécialisées.

 

Nous commençons donc à naviguer dans un chenal d'information, qui a été creusé et rempli d'eau d'information, pas nous. Nous ne savons même pas qui l'a fait et avec quels objectifs. Mais pour être pertinents, nous commençons involontairement à parler des sujets désignés. C'est ainsi que l'espace mondial de l'information est modélisé : si vous disposez des outils de base qui définissent l'agenda, vous pouvez l'orienter dans une direction ou une autre.

 

Soudain, la folle campagne publicitaire du coronavirus a commencé avec les brillantes capacités de quelqu'un, et les médias russes, tchèques, vietnamiens l'ont immédiatement rejoint... Mais le ton a été donné par des médias - mondiaux - absolument différents.

 

- Et vous avez tout exagéré ?

 

- Laissez-moi vous donner mon point de vue. J'ai un virologiste à domicile - ma femme. Elle est infectée par l'éducation. Ce fut une grande surprise d'apprendre que le mot "coronavirus" n'apporte rien de nouveau à un médecin. Dans les années 60, le virus a été découvert, étudié. Et lorsque ma femme a étudié à la première université de médecine de Saint-Pétersbourg, ces études ont également été étudiées.

 

Les coronavirus existent donc depuis Ochakovsky et la Crimée. Comme les virus de la grippe, ils en meurent.

 

Mais soudain, une nouvelle sous-espèce est apparue, qui combine étrangement d'autres formes et gènes, et c'est la raison pour laquelle on parle de sa construction artificielle. On nous a dit que les Chinois mangeaient des chauves-souris, qu'ils partageaient leur virus.

 

Mais écoutez ceci : les Chinois mangent tout ce qui bouge depuis des milliers d'années. C'est l'une des plus anciennes civilisations du monde. Supposons qu'avant même l'adoption du christianisme en Russie, la Chine mangeait quelque chose. Y a-t-il eu des épidémies de masse de cette nature ? Non. Pourquoi, soudainement, en 2020, les chauves-souris ont-elles décidé de partager un virus ?

 

Chaque jour, on nous annonce combien de personnes en Russie et dans le monde ont contracté le coronavirus pendant la journée. Et ils ne nous disent pas combien de personnes ont la grippe, la tuberculose. Nous pensons donc que 1 500 sont des chiffres farfelus. Ils ajoutent immédiatement : 50 personnes sont mortes du coronavirus. Question : sont-ils morts d'un coronavirus ou ont-ils eu un coronavirus et sont-ils morts d'autre chose ? Ce sont deux choses différentes.

 

Aujourd'hui, ma femme a suggéré une autre idée très correcte pour réduire la psychose. Regardez, ils annoncent qu'ils sont infectés. Et combien de personnes ont contracté la maladie depuis ? Connaissez-vous la différence ? Quelqu'un a un coronavirus, et la personne ne le sait même pas. Les informations sur le flux asymptomatique ne sont pas rares non plus. Quelle est la maladie mortelle dont une personne ne sait même pas qu'elle existe ? Aucun symptôme ! Cela signifie que tout dépend de l'individu et de son système immunitaire.

 

Une personne peut être porteuse du virus mais ne le sait pas. N'est-ce pas ce qui se passe avec le virus de la grippe ? Quoi de neuf ? Beaucoup de gens ont la grippe aux pieds et infectent quelqu'un qui l'attrape.

 

C'est pourquoi vous devez entrer un autre paramètre - le nombre de personnes infectées et le nombre de celles qui tombent malades. L'image sera alors très différente.

 

 

Nikolai Starikov

https://nstarikov.ru

Nikolai Viktorovich Starikov (né en 1970) - célèbre écrivain, publiciste. Fondateur et dirigeant de l'organisation publique "Patriots of the Great Fatherland" (Défense aérienne). Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Nikolay Starikov : Si nous faisons de la publicité pour les coronavirus du matin au soir, alors quelqu'un en a besoin (Club d'Izborsk, 28 avril 2020)
Lire la suite

Sergey Glazyev : En mémoire du remarquable penseur italien Giulietto Chiesa. (Club d'Izborsk, 28 avril 2020)

29 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Giulietto Chiesa (1940-2020)

Giulietto Chiesa (1940-2020)

Sergey Glazyev : En mémoire du remarquable penseur italien Giulietto Chiesa.

28 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19180

 

 

Il y a tout juste une semaine, mon bon ami Giulietto Chiesa, qui partageait les mêmes idées, a fait une analyse étonnante de la tension géopolitique actuelle, en profondeur et dans sa signification.

 

Il a posé de nombreuses questions auxquelles ses autres collègues, plongés dans l'idolâtrie et servant le culte du "veau d'or", ne répondront jamais. Pour eux, ces questions ne valent tout simplement pas la peine d'être posées. À savoir : pourquoi son Italie natale a été presque le coup principal de la pandémie, qui s'y intéresse, quel genre d'Italie et de communauté européenne entière sortira de cette crise ; comment les relations entre la Russie et l'Europe se construiront, quand tout passera ?

 

Observateur attentif, analyste subtil, il aimerait certainement voir de ses propres yeux la résolution de cette situation, proposer ses propres recettes de rétablissement "post-pandémique", mais, hélas, ce dimanche, son cœur s'est arrêté. Une déclaration de mérite sèche et une liste de prix ne sont pas applicables aux chiffres de cette échelle et de ce calibre. Chiesa est plus que cela, il était vrai et entier. Sous son "microscope" pointu, toutes sortes de vérités, souvent inesthétiques, ont été exposées, et ses évaluations avec une précision constante ont mis en évidence le malheur du modèle de développement actuel conçu sous la dictature libérale mondiale.

 

Il était (maintenant) un prédicteur remarquable : il suffit de lire au moins un des nombreux livres de Giulietto publiés ces dernières années. J'ai eu la chance de collaborer avec ce grand penseur de notre époque, d'échanger des idées avec lui, de discuter d'économie et de parler de sujets abstraits. Lorsqu'il m'a demandé d'écrire l'avant-propos de son merveilleux ouvrage "Quoi au lieu du désastre ?", j'ai accepté avec plaisir. Je pense que le travail du professeur Chiesa, qui a été publié en Italie et en Russie en 2014, et bien au-delà, était visionnaire : ses prédictions se sont réalisées avec une précision mathématique, et le langage et les caractéristiques qu'il a utilisés se sont mis en place. C'était Chiesa ! Mémoire éternelle, Giulietto !

 

Avant-propos de Sergei Glazev au livre de Giulietto Chiesa "Qu'est-ce qui remplace le désastre ?"

 

Le monde est entré dans une période dangereuse : chaque tour de tension, chaque tentative de provoquer un conflit ou de diviser les forces adverses dans n'importe quelle région du monde est marqué par la croissance des contradictions politiques, économiques, sociales et culturelles jusqu'à l'ampleur d'une guerre à part entière.

 

Une caractéristique notable de ces conflits est leur inspiration de plus en plus évidente de l'extérieur, par le biais de nouvelles ressources et méthodes technologiques, sans contingents militaires ni canons encombrants. La guerre est devenue "intelligente" si elle s'applique à la guerre en tant que moyen de résoudre des conflits régionaux et mondiaux. Mais plus elle devient insidieuse, plus les gens deviennent ses otages, plus elle a un impact dévastateur sur l'humanité, confrontée à des défis et des menaces jamais vus auparavant.

 

Certains diront que "le monde est devenu fou", d'autres diront qu'il a "changé au-delà de la reconnaissance". Les deux auront raison. Après tout, le rythme du temps social - le temps que des nations et des nationalités entières ressentent au niveau du subconscient, fixé par les événements et les phénomènes créés par l'homme. En d'autres termes, si la guerre et ses conditions préalables n'existaient pas aujourd'hui, elles auraient été inventées par l'hégémonie mondiale pour atteindre leurs objectifs.

 

C'est ce genre de guerre, inventée sans logique et sans bon sens, qui a eu lieu dans les Balkans à la fin du dernier millénaire. Les guerres ont été inspirées par des prétextes farfelus avant même la Yougoslavie, mais l'invasion des Balkans par les forces de l'Alliance de l'Atlantique Nord est devenue un moment décisif, après quoi le soi-disant droit international et toutes les normes de décence élémentaire "de la main facile" de la société mondiale - les États-Unis - ont été mis de côté.

