Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Sergei Batchikov :Le développement de la dépendance est dans une impasse. Y a-t-il une solution ? Rapport au Club d'Izborsk (Club d'Izborsk, 30 juin 2020)

30 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergei Batchikov :Le développement de la dépendance est dans une impasse. Y a-t-il une solution ?

30 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19558

 

 

Le rapport de l'auteur Sergey Batchikov au Club d’Izborsk.

 

 

Les traîtres sont méprisés même par ceux à qui ils ont servi.

Publius Cornelius Tacitus.

 

 

La pandémie et la crise économique qu'elle a aggravée, le régime prolongé d'auto-isolement nous encouragent à chercher des réponses aux principales questions de notre existence - sur les intérêts nationaux, sur la place de la Russie dans le monde d'aujourd'hui, sur la justice et, bien sûr, sur notre avenir. Pour construire notre avenir, plutôt que de s'enliser involontairement dans le tourbillon des événements, il est nécessaire de repousser "ce qui a été réalisé" en se référant à l'histoire récente.

 

La course d'Eltsine

 

Dans les années 80, la propagande Yakovlev-Gorbatchev proposait aux peuples de l'ex-Union soviétique un retour aux origines léninistes (sous cette sauce, il y a eu une révélation des "atrocités staliniennes", y compris l'industrialisation et la collectivisation), proposait la construction d'un "socialisme à visage humain", avec des éléments séparés de propriété privée. Sous le vocable d'"origines" et de démocratisation, il s'agissait en fait de la mise en œuvre d'un plan soigneusement étudié pour démolir le socialisme, dont Yakovlev parla plus tard non sans fierté. Si les véritables objectifs des traîtres n'avaient pas été soigneusement emballés dans de beaux emballages de valeurs universelles, les "architectes" de l'effondrement du pays n'auraient pas renforcé la journée à leur place. Mais ils avaient des conseillers compétents. Lorsque, sous le couvert de la démagogie de Gorbatchev et de mensonges sans fin, des événements sanglants ont commencé à Vilnius, Tbilissi et dans le Karabagh montagneux, il est devenu évident que la situation "mûrissait" au stade de la "démolition" et que de jeunes et énergiques "contremaîtres" ont été nommés pour remplacer les "architectes" de la perestroïka. Contrairement à Gorbatchev, qui était en quelque sorte utilisé comme un ténébreux, tous ces Burboulis, Gaïdars, Tchoubaïs, Kochi, Nechaïevs et Coh, qui se croyaient porteurs de connaissances et de valeurs néolibérales supérieures, étaient bien conscients de ce qu'ils faisaient et trahissaient délibérément les intérêts nationaux. Cette équipe d'assassins économiques a traité le peuple comme des masses indignes, obliques et barbares qui entravent le progrès et la prospérité du pays. Promettant de remplir les guichets vides, en conservant toutes les garanties sociales, et de construire le capitalisme sur le modèle des pays occidentaux, les "messies" néolibéraux étaient bien conscients qu'il n'y aurait pas de capitalisme américain ou européen en Russie, et que le pays serait piégé par un capitalisme périphérique, avec toutes les conséquences de ce statut. C'était une tromperie cynique profondément consciente, impliquée uniquement dans les intérêts de sa propre peau. Il n'y a pas de développement du pays dont on ne puisse parler.

 

Ayant reçu une éducation de base gratuite dans les universités soviétiques, les Jeunes Réformateurs devaient bien connaître les travaux des économistes latino-américains, R. M. Bernard. Prebisch, T. D. Santos, S. Furtadou et le sociologue allemand A. G. Frank, qui ont développé les concepts de développement dépendant et de capitalisme périphérique. Dans leurs travaux, il est démontré de manière convaincante que les pays économiquement développés du centre se développent de manière dynamique aux dépens de la périphérie, que le capitalisme périphérique n'est pas une étape transitoire vers le capitalisme occidental, mais une branche de développement sans issue. Sur la base du concept de développement dépendant, I. Wallerstein a développé le concept de systèmes mondiaux, selon lequel le Centre (l'Ouest), accumulant le capital du monde entier, exploite la périphérie par tous les moyens, en même temps qu'une régression politique et socio-économique est imposée aux pays dépendants.

 

Les scientifiques russes de l'Institut d'Amérique latine de l'Académie des sciences de Russie, qui connaissent bien l'expérience des réformes néolibérales au Chili, au Mexique, au Brésil et en Argentine, ont également mis en garde contre l'impasse du capitalisme dépendant. Dans leurs documents, ils ont souligné que le capitalisme périphérique ne permet pas de franchir le seuil de la dépendance, que les fonctions de décision et de recherche restent toujours au centre, et que le périphérisme se voit attribuer des fonctions exécutives, au cours desquelles seule l'économie arriérée est tirée vers le haut pour répondre aux exigences du système néocolonial. Dans le même temps, la périphérie souffre toujours de conséquences telles que l'épuisement des ressources, la pollution, la décapitalisation, le manque d'unité dans l'économie interne, la fragmentation de la recherche, la fuite des cerveaux, etc. Et maintenant, un tel modèle de "mexicanisation" au mieux, et au pire une "doctrine de choc" sur le modèle du régime de Pinochet au Chili, les mlado réformateurs, qui se voyaient comme des figures aimées du Centre civilisé, ont trompé la Russie. La démagogie mensongère des "architectes", combinée à la pression du chaos, des pénuries et des difficultés économiques, a paralysé la volonté de la population fatiguée des discours creux de Gorbatchev.

 

Dans les fringantes années 90, la liberté déclarée et l'absence de contrôle de l'État sur la société ont donné lieu à un chaos total et à l'anarchie. L'industrie, les sciences appliquées, les systèmes de survie et tout le mode de vie de millions de familles russes ont été détruits. La Russie s'est tournée vers le territoire prédateur exploité, la population a perdu ses économies, et les contremaîtres de la perestroïka ont compté avec satisfaction plusieurs millions de dollars dans leurs propres poches. La population de la Russie a été réduite de 600 à 800 000 personnes par an. La crise de cette époque n'a pas d'analogues dans l'histoire par sa profondeur et sa durée. Le journaliste italien J. Chiesa a donné une évaluation solide des actions des "réformateurs" : "Il ne sera pas facile pour les historiens futurs de comprendre la trahison massive des intérêts nationaux par les classes dominantes après qu'elles se soient installées au pouvoir par l'effondrement de l'URSS. Il n'y a pas un seul cas d'auto-liquidation du pays et de la culture de ce genre dans l'histoire. Il existe des exemples de défaites d'États à la suite d'une guerre. Ou à la suite de l'absorption par des cultures plus fortes, plus organisées et plus développées. Mais il n'a jamais été possible que la puissance mondiale, en un sens, l'empire, qui avait la plus grande culture et la plus grande science du monde parmi les deux ou trois premières puissances du monde, se rende sans combattre et atteigne en quelques années une autodestruction sans précédent. Il n'y avait jamais eu un tel conquérant qui louait (et sincèrement) le vainqueur. Comment cela a-t-il pu se produire ? Tout d'abord, ce sont les liquidateurs, qui constituent la classe dirigeante russe actuelle, qui sont à blâmer".

 

La bacchanale d'Eltsine, à l'instar du FMI lors de la crise asiatique de 1998, a conduit à une crise majeure du système financier russe qui s'est terminée par une défaillance en août. Le pays a pu faire sortir de l'échec de la défaillance le gouvernement des hommes d'État professionnels de Primakov-Maslyukov-Gerashchenko, le seul dans l'histoire moderne de la Russie qui était guidé par des intérêts nationaux. Le gouvernement, qui a réalisé un véritable miracle économique, a bénéficié du soutien de tous les députés de la Douma d'État et a agi contre les recommandations du FMI, a fait peser une grave menace sur les intérêts du centre mondial, et c'est pourquoi, seulement huit mois plus tard, en mai 1999, sur recommandation des conseillers occidentaux, Eltsine a été démis de ses fonctions. La haine du peuple russe envers Eltsine et les "réformateurs" était à la veille du deuxième millénaire si complète et si explosive que la question d'un successeur devait être résolue d'urgence pour que l'oligarchie des Compradores puisse conserver le pouvoir. Ce qu'il fallait, c'était un homme qui soit tout le contraire d'Eltsine à l'extérieur, mais qui puisse garantir la préservation de tous les résultats des fringantes années 90. Et le choix est tombé sur V. Poutine, qui a été nommé premier ministre par Eltsine en août 1999 et est devenu président par intérim de la Russie le 31 décembre 1999.

 

Vingt ans de Poutine

 

Dès le début, le nouveau président a déclaré qu'il n'y aurait pas de révision des résultats de la privatisation du pillage, que l'ensemble de la population considérait à juste titre comme illégale. Mais malgré cela, après l'abomination, le banditisme et les bacchanales volées dans les années 90, la population a immédiatement soutenu les efforts de Poutine pour imposer l'ordre le plus élémentaire et écarter du pouvoir les oligarques les plus odieux. Et puis, le pays et le nouveau président avaient le choix : entamer un difficile projet de mobilisation pour la restauration (un tel programme a été proposé au président de l'Union patriotique populaire de Russie - UPPR) ou, se contenter du statut d'appendice des matières premières et du pays du capitalisme périphérique, profiter des pétrodollars, transformés en actifs offshore, des Bentley, des Mercedes et des compradores immobiliers coûteux et de leurs services. Le programme des forces patriotiques a été présenté au nouveau président lors d'une réunion au Kremlin par une délégation de la NPFS composée de G. Zyuganov, S. Glazyev, Yu. Kashina.

 

Au cours de la réunion, qui a duré 4 heures, V. Poutine a parfaitement compris que la mise en œuvre du programme de mobilisation proposé nécessitait un sérieux renouvellement du personnel d'encadrement. Mais l'union personnelle du plus haut appareil d'État et de l'oligarchie héritée d'Eltsine exigeait la "continuation du banquet". Et le nouveau président a choisi la "continuation du banquet", faisant du système de famille et de clan d'Eltsine la base de la verticale du pouvoir. Le pays a été inondé de containers avec des voitures étrangères coûteuses et de la nourriture importée, et en même temps la dégradation des infrastructures et de la base de production a continué. Le développement s'est basé sur le programme des mondialistes G. Gref et A. Kudrin, qui ont proposé d'investir exclusivement "hors du pays" afin d'assurer la stabilité macroéconomique. Le seul argument que le président a écouté lors de la réunion avec la délégation du SNDP était l'adhésion à l'OMC, prévue pour 2004 à des conditions absolument liées (convenues par M. Kasyanov, A. Illarionov et Gref), ce qui impliquait l'égalisation des prix intérieurs des ressources énergétiques avec les prix extérieurs. Les membres de la délégation, chiffres en main, ont convaincu le Président que cette démarche était lourde de conséquences avec l'apparition de 20 millions de chômeurs dans le pays. Par crainte d'un régime de pouvoir personnel, le président a reporté l'adhésion à l'OMC, qui a eu lieu huit ans plus tard que prévu et à d'autres conditions.

 

Au cours du premier mandat présidentiel, sur fond de guerre sélective avec les oligarques et la corruption, de sortie progressive de l'effondrement des années 1990, de "l'urination des terroristes dans les toilettes", la cote du président n'a cessé de croître, presque au point que ses actions bénéficient d'un soutien universel. Après l'entrée en vigueur, le 1er janvier 2005, de la loi sur la monétisation des prestations, dont l'adoption a été perçue par la population comme une injustice et s'est accompagnée de protestations et de grèves de la faim des députés de la Douma d'État, la note a chuté de manière significative. Dans ce contexte, Poutine comprend peu à peu que la poursuite de la rhétorique libérale et des "roundelays" avec l'Occident pourrait le priver du soutien des électeurs. Une hausse inattendue des prix du pétrole (presque quatre fois plus) permet de résoudre des questions urgentes, tout d'abord pour rembourser les dettes, après quoi Poutine change radicalement de discours.

 

En 2007, dans son discours de Munich, le président a déclaré que la Russie n'allait pas se construire sur le modèle occidental et qu'elle allait défendre ses propres intérêts. Au lieu des passages franchement libéraux des premières années, on a entendu les bons mots sur une percée technologique, une nouvelle industrialisation, le développement de l'éducation, la fourniture aux citoyens de logements abordables, la non-application de l'âge de la retraite, etc. On nous a promis soit un développement innovant, soit de grands projets nationaux, soit des prêts hypothécaires abordables. Comme il s'est avéré plus tard, la tâche consistant à unir la population et à obtenir son soutien a ainsi été résolue. Mais les programmes économiques eux-mêmes ont continué à écrire les mêmes douloureusement familiers apologistes des marchés de la main invisible et conducteurs des intérêts du capital financier international - Greves, Mau, Kuzminovs, Nabiullins, Yasin, etc. En 2007, ils ont donné naissance et promu un programme conçu jusqu'en 2020, qui devait amener la Russie à de nouvelles frontières. Il était censé atteindre un taux de croissance économique de 6,5 % par an. D'ici 2020. Le PIB était censé augmenter de 66%. Il était clair pour tous les experts raisonnables dès le début que ces objectifs étaient absolument impossibles à atteindre dans le cadre du modèle actuel, ce qui a été confirmé par la suite. Au lieu des 66 % déclarés, le PIB a augmenté de moins de 6 %, et personne n'a été responsable, comme d'habitude, bien que les auteurs aient reçu des redevances de plusieurs millions de dollars.

 

Il ne fait aucun doute que tous les programmes ultérieurs des économistes libéraux subiront le même sort. Avant le sommet du G20 à Osaka en juin 2019, Poutine a déclaré de manière inattendue la fin de l'ère libérale dans une interview au Financial Times : "L'idée libérale est dépassée. Elle est entrée en conflit avec les intérêts de la grande majorité de la population". Mais la rhétorique populiste lettrée n'a pas été et n'est pas à l'origine de véritables réalisations à grande échelle, et la Russie, en termes de développement économique, a continué et continue d'être, comme l'a dit le brillant poète Nekrasov, "un pays de questions soulevées qui ne sont pas passées dans la sphère des affaires".

 

Contrairement aux joyeuses prévisions des ministres libéraux, les taux de croissance économique restent nettement inférieurs à la moyenne mondiale et la part de la Russie dans le PIB mondial ne cesse de diminuer. En raison de la baisse des investissements en actifs fixes, qui constituent la base de notre économie depuis des décennies, les entreprises subissent des millions de pertes. Dans le contexte de l'excès d'argent, que la Banque centrale ne cesse d'affirmer, les entreprises sont privées de crédit à long terme et seront artificiellement mises en faillite par les banques. Entre 2000 et 2017, plus de 74 000 usines et manufactures ont cessé de fonctionner. En raison de la baisse de la production pour la sixième année consécutive, le revenu réel de la population a chuté, 21 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Selon Rosstat, plus d'un quart des enfants (26 %) de moins de 18 ans vivent dans des familles dont le revenu est inférieur au minimum vital. L'application des décrets de mai visant des objectifs sociaux s'est transformée en une lutte pour obtenir des indicateurs formels. L'inégalité de la propriété s'accroît, et la Russie figure parmi les premiers pays du monde. Un millier de familles les plus riches dirigent réellement la Russie et concentrent dans leurs mains l'écrasante majorité des actifs rentables et du revenu national. Selon l'économiste français T. Picketti, le niveau d'inégalité en Russie est aujourd'hui plus élevé qu'il ne l'était en 1905 et avant la révolution de 1917 ! La corruption à tous les niveaux du gouvernement, les vols à grande échelle, la mauvaise gestion, les catastrophes environnementales, l'augmentation des accidents, voilà les réalités d'aujourd'hui. Le régime d'auto-isolement dû à la pandémie et l'interruption de la production vont inévitablement exacerber de nombreux problèmes.

 

Le mécanisme de fermeture et de désindustrialisation fonctionne bien. À la base, c'est-à-dire au niveau opérationnel et tactique, les décisions clés du gouvernement sont prises dans l'intérêt de l'oligarchie des produits de base, des spéculateurs financiers, des structures criminelles proches du pouvoir et des fonctionnaires corrompus eux-mêmes. Ainsi, de nouvelles opportunités sont créées pour la redistribution des pétrodollars et des flux budgétaires dans les poches de l'aristocratie offshore. La destruction du système énergétique unique, la privatisation du logement et des services publics, la commercialisation de l'éducation et des soins de santé, le démantèlement caché de l'Académie russe des sciences, la monétisation des bénéfices, une série interminable de réformes dévastatrices des retraites - toutes ces mesures ont été prises par les fonctionnaires afin d'enrichir et de créer des centres de profit pour les entreprises proches. À un niveau supérieur - systémique ou stratégique - les décisions gouvernementales clés sont prises en dernier ressort dans l'intérêt du capital transnational, des spéculateurs financiers internationaux et des représentants de l'establishment politique occidental, ce qui signifie la fermetur et la marchandisation de la Russie.

