Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Viktor Grinkevich : "L'élite créative" a montré son visage. (Club d'Izborsk, 1 mai 2020)

31 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Viktor Grinkevich : "L'élite créative" a montré son visage.

1 mai 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19381

 

 

La fête de la créativité est de plus en plus bouillante et moussante chaque jour d'isolement. La pandémie mondiale et la crise économique ont obligé le gouvernement, les entreprises et les citoyens ordinaires à optimiser les dépenses au maximum. Il en va de même pour les musiciens, les danseurs et les artistes de tous genres. Le consommateur moyen a réduit ses dépenses pour les choses inutiles et superflues, sans lesquelles on peut se passer en période difficile. C'est à ce moment qu'il s'est soudain avéré que nos citoyens peuvent se passer de la plupart de ceux qui s'appellent fièrement l'élite créative.

 

Dans le même temps, certains cherchent et trouvent tranquillement un moyen de subsistance, sans rapport avec la scène et les tournées. D'autres sont indignés et protestent, demandant le soutien et l'attention de l'État. L'un des premiers à se déclarer mari de Natalia Queen et du strip-teaseur Sergei Glushko : "Contrairement aux grands-parents qui restent à la maison et reçoivent une pension, nous, les artistes, n'avons pas un sou. Après lui, des larmes de crocodile ont commencé à couler d'autres représentants du beau monde créatif. "Même les dix stars les plus populaires et les plus populaires sont presque en difficulté aujourd'hui, car elles ont toutes perdu la possibilité de gagner leur vie", a déclaré le producteur russe Joseph Prigozhin. Suite à cette détresse, l'actrice Lioudmila Porgina s'est plainte de 400 millions de roubles d'une villa près de Moscou : "Je suis assise sans argent. Je vois quels impôts payer - et je suis terrifié. Bien sûr, il n'y a pas assez d'argent pour tout cela". Et encore plus dans l'évaluation du chanteur Alexander Ivanov : "... en général, aucun animal du ministère de l'éducation n'est apparu nulle part dans le zombie avec une explication sur la façon de ne pas mourir de faim.

 

Dans ce sens, il est intéressant de savoir si les catastrophes de la capitale bohème sont comparables à la situation des bibliothécaires provinciaux, des enseignants et des responsables des cercles créatifs d'enfants - tous ceux qui devraient être considérés comme l'élite créative du pays ? Leurs réseaux sociaux n'ont pas fondu en larmes avec les pleurs de Yaroslavna sur la famine qui approchait, bien qu'ils aient d'abord besoin d'aide et de soutien.

 

Il semble que non seulement les gens, mais aussi les artistes les plus honnêtes ont ressenti un rejet de leurs collègues. "Je n'ai pas encore vu un seul artiste faire la queue pour une soupe gratuite. Chaque artiste a toujours quelque chose en tête ... Une de mes connaissances a vendu trois de ses neuf guitares - et vit en paix, personne ne se plaint", - se plaint à ses collègues, l'auteur et interprète Yuri Loza. Il a également avoué qu'il ne s'occupait de sa pension de base de 12 000 roubles qu'en quarantaine. Il était agréable d'entendre les paroles du musicien Gregory Leps, qui s'est opposé à la plupart de ses collègues : "les pauvres artistes, mon Dieu, sont affamés. Que pouvons-nous dire des gens ordinaires alors ? Nous avons vécu la guerre, la faim, le froid et l'abondance, et nous y survivrons".

 

Il n'y a eu qu'une petite crise dans notre histoire, loin d'être comparable à une guerre, une véritable peste ou une famine, et elle a immédiatement montré la vraie nature des idoles de la culture de masse. Les gens, qui ne produisent rien en masse, se divertissent, exigent de l'État ... non, pas du pain, mais la préservation d'un statut privilégié et d'un statut financier. La haute culture, les théâtres universitaires, les chorégraphes, les chefs d'orchestre et pendant la crise reçoivent régulièrement leurs salaires relativement faibles, mais les plus scandalisés sont ceux qui vivent décemment des tournées, des représentations dans les clubs et autres spectacles.

 

COVID-19 a égalisé et optimisé tout le monde, a montré et continue de montrer la véritable élite managériale et économique, a séparé les créateurs avec une majuscule des passants de la route. Ainsi, lors des guerres, des épidémies et des cataclysmes, l'élite nationale se forme, les grains sont séparés de l'ivraie, l'esprit et le caractère nationaux se forment.

 

 

Victor Greenkevich

http://viktorgrinkevich.ru

Député de la Douma de la région de Briansk, membre du Présidium du Conseil politique de la branche régionale de Briansk du parti "Russie unie" et chef du projet de parti "Contrôle du peuple". Il est membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Viktor Grinkevich : "L'élite créative" a montré son visage. (Club d'Izborsk, 1 mai 2020)
Lire la suite

Luttez jusqu'au bout ! (Rapport du groupe d'experts du Club d'Izborsk, 30 mai 2020)

31 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Luttez jusqu'au bout !

30 mai 2020.

Rapport du groupe d'experts dirigé par Alexander Nagorny

 

https://izborsk-club.ru/19375

 

 

La même phrase que les généraux (et les armées) préparent toujours pour les guerres passées, aujourd'hui, à la veille de la célébration du 75e anniversaire de la Victoire en 1945, a acquis une dimension supplémentaire. Tout d'abord, en raison de la pandémie de COVID-19 qui a frappé le monde, causée par différentes souches du coronavirus SRAS-CoV-2. Les éventuelles conséquences financières, économiques et politico-militaires de cette pandémie sont déjà reconnues - sous le slogan général "Le monde ne sera plus jamais le même". - sont tout à fait comparables aux conséquences de la Première et de la Seconde Guerre mondiale : tant en termes de pertes, humaines et matérielles, qu'en termes de transformation de l'ordre mondial d'après-guerre par rapport à celui d'avant-guerre.

 

La pandémie de coronavirus changera à jamais l'ordre mondial, un article de Henry Kissinger, 96 ans, patriarche de la politique mondiale, publié le 3 avril par le Wall Street Journal, l'un des principaux cercles médiatiques du grand capital transnational. L'ancien secrétaire d'État américain, s'appuyant sur son expérience personnelle, a établi un parallèle entre la situation actuelle et la Seconde Guerre mondiale : "L'atmosphère surréaliste de la pandémie de Covid-19 rappelle ce que l'on ressentait en tant que jeune homme dans la 84e division d'infanterie pendant la bataille des Ardennes. Maintenant, comme à la fin de 1944, il y a un sentiment de danger naissant..."

 

Comme on peut le constater, pour faire s'effondrer un tiers de l'économie mondiale et changer radicalement le paysage de la politique moderne, il n'a fallu ni un échange de frappes par les forces nucléaires stratégiques des grandes puissances, ni l'utilisation massive de systèmes d'armes de nouvelle génération, ni l'interception des systèmes de contrôle des États par des programmes informatiques sophistiqués ou diverses "révolutions de couleur". Dans l'ensemble, un nouveau type d'arme hybride « bio-informatique" a suffi, qui, malgré toutes ses lacunes, a démontré une efficacité assez élevée lors des "essais sur le terrain" actuels.

 

LE PAYSAGE AVANT LA BATAILLE

 

Les membres du Club d'Izborsk, loin de tout désaccord idéologique entre eux, étaient unis et sont unis par l'aversion du libéralisme-globalisme moderne ("néolibéralisme", "postlibéralisme", etc.) comme une "matrice" civilisationnelle non alternative et "la seule vraie" pour toute l'humanité. Cette position commune n'était pas une négation de la réalité et de la signification de cette "matrice" - elle a été définie, tout d'abord, par la compréhension des processus internes, des contradictions du système et des frontières extérieures du libéralisme-mondialisme. Tout au long de l'existence du Club d'Izborsk, l'étude de ces processus, contradictions et frontières a été l'une des principales orientations de notre travail.

 

À cet égard, l'apocryphalisme concernant le "différend de Shanghai" de 1902 a été cité à plusieurs reprises. Apparemment, à cette époque, après la défaite du soulèvement IHETUAN ("rébellion de la boxe"), un groupe de scientifiques et de philosophes anglais est arrivé en Chine. Leur but était de discuter avec leurs collègues chinois de la possibilité de combiner les "images du monde", et les représentants du camp victorieux ont déclaré à l'unanimité que le sort historique de la Chine est désormais clair : elle est désespérément derrière l'Europe, elle attend donc la colonisation et la division entre les grandes puissances mondiales. Après avoir écouté tout cela, les sages chinois ont déclaré qu'une telle évolution n'était pas exclue, mais qu'il ne fallait pas tirer de conclusions hâtives sur une question aussi grave. Et à la question des Britanniques arrogants, combien de temps devons-nous attendre pour accepter des faits aussi évidents : dix, vingt ou peut-être quarante ans ? - ont reçu la réponse en ce sens qu'ils font preuve d'une impatience excessive, mais dans un siècle et demi, peut-être, certains points essentiels deviendront clairs.

 

Comme vous pouvez le voir, le cours de l'histoire a montré que les deux parties avaient raison à leur manière, et chacune à sa propre échelle de compréhension, dans sa "mesure du monde". Le mondialisme libéral occidental a été invariablement vaincu au cours de trois guerres mondiales consécutives du XXe siècle : la première (1914-1922), la deuxième (1933-1953) et la guerre froide (1953-1991), qui ont abouti à la création de l'"empire du dollar" et du "monde unipolaire" de la Pax Americana. Mais cette victoire s'est avérée être une victoire à la Pyrrhus. Comme tout monopole, économique ou politique, le monopole de "l'Occident collectif" a commencé à se dégrader et à se désintégrer. Les processus de dégradation et de désintégration se sont manifestés dès le moment de la victoire elle-même, puisque les vainqueurs ne voulaient et ne pouvaient pas intégrer l'Union soviétique en tant que sujet de civilisation à part entière dans leur "marché mondial". Et cela, à son tour, était un signal que l'"Ouest collectif" en tant que système avait déjà atteint la limite de la complexité structurelle interne. Le point culminant de sa trajectoire à cet égard peut être considéré comme l'année 1996, lorsque la Fédération de Russie, en tant qu'État successeur de l'URSS, a été acceptée comme membre du "G7", qui est alors devenu le "G8". Mais seulement de nom - en fait, le rôle de notre pays était déterminé par la formule : Les "six à sept" La crise financière et économique de 1997-1998, le bombardement de la Yougoslavie, la "crise des dotcoms" en 2000, les événements du 11 septembre 2001, les invasions militaires des États-Unis et de leurs alliés en Afghanistan et en Irak étaient déjà des "marches qui mènent en bas".

 

Si "la guerre n'est rien d'autre que la continuation de la politique, impliquant d'autres moyens". (Carl von Clausewitz), c'est-à-dire que la politique n'est rien d'autre que la poursuite de l'économie par d'autres moyens. En d'autres termes, la politique est déterminée par l'économie, il est donc logique d'examiner de plus près les changements qui ont eu lieu dans la sphère financière et économique au cours des trente années de domination du "monde unipolaire" et la façon dont ils sont liés aux changements politiques.

 

Tout d'abord, au tournant du millénaire, le "dragon rouge" de la Chine a commencé son ascension économique rapide, où les sociétés transnationales ont commencé à déplacer massivement leur capacité de production afin de réduire les coûts et, par conséquent, d'augmenter les profits, qui, à leur tour, étaient principalement dirigés vers divers types de spéculation financière. Si en 1990, le PIB de la Chine (valeur nominale) était de 398,6 milliards de dollars, selon les estimations du FMI, il atteindra 14,2 billions de dollars en 2019. - Cela représente une multiplication par 35,6 ! Pour la période 1990-2000, le PIB chinois (valeur nominale) était de 398,6 milliards de dollars, alors qu'à la fin de 2019, il atteignait 14,2 billions de dollars, soit une croissance de 35,6 fois ! Le PIB de la Chine a été multiplié par 3,05 au cours de la prochaine décennie (y compris la crise de 2008-2009), soit près de 5 fois, et de 2010 à aujourd'hui, par 2,34 fois.

 

En conséquence, l'indice Dow Jones (DJ-30) est passé de moins de 3 000 à plus de 29 000 points entre 1990 et 2019, soit presque dix fois plus, et la capitalisation boursière totale du marché américain a dépassé 32 000 milliards de dollars. (36 % du total mondial), soit 10,34 fois plus qu'en 1990 (3 093 milliards de dollars). Dans le même temps, le volume du PIB américain en prix courants sur la même période n'a été multiplié que par 3,64, passant de 5 975 milliards de dollars à 21 200 milliards de dollars (en prix comparables - 2,65 fois), et la dette fédérale - 8 fois, passant de 2 964 milliards de dollars à 23 687 milliards de dollars. Dans les échanges bilatéraux de biens et de services, la balance a invariablement été réduite en faveur de la Chine, atteignant son pic, selon les données américaines, en 2017 - 335 milliards de dollars, alors que des sources chinoises parlent de 275,8 milliards de dollars et, par conséquent, portent une valeur maximale pour 2018.

 

Même si nous comprenons la relativité de ces chiffres officiels, nous ne pouvons pas nier que leur dynamique globale correspond généralement à la situation réelle. La Chine est en effet devenue "l'atelier mondial du XXIe siècle", et les États-Unis sont effectivement dans un "trou de la dette" et, de plus, continuent activement à approfondir et à élargir ce trou. Il s'agit de processus systémiques interdépendants et multidirectionnels qui modifient l'équilibre mondial des pouvoirs : la Chine se renforce, tandis que les États-Unis perdent leur position, l'économie réelle et les emplois. Dans ces conditions, il n'était pas question de préserver le modèle de "marché mondial" au sein du "monde unipolaire" - le système fonctionnait en mode de rétroaction positive, c'est-à-dire de "disparité". La seule question était de savoir qui allait violer le statu quo, quand et comment.

 

Le premier, comme nous le savons, était le côté américain, qui était plus intéressé par un retournement de situation. Après la réunification de la Crimée avec la Russie (mars 2014) et le début de l'opération de l'APC russe en Syrie (septembre 2015), il est devenu évident qu'après le passage de la composante économique du leadership mondial entre les mains de la Chine, les États-Unis pourraient également perdre la composante puissance, (L'accord clé à cet égard a été la frappe réussie des missiles de croisière russes "Kaliber" le 7 octobre 2015 depuis la mer Caspienne sur des cibles en Syrie, qui a en fait "remis à zéro" l'importance militaro-stratégique des groupes de frappe de porte-avions (AUG) U.S.Navy).

 

Ainsi, une seule composante informationnelle et financière du leadership mondial est restée entre les mains des États-Unis, ce qui, selon la règle du système "deux sur trois", a signifié l'effondrement à la fois du concept de "monde unipolaire" et de "l'empire du dollar", et du consensus intra-américain qui a émergé après la scandaleuse victoire de George W. Bush aux élections présidentielles de 2000 et les "événements du 11 septembre".

 

Qu'est-ce que la règle du système "deux sur trois" ? Elle peut être illustrée par plusieurs exemples à la fois. La plus simple d'entre elles : toute entreprise peut être réalisée rapidement, qualitativement et à moindre coût. Mais seulement sur deux paramètres sur trois : soit rapidement et qualitativement, mais pas à bon marché ; soit rapidement et à bon marché, mais pas qualitativement ; soit qualitativement et à bon marché, mais pas rapidement.

 

Deuxième exemple : de quoi une personne a-t-elle besoin pour être heureuse ? La réponse : la liberté, l'argent et la paix. En réalité - encore une fois "deux sur trois" (pas partout et toujours, mais en général et à tous les niveaux de l'être social) : la présence de la liberté et de l'argent ne signifie pas la paix, la présence de la liberté et de la paix ne signifie pas l'argent, et la présence de l'argent et de la paix ne signifie pas la liberté.

 

Passons au troisième exemple, qui est plus proche du thème de ce rapport. La formule bien connue "Avec un poulain et un mot gentil, on peut faire beaucoup plus qu'avec un simple mot gentil", attribuée au chef de la mafia Al Capone, démontre une fois de plus la règle "deux sur trois". De même, "avec un poulain et une bonne parole, on peut faire beaucoup plus qu'avec un poulain seul. Si vous considérez que "beaucoup plus" signifie quelques opportunités sociales et économiques, alors vous pouvez construire vous-même un projet similaire aux deux ci-dessus.

 

Et si vous le projetez sur le phénomène du leadership mondial, alors les "opportunités socio-économiques" correspondront à la composante économique, le "colt" - à la composante de pouvoir, et la "bonne parole" - à la composante d'information et financière. Au cours de la période 1990-1998, les États-Unis ont atteint une situation unique au sens historique du terme, alors que dans leurs mains ne se trouvaient pas les composantes "deux de trois" et "trois de trois", leur leadership mondial était indéniable et était présenté comme la "fin de l'histoire".

 

La question de savoir pourquoi, quand et comment cette qualité de leadership mondial a été perdue en quelques années seulement est une question distincte qui requiert une attention particulière. Il suffit d'affirmer ici qu'une telle perte s'est produite, et que les tentatives de la restaurer sous la présidence de George W. Bush et de Barack Obama ont échoué. L'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche est liée, tout d'abord, à la prise de conscience des "élites" américaines de la nécessité de changer leur stratégie politique. Si les hommes politiques sont des "néoconservateurs", les représentants de l'ancienne ligne, indépendamment de leur affiliation formelle à des partis politiques, unis par le "rhizome" des sociétés transnationales (STN) en un "état profond", mettent "sur le poulain et un bon mot" (d'ailleurs, Al Capone et Barack Obama sont des "compatriotes" à Chicago), N'accordant pas beaucoup d'attention à la croissance économique de la Chine (avec la contribution notable de ces mêmes STN), mais entravant de toutes les manières le redressement géopolitique de la Russie, avec son potentiel stratégique en matière de missiles nucléaires, les "trumpistes" se sont appuyés sur l'information et la supériorité financière, "la bonne parole et l'argent".

 

En conséquence, leur position s'est avérée beaucoup plus anti-chinoise que celle des "néoconservateurs". L'argument décisif en faveur des "Trumpistes" a été la déclaration du président russe dans son Message fédéral du 1er mars 2018, concernant la présence des systèmes d'armes les plus récents de notre pays, capables d'assurer la sécurité militaire de la Russie et de ses alliés. Dès le 22 mars 2018, Donald Trump a lancé une enquête sur la "concurrence déloyale" de la part de la Chine dès 2017, a publié une liste de droits d'importation accrus sur les produits fabriqués en Chine et a annoncé des restrictions sur les investissements chinois dans un certain nombre d'industries américaines. La "guerre commerciale" américano-chinoise a commencé et n'est pas encore terminée.

 

Au cours des deux dernières années, il s'est agi d'un conflit de position dont l'issue est incertaine. Le déficit commercial américain diminue, mais reste négatif : en 2018, il est de 323,32 milliards de dollars, en 2019, il est de 295,8 milliards de dollars. Au cours du premier trimestre 2020, le chiffre d'affaires du commerce entre les États-Unis et la Chine a chuté de manière significative, à 95,74 milliards de dollars (68,255 milliards de dollars). - des exportations de la Chine, 27,486 milliards de dollars en 2019 et 295,8 milliards de dollars en 2019. - des États-Unis, le solde n'était "que" de 40,7 milliards de dollars en faveur de la Chine, contre 64,6 milliards de dollars pour la même période en 2019). Si Washington avait maintenu sa domination militaire, elle aurait certainement utilisé cet argument pour faire pression sur Pékin. Mais la tentative de Trump de "projeter le pouvoir" en RPDC a été confrontée à une action concertée de la Chine et de la Russie, après quoi l'ordre de déplacer quatre GAB américains sur les côtes de la péninsule coréenne a été désavoué. Les tentatives visant à "secouer" la Chine avec les méthodes des "révolutions de couleur" (avec le début des protestations à Hong Kong et leur propagation à tout le sud de la Chine, "attachées" pour l'exportation aux États-Unis) n'ont pas non plus apporté le résultat nécessaire.

 

Il fallait trouver une solution efficace et inattendue. Apparemment, un tel mouvement a été trouvé à l'avance. À cet égard, il convient de rappeler que le 44e président américain Barack Obama, dans son discours du 24 septembre 2014, a qualifié le virus Ebola, les actions de la Russie en Europe, ainsi que les terroristes en Syrie et en Irak de principales menaces pour le monde. Si l'on considère cette déclaration dans la "perspective opposée", elle correspond pleinement aux principaux "attracteurs" de la politique étrangère de l'"Occident collectif" des vingt dernières années : en 2001-2013, il s'agissait d'une lutte contre le terrorisme international (principalement - "islamique"), en 2014-2019, en 2014-2019. - En 2014-2019, il s'agissait de lutter contre la "Russie agressive". Apparemment, le suivant a été la fièvre hémorragique Ebola, hautement mortelle, mais, pour un certain nombre de raisons, au lieu de cela ou quelque chose de similaire, un virus modifié du SRAS-CoV-2 est entré dans l'arène mondiale.

 

Comme l'a déclaré il y a vingt ans le mari d'Elizabeth II, le prince consort Philip, duc d'Édimbourg, co-fondateur du Fonds mondial pour la nature (WWF) et son président de 1981 à 1996, "Si je pouvais me réincarner, je voudrais revenir sur terre en tant que virus tueur pour réduire les populations humaines ». Avec le début de la pandémie COVID-19, on pourrait dire que le rêve du prince Philip est devenu réalité, et même sa couronne sous cette forme a été préservée comme une princesse grenouille de conte de fées. Mais le SRAS-CoV-2 n'est pas un "virus tueur" en tant que tel. Ses fonctions semblent avoir un caractère différent, un peu plus large.

 

LE PAYSAGE PENDANT LA BATAILLE

 

Ce numéro du magazine publie les documents de la table ronde intitulée "La route est écrasante" qui s'est tenue début mars (voir "Izborsk Club", 2020, № 3). Avant le début de cette table ronde, une enquête éclair a été menée auprès des participants sur le thème du coronavirus - alors non pas une pandémie, mais une épidémie. Les réponses ont ensuite été complétées par les réponses d'un certain nombre de membres permanents et d'experts invités du Club d'Izborsk. À notre avis, la palette de ces opinions est précieuse à la fois comme matériel indépendant et comme une sorte de base pour ce rapport.

 

Vitaly AVERYANOV, PhD, vice-président du Club d'Izborsk :

 

- Le coronavirus a de véritables antécédents, mais ce n'est pas un "fléau du XXIe siècle", mais une infection banale qui a commencé très tôt. Autrement dit, il s'agit de "black PR", un élément d'une puissante guerre de l'information visant à semer la panique et le chaos. Le "père" biélorusse Alexandre Loukachenko y a également fait allusion l'autre jour, en disant que tout est calme en Biélorussie, mais que la Russie "brûle de coronavirus". Oui, ce sont les cerveaux et les émotions qui brûlent. Il n'y a pas tant de personnes infectées par le coronavirus, mais il y a déjà des millions de personnes infectées par le virus de l'information. Et à l'avant-garde de la panique ne se trouvent pas les gens ordinaires, mais les autorités et les fonctionnaires qui préparent des mesures de quarantaine sans précédent pour la Russie.

 

D’une manière générale, le battage médiatique autour du coronavirus sert de catalyseur à une crise systémique, qui pourrait se développer plus lentement - et qui maintenant, grâce à la manipulation habile de la conscience publique, va s'accélérer considérablement.