 

La question se pose d'elle-même - si les forces créatrices du monde sont repoussées par les faucons de la guerre, de quel côté la puissance illimitée de l'imprimerie américaine et les porte-flambeau des confrontations mondiales lui sont subordonnés - "Quoi au lieu du désastre ? C'est le nom que mon bon ami, le penseur et philosophe italien Giulietto Chiesa a donné à son nouveau travail sur notre époque. Il a trouvé l'heure exacte de la publication de ce livre pendant un mois au maximum, en se fondant sur les derniers conflits armés - en fait, des guerres civiles inspirées de l'extérieur - et a donné une analyse politique et économique claire et scientifiquement précise des événements, avec la ferveur inhérente à un vrai Italien.

 

Je ne vous cacherai pas que ces derniers mois, préoccupé par les terribles conséquences du coup d'État anticonstitutionnel en Ukraine - ma deuxième patrie - j'ai beaucoup échangé avec l'auteur de cet ouvrage fondamental : mes réflexions, mes déductions, mes hypothèses sur la guerre et la paix, leurs forces motrices, les facteurs contribuant à attiser les conflits au centre de l'Europe. Mais en tant qu'économiste-mathématicien, j'étais conscient que ce sujet ne se posait pas en soi, comme c'est souvent le cas, pour alimenter l'opinion publique - chaque processus historique a sa propre base scientifique et prédictive strictement définie. C'est à partir de ces positions objectives que je suis venu travailler sur cette question, car depuis de nombreuses années, je suis un adepte convaincu de la vérité de la théorie de N.D. Kondratiev sur les changements de la conjoncture mondiale. Pour l'avenir, je dirai au lecteur impatient de ce livre que mes prévisions, ainsi que les conclusions de mes collègues de l'Académie des sciences de Russie, coïncident presque à 100% avec les conclusions et les conclusions du professeur Qieza.

 

Ainsi, en termes de cycles de développement économique et politique mondial, la période 2014-2018 correspond à la période 1939-1945, lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté. Les conflits en Afrique du Nord, en Irak, en Syrie et en Ukraine ne sont que le début d'une série de conflits interconnectés initiés par les États-Unis - un hégémon étiqueté "exclusivité" - et ses alliés qui cherchent à résoudre leurs problèmes économiques et sociopolitiques par une stratégie de "chaos géré". (Après tout, vous, lecteur attentif, vous vous souviendrez sûrement comment et aux dépens de qui les États-Unis ont résolu leurs problèmes pendant la Seconde Guerre mondiale la plus sanglante de l'histoire de l'humanité).

 

Ces "problèmes" auraient pu être attribués au "tempérament zélé" de l'"adolescent" musclé, si ce n'était de sa régularité enviable et de sa volonté ostentatoire. Les États-Unis ont assuré l'ajustement structurel et la reprise économique aux dépens de l'Europe à la suite de la Seconde Guerre mondiale déjà mentionnée (qu'ils appellent "bonne guerre"), aux dépens de l'URSS - la voie de sortie d'une autre crise structurelle résultant de la guerre froide. L'escalade des tensions militaires et politiques qu'elles produisent aujourd'hui vise à résoudre des problèmes similaires dans l'environnement actuel.

 

La froideur des "maîtres du monde" a son explication. Le déclenchement de la guerre permet également cette fois-ci aux États-Unis de faire face à leurs problèmes économiques internes causés par l'accumulation de capital dans des complexes industriels et technologiques obsolètes et en perte de compétitivité. Ainsi, en créant une organisation "gérée par le chaos" des conflits armés dans la zone d'intérêts naturels des principaux pays du monde, les États-Unis provoquent d'abord ces pays à s'impliquer dans le conflit, puis mènent des campagnes pour constituer des coalitions d'États contre eux afin de consolider leur leadership.

 

Dans le même temps, les États-Unis obtiennent des avantages concurrentiels déloyaux, en utilisant leur influence politique pour conserver les positions de monopole de leurs entreprises, couper les pays qu'ils ne contrôlent pas des marchés mondiaux, et alléger le fardeau de la dette publique en gelant les avoirs en dollars de ces pays, ce qui permet d'augmenter les dépenses publiques pour le développement et la promotion des nouvelles technologies nécessaires à la croissance de l'économie américaine. Ce style de comportement ne nous est-il pas familier à travers les émissions d'information de CNN, de la BBC, et maintenant des principales sociétés de télévision européennes, qui sont devenues des branches de la machine de propagande américaine ?

 

Le livre de Giulietto Chiesa traite de l'abandon psychologique et mental des positions des souverains de la politique européenne et mondiale. Il s'agit de savoir pourquoi, unie par l'idée d'unité économique, l'Union européenne, modèle de processus d'intégration, a soudain sombré du jour au lendemain au niveau des personnels de service, prêts à se sacrifier pour un maître d'outre-mer tenace et sacrifiant déjà pleinement leurs intérêts vitaux. Ce travail est juste, car il se fonde uniquement sur des faits sans que l'auteur ne tente de colorer émotionnellement la réalité européenne, eurasienne et mondiale.

 

Bien versé dans les outils économiques, le professeur Chiesa montre que les tentatives de plonger le monde dans une série de conflits imprévisibles (en fait, un chaos géré), permet de justifier une augmentation multiple des dépenses du gouvernement américain pour assurer la croissance d'un nouveau mode technologique. C'est la motivation fondamentale de leur élite dirigeante pour déstabiliser la situation militaire et politique mondiale et provoquer des conflits armés. Elle est renforcée par le changement des cycles séculaires d'accumulation du capital, qui s'accompagne de l'essor de la Chine et du déplacement du centre du développement économique mondial vers l’Asie.

 

Objectivement, l'oligarchie américaine cherche à étendre sa base de ressources et à préserver la position de monopole de son économie en provoquant des guerres régionales en Eurasie. Le but de ces guerres est d'affaiblir et de subordonner à leurs intérêts l'UE, la Russie, le Moyen-Orient et l'Asie centrale, et de consolider l'influence américaine au Japon et en Corée. En même temps, la direction centrale de l'agression américaine est la Russie, dont l'établissement d'un contrôle permettra aux États-Unis d'avoir une supériorité stratégique sur la Chine et de maintenir leur position dominante dans le monde.

 

Comment prévenir la guerre - c'est la question que j'ai involontairement posée dans mon rapport du même nom, dont la rédaction a été stimulée par la tragédie ukrainienne et par une série de crimes de la junte qui s'y trouve contre la population civile de la seule région économiquement prospère d'Ukraine. En ce qui concerne la Russie, je crois que seule la mobilisation intellectuelle, scientifique, technique et industrielle permet de mettre en place la bonne stratégie de comportement dans les conditions de la "guerre des sanctions". Mais d'abord, chaque État doit se réaliser dans ce monde comme un tout indépendant et original, se respectant lui-même et respectant ses partenaires comme des égaux. Dans le même temps, l'intégration économique dans le monde devrait être fondée sur les principes de l'avantage mutuel, sinon il ne s'agit plus d'intégration mais de subordination du partenaire le plus faible au plus fort. C'est ce que pensaient les grands théoriciens du mouvement eurasiatique en Russie et en Europe.

 

C'est ce style de relations interétatiques et humaines qui est engagé à Giulietto. Parlant des déséquilibres du monde moderne, justifiant ses approches et faisant ses recommandations au lecteur, il est discret, précis et respectueux.

 

Je suis sûr que vous apprécierez ce travail à sa juste valeur. Si elle vous a touché, cela signifie que le professeur Chiesa est en plein dans le mille.

 

 

Sergey Glazyev

http://www.glazev.ru

Sergey Yurievich Glazyev (né en 1961) - éminent économiste, homme politique et homme d'État russe, membre de l'Académie des sciences de Russie. Conseiller du président russe sur les questions d'intégration eurasienne. Un des initiateurs, membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Glazyev : En mémoire du remarquable penseur italien Giulietto Chiesa. (Club d'Izborsk, 28 avril 2020)
Lire la suite

Mikhail Khazin : Pourquoi Poutine ne supporte-t-il pas les fonctionnaires libéraux ? (Club d'Izborsk, 28 avril 2020)

28 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Mikhail Khazin : Pourquoi Poutine ne supporte-t-il pas les fonctionnaires libéraux ?

28 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19175

 

 

Il existe une logique économique de base : l'aide doit toujours être fournie à ceux qui en ont besoin. Tout recours à des intermédiaires réduit inévitablement l'efficacité du travail de manière drastique.

 

Si nous parlons des pauvres, l'argent devrait leur être remis personnellement. Lorsqu'il s'agit d'allouer des "rations", des kits ou autre chose, il devient immédiatement évident que les intermédiaires utilisent l'argent pour faire des bénéfices et distribuent la mauvaise chose et/ou cela commence à coûter trop cher. Les publicités pour cela et les commerçants - ils ne peuvent même pas le réprimander.