 

En janvier, Poutine décide de démissionner du gouvernement de Medvedev, dont on se souvient surtout pour sa phrase cynique "pas d'argent, mais tu t'accroches". Le maintien par le président d'un libéral ayant des connexions criminelles en deuxième position dans l'État, et l'incapacité totale du gouvernement à sortir l'économie de la stagnation, ont provoqué une indignation croissante de la population. Mais les attentes suscitées par cette démission ont été vaines. L'odieux Premier ministre et tous les ministres qui ont échoué dans leur tâche ont été remerciés pour leur travail par le Président. Ils ont continué à faire leur ancien travail en toute sécurité dans de nouvelles chaises.

 

En attendant, la verticale actuelle n'accepte catégoriquement aucun point de vue alternatif. Et non seulement il n'accepte pas, mais il ferme aussi grossièrement la bouche. Ainsi, récemment, l'émission "Besogon" de N. Mikhalkov intitulée "Qui a l'Etat dans sa poche" a été retirée de l'antenne, dans laquelle il se permettait de critiquer la Gref pour son raisonnement "d'élite" et osait parler positivement de l'irritation constante des libéraux de l'académicien S.. Glazyev. Sinon, l'hystérie d'E. Nabiullina, qui a suivi le retour de Glazyev sur son ampoule malade, prônant la restriction de la spéculation sur les marchés des changes, ne peut être qualifiée d'obscène. La Banque centrale a suggéré que le ministère du développement économique "envisage l'opportunité de travailler à l'optimisation de l'activité de communication de Glazyev. La formulation est si semblable à celle de l'anglais que l'on suppose involontairement qu'une autre instruction de Washington sera transférée à la Banque centrale...

 

Vingt ans dans la vie d'un pays, c'est beaucoup ou peu ? Sous Staline, l'Union soviétique a réussi à s'industrialiser en dix ans. Mendiante dans un passé récent, la Chine a réussi à éliminer la pauvreté et se prépare déjà à se poser sur la lune, à créer sa propre ISS et à envoyer des véhicules sur Mars. En vingt ans, la Russie n'a pas réussi à sortir du piège du capitalisme périphérique et continue à être une zone de chute des crises. Des milliards de tonnes de ressources naturelles non renouvelables et de biens du secteur primaire ont été exportés vers l'Occident, des billions de dollars ont été irrémédiablement perdus dans les zones offshore et en paiement des biens immobiliers étrangers coûteux des oligarques, de jeunes spécialistes continuent à se rendre en masse à l'Ouest.

 

En 2009, l'agence Bloomberg a demandé à Poutine de commenter le fait que pendant la crise de 2008, la Russie a perdu 270 milliards de dollars. Poutine a répondu qu'il n'y voyait aucun inconvénient et que "nous n'avons pas restreint le retrait des capitaux et n'avons pas l'intention de le faire à l'avenir". Onze ans plus tard, le marché financier national, en stricte conformité avec les recommandations du FMI (auquel nous ne devons rien depuis de nombreuses années !), est toujours ouvert aux spéculateurs internationaux et fermé aux entreprises russes. La Russie est le seul pays BRICS qui ne limite pas les mouvements transfrontaliers de capitaux spéculatifs. La masse monétaire est maintenue artificiellement dans le chiffre d'affaires spéculatif superprofitable, ce qui stimule le flux d'argent du secteur réel vers le secteur financier et plus loin à l'étranger. V. Katasonov a comparé, au sens figuré, l'absence d'interdiction des mouvements transfrontaliers de capitaux à une maison dont toutes les fenêtres et les portes sont ouvertes par un gel sévère et dont le propriétaire fait fonctionner le chauffage aussi fort qu'il le peut, la chaleur s'en échappant instantanément. Depuis que la Banque centrale a appliqué les recommandations du FMI sur la transition vers le libre flottement du rouble, les spéculateurs ont "bouilli" des dizaines de milliards de dollars en manipulant le taux de change, et le montant des capitaux retirés a dépassé les 250 milliards de dollars. Les dommages causés par la politique de la Banque centrale au cours des cinq dernières années sont estimés à plus de 25 000 milliards de roubles de produits improductifs et à 15 000 milliards de roubles d'investissements non réalisés. Sans réorienter la politique de la Banque centrale des intérêts du capital spéculatif vers ceux de la production réelle, nous ne pourrons pas sortir du piège du capitalisme périphérique !

 

Les oligarques continuent de délocaliser environ 90 milliards de dollars par an, sans même payer le pathétique 13%. Et toutes les propositions de délocalisation ont été freinées par l'équipe néolibérale. On peut prédire sans risque que la proposition du président d'imposer 15 % des dividendes étrangers subira le même sort.

 

Les vingt dernières années ont été des années de consommation de l'héritage soviétique et de pillage du pays, de gaspillage des ressources naturelles, de violation et de réduction de nombreux droits constitutionnels des citoyens, des années de tromperie et de corruption à grande échelle de notre jeunesse par les médias, de mensonges sans fin, de tromperie et de promesses vides et sans fondement ("percées", "objectifs nationaux").

 

À cause des mensonges sans fin que l'on entend de la bouche des personnes au pouvoir, les citoyens vivent constamment une dissonance cognitive. Le président déclare que "l'idée libérale est dépassée", mais il continue à nommer des libéraux à tous les postes clés et à approuver leurs politiques. Le nombre d'oligarques a décuplé et continue de le faire. Le président dit qu'il ne changera pas la Constitution, mais il la modifie. Poutine estime que les personnes qui reçoivent 17 000 roubles appartiennent à la classe moyenne et à 70 % de la population, tandis que les gens se demandent comment cet argent peut être utilisé pour manger, s'habiller, se soigner, se reposer et penser aux enfants. Le président déclare qu'il n'acceptera jamais de relever l'âge de la retraite et met en œuvre une réforme des retraites. Nous avons "réussi" à sortir de l'aiguille du pétrole depuis une décennie et demie, mais pour une raison quelconque, la dépendance vis-à-vis des prix du pétrole n'a pas diminué. La Russie est une grande puissance énergétique, elle exporte des centaines de milliards de mètres cubes de gaz, mais près d'un tiers du pays n'est pas gazéifié.

 

Nous vivons dans un pays où les soins médicaux sont gratuits, mais pour les enfants malades, les fonds pour le traitement sont envoyés quotidiennement par SMS et la population comprend qu'il est impossible de tomber malade, car la chirurgie et le séjour à l'hôpital sont tous deux coûteux. Nous avons un enseignement scolaire gratuit, mais pour une raison quelconque, la préparation des enfants à l'école, ainsi que leur préparation aux examens et aux clubs scolaires - exigent des parents beaucoup d'argent. L'activité politique des citoyens s'accroît et, en réalité, toute l'opposition du système est devenue factice et est contrôlée par les autorités. Chubais, qui est détesté par la population, continue de recevoir des milliards de dollars pour le développement des nanotechnologies, mais ces technologies n'ont jamais existé.

 

Au cours de ses campagnes électorales, le président a invariablement abandonné le débat. La question est de savoir pourquoi ? Très occupé ? N'a-t-il aucun respect pour les autres candidats ? Pense-t-il tout ce qu'il a déjà dit aux électeurs ? Ni l'un ni l'autre. Dans tout débat, vous devez faire connaître clairement votre position. Dans un dialogue avec un adversaire, il est en général extrêmement difficile d'éviter de répondre à une question directe. Et le débat révélera inévitablement le décalage entre les paroles et les actes.

 

Dès le début du premier mandat présidentiel de Poutine, un de ses oligarques bien connus a dit un jour "Nous avons de la chance que Poutine soit aussi libéral que nous le sommes". L'ancien conseiller de Poutine, A. Poutine, qui est parti pour les États-Unis. Illarionov a également loué à plusieurs reprises le président pour son engagement en faveur de la "liberté économique". Vingt ans au pouvoir n'ont pas changé la vision libérale de Poutine. Dans ses convictions profondes, il reste avec une minorité libérale.

 

Les deux principales réalisations de ces vingt dernières années ont toujours été l'augmentation de l'état de préparation au combat des forces armées et le retour de la Crimée. En 2008, les forces armées russes ont lancé une réforme néolibérale de grande envergure, qui a été confiée à Serdyukov, un designer de meubles ( !) ayant quinze ans d'expérience. Pendant trois ans, Serdioukov a "optimisé" le nombre d'officiers de plus de 300 000 à 150 000 et a pratiquement détruit la partie professionnelle du personnel de commandement subalterne, ce qui a créé de graves problèmes dans l'armée, l'aviation et la marine. En même temps, il y a eu une commercialisation généralisée, la vente de biens de l'armée et la fermeture d'établissements d'enseignement, ce qui a plus tard donné lieu à l'affaire pénale "Oboronservice". L'"optimisation" des forces armées devrait être menée à son terme logique, mais en octobre 2011, avec notre consentement tacite (la Russie s'est abstenue lors du vote au Conseil de sécurité de l'ONU), des pays "civilisés" ont bombardé la Libye et, dans le monde entier, ont perpétré le meurtre brutal de Kadhafi. Le leader de la révolution libyenne, ami et sponsor financier de Sarkozy, a exécuté absolument toutes les exigences de l'Occident, mais cela ne lui a pas sauvé la vie. Après avoir tué Kadhafi, Poutine a réalisé qu'on ne pouvait pas compter sur l'humanisme des "partenaires" et "amis" occidentaux, et que la fin pouvait être triste. C'est pourquoi il en est venu à la nécessité de rétablir l'état de préparation au combat des forces armées russes. En 2012, alors qu'il était déjà président, Poutine a mis Serdyukov à la retraite, et le réarmement de l'armée a commencé. Pour que le tableau soit complet, il est nécessaire de mentionner qu'en dépit de la procédure pénale engagée contre Serdyukov, il n'a jamais été traduit en justice, et l'ancien fabricant de meubles est maintenant président du conseil d'administration de la United Aircraft Corporation ...

 

Quant au retour de la Crimée, il a été dicté par la logique des circonstances. Si Poutine n'avait pas franchi ce pas et que les nationalistes ukrainiens avaient plongé la péninsule de la gloire russe dans l'abîme du chaos et de la terreur, tout aurait inévitablement été arraché au président, comme l'a fait Gorbatchev en 1991. La logique des intentions (s'il y en a) aurait dû conduire Poutine à une solution avec Novorossiya en ce même 2014. Les événements s'y sont déroulés strictement selon le scénario de la Crimée et, comme en Crimée, un référendum sur l'adhésion à la Russie a été organisé. Dans le sens d'une réaction des "partenaires" étrangers et de sanctions, cela ne changerait rien. Mais le président n'a pas osé faire un tel pas. Cela est apparu clairement après sa rencontre avec le président actuel de l'OSCE, le président suisse D. Burkhalter. Le contenu de la conversation est encore inconnu, mais après cela, la position de Poutine a changé radicalement. Les hostilités qui ont commencé se sont transformées en pertes civiles, tandis que les républiques non reconnues restent une zone grise avec des perspectives d'avenir très vagues. Ceux qui ont préconisé l'entrée de la Novorossiya en Russie en 2014, en particulier A. Dugin, se sont tout simplement vu refuser l'accès aux médias. Quant à la Crimée, je voudrais ajouter qu'après son retour, Poutine n'a aucunement interféré avec la décision de Gref de ne pas ouvrir de succursales de la Sberbank en Crimée. À cet égard, la question se pose au président : le chef de la Sberbank considère-t-il la Crimée comme un territoire russe, et est-il permis aux intouchables individus de la verticale du pouvoir d'avoir leur propre position sur cette question ?

 

Deux décennies d'"optimisation" de la sphère sociale

 

Après s'être partagé les plus petits morceaux de l'héritage soviétique dans les années 90, les "réformateurs" ont atteint zéro dans le domaine social, principalement l'éducation, les soins de santé et la science, qui ont continué à fonctionner selon les principes soviétiques. Lors de l'"optimisation" des soins de santé, les "gestionnaires efficaces" ont réduit de moitié le nombre d'hôpitaux en Russie - de 10 700 à 5 400, et le nombre de lits d'hôpitaux - de 27,5 % (dans les zones rurales - près de 40 %). Le nombre de polycliniques a également diminué (de 12,7 %). La mise en œuvre du décret présidentiel de mai visant à augmenter les salaires des médecins jusqu'à 200 % du salaire moyen dans la région, alors que le personnel médical moyen - jusqu'à 150 %, a été réalisée en réduisant le personnel tout en augmentant la charge sur le personnel restant. En 2018, le nombre de médecins a été réduit dans 55 ( !) régions. Il en est arrivé au point où les infirmières ont été transférées en masse aux nettoyeurs pour qu'elles ne tombent pas sous le coup du décret.

 

Le nombre de lits d'hôpital pour 10 000 personnes a même atteint le niveau de 1913 à Moscou, et par rapport à 2000, ce chiffre a diminué de moitié. Entre 2010 et 2018, le nombre d'organisations hospitalières a diminué de 79 et le nombre de lits d'hôpitaux de 29 500, dans un contexte de demande croissante de services médicaux en raison du vieillissement de la population et des mauvaises conditions sanitaires. Dans les régions, l'unité de soins de santé primaires (FAP, cliniques externes, hôpitaux) se trouvait dans une situation catastrophique, dont la responsabilité était confiée aux autorités régionales.

 

Selon les aveux du président Poutine lors de la réunion du présidium du Conseil d'État sur "les tâches des sujets de la Fédération de Russie dans le domaine des soins de santé" en octobre 2019, "plus de 60 % des citoyens ont une mauvaise opinion de la qualité des soins de santé". Au lieu de rendre les médicaments disponibles, les autorités ont supprimé les soins et diagnostics spécialisés des polycliniques, qui ont été transférés dans de grands centres cliniques et de diagnostic. Les patients doivent y être enregistrés dans un délai de quelques semaines. En conséquence, les soins et diagnostics spécialisés ont été transférés au secteur des services médicaux payants, qui en 2019 s'élevait à 846,5 milliards de roubles. Le système de santé public se transforme progressivement (contrairement à la Constitution de la Fédération de Russie !) en un marché de services médicaux payants.

 

La Chambre des comptes a constaté que l'optimisation des institutions médicales dans la Fédération de Russie a conduit à une augmentation de la mortalité ( !) des patients dans les hôpitaux urbains et municipaux de 2,6 % en moyenne dans le pays. Avec de tels résultats, il est temps de rebaptiser le ministère de la santé en ministère du contrôle de la population. Le ministère de la Santé, T. Golikova et A. Siluanov ont dû publiquement répandre de la cendre sur leur tête. Avec le début de l'épidémie et V. Matviyenko a soudainement réalisé que l'organisation du financement des soins de santé par l'assurance médicale obligatoire est très imparfaite.

 

Si la pandémie de coronavirus s'était produite en quelques années, nous aurions pu "rattraper" l'Espagne et l'Italie en optimisant le stock de lits. Il n'est guère surprenant qu'avec le début de la propagation rapide du coronavirus, les autorités aient paniqué, bien conscientes que pour une véritable épidémie, il n'y a pas assez de place pour les personnes infectées, ni de matériel médical, ni de moyens de protection. De plus, au moins 30 000 médecins et 175 000 membres du personnel médical sont portés disparus.

 

A l'époque soviétique, les protocoles d'actions lors des épidémies étaient élaborés en détail, ce qui a permis avec le début de la Grande Guerre Patriotique d'éviter les épidémies lorsque 20 millions de personnes ont été évacuées vers l'Est. Les bases de l'organisation des soins de santé pendant la période d'afflux massif de patients ont été établies  pendant la guerre de Crimée par N. Pirogov, qui a compris que l'essentiel n'est pas d'aider un blessé en particulier, mais en termes militaires, une organisation claire de tous les soins médicaux. C'est la médecine "optimisée" qui a fait face au problème non résolu pendant la pandémie.

 

Docteur en sciences médicales, l'épidémiologiste Professeur I. Gundarov estime que "covid-19 a révélé l'abomination, la méchanceté, la désorganisation, le marasme du pouvoir, qui, sauf pour semer la panique, intimider le peuple, ne peut rien faire. Et le président de la Chambre nationale de médecine, le Dr L. Roshal, a déclaré que maintenant les soins de santé ont besoin "d'une optimisation au contraire.