 

L'événement clé qui explique exactement ce qui se passe a peut-être eu lieu le dimanche 16 mars. Il est en quelque sorte très discret et peu évoqué dans nos médias. Pendant ce temps, la réunion nocturne et imprévue de la Fed a pris des décisions sans précédent.

 

Le taux directeur de la Fed a été réinitialisé, et certains écrivent à ce sujet. Mais d'autres décisions sont pratiquement passées sous silence. Et elles sont plus qu'importantes.

 

Tout d'abord, en plus du taux d'escompte, le taux dit de réserve a été réduit à zéro (c'est-à-dire que les banques ont été mises en mode de fourniture de liquidités sans limite).

 

Un "assouplissement quantitatif" de 0,7 trillion de dollars a été annoncé.

 

Le coût des swaps avec les principales banques a été réduit à 0,25 %.

 

Je ne suis pas économiste, mais les experts dans ce domaine, dont l'opinion n'est pas fiable, affirment que de telles mesures correspondent à "une frappe nucléaire massive sur l'économie mondiale". Autrement dit, pour ne pas dire plus, cet ensemble de mesures est sans précédent, il n'a pas été utilisé même après la faillite de Lehman Brothers en 2008. C'est-à-dire que nous parlons d'événements beaucoup plus graves que ce qui s'est passé il y a douze ans. En termes d'échelle, le début de l'effondrement rappelle la Grande Dépression, bien que l'histoire ne se répète pas littéralement, et cette fois-ci, cela se passera probablement un peu différemment que sous le président Herbert Hoover il y a 90 ans.

 

Quel est donc le coronavirus à cet égard ? Une raison accidentelle de lancer un redémarrage du système financier mondial ? Je ne pense pas.

 

Il s'agit plutôt d'un acte de guerre dans lequel littéralement tous les États et la Banque centrale, de nombreuses entreprises doivent perdre, et seul un groupe très étroit de bénéficiaires peut gagner...

 

Quelque chose me le dit : le "jeu des coronavirus" actuel est le début d'un "vol du siècle", d'une escroquerie planifiée, à la suite de laquelle les biens et les accumulations de nombreux pays, les entreprises, les personnes privées seront effectivement redistribués en faveur de l'oligarchie financière actuelle, à savoir - une centaine de familles faisant cette oligarchie. La part de leur propriété dans l'aménagement du monde va augmenter, bien qu'elle soit déjà assez importante et qu'elle ait atteint au moins 40 % pour le moment en 2010, et maintenant - environ 50 %. Après avoir franchi cette limite des 50%, selon toutes les règles de la théorie des grands systèmes, les changements quantitatifs passeront en qualitatif, et nous apparaîtrons dans un monde absolument différent, de celui qui savait et dans lequel vivait auparavant.

 

Alexander VLADIMIROV, Général de division, Président du Conseil des experts militaires :

 

- Dès le début de l'apparition de l'infection à Wuhan, je ne me suis pas intéressé aux caractéristiques tactiques et techniques du nouveau virus, mais à l'incident lui-même comme élément de guerre, à son évaluation en Chine et en Russie. En Russie, elle était considérée comme une menace pour la santé publique, et en Chine, comme une menace pour la sécurité nationale. Voilà à quel point l'approche était différente ! Cela signifie que nous avons distingué la vice-première ministre Tatyana Golikova et le ministre de la santé Mikhail Murashko, alors qu'en Chine, l'état-major général et les services spéciaux en étaient chargés. Et l'échelle était tout autre : des milliards de dollars et des centaines de milliers de personnes y étaient jetées pour refléter la menace, il y avait trois zones de quarantaine, des hôpitaux modulaires, un système d'approvisionnement en nourriture, il y avait même un système d'élimination massive des cadavres, si nécessaire, développé et lancé. Et les Chinois ont maintenant vraiment fait face à l'épidémie, bien que cela ne garantisse pas du tout que la vague de coronavirus, ayant dépassé notre planète entière, ne reviendra pas en Chine.

 

Malheureusement, notre expérience chinoise n'est pas un élément qui n'est pas pris en compte - elle n'a même pas été étudiée de ce point de vue. Et des organismes d'État spéciaux auraient dû être créés bien avant le début de la panique mondiale à propos du coronavirus, mais nous avons toujours un long chemin à parcourir... Il est possible de ne pas aller n'importe où - le train va partir.

 

Viktor Murakhovsky, colonel, rédacteur en chef du magazine "Fatherland Arsenal" :

 

- L'impact puissant de la pandémie de coronavirus sur la conscience publique mondiale, sur l'économie et la politique mondiales, je crois, a été rendu possible par le développement des technologies de l'information plutôt que par celui des technologies génétiquement modifiées. En soi, le nombre de personnes infectées ou le pourcentage de décès sont absolument négligeables par rapport aux infections traditionnelles, comme la même grippe. Et considérer COVID-19 en termes d'application au combat est complètement absurde. Si cette "arme" était utilisée par les troupes, l'effet serait nul. Parce que toute la médecine militaire est conçue pour éliminer tout centre de destruction massive : bactériologique, chimique, radiologique, etc. Toute la situation est donc gonflée exclusivement dans la sphère de l'information, dans le cadre de la "guerre hybride". Ici, les dommages causés à la Chine sont importants : sur le plan économique, diplomatique et géopolitique. Mais la puissance militaire et le potentiel de défense de l'armée chinoise ne seront en aucune façon affectés. Il en va de même pour toute armée sérieuse dans le monde, y compris la russe.

 

Alexei RAMM, journaliste militaire, "Izvestia" :

 

- La tâche principale aujourd'hui, à mon avis, est de ne pas créer d'excitation et de panique inutiles dans la société. Et l'implication du département militaire dans les mesures anti-épidémie provoquera inévitablement une telle panique : "Ils se cachent de nous !", "L'armée a été mise en alerte !", "Des millions de morts !", "Il y a un bombardement nucléaire de Voronej pour arrêter l'infection !" et ainsi de suite. Nous voyons ce qui s'est passé en Ukraine, lorsque les citoyens de ce pays ont été évacués de Wuhan vers leur pays d'origine - aucune région n'a accepté de les mettre en quarantaine ... Nous voyons la panique générale et la fermeture des frontières dans le monde entier, y compris dans les pays de l'"Europe unique" ... Au contraire, tout ce qui concernait l'évacuation a été fait avec soin et dans les délais, tous les spécialistes étaient sur place, entièrement équipés et équipés, un travail d'éducation a été effectué avec les personnes évacuées. Ainsi, le travail antiépidémique en Chine et en Russie est mené de manière systématique et assez efficace.

 

Alexander DUGIN, leader du Mouvement international eurasien :

 

- Il est fort probable que dans un avenir proche, la situation dans le monde évolue selon le scénario de la célèbre série "L'épidémie". Tous les événements historiques, les catastrophes et les découvertes ont été dans une certaine mesure prédits et en partie modélisés dans la littérature, l'art, la philosophie et le cinéma. En général, on passe rapidement au langage des "Épidémies".

 

Au sens politico-philosophique, il signifie "état d'urgence", Ernstfall. Selon Carl Schmitt, "le souverain est celui qui prend les décisions en cas d'état d'urgence". C'est ce qui déterminera très probablement non seulement l'ordre politique en Russie, mais aussi l'équilibre des pouvoirs dans le monde. L'"état d'urgence" est une mesure du pouvoir réel, et il n'y a qu'une seule logique en elle - la logique de la dictature. Tout le reste ne fonctionne pas. Trump a déjà introduit l'"état d'urgence" aux États-Unis. En Italie, cela fonctionne également : non pas de jure, mais de facto. Grâce à la dictature, qui est inhérente au système politique impérial chinois, la Chine a fait face à la première vague de l'épidémie. Mais nous ne savons pas tout sur elle... Chaque épidémie a sa propre logique interne et un côté inconnu.

 

Je crois que dans notre pays aussi, nous devons maintenant introduire l'état d'urgence (comme aux États-Unis), et il ne s'agit pas seulement d'une quarantaine totale. Il s'agit également d'un régime de dictature politique (temporaire). La Sberbank et les grands monopoles doivent être nationalisés gratuitement. Toutes les industries et les banques devraient être transférées pour travailler sous le contrôle du comité de sauvetage d'urgence. Tous ceux qui sont contre devraient être isolés avec les malades (selon Michel Foucault, "surveiller et punir").

 

Dans la lutte contre le coronavirus, une autre Russie devrait émerger : avec un État fort, avec une justice sociale, unie, sans oligarques, sans fonctionnaires corrompus, et sans libéraux du tout.

 

Valentin Katasonov, docteur en sciences économiques, professeur de finances internationales à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou :

 

- Je crois que l'histoire actuelle du coronavirus est la continuation d'une histoire antérieure appelée "9/11". Aujourd'hui, personne ne soutient sérieusement que les événements du 11 septembre 2001 sont une provocation dont les clients sont les maîtres de l'argent, le "monde des coulisses", et les exécutants sont les services de renseignements américains. Le but de ces provocations était et reste de créer une société mondiale totalitaire, gérée à partir d'un seul centre dominant. Et la tâche principale de ce centre, qui semble déjà suffisamment formalisé, est une érosion progressive mais continue de la souveraineté des États. Lorsque cet objectif sera atteint, il sera possible de parler d'un "nouveau monde merveilleux".

 

La pandémie dite COVID-19 s'est maintenant étendue à des dizaines de pays dans le monde, mais pour une raison quelconque, peu d'experts tentent de connaître l'étendue réelle de cette infection. Chaque année, en février-mars, on assiste à une épidémie de différents carcinomes viraux : grippe, parainfluenza et autres infections respiratoires aiguës. Ainsi, la morbidité et la mortalité dues au coronavirus sont plus faibles que celles dues à la grippe ordinaire. En termes de morbidité par ordre de grandeur, en termes de mortalité par temps. C'est pourquoi, à mon avis, en cas de pandémie de coronavirus, nous avons affaire à un projet pilote d'un nouveau mécanisme de gestion des différentes sociétés et de l'humanité dans son ensemble.

 

Dans ce cas, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) joue manifestement du côté des "maîtres de l'argent", de son côté, il ne s'agit pas d'un premier cas isolé, mais d'un parcours cohérent et réfléchi. Il suffit de se souvenir de la situation du syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA), au sujet duquel on préfère désormais observer la figure du silence. Mais aujourd'hui, de plus en plus d'études spéciales prouvent que le battage autour du sida, alias virus de l'immunodéficience humaine (VIH), était le fait de services spéciaux. Des questions sont également soulevées sur le virus Ebola, que Barack Obama a qualifié de principale menace pour l'humanité en 2014, aux côtés du terrorisme international et de la Russie, et de certaines autres maladies.

 

Si nous regardons non pas les déclarations des fonctionnaires de l'OMS, mais les statistiques de cette organisation internationale, nous verrons que le COVID-19 n'est pas aujourd'hui en première place des infections qui sont la cause de décès. On peut dire que ce n'est rien d'autre qu'une mouche, mais une mouche dont on gonfle délibérément un éléphant.

 

En outre, sous le drapeau des mesures anti-épidémie sont pratiquées des technologies de suivi pour chaque personne : caméras vidéo, caméras thermiques, smartphones avec géolocalisation, etc. - elle est localisée au maximum sur son lieu de séjour. Que se passe-t-il, par exemple, en Italie, où le nombre maximum de décès dus aux coronavirus est censé être observé ? Là déjà, pour ne pas quitter son domicile pour se rendre à la pharmacie ou à l'épicerie la plus proche, il faut remplir un formulaire spécial affiché sur le site officiel du gouvernement local, sinon - amendes, puis même emprisonnement. Autrement dit, notre monde se transforme tranquillement en un camp de concentration mondial : il n'y a pas de liberté de mouvement, pas de liberté de réunion, de sorte que la liberté d'une personne en général devient un concept très conventionnel.

 

Cette vague de terreur face au terrorisme international, apparue après le 11 septembre 2001, a presque disparu, et il a fallu, au sens figuré, planter du nouveau bois de chauffage. La tentative avec le coronavirus à cet égard peut être considérée comme un succès. Ainsi, de temps en temps, les tentatives de ce type sont susceptibles d'être répétées.

 

D'ailleurs, la pandémie actuelle est presque entièrement conforme au scénario "Lock Step" décrit par la Fondation Rockefeller et le Global Business Network en mai 2010. Il s'agit d'un document intitulé « Scénarios pour l'avenir de la technologie et du développement international », qui a été noté par un célèbre antimondialiste, économiste et politologue américain, titulaire d'un doctorat en sciences politiques de l'université de Princeton, William Engdahl. Le mot "étape de verrouillage" peut être traduit par "étape d'huissier" ou "étape bloquée". Il s'agit d'un scénario difficile, risqué, mais salvateur pour les maîtres de l'argent mondial : la transition globale vers un nouveau système d'esclavage.

 

Denis TUKMAKOV, journaliste :

 

- À l'été 2019, à la veille de la prochaine réunion des dirigeants du G20 à Osaka, au Japon, Poutine a annoncé la mort de l'idée libérale. C'est alors que de nombreux dirigeants de l'"Ouest collectif" ont commencé à le critiquer et même à le ridiculiser. Mais cela ne fait même pas six mois - et nous pouvons voir que l'idée libérale est vraiment morte. Elle a été tuée par un coronavirus.

 

Voici dix postulats du libéralisme piétinés par le coronavirus.

 

Premier postulat. "A la tête de l'humanité se trouve un Occident béni, supérieur à tout Asiatique." Réalité : La Chine, Singapour et la Corée du Sud ont appris au monde entier ce qu'il faut faire pour faire face au coronavirus, mais en Occident, cela ne peut même pas se répéter.

 

Deuxième postulat. "Une Europe est une famille de nations civilisées, leur maison commune." La réalité est que personne dans l'UE n'a pris la peine d'aider l'Italie, mais presque tous les États ont fermé leurs frontières, y compris au sein de l'espace Schengen.

 

Troisième postulat. "Les droits de l'homme et les libertés sont inviolables". Réalité : quarantaine générale, amendes draconiennes pour les loisirs hors du domicile, "pas plus de trois pour ne pas se réunir".

 

Quatrième postulat. "L'Occidental éclairé, héritier de Locke et de Rousseau, est l'antipode d'un esclave qui se bat pour un bol de soupe." Réalité : pogroms dans les supermarchés, rayons balayés, batailles de panique pour une boîte de conserve.

 

Cinquième postulat. "L'écologie est la vraie religion : l'homme n'a pas plus de valeur qu'un arbre ou un champignon." Réalité : personne n'est prêt à naître avec le virus pour toujours, et pour reconstituer le stock de papier toilette dans l'UE, il faudra abattre toutes les Carpates, et pas seulement.

 

Sixième postulat. "Le marché va tout mettre en place, l'initiative privée est a priori plus efficace qu'un État maladroit". Réalité : la rapidité des hommes d'affaires-commerçants ne se manifeste que dans la tentative des géants pharmaceutiques d'attraper des milliards sur le "vide miracle", qui n'existe pas. Et en Allemagne, on parle de "nationalisation temporaire" de toutes les grandes entreprises...

 

Septième postulat. Les soins de santé et autres domaines de la vie optimisés au niveau des "services" sont le couronnement de toute réforme". Réalité : ce médicament a échoué au test de stress d'un virus généralement moyen semblable à la SAO. Des médecins cubains et chinois sont venus pour sauver l'Italie. Ou alors, ils auraient pu être nord-coréens.

 

Huitième postulat. "Seules les minorités qui se lèvent le cul sauveront ce monde." Réalité : lorsque le coronavirus est menacé, personne ne se soucie soudain du politiquement correct, les parades gay sont interdites dans le monde entier, tout comme les autres événements de masse "en direct".

 

Neuvième postulat. "Gagner sa vie est l'avant-dernier siècle, le monde est gouverné par l'industrie des services". Réalité : Le secteur des services s'est d'abord effondré.

 

Dixième postulat. "C'est la faute de la Russie et de Poutine." Réalité : En Italie et en Allemagne, la nécessité d'abandonner les sanctions anti-russes face à une pandémie de coronavirus est déjà au plus haut niveau. Et si cette pandémie ne diminue pas, les États de l'"Occident collectif" devront, contre leur gré, passer des paroles adéquates aux actes adéquats, car lutter contre la menace inventée sous les coups de la menace réelle est non seulement trop coûteux, mais aussi un plaisir mortel.

 

Comme on peut le constater, le spectre des estimations exprimées dans le cadre de l'enquête-éclair menée s'est avéré extrêmement large et même contradictoire. Mais cette latitude et cette contradiction sont saturées et s'expliquent par la plus grande dynamique et l'échelle globale des processus, qui aujourd'hui encore, un mois plus tard, est loin d'être non seulement à la conclusion, mais même au point culminant.

 

La situation avec COVID-19 a semblé étrange dès le début. Pendant près de deux mois, nous avons pu observer la "Chine rouge" combattre le coronavirus, surpris non seulement par l'ampleur énorme des mesures antiépidémiques prises par les autorités chinoises, y compris l'implication de l'armée et des forces de sécurité, mais aussi par le degré inhabituellement élevé - du moins pour la politique chinoise - de publicité et d'ouverture de l'information du Pékin officiel, qui tente de "tester" le cas chinois pour le monde en général et pour la Russie en particulier. La réalité a dépassé toutes les attentes.

 

La date du "point de bifurcation" peut être fixée au jour exact. Dès le 10 mars 2020, le président américain Donald Trump a déclaré que le coronavirus SARS-CoV-2 n'avait rien d'extraordinaire et que la grippe banale avait un taux de mortalité plus élevé que la souche Wuhan. Le 12 mars, il a également fermé l'entrée de l'Europe pour "sauver l'Amérique". Le 11 mars, deux événements importants se produisent simultanément : le président de la République populaire de Chine et secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois Xi Jinping, arrivé la veille à l'épicentre de la ville épidémique de Wuhan, a déclaré que la Chine avait fait face à l'infection par le coronavirus (bien qu'il n'y ait aucune garantie qu'il ne reviendra pas par des pays tiers, il n'y a pas moyen) - et le même jour, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que le COVID-19 était une pandémie. Le 16 mars, une réunion d'urgence historique de la Réserve fédérale américaine s'est tenue, au cours de laquelle des mesures sans précédent ont été prises pour "atténuer qualitativement" avec un "plafond" incertain (jusqu'à présent - 4,3 billions de dollars pour les quatre semaines incomplètes), et le 28 mars, l'administration Trump, par le biais du Trésor fédéral et du Trésor américain, a reçu le contrôle opérationnel des actions de la Réserve fédérale.

 

Est-il possible de considérer ces coïncidences comme aléatoires, ou sont-elles l'essence de certains processus plus profonds et globaux qui affectent la civilisation humaine tout entière ? Nous sommes enclins à la deuxième variante de la réponse à cette question, car l'ensemble des facteurs interdépendants témoigne en sa faveur.

 

Tout d'abord, il s'agit de la composition "chimérique" déjà connue du génome du SRAS-CoV-2, qui est basé sur le gène du virus du SRAS de 2003 avec des insertions importantes du virus de l'immunodéficience humaine SIDA, mieux connu sous le nom de VIH ou SIDA. La biologie connaît le phénomène de "transfert horizontal de gènes", mais il n'a été observé que dans les formes de vie cellulaires. Les mutations "naturelles" des virus sont d'une autre nature : il s'agit d'"insertions" ponctuelles plutôt que de "colles" dans leur génome.

 

En outre, il s'agit de différences génétiques très importantes entre les souches de coronavirus, qui se distinguent dans différents foyers de la pandémie : en Chine, semble-t-il, il y avait deux variétés à la fois, en Italie - une troisième, aux États-Unis - également quelques unes, et ainsi de suite. Autrement dit, le SRAS-CoV-2 a soit une capacité de mutation unique, soit a utilisé à l'origine ses souches de variabilité, qui feront désormais l'objet de recherches in situ aux dépens des systèmes de santé nationaux et internationaux, y compris l'OMS. Les médias occidentaux font activement la promotion de la première version, affirmant que ce type de coronavirus "mute constamment pour surmonter la résistance du système immunitaire dans différentes populations" - c'est ainsi qu'il s'est avéré, intentionnel et malveillant. Il est également rapporté qu'il existe actuellement trois types de souches SARS-CoV-2 : A (original), B et C, et qu'elles sont dessinées de façon assez incroyable pour tout spécialiste et pour une personne raisonnable : une image de leur distribution dans le monde (publication Daily Mail du 8 avril de cette année).

 

Cependant, cela ne devrait pas être une surprise : dans les "événements du 11 septembre", dans la catastrophe du "Boeing" malaisien le 17 juillet 2014, dans le "cas de Fiddles" est plein non seulement d'absurdité, mais de contradictions directes avec les lois de la nature. Cependant, comme l'a dit le même Kissinger, "les choses illégales que nous faisons en même temps, nous avons juste besoin d'un peu plus de temps pour les choses inconstitutionnelles".

 

À cet égard, la stabilité de la réplication du CoV-2 du SRAS dans les cellules de l'épithélium des voies respiratoires du corps humain pose également problème : il semble qu'après le troisième ou le quatrième "maître", la reproduction adéquate s'arrête tout simplement. Cependant, le même effet est connu pour d'autres organismes vivants génétiquement modifiés : il a notamment été observé chez des animaux clonés, ainsi que dans des plantes hybrides de la société Monsanto, qui a été rachetée en 2018 par le groupe allemand Bayer pour 63,5 milliards de dollars.

 

Le ministère chinois des affaires étrangères a déjà annoncé que la souche du coronavirus SRAS-CoV-2 causant le COVID-19 est très probablement un produit génétiquement modifié, et a exigé que les autorités de Washington divulguent toutes les informations disponibles sur le sujet. La réaction a été très révélatrice. Ce n'est pas le secrétaire d'État Pompeo qui a répondu à Pékin, mais Trump lui-même, par le biais de son flux Twitter présidentiel, qui a déclaré que les États-Unis n'avaient rien à voir avec ce "virus chinois" et que Pékin était responsable de la pandémie COVID-19 en "libérant" une infection mortelle au-delà de ses frontières nationales. Ce sujet s'est développé jusqu'à ce jour et a déjà conduit à la préparation de procès aux États-Unis contre la Chine pour une valeur de 20 billions de dollars (exactement !). Les mécanismes permettant de susciter de tels conflits sont bien connus et ont été élaborés depuis longtemps : un certain X convainc un certain Y qu'un certain Z est coupable de tout, et simultanément convainc Z qu'un certain Z est coupable de tout, un conflit commence entre Y et Z, au cours duquel X obtient son "profit".

LE PAYSAGE APRÈS LA BATAILLE

 

Bien entendu, toute tentative de description du processus, étant à l'intérieur du processus, basée sur le "théorème d'incomplétude" de Kurt Gödel, ne peut être considérée comme complète et exhaustive. Néanmoins, il est déjà incontestable que, de tous les pays qui ont été touchés par l'infection à coronavirus, la meilleure réaction et les résultats officiels les plus efficaces jusqu'à présent ont été démontrés par la "Chine rouge" qui, au prix d'un effort gigantesque de l'arsenal de la médecine militaire, n'a pas permis à COVID-19 de se répandre de la ville de Wuhan à l'ensemble du pays, qui compte près de 1,5 milliard d'habitants. En tout cas, la version officielle des événements est exactement celle-là.