 

Par conséquent, du point de vue de la logique économique (libérale également), si les petites entreprises ont des problèmes à cause de l'épidémie - ce sont les petites entreprises qui ont besoin d'aide. Si les retraités ont des problèmes à cause de l'épidémie, ce sont eux qui ont besoin d'aide. Si les chômeurs, alors aidez les chômeurs. Sinon, rien de bon n'arrivera : nous obtiendrons des structures commerciales qui profitent des difficultés et un grand nombre de personnes très insatisfaites des autorités.

 

Maintenant, jetons un coup d'œil à notre pays. Rappelons que l'appareil officiel (qui s'est finalement constitué au milieu des années 2000) s'est formé dans la logique de la privatisation. Son essence est que tout fonctionnaire vend sur le marché libre ce qu'il possède, c'est-à-dire soit des biens de l'État sous contrôle, soit ses propres pouvoirs administratifs. Officiellement, il peut s'agir d'une infraction pénale (surtout la deuxième), mais le paramètre clé du libéralisme politique russe est qu'un fonctionnaire n'est pas responsable envers la société (il peut très bien être responsable envers ses propres groupes de pouvoir et/ou des groupes alternatifs).

 

Dans cette situation, tout fonctionnaire (je répète encore une fois, tout, même le plus raisonnable et le plus adéquat, mais cultivé dans le cadre de la domination de la doctrine du libéralisme politique) considère l'allocation d'argent à une personne "ordinaire" comme une négligence et une idiotie. Après tout, cet argent sort du processus de privatisation et n'apporte donc aucun avantage à la classe officielle. Cela conduit à deux conclusions principales concernant le "soutien" de la population pendant l'épidémie : premièrement, pas un centime au destinataire final, deuxièmement, les intermédiaires ne sont pas responsables de l'argent reçu.

 

- La première conclusion est claire : quel type de privatisation. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous sommes le seul pays du G20 où rien n'est donné (si possible) au destinataire final. Car cela viole le principe de base du libéralisme politique : l'État ne dispose de ses actifs, y compris budgétaires, que par le biais de la privatisation. C'est pour l'argent, et le principal bénéficiaire de cet argent est l'élite de la privatisation et les fonctionnaires.

 

- La seconde, en général, ne soulève pas non plus de questions particulières. Comme les intermédiaires reçoivent de l'État des ressources non gratuites (pots-de-vin, etc.), ils les considèrent comme des actifs privatisés. Les fonctionnaires, en revanche, comprennent que puisque les biens grevés (par exemple, par la nécessité de les transférer aux nécessiteux) coûtent moins cher, ils constituent moins de ristournes, ce qui signifie que cette charge devrait être supprimée autant que possible. En conséquence, les banques reçoivent de l'argent pour les petites et moyennes entreprises, mais il est extrêmement difficile pour cette entreprise de recevoir elle-même cet argent. Il n'est pas possible de l'obtenir gratuitement.

 

Si aux États-Unis, les banques qui ont reçu des ressources de la Fed, les ont presque forcées à les céder à leurs clients (pour une majoration purement symbolique), en Russie, les banques considèrent simplement cet argent comme un revenu, qu'elles ne vont pas partager. Et s'ils le font, ils incluent volontiers dans le coût de cet argent (c'est-à-dire les intérêts pour le client) tous les pots-de-vin qu'ils doivent donner aux fonctionnaires.

 

Il existe bien sûr des situations dans lesquelles l'État donne directement de l'argent (par exemple, des versements aux chômeurs). Mais là aussi, plus l'argent reste longtemps dans les banques, mieux c'est, donc pour obtenir cet argent, les gens sont obligés d'obtenir tellement de certificats et de rassembler tellement de documents qu'il est très difficile de le faire et d'obtenir ne serait-ce qu'un centime. En même temps, bien sûr, le fait que ce sont les actions des autorités qui ont fait qu'au moins la moitié de la population du pays (en réalité, au moins 60%, qui vivaient "sur leurs roues", sur leurs salaires, n'ayant pas d'économies), aucun des représentants de ces autorités ne s'en soucie du tout. Parce que le libéralisme politique est avant tout pour eux.

 

Il convient de noter que cela ne s'applique pas au président. Ce n'est qu'un politicien, et il s'est fixé comme objectif d'en finir avec le libéralisme politique et de se diriger au moins vers le conservatisme de droite, voire vers la gauche. De plus, il essaie depuis longtemps de lutter contre le libéralisme politique ; vous vous souvenez de la longue mais très intéressante histoire de la révocation de Surkov du poste de chef de l'appareil gouvernemental, que j'ai analysée en détail. Le problème est qu'en réalité, cela nécessitera le licenciement (rien ne peut être corrigé ici) de presque tout le corps officiel de la Russie actuelle. Comme le libéralisme politique s'est formé dans le cadre de la doctrine.

 

En fait, il n'y a pas que Poutine, tout homme politique (c'est-à-dire une personne qui envisage son avenir au sein de la Russie, et de préférence au sein de son élite) comprend que le libéralisme politique doit prendre fin, il est juste dangereux. Déjà pour toute la société, qui, pendant l'épidémie, a atteint un état de frénésie et de rage à cause du degré d'inadéquation de la mafia officielle libérale. Et elle ne peut même pas comprendre ce que c'est : elle a honnêtement alloué des ressources pour les gens. Eh bien, oui, des procédures complexes pour l'obtention, mais il est aussi dans l'intérêt des gens de ne pas voler ! Je veux dire que les gens n'ont pas volé, pas les fonctionnaires et les intermédiaires, ils appellent cela non pas du vol, mais de la privatisation, et c'est sacré ! Et encore une fois, ce sont les fonctionnaires qui sont irresponsables, et les gens sont obligés de suivre toutes les instructions, encore une fois, dans la logique de la présomption de culpabilité.

 

Mais l'épidémie nous a apporté beaucoup de choses. Tout d'abord, la compréhension du fait qu'une émeute pourrait également commencer. Comme personne ne peut empêcher les fonctionnaires de rédiger de nouvelles instructions prohibitives, la technologie de l'"esclavage numérique" ne les empêche pas de rédiger des amendes, et il est absolument impossible de les annuler (même si elles sont illégales), car c'est ainsi que sont rédigées les instructions. En conséquence, de nombreuses personnes qui ont été privées de tous leurs moyens de subsistance par ces mêmes fonctionnaires se retrouvent dans une situation insupportable. Lorsqu'ils doivent payer une amende, amendes sur amendes, lorsque leur dernier argent est retiré de leurs comptes à leur insu (pour lequel ils doivent nourrir leurs enfants) et qu'il est impossible de le changer, car il est impossible d'expliquer la situation aux responsables libéraux.

 

Bien sûr, il est impossible de changer quoi que ce soit rapidement ici. C'est bien, comme vous pouvez le constater lors des réunions du président, lorsque les fonctionnaires qui l'écoutent sont stupéfaits de ses propos : que dit-il, comment a-t-il trouvé cette idée ? Qu'est-ce qui vous fait penser que cela arrive ? Il est en contradiction avec les principes de base du libéralisme politique ! Et, par conséquent, ils se mettent de plus en plus souvent à penser qu'il vaudrait mieux qu'il n'existe pas du tout... Rien de personnel, juste les affaires. Et quelqu'un d'autre se demande d'où me vient l'idée d'une conspiration... S'il y a beaucoup de gens insatisfaits, alors l'émergence d'une conspiration est presque inévitable.

 

Alors pourquoi Poutine ne l'accepte-t-il pas ? Pourquoi le voudrait-il ? Et puisque dans le cadre du "big game", il a parié sur les forces qui s'opposent au libéralisme mondial (face à la mondialisation financière). La raison n'est plus aussi importante, car il ne sera pas possible de renverser la situation. Et donc, qu'il le veuille ou non, nous devrons combattre le libéralisme politique. Il est toujours difficile de lutter contre la mafia.

 

En général, on ne peut dire qu'une chose : avec leurs mesures "anti-épidémiques", les fonctionnaires libéraux ont tout pour plaire. Tant par le bas que par le haut. Et c'est pourquoi le pouvoir politique est simplement obligé de faire quelque chose, car ces actions relèvent du code pénal, dans la partie de l'article "incitation à la haine du pouvoir". En d'autres termes, l'épidémie a fait quelque chose pour laquelle il n'y avait aucun espoir : le libéralisme politique est devenu de facto la principale source d'extrémisme en Russie. Si vous ne voulez pas, vous devez réagir !