 

Les autorités vont maintenant moderniser les soins de santé. Une autre modernisation pourra-t-elle changer la situation réelle ? Elle ne le fera pas, car toutes ces réformes sont strictement conformes à la politique choisie par les autorités pour le passage du système national de soins de santé hérité de la solidarité, qui protège la santé de tous les citoyens indépendamment de leur capacité de payer, au modèle de type occidental, privant une partie importante de la population d'un accès égal aux soins médicaux modernes.

 

La situation dans le domaine des soins de santé est largement similaire à celle de l'autre domaine "optimisé", l'éducation. Elle concerne tout d'abord la commercialisation et la réduction de l'accès aux services gratuits d'année en année (actuellement, seulement 10% des places dans les universités sont budgétaires). Comme pour les soins de santé, l'augmentation des salaires se fait par la réduction du nombre d'enseignants et de professeurs d'université avec une augmentation simultanée de la charge de travail. Dans le même temps, le nombre de cadres et de superviseurs augmente rapidement, remplissant les établissements d'enseignement d'une infinité d'instructions, de règles, de recommandations et de formulaires de rapport (l'université russe moyenne remplit environ 300 rapports par an contenant environ 12 000 indicateurs). Les petites écoles rurales ferment leurs portes. La pandémie de coronavirus est porteuse d'un autre danger réel pour le système éducatif : la tentation de passer à un enseignement à distance généralisé, bon marché et de faible qualité. L'Agence de l'innovation de Moscou prévoit déjà que d'ici 2030, la Russie abandonnera presque complètement l'enseignement classique au profit de nouvelles formes d'enseignement. Apparemment, le jour n'est pas loin où seule l'élite riche pourra profiter du privilège d'une communication en direct avec un enseignant, une forme d'éducation plus coûteuse.

 

Dans les années 1950, l'enseignement scolaire en URSS était considéré comme le meilleur du monde. Une grande partie de notre système d'éducation scolaire a été empruntée par le Japon, qui a ensuite connu un grand succès économique. Les diplômés des principales universités soviétiques étaient supérieurs à leurs pairs d'autres pays en termes de qualité de la formation. Le niveau élevé de la formation scolaire était massif. Aujourd'hui, l'USE, le processus de Bologne et l'introduction des critères recommandés par les Américains pour évaluer les enseignants et les établissements d'enseignement ont conduit à une forte baisse de la qualité de l'éducation. La France, qui dans les années 60 a été le premier pays à mettre en place un système de test similaire à notre USE, l'a annulé trois ans plus tard en raison de son impact négatif sur le développement mental des élèves. Il n'est même pas question d'abolir ce système. La bolognisation de l'enseignement supérieur n'a pas non plus été bénéfique. Le système éducatif dans son ensemble a été réorienté de la tâche d'éducation de la personne créative vers l'éducation des "consommateurs qualifiés". La réforme de l'éducation mise en œuvre sous sa forme actuelle vise à faciliter la chasse aux cerveaux par les entreprises mondiales et à armer les aborigènes restants non pas de connaissances, en présence desquelles il devient difficile de manipuler une personne, mais de "compétences" nécessaires aux entreprises mondiales.

 

La prochaine étape de la réforme définitive et irréversible de l'enseignement scolaire est la création du Conseil de coordination pour le développement de l'éducation en Russie. Le personnage principal sera Gref, qui n'a pas de formation pédagogique et qui est impatient de se conformer aux nouvelles normes éducatives de l'État fédéral - FSES. De 2000 à 2009. La FSES a déjà été modifiée à trois reprises, après quoi la FSES-3 a commencé à ajouter des avantages à la prochaine amélioration, et chaque fois que l'école est améliorée, elle commence à s'enflammer, car elle exige un remaniement incessant des programmes et des plans. L'ajout de l'enseignement dans les écoles publiques sera désormais repris par le très efficace gestionnaire qui proclame qu'"il est impossible de donner à la population l'accès à l'information" car "les gens ne veulent pas être manipulés quand ils ont des connaissances", qui rêve d'éliminer les écoles physiques et de supprimer les examens et les notes. Les propres enfants de M. Gref sont inscrits dans une école privée coûteuse, qui n'est pas susceptible d'être couverte par ses innovations ...

 

La science russe se trouve aujourd'hui dans une situation difficile. La Russie est le seul pays du monde non occidental où, à la fin du XIXe - début du XXe siècle, une science fondamentale à part entière est déjà apparue, et des scientifiques de niveau mondial (N. Lobachevsky, D. Mendeleev, I. Pavlov etc.). Tout cela a été préservé et multiplié en 1917-1991. Les bolcheviks ont réussi à préserver leur personnel scientifique pendant les années fringantes de la guerre civile et à éviter la fuite des cerveaux du pays. En 1918-1921, l'Institut d'État de physique et de technologie (GFTI), dont le directeur était le "père de la physique soviétique" A. Ioffe, a été créé à Petrograd, l'Institut d'État du radium (GRI), dont le directeur était l'académicien V. Vernadsky. Et à Moscou, l'Institut de physique et de biophysique du Commissariat du peuple pour la santé, l'Institut de recherche en physique et cristallographie et bien d'autres encore ont fait leur apparition. En 1927, plus de 90 instituts scientifiques avaient été créés en URSS, et d'importants projets de recherche avaient été menés à bien, dont de nombreuses expéditions de recherche et d'exploration. Alors que dans les années vingt, des instituts de recherche ont été créés principalement à Moscou et à Petrograd, dans les années trente, de nombreux instituts de recherche ont également été ouverts à la périphérie. De nombreux instituts de branche ont également commencé à être créés, dont les activités visaient à résoudre les problèmes pratiques auxquels l'économie nationale était confrontée.

 

Après la grande guerre patriotique, le financement de la science ne cesse d'augmenter. En 1985, les investissements dans la science représentaient 5 % du PIB. Un tiers de toutes les grandes découvertes scientifiques du XXe siècle ont été faites par des scientifiques russes, et l'espace scientifique et technique de l'ex-URSS représentait au moins 25 % des échanges technologiques mondiaux. La situation actuelle de la science peut être décrite comme déplorable. "En termes de part des dépenses scientifiques dans le PIB (1,1%), la Russie est loin derrière les principaux pays du monde, se situant à la 34e place", selon le rapport de la Chambre des comptes. "Même si les paramètres cibles du projet national "Science" sont atteints, les dépenses scientifiques de la Russie n'augmenteront que de 1,2 % du PIB d'ici 2024. Dans le même temps, en Chine, ces coûts représentent 2,1 % du PIB, aux États-Unis - 2,7 % du PIB, en Allemagne - 2,9 % du PIB", indiquent les auditeurs. En termes absolus, les dépenses scientifiques de la Russie sont 11 fois inférieures à celles des États-Unis et de la Chine.

 

Il a été démêlé à la suite d'une importante réforme en 2013. L'Académie des sciences de Russie, dont la grande majorité des scientifiques n'ont pas adopté de réformes libérales. Comme l'a fait remarquer A. Sergeev, président de l'Académie des sciences de Russie, "la plupart des membres de l'Académie, qu'ils soient professeurs seniors ou jeunes, estiment que l'état de la science dans le pays s'est détérioré au cours des six années qui ont suivi la réforme, et ils ne comprennent toujours pas pourquoi cela a été fait. En fait, la réforme a conduit à la destruction du double système, autrefois fort, d'"académies-instituts" avec des membres sélectionnés de l'académie et des instituts, où le "cerveau" - l'académie - prenait les décisions et les transmettait aux instituts. Ce système était pratiqué depuis des décennies et, à l'époque soviétique, il était au cœur du pouvoir scientifique et technique de l'État. Au début de l'époque russe, il nous a permis de préserver notre science académique par opposition à la science de branche qui n'était pas subordonnée au RAS". En raison de la perte de contrôle sur le réseau des institutions universitaires, l'Académie ne peut pas s'engager directement dans la recherche scientifique et la lutte contre l'infection dans le cadre de la pandémie actuelle.

 

À la suite de la "réforme" du RAS, plus d'un million de scientifiques et de spécialistes russes sont partis pour les seuls États-Unis et le Canada. Selon Rosstat, l'exode du personnel qualifié de l'enseignement supérieur est de plus de 50 000 par an et, selon les statistiques des pays étrangers, de plus de 100 000. Il convient de rappeler les paroles du mathématicien français B. Pascal : "Il suffit de laisser trois cents intellectuels - et la France se transformera en pays d'idiots.

 

De grandes questions sont soulevées par le système mis en place d'évaluation des réalisations scientifiques par activité de publication. La croissance du nombre de publications, selon le président de l'Académie des sciences de Russie, est "artificielle" et ne reflète pas la situation réelle. En réalité, le nombre de travaux scientifiques russes qui sont invités aux grandes conférences internationales est en nette diminution. Néanmoins, le ministère des sciences continue à utiliser cette même science dans les concours et les subventions.

 

Il est possible de rappeler à nos "réformateurs" de la science que le seul prix Nobel russe de chimie, N. Semenov, qui a dirigé pendant 55 ans l'Institut de physique chimique, n'a publié que cinquante articles originaux et, en règle générale, dans des revues nationales. Si nous utilisons le système d'"évaluation objective" des travaux du lauréat du prix Nobel par points, qui est actuellement mis en œuvre à l'Académie des sciences de Russie par le ministère de l'éducation et des sciences, N.N. Semenov serait l'un des pires employés de toute la période d'existence de l'Institut de physique chimique".

 

L'"optimisation" des soins de santé, de l'éducation et de la science est une conséquence naturelle des réformes néolibérales en cours et la preuve de l'incompréhension totale des autorités à l'égard des lois fondamentales du progrès scientifique et technologique. C'est un rejet de facto d'une trajectoire indépendante du développement du pays, la consolidation d'un statut de dépendance et un crime contre nos enfants et petits-enfants.

Les contours de l'avenir

 

Le 10 mai, dans une interview accordée à l'émission "Moscou. Le Kremlin. Poutine", le président a déclaré qu'il n'est pas nécessaire de "ne saisir que notre passé héroïque, nous devons nous tourner vers notre avenir tout aussi héroïque et fructueux. Mais les autorités ne font preuve d'aucune vision de notre avenir. Seul "l'extinction du feu de la pandémie" est à l'ordre du jour. Et les gens se posent beaucoup de questions sur les actions des "pompiers". Il semble que les efforts des autorités viseront principalement à sauver les entreprises d'État et les oligarques, et à renforcer encore le contrôle sur la population. Il n'y a aucune tentative de briser le cercle vicieux de notre développement dépendant et aucun projet en ce sens n'est encore en cours.

 

Les autorités pensent-elles que dans les conditions de la crise totale provoquée par la pandémie et les actions de lutte contre celle-ci, les forts survivront aux dépens des faibles, les riches aux dépens des pauvres, et le Centre aux dépens de la périphérie ? Comme l'a dit au sens figuré D. Mityaev, le maître des prévisions économiques, "il est intéressant pour les acteurs mondiaux que tout le monde reste sur ce "Titanic", alors qu'un orchestre le joue encore d'une manière ou d'une autre, et que seuls ceux qui sont censés le faire - les passagers de première classe - montent à bord des bateaux".

 

La tâche du Centre mondial est de laisser les faibles mourir aussi calmement que possible dans la lutte contre les difficultés. Le livre de Parshev "Pourquoi la Russie n'est pas l'Amérique" cite Thatcher qui dit que seulement 15 millions de personnes sont économiquement justifiées de vivre en Union soviétique. Et il est certain que dans le territoire dépendant, il n'y a pas besoin d'un luxe tel que la science, qui est considérée comme un danger stratégique dans les pays hostiles aux États-Unis, comme l'a dit M. Kissinger. N'est-ce pas pour cela que tant d'efforts ont été consacrés à l'effondrement du RAS ? Une bonne éducation n'est pas non plus requise, la "compétence" suffit. Aux fins de la réduction de la population, il n'est absolument pas nécessaire de disposer de soins de santé avancés. L'essentiel est que dans le processus de mort du territoire sous contrôle, il ne doit pas y avoir de convulsions et que l'Occident ne doit pas éclabousser.

 

Les démocrates et de nombreux républicains aux États-Unis expriment ouvertement les mêmes pensées aujourd'hui. Ils sont sûrs que la Russie, qui a construit un simulacre de la société de consommation occidentale et s'est volontairement rendue pendant la guerre froide à la merci des vainqueurs, ne sortira pas de la boucle serrée, les Américains pragmatiques ne croient pas à la possibilité d'un miracle russe. C'est précisément pour "ne pas être éclaboussés par l'Occident" que les États-Unis n'ont pas encore pris de mesures radicales contre notre système financier (comme la déconnexion de SWIFT et le blocage des comptes de correspondants aux États-Unis).

 

L'effondrement de l'URSS a fourni à l'Occident des matières premières bon marché, une main-d'œuvre qualifiée, des capitaux et de nouveaux marchés, et a permis de retarder la crise économique qui était mûre pour ces années-là. Pendant le deuxième mandat de Clinton, le pillage des pays de l'ancien système socialiste a permis, pour la première fois en 30 ans, de dégager un excédent budgétaire américain. Aujourd'hui, le Global Center compte déjà sur un "banquet" similaire sur les ruines de la Russie. À cette fin, tous les fonds disponibles sont utilisés, et une véritable guerre hybride est menée. Dans les étendues de l'Internet se promènent de nombreuses prophéties d'auteurs de fiction, d'analystes et d'experts sur la disparition imminente de la Russie en tant qu'État indépendant. Elles visent à convaincre du caractère inévitable de telles prévisions et à instiller l'idée de l'inutilité de la résistance. C'est ainsi qu'un certain journaliste A. Svetov parle au "Canadien Nostradamus" Ricardi, qui dit que lorsque le gouvernement russe demandera à genoux à l'Occident ce qu'il attend encore de la Russie, la réponse sera "Mourir !

 

Pour que la Russie ne devienne pas, comme l'a dit A. Fursov au sens figuré, "du fumier pour les forts" et ne passe pas dans la catégorie des États en faillite, une transformation très sérieuse est nécessaire. Le paradigme du capitalisme périphérique de la Russie ne survivra pas ! Le modèle actuel ne fonctionne pas !!!  Elle est en contradiction avec les intérêts nationaux et vise à la pleine subordination du pays.

 

Toute crise ouvre une fenêtre d'opportunité. L'essentiel est de pouvoir l'utiliser. En 1929, au début de la Grande Dépression, Staline a réussi à le faire en mobilisant les gens pour la tâche de l'industrialisation en un temps record. Parallèlement à ce taux de croissance économique sans précédent, l'économie se développait rapidement - science, éducation, culture. La crise actuelle nous donne également une chance de jouer notre jeu, à condition que nous soyons capables de connecter nos propres esprits, imagination et volonté et de jeter les cendres des fausses doctrines néolibérales et le poids des fausses obligations.

 

Au début des années 80, les experts occidentaux, en prévision d'une nouvelle crise, ont écrit que les pays socialistes passeraient plus facilement que l'Occident. Ils ont exprimé leurs craintes face à l'arrivée au pouvoir de forces de gauche dans les principaux pays occidentaux. C'est pourquoi les États-Unis pariaient sur l'affaiblissement de leur adversaire géopolitique pendant la guerre froide. Après l'euphorie de l'effondrement de l'Union soviétique, à laquelle l'Occident ne s'attendait pas au départ, Fukuyama a écrit son ouvrage "La fin de l'histoire et le dernier homme", diffusé en millions d'exemplaires - sur la victoire finale et irrévocable de la démocratie libérale et du capitalisme dans le monde entier et pour toujours. Mais les problèmes internes du capitalisme n'ont pas disparu, malgré la "pause" résultant de la victoire dans la guerre froide. Le néolibéralisme, avec sa dictature du profit, a entamé une redistribution globale du monde et de ses ressources : la classe moyenne et l'État social, qui avaient émergé dans de nombreux pays européens sous l'influence des succès de l'URSS, ont été éliminés presque universellement ; les pays et les peuples désobéissants ont commencé à brûler au feu et à l'épée (Yougoslavie, Irak, Libye, Syrie, etc.). Le néo-libéralisme actuel est hostile aux intérêts de tous les peuples et sert le capital financier mondial qui, sous le couvert de la liberté économique, éteint toutes les libertés sauf celle de piller. Appauvrissement de la population, génocide, vols et violences, guerres et opérations spéciales, millions de migrants privés de leurs droits, "poupée russe" de crises, tel est le monde unipolaire d'aujourd'hui.