 

Un autre fait indéniable - un impact négatif puissant de l'infection à coronavirus sur l'économie mondiale, surtout - sur son maillon clé face aux États-Unis. Le marché boursier américain, comme on le sait, a perdu 37% de sa capitalisation maximale enregistrée le 12 février : de 29 500 points dans l'indice Dow Jones à 18 592 points le 23 mars - et bien que cette baisse due aux mesures sans précédent de "réanimation financière" de la Fed mentionnées ci-dessus ait été suspendue, il n'y a aucune perspective de retour aux positions précédentes dans un avenir prévisible. Aux États-Unis, près de 17 millions de "nouveaux" chômeurs ont été enregistrés au cours des trois dernières semaines de fin mars et début avril, avec 7 millions d'emplois créés au cours des trois années précédentes de la présidence de Donald Trump, et ce résultat a été considéré comme l'une des principales réalisations de sa législature. Au total, l'OIT estime que plus de 3 milliards de personnes, soit plus de 60 % de la population active mondiale, ont subi une forme ou une autre de perte d'emploi (licenciements, congés non payés, réductions de salaire, etc.)

 

Bien sûr, le déclin général de l'activité économique a entraîné l'effondrement des prix des matières premières. Pour le pétrole en particulier, la baisse a été encore plus importante que celle des marchés boursiers - non pas d'un tiers, mais en fait de deux tiers, ce qui a entraîné une cascade de conséquences diverses, dont l'historique de la révision de l'accord OPEP+ conclu en 2016 et l'émergence d'un nouvel accord informel sur la production de pétrole dans le cadre de l'OPEP+ et du G20, avec la participation des États-Unis et du Canada.

 

Le fait suivant est l'impréparation systémique de certains pays leaders de l'"Occident collectif" à de tels tests de stress. Au moment de la rédaction de ce rapport, les "leaders" mondiaux en termes de morbidité et de mortalité COVID-19 sont les cinq pays du "G7" à la fois : les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Italie, la France et l'Allemagne - dans cet ordre. Au Canada, un autre État membre du G7, la taille et la densité de la population sont tout simplement faibles. Le Japon - l'exception même, qui ne fait que confirmer la règle générale : les particularités de la société du pays surpeuplé du Soleil Levant, où chacun a l'habitude de garder ses distances, d'observer les règles d'hygiène et de discipline pour suivre les instructions des autorités, et où les services de santé travaillent à un niveau technologique élevé, ne laissent pas l'infection "se promener". Cependant, la bizarrerie de l'épidémiologie du COVID-19, qui crée une "atmosphère surréaliste" autour de celui-ci, notée par Henry Kissinger, est déjà mentionnée séparément ci-dessus.

 

La situation actuelle est le premier cas après la peste noire du milieu du XIVe siècle, lorsque la pandémie est devenue un facteur clé du développement de la civilisation. Avec une différence majeure : il semble que cette fois, nous n'ayons pas affaire à une mutation naturelle du facteur infectieux, mais aux résultats des technologies génétiquement modifiées et de leurs essais "sur le terrain". Par conséquent, peu importe où exactement le SRAS-CoV-2 a été créé : aux États-Unis, en Chine, en Russie, en Israël ou dans tout autre pays du monde - et par qui. Ce qui compte, ce n'est pas l'"exécutant" en soi, mais le "client". Cependant, la nécessité d'une enquête internationale sur le "cas COVID-19" et d'un tribunal sous les auspices de l'ONU n'annule pas ce fait. Bien sûr, pas une enquête comme dans l'affaire du "Boeing" malaisien, et pas un tribunal comme pour les crimes de guerre en ex-Yougoslavie.

 

Il est clair que dans ce cas, nous parlons, d'une part, de structures puissantes à l'échelle étatique ou transnationale et, d'autre part, de la "somme des technologies", qui permet fondamentalement de mettre la production de ces "biens", que l'on appelle, sur le flux. Cela signifie que dans un avenir proche, nous pouvons nous attendre à de plus en plus de nouvelles "vagues" épidémiques et pandémiques de diverses infections virales. D'ailleurs, la reine britannique Elizabeth II en a parlé presque directement dans son discours à la nation et aux pays du Commonwealth (seulement le cinquième en plus de 66 ans de règne). NdT: voir ANNEXE.

 

Au cours de ces pandémies et de la lutte contre celles-ci, une base de données de "stimulus-réponse" sera constituée, qui, après avoir atteint un certain volume, permettra la création de "vagues" et de "tsunamis" infectieux réellement gérables. Pour l'instant, nous avons affaire à ce fait, et il est nécessaire de l'enregistrer spécifiquement, avec une infection de "formation", "entraînement" et, dans l'ensemble, peu mortelle.

 

Mais en tant que "déclencheur" militaro-politique et financier-économique, nous devons admettre qu'en général, tout a fonctionné : le commerce mondial a été détruit presque entièrement, les frontières nationales ont été fermées et les migrations de population entre elles ont été réduites à presque zéro. Et "jeter" une infection vraiment mortelle dans ces espaces hermétiques, en évitant une "frappe de représailles" sur son propre territoire, n'est pas un problème technique particulier.

 

Si vous regardez quels secteurs de l'économie mondiale ont été ou sont sur le point d'être touchés par la pandémie COVID-19, il s'agit du show business (y compris l'industrie cinématographique et les grands sports), du tourisme (y compris l'hôtellerie et la restauration), des transports (en particulier - passagers), en partie - du secteur de l'énergie, où, comme indiqué ci-dessus, il y a eu une baisse importante de la demande et une chute multiple des prix de l'énergie. En outre, l'activité bancaire elle-même. C'est dans ces secteurs que la redistribution mondiale des biens a commencé et bat son plein sur fond de faillites massives (quant au show business, on peut rappeler le cas de Harvey Weinstein, que les patrons de ce marché n'ont jamais "pris").

 

Mais tout cela, sans parler des perspectives de profits de plusieurs milliards de dollars des maîtres de la pharmacologie moderne sur les médicaments et les vaccins contre les infections à coronavirus - ne font qu'échanger des pièces, "trophées d'accompagnement" au cours de "l'opération principale". Après tout, si les villes-millionnaires sont bloquées, si des zones de quarantaine et des milliers d'hôpitaux de type caserne sont créés, cela crée aussi, en plus de tout le reste, un précédent pour l'avenir. Quel genre d'avenir préparons-nous et par qui ?

 

Il est encore impossible de répondre précisément à cette question, mais littéralement sous nos yeux se crée une nouvelle "matrice" civilisationnelle mondiale, dans laquelle toute personne sera strictement limitée dans ses droits à disposer d'elle-même. La liberté de circulation et de choix de résidence, la liberté d'information ("liberté d'expression" et droit à l'éducation), voire le droit même à la vie et à la procréation, sans parler des autres droits, dans leur acception encore actuelle et habituelle pour nous, vont tout simplement disparaître, deviendront la propriété du passé.

 

Jusqu'à présent, tous les États-nations ont eu la possibilité de profiter de la situation de COVID-19 et de la désintégration du "monde unipolaire global", pour prendre et utiliser une sorte de "crédit de peur des coronavirus". Nous l'avons vu avec l'exemple de la Chine, nous l'avons vu avec l'exemple de la Russie, des États-Unis et de nombreux autres pays dans le monde. Mais la prochaine étape de ce processus, "payer pour le crédit", sera l'abolition des communautés nationales avec la destruction des États nationaux. Malheureusement ou heureusement, il n'y a plus d'illusions à ce sujet. Comme l'a dit le président du Centre national de recherche "Institut Kurchatov" dans le programme "Soirée avec Vladimir Solovyov" le 8 avril. Mikhaïl Kovalchouk, si "un virus que personne n'a vu" pouvait complètement arrêter tout le système mondial, cela signifie l'émergence d'une nouvelle variante de la gestion de l'humanité basée sur la "peur animale de la mort".

 

Tout cela témoigne d'un réenregistrement et d'une redistribution des actifs, des dettes et des droits de propriété mondiaux, jusqu'à présent sous l'aspect financier mais ensuite, pratiquement inévitable, - et sous l'aspect du pouvoir. À cet égard, on peut dire qu'il y a une modification fondamentalement nouvelle de la "guerre hybride", dans laquelle il y a l'utilisation effective d'armes biologiques, renforcées à plusieurs reprises par des armes d'information. C'est une sorte d'analogue des munitions binaires, dont chaque composant ne présente pas en soi un danger mortel, mais dont l'utilisation dans une certaine séquence ou dans un certain complexe produit un effet d'écrasement.

 

Si nous revenons à l'article de Henry Kissinger, mentionné au début de ce rapport, son principal objectif et son message sont définis par l'auteur comme "la transition vers le stade post-coronavirus". Immédiatement après le premier passage sur la Bataille des Ardennes, il écrit littéralement ce qui suit :

 

"L'idée nationale qui existait pendant ces années a contribué à la résilience des Américains. Aujourd'hui, dans un pays divisé, une gestion efficace et clairvoyante est nécessaire pour surmonter des défis sans précédent. Le maintien de la confiance du public est essentiel pour renforcer la solidarité sociale, les relations communautaires et pour maintenir la paix et la sécurité internationales.

 

La consolidation et la prospérité des nations se produisent lorsque les institutions sociales (les États) sont capables d'anticiper les catastrophes, de prévenir leurs conséquences et de rétablir la stabilité.

 

Lorsque la pandémie de Covid-19 prendra fin, les attitudes envers les institutions sociales de nombreux pays qui ont été mises hors d'état de nuire changeront. Le fait que ce jugement soit objectivement équitable n'a pas d'importance. La réalité est que le monde ne sera plus jamais le même après le coronavirus. Les discussions sur le passé maintenant ne feront que rendre difficile la prise des mesures nécessaires...

 

Nous sommes passés de la bataille des Ardennes à un monde de prospérité croissante et de dignité humaine. Nous vivons aujourd'hui une période qui fait date. Les dirigeants ont relevé le défi historique de faire face à la crise en construisant un avenir. En cas d'échec, le monde peut être brûlé".

 

Quel est le programme d'action commun de Kissinger pour "sauver le monde" ? C'est simple et clair : premièrement, tous les États doivent agir ensemble (apparemment, sur ordre du centre de gestion mondial, le "gouvernement mondial"), deuxièmement, il faut "panser les plaies de l'économie mondiale" ; troisièmement, il faut protéger les principes de l'ordre mondial libéral.

 

En fait, par les lèvres du "gourou" Kissinger et sous le couvert de ses "conseils amicaux", qui sont donnés dans l'intérêt du bien commun, les "élites" mondiales en action ont lancé l'ultimatum le plus cruel au "reste" de l'humanité : soit leurs conditions sont acceptées - soit "le monde sera brûlé". Non pas par une guerre thermonucléaire, mais par des pandémies virales. Et ceux qui osent s'opposer - au niveau des États nationaux ou des associations interétatiques - perdront leur pouvoir. En fait, il s'agit d'une concrétisation et d'une actualisation de ces menaces cachées, qui trois jours avant cette publication, le 5 avril, ont été sonnées dans le discours d'Elizabeth II.

 

En janvier 2012, Kissinger a averti : "Nous avons permis à la Chine d'augmenter sa puissance militaire, nous avons donné à la Russie le temps de se remettre, nous leur avons donné un faux sentiment de supériorité, mais tout cela ensemble les mènera rapidement à la mort. Nous sommes comme un grand tireur, nous n'avons pas besoin de choisir des armes comme les nouveaux venus, et quand ils essayeront, nous ferons un "bang-bang". La guerre à venir sera si grave qu'une seule superpuissance pourra gagner, et ce sera nous".

 

Maintenant, à la lumière de la pandémie COVID-19, on comprend plus ou moins bien ce qu'il entendait par "bang-bang".

 

À cet égard, essayons de formuler des réponses à trois questions interdépendantes.

 

Première question. Les élites de l'"Occident collectif" sont-elles si inhumaines qu'elles sont consciemment prêtes à sacrifier des centaines de milliers et des millions de vies de leurs compatriotes - sans parler des centaines de millions et des milliards de représentants du "reste" de l'humanité - pour atteindre leurs objectifs ?

 

La réponse est triste et simple : oui, ils sont sans aucun doute prêts, car ils l'ont toujours fait auparavant et sont prêts à le faire à l'avenir si, de leur point de vue, c'est nécessaire. On peut citer comme exemple toutes les guerres mondiales du XXe siècle (y compris les guerres de Corée et du Vietnam), en partie les événements du 11 septembre 2001, etc.

 

Deuxième question. Le "reste" de l'humanité peut-il faire quelque chose pour contrer cette menace et refuser d'accepter un ultimatum de reddition totale et inconditionnelle ?

 

La réponse est également simple et même optimiste à sa manière : oui, peut-être - sinon cet ultimatum aurait eu une forme différente ou n'aurait pas été nécessaire du tout. La question de savoir dans quelle mesure cette possibilité est réalisable dans les circonstances actuelles du lieu et du temps, ainsi que dans les niveaux existants de volonté subjective des États du monde, qui ont reçu cet ultimatum, est différente.

 

Si nous nous tournons vers l'expérience de la Grande Guerre Patriotique, au début de cette guerre, à l'été 1941, l'Union soviétique avait un potentiel militaire et économique, tout à fait comparable à celui de l'agresseur - le Troisième Reich nazi et ses alliés. Néanmoins, près d'un an et demi : du début de la guerre à la fin de la bataille de Stalingrad, la Wehrmacht a eu une initiative stratégique commune. Et sans la ferme volonté de résister et de gagner, malgré tous les sacrifices consentis, le jour du 9 mai n'aurait jamais été notre fête nationale. Mais dans la même France en 1939-1940. un tel  exemple n'a pas été trouvé - sauf celui du "gendarme" Charles de Gaulle, qui a dirigé la "France combattante".

 

Troisième question. Que devrait faire la Russie dans les circonstances actuelles ?

 

La réponse à cette question ne peut être donnée que dans les termes les plus généraux : en tout cas - être prêt pour la guerre et se battre jusqu'au bout.

 

Joyeux Jour de la Victoire !

 

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

ANNEXE

 

 

Discours de la reine Elizabeth II du 5 avril 2020

 

« Je vous parle de ce que je sais être une période de plus en plus difficile. Une période de perturbation dans la vie de notre pays : une perturbation qui a causé du chagrin à certains, des difficultés financières à beaucoup et des changements énormes dans notre vie quotidienne à tous.

 

Je tiens à remercier tout le monde sur la ligne de front du NHS, ainsi que les travailleurs sociaux et ceux qui remplissent des rôles essentiels, qui continuent de se désintéresser de leurs tâches quotidiennes à l’extérieur du foyer pour nous soutenir tous. Je suis sûr que la nation se joindra à moi pour vous assurer que ce que vous faites est apprécié et que chaque heure de votre travail acharné nous rapproche d’un retour à des temps plus normaux.

 

Je tiens également à remercier ceux d’entre vous qui restent à la maison, contribuant ainsi à protéger les familles vulnérables et épargnant à de nombreuses familles la douleur déjà ressentie par ceux qui ont perdu des êtres chers. Ensemble, nous luttons contre cette maladie, et je tiens à vous rassurer que si nous restons unis et résolus, nous la surmonterons.

J’espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont il a relevé ce défi. Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient plus forts de tous.

Que les qualités de l’autodiscipline, de la bonne humeur paisible et de le sentiment de solidarité caractérisent toujours ce pays.

Les moments où le Royaume-Uni s’est réuni pour applaudir ses soigneurs et ses travailleurs essentiels resteront dans les mémoires comme l’expression de notre esprit national; et son symbole sera l’arc-en-ciel dessiné par les enfants.

 

Partout dans le Commonwealth et dans le monde, nous avons vu des histoires réconfortantes de personnes se rassemblant pour aider les autres, que ce soit en livrant des colis alimentaires et des médicaments, en regardant après les voisins ou en convertissant des entreprises pour aider les secours.

Et bien que l’auto-confinement puisse parfois être difficile, de nombreuses personnes de toutes confessions, et d’aucune, découvrent que cela offre une occasion de ralentir, de faire une pause et de réfléchir, dans la prière ou la méditation.

Cela me rappelle la toute première émission que j’ai faite, en 1940, avec l’aide de ma sœur. Nous, ainsi que nos enfants, avons parlé ici à Windsor, à des enfants qui avaient été évacués de leur domicile et renvoyés pour leur propre sécurité. Aujourd’hui, encore une fois, beaucoup ressentiront un douloureux sentiment de séparation d’avec leurs proches. Mais maintenant, comme à cette époque, nous savons, au fond, que c’est la bonne chose à faire.

 

Bien que nous ayons déjà fait face à des défis, celui-ci est différent. Cette fois, nous nous joignons à toutes les nations du monde dans une entreprise commune, en utilisant les grandes avancées de la science et notre compassion instinctive pour guérir. Nous réussirons – et ce succès appartiendra à chacun de nous.

Nous devrions être rassurés que même si nous avons encore plus à endurer, des jours meilleurs reviendront : nous serons à nouveau avec nos amis; nous serons à nouveau avec nos familles; nous nous reverrons.

Mais pour l’instant, je vous adresse à tous mes remerciements et mes meilleurs vœux.

 

 

La première allocution historique de la reine Elizabeth en 1991. (En dehors du traditionnel discours annuel à Noël). 4 autres allocutions suivront en 68 ans de règne : en 1997, en 2002, en 2012 et en 2020.

Luttez jusqu'au bout ! (Rapport du groupe d'experts du Club d'Izborsk, 30 mai 2020)
Lire la suite

Michel Raimbaud: « Hares al Qods », ou Le Gardien de la cause sacrée

30 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Politique

La Grande Mosquée des Omeyyades à Damas (Syrie). Photo: Bernard Gagnon. Source: Wikipedia.

La Grande Mosquée des Omeyyades à Damas (Syrie). Photo: Bernard Gagnon. Source: Wikipedia.

Vendredi 29 mai 2020

Entre la pandémie des sanctions, les incendies criminels ici et là (l’oasis de Palmyre est à nouveau en feu) et les menées tortueuses du mégalomane Mamamouchi, le Ramadan n’a amené aucun répit à la Syrie martyrisée. Gavée de blocus et d’embargos, harcelée par des agresseurs pourtant sinistrés, elle attend de pied ferme les lois « Caesar » bêtes et méchantes de l’oncle Donald. 

L’intox et l’infox ayant fait très bon ménage avec le Coronavirus, il est toujours dans le vent d’ostraciser la Syrie et de lui prêter tous les péchés du monde, y compris celui d’intolérance. Certes il serait vain d’attendre des « dévots » qu’à l’instar de Saint Paul il y a deux mille ans ils trouvent leur chemin de Damas, mais on pourrait rêver que le ciel éclaire leur lanterne en leur rappelant le lien indestructible entre le christianisme et son berceau syrien. Ils comprendraient alors pourquoi le « coeur battant du monde arabe », haut lieu d’un Islam prestigieux et oecuménique, respecte tant une diversité religieuse qui fait partie de son patrimoine. La vénérable Grande Mosquée des Omeyades n’héberge-t-elle pas le tombeau de Saint Jean le Baptiste tandis que son minaret de Jésus veille sur la « perle de l’Orient » ? Non, les chrétiens – au nombre de 2,5 millions (10% de la population) au début du conflit - n’ont pas été persécutés par le gouvernement, n’en déplaise aux imposteurs. Ceux-ci seraient-ils amnésiques ou aveugles au point d’absoudre les fanatiques travestis en démocrates qui à l’été 2011 promettaient le tombeau aux alaouites (le « tabout ») et sommaient les chrétiens de partir « à Beyrouth ». 

Il semble donc juste de saluer les hardiesses d’un Etat mal traité mais résilient, où l’on sait avoir du courage et de la tenue. En témoigne la décision de produire et présenter à la télévision nationale une série dont le héros est un prêtre syrien natif d’Alep, devenu évêque de l’Eglise melkite de Jérusalem. Il fallait en outre de la détermination et de la clairvoyance pour choisir un calendrier porteur d’une symbolique si lourde : il n’est pas anodin d’avoir choisi le Ramadan pour proposer un feuilleton tel que Hares al Qods (le Gardien de Jérusalem). Mais le personnage vedette n’a rien de banal. 

Ordonné prêtre en 1947, Hilarion Cabbougi (NDLR: ou Capucci) est nommé archevêque de Césarée en Palestine et Vicaire patriarcal melkite de Jérusalem en juillet 1965.

Sa « consécration » épiscopale par le Patriarche d’Antioche intervient en septembre. S’imposant vite comme une icône de la résistance palestinienne et une figure de proue de la cause arabe, il est arrêté en 1974, emprisonné et torturé par l’occupant israélien, il est libéré en 1977 après des tractations difficiles entre Tel-Aviv et la papauté qui lui imposent un exil à vie loin de la Palestine et de tout pays arabe. Il sera donc propulsé de poste en poste jusque dans la lointaine Amérique du Sud. Bien que son nom soit déjà célèbre, c’est grâce à l’impact de cette série à succès en trente épisodes qu’un certain grand public arabe ou arabophone verra désormais en Mgr Cabbougi, le Gardien d’un lieu saint pas comme les autres. 

Arabe depuis des siècles, Al Qods est en effet pour les croyants des trois religions abrahamiques l’objet d’une vénération commune qui résulte de leur parenté. Elle est au coeur de la « Terre Sainte », région centrée sur la Palestine et se confondant avec la Grande Syrie (incluant le Liban, la Jordanie, une partie de l’Irak et un morceau de Turquie) : c’était le cadre prévu pour le « grand royaume » promis aux Arabes pour l’après-califat mais qui n’avait pu voir le jour suite aux « bricolages » franco-anglais (Sykes-Picot, Balfour), la Syrie historique étant dépecée, l’immigration juive lancée et l’Etat d’Israël créé (peu après le départ des Français de Damas en 1946). Le feuilleton met bien en lumière la nostalgie d’une appartenance commune restée vivace, en Syrie, au Liban, en Palestine, ce qui est loin de déplaire aux autorités de Damas dans le contexte actuel. 

C’est cette aspiration « arabe » que Mgr Cabbougi assumera avec une ardeur particulière, se posant comme un évêque loyal mais engagé, témoin indigné de la nakba (catastrophe) de 1948 et du calvaire infligé aux Palestiniens, de la négation de leurs droits et libertés, des arrestations et détentions sans jugement, des expulsions. « Gardien » de Jérusalem, il conserve pieusement les reliques du monde d’avant, la clé d’une maison confisquée symbolisant l’exil, et le couteau la lutte contre l’usurpateur. Sayedna Hilarion le martèlera en toute occasion, la Palestine appartient aux Palestiniens, ses habitants autochtones, et elle restera à jamais leur propriété, quand bien même auraient-ils tous été chassés. On croirait entendre le discours tenu à Damas ces années passées, face à la sauvagerie, à l’arbitraire, aux crimes des occupants, au silence indigne de la « communauté internationale ». Mais c’est par conviction et non pour plaire que l’évêque Cabbougi évoque avec flamme l’unité de destin entre son pays natal et la Palestine, cause sacrée des Arabes. Le Père Elias Zahlaoui, conseiller du réalisateur, aura veillé à la fidélité du récit. 