 

 

Mikhail Khazin

http://khazin.ru

Mikhail Leonidovich Khazin (né en 1962) - économiste, publiciste, animateur de télévision et de radio russe. Président de la société d'experts-conseils Neocon. En 1997-98, il a été chef adjoint du département économique du président de la Fédération de Russie. Il est membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Khazin : Pourquoi Poutine ne supporte-t-il pas les fonctionnaires libéraux ? (Club d'Izborsk, 28 avril 2020)
Lire la suite

"Ce monde est une pensée émanant de l'Intelligence universelle..." (Rûmî)

28 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Photo (P.O. Combelles): fuchsias d'origine sauvage, Sorata, versant amazonien des Andes de Bolivie.

Photo (P.O. Combelles): fuchsias d'origine sauvage, Sorata, versant amazonien des Andes de Bolivie.

Lire la suite

Nikolai Starikov: Cours sur le bien-être. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)

28 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Nikolai Starikov: Cours sur le bien-être.

27 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19164

 

 

Programme économique pour la sortie de crise par Nikolai Starikov.

 

 

 

Conditions préalables.

 

Malgré une politique étrangère et une situation économique difficiles, imposées aux problèmes de l'économie intérieure, la Russie dispose aujourd'hui de toutes les conditions nécessaires à la mise en œuvre rapide d'un nouveau cours économique et social de l'Etat - le Cours du Bien-être.

 

Le "Cours de bien-être" (ou cours de courte durée) est conçu pour conduire à une croissance économique rapide sans inflation supplémentaire et à une croissance encore plus rapide des revenus personnels.

 

La mise en œuvre du cours garantit une croissance économique de 7 à 11 % pendant plus de 10 années consécutives, avec une inflation des consommateurs de 2 à 4 %.

 

L'essence du Cours de bien-être est de résoudre le problème principal de l'économie russe moderne - le manque de la quantité d'argent nécessaire pour les investissements et pour la demande des consommateurs. Et - à tous les niveaux.

 

Aujourd'hui, au niveau de l'État, dans le cadre du mécanisme budgétaire existant, il n'y a pas de fonds pour la mise en œuvre de projets à grande échelle, le réarmement complet de l'armée, le financement de la science, de l'éducation et des soins de santé au niveau approprié. Oui, les fonds non dépensés sur les comptes fédéraux et les réserves internationales de la Banque de Russie sont énormes - mais il est déclaré impossible de les utiliser directement.

 

Au niveau de l'entreprise, il existe des prêts coûteux qui rendent les investissements dans la production non rentables, voire impossibles.

 

Au niveau inférieur - revenus personnels extrêmement faibles et faible demande des consommateurs. Il en résulte une instabilité et des tensions sociales, un sous-développement de régions entières.

 

La monétisation exceptionnellement faible de l'économie russe entraîne un ralentissement du développement de la Russie, qui dispose d'énormes ressources naturelles et d'un potentiel incroyable. Au lieu de cela, il y a une dépendance extrême des prix des articles d'exportation, une tentation constante de dévaluer la monnaie nationale. Tout cela donne une structure instable, très sensible aux influences extérieures. Surtout, il ressemble à un funambule en équilibre au bord d'une faute - et en même temps il parle devant des spectateurs extrêmement hostiles, et se précipite pour "aider" ce funambule à tomber plus vite.

 

 

 

Les principaux éléments du cours :

 

Accélérer la croissance des revenus réels, créer une demande intérieure de consommation et, en même temps, construire de nouvelles installations de production et de nouveaux logements :

 

Une augmentation significative des salaires des employés du secteur public de toutes les catégories et la suppression de l'impôt sur le revenu pour les citoyens dont les revenus sont inférieurs à deux minimums de subsistance. Introduction d'un barème d'impôt sur le revenu modérément progressif, qui joue davantage le rôle de "soupape de justice sociale" que d'outil de remplissage du budget.

 

Accroître les dépenses publiques pour la construction de nouvelles infrastructures affectant la vie et l'activité économique de la majorité de la population - routes et chemins de fer de qualité, tous types de services publics et réseaux énergétiques, établissements d'enseignement et de soins de santé

 

Expansion à grande échelle des prêts pour la construction de nouvelles installations de production et de logements de masse par l'intermédiaire des banques contrôlées par l'État, la plupart des intérêts perçus étant reversés à l'État sous forme de dividendes bancaires.

 

Afin de préserver la stabilité et la prévisibilité du taux de change de la monnaie nationale :

 

Mesures limitées de contrôle des changes pour les opérations non commerciales - avec maintien du libre accès à l'achat et à la vente de devises pour les besoins des exportations et importations de produits de base. Des contrôles stricts - dans les limites des mesures appliquées par la Chine et de nombreux autres pays aujourd'hui, par le Japon dans un passé récent et par la Russie jusqu'en 2002.

 

Il est évident qu'une augmentation des recettes budgétaires et la croissance des autres dépenses du budget fédéral nécessiteront une augmentation des dépenses budgétaires supérieure à ses recettes - jusqu'à 20 % au cours des deux premières années du cours. Comment et comment ce déficit budgétaire sera-t-il couvert ?

 

Une partie importante du cours sur la protection sociale de l'État consiste à abandonner le budget fédéral sans déficit.

L'objectif principal sera la stabilité des prix à la consommation intérieurs avec la croissance des revenus des ménages. La stabilité des prix est obtenue grâce à une politique anti-monopole stricte ("fouet") et à un soutien des crédits à faible taux d'intérêt pour l'ajout rapide des capacités manquantes ("carotte énorme").

 

Le fait même d'un déficit budgétaire n'est pas quelque chose de bon ou de mauvais par définition. Il peut être couvert par la création directe de nouvelles sommes d'argent sur les comptes du Trésor (émission directe). Le déficit peut également être couvert par des prêts à faible taux d'intérêt accordés par les banques d'État à l'État - tous les intérêts perçus sur ces prêts sont garantis pour être reversés à l'État en tant qu'actionnaire de la banque.

 

(Un exemple inspirant est la politique financière du Japon dans le triangle formé par le ministère des finances, la Banque du Japon et la Poste japonaise en tant que plus grande banque d'État du pays. Formellement, les finances du pays répondent à toutes les exigences du FMI, de la Banque des règlements internationaux (BRI) et d'autres institutions et accords internationaux).

 

La pratique de la Chine au cours des 20 dernières années confirme qu'il est possible d'amortir une partie des prêts émis par les banques d'État aux entreprises privées et publiques. L'essentiel est de vérifier le fait de la création de nouvelles industries et d'infrastructures, qui ont pris ces prêts. Les mécanismes d'annulation des prêts émis (c'est-à-dire les subventions cachées aux entreprises) peuvent être différents, les détails dans d'autres sections de la description détaillée du cours.

 

 

Au total - les points 3, 5 et 6 peuvent doubler la masse monétaire dans le pays pendant les trois premières années du cours. Pas d'inflation pour les consommateurs !

 

Dans quelle mesure est-il nécessaire et possible d'utiliser chacun des moyens mentionnés pour l'expansion de la masse monétaire ?

 

Expansion des prêts des banques d'État

Augmentation des dépenses budgétaires grâce à des prêts accordés à l'État par les banques d'État

Restructuration (annulation) d'une partie des prêts émis en cas de réalisation des objectifs de financement,

Emission directe du Trésor fédéral.

 

Tous ces outils permettent d'atteindre des objectifs et des résultats similaires. La part optimale de chacun de ces instruments pour étendre la monétisation de l'économie russe dépend également du processus de négociation avec les institutions financières extérieures (comme le FMI). Comme dans le cas de la Chine, un compromis sera inévitablement atteint, qui permettra de mettre en œuvre les étapes requises du cours, mais avec un "paquet" différent de ces étapes pour les observateurs extérieurs.

 

7. Au cours des deux premières années du cours, il est possible de préserver la structure actuelle de propriété et de réglementation dans l'industrie de l'électricité, les services publics, RZD et autres monopoles naturels. Tous auront besoin d'accords pour restructurer leurs dettes bancaires et aider le gouvernement à financer leurs dépenses d'investissement. Cela se fait par le biais des mêmes mécanismes de financement des investissements décrits ci-dessus - en échange de la fixation des tarifs des monopoles pour les trois prochaines années.

Par exemple, des affectations budgétaires directes ou des prêts à faible taux d'intérêt accordés par des banques d'État, avec parfois l'annulation ultérieure de certains prêts pour la construction d'infrastructures. En échange, les entreprises énergétiques seront obligées ( !) de réduire ou de ne pas augmenter leurs tarifs pendant plusieurs années.