 

Aujourd'hui, même en Occident, on comprend de plus en plus que le capitalisme n'est pas la fin de l'histoire, mais une des étapes du développement humain, et qu'une autre crise pourrait s'avérer fatale. Les travaux de K. Marx et Vladimir Lénine suscitent un regain d'intérêt et l'expérience réussie de la Chine est à l'étude. La pandémie qui a poussé l'économie mondiale dans une crise totale a fortement ébranlé la position des libéraux au sein des gouvernements. Dans les années à venir, le rôle de l'État, qui devra relancer, stimuler et contrôler la production, mettre de l'ordre dans les soins de santé et dans d'autres domaines, va inévitablement s'accroître. Le professeur J. Galbraith de l'université du Texas a récemment déclaré, à propos de l'impact de la pandémie, que "le capitalisme et la décentralisation des 40 dernières années ne seront peut-être pas en mesure de résister à la crise, il faudra peut-être construire un nouveau système, il faudra peut-être construire le socialisme d'État ou prendre certaines décisions hybrides.

 

On est de plus en plus conscient que, grâce au développement rapide des technologies numériques, la gestion planifiée est déjà supérieure à la gestion du marché à tous égards, y compris en ce qui concerne l'efficacité de l'utilisation des ressources disponibles et la rapidité de réaction aux éventuelles surprises. La réalisation maximale de tous les avantages d'une économie planifiée est obtenue avec un seul propriétaire des moyens de production. Ainsi, le bénéfice économique prédétermine pratiquement l'inévitable transition vers le socialisme, sans parler de la demande croissante de justice sociale.

 

Cependant, les libéraux au pouvoir continuent de cracher sur l'expérience de la construction de l'économie socialiste en URSS et de prouver qu'il n'y a pas d'alternative au marché non réglementé. Ils bloquent intentionnellement toute offre visant à placer une politique monétaire sous le contrôle de l'État. La tromperie, les contrefaçons, la désinformation et même les menaces latentes vont de pair.

 

Aujourd'hui, seuls les aveugles ne peuvent pas voir - pour survivre et se développer, le pays a besoin d'un saut technologique et d'une nouvelle industrialisation. Des programmes complexes de réalisation des tâches de croissance économique et de modernisation technologique, fondés sur des bases scientifiques, ont été proposés à plusieurs reprises tant par le SNDP que par des scientifiques de l'Académie des sciences de Russie et des hommes d'affaires de gauche-conservateurs. Pendant la période du début de la pandémie, le rapport "Sur les causes profondes du chaos croissant et les mesures pour surmonter la crise économique" a été préparé par l'académicien S. M. K. Bogdanov. Académicien S. Glazyev".  Quel semble être l'obstacle à la mobilisation de toutes les forces pour la mise en œuvre d'un plan d'action bien pensé et exclusivement axé sur les intérêts nationaux ?

 

Dans le paradigme du modèle actuel de développement dépendant, de tels plans ne peuvent fondamentalement pas être revendiqués par les autorités. Ni les propositions de Glazyev ni les autres programmes alternatifs n'ont de chance d'être mis en œuvre. Ils violent de nombreux "schémas" et vont à l'encontre des intérêts des hautes autorités, des spéculateurs financiers, des directeurs et des actionnaires des sociétés d'État et des grandes banques d'État, et de toute l'équipe néolibérale ligotée dans un ordre circulaire.

 

Les chartes de V. Tereshkova proposent, par le biais d'amendements à la Constitution, de faire de Poutine le président à vie. En un temps record, la décision a été prise à tous les niveaux. Seule l'intervention de la pandémie a retardé un vote populaire purement rituel. Les Russes sont prêts à pardonner au Président pour avoir rendu la Crimée (NDT à la Russie). Mais la Russie pourra-t-elle non seulement préserver la Crimée, mais aussi se préserver elle-même, si rien n'est changé ? Si le pays reste chez lui avec des portes et des fenêtres ouvertes dans les conditions de crise "froide" et fait l'objet de pillages à grande échelle, les programmes visant la croissance économique n'auront aucune chance d'être mis en œuvre...

 

La Russie, avec sa structure de vie solidaire traditionnelle et ses idées de priorité de la justice sur le droit et de triomphe de la vérité sur le droit, a historiquement gravité vers les idées socialistes. En tant que partie de l'URSS, elle a accumulé une vaste expérience dans la création d'une économie planifiée. Peu importe la manière dont les libéraux ont lavé le cerveau de la population, selon les sondages des sociologues, 66% des citoyens russes aimeraient vivre sous le socialisme. Et le nombre de partisans du socialisme continue d'augmenter chaque année. Près des trois quarts des jeunes Russes interrogés sont favorables au transfert à la propriété d'État des grandes entreprises ; seuls 17 % sont favorables à la propriété privée. Les libéraux reçoivent un pourcentage honteusement bas de votes lors de toute élection.

 

Il existe une demande énorme dans la société pour l'abandon du modèle libéral de développement dépendant et la transition vers les principes socialistes de gestion économique. Il ne fait aucun doute que le virage à gauche apportera aux autorités un soutien massif et un énorme crédit de confiance. Quelles sont les chances d'une telle révolution par le haut ? Le président sortant, qui confirme encore son engagement dans la voie libérale, en est-il capable ?

 

La tâche de toutes les forces saines de la société, de tous ceux qui ont des intérêts nationaux au premier, deuxième, troisième et tous les lieux suivants, est de s'unir et de donner un nouveau souffle au flanc gauche afin d'augmenter la pression sur les autorités. Il n'y a pas un seul groupe social en Russie qui soit satisfait de la situation. La poursuite du "banquet" du parti libéral sous le couvert des tchékistes d'Andropov se terminera inévitablement par la consolidation finale du statut de la Russie en tant que pays de capitalisme périphérique. Nous avons une vaste expérience de l'économie de mobilisation et des actions sous restrictions et sanctions imposées, il y a d'énormes réserves de ressources naturelles. Il y a des jeunes instruits, réfléchis et aspirants, à qui il faudrait offrir un projet à grande échelle et de réelles perspectives au lieu d'un zombie. Il existe un marché intérieur potentiellement important et des possibilités de coopération avec des États axés sur le développement souverain.  Tout cela nous donne une chance de sortir du piège et de gagner la bataille pour notre avenir souverain. Le défi consiste à ne pas manquer cette chance.

 

 

Sergey Batchikov

Sergey Anatolievich Batchikov (né en 1953) - Économiste, entrepreneur, personnalité publique et politique russe. Il est membre à part entière de l'Académie internationale de la gestion d'entreprise. Président du conseil d'administration de l'Union commerciale et financière russe. Directeur du Centre pour les problèmes de gestion des grands systèmes sociaux et économiques de l'Institut international de recherche sur les problèmes de gestion. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergei Batchikov :Le développement de la dépendance est dans une impasse. Y a-t-il une solution ? Rapport au Club d'Izborsk (Club d'Izborsk, 30 juin 2020)
Lire la suite

Zakhar Prilepin : Les Russes méritent d'être mentionnés dans la Constitution. (Club d'Izborsk, 29 juin 2020)

30 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Zakhar Prilepin : Les Russes méritent d'être mentionnés dans la Constitution.

29 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19547

 

 

- Vous êtes un homme d'expérience, expliquez : les ressources naturelles ne sont pas seulement des forêts et des rivières, des lacs et des mers, mais aussi ce qu'il y a dans le sol ?

 

- Bien sûr.

 

- Je propose d'ajouter : "Les ressources naturelles devraient appartenir aux personnes vivant dans la Fédération de Russie".

 

- La question est claire, elle concerne le 9ème article. J'ai également apporté cet amendement. Nous devons être conscients que nous vivons dans un pays capitaliste. Nous n'avons pas eu de révolution socialiste. Personne ne rendra les ressources minérales à la population. Nous devons exiger des choses possibles, et non des choses qui dépassent nos capacités et notre autorité. Nous avions tout cela en 1991. Et vous et moi avons supporté cet État, tout le monde a voté pour Eltsine, pour cette Constitution, et nous vivons avec.

 

- Vous vous êtes battu pour la Russie dans le Caucase, l'adoption d'amendements - est-ce, entre autres, la fin de toutes les guerres ?

 

- Les événements du début du siècle ne se sont pas limités à Grozny ou au territoire du Daghestan, où il y a eu une invasion, y compris par des citoyens étrangers. Tant l'argent que l'équipement et les vêtements y étaient fournis par nos "partenaires" d'Europe occidentale et du Moyen-Orient. Tous les conflits sur le territoire de l'ancienne Union soviétique, à des degrés divers, sont une prolongation, y compris la Seconde Guerre mondiale, dans toutes les directions. Et la Constitution est pour nous une tentative de correction, y compris la finale du 9 mai 1945.

 

- Et les finales suivantes ?

 

- Et les guerres qui ont suivi, elles fixent aussi cette finale. Nous n'effectuons même pas d'actions qui vont au-delà du 9 mai 1945, nous essayons non pas d'établir, mais de rétablir notre autorité dans ces limites. Si nous ne les y établissons pas, alors les autres parties à ces accords y établiront leur droit de force. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise.

 

- Quel amendement est le plus important pour vous - sur l'intégrité territoriale, sur la langue russe, ou peut-être sur Dieu ?

 

- Tout cela est notre vie, et toutes ces choses sont inséparables. Même si une personne pense que ce n'est pas son affaire... C'est l'inaliénabilité des territoires - quel loyer peut-il y avoir ? ! Et ce qui est notoire, c'est la quasi-égalité des sexes ? Tout ce satanisme avec l'adoption d'enfants par de merveilleux personnages du même sexe. Il s'agit de moi, de ma famille, de mon foyer. Je ne suis même pas enclin à essayer de le partager de quelque manière que ce soit. Je me soucie du territoire, des enfants et de Dieu.

 

- J'aimerais voter non pas à bulletin secret, mais au scrutin ordinaire...

 

- Je suis également favorable à un vote normal. Parce que cela nous évitera la manipulation et que ce sera le summum de la vie privée dans tout le pays. Je crois que les gens devraient être tenus responsables de leurs actes.

 

- Pourquoi avons-nous besoin d'un amendement sur Dieu dans la Constitution ?

 

- Cette question a été pour moi une source de controverse lorsqu'elle a été soulevée. Mon merveilleux camarade Ivan Okhlobystin considère qu'il s'agit de l'amendement le plus important, et c'est seulement grâce à lui qu'il est prêt à voter pour la Constitution. Au début, je pensais que Dieu n'avait pas besoin que nous l'incluions dans la Constitution. Il l'est déjà. Mais d'un autre côté, j'ai passé la journée à Rostov, à Kostroma. Je suis entré dans des dizaines d’églises. Et ce n'est pas seulement la culture russe. C'est le sort de la Russie, la protection de la Russie. Elle imprègne tellement notre vie, notre société et notre vie, notre destin, que nous devons la réparer. Le Dieu orthodoxe russe est notre protection.

 

- Les personnes ayant un passeport russe au Donbass et en Transnistrie, Abkhazie et Ossétie du Sud voteront pour les amendements ?

 

- Pour eux, c'est plus que proche. En particulier l'amendement que j'ai proposé lors de la réunion avec le président. Je l'ai formulé comme un amendement pour soutenir la diaspora russophone. Elle était directement liée à eux. Et cela concerne leurs proches, qui n'ont pas encore reçu de passeport russe. Leur solidarité est bien plus grande que celle de notre intelligentsia. La solidarité envers ceux qui sont restés sur les territoires des anciennes républiques soviétiques et qui n'ont pas de droits propres. Certains d'entre eux ne sont pas citoyens de la république, certains n'ont pas la possibilité d'enseigner à leurs enfants dans une école russe, etc. Ils le ressentent subtilement et le comprennent bien. Et le fait que la Constitution garantisse un certain nombre de choses liées à l'aide aux pauvres et à ceux qui ont beaucoup d'enfants, etc. est directement lié à eux, car ils doivent également s'adapter dans le nouveau pays, qui leur a donné un passeport. Au moins deux de ces paragraphes leur sont directement applicables. Au fait, dans le Donbass, les patriotes de Russie sont le genre de personnes qu'il faut rechercher en Russie. Les habitants de Transnistrie, d'Abkhazie et de toute autre région sont intéressés à être impliqués dans l'orbite d'un État fort. C'est pourquoi ils voteront en général pour un ensemble d'amendements qui peuvent leur fournir le bon toit au-dessus de leur tête.

 

- Avez-vous rencontré des obstructions de la part de ceux qui croient que Prilepin s'est plié au pouvoir ?

 

- Oui, peut-être, mais je suis tellement adulte et fatigué des diverses manifestations de la vie que je ne suis pas ces obstructions. Il m'est apparu clairement avec l'intelligentsia russe après 2014. J'ai vu toute leur obstruction dans le cercueil, parce qu'ils n'ont aucune sympathie pour les gens qui sont mes parents, disons, au Donbass, et pas seulement au Donbass. Ils sont essentiellement mes ennemis idéologiques et littéralement mes ennemis. Ils soutiennent les personnes qui ont essayé de me tuer et de tuer mes camarades. Leur point de vue sur Prilepin, sa position sur Poutine, n'a donc aucune signification pour moi. Ma position est la même depuis 25 ans. Je ne construis pas ma position de vie par rapport au Kremlin. Il y a des choses qui sont importantes pour moi. J'ai ma propre position d'homme qui souffre depuis longtemps.

 

- La langue russe ?

 

- La langue russe est, entre autres, un outil économique. Une des langues mondiales, comme le russe en 1991, nous a apporté un afflux de touristes, des relations économiques et, en général, un intérêt pour la Russie dans différents pays, ce qui a donné lieu à diverses formes de coopération. Et nous devons fixer dans le document principal du pays - la langue russe est un outil, y compris le développement de l'économie. Elle affecte directement nos garanties sociales et notre sécurité sociale.

 

- L'expression "langue de l'État formant la nation" est-elle exacte pour vous ?

 

- Il s'agit déjà d'un sujet distinct. Je considère que la nation formant l'État est un amendement important. Je suis moi-même internationaliste. J'ai fait des "Leçons de russe" pour mes amis Bachkir, Kalmykian et autres. Mais nous devons nous rendre compte que plus de 80 % de la population de la Russie sont des Russes. Et les Russes ont apporté une contribution décisive à la création de notre État et de notre culture nationale. Vous n'avez pas à avoir honte d'en parler tout haut. Les Russes méritent le droit d'être mentionnés dans la Constitution.

 

- L'amendement sur l'intégrité territoriale - il fixe la position actuelle des frontières russes ...

 

- Il s'agit de ne pas abandonner ce que nous avons. Et il n'est pas interdit d'ajouter de nouveaux territoires dans cet amendement. Il laisse toutes les possibilités de travailler avec le territoire de l'ancienne Union soviétique d'une manière ou d'une autre. S'il y avait un amendement selon lequel nous fixons ce territoire et il le restera à jamais, je serais le premier à protester contre. Il fixe strictement le statut des territoires russes, et si jamais quelqu'un pense à donner au moins 30 centimètres de notre terre, il devra la soumettre à un référendum, l'expliquer à la population pendant longtemps. Je suis pour que le nombre maximum d'obstacles soit fixé pour le transfert éventuel de terres à quiconque. Et la Constitution est idéale pour cela.

 

- Et nous ne nous soucions pas de l'attitude du Conseil de l'Europe ?

 

- Non, non, d'autant plus que la priorité des lois nationales y est stipulée séparément. Il y a donc même deux obstacles, deux barrières qui se dressent.

 

- L'adoption de la primauté de notre droit par rapport au droit international est-elle une histoire importante ?

 

- Bien sûr qu'elle l'est. Il y a un nombre anormal de choses controversées qui sont de plus en plus contestées à chaque nouveau tournant de l'histoire. Des résultats de la Seconde Guerre mondiale au territoire, à la géographie, au statut de la langue, à l'attitude des hommes envers les femmes. Ils peuvent faire des lois de toute sorte et nous les imposer par le biais de différentes autorités. Et d'une manière ou d'une autre, nous devrons soit les suivre, soit les prendre en compte. Mais la Constitution nous dit que nous serons calmes, ils peuvent y tomber dans le satanisme pur et simple et je n'exagère même pas. Et la Russie restera la base du bon sens, qui est inscrit dans la Constitution tant en ce qui concerne la législation mondiale que ses propres citoyens.

 

- Avez-vous discuté de ces modifications dans votre famille ?

 

- Oui, nous l'avons fait. J'ai une famille très politisée. Les enfants expriment une telle demande, non pas de scepticisme, mais une demande à justifier en détail. Par exemple, ma fille aînée est allée voir maman et papa avec une question sur ces pauvres minorités de genre.

 

- Le mariage est donc l'union d'un homme et d'une femme ?