Les responsables syriens ne brillent pas toujours par leur sens de la communication. Mais cette fois-ci, ils auront visé juste en choisissant un héros qui cultive avec soin ses racines. S’il est palestinien parmi les palestiniens, Mgr Hilarion Cabbougi est un militant, qui inscrit sa lutte, sans ambigüité, dans un cadre syrien et palestinien à la fois, au nom d’une identité arabe pleinement revendiquée : « L’arabité n’est pas une question de religion ou d’ethnie, elle est fondée sur les bases de la langue, de la culture, de la civilisation », clame-t-il. Les identités de circonstance dénichées par des intellectuels qu’inspire un air du temps délétère surgissent de partout et nulle part : « Nous ne sommes pas arabes, nous sommes phéniciens, cananéens, chaldéens, syriaques, assyriens, coptes, Berbères, kurdes etc… ». Cet évêque qui n’a pas la langue dans sa poche les récuse, et son franc-parler résolu vient à point nommé dans un Etat en guerre où les requêtes identitaires dégagent souvent un parfum d’ailleurs ou d’autrefois. Mais il est bien en phase avec le Président Assad qui répète volontiers : « La Syrie est arabe, les Syriens sont viscéralement arabes ». Dans l’un des derniers épisodes, en présence d’un nonce apostolique tétanisé, l’indomptable Mgr Cabbougi réitère sa profession de foi, en guise d’apothéose en quelque sorte : « Mon christianisme et mon arabisme ne font qu’un; chrétien ou musulman, tout palestinien est mon frère, tout arabe est mon frère, tout pays arabe est ma patrie ». Un encouragement pour la Syrie d’aujourd’hui, une bouffée d’espoir pour la Palestine devenue prison et objet de « transaction », un défi pour les « régimes arabes » et Israël toujours appliqué à assimiler Arabes et musulmans pour mieux isoler les chrétiens, banalisant la judéité de l’Etat d’Israël. 

Entre l’évêque militant et la Syrie résiliente, il y a à l’évidence tant de proximité que cela méritait bien un feuilleton de Ramadan… 

Michel Raimbaud – le 27 mai 2020

Source: https://www.palestine-solidarite.org/analyses.michel_raimbaud.290520.htm

La Grande Mosquée des Omeyyades sur Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Mosquée_des_Omeyyades

Sur Mgr Hilarion Capucci (1922-2017): https://fr.wikipedia.org/wiki/Hilarion_Capucci

Tombeau de Saint-Jean Baptiste. Photo: James Gordon from Los Angeles, California, USA. Source: Wikipedia.

Tombeau de Saint-Jean Baptiste. Photo: James Gordon from Los Angeles, California, USA. Source: Wikipedia.

Détail de la photo de James Gordon du Tombeau de St Jean Baptiste.

Détail de la photo de James Gordon du Tombeau de St Jean Baptiste.

Source et texte complet de la conférence de Michel Raimbaud (2016) sur le site de l'institut Schiller: 

https://www.youtube.com/watch?v=ndD5sBpEWyY&feature=emb_logo

Lire la suite

Maxim Shevchenko : Les gens ne comprennent pas grand-chose aux droits et aux libertés (Club d'Izborsk, 29 mai 2020)

29 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Maxim Shevchenko : Les gens ne comprennent pas grand-chose aux droits et aux libertés.
29 mai 2020.

https://izborsk-club.ru/19373

- Selon une étude sociologique de l'économiste Mikhaïl Dmitriev et de la psychologue Anastasia Nikolskaïa, l'attitude à l'égard du pouvoir s'est détériorée dans la conscience des masses. De plus, le système de valeurs a changé : au lieu d'une "main forte", il y a une demande de justice, de respect des droits et des libertés, de représentativité des intérêts des gens, tandis que l'intérêt pour la politique augmente.

- Il me semble que les citoyens sont fatigués de la stupidité du pouvoir, ils voient clairement devant eux, peut-être, ne réalisant pas avec leur esprit, mais ressentant vivement avec leur cœur que ceux qui sont au pouvoir se disputent une place au soleil, et ne se disputent pas du tout pour aider les gens, les médecins et soutenir le pays. Bien sûr, les gens pensent que Poutine est responsable de tout cela. Je crois aussi qu'il est directement responsable du chaos qui règne dans le pays et de la pièce qu'ils ont jouée au lieu de sauver le pays dans une situation difficile.

- Pensez-vous que le Kremlin est préoccupé par la baisse de la cote de Vladimir Poutine et que le gouvernement attache une grande importance à la question de la confiance du public ?

- Ils ne se soucient pas de la confiance, car les élections sont truquées et rien ne dépend de l'évaluation des électeurs.

- Dans quelle mesure la relation entre la société et les autorités a-t-elle changé en Russie pendant la pandémie ? Y a-t-il eu une demande dans la conscience de masse pour la justice, la représentativité des autorités, le respect des droits de l'homme et des libertés ?

- Je pense que les gens comprennent mal ce que sont les droits et les libertés dans leur masse. Malheureusement, en dehors de Moscou, et à Moscou, ils ne comprennent pas grand chose non plus. Non, je pense que les gens ne sont tout simplement pas prêts à se battre pour leurs droits et leurs libertés parce qu'ils considèrent la Constitution comme un bout de papier vide. Dans l'ensemble, leurs droits et libertés n'ont jamais été respectés, les autorités et les riches ont toujours foulé aux pieds les droits et libertés économiques, sociaux et civils, et les gens n'y croient pas particulièrement. Notre peuple ne croit pas du tout aux processus sociaux et étatiques généralement acceptés, parce que le pouvoir a piétiné notre peuple dans la boue tant de fois - maintenant c'est un son vide. En outre, citez au moins un cas où la cour en Russie a pris une décision visant à protéger les droits et les libertés des personnes - cela ne s'est jamais produit. Le tribunal défend toujours les organismes d'enquête, le ministère de l'intérieur, les détenteurs du pouvoir, les riches et les pilleurs. Le dernier exemple est la situation autour du "Sovkhoz nommé d'après Lénine".


Maxim Shevchenko
http://kavpolit.com
Maxim Shevchenko (né en 1966) - journaliste russe, animateur de Channel One. En 2008 et 2010, il a été membre de la Chambre publique de la Fédération de Russie. Membre du Conseil présidentiel sur le développement de la société civile et les droits de l'homme. Shevchenko est un membre permanent du Club d'Izborsk.

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Maxim Shevchenko : Les gens ne comprennent pas grand-chose aux droits et aux libertés (Club d'Izborsk, 29 mai 2020)
Lire la suite

Alexander Selivanov : La guerre du capitalisme oligarchique contre l'humanité (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)

29 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Alexander Selivanov : La guerre du capitalisme oligarchique contre l'humanité

28 mai 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19370

 

 

Le capitalisme est un système social et économique fondé sur la propriété privée et les droits de succession, sur la concentration du capital dans une seule main, d'où un égoïsme pathologique et une concurrence acharnée et cruelle. L'essence de la nature du capital a été découverte par K. Marx et son contexte socioculturel a été révélé par M. Weber.

 

Il est possible de commencer "de manière aimable" par le fait que le capital et le capitalisme sont dialectiques, comme le sont tous les phénomènes de la nature et de la société. Ils ont aussi le "bien" et le "mal", l'avantage et le mal.

 

Oui, le capitalisme en tant que système "scientifique" d'extraction de la sueur (V.I. Lénine) permet un progrès matériel accéléré sur la base d'un travail acharné, d'une concurrence féroce (entre les personnes, les entreprises, les systèmes sociaux), d'une organisation rigide de la production, d'une aggravation de l'initiative, de l'entreprise, du risque. Son potentiel très cruel mais puissant justifie dans une certaine mesure le capitalisme, lui donnant l'occasion de se faire passer pour un "mouton" utile et inoffensif.

 

Mais en même temps, le capitalisme conduit à un "zhora" de consommation disproportionné, à la dégradation de la spiritualité et de la moralité humaines, à des crises périodiques, à la destruction de la surproduction produite lors des crises, aux conséquences cruelles de la concurrence sous la forme de la destruction physique des concurrents - parfois des peuples et des pays entiers - conduisant à des guerres. Comme une caractéristique spéciale et organique du capitalisme est l'idéologie de la "sélectivité", le rejet absolu de tout le reste, le cynisme envers les autres personnes, peuples, pays, cultures, en conséquence - l'idéologie de l'inégalité, la ségrégation absolue des personnes sur la base de la propriété et de la race et de l'ethnicité. C'est pourquoi le capitalisme est en fait un loup dans la peau des moutons du "missionnarisme", du "patronage", de la "charité". Les coûts et les problèmes ("le mal") du capitalisme pour l'humanité et l'homme à mesure qu'il évolue, à chaque nouvelle étape de son évolution, sont relativement plus que des acquisitions ("le bien").

 

Tout au long de sa propre histoire, le capitalisme a constamment évolué quantitativement et qualitativement. Quantitativement - en termes de capital accumulé et d'ampleur de leur activité. Qualitativement, de la petite propriété privée aux monopoles, et de la seconde moitié du XXe siècle aux oligarchies comme leur sommet et leur fin logique. Les hiérarchies des sphères d'application du capital - de la domination du capital commercial - à la domination du capital industriel, puis - à la domination du capital "pur" (financier) en tant que sommet ont également évolué. Mais par essence, la nature du capitalisme restait unie - l'intérêt privé, le désir du capital de supprimer et de détruire toute autre activité et de détruire tous les sujets d'activité concurrentiels, contraires aux intérêts de leur capital. Il n'est donc pas étrange que l'activité du capital ait souvent entraîné des guerres.

 

L'évolution mentionnée du nombre et de la quantité de capital, de son contenu et de sa forme a également conduit à l'évolution des formes de son activité, y compris l'évolution des formes et des types de concurrence, l'évolution des objectifs, du caractère et de l'ampleur des guerres qu'il a déclenchées - à mesure que le capital et ses appétits grandissaient, l'ampleur des guerres, la couverture des régions, le nombre de personnes et de ressources impliquées, l'ampleur des conséquences destructrices et des décès de personnes augmentaient constamment.

 

La première étape de l'évolution du capitalisme a été liée au développement du capital commercial et au début du développement du capital industriel. Il s'est réalisé dans la colonisation et le pillage les plus brutaux de l'Inde, d'autres pays et îles de l'Asie du Sud-Est, le "développement" de l'Amérique par le déplacement et la destruction des Indiens, les guerres de l'opium contre la Chine, la guerre des Boers, les guerres en Afrique du Nord, les guerres napoléoniennes, la guerre de Crimée avec la Russie, la guerre russo-japonaise et une masse d'autres guerres régionales.

 

À la fin du XIXe siècle, les individus, les groupes et les structures les plus puissants ont commencé à se distinguer dans le capitalisme, qui a commencé à organiser des monopoles, créant le capitalisme monopolistique et ses formes diversifiées (comme la création par D. Rockefeller de 34 sociétés sous le contrôle de "Standard Oil" en réponse aux restrictions anti-monopole). Peu à peu, ils ont commencé à se sentir maîtres de la vie et à réfléchir à la création de leur propre "gouvernement mondial" supranational et extraterritorial. Ils ont commencé à se considérer comme des surhommes qui avaient le droit de diriger l'humanité.

 

En même temps, le développement actif des grands monopoles de l'industrie, des transports, des ressources (en particulier le pétrole), du capital agricole, et plus tard la confrontation avec l'URSS, le système socialiste, l'émergence de nouveaux États dans les anciennes possessions coloniales au début et au milieu du XXe siècle ont intensifié la lutte pour les ressources, les territoires, les marchés, les sphères d'influence des types de systèmes sociaux. Une grande division et une redistribution ultérieure du monde pour les sphères d'influence des monopoles ont commencé. Cela a provoqué toute une cascade de guerres : deux guerres mondiales, la guerre froide, l'Égypte, le Vietnam, l'Afghanistan, la Yougoslavie, l'Irak, la Libye, l'Ukraine et la Syrie.

 

Toutes ces guerres ne sont que le prix de la redistribution du monde dans l'intérêt de certains clans capitalistes puissants et riches, leurs "intérêts commerciaux" familiaux. Ce sont les "intérêts commerciaux" du grand capital qui sont devenus la raison dominante de toutes les guerres sur la planète - même les intérêts géopolitiques et civilisationnels des différents pays sont en fait passés au second plan, bien que le capital les ait parfois habilement utilisés pour gonfler l'humeur militariste de la population des différents pays contre les "ennemis" et pour dissimuler les véritables objectifs des guerres.

 

Il y a un autre résultat négatif, astucieusement mis en évidence par les idéologues du capitalisme. Dans la seconde moitié du XXe siècle, le capitalisme a commencé à blâmer l'humanité pour la destruction de la planète, de sa nature et de son écologie, à proclamer des idées néo-malthusiennes sur la nécessité de réduire drastiquement la population de la planète. En même temps, le fait que le soi-disant "milliard d'or" est la cause principale de toutes les catastrophes naturelles et environnementales est complètement ignoré. Le fait est que les pays les plus développés consomment plus de 70 % des ressources de la planète. Il n'est pas difficile de calculer que leur engagement à détruire l'humanité 6/7 ne réduira que d'un tiers la charge sur la planète, alors que la disparition de ce "milliard d'or" ou une forte diminution de sa consommation réduira cette charge de moitié et augmentera en même temps le bien-être du reste de l'humanité. C'est le consumérisme agressif de la civilisation capitaliste et de ses dirigeants, représentés par les pays occidentaux, qui a épuisé la planète et fatigué les gens.

 

En conséquence, le capitalisme, outre le progrès, a apporté des catastrophes incommensurables à l'humanité, une destruction gigantesque du déjà créé, a pris des dizaines de millions de vies humaines, une crise environnementale. C'est un prix trop élevé à payer pour ses réalisations.

 

Mais l'évolution naturelle du capital, en plein accord avec sa nature, est allée plus loin. Le capital s'est accru. Aucune loi antitrust ne peut faire échec à la loi sur la concentration du capital. Dans la seconde moitié et à la fin du XXe siècle, la concentration des capitaux a été encore plus forte. Les "intérêts" des plus grands capitaux qui s'étaient constitués en banques géantes, STN, CIO, devinrent de plus en plus étendus et commencèrent à couvrir la planète entière. La logique et l'apogée de l'évolution du capital ont donné naissance à un groupe de familles et de clans capitalistes avec des États géants - des oligarques et un capitalisme oligarchique basé sur eux. Ces clans ont formé leurs propres empires planétaires.

 

Maintenant, les États et les restrictions étatiques ont commencé à interférer de plus en plus avec les oligarques pour gérer sur une planète. L'oligarchie a commencé à apprendre à faire fonctionner les États, à leur imposer la volonté, à les subordonner, à renforcer les uns et à en affaiblir les autres, à détrôner et à mettre les gouvernements. Elle a été réalisée de différentes manières : économique, politique, militaire, informationnelle et psychologique, etc. Le rêve centenaire du capitalisme de "gouvernement mondial" à la fin du XXe siècle a commencé à prendre des traits réalistes. Ce "gouvernement mondial" sera probablement un certain groupe d'individus parmi les familles capitalistes les plus riches (une douzaine ou deux familles de 100 à 150 des familles les plus riches du monde) et peut-être quelques familles féodales-aristocratiques et cléricales (5 à 10 autres familles ou postes). Ces capitaux illégitimes, non élus, constitués de capitaux autorisés "élus" par eux-mêmes, doivent diriger le monde, commander les États et les peuples.

 

Cette clique capitaliste et son idée d'un "gouvernement mondial" supranational ont des partisans et des adhérents actifs dans les milieux d'affaires et l'élite officielle de tous les pays. Ils travaillent dur pour cela - ils recrutent, rassurent, éduquent dans les écoles et les universités occidentales, corrompent et utilisent tout l'ensemble des outils désordonnés de la politique. Il n'est pas étrange qu'une partie importante de l'élite au pouvoir dans la plupart des pays commence à développer une démence culturelle[1], atteignant une forme clinique - prêchant et introduisant, y compris dans les systèmes d'administration de l'État, avec la conscience publique et le système d'éducation - des idées et des intérêts anti-nationaux et anti-État, le rejet de leur propre culture, peuple et pays dans les idées des "élites". Cela s'est produit sous la forme la plus agressive et la plus développée à la fin du XXe et au début du XXIe siècle en Russie, comme l'indiquent non seulement leurs propres chercheurs, mais aussi des observateurs extérieurs attentifs (par exemple, Y. Kedmi).

 

À la fin du XXe - début du XXIe siècle, comprenant la logique inexorable du développement de l'humanité, qui conduit à la restriction des possibilités des "élites" bourgeoises, afin de préserver sa propre auto-préservation et la préservation de ses états, de son pouvoir, de son sens de la "sélectivité" et de ses privilèges, le capitalisme oligarchique a déclaré la guerre à l'humanité entière. Le but principal de cette guerre est la survie des familles oligarchiques face à l'effondrement inévitable du capitalisme, le maintien de la préservation et l'augmentation des possibilités et des avantages des élites oligarchiques, la préservation de la supériorité et de la domination sur les gens.

 

 

Cet objectif est en train d'être développé en un "arbre" d'objectifs clés :

 

 

- la poursuite de la privatisation et de la dispersion des ressources naturelles, intellectuelles et technologiques nationales dans des "poches" privées malgré la protestation contre la privatisation folle et illimitée, même au sein du Club de Rome - le plus grand centre idéologique du capitalisme oligarchique[2] ;

 

- une forte division des gens en qualités familiales, sociales, culturelles, psycho-intellectuelles, informationnelles et autres, une stricte ségrégation des gens par "caste" ; une forte baisse de la qualité des "gens ordinaires" et une augmentation de la qualité des représentants des "élites" au pouvoir ;

 

- une forte diminution du nombre de personnes sur la planète à un milliard ou 200-300 millions, et selon certaines déclarations plus radicales des membres du Club de Rome, à 90-100 millions ;

 

- formation d'un "gouvernement mondial" oligarchique (supranational) composé de représentants des plus grands groupes financiers et économiques ;

 

- minimisation d'un rôle, des fonctions et des possibilités d'institution de l'Etat sur toute la planète, suppression de l'Etat soumission et interception des fonctions de la gestion de l'Etat par des structures non étatiques au moyen de représentants subordonnés ou contrôlables ou opérés du centre oligarchique "sur les lieux" dans les structures financières, militaires, policières, spéciales, administratives (etc.) et commerciales de l'Etat[3] ; sous le couvert de la transfrontièresité ("globalité") des problèmes d'écologie, de denrées alimentaires, d'énergie (etc.) liquidation du "gouvernement mondial" national oligarchique ;

 

- désindustrialisation des économies nationales, destruction d'une partie importante des entreprises industrielles, principalement liées à l'économie matérielle, avec pour conséquence - l'élimination de nombreux segments de la science et de l'éducation - cette plus grande réalisation de l'humanité, dont les fondements sont posés dans l'idéologie des Lumières ;

 

- assurer la dégradation intellectuelle et spirituelle des "gens du commun", création d'un système de leur multiculturalisme dans l'art, la science, l'éducation, introduction d'idées et de valeurs de la supériorité du consumérisme sur la spiritualité, de la culture de masse sur la culture classique ; création d'un système d'information et d'impact psychologique sur les "masses" afin de gérer leurs valeurs, opinions, motivations, comportement ; création progressive d'un système intégral de contrôle global du comportement humain et contrôle partiel de l'état mental et de l'activité des "masses" ; et tout ce qui précède.

 

Certains des objectifs déclarés du capitalisme oligarchique "à usage externe", ouvert aux "masses", sont très clairement décrits dans les rapports du Club de Rome et les discours de ses membres, et même ils sont vraiment misanthropes, anti-littéraires, anti-culturels et donc anti-humains par nature. D'autres objectifs encore plus inhumains ne sont pas annoncés, mais ils sont et sont mis en œuvre - c'est notamment l'attitude face à la dégradation spirituelle et culturelle de l'homme, l'activation des motivations et des instincts de consommation, la réduction du niveau d'éducation et de science pour la population.

 

Une guerre avec ces objectifs ne peut pas être menée seulement comme une guerre "chaude". À cet égard, les autres composantes de la guerre qui ont donné lieu au phénomène de "guerre hybride" sont progressivement développées et mises en œuvre.

 

Composantes de la guerre hybride:

 

 

- politique (interception du pouvoir de l'État par un changement pacifique de régime politique) ;

 

- militaro-politique (interception du pouvoir de l'État par un changement militaire de régime politique) ;

 

- de gestion (interception du pouvoir de l'État par la corruption des fonctionnaires, la corruption et la compradiation) ;

 

- éducatif ;

 

- scientifique ;

 

- le renseignement ;

 

- démographique ;

 

- écologique ;

 

- information-psychologique ;

 

- financiers ;

 

- biomédicale ;

 

- terroriste ;

 

- cybernétique et robotique ;

 

- la communication (systèmes de communication, Internet) ;

 

- criminel (crime organisé) ;

 

- l'espace ;

 

- militaire et subversif.

 

 

Forces et moyens de guerre hybrides :

 

 

Personnel (forces armées et formations)

 

Le principe : un petit nombre de troupes et d'armes - le plus grand dommage possible pour l'ennemi.

 

Le principal "quartier général" est situé dans les centres de recherche du capitalisme. L'idéologie principale se forme dans des communautés secrètes, développées pour l'usage public dans des centres de recherche (Rockefeller Center, Club de Rome...). Les quartiers généraux du deuxième niveau qui mettent en œuvre ces idées se différencient par les orientations de la guerre hybride.

 

"Généraux" et "corps d'officiers" - fonctionnaires compradores et corrompus, propriétaires et directeurs de grandes entreprises dans tous les pays.

 

"Soldats" de cette armée :

 

- dans la sphère politique - "cinquième colonne", fonctionnaires et compradors légèrement corrompus, organisateurs de révolutions de couleur, fonctionnaires incompétents occupant leurs sièges ;

 

- dans la sphère économique - les ombres, la criminalité économique, la mafia de la drogue ;

 

- dans la sphère financière - les employés du FMI et de la BM, leurs subordonnés dans les banques nationales, les spéculateurs financiers, les experts financiers dans le rôle d'ingénieurs financiers et de spéculateurs, les robots financiers, etc ;

 

- dans la sphère cybernétique - programmeurs, hackers, administrateurs système, robots ;

 

- dans le domaine de l'application de la loi - les structures dirigées sur la suppression des actions de masse, la protection du sommet du pouvoir contre le peuple, les entreprises de sécurité non étatiques;

 

- dans la sphère militaire - les agences militaires et de renseignement subordonnées, les employés redéployés des structures militaires et des services de renseignement, les structures militaires non étatiques (SMP) ;

 

- dans le domaine de l'information-psychologie - médias, idéologues, théoriciens et praticiens des opérations d'information ;

 

- dans les autres composantes de la guerre hybride mentionnées ci-dessus, les forces armées et les formations sont claires.

 

Il faut faire attention au fait que ce sont exactement les forces armées, et qu'elles mènent activement la guerre. En conséquence, il est nécessaire de les traiter comme des représentants de l'armée ennemie menant des hostilités actives avec des armes à la main.

 

Il est particulièrement important de prêter attention au fait qu'au stade actuel du développement, la science est devenue non seulement une force productive directe, comme le prédit K. Marx, mais aussi une force militaire directe, une force destructrice directe et une force qui permet d'assujettir et de paralyser la volonté de l'ennemi. Du développeur d'armements et de moyens auxiliaires de développement des opérations, la science, dans sa partie correspondante subordonnée au capital, s'est transformée en une force de combat active indépendante, et une partie des scientifiques et des analystes de diverses spécialités se sont tournés des développeurs d'armements - vers les militaires d'active, utilisant ces développements dans les opérations militaires, c'est-à-dire les membres des groupes armés, leurs unités de combat. Ces spécialités militaires dans la guerre hybride comprennent des chercheurs dans le domaine de l'analyse et de la stratégie (économistes, financiers, politologues, sociologues, psychologues, militaires...), de la microbiologie et de la médecine, des produits pharmaceutiques, des mathématiques, des programmeurs, des spécialistes de la propagande et de l'agitation, des technologies sociales, des technologies de l'information, etc.