 

Au cours des 30 dernières années, de nombreux monopoles naturels sont devenus des entreprises privées. À long terme, l'État devra accroître la part des collectivités locales, des autorités régionales et du centre fédéral en tant que propriétaires et gestionnaires des infrastructures du pays. Une bonne façon de s'engager sur cette voie est de créer de nouvelles infrastructures avec des fonds publics et de les louer pour une somme symbolique aux opérateurs privés d'infrastructures actuels. En ce qui concerne les projets - lorsqu'il est difficile d'attribuer de nouvelles installations à l'État - ils seront créés pour bénéficier de prêts et de subventions du gouvernement, l'opérateur devant les faire payer pour maintenir ou réduire les tarifs pour les utilisateurs finaux.

 

Tout monopole naturel (électricité, services publics, transport ferroviaire) a les coûts les plus élevés dans le domaine des investissements pour l'expansion des infrastructures et l'entretien des prêts contractés pour leur création. Une forte réduction des coûts de leur construction par les sociétés monopolistiques elles-mêmes et du coût du service des prêts bancaires sur celles-ci permettra de maintenir la rentabilité de ces sociétés avec des tarifs gelés ou même réduits.

 

 

 

Les deux premières années du cours sont caractérisées par une croissance économique rapide sans inflation, car les capacités de production, la capacité des réseaux d'ingénierie et la main-d'œuvre disponible ne sont pas pleinement utilisées aujourd'hui. Certaines industries ont un taux d'utilisation des capacités élevé - c'est là que les prêts et les subventions du nouveau Fonds seront nécessaires pour ajouter de nouvelles capacités le plus rapidement possible.

 

 

 

La vitesse de la croissance au cours des deux premières années dépend de la stabilité du taux de change du rouble (c'est-à-dire - du succès du contrôle de la monnaie), de l'augmentation des salaires, des pensions et des prestations sociales du secteur public, de la rapidité de l'augmentation des prêts aux industries existantes et de la disponibilité d'un nombre suffisant de travailleurs.

 

Cela implique la nécessité d'attirer le maximum de russophones des pays voisins et les principaux spécialistes étrangers du monde entier par le biais d'avantages (levée) et de crédits préférentiels pour le logement dès le début. Il sera également nécessaire de fournir des prestations importantes pour soutenir les personnes déplacées dans les régions du pays où la pénurie de main-d'œuvre est la plus importante et de donner la priorité à l'ajout de nouvelles capacités.

 

La vitesse de la croissance future (3e année et au-delà) dépend du travail des nouvelles agences de développement - le Fonds de croissance et le Fonds de construction de logements, deux nouvelles agences de développement qui sont essentiellement similaires à l'actuel Fonds de développement de l'industrie sous l'égide du ministère de l'Industrie et du Commerce, mais qui sont beaucoup plus grandes en taille et qui disposent de plus de pouvoirs et d'outils. Premièrement, ils devraient prendre en charge le crédit d'une partie importante des nouvelles capacités de production des entreprises privées et la création de nouveaux sites pour le logement et la construction industrielle. Deuxièmement, ils devraient financer la substitution des importations, la création d'analogues internes de nombreux noms d'équipements industriels les plus courants, ainsi que des technologies et des équipements pour les services publics et la construction.

 

Étapes spécifiques du programme de cours sur la protection sociale

 

La période préparatoire est les 3 premiers mois à partir de la décision de mettre en œuvre le cours.

 

А. Développement de l'ajustement du budget fédéral.

 

- Préparation des banques d'État existantes comme centres d'émission, si nécessaire, création de nouvelles banques sur la base de banques préexistantes assainies et nationalisées, création de nouvelles subdivisions au sein des grandes banques existantes avec la participation de l'État.

 

- Élaboration de nouvelles lois et réglementations pour garantir les actions requises au cours des premiers mois

 

A.  Développement et organisation des deux premiers nouveaux fonds - le Fonds de croissance (FR) et le Fonds de construction de logements (HDF). Développement et établissement de subdivisions supplémentaires au sein des structures étatiques existantes - en particulier, surveillance des prix au sein du FAS.

 

La mise en œuvre des tâches du cours nécessitera de nouveaux rôles et de nouvelles tâches pour les différentes agences. Et par conséquent - de nouvelles ressources pour cela, c'est-à-dire de nouvelles subdivisions, de nouveaux systèmes d'information, de nouveaux employés. Exemple - le Fonds de croissance devra interagir avec le FAS dans le cadre du suivi mensuel des prix à la consommation par région, afin d'identifier les secteurs et les entreprises pour l'ajout rapide de nouvelles capacités. Une analyse plus détaillée des prix par nom de produit dans diverses chaînes de vente au détail sera nécessaire pour les services spécialisés, qui sont actuellement utilisés par tous les grands producteurs de biens de consommation en Russie.

 

В. Création d'une nouvelle agence pour la surveillance des banques et du marché des changes : la WBN (Currency Bank Supervision), une agence fédérale distincte dont le chef a le rang de vice-premier ministre.

 

Afin d'assurer le contrôle des devises et la conformité de la politique de crédit des banques avec les intérêts du Cours (il n'y a pas encore suffisamment d'accords sur un nouveau régime de réglementation bancaire avec des institutions extérieures telles que le FMI), il sera nécessaire de préserver l'apparence de l'ancienne structure de la "Banque centrale comme méga-régulateur", avec l'ajout d'une nouvelle structure de contrôle. Le lien entre la surveillance de la Banque de la Monnaie et les deux Fonds devrait créer un bloc financier et économique parallèle au sein du pouvoir exécutif, subordonné au Premier ministre de la FR.

 

Ce bloc peut être appelé une "oprichnina financière" - la structure de contrôle et de gestion de l'État qui retire l'influence extérieure de la politique économique de l'État.

 

 

 

Étape 1 : Le premier mois :

 

Le prétexte pour une transition urgente vers le nouveau cours devrait être "des mesures temporaires urgentes pour rétablir la stabilité économique autour de la situation liée à...". (ou quelque chose de ce genre), avec l'assurance des investisseurs externes et internes existants que leurs intérêts seront raisonnablement pris en compte et protégés, mais avec l'inévitabilité de nouvelles règles du jeu.

 

Déclarer et mettre en œuvre des augmentations des prestations sociales, des pensions, des salaires du secteur public, en commençant par les plus pauvres et les plus critiques pour la stabilité de la société. Introduire un impôt sur le revenu des personnes physiques nul pour les revenus inférieurs à 25 000 Br par mois. Les revenus des couches les moins bien rémunérées (retraités, fonctionnaires) et des employés du secteur privé (55 millions de personnes au total) devraient doubler d'ici la troisième année du cours sur la protection sociale.

Annoncer un plan visant à réduire le taux d'escompte à 2 % au début du cours, le niveau d'intérêt prévu sur les prêts de 2 à 4 % des banques d'État dans le cadre de programmes ciblés ; un plan visant à fournir des prêts ciblés pour l'expansion des installations de production et la construction de logements avec un prix au mètre carré inférieur à un certain chiffre pour chaque région.

Annoncer les premières mesures de contrôle des devises et les pouvoirs du nouvel organe - la Surveillance de la monnaie et des banques (CBA), agissant immédiatement et simultanément avec le début de l'augmentation des paiements sociaux et des salaires des employés publics.

Au moment du nouveau contrôle des changes et de l'annonce du taux d'actualisation prévu, prévoir des mesures temporaires sous forme de "vacances" dans quelques mois sur les prêts existants avant les nouvelles règles, afin d'éviter les interruptions des prêts aux entreprises et à la construction de logements.

Expansion du travail des deux principales agences de développement - le Fonds de croissance et le Fonds de construction de logements, avec des succursales dans chaque district fédéral et avec des projets soutenus dans la plupart des régions de la Fédération.

Des mesures à court terme pour stimuler une partie de la demande des consommateurs, telles que le rachat de vieilles voitures et le remplacement de vieux appareils électroménagers pour créer une demande de produits fabriqués localement avec un niveau de localisation minimum acceptable.

 

 

Deuxième étape . Ensuite, 2 à 6 mois.

 

Début de la surveillance des prix à la consommation, des prix des secteurs clés de l'économie afin d'identifier les zones prioritaires pour l'expansion du financement à faible taux d'intérêt. Il s'agit d'un élément clé de l'ensemble du cours - le suivi de la croissance des prix pour une attribution rapide du soutien financier à la création de nouvelles capacités. Le but de ces actions de l'État est de renforcer la concurrence intra-industrielle, en aidant la croissance dans leurs domaines de campagnes #3, #4, etc., si les acteurs #1 et #2 n'initient pas l'ajout des capacités requises assez rapidement. La croissance des prix sera limitée d'une part en raison de l'introduction de nouvelles capacités dans ce segment de l'économie par le biais de projets ponctuels et de financements bon marché ("carotte"). D'autre part, grâce à la pression du FAS ("bâton"), qui, en étroite collaboration avec le Fonds de croissance, enquêtera sur les cas d'augmentation des prix monopolistiques. Aujourd'hui, le "fouet" ne fonctionne pas principalement en raison de l'absence d'un véritable mécanisme de croissance des nouvelles capacités de tous types.