 

- Eh bien, elle a généralement soulevé la question que, comme, les voici, de bonnes personnes, ils peuvent travailler dans une usine là-bas, pas besoin de les offenser ... Eh bien, j'ai expliqué que personne n'offense personne, mais il y a les droits de leurs propres enfants, qui n'ont pas signé pour être adoptés par deux pères, parce que nous avons un pays d'un certain type, il a certaines traditions... Je dis ici - ma fille, imagine, ton école a un papa et un papa qui viennent... Je veux dire, tu dois faire un effort extraordinaire pour l'expliquer d'une manière ou d'une autre à tes camarades de classe. Enfin, à moi-même. Au bout du compte, un enfant pourrait se demander : pourquoi m'a-t-on mis dans cette position ? Dois-je souffrir pour cela ? Même ça, c'est suffisant. Sauf que nous avons juste certaines traditions et certaines craintes à ce sujet - psychologiques, sexuelles et autres. Parce que personne n'a jamais expérimenté la façon dont deux mamans ou deux papas élèvent un enfant. Et le monde s'est précipité d'une falaise dans cette histoire. Et maintenant, nous allons regarder les enfants grandir.

 

 

Zakhar Prilepin

http://zaharprilepin.ru

Zakhar Prilepin (de son vrai nom - Evgeny Nikolaevich Prilepin ; né en 1975) - écrivain russe, personnalité publique et politique. Rédacteur en chef adjoint du  site "Libre pensée". En 2014, il a été reconnu comme l'écrivain le plus populaire de Russie par de nombreuses audiences. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Zakhar Prilepin : Les Russes méritent d'être mentionnés dans la Constitution. (Club d'Izborsk, 29 juin 2020)
Lire la suite

Alexander Dugin (Alexandre Douguine) : Nouvelles coordonnées de la guerre civile (Club d'Izborsk, 28 juin 2020)

28 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Alexander Dugin (Alexandre Douguine) : Nouvelles coordonnées de la guerre civile

28 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19543

 

Les troubles qui secouent les États-Unis aujourd'hui sont considérés par de nombreux analystes comme le début d'un processus très sérieux - une véritable guerre civile. Tout le monde ne partage pas cet avis, mais à mesure que les troubles s'aggravent, que les pillages et la violence s'étendent à de plus en plus de villes américaines, à commencer par Washington et New York, et que l'armée américaine est impliquée dans le conflit, ce scénario semble de plus en plus plausible. Dans cet article, nous n'avons pas pour objectif de peser les chances d'une guerre civile américaine à part entière, et les facteurs qui s'y opposent. Partons du principe que ce qui se passe actuellement aux États-Unis est une guerre civile, et essayons de comprendre la nature et les conséquences de ces événements dramatiques pour l'Amérique et le reste du monde.

 

Le bipartisme américain comme un moment figé de la guerre civile... assistons-nous aux préalables à une guerre civile complète aux États-Unis ?

 

- Oui, absolument. Tout d'abord, à partir de la guerre de 1861-1865, lorsque la Confédération des 11 États esclavagistes contre les 20 États abolitionnistes du Nord (et les 4 États marginaux, où l'esclavage existait, les ont rejoints), la société américaine reste politiquement divisée. Si le Nord a triomphé et l'esclavage a été aboli, de nombreux autres principes ont préservé exactement les positions que le Sud a défendues. L'abolitionnisme du Nord se conjugue avec une volonté républicaine d'unifier les États-Unis en un seul État-nation, d'où la République. Le Sud a insisté pour que les États-Unis conservent un degré d'indépendance important, jusqu'à la souveraineté juridique. Sur la question de l'esclavage, le Nord a gagné, et sur la question de l'interprétation du fédéralisme et de la nature même de l'État américain, le Sud a gagné, malgré la défaite militaire de l'armée du Sud. 

 

C'est pendant la guerre civile de 1861-1865 que deux grands partis américains ont été créés : le parti républicain (Great Old Party) et le parti démocrate. La politique bipartisane des États-Unis, qui a survécu jusqu'à ce jour, est une trace directe de la guerre civile qui, avec la victoire militaire du Nord, a abouti à un compromis politique avec le Sud. Pour comprendre la nature du bipartisme américain, on peut imaginer ce qui se serait passé si, après la victoire des Rouges dans la guerre civile russe, les Blancs vaincus avaient créé un deuxième parti aux côtés des Bolcheviks et continué à défendre leurs points de vue. Ou après la victoire de Mao en Chine, si un gouvernement de coalition avec le Gomindang avait été établi. Et c'est exactement ce qui s'est passé aux États-Unis. Ainsi, le bipartisme américain est une guerre civile gelée, transférée dans la sphère de la politique. Le fait que ce système n'ait pas été modifié depuis près de deux siècles et qu'aucun parti n'ait disparu, alors qu'aucun tiers n'est apparu, montre à quel point la guerre civile et le système bipolaire sont profondément ancrés dans la politique américaine.

 

Le système bipartite avait sa propre histoire et, à certaines périodes, les relations entre les partis s'intensifiaient et s'équilibraient. De toute évidence, à partir de l'époque des années 1990, de Bill Clinton à Barack Obama, en passant par la période de présidence de George W. Bush, il y a eu un consensus entre les parties en matière de politique étrangère, et tous les désaccords se sont limités à quelques sujets de politique intérieure - principalement les réformes des soins de santé. À un moment donné, la guerre civile semblait avoir été complètement surmontée au fur et à mesure que la mondialisation progressait, mais l'arrivée du président Trump a tout changé. La confrontation féroce avec Hillary Clinton il y a quatre ans et la réapparition de la lutte entre Républicains et Démocrates dans la course à la présidence de 2020 ont tout remis à sa place : la haine mutuelle entre les partisans du Parti Républicain et ceux de Trump contre les Démocrates a atteint son paroxysme aujourd'hui. En même temps, il est important que ces contradictions se concentrent sur les principales forces politiques, qui sont apparues à l'origine pendant la guerre civile, et sont donc des foyers dormants de nouveaux conflits possibles.

 

Conclusion : la vague de protestations actuelle aggrave considérablement les contradictions au sein même du système politique américain et pourrait bien aboutir à un nouveau cycle de guerre civile à part entière entre l'aile conservatrice de Trump et les progressistes de la base électorale des démocrates. Dans le même temps, le personnage de Trump et l'acuité de sa politique exacerbent encore la situation. Trump est le "chiffre" le plus approprié pour que la guerre civile aux États-Unis devienne une réalité.

 

Amérique noire contre Amérique blanche : le soulèvement des négatifs

 

Les émeutes, pogroms, protestations et affrontements avec la police dans de nombreuses villes américaines ont une nette connotation raciale. Cela montre que le problème racial aux États-Unis est loin d'être résolu, et comme la guerre civile, il a simplement été temporairement gelé. Si la guerre de Sécession et sa pertinence sont suivies par les deux parties dominantes aux États-Unis, alors la trace de l'esclavage chez des "morts-vivants" témoigne de l'affrontement de deux moitiés de la population américaine qui diffèrent en couleur. Les États-Unis ont beau affirmer que le racisme aux États-Unis est complètement dépassé, les manifestations d'aujourd'hui et leur grande ampleur montrent qu'il ne l'est pas. Le problème racial américain existe et constitue la force la plus importante dans une guerre civile possible et clairement imminente.

 

Le meurtre de l'Afro-Américain noir George Floyd* par un policier blanc a été le déclencheur des protestations d'aujourd'hui, qui ont immédiatement pris un caractère distinctement racial. Il s'agissait essentiellement d'un soulèvement des Noirs américains contre l'Amérique blanche. Malgré toutes les assurances que la société américaine parviendrait à une égalité totale des races, si tel était le cas, les Afro-Américains ne se rebelleraient pas avec une telle rage en réponse à un crime américain assez courant, et un mouvement tel que Black Lives Matter ne serait pas aussi répandu.

 

Le fait est que le racisme est la base du système libéral américain. Les différences ethniques aux États-Unis ont été effacées dans tous les segments de la population - tant les blancs que les esclaves importés de force d'Afrique. Les Indiens vivant en Amérique du Nord ont été presque complètement exterminés, et seules quelques diasporas - latino-américaines, chinoises ou juives - ont conservé une certaine identité ethnique. Les Anglo-Saxons, en revanche, ont construit la société américaine sur le principe de l'individualisme. Et à tous les niveaux - tant au niveau des seigneurs, les colonisateurs eux-mêmes, qui venaient d'Europe, qu'au niveau des esclaves, ce qui s'est traduit par la division des Africains asservis : ils étaient répartis entre différents maîtres précisément pour éviter la moindre consolidation ethnique. Ainsi, les Européens arrivant aux États-Unis ont perdu leur identité et leur langue au profit de l'anglais et de la culture anglo-protestante, et les esclaves africains ont perdu leurs racines ethniques et ont appris la langue et la morale de leurs maîtres (et ce qu'ils devaient faire !). Cela distingue les pratiques de détention d'esclaves aux US de celles d'autres pays. Les pays anglo-saxons ont procédé à une division forcée et obligatoire des esclaves, alors qu'en Amérique latine, les esclaves noirs étaient le plus souvent installés par des familles ou des groupes. En Amérique du Sud, par exemple, la population noire a pu préserver ses traditions culturelles, son identité, au moins sous des formes résiduelles, mais aux États-Unis, elle l'a complètement perdue. C'est un énorme problème pour les Afro-Américains : ils sont devenus les négatifs, les "jumeaux noirs" de la population blanche, privés de toute autre identité que celle qu'ils étaient autorisés ou même obligés d'emprunter par leurs maîtres blancs. C'est le libéralisme américain qui a donné naissance au racisme, où au lieu des différences ethniques, les différences de couleur ont été renforcées, tandis que tous les autres signes ont été réduits à l'individualité dans les deux cas - les populations blanche et noire. Normalement, le blanc était considéré comme un individu à part entière et libre, tandis que le noir était considéré comme un individu inférieur et dépendant.

 

L'abolition de l'esclavage a inclus les Afro-Américains parmi les citoyens nominaux (en dehors desquels, cependant, il y avait encore des Indiens qui refusaient catégoriquement d'accepter l'identité individuelle et de se transformer en esclaves obéissants). Mais cette inclusion était basée sur une identité extérieure - blanche, individualiste, libérale-anglo-saxonne. En d'autres termes, les "noirs" étaient acceptés en tant que citoyens comme "mauvais", sui pourraient blanchir par l'léducation, progressivement, au fil du temps, c'est-à-dire comme ceux qui n'étaient pas encore devenus blancs, assimilant pleinement leur identité culturelle. D'abord, les esclaves africains ont eu leurs propres identités marquées au fer dans leur chair, puis ils ont été gracieusement autorisés à baser des copies des identités des blancs sur cet "espace vide".

 

Ces processus ont duré environ un siècle et aujourd'hui, les Afro-Américains ont officiellement les mêmes droits que les Blancs. Tout... sauf le droit à leur propre identité. La question de cette identité s'est posée avec acuité au sein de la population africaine dès le XIXe siècle, lorsque des théoriciens tels que Paul Caffie, Marty Daleni, etc. ont avancé la thèse selon laquelle la libération complète de la population afro-américaine n'est possible que par le retour en Afrique (Back-to-Africa). L'émergence d'États africains tels que le Liberia et la Sierra Leone est liée à ces projets.

 

Cette idée a ensuite été développée par un autre leader afro-américain, Markus Garvey, qui a élaboré une théorie du panafricanisme et s'est déclaré "Président de l'Afrique". Cependant, ces mouvements ne sont pas très répandus et la grande majorité des descendants d'Africains restent aux États-Unis sans autre identité que celle qui domine la société blanche, devenant une sorte de "photo-négatif" de la population blanche. Ainsi, le problème racial aux États-Unis est devenu non-ethnique : le blanc et le noir ne signifiaient que des marqueurs sociaux correspondant à des classes sociales - le blanc était "au sommet", le noir était "en bas".

 

Par conséquent, le soulèvement actuel des Afro-Américains ne vise pas à défendre leur propre identité (les Afro-Américains n'en ont tout simplement pas), et n'est pas un acte de lutte pour leurs droits. Ce soulèvement ne montre que la tragédie du vide des personnes qui n'ont aucune identité, si ce n'est la couleur de leur peau, qui a une signification privée, par inertie.

 

Et c'est pourquoi les Blancs qui s'excusent en masse aujourd'hui auprès des Afro-Américains qui "font leurs courses" en se livrant à des pillages destructeurs ne jurent que par le même "vide noir" qui, en un sens, ouvre leur propre "vide blanc". La repentance a été imaginée comme un plus le cadre du libéralisme, de l'individualisme et de l'égoïsme utilitaire, mais ces principes sont toujours le fondement de toute la civilisation occidentale du New Age, et surtout de son avant-garde culturelle et économique - les États-Unis. Le racisme et la ségrégation ne sont que des conséquences de l'universalisme impérialiste matérialiste du New Age. Et ce même universalisme dans sa nouvelle forme - ultra-libérale ou gauche-libérale - pousse les progressistes américains à s'aligner sur les protestations afro-américaines [non, à en prendre le contrôle, subrepticement!!! Les Européens se voient toujours en champions de quelque chose: jadis du racisme, maintenant de l'antiracisme! ndt MP] : dans les conditions d'une identité exclusivement individuelle, les États-Unis n'ont tout simplement rien à offrir aux Noirs, et les Noirs n'ont rien à défendre face aux Blancs.

 

Dans de telles circonstances, le problème racial dans la société américaine n'a tout simplement pas de solution, mais formellement au niveau de la loi et de l'idéologie libérale officielle, tout est déjà résolu. Par conséquent, la vague actuelle de protestations afro-américaines soulève des questions plus profondes auxquelles il n'y a pas de réponse. La seule réponse proportionnée serait la destruction des États-Unis. Mais c'est, en un sens, l'issue logique de la guerre civile qui se profile à l'horizon.

 

Le Pôle blanc : le second amendement et les "hélicoptères noirs"

 

Au pôle opposé des Afro-Américains dans la structure de l'explosion sociale et politique moderne aux États-Unis se trouvent des forces alternatives aux Afro-Américains et aux progressistes, le plus souvent représentées par des blancs aux vues conservatrices. Ils sont largement orientés vers Trump, l'isolationnisme américain et même le nationalisme. En même temps, ils se considèrent comme des opposants au progressisme, à la mondialisation et au renforcement des tendances centralisatrices, qui n'étaient pas historiquement associés aux démocrates comme ils le sont aujourd'hui, mais aux républicains. En règle générale, c'est cette partie de la population qui s'accroche au deuxième amendement de la Constitution, qui autorise la possession d'armes à feu. Sociologiquement, ils représentent la population principale de l'Amérique provinciale ou des petites villes.

 

À l'extrême droite de ces Américains délibérément "blancs" se trouvent des nationalistes américains extrémistes. Certains d'entre eux sont réunis en petites communautés - des milices, qui considèrent qu'ils ont pour mission de protéger l'intégrité de la propriété privée - si nécessaire, avec des armes à la main. Seule une très petite minorité, même dans cette partie de la société américaine, est vraiment raciste. Cette partie de la population blanche américaine dans son ensemble n'est pas une force politique unique.

 

Sous prétexte d'affronter les "nationalistes", les libéraux de gauche aux États-Unis forment des "mouvements antifascistes", utilisant parfois des méthodes terroristes. Ainsi, M. Trump a récemment appelé à reconnaître l'"antifascisme" comme une idéologie extrémiste. Sous prétexte de lutter contre les nationalistes américains réels ou fictifs, les antifascistes utilisent parfois la violence contre tous leurs opposants politiques, quels qu'ils soient, jetant encore plus d'essence sur le feu de la guerre civile.

 

Jusqu'à présent, ces "blancs conscients" ou "éveillés" ou "justes" ne sont pas activement impliqués dans le conflit civil, mais lorsque les objets des pilleurs sont des objets dont les propriétaires appartiennent à cette catégorie, ils découvrent un combat acharné, qui marque la phase suivante d'un éventuel scénario d'escalade. Si cette partie des Américains conservateurs voit une réelle menace à ce qu'ils considèrent comme leurs droits inaliénables (tout d'abord, la menace contre le second amendement à la Constitution), ils pourraient jouer un rôle important dans la guerre civile.