 

 

Types d'armes

 

 

- les décisions de gestion des fonctionnaires ;

 

- les décisions de gestion des entreprises (y compris les prix, les taux de prêt, les sanctions...) ;

 

- l'ingénierie financière, les robots financiers ;

 

- développements experts et analytiques, programmes stratégiques ;

 

- les armes psychologiques de l'information (publications dans les médias et sur Internet, dans les publications scientifiques) ;

 

- des matériels scientifiques, idéologiques, de propagande, d'agitation, pseudo-scientifiques spéciaux (dont ceux du Club de Rome, de la Fondation Rockefeller, d'autres centres scientifiques agissant comme développeurs de technologies sociales et de matériels d'information de propagande pour les "masses") ;

 

- les technologies sociales ;

 

- des ressources en matière de renseignement ;

 

- les moyens de communication, y compris l'espace ;

 

- les ordinateurs, les logiciels, le matériel et les systèmes logiciels ;

 

- les armes biologiques (bactéries, virus, OGM, éventuelles armes climatiques...).

 

- Cyberarmes, programmes, robots ;

 

- des armes conventionnelles ;

 

- les satellites spatiaux et les armements.

 

 

La liste des armes et la nature de l'utilisation de certains types d'armes peuvent et doivent être élargies, en outre, elle est en constante évolution et s'élargit.

 

Circonstances de facilitation/interférence ("paysage" de guerre) - Degré d'ouverture/fermeture des frontières, des systèmes financiers, de l'Internet, des systèmes de communication et de communication, de toutes sortes de systèmes de protection et de sécurité.

 

 

Types d'opérations militaires

 

 

- les opérations visant à changer les régimes politiques (révolutions de couleur, changement de dirigeants, changement de cap politique, invasions militaires...) ;

 

- opérations de subordination de l'administration de l'État (interception du pouvoir), corruption, recrutement idéologique de fonctionnaires et d'hommes politiques ;

 

- des opérations visant à assurer l'ouverture des frontières, des espaces d'information, la minimisation de la souveraineté des pays ;

 

- opérations financières, bancaires, spéculatives, de change, offshore, fiscales ;

 

- des opérations visant à détruire les systèmes d'éducation publique et à réduire la qualité de l'éducation pour la population ;

 

- des opérations visant à détruire la médecine préventive accessible au public et les systèmes nationaux de soins de santé ;

 

- des opérations visant à éliminer la science, en particulier la science sociale et humanitaire, afin d'empêcher la création de systèmes nationaux et étatiques souverains de gestion stratégique ;

 

- Opérations démographiques - introduction active de l'idéologie néo-malthusienne, robotisation et déplacement d'une personne de la production, limitation du taux de natalité, propagation des mariages homosexuels, homosexualité, idéologie multisexuelle, introduction de l'idéologie familiale "sans enfants", propagation des maladies génétiques, opérations pharmacologiques, opérations avec des aliments (y compris les OGM), alcoolisation et toxicomanie de la population ;

 

- les opérations écologiques (organisationnelles et idéologiques) - "vert", "couche d'ozone", "réchauffement de l'océan mondial", "Accord de Paris", Greta Tunberg... ;

 

- les cyberopérations, les attaques de pirates informatiques ;

 

- les attaques terroristes ;

 

- les attaques de sabotage (y compris celles déguisées en terroristes, insurgés, révolutionnaires...) ;

 

- des opérations contre les satellites de communication ;

 

- opération de chiffrement de la population pour le contrôle personnel.

 

Cette guerre hybride est une guerre contre l'humanité, contre ses réalisations séculaires, conçue et menée dans son propre intérêt (de peau) par un groupe de familles oligarchiques.

 

Il est temps de comprendre que la meute de loups de ces imposteurs capitalistes marginaux (extra-culturels), qui se sont imaginés "élus" sans aucun fondement, ne peut être ni un "gouvernement" ni une autre structure de gestion capable d'assurer le développement efficace de l'humanité. Aujourd'hui, ils portent le mal ultime et la destruction totale. En conséquence, ils attendent leur tribunal de Nuremberg pour les crimes contre l'humanité, qu'ils craignent avec panique. Ils ont peur, tant physiquement qu'idéologiquement, de la défaite de leurs propres idéaux, valeurs et objectifs misanthropes, de l'effondrement de leurs propres significations, de l'effondrement du système de justification de leur existence passée, du manque de place dans la nouvelle existence planétaire éduquée et hautement culturelle naissante.

 

Il est vital pour l'humanité de vaincre cette clique mondiale. Sinon, elle disparaîtra tout simplement de la surface de la Terre.

 

Conquérir cet ennemi n'est pas facile. Mais c'est possible.

 

L'expérience des dernières décennies et la situation des coronovirus montrent que seule une machine étatique bien coordonnée peut contrer efficacement l'activité du capitalisme. La Chine et d'autres pays asiatiques en ont fait la démonstration. Les premières conditions pour cela sont une stratégie indépendante de l'État national, une économie fermée réglementée, des frontières et un espace d'information, et l'étude constante de l'évolution du capital - tant que le capital est vivant, l'humanité ne peut pas se détendre un instant (cela valait la peine de se détendre pendant quelques années pour une pléthore de dirigeants soviétiques myopes et naïfs - et un pays puissant a été instantanément détruit et dévoré par le capital). Parce que le capital est toujours en guerre, toujours en guerre et jamais détendu. Surtout aujourd'hui, au bord de sa propre destruction ou de sa totale et stricte subordination aux machines étatiques.

 

La principale condition pour cela est la nécessité de créer dans l'état de l'ensemble du complexe de forces armées et de systèmes d'armes correspondant à la nature de la guerre hybride actuelle, qui serait capable de résister à toutes les composantes de la guerre et des forces ennemies - structures non étatiques et non gouvernementales. Au niveau mondial, il est nécessaire de commencer à contrôler strictement la consommation du "milliard d'or" afin de s'assurer qu'avec une consommation normale, le reste de la population mondiale vivra et la population augmentera, donnant ainsi un nouveau saut dans la qualité de l'intellect humain.

 

Le capitalisme est en guerre contre l'humanité. Et l'humanité est obligée de lui déclarer une guerre collective - pour son propre salut. La quintessence de la guerre anticapitaliste est la préservation et la multiplication de la quantité et de la qualité des personnes. Et le facteur clé pour cela est le développement actif de la science, une éducation publique de qualité et des systèmes de santé nationaux efficaces.

 

Il est nécessaire de comprendre que le capitalisme est, par essence, son projet anti-éclaircissement. Elle a "hissé la bannière" de l'inégalité humaine, la reprenant des mains de la noble aristocratie féodale décédée. Mais si la noblesse a été sélectionnée par l'histoire au moins sur la base des critères de service à des objectifs élevés, de valeur de combat personnel, de sens de la dignité, d'honneur, de haute culture spirituelle pour les représentants de ses couches, alors le capitalisme a donné naissance à la cupidité, au déshonneur, à l'absence de scrupules, au cynisme, à l'absence totale de haute culture spirituelle et de moralité. Les critères de sélection étaient le degré de tricherie, l'excitation de l'accumulation, l'avidité pathologique, le secret. Si les élites nobles méprisaient le peuple, les bourgeois en avaient peur comme de leur ombre. Le capitalisme est la version finale et dégénérée du système élitiste de la société.

 

Il n'est pas simple et les "élites" russes modernes ont un caractère anti-Lumières agressif, font des efforts organisés et dirigés pour dégrader et détruire les principaux "piliers" des Lumières - la science et l'éducation, leur qualité et leur distribution parmi les gens, violent les principes d'égalité et de justice qui sont à la base de l'idéologie des Lumières.

 

Cependant, le mouvement de l'humanité vers l'avenir n'est possible qu'en améliorant la qualité de la conscience (esprit) et de la moralité, la qualité de l'activité créative de l'humanité, l'augmentation complexe de la puissance de l'humanité (en augmentant le nombre et la diffusion des connaissances scientifiques), en concentrant les efforts collectifs sur des projets d'avenir. Cela nécessite la transformation de l'ensemble du système de relations sociales et des institutions de gouvernance pour façonner l'avenir, la consolidation des efforts humains dans son mouvement vers l'avenir, la construction d'un avenir pour ses peuples, ses cultures, ses pays.

 

Notes

 

1] La démence est une démence acquise, un déclin constant de l'activité cognitive avec la perte plus ou moins importante des connaissances et des compétences pratiques précédemment acquises, la difficulté ou l'impossibilité d'en acquérir de nouvelles, l'effondrement des fonctions mentales qui se produisent à la suite de lésions cérébrales. La démence culturelle est la perte de la mémoire historique, de l'identité nationale et culturelle, la démence acquise sur cette base, un déclin constant de l'activité cognitive dû à la perte des connaissances et des compétences pratiques acquises précédemment, le déni de la nécessité d'un niveau élevé d'éducation, du travail créatif, de l'indépendance et de la liberté de pensée pour les personnes qui ont cherché et réalisé ce siècle. La démence culturelle est la désintégration des fonctions culturelles et psychologiques de l'individu sur la base de la perte de connexion avec les racines culturelles, qui est le résultat de lésions idéologiques du cerveau et conduit à la désintégration de l'individu, à sa marginalisation et à la perte de sa propre intégrité.

 

[2] Rapport au Club de Rome de son coprésident actuel, E. von Weizsäcker, "Les limites de la privatisation : comment éviter l'excès du bien" (2005) ; "Allez ! Capitalisme, myopie, population, destruction de la planète" (2017) (co-écrit avec un autre co-président du Club de Rome, A. Weizsäcker).

 

[3] Elle a été réalisée avec succès aux États-Unis - de la privation de ce pays de sa propre monnaie et de son système bancaire d'État à l'utilisation des forces armées et des services de renseignement dans l'intérêt du capital, comme les cousins Rockefeller Alain et John F. Dulles ont commencé à le faire.

 

 

Alexander Selivanov

Docteur en philosophie, professeur, expert du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexander Selivanov : La guerre du capitalisme oligarchique contre l'humanité (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)
Lire la suite

Valery Korovin : le renforcement politique des régions menace d’effondrer la Russie (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)

29 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Valery Korovin : le renforcement politique des régions menace d’effondrer la Russie

28 mai 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19366

 

 

- Pendant la pandémie, les gouverneurs ont reçu de nouveaux pouvoirs du président. Si les chefs de régions goûtent et demandent encore plus d'autonomie au centre fédéral, est-ce dangereux ?

 

- Il est nécessaire de séparer la composante politique et la composante économique. La Russie est un État centralisé, et le renforcement politique des régions menace de ruiner le pays. Dans le même temps, les domaines économique et culturel devraient être laissés aux régions. Aujourd'hui, les régions suivent souvent une astuce : pour réaliser leurs fonctions économiques, elles ont besoin de souveraineté politique. Si les autorités fédérales ne comprennent pas cette division, elles sont prises au piège.

 

Les peuples doivent pouvoir se développer, mais pas sous la forme politique de républiques nationales. L'existence de républiques nationales en Russie est une bombe à retardement.

 

- Mais nous avons deux douzaines de républiques nationales. Comment la Tchétchénie et le Tatarstan peuvent-ils expliquer qu'ils ne seront pas une république ?

 

- Vladimir Poutine a suffisamment de légitimité pour mettre en œuvre cette décision sous un prétexte ou un autre. Nous avons aboli l'institution de la présidence dans les républiques, annulé les élections du gouverneur, et maintenant nous changeons la Constitution. La légitimité du président en exercice suffira à tout faire.

 

Comment le formaliser politiquement est une autre question. C'est important : dans ce cas, le gouvernement fédéral non seulement retire une option aux républiques, mais il donne - légalise le peuple. Les peuples et les groupes ethniques devront être inscrits dans une annexe à la Constitution, puis leur statut juridique sera inébranlable.

 

- Le district autonome des Nenets, qui compte 44 000 habitants, a pu annuler son association avec la région d'Arkhangelsk. Pourquoi cela s'est-il produit ?

 

- C'est un bon exemple. Les Nenets, en tant que peuple aborigène, sont importants pour la Russie, mais le district autonome constitue les rudiments de son enregistrement politique et un défi à l'intégrité de l'État. Les peuples ont le droit de préserver leur identité. Une personne se considère comme un Nenets, et on lui dit : "Laisse tomber, tu es un Russe". Pour son identité, il se battra jusqu'au bout.

 

- Il y a 85 districts fédéraux en Russie. Est-ce beaucoup ? Est-il nécessaire d'unir les régions?

 

- C'est nécessaire. Les districts fédéraux étaient une bonne idée suggérée par Poutine en 2000, mais la réforme devait être poursuivie. Aujourd'hui, la consolidation des régions est possible au sein des districts fédéraux.

 

- Que devons-nous faire alors avec les gouverneurs ?

 

- Le terme "gouverneur" vient du mot "gouvernorat". Une province est un espace beaucoup plus vaste que les régions actuelles. Si l'on parle de centralisation politique, les chefs des régions élargies devraient être nommés à partir du centre fédéral. Les élections mettent en évidence la subjectivité politique des régions, ce qui est dangereux pour la Russie. Les élections ne devraient être préservées qu'au niveau de la base, par exemple, où tout le monde se connaît.

 

- La Russie est un acteur géopolitique majeur. Y a-t-il des pays qui soutiennent la fédéralisation dans notre pays pour leur propre bénéfice ?

 

- Le livre de Zbigniew Brzezinski [politologue américain], Le Grand Echiquier, est consacré à cette question. La thèse principale est que sur le territoire de la Russie, il devrait y avoir un espace de conflit sous la forme de nombreux États souverains. Plus ils sont nombreux, plus il est facile pour les États-Unis de gérer le territoire eurasien. L'URSS était tellement ouverte aux bolcheviks que certaines régions étaient spécialement unies par des éléments étrangers. Profitant de ces foyers séparatistes, l'Occident a ensuite fait s'effondrer l'Union soviétique. Le principe de la politique occidentale envers la Russie était d'écraser le pays à l'infini.

 

- Et à l'intérieur de la Russie - parmi les élites politiques et commerciales - y a-t-il des acteurs qui voudraient diviser le pays ?

 

- Il existe un tel mouvement - les libéraux. La partie libérale de l'élite russe, principalement le bloc économique, continue d'ébranler le sujet d'une plus grande autonomie politique pour les régions. La première personne à s'opposer à la réforme fédérale de Poutine, et à ce titre, fut Boris Berezovsky [homme d'affaires et politicien]. Poutine n'a fait qu'introduire la loi à la Douma, et Berezovsky a déjà mis en place une lettre ouverte de protestation. Berezovsky et d'autres oligarques ont facilement manipulé les régions en profitant de leur subjectivité politique. Les régions ont pu faire chanter le centre fédéral et exiger de l'argent en menaçant de quitter le pays.

 

Les libéraux - dont certains sont au pouvoir - et aujourd'hui sont catégoriquement opposés à la liquidation des républiques. Ils essaient de garder la Russie sur le carreau : "Nous tirons la corde - le pays se désintègre, donnez-nous du pouvoir et de l'argent - nous ne tirerons pas".

 

- Ces forces peuvent-elles utiliser la situation de crise actuelle ?

 

- Ils l'utiliseront certainement dès que le centre fédéral fera une grave erreur. La principale réalisation de Poutine en 20 ans - il n'a pas encore commis une seule erreur stratégique. Dès qu'Akela manquera, l'Occident et les libéraux internes en profiteront immédiatement, ce qui commencera à déchirer le pays.

 

- L'ancien ministre des finances Alexei Kudrin a récemment publié un article appelant à donner plus de pouvoir aux régions.

 

- C'est la position des libéraux. Ces personnes peuvent déchirer le pays en cinq minutes. L'Union soviétique a été construite pendant 70 ans et détruite en quelques mois.

 

- Il y a un problème en 2024, qui a été quelque peu éclipsé par le coronovirus. Si d'autres personnes arrivent au pouvoir en Russie et que la situation politique change, le risque d'effondrement du pays augmentera-t-il ?

 

- Je viens du pire des scénarios. Ce sera le cas de l'URSS, qui s'est effondrée aux frontières des républiques nationales. Il y a aussi des républiques nationales en Russie. Ce qui a été reporté par Poutine pendant 20 ans va se produire. Rien ne se prolongera au-delà de 2024 sans Poutine lui-même, car le problème de la reproduction des élites n'est pas résolu. Si Dmitri Medvedev était resté au pouvoir pour un second mandat, il ne resterait plus rien de l'héritage de Poutine.

 

Alexandre Volochine, Valentin Yumashev, Tatiana Diachenko sont prêts à se soulever et à mettre en pièces tout l'héritage de Poutine à tout moment.

 

- Mais comment un pays aussi compliqué que la Russie peut-il être consolidé pour ne pas être démoli ?

 

- Il existe une solution à ce problème : un empire étatique traditionnel dans lequel les sujets ne sont pas des républiques nationales, mais des peuples et des ethnies. La centralisation politique plus le pluralisme culturel est la solution pour préserver tout grand espace. Il s'agit d'un modèle traditionnel d'organisation sociale, tandis que l'État-nation est un modèle plus récent.

 

- Qui peut mettre en œuvre ce modèle en Russie ?

 

- Le concept est développé de manière très détaillée dans le cadre de l'idéologie eurasienne. Toute force politique, y compris Poutine, peut la mettre en œuvre. Aujourd'hui, le président ne prend qu'une page de l'eurasianisme lié à l'intégration économique et crée la Communauté économique eurasienne.

 

- Quelle Russie sortira de la pandémie - plus cohésive et mobilisée ou, inversement, fragmentée?

 

- La pandémie peut être utilisée pour faire de la Russie une civilisation indépendante, comme l'a récemment déclaré Poutine, un sujet géopolitique et une grande union de nations.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : le renforcement politique des régions menace d’effondrer la Russie (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)
Lire la suite

"La Russie du futur est un empire social..." (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)

28 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

"La Russie du futur est un empire social..." (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)
"La Russie du futur est un empire social..." (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)

Empire

28 mai 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19361

 

 

La Russie du futur est un empire social basé sur le principe de l'"autocratie", non pas dans le sens de la restauration de la monarchie, mais dans le sens du véritable pouvoir du peuple, où nous - les Russes - sommes dirigés par un leader fort. La disposition constitutionnelle sur le pouvoir du peuple est mise en œuvre par l'unité de la verticale du pouvoir du dirigeant national élu et de l'horizontale du pouvoir résultant d'une autonomie locale efficace. Les élites sont nationalisées, la bureaucratie est mise au service de la mère patrie et n'a aucun pouvoir politique.

 

La crise sociale et économique mondiale provoquée par le coronavirus a montré la faiblesse des mécanismes existants pour la consolidation de la société et du pouvoir. Les enquêtes sociologiques, l'analyse des médias et des réseaux sociaux russes montrent une méfiance croissante à l'égard des autorités. Les données des principaux groupes de recherche sociologique (VTsIOM, FOM, Levada Center) montrent une tendance à l'élargissement du fossé entre les autorités et la société. Selon la Fondation "Opinion publique", entre le 5 avril et le 3 mai 2020, le nombre de personnes qui pensent que le président "fonctionne plutôt bien" est passé de 67 % à 61 %, tandis que le nombre de personnes qui pensent qu'il "fonctionne plutôt mal" est passé de 18 % à 24 %. La note de confiance dans le président est tombée de 63% à 57% au cours du mois dernier, tandis que la méfiance est passée de 25% à 31%[1]. Selon les données du Centre Levada, rien qu'en mars-avril 2020, le taux de confiance dans le président est passé de 83 % à 68 % (soit une baisse de 14 %). Il y a une instabilité et une diminution de la fidélité de l'électorat[2].

 

Cela est particulièrement évident dans les réseaux sociaux et les médias, dont le public, non représentatif dans l'échantillon, influence activement l'humeur de toute la société. Selon le système de surveillance Kribrum, 71% des utilisateurs des réseaux russes évaluent négativement le travail des autorités en termes de mesures prises en rapport avec les coronavirus. L'activité du gouvernement pour faire face aux conséquences de la crise est évaluée négativement par 60% des utilisateurs du réseau[3].

 

Ainsi, le coronavirus a exacerbé la crise de confiance entre les autorités et la société, tandis que l'"auto-isolement" n'a fait qu'aggraver l'atomisation. Il est nécessaire d'analyser et de trouver des mécanismes sociaux qui peuvent assurer la solidarité et l'unité entre les autorités et la société. Le scientifique russe Dmitri Mendeleïev a écrit : "Les dispersés nous détruiront d'un seul coup, notre force est dans l'unité, l'armée, une famille bienveillante, multipliant la croissance du peuple, mais dans la croissance naturelle de notre richesse intérieure et de notre tranquillité" [4]. Il est difficile de surestimer la pertinence de la pensée de Mendeleïev.

 

La crise de l'avenir

 

Malheureusement, aucune esquisse claire de l'avenir n'est présentée aujourd'hui. Les élites politiques ont fait preuve d'échec en agissant de manière réflexive, en étant à la traîne des événements et en n'étant pas capables d'élaborer un programme basé sur des intérêts nationaux stratégiques. De plus, dans un étrange silence, les documents stratégiques et politiques antérieurs, activement promus, ont été "rétractés".

 

Rappelons la "Stratégie 2020" élaborée à la fin des années "zéro", qui n'a jamais été mise en œuvre. Au lieu de la croissance prévue du PIB de 64-66%, la croissance pendant plus de 10 ans n'a été que de 5,8%, au lieu d'une augmentation des revenus réels de la population de 64-72%, on a constaté leur réduction de 5%, au lieu de réduire le taux de pauvreté de 13,14% à 6-7%, l'indicateur n'est tombé qu'à 12,7% à la fin de 2019[5]. L'analyse des raisons de l'échec de la mise en œuvre de cet important programme, ainsi que d'une partie des dispositions adoptées plus tard en 2012, n'a pas été effectuée. En tout cas, nous ne le savons pas et il n'a pas été communiqué au public, ce qui est un facteur supplémentaire de réduction de la confiance dans les autorités.

 

Ainsi, les élites se sont retirées de la "formulation de l'avenir". La responsabilité de la stratégie et de la décision rapide de sortir des crises a été transférée au président et - en partie - à la société, qui, selon eux, devrait faire preuve de raison, de compréhension et s'organiser d'une manière ou d'une autre de manière nécessaire. Le soutien expert de la politique se résume presque entièrement à la formulation des discours du chef de l'État en matière de relations publiques. La raison en est non seulement la facilité de fonctionnement, mais aussi l'absence d'un système de groupes de réflexion réellement influents, qui n'ont pas été pleinement établis dans la nouvelle Russie.

 

La crise de la fixation d'objectifs est de nature mondiale. La pandémie de coronavirus a mis en évidence la fragilité des priorités des valeurs humaines. Sigmund Bauman, éminent sociologue et philosophe de notre époque, notait déjà en 2017 : "Le rêve de l'homme occidental d'une "vie meilleure" a dissous son mariage avec l'avenir, qui s'est conclu au ciel. Et dans le processus de divorce, le rêve a également été transformé en marchandise, envoyé sur les marchés de consommation, vilain volé"[6].