Les banques nouvellement organisées (ou nationalisées parmi les banques précédemment assainies, qui appartiennent à l'État et coordonnent leur politique de crédit avec le Fonds de croissance et le Fonds de construction de logements) ont commencé leur travail.

Annonce d'un programme d'attribution de parcelles supplémentaires dans chaque entité constitutive. L'objectif est d'augmenter rapidement le volume de construction et de contenir la croissance des prix du logement dans les limites de 15 % maximum au-dessus du niveau actuel des prix.

(Il s'agit de créer une forte attente de la population et des promoteurs quant à l'augmentation prochaine de l'offre de logements, afin qu'une forte réduction des taux d'intérêt sur les prêts et une augmentation des revenus de la population n'entraînent pas une hausse des prix des logements). Dans son travail conjoint avec le Fonds de construction de logements, le FAS joue un rôle similaire à celui décrit ci-dessus à propos du Fonds de croissance - trouver les zones de risque de hausse des prix et se concentrer sur la poursuite de la collusion, tandis que le Fonds alloue des fonds pour de nouveaux réseaux d'ingénierie et des prêts à la partie des besoins du promoteur, qui est maintenant transférée à tort au mécanisme des comptes bloqués.

 

Création de nouvelles divisions au sein du Fonds de croissance (GF) et du Fonds de construction de logements (HDF) pour le soutien technologique de nouveaux projets et la substitution des importations de technologies clés. Afin d'assurer une substitution efficace des importations, les deux Fonds devront accorder des subventions aux entreprises privées pour la création des analogues locaux nécessaires des technologies clés et des unités d'équipement utilisées dans le fonctionnement de 80 % de toutes les installations de production, des réseaux d'énergie et des services publics - pour un montant d'environ 300 milliards de roubles par an au cours des 5 premières années du cours.

Annonce de projets d'infrastructure supplémentaires financés par l'État - tout d'abord, ceux qui soutiennent la construction de logements supplémentaires dans les endroits où vit la majorité de la population russe (installations centrales de traitement, collecteurs et conduites d'eau, capacités supplémentaires des sources d'approvisionnement en eau centralisées, sous-stations de 10kV, réseau routier intra-urbain pour l'extension de la construction de logements). Leur financement par le Fonds de construction de logements, à hauteur de 500 milliards de Rb par an, ainsi que la procédure temporaire d'attribution accélérée de parcelles pour la construction de logements dans chaque entité constitutive de la Fédération de Russie, permettront d'éviter une augmentation des prix des logements même si la demande solvable de logements devrait doubler (augmentation des revenus avec une forte réduction des coûts hypothécaires).

Élargissement progressif et sans heurts de la liste des opérations de change non commerciales autorisées en vertu des nouvelles règles de contrôle des changes, tout en maintenant un taux de change du rouble stable.

Annonce de mesures visant à attirer pour une résidence permanente des résidents russophones d'autres pays, des non russophones de compétence technique, ainsi que des mesures de soutien aux personnes déplacées à l'intérieur du pays afin de maximiser la mobilité de la main-d'œuvre dans le pays avec des paiements importants par famille (500 mille - millions de roubles), en plus de mesures pour des hypothèques à faible taux d'intérêt et un soutien aux promoteurs dans les lieux d'implantation souhaités des colons externes et internes.

 

 

Crédit, budget et politique des prix pendant la première année du cours

 

- Le principal mécanisme de dissuasion dans la mise en œuvre du programme est d'éviter de créer une masse monétaire nouvelle excessive et une inflation des consommateurs, tout en soutenant financièrement de nouvelles capacités de production afin de retarder le moment où leur pénurie provoquera une hausse des prix.

 

- Par conséquent, tant l'augmentation des dépenses budgétaires que l'accroissement considérable des prêts à faible taux d'intérêt peuvent être plus ou moins importants tant que les nouveaux Fonds parviennent à "maîtriser" le nombre maximum de projets pour de nouvelles capacités de production et de nouvelles infrastructures. Les fonds eux-mêmes n'agissent qu'en tant qu'organisateurs du processus pendant les cinq premières années du cours, tandis que de nouvelles compositions de gestionnaires et de spécialistes des banques d'État sont en cours de formation. Au fil du temps, le rôle des banques d'État dans le financement direct du cycle d'investissement augmentera, tandis que le rôle des Fonds sera réduit aux projets qui nécessitent un soutien ciblé et souvent subventionné, non remboursable.

 

- Plus le travail des nouvelles agences de développement est rapide, plus il est possible de "verser" plus d'argent frais dans l'économie sans inflation, et plus la croissance économique est rapide.

 

- Le contrôle des devises empêche les attaques spéculatives sur le rouble et maintient le taux du rouble dans un corridor où il ne provoque pas d'inflation chez les consommateurs.

 

- De plus, le contrôle des changes réduit l'exportation de capitaux sous sa forme la plus néfaste et la plus frauduleuse - par des astuces comme "créer un nouveau prêt, puis par la collusion de l'emprunteur et de la banque pour échanger ces "nouveaux" milliards de roubles contre des dollars ou des euros, et les retirer de Russie. Ou simplement voler ces fonds lors d'achats gouvernementaux et les faire sortir du pays.

 

À la fin de la première année, il sera possible d'achever la transition du système bancaire vers une situation où plus de la moitié des nouveaux prêts à des fins d'investissement sont alloués dans le cadre du Fonds de croissance et de construction de logements. Même avec les deux tiers des nouveaux prêts des banques d'État et leur interaction avec les deux fonds, le volume des prêts à émettre par les banques commerciales privées sera plus élevé qu'aujourd'hui et laissera une marge raisonnable de concurrence dans le secteur bancaire. En dehors de ces fonds, il restera le financement de grands projets d'exportation de matières premières tels que de nouveaux grands gisements et gazoducs, les plus grands projets d'infrastructure tels que le pont de Crimée, ou de nouveaux ports et autres installations au-delà du cercle arctique.

 

La poursuite doit être poursuivie...

 

 

Nikolai Starikov

https://nstarikov.ru

Nikolai Viktorovich Starikov (né en 1970) - célèbre écrivain, publiciste. Fondateur et leader idéologique de l'organisation publique "Syndicat des citoyens russes". Directeur commercial de la branche de Saint-Pétersbourg de "Channel One" de la télévision russe. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Nikolai Starikov: Cours sur le bien-être. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
Lire la suite

Vasily Simcher : la crise des attentes (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)

28 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Vasily Simcher : la crise des attentes

27 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19172

 

 

Tout s'apprend en Russie dans la difficulté. Le salut de la Russie réside dans sa capacité à mobiliser instantanément et de manière désintéressée toutes ses énergies matérielles et spirituelles, toutes ses forces, ses ressources et ses moyens. Cela a été le cas lors de toutes les guerres, épidémies et autres catastrophes, et cela doit continuer à être le cas.

 

Que s'est-il passé cette fois-ci ? Pourquoi la Russie est-elle aujourd'hui clairement à la traîne en matière de mobilisation ?

 

Aujourd'hui, tout est en attente. La passion pour le coronavirus augmente, les taux de croissance économique et le niveau de vie diminuent. Les prix du pétrole chutent, l'ampleur de la crise augmente, les revenus et les réserves fondent. Le soutien des autorités à la population et aux entreprises en détresse est incompréhensible, dix fois moins que dans d'autres pays. Les autorités réduisent leurs obligations, dissimulent les réserves d'assurance accumulées et les réserves pour les catastrophes naturelles, et tardent à prendre les décisions rapides nécessaires. La confiance qu'on lui accordait auparavant diminue de façon catastrophique.

 

Il n'y a pas de données fiables. Ce qui se passe réellement, c'est que personne ne le sait. Il n'y a pas d'état d'urgence dans le pays. L'indignation, le désarroi et la confusion des gens dans la société augmentent. Les gens sont complètement confus. Personne ne sait ce que notre pays a aujourd'hui et ce qu'il n'a pas, sur quoi il faut compter et sur quoi il ne faut pas compter. Il n'y a pas d'inventaire des biens nationaux ni de liquidités, et personne ne s'attend à ce qu'ils le soient. Il n'y a pas de solidarité entre le "suprême" et le "bas" et aucune unité de pouvoir avec le peuple.