 

Il est révélateur qu'aujourd'hui, non seulement les nationalistes républicains, mais aussi ceux qui partagent encore les positions des Sudistes lors de la guerre de 1861-1865 - du moins en ce qui concerne la question de la décentralisation - appartiennent à ce pôle. Ainsi, du bipartisme américain particulier et assez original, où les républicains défendaient au départ l'abolitionnisme et le centralisme, tandis que les démocrates - esclavage et décentralisation - formaient un couple de positions plus proches de l'Europe :

 

D'un côté, il y a les progressistes qui soutiennent les phases ultérieures d'"émancipation nihiliste", tous les types de minorités, la légalisation des perversions, etc. et, en même temps, le renforcement du pouvoir central et l'augmentation des impôts, l'introduction d'un certain nombre de stratégies sociales, et les conservateurs, d'autre part, qui combinent le nationalisme avec un régionalisme maximal, la subsidiarité et le droit de porter des armes.

Ces deux pôles - contrairement aux deux principaux partis américains - n'ont pas d'institutionnalisation claire, mais ce sont ces deux positions qui sont aussi irréconciliables, conflictuelles et radicales qu'elles commencent à apparaître aujourd'hui.

 

C'est ainsi que les nouvelles coordonnées de la guerre civile deviennent progressivement plus claires, reflétant exactement les conditions politiques, sociales et idéologiques dans lesquelles se trouvent les États-Unis aujourd'hui.

 

Coronavirus et eschatologie : American Armageddon.

 

Il est maintenant important de prendre en compte un autre facteur : les protestations et les troubles aux États-Unis se déroulent dans le contexte de l'épidémie. Le Coronavirus a frappé l'économie américaine et surtout la classe moyenne, qui a été écartée du rythme économique en raison de la quarantaine. Mais dans une économie de crédit, cette perturbation du rythme peut facilement devenir fatale. Si la balance des revenus et des paiements est interrompue pendant au moins une courte période, ce qui est exactement ce qui s'est passé, l'économie capitaliste moderne s'effondrera. Et cet effondrement est ressenti de la manière la plus douloureuse par les représentants des petites et moyennes entreprises. Contrairement à la crise économique de 2008 ou à la crise des "dot.com" de 2000, le problème ne peut être résolu en allouant des fonds supplémentaires de la FRS aux grandes banques et autres institutions financières. Aujourd'hui, les ménages américains ont été directement touchés par la quarantaine, et leur apporter une aide directe est tellement contraire à la logique du capitalisme financier et aux principes du FRS que cela n'est même pas envisagé théoriquement.  En outre, elle ne fera qu'entraîner une vague d'inflation et n'améliorera pas la situation sur le plan structurel. Ce facteur de la crise profonde de l'économie américaine, associé au coronavirus, aggrave encore la probabilité d'un conflit véritablement radical, qui a toutes les chances de se transformer en une guerre civile à part entière. Le dernier degré de désespoir peut facilement pousser les gens vers un tel résultat.

 

Il faut également tenir compte de la polarité des opinions qui s'est développée aux États-Unis aujourd'hui lors de l'évaluation de la nature même de la pandémie de coronavirus.

 

Les progressistes, les pro-démocrates et les réformistes sociaux insistent sur la gravité et la réalité du Coronavirus et soutiennent indirectement la vaccination universelle. De plus, les médias et les plateformes sociales réformistes et démocrates (comme facebook) censurent strictement les articles et les messages de ceux qui nient la gravité de l'épidémie et - sous quelque prétexte que ce soit (parfois extrêmement extravagants) - messages qui se propagent contre la vaccination, Bill Gates, George Soros, l'OMS, etc.

 

À l'inverse, les conservateurs et les partisans de Trump ont, dès le début, contesté l'ampleur de l'épidémie, refusé d'observer la quarantaine et perçu la pandémie comme une fausse stratégie des mondialistes visant à réduire la population, à détruire l'économie, à introduire un régime de supervision et de contrôle total - pour ensuite asservir et transformer l'humanité en esclaves de l'élite mondiale. Ces sentiments sont extrêmement courants aujourd'hui aux États-Unis, et M. Trump lui-même, qui a officiellement introduit un régime de quarantaine, cherche à satisfaire cette partie de l'électorat, qui est très importante.

 

Il est révélateur que les manifestants afro-américains portent le plus souvent - même nominalement - des masques, tandis que dans les images de blancs armés repoussant doucement les rebelles, on voit leurs visages sans masque.

 

Ainsi, le coronavirus ne crée pas seulement des conditions économiques préalables à l'exacerbation de la guerre civile, mais il pose également les bases de la diabolisation de l'ennemi. Aux yeux des conservateurs, les progressistes sont les complices du prochain crime d'expansion planétaire, qui est soutenu par les idées protestantes largement développées dans ce milieu sur la proche fin du monde. Pour eux, Bill Gates, George Soros, Hillary Clinton et d'autres mondialistes semblent être la suite de l'Antéchrist, qui est prêt à amener les États-Unis et toute l'humanité (en particulier le monde libre) sur l'autel de Satan, en établissant une dictature électronique planétaire et un camp de concentration global géré et modelé par la haute technologie.

 

Pour les progressistes eux-mêmes, de tels points de vue semblent être l'ultime "obscurantisme des cavernes" et "délire fasciste"; or, plus il est dangereux, plus il se répand dans la population. Et aux États-Unis, plus de la moitié de la population croit sincèrement à la théorie des conspirations, sous une forme ou une autre.

 

Dans ces conditions, tant ceux qui croient au danger du coronavirus que ceux qui le nien, aux yeux des uns et des autres acquièrent le statut d'"ennemi ontologique", car pour la conscience religieuse de "l'époque récente" (à l'époque des catastrophes, des ulcères, des bouleversements), il n'y a pas d'opposition plus sérieuse que la division entre le camp des croyants et celui des partisans de l'Antéchrist. Mais cette fois, le rôle d'"Antéchrist" n'est pas joué par l'URSS, ni par une quelconque force ou menace extérieure, mais par la moitié de la population américaine elle-même.

C'est ainsi que la guerre civile aux États-Unis acquiert un caractère religieux et eschatologique.

 

Révolution noire : Trump et mondialistes

 

Lorsque l'on observe de près les détails des protestations aux États-Unis, on peut constater que les actions des manifestants avec leurs vagues spontanées d'indignation avec leurs envies -étranges pour un homme russe- de briser une vitrine de supermarché et de tout en retirer, valent bien une force plus ou moins organisée. Puis, à un endroit, Et puis, par endroits, on s'aperçoit qu'il y a des silhouettes de personnes qui savent très bien ce qu'elles font. Par exemple, ils brisent plusieurs vitrines, mais ne participent pas au vol eux-mêmes, et passent à d'autres vitrines, sans laisser de traces, en cachant soigneusement leur visage, leurs cheveux, leurs yeux sous un masque à gaz, une combinaison de protection et ... un parapluie (le fait que les parapluies ouverts peuvent protéger contre gaz lacrymogènes, c'est quelque chose que peu de simples manifestants occasionnels connaissent). En outre, il est clair que certains médias américains et mondiaux - principalement des médias progressistes (tels que CNN ou la BBC) - cherchent à orienter ce qui se passe dans une certaine direction en atténuant les scènes abominables de commerçants noirs, de femmes, de handicapés et de personnes âgées qui se font battre et voler, et inversement, en glorifiant les membres des minorités qui provoquent la foule à la violence ouverte par un geste ou une action (le plus souvent laid).

 

En d'autres termes, il semble que les États-Unis aient lancé un processus de "révolution de couleur", par lequel les Américains eux-mêmes avaient auparavant renversé des régimes qu'ils n'aimaient pas dans le monde (des soulèvements antisoviétiques en Europe de l'Est dans les années 80 à Maidan en Ukraine ou la tentative de retirer Hong Kong à la Chine continentale). Mais si, dans d'autres cas de "révolutions de couleur", les Américains ont ainsi renversé leurs adversaires extérieurs, amenant au pouvoir dans d'autres pays qui leur obéissent des marionnettes politiques, qui frappe aujourd'hui les États-Unis eux-mêmes ?

 

Il faut rappeler ici la division fondamentale au sein des élites américaines qui s'est révélée lors de la campagne électorale de Trump. Trump a ensuite accusé l'élite politique américaine de ne plus servir les intérêts américains, de se ranger du côté de la mondialisation et de chercher à établir un gouvernement mondial prêt à sacrifier les États-Unis eux-mêmes. Trump a appelé le réseau des mondialistes libéraux "Swamp". La révélation du Swamp a été la ligne la plus importante de sa campagne et c'est probablement ce qui lui a valu le succès et la victoire aux élections. Trump a donc mis un ennemi intérieur, et non un ennemi extérieur, au centre, faisant de la division des élites entre mondialistes et nationales le principal problème politique des États-Unis.

 

Pendant sa présidence, Trump a continué à lutter contre le "Marécage", qui n'était manifestement pas prêt à être "drainé" et s'est opposé à Trump sur tous les plans. Mais ce sont les structures de ces centres mondialistes qui ont participé le plus activement à la mise en œuvre des "révolutions de couleur" dans divers pays. La palme du championnat revient bien sûr ici aux organisations de George Soros, un partisan de la "société ouverte" mondiale, qui, avec ses structures (interdites dans de nombreux pays en raison de liens directs avec les tactiques terroristes et les coups d'État), refait surface presque partout où commencent les protestations, les troubles et les émeutes, en jetant activement de l'huile sur le feu. Il est clair que le "marécage", ce n'est pas seulement Soros et ses réseaux, mais aussi une partie importante de l'élite politique et financière mondiale, unie par le projet du Gouvernement mondial. Les libéraux cherchent ouvertement et consciemment à abolir les États-nations et à créer un organe de direction supranational. Leur projet était la création de l'Union européenne, ainsi que de plusieurs organismes supranationaux tels que le Tribunal de La Haye, la Cour européenne des droits de l'homme, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), etc. Mais lorsque les outils du lobbying politique classique ne fonctionnent pas (car Soros n'a pas pu empêcherl'UE de mettre en œuvre un certain nombre d'autres projets libéraux), ce sont es méthodes des "révolutions de couleur" qui sont mises en action.

 

Si cette observation est également vraie dans le cas des États-Unis, nous pouvons conclure que derrière la guerre civile aux États-Unis se cache le "Swamp", c'est-à-dire les mondialistes et leurs structures qui cherchent à discréditer l'atout et à assurer la victoire de leur candidat, Joe Biden.

 

En même temps, en utilisant les couches marginales de la société américaine, en mobilisant les minorités les plus instables et les plus agressives et surtout le facteur racial, les réseaux de mondialistes risquent de "faire plier le bâto"n et de faire exploser la société américaine de l'intérieur. Et si cela se produit, même si Trump parvient à la contourner, la vague soulevée menacera l'État américain lui-même. Après tout, l'aggravation de toutes les contradictions existantes que nous constatons ne peut guère être supprimée par l'arrivée au pouvoir de Biden, indécis, inaudible et réticent, dépourvu de tout charisme et de tout charme.

 

En d'autres termes, si nous avons affaire à une "révolution de couleur", derrière laquelle se trouve le Marais, cela peut non seulement entraîner des conséquences excessivement destructrices dans un premier temps, lorsqu'un état d'urgence doit être déclaré dans tout le pays, mais cela peut également miner davantage toute stratégie durable - même si Trump réussit à la faire tomber.

 

L'État profond et son ambiguïté

 

Il reste à examiner comment l'État profond américain, "l'État profond", peut se comporter. Le terme n'a jamais été clairement défini pendant la présidence de M. Trump. Il n'est pas clair si Deep State a soutenu Trump lui-même, le soutenant face aux mondialistes qui se sont trop éloignés des intérêts nationaux des États-Unis, ou si, au contraire, le Deep State est tellement en conflit avec le mondialisme qu'il ne peut en déchirer les couches les plus profondes et que toute la présidence de Trump le contrecarre en l'empêchant de mettre en œuvre son programme national (nationaliste). Comme cette variable très importante reste inconnue, il est difficile de décortiquer le comportement du DeepState. Sans savoir de quoi nous parlons réellement, on peut tout aussi bien supposer que certaines forces de l'establishment américain (principalement les forces de l'ordre) pourraient profiter de la situation d'urgence pour introduire un contrôle centralisé direct et même établir une dictature militaire, ou inversement, pour évincer Trump si les protestations sont partiellement mises en scène. En tout état de cause, l'État profond, quel qu'il soit, peut avoir son propre programme dans une guerre civile naissante, différent des politiques et des idéologies des principales forces opérationnelles.

 

Bien entendu, cela ne clarifie pas le tableau, mais le rend encore plus confus.

 

Si l'Amérique s'effondre...

 

Quel est le risque d'une guerre civile à part entière aux États-Unis pour le reste du monde? Cela signifiera ni plus ni moins l'effondrement du système capitaliste mondial. Depuis le milieu du XXe siècle, les États-Unis sont à l'avant-garde du capitalisme mondial et, après la chute de l'Union soviétique et l'effondrement du socialisme en Europe de l'Est, ils constituent le seul pôle du monde unipolaire. Lorsque l'URSS s'est effondrée, il ne restait plus qu'un des deux pôles. Il était la principale autorité en matière de politique mondiale. Maintenant, les États-Unis peuvent tout à fait comprendre le destin de l'URSS. Cela signifie qu'il n'y aura plus de pôles dans le monde et, surtout, qu'il n'y aura plus le pôle qui avait ce titre non seulement au cours des dernières décennies, mais depuis l'époque des grandes découvertes géographiques, lorsque le capitalisme, l'impérialisme et le colonialisme de l'Europe occidentale se sont formés. Les Afro-Américains rebelles cherchent aujourd'hui à détourner [l'interprétation de l'histoire de] l'esclavage et du racisme blanc. Pour tenir compte de cela, nous devons mettre un terme à l'histoire des Temps Nouveaux, du capitalisme et de la civilisation de l'Europe occidentale dans sa phase moderne. Ainsi, la guerre civile aux États-Unis cette fois-ci est destinée à être la fin des États-Unis et en même temps la fin de l'ordre mondial capitaliste centré sur l'Occident.

 

Pour tous les peuples et toutes les sociétés de la Terre, cette nouvelle peut être à la fois joyeuse et inquiétante. Joyeuse - parce que l'implosion des États-Unis ouvrira la possibilité pour tous les pays et tous les peuples de se développer selon leur propre trajectoire, de chercher leur place unique dans le monde, qui deviendra multipolaire par nécessité. Ce sera la fin de l'eurocentrisme et de la colonisation, et rien ne peut prétendre être universel - ni en économie, ni en politique, ni en technologie. Ainsi, chaque civilisation pourra vivre selon ses propres valeurs et perceptions, selon son propre temps, en considérant l'Occident comme une possibilité parmi d'autres, comme une exposition que l'on peut admirer ou simplement ignorer, mais qu'on n'est pas obligé de suivre du tout.

 

Ce qui est important, c'est que les élites libérales pro-occidentales de toutes les sociétés, qui ont maintenant des positions clés et une influence déterminante dans celles-ci, s'effondreront après les États-Unis. Cela signifie que le capitalisme, la démocratie parlementaire, l'individualisme et le libéralisme ne seront plus des paradigmes fondamentaux obligatoires, et que chaque société pourra construire ses propres systèmes sociaux, économiques et politiques sans prêter attention aux prescriptions de la métropole mondiale - l'Occident et les États-Unis. Cela va profondément affecter tout le monde, y compris la Chine et la Russie. Et si les États-Unis s'effondrent les premiers, tous les autres régimes politiques associés au capitalisme - qu'ils soient idéologiques, économiques, politiques, culturels, technologiques ou tous à la fois - s'effondreront ou renaîtront complètement.

 

Mais pour le moment, la nouvelle est troublante. L'implantation américaine est porteuse d'une catastrophe mondiale, car le pays possède la plus grande concentration d'armes - y compris d'armes nucléaires. Par conséquent, le sort des armes nucléaires et autres armes de destruction massive peut se retrouver entre les mains de gens dont les actions seront imprévisibles. La guerre civile annule toutes les règles et tous les principes. Et c'est extrêmement inquiétant.

 

Enfin, il n'est pas exclu qu'en cas d'aggravation de la situation, certaines des forces, désireuses de résoudre la situation d'une autre manière, aient recours à un conflit militaire de grande envergure, qui permettra de mettre fin à la guerre civile américaine face à une menace extérieure. N'importe qui peut être choisi comme ennemi - y compris la Russie, la Chine, l'Iran, etc. Mais il y a peut-être d'autres candidats pour "sauver l'Amérique" en assumant le rôle d'ennemi mortellement dangereux. À un certain niveau de développement de la guerre civile, cela pourrait bien être la seule façon d'y mettre fin, puisqu'il est même théoriquement impossible pour l'une des forces adverses actuelles de la gagner.

 

La fin de l'Amérique.