 

Le coronavirus a révélé une crise aiguë de l'identité sociale et culturelle. L'incapacité des États à protéger leurs populations des problèmes mondiaux (tant anthropiques que naturels) avec les outils et les ressources disponibles a conduit à l'affaiblissement des politiques de mondialisation. L'émergence de la crise économique et sociale est logique, même si les formes sous lesquelles elle s'est produite n'étaient pas auparavant caractéristiques des systèmes politiques. Les points de départ ont été : l'état de crise de l'économie mondiale, l'impossibilité de maintenir davantage le système financier spéculatif du capitalisme dans les conditions précédentes sans changer le mécanisme et les proportions de retrait des ressources d'investissement ; la crise de la politique des alliances, des structures supranationales mondiales et régionales (ONU, OMS, OTAN, UE, ASEAN et autres), qui n'ont pas réussi à faire face au rôle de moteur de la mobilisation mondiale et à reformater le monde face à la menace.

 

Séparément, nous constatons la crise du modèle social, dont la "classe moyenne" était le pilier. Elle a cessé d'être un moteur de développement bien avant le déclenchement de la pandémie et il est peu probable qu'elle puisse être relancée à la fin de la crise du couronnement. Dès 2011, un ouvrage fondamental, National Strategic Narrative, publié aux États-Unis et signé par M. Y, déclarait : "Nous n'avons pas de réponse à la question fondamentale que posent de plus en plus de nos concitoyens. Où va notre pays, quelle est sa place dans le monde futur ? Quel est l'objectif ? Comment allons-nous y arriver ? Quelles sont les étoiles qui nous guideront ? Nos routes et nos ponts qui tombent reflètent une baisse de confiance en nous. Nos réformateurs de l'éducation semblent souvent désespérer que nous soyons un jour capables d'élever efficacement une nouvelle génération pour l'économie du 21e siècle. Notre système de santé est de plus en plus à la traîne par rapport aux autres pays développés"[7]. Déjà à l'époque, il était question de la combinaison de deux facteurs dans la crise mondiale : d'une part - l'effet de la synchronisation des tendances de la crise économique et politique et l'érosion totale des institutions mondiales systémiques, d'autre part - la formation d'un espace politique et économique hybride dans lequel les aspects politiques, économiques et socioculturels du développement deviennent inséparables[8].

 

Il y a donc une défaillance structurelle et de communication au niveau mondial. Sous la menace du coronavirus, les États ont été contraints de suspendre la production et de fermer les frontières. La politique économique basée sur les processus de mondialisation - le renforcement de l'interdépendance des économies nationales en raison de l'augmentation de la vitesse et du volume des biens et services, des technologies, des capitaux, ainsi que de la main-d'œuvre à travers les frontières des États - est hors jeu.

 

Crise des institutions

 

Il y a eu une rupture dans le retour d'information entre la société et les autorités, et les ascenseurs sociaux se sont arrêtés. note Tiberio Graziani, politologue et analyste italien de renom, président de l'Institut international pour l'analyse globale Vision & Tendances mondiales : "Je suis extrêmement attristé par la faible solidarité dont fait preuve l'Union européenne et par son retard dans la planification de l'aide aux pays membres tels que l'Italie et l'Espagne. La pandémie actuelle a révélé la fragilité des nations, du moins en Occident, leur subordination aux propriétaires de grandes infrastructures numériques supranationales et aux entreprises ...".

 

La faiblesse des institutions politiques traditionnelles - partis et mouvements sociaux - s'est manifestée tant à l'Ouest qu'en Russie. Où étaient les partis de la Russie Unie au CPRF et autres, où le DNF, les chambres publiques, le HRC et autres structures similaires devaient consolider et mobiliser la population pendant la crise du couronnement ? Ce travail a été confié au président, au pouvoir exécutif et aux médias, tandis que les institutions sociopolitiques se sont révélées être des outsiders.

 

Le système de démocratie, qui était fondé sur la responsabilité et la confiance mutuelles entre les autorités et la société, est partout tombé dans une crise profonde. Les gens n'avaient plus le sentiment d'avoir une quelconque influence sur les autorités. Ainsi, le système visant à assurer la loyauté de la société et du pouvoir a été détruit, qui reposait sur les principes de la communication persuasive visant à former une attitude de confiance envers le sujet (dans ce cas, la société).

 

La transition hâtive de la Russie vers la société de l'information, à la suite de l'Occident, ne fait qu'exacerber les risques. Nous vivons dans ce que les analystes appellent déjà "l'ère de la vérité après coup". Il y a une augmentation colossale du volume d'informations consommées, qui est de plus en plus difficile à comprendre pour une personne. Les gens ne perçoivent l'information qu'au niveau des gros titres, sans entrer dans les détails et l'essentiel. Selon la VTsIOM, un Russe sur deux seulement a déclaré être capable de distinguer la vérité du mensonge [9], et seuls 12 % croient en la véracité des fonctionnaires (selon le Centre Levada) [10].

 

Que devrions-nous faire pour garantir la confiance et - par conséquent - la loyauté ? Il est possible d'induire la loyauté en mettant en place des mécanismes de contrôle total. Il s'agit d'un système de domination, dans lequel chaque objet de la société - de l'individu aux associations sociales - est surveillé. Il s'agit d'un système éprouvé mais extrêmement coûteux et donc de courte durée. L'alternative est la création d'un système motivant de loyauté volontaire basé sur la confiance entre les autorités et la société, sur la base d'objectifs et de valeurs communs et de l'action de solidarité qui en résulte. Pour créer un système de motivation, il est nécessaire (rappelez-vous Mendeleïev[11]) de rechercher des points de cristallisation du tissu social et économique sur les nouvelles bases de la solidarité - dans la dimension territoriale, économique et sociale.

 

L'une des leçons de la crise du couronnement devrait être le nouveau développement spatial et territorial du pays, car, après tout, une répartition spatiale équilibrée de la population est un élément de la sécurité nationale. Nos espaces - la possibilité de se disperser, de s'éloigner profondément de la catastrophe à venir, de se regrouper et de venir avec une force nouvelle - est ce qui nous a sauvés pendant des siècles, nous sauvant encore aujourd'hui, à l'époque de la crise du couronnement.

 

La province et ses ressources sont l'épine dorsale du pays. Il est opportun de revoir la politique de développement du territoire - pour passer de la consolidation et de la concentration à une dispersion raisonnable, où la priorité est donnée aux écoles locales, aux jardins d'enfants, aux magasins, aux cliniques, aux PAP, aux petites entreprises, aux gymnases et aux cours de récréation, c'est-à-dire pour agir sur le mode de la garantie d'un niveau social élevé d'accessibilité des escaliers. On peut dire que c'est aussi la formation d'une sorte de "refuge social" en cas de crise.

 

L'absence de réflexion sociale et spatiale en politique entraîne la perte de population des territoires, la formation de friches sociales et la création de "ceintures d'aliénation" pour les villes satellites et les banlieues peuplées par des populants, souvent peints de façon ethnique. Aujourd'hui, dans deux mégalopoles de soutien, Moscou et Saint-Pétersbourg, un tiers du PIB russe est généré[12]. Mais toute construction est stable, lorsqu'il y a au moins trois supports. Le troisième devrait être les villes et les territoires de développement de Sibérie et d'Extrême-Orient, où de nombreux types de ressources et de potentiel industriel et scientifique sont déjà disponibles, mais où il existe un déficit de ressources humaines et de compétences de gestion, et où le principal problème et la principale menace est le dépeuplement.

 

Les sociologues notent qu'aujourd'hui, la grande ville est identifiée à une alternative politique à l'État. Il existe une image utopique du monde où les mégalopoles ont leurs propres ressources et leur propre pouvoir politique. Et les régions restent impuissantes, une inégalité émerge qui menace la sécurité nationale.

 

La crise de la vie "ennuyante", exacerbée par l'épidémie de coronavirus et l'auto-isolement de la population, a fait renaître ce qui semblait être une solution oubliée depuis longtemps. Le développement des agglomérations urbaines, qui sont étudiées dans les sciences sociales, implique une certaine structure de développement non seulement en termes de caractéristiques architecturales et d'ingénierie, mais aussi en termes de développement socio-économique du territoire. La morphologie du territoire devrait être basée sur la priorité du standard social d'accessibilité des marches, à savoir la présence de divers objets socialement significatifs (cliniques, hôpitaux, établissements d'enseignement, centres culturels), de zones résidentielles et autres, ainsi que d'éléments du paysage naturel du territoire.

 

Pour assurer la sécurité nationale, il est nécessaire d'avoir un modèle social et économique de type mobilisation intégré dans le système d'administration publique, qui fasse double emploi/assurant en cas de diverses crises hybrides comme les coronavirus ou les défaillances technogènes dans le futur. Pour commencer, il est possible d'introduire dans la circulation officielle un concept tel que la stabilité socio-informative de l'État et de ses territoires. Elle déterminerait la capacité des structures étatiques et sociales à maintenir leur capacité dans les conditions de cybermenaces, y compris celles associées aux campagnes d'information négatives, dont la cause peut être divers types de catastrophes, comme les épidémies.

 

Nous pouvons apprendre beaucoup de l'expérience du système soviétique (urbanisme, politique du logement, système de défense civile, etc. Les principes rationnels de la planification économique ont également déterminé l'organisation spatiale des établissements urbains.

 

Les idées de planification sociale et territoriale rationnelle à plusieurs niveaux doivent servir de base à la formation d'une image future compréhensible pour la société. La Russie est une civilisation de l'espace, de l'espace, c'est ainsi que se sont formées nos valeurs et notre façon de penser. La "surpopulation" et la concentration ne correspondent pas à la psychologie russe.

 

L'empire du pouvoir populaire

 

Il est nécessaire de nationaliser la croissance économique, ce qui est compliqué dans le contexte géoéconomique actuel par la domination du modèle libéral d'investissement financier. Il y a une demande claire de repenser la politique sociale et territoriale dans le sens d'un niveau de vie unique qui imprègne toutes ses composantes. Après l'épidémie de coronavirus, les arguments concernant la nécessité d'explorer les étendues au-delà de l'Oural (Sibérie et Extrême-Orient) sonnent d'une manière nouvelle.

 

Les fortes tensions internes associées à la conservation d'immenses espaces hétérogènes, la présence permanente de la Russie au cœur de la lutte géopolitique font de la tâche de consolidation de la société et du pouvoir, de la garantie de la sécurité nationale et du développement de l'État la plus importante et la plus décisive aujourd'hui. Une stabilité qualitativement plus forte de la structure sociale est nécessaire.

 

Le philosophe russe Vasily Rozanov a écrit : "Le seul vice de l'État russe est sa faiblesse. Un État faible n'est plus un État, mais n'existe tout simplement pas". Le modèle de la "Russie du futur" est un empire social basé sur le principe de l'"autocratie", non pas dans le sens de la restauration de la monarchie, mais dans le sens d'un véritable pouvoir du peuple, où nous - les Russes - sommes dirigés par un dirigeant fort lui-même. Cela soutient catégoriquement la demande de souveraineté, de conscience stratégique et de gestion globale de l'État qui accumule les facteurs de croissance interne et externe de la Russie. La mise en œuvre de ce modèle nécessite une nouvelle stratégie d'organisation sociopolitique et spatiale basée sur trois composantes : la sécurité, la préservation des personnes et l'efficacité territoriale et économique. La disposition constitutionnelle sur le pouvoir du peuple devrait être mise en œuvre par l'unité de la verticale du pouvoir d'un dirigeant national élu au niveau national et de l'horizontale du pouvoir résultant d'une autonomie locale efficace.

 

Le retour d'information est assuré par une réunion des meilleurs éléments du pays - leaders de l'opinion publique et militants de l'autonomie locale - initiée par le président de la Fédération de Russie : scientifiques et ingénieurs, agronomes et travailleurs, étudiants et enseignants, médecins et clergé, pouvoir et classe militaire, vétérans honorés et grands athlètes, héros de la Russie et simples travailleurs - représentants de tous les peuples du pays multinational. Cette assemblée a un caractère à la fois constitutif et institutionnel.

 

Construction d'un "empire social" fondé sur une tradition autocratique et un niveau élevé de qualité de vie sociale et territoriale, offrant à la population un accès égal à la médecine moderne gratuite, à l'éducation de base et à des infrastructures sûres en disponibilité progressive. La capacité de l'État, par le biais du retour d'information et du dialogue avec la société, à former un modèle de structure sociale attrayant garantit l'autosuffisance économique et technologique de la Russie. C'est la tâche la plus importante de la période actuelle de notre histoire. Après l'avoir résolue, la Russie deviendra une puissance qui établira un modèle social pour le monde.

 

[1] Données du rapport "Dominants. Domaine des opinions. Fondation "Opinion publique. 07.05.2020.

 

[2] Données du rapport "Approbation des institutions de pouvoir et de confiance dans les politiciens" du Centre analytique Yuri Levada.

 

[3] Données du rapport du JSC "Kribrum" du 07.05.20.

 

[4] D.I.Mendeleïev "Pensée des alliances". 1905.

 

[5] Pays des programmes non réalisés : pourquoi la Stratégie-2020 a-t-elle échoué ? / Komsomolskaya Pravda. 09.11.2019. Lien : https://www.kp.ru/daily/27053.7/4119288/.

 

[6] Bauman Z. Retropia. V.L. Silaeva ; sous la direction scientifique de O.A. Oberemko. MOSCOU : VTSIOM, 2019.

 

7] A National Strategic Narrative 2009. Lien : https://www.ncafp.org/national-strategic-narrative-vision-america-age-uncertainty/.

 

8] Evstafiev D.E., Il'nitskiy A.M. La crise mondiale comme "fusible" des transformations géoéconomiques : défis pour la Russie / Vie internationale, 2019.

 

[9] Les gens en chiffres. The Era of Post Truth / Rapport VTsIOM. 14.06.2019. Lien : https://wciom.ru/fileadmin/file/reports_conferences/2019/2019-06-25_psihologicheskaya_oborona.pdf.

 

[10] Plus de la moitié des Russes accusent les fonctionnaires de mentir sur la situation dans le pays /Vedomosti. 10.02.2019. Lien : https://www.vedomosti.ru/politics/articles/2019/02/10/793734-chinovnikov-lzhi.

 

[11] D.I. Mendeleïev "Testament Thoughts". 1905.

 

La majorité de la population vit dans les territoires de l'Ouest, et dans les territoires du Nord et de l'Extrême-Orient, il y a un exode stable de la population. Les statistiques parlent d'elles-mêmes : la principale bande de peuplement en Russie est de 3,8 millions de km² (35% de la superficie), où vivent 126 millions de personnes (85% de la population), les 13,3 millions de km² restants de la zone Nord (65% de la superficie) sont habités par 21 millions de personnes (15% de la population). Sur les 146,5 millions d'habitants que compte la Russie, 108,7 millions sont des citadins (74 %) et 37,9 millions sont des ruraux (26 %). 33 millions de personnes (23 % de la population) vivent dans les 15 plus grandes villes de Russie, dont 17,6 millions (12 %) à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

"La Russie du futur est un empire social..." (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)
Lire la suite

Andrei Fursov : diapositives en chinois (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)

28 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Andrei Fursov : diapositives en chinois (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)

Andrei Fursov : diapositives en chinois

28 mai 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19356

 

 

Une défaillance temporaire

 

Lorsque nous examinons les problèmes chinois dans le contexte de l'histoire mondiale, nous pouvons voir trois dates : 1970, 2020 et 1820.

 

En 1970, la Chine, ayant survécu au "grand saut" et à la "révolution culturelle", se trouvait dans un état dont personne ne pouvait supposer qu'en 2020, ce pays deviendrait la deuxième économie du monde et pourrait même, selon certains paramètres, concurrencer les États-Unis. Toutefois, si nous allons plus loin dans l'histoire et que nous nous reportons à 1820, nous constaterons qu'à cette époque, le produit brut chinois était deux fois plus élevé que le produit de l'Europe occidentale. Bien sûr, la première puissance européenne, la Grande-Bretagne, était la plus avancée techniquement à cette époque, et la Chine restait un pays agraire, mais en termes de production brute, le rapport était exactement le même.

 

Il convient de rappeler que pendant deux mille ans, la Chine a été l'un des pays les plus développés économiquement au monde. Nous sommes habitués à regarder l'histoire, y compris les XV-XVIIIe siècles, à travers le prisme de la période chronologique des années 1850-1980 (plus ou moins) - l'époque où l'Occident régnait sur la plus grande partie du monde. Mais que sont ces 100-150 ans par rapport à deux ou même trois millénaires ? En un sens, l'histoire se répète : c'est comme si le monde et la Chine 2020 remontaient à 1820. Le temps nous dira dans quelle mesure ils reviendront, si ce processus s'arrêtera ou si sa spirale continuera à tourner.

 

Depuis les années 1820, la pression britannique sur la Chine s'est considérablement accrue - les Britanniques ont dégagé un site pour l'importation d'opium en Chine, un commerce lucratif qu'ils ont lancé depuis la fin du 18e siècle. À la suite de deux "guerres de l'opium" et de la rébellion de Taiping qui a affaibli la Chine de Qing, les Britanniques ont pu établir leur contrôle dans les soi-disant "ports de traité", ce qui a considérablement restreint la souveraineté de la Chine. Dans le même temps, les problèmes économiques de la Chine s'aggravaient. En conséquence, à la fin du XIXe siècle, la Chine était devenue ce que les économistes et les historiens appellent "un pays sous-développé". En 1980, les États-Unis ont même organisé un séminaire international sur la façon dont il s'est avéré que le pays le plus développé du XIVe siècle, la Chine, était arrivé à la fin du XIXe siècle à un état de sous-développement. Faible développement - par rapport à l'Occident industriel, l'inclusion dans son orbite n'a pas conduit la Chine à des changements sociaux et économiques qualitatifs.

 

L'intégration des zones côtières, principalement dans le sud du pays, n'a pas conduit à l'émergence de la bourgeoisie industrielle, mais au renforcement du capital commercial traditionnel et à l'émergence des groupes de Compradores, étroitement liés principalement au Royaume-Uni. En même temps, le modèle "Shanghai" ne s'est pas étendu à toute la Chine, contrairement à ce qui s'est passé avec le modèle Bombay-Madrassah en Inde. La nature de l'inclusion de la Chine dans l'économie et la politique mondiales est fondamentalement différente de celle du Japon, d'une part. La taille de la Chine et sa masse démographique d'autre part. Et du troisième - la confiance des Chinois dans leur supériorité socioculturelle sur l'Occident, et même lors des plus dures défaites des "diables rouges" (même dans l'agonie de l'auto-identification de la Chine - "être chinois" - n'a jamais été remise en question). Tout cela a empêché la Chine de devenir une colonie. Dans le même temps, l'intégration dans le système mondial ne pouvait que déformer le développement naturel du pays.

 

Le tournant dans l'histoire de la Chine moderne a été ce que j'appelle les "longues années cinquante du XIXe siècle" - 1848-1867/73. Elles ont commencé avec la crise mondiale (1848) et la publication en Extrême-Orient d'Eurasie du "Manifeste du parti communiste" de Marx et Engels (1848), et se sont terminées avec la restauration de Meiji au Japon (en Extrême-Orient d'Eurasie, 1867), la publication du volume I de "Capital" (1867) et le début en 1873 de la récession économique (1873-1896).

 

C'est dans les "longues années cinquante" que le système mondial de l'Europe occidentale (Atlantique Nord) est devenu un système mondial. C'est très important : il peut y avoir plusieurs systèmes mondiaux dans le monde, le système capitaliste mondial n'en est qu'un, et par définition, il ne peut pas et ne veut pas tolérer d'autres systèmes mondiaux en son sein ou à proximité. Au milieu du XIXe siècle, il y avait deux autres systèmes mondiaux en plus de l'Atlantique Nord, bien que sous une forme affaiblie : le russe et le chinois. Ce n'est pas un hasard si l'Occident anglo-français, en tant que noyau du système mondial, a déclenché presque simultanément une guerre contre la Russie (Crimée, 1853-1856) et la Chine (deuxième "opium", 1856-1860). Les Britanniques et leurs adhérents - les Français - n'ont pas réussi à atteindre leurs objectifs à long terme : la Russie ne pouvait être ni vaincue ni complètement chassée de l'Europe centrale et méridionale, d'autant plus qu'après une décennie et demie, nous avons rendu certaines des choses perdues ; la Chine ne pouvait être transformée en colonie. Cependant, la Russie et la Chine ont toutes deux cessé d'être des systèmes mondiaux et ont commencé à se transformer économiquement en semi-périphérie et périphérie du système capitaliste mondial, au moins partiellement : toutes les régions de la Russie et encore plus de la Chine n'étaient pas incluses dans le cercle économique mondial.

 

Ce qui s'est passé en Chine pendant cent ans sans un an, entre 1850 (début du soulèvement de Taipei, début du Luan) et 1949 (la victoire des communistes et l'unification du pays sous leur pouvoir centralisé - l'établissement de l'ordre, "zhi") a été une période typique de déclin dynastique dans l'histoire chinoise. Elle peut être comparée, par exemple, à l'ère des trois royaumes après la chute des Han plus jeunes (plus tard), lorsque Cao Cao n'a pas réussi à devenir le nouveau Qin Shi Huang, ou à l'ère des cinq dynasties et des dix royaumes entre l'époque des Tang et celle des Sung. Bien sûr, l'ère moderne, la seconde moitié du XIXe - début du XXe siècle a donné à l'interrègne dynastique en Chine de nouvelles caractéristiques, le compliquant fortement par rapport à d'autres "époques équivalentes", mais en général l'essence de l'échec temporaire de la Chine dans le "puits de l'histoire" n'en change pas, ainsi que son caractère temporaire.

 

Après des expériences radicales de gauche, qui ont parfois abouti à l'extrémisme et à la guerre civile ("grand saut", "révolution culturelle"), la Chine s'est trouvée dans une position extrêmement difficile à la fin des années 60 et au début des années 70. La solution aux problèmes de la Chine est venue du niveau mondial - des États-Unis en tant que "centre nucléaire" du système capitaliste mondial, qui, à la fin des années 60, avait perdu la course économique au profit de l'Union soviétique - non pas l'URSS a gagné, mais les États-Unis ont perdu.

 

Depuis 1968, comme l'a écrit A. Salomatin dans son intéressant article "The Third Dollar Default, or The Last Titanic Ticket" : "Les États-Unis, en tant que complexe économique unique, ont cessé d'être une entreprise rentable et autofinancée. [...] En fait, cela signifie ceci : Les États-Unis ont perdu la concurrence économique de l'URSS en 1968. Le peuple soviétique s'est avéré plus talentueux et plus travailleur que le peuple américain. Mais la direction soviétique de l'époque n'avait plus de brillant comptable, qui était entre autres Staline. Les dirigeants soviétiques n'ont tout simplement pas compris ce simple fait", - conclut A. Salomatine. Mais les dirigeants chinois ont tout compris et ont tendu la main aux Américains en se proposant comme "atelier". L'accord n'a pas eu lieu d'un seul coup ; il a fallu deux provocations chinoises démontrant certaines intentions : le conflit de Damas (1969) et la guerre avec le Vietnam (1979), ce qui est étrange, si l'on ne tient pas compte de l'effet extérieur. Cette guerre a convaincu les Américains et a lancé les réformes dites "Deng Xiaoping" qui ont entraîné la Chine sur la voie quasi-capitaliste. La Chine a commencé à travailler activement sur le marché américain et mondial, dès les années 1990, en le remplissant de marchandises bon marché et de mauvaise qualité, pour dire les choses simplement - de la camelote, mais la camelote était en demande, et à tel point que, selon A. Salomatin, en 2006, l'économie américaine travaillait pour la monnaie américaine fraîchement imprimée près de 300 millions de Chinois. En outre, comme la source du développement des États-Unis est constituée par les dettes contractées depuis 1968, le fait même que la Chine "détienne" ces dettes sous forme de titres aide également les États-Unis à ne pas sombrer.