 

Dans l'ensemble, il y a une crise systémique de mobilisation nationale à grande échelle face à une menace que la Russie n'a jamais rencontrée auparavant, ou plutôt est perçue comme telle. Le gouvernement russe n'a aujourd'hui aucun plan clair pour surmonter cette crise. Ou bien la crise elle-même n'existe-t-elle pas ?

 

Le peuple a-t-il raison et est-il disposé à se débarrasser de cette incertitude et à savoir ce qui a empêché (même aujourd'hui) l'élaboration et la présentation d'un plan aussi nécessaire et intelligible ? À quoi bon vivre isolés les uns des autres, sans travail et dans une ignorance quasi médiévale de ce qui se passe autour de nous ?

 

Bien sûr, la mobilisation en tant qu'idée, modèle et outil puissant pour une concentration accélérée des ressources et des forces disponibles est une bonne solution fiable et une aide pour trouver une issue à toute crise. En Russie, c'est une solution fondamentale. L'exécution est généralement mauvaise. Et les résultats sont fatals : mesures illégales et violentes, mensonges et tromperies, contrefaçons, pillages et rafles, coûts et sacrifices exorbitants, pertes humaines et matérielles injustifiées.

 

Cela pendant de nombreuses années ne pouvait pas faire de tous, pris ensemble, les partis et forces d'opposition, les meilleurs esprits et radiateurs de la Russie : considérer l'autorité, adoucir les oppressions, réduire les impôts et la corruption, augmenter l'aide, le soutien et la suffisance des mères seules et des familles pauvres, - le coronavirus a arrangé presque du jour au lendemain. En Russie, elle a agi comme une sorte de force venue d'en haut - comme si en punition, l'autorité détentrice de l'indulgence et de l'assistance riche, pour des délits et des atteintes injustes aux personnes, avait ébranlé toutes les passions humaines. Les autorités se sont tournées vers le peuple pendant un certain temps et, du jour au lendemain, ont pris tant de décisions positives dans son intérêt, comme si elles n'avaient pas pu accepter, semble-t-il, pendant toute la durée de leur existence en Russie.

 

La seule chose qui suscite des doutes et de l'anxiété est de savoir combien de temps dureront toutes ces bénédictions ? N'est-ce pas là un autre jeu hypocrite et une aumône aux pauvres, ce dont nos gens trompés ont eu assez dans le passé ? Ne s'agit-il pas de soucis imaginaires ? Quel est l'appel au peuple "Chers frères et soeurs", qui était tout simplement impensable hier, quand il n'y avait pas de frères et soeurs chez les supérieurs des citoyens ordinaires de Russie ? N'était-ce pas un discours de loups en peaux de mouton ? "La liberté vaut mieux que la non-liberté", l'auto-isolement vaut mieux que l'isolement forcé, isoler (et en cas de violation du régime d'auto-isolement - punir) chacun des 147 millions de personnes de la population saine du pays en son nom propre et à ses frais est plus facile et moins coûteux que d'identifier, de tester et d'isoler aux frais de l'État - à peine un centième ! - une partie de la population infectée, peut-être. Il y a beaucoup de doutes et d'inquiétudes raisonnables, et pas très raisonnables, à ce sujet, et ils se multiplient malheureusement au lieu de diminuer dans le régime d'auto-isolement.

 

Que faut-il faire pour que les gens ne se trompent pas ou ne soient pas trompés une fois de plus ? Quoi de plus que les promesses actuelles et le vaccin antiviral pour sauver notre peuple et notre pouvoir de la crise actuelle des hybrides ? La bonté et la gentillesse sont immanquablement inhérentes à notre peuple qui, dans les moments difficiles, brille dans les ennuis comme des diamants dans la nuit.

 

Ce qui se passe en Russie aujourd'hui pourrait-il se produire en URSS ? La réponse est évidente : non!

 

Et non pas parce que l'Union soviétique était dans un certain ordre spécial assurée contre les catastrophes naturelles. Cette assurance n'existe pas et il n'y a pas moyen ! Mais l'URSS, avec toute son idéologie humaine d'égalité et de prospérité universelles, d'organisation planifiée du travail et de la production, était, a priori et par définition, prête à refléter toutes les attaques et catastrophes naturelles ou provoquées par l'homme, ce qui a clairement démontré au monde sa victoire historique lors de la Grande Guerre Patriotique.

 

La Russie n'est pas prête ! La raison première n'est même pas le manque de forces productives puissantes et de personnel dévoué de la plus haute qualification, dont notre pays ne dispose pas aujourd'hui et de près. La cause profonde de cette situation est l'absence de notre propre idéologie et, par conséquent, de notre propre nom et patronyme dans le monde moderne. Et pas seulement l'absence, mais l'interdiction établie par la Constitution de la Fédération de Russie de la présence de sa propre idéologie dans le pays. Un pays sans idéologie propre est un homme sans tête. Le pays sans idéologie est le pays impersonnel, le pays sans parenté et une tribu, le pays cosmopolite, ne peut pas exister et prospérer dans le monde moderne politisé par définition. La seule option est d'abolir le statut même du pays dans le monde moderne.

 

N'est-ce pas pour cela qu'aujourd'hui nous sommes si insolvables, si dépendants et sujets à des phénomènes de crise que nous nous sommes privés de notre propre idéologie ? N'est-ce pas pour cela que nous sommes aujourd'hui loin d'être "en avance sur la planète entière", mais que nous piétinons les marges de l'histoire du monde depuis une décennie maintenant ? Pendant des décennies, notre potentiel et nos ressources naturelles n'ont pas été utilisés... Comme dans la guerre, l'extinction massive, avec leurs habitants, villages et villes... Quarante millions d'hectares de terres vides et près de cent mille usines et usines abandonnées, dix millions de personnes qui ont perdu leur emploi, l'ordre étranger qui prévaut et qui prive chaque année presque tous nos compatriotes de leur misère - ce sont les conséquences directes et les plus déprimantes de notre renoncement volontaire à notre propre idéologie !

 

De quel type d'idéologie avons-nous besoin ? L'idéologie du grand rêve russe, du monde russe ou pan-slave, avec des frontières ouvertes, le libre-échange ? Ou, par choix, l'idéologie du capitalisme libéral ? Ou encore "un socialisme à visage humain" et un international en tête ? Ou, au contraire, l'idéologie du protectionnisme et du conservatisme russes avec à sa tête l'autocratie monarchique et l'orthodoxie ecclésiastique ? Ou l'idéologie du développement économique avec l'autonomie, avec des frontières fermées et la protection des producteurs nationaux de matières premières ? Ou, enfin, l'idéologie de la solidarité - communauté, artel ou foyer - la charité, organique, chair de chair, inhérente au mode de vie, aux compétences, aux coutumes et aux fantasmes de notre peuple, qui, comme nous le savons, est capable par des activités apparemment si simples, d'agir de manière créative sur les plus hauts sommets du génie humain et, comme personne, de synthétiser les énergies matérielles et spirituelles les plus complexes du monde ?

 

Le monde russe, au cours de ses plus de mille ans d'existence, n'a pas encore réussi à faire un choix définitif, acceptant et rejetant chacune de ces idéologies à différents stades de son développement, tout en subissant des pertes incommensurables.

 

Que voulons-nous et recherchons-nous en tant que nation aujourd'hui ? Que pouvons-nous faire et que ne pouvons-nous pas faire ? Y a-t-il une limite à notre impertinence et à nos possibilités ? Il existe une réponse adéquate à ces questions et à d'autres questions similaires. Elle est limitée par nos espaces territoriaux et nos distances immuables, le climat et les capacités physiques et spirituelles données par Dieu, qui ne peuvent pas et ne doivent pas être manipulées mortellement sans comprendre ce qu'elles représentent.

 

Bien sûr, les troubles mobilisent, unissent et multiplient ainsi les forces et les moyens du peuple dans le but de s'en débarrasser au plus vite. C'est ce que toutes les nations ont toujours fait dans les situations de crise. Nous avons, bien sûr, fait de même. Mais cette fois, quelque chose a mal tourné. Qu'est-ce qui a empêché (et empêche encore) la mobilisation actuelle ? Pourquoi se déroule-t-il si lentement et de manière si incohérente, et à bien des égards ridicule et non rentable ? Pourquoi avec la croissance du front des mesures anti-épidémie et leurs coûts ne diminuent pas, mais le nombre de victimes augmente, mais le nombre de ceux qui se rétablissent montre la dynamique inverse ?