 

Permettez-moi de vous rappeler que dès le début, nous avons pris en compte la version selon laquelle une guerre civile aux États-Unis est très probable et que les événements suivront probablement ce scénario. Cela était nécessaire pour l'intégrité de l'analyse. Mais bien sûr, on ne peut pas exclure que nous soyons face à un faux départ de la "guerre civile", à sa simulation ou à sa répétition, à une sorte d'expérience de laboratoire qui permet d'évaluer en pratique la situation réelle et le degré d'escalade des conflits internes dans la société américaine. En regardant les images des manifestations et des émeutes dans les villes et la capitale américaines, il est difficile d'échapper au sentiment que nous avons vu ces images à maintes reprises dans les feuilletons et les films hollywoodiens sur les épidémies, les catastrophes, l'apocalypse des zombies ou l'effondrement politique (comme dans "House of cards"). La guerre civile qui s'annonce aux États-Unis a longtemps occupé les fantasmes des cinéastes américains et s'est incarnée dans divers scénarios et films. Dans un monde régi par la technologie virtuelle, la réalité et la virtualité, la réalité et les fantasmes sont tellement imbriqués qu'il devient de plus en plus difficile de les séparer l'un de l'autre. C'est pourquoi nous avons parfois l'impression d'être aux États-Unis. Et si c'est le cas, même si cette fois une guerre civile à part entière est en quelque sorte évitée, cela signifierait qu'elle est reportée à la prochaine affaire. Et vu la tournure que prennent les événements aux États-Unis, quelque chose laisse à penser que cette "prochaine affaire", bien que quelque peu reportée, ne tardera pas à éclater. En un sens, la "fin des États-Unis" a déjà eu lieu - même si elle en est encore à une première approximation, sous la forme d'une répétition ou d'un scénario, qui avec la fatalité inévitable devient de plus en plus réaliste et inévitable.

 

 

Alexander Dugin

http://dugin.ru

Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc et révisé par Maria Poumier.

 

* NdT (POC) Il ne s'agit vraisemblablement pas d'un meurtre, les faits indiquant que le délinquant et drogué George Floyd est mort des suites d'une overdose. Voir l'analyse de Vladimir Ovchinsky, ancien directeur d'Interpol pour la Russie:

http://pocombelles.over-blog.com/2020/06/vladimir-ovchinsky-ce-n-est-pas-la-lutte-contre-le-racisme-qui-a-commence-en-amerique-mais-le-veritable-soulevement.club-d-izborsk-2

Alexander Dugin (Alexandre Douguine) : Nouvelles coordonnées de la guerre civile (Club d'Izborsk, 28 juin 2020)

Commentaire de Maria Poumier:

Précisions : il y a un autre facteur dont les intellectuels blancs ne tiennent jamais compte, mais qui pour les intellectuels noirs du monde entier est central: le Nouvel Ordre Mondial a besoin pour s'implanter d'une réduction drastique de la population africaine, et chaque pays de population européenne a toujours tout fait pour contenir l'essor démographique des descendants d'Africains en son sein. L'actuelle tendance démographique fait à brève échéance des Européens ethniques des minorités dans les pays occidentaux, qui n'avaient jamais envisagé un tel basculement. Les noirs connaissent très bien la guerre bactériologique menée contre eux à partir de l'Afrique du sud dans les années 1980, avec le Dr Water Basson, soutenu ardemment par les services secrets des armées israélienne et des grands pays occientaux impérialistes; les épidémies, sida, ebola et autres, doivent probablement leur expansion à des bricolages en laboratoire, les visant directement; ils ne se font donc pas d'illusion, si la pandémie du Covid 19 est d'origine artificielle, l'objectif ultime est qu'elle fasse des ravages dans la population africaine, et dans la plus sombre et la plus misérable à l'échelle globale, même si dans l'étape actuelle elle semble avoir plus de ravage chez les riches blancs affaiblis dans leurs défenses physiques et psychiques par la culture de la consommation sans limites. 

La consigne "Black Lives Matter" peut très bien se retourner contre les blancs qui l'encouragent, pensant qu'ils en garderont  le contrôle et la manipuleront toujours à leur guise. Les noirs ne se vivent pas comme des gens dociles et faciles à duper, ni ne se veulent chair à canon pour les blancs, surtout pour les "progressistes" dits anti-racistes, en qui ils voient, avec une grande sagesse, bien souvent de simples enjôleurs cyniques et manipulateurs. Dans la logique collective des Africains et descendants d'Africains, il s'agit de vendre très cher leur vote, ainsi que leur peau, menacée par les vaccins toxiques et stérilisants, les guerres tribales encoragées par les marchands de canon, la propagande abusive en leur nom, etc. C'est la logique de l'esclave marron; elle coexiste avec celle du métis, toujours instable, qui aimerait se réconcilier 1) avec l'héritage paternel blanc, le propriétaire d'esclaves, ne reconnaissant pas son enfant bâtard, et néanmoins porteur de civilisation et de différentes ouvertures sur le monde, 2) en même temps ou alternativement, avec l'héritage maternel, celui de l'esclave objet sexuel qui a transmis la civilisation africaine, bien réelle, et régulièrement conspuée et niée par les blancs. 

Ne jamais oublier que la désertification du Sahara est un témoignage peut-être antédiluvien de la compétition entre peuples noirs et blanc. Le partage harmonieux de l'espace, et la fondation de sociétés métisées heureuses, sont des créations collectives très riches, en particulier au plan musical qui "adoucit le moeurs" de façon authentique en suscitant l'unanimité vivante qu'on peut observer à toutes les époques et sous tous les climats. Oui, mais  la guerre des races n'en est pas moins réelle, et si, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, elle est voilée par toutes sortes d'hypocrisies du côté blanc, elle est loin d'être finie. Déjà, on devrait souligner chez les noirs qui se rangent du côté "progressiste" une perception très nette de l'enjeu palestinien et des mauvaises habitudes dans l'oligarchie, consistant à prolonger les méthodes de gestion des troupes noires de l'époque esclavagiste ; les blancs ignorent souvent l'origine du verbe lyncher, voir ici le point de vue africain sur M Willie Lynch: 

https://www.lakabassa.com/la-lettre-de-willie-lynch-sur-la-maitrise-des-esclaves-noirs-depuis-le-temps-des-plantations-jusqua-nos-jours/

Les noirs et moins noirs qui s'insurgent bruyamment dans les rues, en cette étape de déconfinage où il fallait s'attendre à des explosions sociales sous n'importe quel prétexte, parce que le couvercle a été cruellement vissé sur les habitants des villes, et qu'il n'était pas permis, tout le monde l'a compris, de s'en prendre directement aux vrais responsables de cette tentative mondiale pour étouffer les peuples, tous ces gens qui manifestent, et dont les médias donnent une image grossissante, ce sont des gens qui sont déjà bien souvent traités d'antisémites. Les antagonismes actuels sont mouvants, mais les problèmes sont bien réels, et bien plus profonds qu'il n'y paraît. MP.

Source: https://plumenclume.org/blog/578-nouvelles-coordonnees-de-la-guerre-civile-aux-us

Lire la suite

Sergey Chernyakhovsky : le pour et le contre des amendements (Club d'Izborsk, 7 juin 2020)

28 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergey Chernyakhovsky : le pour et le contre des amendements

7 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19540

 

 

Le vaste ensemble d'amendements proposés pour approbation le 1er juillet est intéressant, utile et nécessaire à certains égards, surtout utile et rhétorique, et non nuisible, mais dans l'ensemble - à la fois controversé et controversé. Dans certains détails, il est éthiquement inacceptable pour quelqu'un. Et la formule de son adoption - tant dans le contexte de la nature même du paquet que dans celui de la confrontation politique intérieure et extérieure - comporte à la fois des risques et les fameuses "mines pour la stabilité et le statut d'État".

 

Les systèmes politiques s'accrochent à la légitimité. Et la légitimité n'est pas la légitimité, la légitimité est, avant tout, le consentement.

 

Et elle n'est pas tant passive, selon le principe : "qu'elle soit, cela ne nous dérange pas, ils en voient plus", mais active lorsqu'elle est mise en valeur de manière consciente. Et résistant au doute.

 

À proprement parler, il y a 10 % des amendements qui doivent être votés et qui sont utiles, 40 % de ceux pour lesquels il est possible et agréable de voter, bien qu'ils n'aient pas de sens concret (mais peut-être qu'il y en aura), 49 % de ceux pour lesquels il est possible de voter et il est possible de ne pas voter, mais il n'y aura pas de mal à les accepter, et 1 % - pour lesquels il est impossible pour beaucoup de voter sans agir selon leur propre conscience, même s'ils sont prêts à voter pour tous les autres.

 

Un certain nombre d'amendements sont proposés, qui sont à la fois positifs et vraiment nécessaires. Tout d'abord, c'est ce que l'on pourrait appeler des "amendements de souveraineté et d'identification" :

 

- la priorité de la législation nationale sur la législation internationale, bien que la formulation soit confuse et lourde - article 79 : "Les décisions des organes interétatiques adoptées sur la base des traités internationaux de la Fédération de Russie dans une interprétation contraire à la Constitution de la Fédération de Russie ne sont pas susceptibles d'être exécutées dans la Fédération de Russie" ;

 

- inviolabilité du territoire et interdiction d'aliénation du territoire du pays - article 67, paragraphe 2.1 : "Les actes visant à l'aliénation d'une partie du territoire de la Fédération de Russie, ainsi que les recours visant à la commission de tels actes, ne sont pas autorisés". Il est vrai que tout cela peut être fait si ces actions sont appelées "délimitation, démarcation et remarcation de la frontière de l'État". Mais sur le plan principal, l'inadmissibilité de l'aliénation d'un territoire et les appels à son aliénation sont reconnus comme des actes anticonstitutionnels ;

 

- reconnaissance de la continuité par rapport à l'Union soviétique - Article 671 : "La Fédération de Russie est le successeur de l'Union des Républiques socialistes soviétiques sur son territoire, ainsi que le successeur (successeur) de l'Union des Républiques socialistes soviétiques en ce qui concerne l'adhésion aux organisations internationales, à leurs organes, la participation aux traités internationaux, ainsi qu'en ce qui concerne les obligations et les biens de l'Union des Républiques socialistes soviétiques stipulés par les traités internationaux en dehors du territoire de la Fédération de Russie". Bien que la question se pose : la succession, c'est quoi ? Le droit d'hériter de biens et d'obligations ou d'hériter et de poursuivre le sens et les idéaux... Mais, en fait, voici ce que Poutine a dit un jour après Beslan : "Nous avons conservé le noyau du territoire de l'Union soviétique et l'avons appelé "Fédération de Russie". D'autant plus que la Fédération de Russie n'a jamais pris la décision de quitter l'Union soviétique.

 

Ce bloc est accompagné d'un certain nombre de dispositions visant à "nationaliser l'élite" - interdiction pour le Président de la Fédération de Russie de posséder la citoyenneté d'un autre Etat ou un permis de séjour ou tout autre document confirmant le droit de résidence permanente d'un citoyen de la Fédération de Russie sur le territoire d'un Etat étranger, obligation de résidence permanente dans la Fédération de Russie ; interdiction d'ouvrir et de détenir des comptes (dépôts), de conserver des espèces et des objets de valeur dans des banques étrangères situées hors du territoire de la Fédération de Russie. En l'absence du Sénat. Il est difficile de dire pourquoi, mais on peut deviner que certains des membres très autoritaires du Conseil de la Fédération qui faisaient partie du groupe de travail sur les amendements à la Constitution voulaient se faire un très beau nom. Bien sûr, cela aurait été possible, eux et le Conseil de la Fédération auraient été rebaptisés en Sénat, soit en prenant l'exemple de Rome, où les sénateurs contestaient toujours le pouvoir des empereurs, soit par le Sénat décoratif de l'Empire russe, qui avait perdu ses pouvoirs réels au XXe siècle - la Chambre haute, qui se tient au-dessus de la Douma d'État, n'est pas le Sénat mais le Conseil d'État. Ou de l'actuel Sénat américain.

 

Tout cela est bon et juste, bien que le gouvernement ait rejeté la proposition d'interdire aux fonctionnaires d'avoir des biens immobiliers à l'étranger, en disant qu'alors trop de personnes devront quitter ... Mais ces articles, bien que pas tout à fait cohérent, en principe, et bon et correct.

 

Le troisième bloc est celui des "amendements sociaux". Appelé à remplir de sens concret la définition de la Russie en tant qu'État social, donnée dans l'article 7 de la Constitution.

 

Il s'agit d'amendements à l'article 75 : "La Fédération de Russie crée les conditions d'une croissance économique durable du pays et de l'amélioration du bien-être de ses citoyens, de la confiance mutuelle entre l'Etat et la société, garantit la protection de la dignité des citoyens et le respect de l'être humain au travail, assure un équilibre des droits et des obligations du citoyen, le partenariat social, la solidarité économique, politique et sociale".

 

Tout semble très bien à première vue, mais il n'est pas clair quel respect de l'être humain du travail est assuré et ce qu'il devrait être, d'une part, et entre qui et entre qui le partenariat social et la solidarité sociale devraient exister ? Et cela peut-il être le cas tant que la société est divisée entre ceux qui possèdent 90% des richesses du pays et ceux qui travaillent pour eux ? Ceux qui embauchent et ceux qui sont embauchés ? Ceux qui sont riches en main-d'œuvre salariée et ceux qui sont sous-payés...

 

Des questions très anciennes - et il a fallu longtemps soit pour y répondre honnêtement, soit pour ne pas accepter de documents provoquant la réincarnation de ces questions.

 

En même temps, les amendements sociaux les plus importants, les plus populaires et les plus appréciés sont inclus dans trois parties de l'article 75 : Partie 5 - "L'Etat garantit le salaire minimum non inférieur au minimum vital de l'ensemble de la population valide de la Fédération de Russie", Partie 6 - "...l'indexation des pensions est effectuée.

au moins une fois par an conformément à la procédure établie par la loi fédérale", partie 7 - "Dans la Fédération de Russie, conformément à la loi fédérale, l'assurance sociale obligatoire, l'aide sociale ciblée pour les citoyens et l'indexation des prestations sociales et autres paiements sociaux sont garantis".

 

Tout en soi est absolument dans la bonne direction : les salaires doivent être décents, les pensions doivent être augmentées et les prestations et paiements sociaux doivent être indexés.

 

Et, bien sûr, les salaires ne doivent pas être inférieurs au niveau de subsistance minimum - il s'agit juste de savoir ce que l'on entend par "niveau de subsistance" : ce qui est nécessaire pour une vie décente minimum, ou ce qui est nécessaire pour éviter de mourir de faim.

 

Pour aujourd'hui, la question est interprétée de telle manière que ce niveau devrait être déterminé scientifiquement. La seule question est, encore une fois, qu'il peut être défini dans le cadre de différentes sciences. Du point de vue de la médecine et de la biologie, elle doit être telle qu'elle assure une existence biologique et physiologique, c'est-à-dire ne pas mourir de faim. D'un point de vue sociologique et psychologique, elle doit être telle que les gens aient le sentiment de recevoir un salaire respectable pour leur travail. Et du point de vue de la science politique - pour que les gens respectent et soutiennent le pouvoir.

 

Car aujourd'hui, en Russie, la première approche fonctionne plutôt - et 12 000 et demi comme salaire de subsistance et le salaire minimum provoquent un sentiment mitigé de rire et d'humiliation. Garantie de pauvreté.

 

Et les pensions devraient être indexées au moins une fois par an, surtout dans des conditions d'inflation constante et de hausse des prix. Nulle part on n'échappe au fait que les pensions dans notre pays sont, hélas, indignes de quarante ans de service au profit de la Mère Patrie et sont elles-mêmes aussi pauvres que le salaire minimum. Et simplement, l'indexation anti-inflationniste ne peut être corrigée, d'autant plus que les indexations effectuées jusqu'à présent n'ont suscité que de l'indignation. Et l'amendement constitutionnel qui a été introduit ne garantit rien d'autre que le fait que les index ont été réalisés, sans aucune définition de leur taille, mais leur dignité.

 

Il en va de même pour les prestations et droits sociaux mentionnés au paragraphe 7 de l'article.

 

En d'autres termes, tous les amendements sont corrects en eux-mêmes. Et il vaut mieux qu'ils le soient que non, et les gens voteront pour eux, mais ils sont rhétoriques et déclaratifs. Il est merveilleux que ces fixations soient établies comme étant précieuses et constitutionnellement significatives, mais elles s'avèrent n'être que des déclarations de bonnes intentions. Qui était pleine de la même ancienne version de la Constitution de 1993.