 

Outre la ligne américaine pour l'intégration de la Chine dans l'économie mondiale, il y avait aussi la ligne britannique qui, au XXe siècle, a commencé un peu plus tôt que la ligne américaine, mais qui reposait sur les liens solides, datant de près de deux siècles, d'un certain nombre de familles britanniques avec les élites du sud de la Chine, dont de nombreux représentants de la nomenclature communiste.

 

Ce qui est arrivé à la Chine au cours des 30 dernières années est appelé un "miracle chinois". En effet, selon certaines normes, c'est un miracle, même si nous oublions le prix social et environnemental payé pour cela, d'une part, et la situation dans laquelle la Chine se trouve aujourd'hui, d'autre part. Cependant, lorsque les succès chinois des trente dernières années sont célébrés comme étant sans précédent dans l'histoire, il est logique de les comparer au "miracle soviétique" des années 1930 et surtout des années 1950. Tout d'abord, l'URSS était une société de haute technologie développée, dont les paramètres et les niveaux d'alors ne peuvent même pas être comparés à ceux de la Chine d'aujourd'hui, d'autant plus que les Chinois sont passés maîtres dans l'art de présenter et de vendre des vitrines, surtout - urbaines, mais il reste un village chinois et 75% du territoire de la Chine, impropres à l'agriculture pour des raisons environnementales. Et c'est aussi le résultat de la voie capitaliste. Deuxièmement, l'Union soviétique a agi non seulement comme un pays, mais comme une alternative au capitalisme du système mondial - l'anticapitalisme systémique, et dès qu'elle a commencé à s'intégrer réellement dans le système de plafonnement, elle s'est engagée sur la voie de la "mort différée".

 

La Chine, malgré tous ses succès dans un certain nombre de domaines, n'est pas un leader mondial en matière de haute technologie. En général, c'est un "rez-de-chaussée", un atelier industriel de l'économie mondiale, qui n'est pas du tout contrôlé par les Chinois. La Chine n'est pas une option de développement alternative au capitalisme, elle y est ancrée, et son objectif n'est donc que d'étendre sa zone de contrôle et d'attendre l'affaiblissement maximal des États-Unis, qu'elle ne pourra pas remplacer en tant que nouvel hégémon mondial. Et pas seulement parce qu'il n'y aura pas d'hégémonie unique dans le monde post-capitaliste des macro-régions. Le problème est aussi que le pays hégémonique est toujours un innovateur, et que les Chinois ne possèdent pas cette qualité dans l'échelle "hégémonique", ils sont des emprunteurs et des imitateurs de talent.

 

Quelqu'un va en vouloir : comment ?! Et la poudre à canon, la boussole, le papier et la monnaie de papier - tout cela n'a-t-il pas été inventé en Chine ? La réponse à cette question est simple : ils peuvent inventer n'importe où et n'importe quoi, mais il y a invention et il y a innovation. Pour qu'une invention devienne une innovation, il faut des conditions favorables : sociales et systémiques, culturelles, psychologiques. Les Romains anciens savaient ce que les mécanismes de type machine étaient, mais ils les utilisaient pendant les vacances, pour se divertir - l'introduction de telles techniques dans la production pourrait détruire la base du système antique d'esclavage. Les brillants inventeurs russes du XVIIIe siècle ont anticipé certaines des inventions britanniques, mais leurs travaux n'étaient pas nécessaires au système de serf, et l'environnement psychologiquement cosmique ne pouvait pas évaluer les capacités techniques. Dans la seconde moitié des années 1960, la nomenklatura soviétique, sur la base de ses intérêts de skin-groupe et de quasi-groupe, a bloqué la transformation de l'anticapitalisme en post-capitalisme, c'est-à-dire en ce qui, dans le langage de l'idéologie officielle, était appelé "communisme".

 

Ainsi, premièrement, il ne faut pas confondre les inventions et les innovations ; deuxièmement, il ne faut pas confondre les emprunteurs/imitateurs (bien que talentueux) et les véritables innovateurs. La Chine a emprunté, et là où elle le pouvait, elle a volé des technologies. Une autre chose est qu'elle a tourné ces technologies à son avantage, y compris en concurrence avec certains segments de l'Occident.

 

Utiliser les crises.

 

La période charnière entre 1970 et 2020, au cours de laquelle la Chine a connu son essor, est marquée par un certain nombre de changements importants. Je n'en citerai que quelques-unes, à mon avis, les principales.

 

Premièrement, il s'agit d'une crise croissante du système capitaliste. En fait, la mondialisation est l'expression de cette crise. Depuis le milieu des années 1970, les dirigeants occidentaux ont commencé à démanteler le système capitaliste, qui est maintenant sous une forme non divulguée. Si Klaus Schwab, l'organisateur du Forum de Davos, a ouvertement déclaré en 2012 que le capitalisme ne correspond pas au monde actuel, cela signifie que la "bouillie" du démantèlement du capitalisme couvait sérieusement, et la double épidémie - le coronavirus et l'épidémie mentale qui lui est associée - est une arme puissante du plus haut niveau mondial pour démanteler les fondements juridiques, politiques et socioculturels du capitalisme ; je ne parle plus de l'économie.

 

Le deuxième point est la crise structurelle de l'anticapitalisme systémique de l'URSS, qui a été transformée par des forces internes et externes en une crise systémique, en destruction de notre pays et en pillage par l'Occident des anciens pays du camp socialiste. Cela a permis à l'Occident de repousser sa propre crise jusqu'en 2008. Au milieu des années 60, dans le langage de la fiction soviétique, l'Union soviétique était en retard pour la demi-journée du monde du XXIIe siècle, décrite par Strugatsky, et est plutôt arrivée sur la planète Tormanes du roman d'Efremov "L'heure du taureau". C'est une société oligarchique, "fleur pourrie" ou "hauteur béante" dont nous observons de nos propres yeux.

 

Le troisième moment est la courte vie heureuse de l'Union européenne. L'UE s'est relevée immédiatement après la destruction de l'URSS (ce n'est bien sûr pas une coïncidence), mais a vécu heureuse pendant une courte période - environ un quart de siècle. Aujourd'hui, si elle ne respire pas d'encens, elle connaît au moins de très graves problèmes. L'UE de jure a des chances de survivre, mais de facto, elle est déjà à bien des égards une illusion, une porte peinte sur la toile.

 

Le quatrième point est la montée de l'islamisme et la reconstruction musulmane en Europe comme une crise migratoire. Il faut dire que les Anglo-Saxons y travaillent depuis très longtemps et que l'idée a été largement couronnée de succès. Toutefois, ce succès risque de se retourner contre eux. Dès les années 1930, les services de renseignement britanniques ont commencé à créer des structures comme les Frères musulmans (une organisation terroriste interdite en Russie - NDLR). Et en Afghanistan, les Américains ont fait un pas qui - ici je suis d'accord avec l'écrivain A. Afanasiev - est un tournant et non moins important que la révolution de l'ayatollah Khomeini en Iran. Le fait est qu'avant les événements d'Afghanistan, la confrontation entre l'Union soviétique et les États-Unis dans le Tiers-Monde se développait de la manière suivante : nous avions notre propre projet moderne, anticapitaliste ou, plus précisément, non capitaliste, et l'Occident avait son propre projet capitaliste. Il y avait donc deux projets Moderna en compétition. Cependant, en Afghanistan, les Américains ont misé sur les islamistes - sur l'antimoderne, lançant un processus de confrontation complètement différent avec l'Union soviétique, suivant la ligne de la Futuroarchie et de l'antiprogrès.

 

À cet égard, l'islamisme est un produit de double origine. D'une part, elle a pris forme dans le monde musulman, d'autre part, elle est le fruit des services spéciaux de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Maintenant, ils en assouplissent les conséquences sur l'ensemble du programme - il s'avère, comme dans la traduction de Pasternak de "Hamlet" : "Allez, acier empoisonné, à votre destination." La voilà.

 

Enfin, cinquième facteur (mais non des moindres), la montée réelle de la Chine, qui a coïncidé avec la destruction de l'URSS et la dégradation de la Russie. Ces événements sont-ils liés ? Oui - à la fois à l'extérieur et en fait ! Plus l'URSS s'affaiblissait, plus la Chine devenait forte.

 

En mai 1989, les dirigeants chinois n'ont pas laissé le pays tomber dans le chaos : le "chji" a vaincu le "luan" potentiel. Les représentations sur la place Tienanmen ont été supprimées. Oui, avec du sang, mais si elles n'avaient pas été supprimées, la guerre civile qui aurait pu éclater en Chine aurait fait beaucoup plus de victimes. En 1989, la Chine a échappé à de graves problèmes. Mais l'URSS ne l'a pas fait. En décembre 1989, l'équipe des "méchants", Gorbatchev et K°, a rendu le camp social et le pays. Elle a été réalisée en deux coups et en trois jours. Comment ne pas se souvenir de Rozanovsky en février 1917 : la Russie est partie en deux jours, tout au plus en trois jours. La même chose est arrivée à l'URSS les trois jours d'août 1991. Mais encore plus tôt, les trois premiers jours de décembre 1989, le camp social a été remis, et avec lui l'URSS. Tout d'abord, le 1er décembre 1989, Gorbatchev a rencontré le célèbre Jean-Paul II, soviéto- et russophobe, qui personnifiait les élites d'Europe occidentale continentale, puis le 23 décembre à Malte, "Gorby" a accompli le deuxième acte de capitulation - devant les Anglo-Saxons.

 

Deux pays, l'URSS et la Chine, ont des processus différents. Dans les années 60 et 70, l'URSS se renforçait et la Chine s'affaiblissait, dans les années 80, la Chine se renforçait et dans l'équipe de l'Union soviétique, plus précisément celle qui a choisi Gorbatchev, Chevardnadze et d'autres shpana comme bouclier, a progressivement affaibli le pays, détruit son économie, son ordre social et politique.

 

La Chine était-elle intéressée par l'affaiblissement et la désintégration de l'URSS ? Absolument. Mais la Chine était-elle intéressée par l'effondrement de la Russie ? À mon avis, non. Les forces internationales qui ont soulevé la Chine étaient-elles intéressées par l'affaiblissement et la destruction de l'URSS ? Oui, mais voulaient-ils détruire la Fédération de Russie en 1991 ? Enfin, pas tous. Je pense qu'ils l'ont regretté en Occident, mais à l'époque, le facteur Chine et la présence d'armes nucléaires en Russie fonctionnaient.

 

Quel genre de forces la Chine a-t-elle fait naître, dont on peut lire les traces sur le sable historique ?

 

Les Américains ont déjà été mentionnés. Cependant, l'empreinte britannique n'est pas moins, et très probablement plus importante. Elle est la marque des États britanniques et des structures supranationales fermées d'harmonisation et de gouvernance mondiales, du moins la partie d'entre elles qui est dirigée par Albion. En 1956, avec la crise de Suez, l'URSS et les États-Unis ont porté un coup décisif à l'empire colonial britannique dans son ancienne forme. Après le "retrait" de l'Inde, cet empire s'affaiblissait déjà rapidement, après Suez il est tombé en morceaux.

 

Le sommet britannique, expérimenté et sophistiqué dans ce que A.E. Vandam (Edrihin) appelait "l'art de se battre pour la vie", devait soit accepter et regarder passivement l'extinction de ce qui allait clairement devenir une "poignée de cendres" (Evelyn Waugh), soit essayer de recréer l'empire sur une nouvelle base - financière. Le seul pays auquel les Britanniques pouvaient faire un effort pour construire un empire invisible était la Chine, dont ils ont commencé à développer la partie sud dès la fin du XVIIIe siècle ; d'autant plus que le commerce de l'opium a enrichi non seulement les Britanniques, y compris la couronne, non seulement cette partie du sommet américain, que l'on appelle les "Boston Bramins", mais aussi une certaine partie du commerce et des clans officiels de la Chine du Sud. Et ces liens se sont étendus du début du XIXe siècle au début du XXIe siècle.

 

Dans la première moitié des années 1960, des deux côtés, les Britanniques et les Chinois, avec l'aide de mandataires individuels par le biais des canaux familiaux et claniques, ainsi que les lignes de structures fermées, des services secrets et criminels à travers Singapour et Hong Kong ont été "construits des ponts" et le projet de construction de l'invisible Empire britannique 2.0. a commencé à se réaliser. Cependant, tant que l'URSS existait, ni l'empire invisible (même s'il avait une agence secrète dans "l'establishment" soviétique), ni la Chine (même après sa connexion industrielle avec l'économie américaine) ne pouvaient tourner le dos de plein fouet. C'est pourquoi, à mon avis, ce sont la Grande-Bretagne et la Chine (ainsi qu'Israël) qui ont été les principales parties intéressées non seulement par l'affaiblissement, mais aussi par la destruction de l'Union soviétique. Les États-Unis et l'Allemagne étaient en deuxième position. Ce n'est pas une coïncidence si la destruction de l'URSS a coïncidé avec (en fait, ce sont les différentes faces d'un même ensemble) la prospérité des États-Unis sous Clinton, la croissance de l'empire financier britannique, le bond chinois, le véritable démarrage de l'Union européenne avec le renforcement marqué du rôle et de l'importance de l'Allemagne en Europe (l'Allemagne a réalisé une grande partie de ce que Hitler voulait réaliser par des moyens militaires et politiques).

 

D'ailleurs, l'Allemagne avait aussi une partie intéressée par la destruction de l'URSS, surtout après que Gorbatchev eut abandonné la RDA et Honecker, et quand rien ne dépendait de l'URSS. Maintenant, vous pouvez penser à la vengeance.

 

Le segment en question était étroitement lié au Quatrième Reich en tant que composante de l'Internationale nazie. Le thème de l'Internationale nazie, pour diverses raisons, est mal compris, bien que les traces de cette structure soient lisibles, ses représentants "batifolaient" activement principalement dans deux régions : en Amérique latine et au Moyen-Orient. Le conseiller de Nasser, par exemple, était un grade SS important. Nazintern a beaucoup fait pour exacerber les relations entre les États-Unis et l'Union soviétique à la fin des années 1950, son peuple se souvient toujours de la vengeance. Ayant contribué à l'Anschluße ouest-allemande de la RDA, les "méchants" ont créé des conditions objectives pour sa mise en œuvre - pour rien, "Herr Gorbachev" a-t-il été le "meilleur Allemand du XXe siècle" et a-t-il reçu son "panier de biscuits et un pot de confiture" comme l'équivalent de 30 pièces d'argent ?

 

Dans les années 1970 et 1980, la Chine, entre autres, a "sauté" lors de la confrontation entre l'URSS et les États-Unis. Dans l'histoire, c'est un classique : Sparte s'est élevée dans la confrontation entre Athènes et le pouvoir perse, la France au XIVe siècle, s'est accrue en raison de la rivalité entre les empereurs et les papes, et elle s'est terminée, comme on le sait, par le fait que les papes sont allés à Avignon pendant 70 ans - il y a eu la fameuse captivité des papes par les rois français, donc du côté inattendu est venue la rétribution pour le pauvre Gogenstaufen. De même, l'Allemagne s'est retirée au XIXe siècle, tandis que les Britanniques portaient une attention suspecte à la France, de sorte qu'en aucun cas elle ne s'est relevée. Il est arrivé à peu près la même chose à la Chine : pendant la rivalité soviéto-américaine, elle a obtenu "de l'espace pour respirer".

 

Marxisme persistant.

 

Au cours des 2025 dernières années, nous n'avons cessé de parler de "la leçon chinoise pour la Russie", du fait que si la défunte Union soviétique puis la Fédération de Russie avaient suivi la voie de la Chine de Deng Xiaoping, si nous avions notre propre Deng Xiaoping, alors tout irait bien.

 

Mais il ne s'agit pas d'individus, mais de forces sociales qui choisissent une certaine voie. Ni Andropov ni Gorbatchev n'ont décidé où l'URSS irait. Le premier a été le chef de file du groupe de la nomenclature tchékiste, formé dans les années 1940-50 et 1960-70, qui a naïvement misé sur l'intégration au monde occidental. Le second, ainsi que Shevardnadze, n'étaient qu'un pion dans le jeu de quelqu'un d'autre. C'est-à-dire que l'énoncé même de la question "si Gorbatchev était Deng Xiaoping" est initialement erroné. Il ne pouvait pas être Deng Xiaoping en aucune façon - ce n'est pas pour cela qu'ils l'ont dit, je ne parle pas de caractéristiques personnelles. Au milieu des années 1970, l'Union soviétique avait formé un groupe pragmatique qui cherchait à changer l'ordre social, à transformer le pouvoir en propriété. Ce groupe avait besoin d'une "brigade de choc", où l'on sélectionnait des gens qui n'étaient pas loin, corrompus, vaniteux et, surtout, facilement gérables. C'est alors qu'ils ont choisi toute l'équipe. Tout d'abord, les plus âgés - de tous ces shevardnadze à bosse et autres, et plus tard - le public plus jeune, c'est-à-dire les étudiants du MIPSA (Institut international pour l'analyse des systèmes appliqués) - tous des "héros" connus de l'époque post-perestroïka. C'est un côté de l'affaire, il y en a un autre.

 

Comme on dit, "Grand-père ne pouvait pas devenir grand-mère" aussi parce que personne à l'Ouest ne permettrait à l'Union soviétique, une société industrielle très développée - tout comme la RDA - de s'intégrer dans l'économie mondiale dans l'état de développement élevé dans lequel se trouvaient ces pays à la fin des années 80. Personne n'a besoin de concurrents. Il était dans l'intérêt du capital occidental de détruire d'abord l'Union soviétique et de la désindustrialiser ensuite, ce qui a été fait dans les années 1990. Avec la RDA, les Allemands de l'Ouest ont bouclé la boucle - c'est pourquoi aujourd'hui, à l'Ouest même, ils appellent de plus en plus souvent la soi-disant "réunification des deux États allemands" - le mythe de la pierre angulaire de l'Union européenne. En deux ou trois ans, ils ont barbarement éliminé l'économie d'un pays qui figurait parmi les dix premiers pays les plus développés du monde. Ce n'est qu'en détruisant l'économie socialiste très développée de leurs concurrents qu'ils pouvaient "rejoindre" le système capitaliste, et que leurs dirigeants pouvaient être "enrôlés dans la bourgeoisie". En fait, la destruction de l'industrie russe a été le prix à payer pour "l'enrôlement dans la bourgeoisie" en tant que segment de base de six membres de la matière première. Il ne faut pas croire les stupides contes de fées selon lesquels, dans les années 1980, l'URSS était économiquement à bout de souffle. C'est un mythe inventé par la "perestroïka" et la "post-perestroïka". Certains - pour justifier la destruction de l'URSS, d'autres - pour justifier le pillage et l'incapacité à faire quoi que ce soit de bien. Mais l'Occident pourrait facilement laisser la Chine s'intégrer, car à l'époque, la Chine ne représentait pas une menace économique, son économie devait être soulevée plutôt qu'écrasée, ce qui s'est fait sur la base d'une surexploitation des travailleurs chinois, qui sont maintenant poussés dans l'impasse numérique du système de "notation/prêt social".

 

Autre question souvent débattue : la Chine est-elle une menace pour la Russie ? Il y a deux points de vue extrêmes. Un : la Chine est l'ennemi, il faut en avoir peur. Deuxièmement : la Chine est une amie, nous sommes frères pour toujours. En fait, il ne peut pas y avoir d'amis dans la vraie politique. Il n'y a que des alliés et des intérêts. La Chine est, bien sûr, l'allié tactique de la Russie dans la situation dans laquelle elle se trouve en ce moment. En principe, tout grand pays constitue une menace, d'autant plus lorsqu'il est surpeuplé, avec un excès de population masculine, qu'il connaît des problèmes économiques et qu'il est limitrophe de la Russie. Il est donc nécessaire d'agir selon le principe invariablement sage : "notre train blindé est sur la voie de réserve". Et, bien sûr, il est nécessaire d'étudier le monde moderne de manière exhaustive : premièrement, nous-mêmes ; deuxièmement, nos ennemis ; troisièmement, nos voisins.

 

Le paradoxe est que nous entrons dans une période de crise terminale du capitalisme, n'ayant pas de science vraiment adéquate à son sujet, ni la Russie, ni l'Ouest, ni l'Est, ni le monde dans son ensemble! Pire encore, nous nous trouvons dans un sens méthodologique, sinon dans un désert, du moins dans un semi-désert. En 1991, en Russie, le marxisme a été jeté à la poubelle, et avec le marxisme, la théorie en général a été jetée ! Comme vous le savez, Staline a dit un jour "Sans théorie, la mort, la mort, la mort..."

 

Une autre chose est qu'en Union soviétique, depuis le milieu des années 1950, la théorie sociale s'est très peu développée, de façon sporadique. Il n'y a eu qu'une idéologie qui s'est progressivement effritée, ce qui a bloqué le développement réel de la théorie ; cette situation a suscité l'intérêt de nombreuses personnes pour la sociologie occidentale, et souvent sans esprit critique et pas les meilleurs échantillons. Après 1991, la Fédération de Russie a été inondée par un flot boueux de théories et de concepts occidentaux de second ordre, dont beaucoup ont été transformés en recyclage depuis longtemps en Occident (un exemple classique - un schéma appelé "totalitarisme"). Autour et sur la base de ce matériau de recyclage et des subventions occidentales pour son développement, tout un groupe de sciences sociales du Comprador s'est formé, qui travaille souvent dans le plan conceptuel dans l'intérêt d'autres personnes, c'est-à-dire dans le plan anti-russe. Alors qu'à l'Ouest, par exemple, le nombre d'ouvrages sur Marx augmente et que le marxisme y est enseigné dans des établissements d'enseignement d'élite, en Russie, il est abandonné (c'est logique : pourquoi un pays dépendant aurait-il besoin d'une arme intellectuelle puissante, le laisser se nourrir de restes comme les haïkas poppers, etc.)

 

Pour comprendre le monde moderne et répondre à ses défis, il est nécessaire de développer une nouvelle théorie et des connaissances fondamentalement nouvelles. Dans l'après-Ouest (avec son attention sur Marx), ce problème plane également de plus en plus, mais même les services spéciaux ont commencé à s'interroger sur cette question. Par exemple, les principaux services de renseignement des pays anglo-saxons, ainsi que plusieurs facultés d'histoire des principales universités de Grande-Bretagne, ont commencé à former des historiens dans des spécialités fondamentalement nouvelles, qui ne sont traditionnellement pas formées : historien des systèmes et historien d'investigation. Comme les services spéciaux ont directement pris en charge ce processus, cela signifie que l'après-Ouest est vraiment chaud.

 

Nous sommes encore en train de réécrire (commenter) des théories économiques, politiques et sociologiques occidentales de second ordre et de continuer à détruire notre propre enseignement supérieur ; la science fondamentale des sciences sociales a déjà été détruite. Il s'avère que ce "pique-nique sur le bord de la route" avec la perspective évidente de se transformer en "pique-nique sur la benne", en jeux sur le "champ des miracles" dans le Pays des Fous.

 

Pour l'éviter, nous avons besoin d'une nouvelle science sur la société. Ce n'est certainement pas une condition suffisante pour aller de l'avant, mais c'est nécessaire. Une condition suffisante est la volonté du pouvoir, qui ne vous permet pas de vous asseoir en défense et de vous justifier éternellement, mais vous fait marcher dessus ! Nous avons besoin d'une image réelle du monde, car c'est l'arme la plus puissante dans une guerre psychohistorique. Et en développant une telle image du monde, l'une des tâches les plus importantes est certainement d'explorer la Chine en tant que système, sa place dans le monde.