 

Il est évident qu'en plus des diverses turbulences, des distorsions et des erreurs et stupidités purement internes qui sont inévitables au cours d'événements de cette envergure, le quartier général opérationnel a pris un certain nombre de mauvaises décisions qui ont rendu la lutte contre la crise actuelle plus difficile que facile. À notre avis, c'est en vain que la décision a été prise d'isoler des individus sains plutôt que des individus infectés. Et pas seulement parce que cette décision gouvernementale archaïque et loin d'être univoque s'est avérée cent fois plus difficile et des millions de fois plus coûteuse à mettre en œuvre. Et même pas à cause de son illogisme et de son hypocrisie pure et simple, qui ont provoqué des malentendus et de l'irritation pour la grande majorité de la population. Et surtout - parce que la majeure partie de la population active, sa force de mobilisation la plus massive et la plus importante au détriment de la cause a été écartée de force de la lutte contre la crise. En conséquence, aucune compréhension et optimisation des coûts n'a été obtenue entre les autorités et la population. De toute évidence, l'idée d'isoler pour protéger les personnes en bonne santé plutôt que les malades n'a pas été très efficace - c'est apparemment la raison pour laquelle elle a rarement été utilisée dans l'histoire des guerres et des épidémies.

 

La mise en œuvre du programme d'assistance à la population a peut-être été encore plus irritante pour la société. Selon ce programme, il était supposé que l'État couvrirait intégralement toutes les dépenses liées à la mise en œuvre des mesures anti-virus, comme dans d'autres pays développés. A cet égard, le gouvernement a alloué environ 1,1 trillion de roubles de son fonds de réserve pour ces activités, y compris "les mesures d'organisation de l'assistance médicale au contingent attaché" (comme dans le texte de l'ordonnance. - V.S.), ce qui représente 7,5 mille roubles par habitant, soit un peu plus de 100 dollars courants. Puis la deuxième tranche a été proposée pour allouer un montant supplémentaire de 1 500 milliards de Br (10 200 milliards de Br, soit 135 dollars par habitant). En fait, seuls 300 milliards de Br ont été alloués au 20 avril 2020. Et ce, dans le contexte de 8 à 10 000 dollars (600 à 750 000 Br), alloués en moyenne dans les pays de "l'Ouest collectif".

 

Le président russe a déclaré à plusieurs reprises que l'"airbag" créé dans notre pays à hauteur de 10 % du PIB, soit environ 70 000 roubles par habitant, suffira amplement pour couvrir sans problème les coûts forcés et ne condamnera pas la population et les entreprises aux privations et aux violations massives du régime d'auto-isolement. Il s'est avéré que ce "coussin" est plusieurs fois plus petit. Cela n'exclut pas les éventuels excès massifs, y compris criminels, liés à la recherche des fonds nécessaires pour soutenir les conditions de vie de base, ainsi que les protestations de masse des groupes de population et des entreprises défavorisés. Il est clair que dans ces conditions extrêmes, la confiance de la population dans le gouvernement et son chef ne cessera de décliner, et il ne sera guère possible de surmonter cette tendance sans imputer les coûts supplémentaires de la crise à la population et aux entreprises auto-isolées.

 

 

Vasily Simcher

Simchera Vasily Mikhailovich (né en 1940) - soviétique, économiste russe, spécialiste en modélisation statistique. Docteur en sciences économiques, professeur. Vice-président de l'Académie des sciences économiques. Scientifique honoré de la Russie. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc

Vasily Simcher : la crise des attentes (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
Lire la suite

Askarbi Adzhigigiriev : Alexander Nagorny restera dans notre mémoire comme un patriote infatigable et constant. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)

27 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Askarbi Adzhigigiriev : Alexander Nagorny restera dans notre mémoire comme un patriote infatigable et constant.

27 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19168

 

 

Branche adyguéenne du club "Zikhiya-Izbor" d'Izborsk, Grande Confrérie des troupes cosaques de Russie et de l'étranger, Mouvement public républicain "STAREISHINY AYGIY", Branche adyguéenne de l'Union des écrivains russes, Fondation pour le multiculturalisme des peuples du Caucase du Nord, ONG "Centre mondial pour la diplomatie populaire adyguéenne (circassienne), Le Parti du peuple d'Abkhazie, la Douma STAREISHIN CABARDS, la Fondation Nomad de l'URSS (Kirghizie), le projet public panrusse "Initiative Caucasienne-Russe" expriment leurs condoléances aux parents et amis de Nagorny Alexander Alexeyevich, décédé prématurément.

 

Vénéré dans tous les pays de la CEI, dans les cercles patriotiques et scientifiques de la Fédération de Russie, Alexandre Alexeïevitch restera dans notre mémoire comme un PATRIOTE infatigable et cohérent, une expression vivante des aspirations de millions et de millions de personnes qui aspirent à une refonte des relations internationales fondée sur les principes des idéaux humanistes, la transition de la Russie vers la voie de la création dans l'intérêt des peuples indigènes, leur donnant le droit de marcher avec dignité et liberté à travers les étendues d'un état de civilisation eurasienne unique. Que la terre devienne sa chute, et non seulement un lieu de communication avec l'Éternité, mais aussi un lieu d'attente et de réalisation de ses désirs inassouvis et de ses projets au profit des plus démunis, d'où il pourra envoyer des signaux de soutien à ses compagnons d'armes, les continuateurs de sa noble cause. Nous souhaitons à nos supporters dans tous les coins de l'immense Russie force et santé afin de continuer à faire avancer dignement l'action du cher Alexandre Alexeïevitch, de renforcer les rangs des hommes d'État-patriotes dans les moments difficiles pour le pays.

 

Dans les moments difficiles, nous exprimons sincèrement notre soutien et nos vœux les plus chaleureux à la famille pour qu'elle puisse dignement supporter la perte dure et irremplaçable qui est tombée à son sort. Parents, proches et amis ont toutes les raisons d'être fiers du grand fils du grand peuple russe, comme Alexandre Alexeïevitch Nagorny l'a été et le restera dans nos cœurs.

 

Au nom des organisations publiques, avec la douleur au cœur.

 

Votre Askarbi Agigigiriev.

 

 

Askarbi Adjigiriyev

Adjigiriyev Askarbiy Amerkanovich - président du mouvement public républicain adyguéen "Les anciens de l'Adygea", co-président du comité d'organisation de l'"Initiative caucasienne", président de la branche adyguéenne du "Club Izborsk" (Zikhiya-Izbor), candidat aux sciences techniques, professeur associé.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Articles d'Alexandre Nagorny publiés par le Club d'Izborsk:

 

https://izborsk-club.ru/author/nagorny

Askarbi Adzhigigiriev : Alexander Nagorny restera dans notre mémoire comme un patriote infatigable et constant. (Club d'Izborsk, 27 avril 2020)
Lire la suite

Sélection naturelle (Robert Gessain)

27 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Chasseur esquimau/eskimo/inuit avec sa lance et son harpon, habillé de ses kamik (pantalons en fourrure d'ours polaire) et de ses bottes en peau de phoque.) Une vie qui plongeait ses racines dans la préhistoire, celle du Paléolithique, aujourd'hui révolue. Photocopie tirée de mes achives et provenant je crois d'un ouvrage de Pierre Robbe sur les Inuit du Groënland.

Chasseur esquimau/eskimo/inuit avec sa lance et son harpon, habillé de ses kamik (pantalons en fourrure d'ours polaire) et de ses bottes en peau de phoque.) Une vie qui plongeait ses racines dans la préhistoire, celle du Paléolithique, aujourd'hui révolue. Photocopie tirée de mes achives et provenant je crois d'un ouvrage de Pierre Robbe sur les Inuit du Groënland.

"Dans les sociétés malthusiennes, à équipement médico-social élevé, à faible mortalité infantile, où il n'y a plus de sélection naturelle, le nombre d'enfants s'établit par suite de la limitation de la naissance, au niveau de la conception. De ces enfants peu nombreux un grand nombre seront les parents de la génération suivante.

Dans les sociétés à fécondité naturelle, c'est sur des enfants aussi nombreux que le permet la physiologie reproductive du groupe que s'exerceront les effets des conditions du milieu souvent très dures. De ces enfants nombreux un petit nombre atteindra l'âge adulte.

Parfois ces processus très différents aboutissent à des résultats numériquement similaires, à un état stationnaire de la population du groupe, ceux qui atteignent l'âge de la reproduction pouvant être, dans les deux cas, équivalents en nombre; mais le résultat qualitatif ne saurait être le même; ceux qui survivaient à Ammassalik, fruits d'une très sévère sélection, étaient porteurs de qualités adaptatives exceptionnelles, requises par ce milieu d'une dureté extrême." 

Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire. Flammarion, Paris, 1966. Page 249.

Robert Gessain (article Wikipedia créé par Pierre-Olivier Combelles): 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Gessain

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>