 

 

Andrey Fursov

http://andreyfursov.ru

Fursov Andrey Ilyich (né en 1951) - historien, sociologue et publiciste russe bien connu. À l'Institut du conservatisme dynamique, il dirige le Centre de méthodologie et d'information. Directeur du Centre d'études russes de l'Institut d'études fondamentales et appliquées de l'Université des sciences humaines de Moscou. Il est membre de l'Académie internationale des sciences (Innsbruck, Autriche). Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Andrei Fursov : diapositives en chinois (Club d'Izborsk, 28 mai 2020)
Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Il n'y aura pas de miracle. (Club d'Izborsk, 27 mai 2020)

28 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Vladimir Ovchinsky : Il n'y aura pas de miracle.

27 mai 2020.

 

 

https://izborsk-club.ru/19353

 

 

Le 24 mai 2020, The National Interest (USA) a publié un article conceptuel de James J. Carafano (directeur du Center for Foreign Policy Studies, expert du Département d'État américain et du Congrès en matière de sécurité nationale) et Kurt Volker (ancien représentant permanent des États-Unis auprès de l'OTAN, ancien représentant spécial du Département d'État américain pour l'Ukraine, 2017-2019) intitulé "Creating a Post-Pandemic World".

 

 

"La pandémie de coronavirus", écrivent les auteurs, "a ouvert la voie aux plus grands changements dans l'ordre mondial depuis la Seconde Guerre mondiale. La Chine, la Russie, l'Iran et d'autres opposants à l'Amérique se préparent à tirer profit de la situation post-pandémique et peuvent obtenir des avantages significatifs à cet égard.

 

Commentaire : Que font les auteurs ? Ils classent a priori la Chine et la Russie (en laissant de côté l'Iran) comme des opposants directs aux États-Unis et à l'Occident dans son ensemble. En fait, ils "prennent immédiatement le taureau par les cornes" avec leur terminologie militaire. Sur cette base, nous devrions examiner l'ensemble du texte qui suit.

 

"Les États-Unis ne peuvent pas se permettre de fermer les yeux sur cette réalité et de concentrer leur attention uniquement sur le retour à la normale et la stimulation de la reprise intérieure.

 

Commentaire : Les auteurs proposent de suivre la voie de la confrontation sur la scène mondiale, mais disposent-ils de suffisamment de forces intérieures pour cela ? Le 20 mai 2020, le Bureau du budget du Congrès américain a déclaré que l'économie américaine ne sera pas en mesure de rattraper son retard, même d'ici la fin de 2021, bien qu'elle commence à se redresser au cours du second semestre de 2020.

 

"Washington doit diriger les efforts internationaux des démocraties partageant les mêmes idées, y compris des alliés et amis en Europe, en Asie, en Asie du Sud et au Moyen-Orient, pour créer un monde sortant du coronavirus - de manière à promouvoir la liberté, la prospérité et la sécurité mondiale.

 

L'"Occident" - non pas un lieu, mais un concept idéologique - reste l'espoir le plus progressif, le plus grand, le plus productif, le plus inspirant et le plus constant pour l'humanité. Nos dirigeants doivent maintenant orienter ce potentiel vers la création d'un monde post-pandémique qui profitera aux générations futures.

 

De nombreux pays dans le monde continuent de donner la priorité à la réparation des dommages locaux causés par le coronavirus et à l'action au niveau international pour améliorer la préparation aux futures pandémies. Ces actions sont importantes et nécessaires. Mais il est temps de commencer à réfléchir aux implications géopolitiques de la pandémie de Coronavirus et de développer des stratégies pour promouvoir les valeurs et les intérêts occidentaux.

 

Ce n'est pas la première fois que l'Occident fait face au "Nouveau Monde Merveilleux" et doit développer une vision et une stratégie claires pour l'avenir.

 

C'était le cas à la fin des années 1940 et au début des années 1950. En regardant les cendres de la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants occidentaux sont arrivés à la conclusion que l'avenir d'une communauté démocratique victorieuse dépend du développement de la démocratie, du renforcement de l'indépendance, de la prospérité et de la sécurité dans le monde entier. Pour atteindre ces objectifs, ils ont créé des institutions et élaboré des doctrines : les Nations unies, la Déclaration universelle des droits de l'homme, les institutions de Bretton Woods, l'Alliance européenne du charbon et de l'acier (qui est devenue plus tard l'UE), la Cour internationale de justice, l'OTAN, etc. Le système mis en place n'était pas parfait, mais il reflétait une vision et une stratégie claires pour le long terme, et il a produit des résultats étonnants.

 

Nous sommes à une autre étape de l'histoire de l'humanité. Certaines de ces institutions, qui ont été créées il y a 70 ans, sont toujours en place aujourd'hui. D'autres ne le sont pas. En tout cas, nous avons besoin d'une vision claire et de stratégies audacieuses pour créer un monde postpandémique. Nous présentons ci-dessous sept recommandations spécifiques.

 

Commentaire: qu'est-ce que les cendres de l'Occident maintenant ? Ces cendres sont-elles uniquement liées aux conséquences des mesures de quarantaine contre la pandémie ? Ou est-ce les cendres d'autre chose ? Par exemple, les cendres de la forme moderne du capitalisme financier et la mondialisation comme forme transformée de colonisation, avec l'assemblage et les industries nocives en Chine et dans le Tiers-Monde?

 

«1. Organiser une série de sommets démocratiques...

 

Dans les années qui ont précédé l'épidémie de coronavirus, il a été jugé plus approprié de ne pas défendre des valeurs et des principes, mais de conclure des accords avec les opposants - qu'il s'agisse d'achats "fébriles" de gaz russe, d'achat de biens industriels chinois bon marché ou de réduction du programme nucléaire iranien.

 

Commentaire : un texte de principe. L'achat de décennies de gaz russe bon marché est une concession délibérée à l'ennemi ? Ou les sanctions américaines contre Nord Stream 2 aideront-elles les entreprises européennes à surmonter la crise pandémique ? Le transfert de la production bon marché vers la Chine est-il aussi une concession à l'ennemi ? Mais, c'est juste un non-sens. L'Europe avait-elle d'autres alternatives au gaz ? Et l'idée de produire des biens bon marché en Chine, est-ce une idée chinoise ? N'a-t-il pas été inventé par les sages occidentaux eux-mêmes ? Et n'oubliez pas le développement du programme nucléaire iranien. Après tout, ce sont les États-Unis eux-mêmes, sous la direction du Shah Pehlevi, ainsi que l'Allemagne et la France, qui ont lancé ce programme nucléaire ! Et que pouvons-nous offrir maintenant au lieu de réduire le programme nucléaire iranien ? Bombardements contre l'Iran ? L'utilisation d'armes nucléaires tactiques contre l'Iran ?

 

"Les organisations multilatérales telles que l'OCDE, l'OMC, le Conseil de l'Europe, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et d'autres n'ont pas réussi à respecter leurs propres exigences et critères. Les pays démocratiques étaient divisés, complaisants, discrédités et prêts à faire des compromis".

 

Commentaire : que propose-t-on ? Toutes ces organisations internationales devraient-elles être déclarées complices des opposants aux États-Unis et à l'Occident ? Cesser de les financer et faciliter leur dissolution ? Cela découle de la logique des auteurs de l'article. Nous avons déjà assisté à la première frappe de ce type des États-Unis contre l'OMS.

 

"La période de renaissance après l'épidémie de coronavirus est l'occasion d'unir des pays démocratiques partageant les mêmes idées autour de valeurs et d'objectifs communs. Cela pourrait se faire par une série de sommets politiques visant à promouvoir un programme cohérent pour la liberté dans des organisations telles que l'OTAN, le G7 (ou le G10 avec le Japon, la Corée et l'Australie), les États-Unis et l'Union européenne, la Communauté des démocraties, l'accord États-Unis-Mexique-Canada, etc.

 

2. 2. de conclure un accord transatlantique sur l'investissement, le développement et la stabilité (TIGRE)

 

"L'Amérique du Nord et l'Europe représentent ensemble la partie du monde la plus prospère, la plus sûre et la plus respectueuse des lois, où la liberté est la plus respectée. Ils ont le poids et l'autorité politiques, économiques et sécuritaires nécessaires pour définir l'agenda mondial de manière à protéger la liberté, l'économie de marché, l'État de droit, les droits de l'homme, les systèmes démocratiques, ainsi que la paix et la sécurité dans le monde.

 

Commentaire : Les auteurs ont été pris. C'est comme s'ils décrivaient un certain modèle de société utopique, loin de la réalité. Et d'où vient dans ce modèle la crise des réfugiés, le crime des migrants, les protestations de masse des "gilets jaunes", l'échec complet de la médecine européenne et américaine lors du déclenchement de la pandémie ? Le chemin est long vers la prospérité et la sécurité totales.

 

"Elle doit être fondée sur l'exploitation du potentiel d'investissement et l'échange libre et équitable de biens et de services au sein d'une zone économique géante unique reliant les pays de l'accord États-Unis-Mexique-Canada, l'UE et l'AELE. Les alliés, tels que le Japon, la Corée du Sud et l'Australie, pourraient également rejoindre une telle zone.

 

Un élément clé d'un tel accord est d'identifier les infrastructures et les industries stratégiques qui doivent être établies dans cette zone de libre marché démocratique. Essentiellement, cela réduirait à néant les tentatives de la Chine de pénétrer les marchés européens par le biais de son programme "One Belt, One Way" ou de dominer les réseaux 5G. Les États "renaissant" après la pandémie de coronavirus peuvent vouloir créer des barrières étatiques, mais nous ferions bien mieux d'assouplir les barrières entre alliés partageant les mêmes idées et de renforcer encore les barrières contre les opposants autoritaires qui ne partagent pas nos valeurs et nos intérêts.

 

Commentaire : pour créer une alternative à One Belt, One Way, il faut un type de société entièrement différent - comme en Chine. Nous avons besoin d'une mobilisation autoritaire avec une masse de solutions économiques bénéfiques pour les partenaires. La Chine poursuit activement cet objectif depuis 7 ans. L'Asie centrale, les Etats européens reçoivent et recevront beaucoup de bénéfices de cette stratégie. L'Europe, ébranlée par la pandémie, sera-t-elle en mesure d'offrir une alternative équivalente à "One Belt" ? Ou bien les États-Unis, déchirés par les "impeachment" et autres chamailleries, ont-ils tendance à avoir un programme égal à One Belt ? Le 25 mai 2020, l'agence de presse Xinhua a rapporté qu'à la mi-mai, plus de 1 100 trains de marchandises Chine-Europe avaient passé le point de contrôle de la Mandchourie dans la région autonome de Mongolie intérieure, à la frontière avec la Russie, soit une augmentation de 11 % par rapport à la même période l'année dernière.  Il s'agit de la mise en œuvre de la stratégie "Une ceinture - un chemin". Et personne en Europe ne va renoncer à ces échelons. Qu'en est-il de la domination des réseaux 5G ? Alors qu'en Grande-Bretagne, les tours modernes Luddites - conspiration 5G -, la Chine est devenue un leader mondial dans l'introduction de nouvelles technologies et a lancé un nouveau type de communication dans plus de 50 villes...  Les souhaits suivants des auteurs de l'article ne semblent guère réalisables :

 

"Les précédentes tentatives de conclusion d'un accord transatlantique sur le commerce et les investissements ont été entravées par les intérêts spécifiques de nombreux pays et, en fin de compte, ils ont trop hésité à faire tomber les barrières et à construire une économie transatlantique réelle et stable. Il est tout à fait possible qu'après la fin de la pandémie de coronavirus, un nouvel accord transatlantique révolutionnaire sur l'investissement, le développement et la stabilité puisse être mis en place.

 

3. Réorienter l'OTAN en tant qu'organisation de sécurité globale pour dissuader l'autoritarisme.

 

Le président français Emmanuel Macron a exprimé l'amère vérité lorsqu'il a parlé de la mort du cerveau de l'OTAN. L'OTAN reste le plus important garant de la sécurité dans la région transatlantique, ainsi que l'organisation la plus à même d'étendre la sécurité aux régions en crise. Mais l'alliance a besoin d'une nouvelle injection de capital politique de la part de ses États membres. En tant qu'organisation fondée sur le consensus, l'OTAN est forte autant que l'engagement politique de ses États membres. Cela signifie que chaque allié doit réaffirmer son engagement envers l'OTAN en tant que coordinateur pour faire face à tous les types de menaces à la sécurité. Les États-Unis devraient prendre la tête de cet effort.

 

Une réalité révélée par la pandémie de coronavirus est que la sécurité ne se limite pas à la sphère militaire. Le cyberespace, l'information, l'énergie, les infrastructures et les systèmes d'approvisionnement essentiels, ainsi que les systèmes de santé sont autant de domaines où la sécurité de nos sociétés est constamment menacée. L'OTAN s'est adaptée plusieurs fois dans le passé à la nature changeante des menaces. L'Alliance doit s'adapter à nouveau, en élargissant sa compréhension de la nature des menaces et en investissant dans les outils nécessaires pour coordonner les politiques et les actions de ses pays membres afin d'assurer la sécurité au XXIe siècle. Le processus analytique lancé par le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, implique des décisions audacieuses et des recommandations claires pour des changements fondamentaux dans les activités de l'alliance".

 

Commentaire : l'alliance de l'OTAN a complètement "coulé" lors du déclenchement de la pandémie. L'alliance n'a pu offrir AUCUNE aide aux pays en détresse pendant l'épidémie. Comment un rêve surréaliste ressemblait à l'aide du principal adversaire de l'OTAN en Europe - la Russie pour les Italiens. Quelques images du nouveau film "Red Dawn - 2020", qui n'a pas encore été réalisé : des avions militaires russes atterrissent sur les terrains d'aviation de l'Italie, pays membre de l'OTAN, des véhicules militaires russes avec leur cargaison d'aide en partent, puis des médecins militaires russes désinfectent les villes italiennes. Apparemment, Macron a raison à propos de la "mort du cerveau de l'OTAN".

 

4. Élargir la zone de liberté, d'économie ouverte et de sécurité...

 

Grâce à l'élargissement de l'OTAN et de l'UE depuis la fin de la guerre froide, plus de 100 millions de personnes en Europe centrale et orientale vivent désormais dans la démocratie, la prospérité et la sécurité. L'OTAN et l'UE sont devenues plus fortes, et l'Europe est devenue plus sûre et plus prospère. Mais certains pays voisins de l'Europe restent en dehors de cette zone de liberté.

 

Commentaire : Nous avons déjà évalué ces conclusions sur la sécurité ci-dessus.

 

"La récente adhésion à l'Alliance de l'Atlantique Nord de la Macédoine du Nord, son trentième membre, contribue à renforcer l'OTAN et à améliorer la stabilité régionale dans les Balkans occidentaux. Elle envoie également un signal sans équivoque aux acteurs peu recommandables (comme la Russie) qu'ils n'ont pas de droit de veto sur les décisions des membres souverains de l'OTAN. L'agenda transatlantique devrait garantir que la "porte" de l'OTAN reste ouverte à tous les pays éligibles, en particulier aux pays officiellement candidats que sont la Bosnie-Herzégovine et la Géorgie, ainsi qu'à des pays comme le Kosovo et l'Ukraine qui espèrent un jour devenir membres.

 

Il est clair que l'Ukraine a encore un long chemin à parcourir avant que l'adhésion à l'OTAN ne soit une opportunité sérieuse, et l'OTAN doit continuer à renforcer ses relations. L'Ukraine continue de démontrer qu'elle voit son avenir dans une alliance avec l'Occident, et non sous le joug de la domination russe. Il en va de même pour la Géorgie, à laquelle l'adhésion future a été promise pour la première fois lors du sommet de l'OTAN à Bucarest en 2008.

 

Après la fin de la crise provoquée par la pandémie de coronavirus, et compte tenu du danger que des États autoritaires cherchent à tirer profit du monde post-pandémique, l'OTAN et l'UE devraient réaffirmer leur engagement en faveur du processus d'élargissement afin d'inclure toutes les démocraties européennes qui remplissent les critères d'adhésion. Ces critères ont stimulé d'importantes réformes en Europe centrale dans le passé et peuvent continuer à encourager les réformes chez les voisins de l'Europe si la perspective d'adhésion est réaliste. Il sera essentiel que l'OTAN fasse clairement savoir que l'occupation par la Russie du territoire de certains pays candidats ne constituera pas un obstacle à l'adhésion. L'OTAN et le pays candidat pourraient convenir de ne pas être les premiers à recourir à la force pour tenter de rétablir l'intégrité territoriale et de ne s'engager qu'à une réintégration pacifique".

 

Commentaire : je suis heureux que les auteurs de l'article ne lient pas l'adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN à la nécessité de restituer les territoires annexés "à tout prix". Bien que ce soit le souhait des seuls auteurs de l'article commenté.

 

5. Rétablir l'alliance stratégique avec l'Allemagne

 

L'Allemagne est le partenaire le plus important des États-Unis dans toutes ces initiatives, du développement et des investissements au renforcement de l'OTAN et à l'élargissement de la zone de liberté. La période précédant l'épidémie de coronavirus a marqué le plus fort déclin des relations entre les États-Unis et l'Allemagne depuis des décennies. Avec la fin de cette pandémie, les États-Unis et l'Allemagne doivent oublier les divisions de ces dernières années et commencer à travailler ensemble sur ce nouveau programme stratégique. Cet engagement peut commencer avec la tenue d'un sommet bilatéral spécial entre le président Donald Trump et la chancelière Angela Merkel, et être revigoré après l'élection présidentielle américaine et l'élection du Bundestag allemand. Les relations avec la France sont également cruciales, notamment en raison du rôle de la France dans les principales organisations internationales. Outre les actions visant à renforcer l'alliance stratégique germano-américaine, le rétablissement des relations entre Trump et Macron sera également d'une grande importance.

 

Commentaire: il est écrit comme si le résultat des élections américaines était déjà prédéterminé.

 

6. Pour renforcer la relation spéciale entre les États-Unis et le Royaume-Uni...

 

Alors que le Royaume-Uni est sur le point de quitter l'Union européenne, il est crucial que les États-Unis lui donnent toutes les garanties qu'il continuera à faire partie d'une communauté de sécurité démocratique plus large, axée sur le marché. Avec la fin de la pandémie de coronavirus, le partenariat avec le Royaume-Uni devrait se renforcer encore. La première et la cinquième économie mondiale ont un rôle important à jouer - donner l'impulsion à la reprise économique mondiale - et elles peuvent le faire en mettant en œuvre l'accord de libre-échange déjà en cours de discussion entre Londres et Washington. Dans le cadre de l'accord TIGRE susmentionné, la relation entre les États-Unis et le Royaume-Uni peut contribuer à un objectif plus large en rassemblant l'ensemble de la communauté transatlantique et éventuellement d'autres alliés.

 

Commentaire: il s'avère que le Royaume-Uni, sortant des bras de l'UE, tombe dans les bras des États-Unis. Et ensuite ? Le nouveau Brexit ?

 

7. Coordonner les politiques occidentales pour réformer les institutions mondiales qui s'affaiblissent...

 

La crise provoquée par la pandémie de coronavirus a démontré la nécessité de renforcer les institutions qui rassemblent les pays libres, mais elle a également montré que de nombreuses institutions mondiales sont inefficaces ou traversent des moments difficiles - souvent en raison de l'influence d'États autoritaires. Les pays libres du monde doivent coordonner les politiques visant à réformer ces institutions et insister pour qu'elles assument leurs responsabilités. L'adhésion de la Russie au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, ou l'utilisation par la Chine des règles de l'OMC à son avantage, ou le fait que l'OMS offre une couverture politique et bureaucratique au refus de la Chine de coopérer à l'enquête, à la déclaration et à la lutte contre le coronavirus - tous ces problèmes doivent être analysés et traités.

 

Commentaire: que prépare la Russie ? Pour qu'une entreprise soit expulsée du Conseil des droits de l'homme des Nations unies ? Et qu'en est-il de l'OMC et de l'OMS, et les États-Unis vont bloquer leur travail ? Et pensent-ils que d'autres collègues occidentaux les soutiendront nécessairement ?

 

Il n'y a pas de recette miracle pour créer un monde post-coronavirus. De nombreuses initiatives n'aboutiront à rien. Mais il est maintenant temps pour les pays libres de prendre des décisions audacieuses et d'essayer de surmonter les obstacles qui existaient dans le passé. Si nous ne le faisons pas, d'autres le feront certainement - ceux qui ne partagent pas nos valeurs et poursuivent d'autres intérêts.

 

Commentaire: il n'y aura pas de miracle, en effet. Le travail le plus difficile sera de surmonter la plus profonde crise sociale et économique qui a frappé tous les pays sans exception. Et surmonter cette crise en développant le potentiel de confrontation politique, économique et militaire avec ceux qui ne s'inscrivent pas dans "le monde occidental le plus parfait et le plus sûr" n'est pas la meilleure stratégie.

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Vladimir Ovchinsky : Il n'y aura pas de miracle. (Club d'Izborsk, 27 mai 2020)
Lire la suite

Mikhail Delyagin : La guerre du clan libéral sortant contre Trump sera impitoyable. (Club d'Izborsk, 7 mai 2020)

28 Mai 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Mikhail Delyagin : La guerre du clan libéral sortant contre Trump sera impitoyable.

7 mai 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19354

 

 

L'économie russe a été mise à sec, les gens ont été privés de leurs moyens de subsistance et de nombreuses entreprises ont tout simplement été détruites, a déclaré l'économiste Mikhail Delyagin, directeur de l'Institut des études sur la mondialisation. Il l'a dit à un journaliste de l'agence de presse REGNUM le 27 mai, en spéculant sur le taux de rouble dans un avenir proche.

 

Le premier facteur est le manque d'argent dans l'économie russe. L'économie russe a été mise à sec. Il est vrai que les banques russes ont beaucoup de liquidités, qu'elles ne savent pas où investir. Et cette liquidité peut frapper le marché à tout moment. Mais il faut une poussée de panique extérieure. Par conséquent, tant que tout est relativement calme, le rouble restera fort et pourrait se renforcer légèrement par rapport au niveau d'aujourd'hui.

 

Le deuxième facteur fondamental est la situation extérieure. Car la guerre du clan libéral sortant contre Trump sera impitoyable. Ils pourraient bien avoir une révolution orange. Ils n'ont pas les moyens de le faire, mais ils ont suffisamment de ressources pour ruiner la vie de Trump et, à terme, miner l'économie mondiale. Nous avions l'habitude de considérer le dollar comme un pilier, une sorte de monnaie d'ancrage. Mais d'août à fin novembre, il ne le sera plus. Il n'est pas certain qu'elle maintienne sa position.

 

Le troisième facteur est l'état de la Russie elle-même. En fait, l'État russe a interdit aux citoyens russes de vivre. Le coronavirus a entraîné la destruction des entreprises, les gens ont perdu leurs moyens de subsistance. L'État, ayant disposé les hystériques sur un lieu plat, ces sources d'existence leur ont été enlevées et en retour n'ont rien donné. Dans ces conditions, le rouble va s'affaiblir.

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du Russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Delyagin : La guerre du clan libéral sortant contre Trump sera impitoyable. (Club d'Izborsk, 7 mai 2020)
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>