 

 

Sergey Chernyakhovsky

Tchernyakhovsky Sergey Felixovich (né en 1956) - philosophe politique russe, politologue, publiciste. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'Université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante sur l'environnement et la politique (IEPU). Membre du Conseil public du ministère russe de la culture. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Sergey Chernyakhovsky : le pour et le contre des amendements (Club d'Izborsk, 7 juin 2020)
Lire la suite

Vladimir Ovchinsky : Ce n'est pas la lutte contre le racisme qui a commencé en Amérique, mais le véritable soulèvement. (Club d'Izborsk, 27 juin 2020)

28 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Vladimir Ovchinsky : Ce n'est pas la lutte contre le racisme qui a commencé en Amérique, mais le véritable soulèvement.

27 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19541

 

 

- Le monde entier se creuse la tête, quelle folie se passe derrière l'océan pendant un mois?

 

- La Voix de l'Amérique a publié sur son site web toute une étude de la journaliste, philologue Ksenia Turkova, qui vit actuellement aux États-Unis, quelle est la définition la plus précise de ce qui se passe aux États-Unis ? "Protestations", "émeutes", "pogroms", "émeutes", "mutinerie" ? Un philologue est arrivé à la conclusion que cet événement hétérogène ne peut être appelé en un mot.

 

Cependant, Trump a permis toutes ces "réflexions" scientifiques, déclarant qu'il était prêt à appliquer la loi "sur le soulèvement" de 1807.

 

La révolte est la définition la plus précise.

 

- N'est-ce pas trop, Vladimir Semenovich ?

 

- Je ne pense pas. J'ai prédit quelque chose comme ça à l'automne, en regardant "Joker".

 

- Le film s'est avéré être prophétique en termes, comme vous dites, de soulèvement. La première a eu lieu le 31 août 2019 à la Mostra de Venise, le film a remporté le prix principal - le "Lion d'or". Puis il y a eu deux "Oscars", d'autres récompenses... Moins d'un an plus tard, nous avons vu sur les écrans de télévision de terribles images de véritables pogroms en Amérique.

 

- Après la première russe, j'ai publié un article intitulé "Le monde dans le masque du joker" sur le site web du club Izborsk*, en avertissant qu'il ne serait pas limité à l'Amérique.

 

- Les rassemblements antiracistes, les pogroms et la guerre des monuments se sont en effet rapidement propagés des États-Unis à l'Europe.

 

- En fait, en Amérique, à la fin du mois de mai, la lutte contre le racisme, la brutalité policière n'a pas commencé, comme le disent les médias libéraux. C'était un véritable soulèvement. Un soulèvement de masse contre les autorités en place, n'entraînant pas de changement de l'ordre politique. Pour laquelle les organisateurs ont habilement utilisé le tragique incident avec Floyd.

 

- Wow, un incident ! Une vidéo amateur volait comme un policier blanc étranglant un Afro-Américain avec son genou au sol sur le cou.

 

- J'ai parlé d'un incident tragique. Ce n'est pas un meurtre délibéré à motivation raciale, tel qu'il est présenté. Laissons les émotions derrière nous. C'est ainsi que les événements se sont déroulés.

 

Le 25 mai, la police de Minneapolis a reçu un appel : un acheteur dans un magasin de Chicago Avenue a payé un paquet de cigarettes avec un faux billet. Les vendeurs ont demandé à récupérer les cigarettes, il a refusé. Il s'est comporté de manière inadéquate, agressive, est monté dans la voiture en état d'ébriété (l'examen ultérieur permettra de constater la présence de drogue, et non d'alcool, dans le sang). "Si la voiture ou cette personne quitte les lieux, faites-le nous savoir", a déclaré l'officier de service. - La  police arrivera bientôt". Il ne s'agit donc pas du banal paquet de cigarettes qui a soi-disant coûté la vie à un innocent Afro-Américain. L'ivresse au volant est un tueur potentiel ! Nous le savons bien maintenant grâce à l'affaire très médiatisée de Mikhail Efremov.

 

Lorsque la police est arrivée, Floyd était encore dans sa voiture.

 

- S'il avait été correct, il serait parti depuis longtemps !

 

- Apparemment, il n'en a pas été capable. La police a été accusée plus tard, disent-ils, d'avoir agi violemment, bien qu'elle ne pouvait pas connaître le riche passé criminel de Floyd. Après tout, il avait volé dans d'autres états, et dans le Minnesota, il  commençait une nouvelle vie honnête !

 

- Avec de faux billets et de la drogue...

 

- La vidéo montre que les gardes ont tranquillement sorti Floyd de sa voiture et l'ont interrogé. L'un d'entre eux a donné à l'autre une feuille de données sur le détenu pour qu'il la passe dans la base de données. C'est la procédure habituelle. Il s'avère que Floyd avait été arrêté pour vol, possession de drogue, vol et a purgé une peine totale de 6,5 ans. Il a été emmené menotté à une voiture de police. C'était calme, tranquille. Mais quand ils ont mis George dans la voiture, il s'est soudain mis à résister. Un grand homme de deux mètres avec tout son poids ! Les gardes n'ont pas pu le maîtriser. Derek Chauvin a posé le genou au sol le cou d'un Afro-Américain qui résistait. Application d'une technique d'étranglement, officiellement autorisée! L'autre jour, Trump a signé l'ordonnance sur la police. Désormais, les flics ne peuvent recourir à la strangulation que si leur vie est en danger. Et le 25 mai, c'était dans les limites de la loi.

 

Floyd est mort à l'hôpital. Les médecins ont trouvé du fentanyl et de la méthamphétamine dans le sang. "Il n'y a aucune preuve physique pour soutenir le diagnostic d'asphyxie traumatique ou de strangulation", a déclaré l'autopsie officielle. - M. Floyd souffrait de problèmes de santé de base, notamment de maladies coronariennes. L'effet combiné du fait que M. Floyd ait été retenu par la police, de ses conditions de santé de base et de tout intoxicant potentiel a probablement contribué à sa mort. La famille du défunt a engagé un pathologiste indépendant, Michael Baden, 85 ans. Il a affirmé que George était mort d'"asphyxie mécanique".

 

- Quoi qu'il en soit, il y a eu une tragédie.

 

- Oui, une enquête hiérarchique a été nécessaire pour déterminer la responsabilité de la police dans le décès du détenu. Pourquoi ils auraient dû être suspendus de leurs fonctions jusqu'à la fin de l'enquête. Mais c'est là que l'intrigue commence.

 

Le lendemain, le maire de Minneapolis, Jacob Frey, licencie Chauvin et ses trois collègues impliqués dans l'arrestation. (La police américaine ne rend pas compte au gouvernement fédéral, mais aux autorités locales.) Ainsi, à l'avance, sans aucun procès, il découvre la mort de Floyd. Ils sont en train d'être arrêtés. Chauvin est accusé d'homicide involontaire, les autres de complicité de meurtre.

 

De plus, le maire Frey fait une déclaration provocatrice lors d'une conférence de presse : "Être noir en Amérique ne devrait pas être une condamnation à mort". En faisant franchement allusion au motif racial de la tragédie.

 

Ce faisant, le maire a soulevé une vague de protestations, d'émeutes, de pogroms qui a mis l'Amérique à genoux devant les Noirs et s'est répandue en Europe.

 

- Qu'est-ce qui a soudainement frappé le maire de Minneapolis ?

 

- Commençons par l'État du Minnesota, où la plus grande ville a des "meurtres à motivation raciale".

 

Depuis 2018, Ilhan Abdullahi Omar représente le Minnesota au Congrès. La première femme américaine d'origine somalienne et musulmane élue au parlement américain. Elle est membre du parti démocratique. Son prédécesseur du Minnesota pendant plus de dix ans était l'Afro-Américain Keith Maurice Allison, le premier musulman élu au Congrès. Il a également été vice-président du Comité national du Parti démocratique des États-Unis. Il a même revendiqué la plus haute fonction du parti, mais a perdu. Allison a quitté le Congrès lui-même, maintenant procureur général de l'État. C'est lui qui va blâmer Derek Chauvin et les autres flics pour la mort de Floyd. Il n'y aura aucune pitié pour les policiers ! Le gouverneur du Minnesota, Timothy James Wals, est blanc. C'est un démocrate. Tout comme le maire blanc de Minneapolis Frey, qui a accusé sans procès la police de la mort d'un Afro-Américain. Le conseil municipal de Minneapolis compte 12 démocrates et un vert. En plein milieu des pogroms, ce conseil a exigé... la dissolution de la police noire locale. Vous pouvez voir que les poseurs de bombe dévalisent les magasins en toute impunité... Cette idée folle a été lancée par... Jeremiah Allison. Fils d'un procureur général noir, vice-président du Comité national du Parti démocratique...

 

- Les commentaires sont, comme on dit, redondants.

 

- Comme on peut le voir, le pouvoir des États et des villes est entièrement entre les mains des démocrates noirs et blancs.

 

Les démocrates, les médias libéraux ont pris d'un récidiviste pour façonner l'image d'un nouveau "grand martyr", victime des autorités, de la police. Pour susciter des émeutes à caractère racial dans le pays, en fait, une rébellion contre Trump. Et pour empêcher sa réélection lors de l'élection présidentielle de novembre.

 

À mon avis, les démocrates sont devenus les inspirateurs, les organisateurs de l'action "spontanée" "L'Amérique blanche à genoux devant les Noirs". Ce n'est pas sans raison que le candidat à la présidence du parti démocrate Joe Biden a lui-même placé dans son Instagram une photo de lui à genoux, avec un masque, devant un homme noir et un enfant. Les démocrates du Congrès se sont également agenouillés pendant 8 minutes et 46 secondes (c'est la durée pendant laquelle le policier Chauvin a tenu son genou autour du cou de Floyd). Les Américains moyens n'avaient donc personne à qui donner le bon exemple !

 

L'apothéose a été les magnifiques funérailles d'un toxicomane dans un cercueil doré, les honneurs qui n'ont pas été attribués à d'autres stars de la mafia, des rock stars... Le gouverneur du Minnesota, M. Walls, a invité les citoyens à respecter le début des funérailles en observant une minute de silence en... 8 minutes 46 secondes. Les condoléances à la famille du défunt ont été transmises personnellement à Joe Biden. Il a déclaré que la mort de Floyd "a eu un impact plus important que le meurtre du Dr Martin Luther King".

 

- Blasphème, pour comparer le leader du mouvement des droits civiques des noirs aux Etats-Unis, le Mahatma Gandhi américain, abattu en 1968, par un petit criminel!

 

- Pour les démocrates, la mort de Floyd a vraiment fait beaucoup de bien, en ébranlant considérablement ce qu'ils pensent être la position de Trump.

 

Je n'exclus pas que Floyd sera bientôt déclaré Christ noir.

 

- Ne blasphémez pas, Vladimir Semenovich !

 

- Je ne fais qu'énoncer les faits. Il n'y a pas beaucoup de renversements de monuments à Colomb, Washington, d'autres figures historiques des États-Unis. Ils s'en prennent déjà au Fils de Dieu ! L'autre jour, l'ancien pasteur Sean King, un activiste du mouvement Black Lives Matter, proche de l'ancien candidat à la présidence, le démocrate Sanders, a appelé à la démolition des statues de Jésus, à la destruction des icônes, des vitraux, des fresques à son image. Il a dit que le Christ est blanc sur eux, un signe de supériorité sur les noirs. "C'est du chauvinisme blanc à l'état brut. "Une arme d'oppression. "Propagande raciste. Tous doivent être supprimés".

 

Et le lieu saint, comme nous le savons, n'est jamais vide. Le Jésus blanc sera remplacé par le Jésus noir. "Grand Martyr" Floyd. Et ils l'appelleront à la prière. Biden sera le premier à donner l'exemple, et les démocrates suivront...

 

Le 4 juin, au milieu des pogroms, la foudre a déchiré la moitié du plus grand drapeau national du monde, le drapeau national des États-Unis, hissé à 30 mètres au-dessus de la Statue de la Liberté. Il a été érigé dans l'État du Wisconsin au-dessus d'un mémorial en l'honneur des résidents morts au service de l'armée américaine. La bannière mesure 21 mètres sur 42,6, et pèse 154 kg.

 

- Le signe du ciel ? Pour que les Yankees puissent reprendre leurs esprits ?

 

- Quoi qu'il en soit, c'est symbolique. L'Amérique, divisée en deux.

 

- Mais les noirs aux États-Unis, selon les statistiques officielles, ne représentent qu'un peu plus de 13 % de la population.

 

- Protestations, pogroms, vandalisme, blanc, latino... La fille du maire démocrate de New York, Bill de Blasio, était également sur les lieux et a été arrêtée.

 

Les démocrates ont cyniquement profité de la mort de l'homme noir, parce que c'est le groupe le plus cohésif de la population, et la question raciale aux États-Unis - a longtemps été très aiguë. Ils ont jeté une étincelle. Et une flamme a éclaté.

 

Dans l'histoire récente des États-Unis, il y a eu plus d'une fois des cas : un policier blanc a tiré sur un homme noir, ses frères sont descendus dans la rue, ont organisé des manifestations de masse, des pogroms... Mais ces actions sont toujours locales. (Dans le cas de personnes blanches qui meurent aux mains de la police, il n'y a généralement pas de protestations). Mais lors de l'incident du Floyd, il a instantanément éclaté à travers le pays et s'est répandu dans l'océan jusqu'en Europe. Ce qui suggère que les manifestations étaient bien organisées.

 

Le 30 mai au Centre spatial Kennedy, M. Trump a expliqué la vague de pogroms qui a débuté dans le pays de la manière suivante : "La violence et le vandalisme sont menés par Antifa et d'autres groupes radicaux de gauche qui terrorisent des innocents, détruisent des emplois, endommagent des entreprises et mettent le feu à des bâtiments". Selon le président, les États-Unis vont ajouter le mouvement Antifa à la liste des organisations terroristes. Le FBI avait mis en garde les autorités locales contre la violence d'Antifa et ses manifestations criminelles croissantes depuis 2016, avant que Trump ne vienne à la Maison Blanche.

 

- Pour en savoir plus sur Antifa, cliquez ici.

 

- "Antifa" est l'abréviation de "Antifascist Action". Le mouvement a pris forme en 1988 dans les villes de Toronto (Canada) et - attention ! - Minneapolis, Minnesota. Ce n'est donc pas une coïncidence si le Minnesota est le lieu où la bacchanale des pogroms a commencé. Au fait, le vice-président du Comité national du Parti démocratique, aujourd'hui procureur général du Minnesota, Keith Allison, a toujours été un partisan des membres d'Antifa. Comme son fils, membre du conseil municipal de Minneapolis, qui a proposé de disperser la police locale.

 

Dès les premiers jours des émeutes, les dirigeants du mouvement de droite américain ont affirmé que les pogroms étaient financés par le milliardaire George Soros. Parrain généreux de longue date du Parti démocrate, opposant de Trump. Il y a des raisons pour une telle spéculation. Selon l'American Capital Research Centre, Soros parraine les groupes Antifa aux États-Unis depuis 2004 par le biais de l'Open Society Institute. Transférer périodiquement 50 000 dollars pour des actions spécifiques par le biais d'une structure appelée Alliance for Global Justice (AFGJ). Lors de l'élection présidentielle - 2016 pour les protestations contre Trump en faveur de Hillary Clinton, les financements ont été augmentés. Après la victoire de Donald,  Antifa a été payé pour mettre en avant et promouvoir le slogan sur ses sites - "C'est ça le fascisme!  il faut expulser le régime Trump/Pence !

 

En 2017, les réseaux sociaux ont reçu de nombreuses accusations au sujet de Soros selon lesquelles il avait "largué" Antifa et n'avait pas payé pour un certain nombre d'actions. Quant à la situation actuelle, il n'y a pas encore d'informations concrètes sur le transfert d'argent à Antifa. Peut-être que les organisateurs des émeutes ont créé un canal complètement différent, étant donné que Soros a été gravement compromis.

 

- N'attachez-vous pas trop d'importance à cet Antifa ?

 

- Antifa, par exemple. Bien sûr, il y a d'autres coordinateurs, des combattants engagés par le Parti démocrate et ceux qui sont derrière son dos. Ils ont pour mission d'arracher la victoire électorale de Trump au prix d'une dure confrontation des pouvoirs.

 

Naturellement, le candidat démocrate Biden lui-même ne dirige pas personnellement le soulèvement. Son âge n'est pas le même que ses capacités. Ce n'est pas pour rien que Trump l'appelle "Sleepy Joe". Il y a d'autres personnes qui sont dans l'ombre pour cela.

 

- Tout semble être convaincant, Vladimir Semenovich, mais c'est difficile à croire. Pour mettre l'Amérique au bord d'une nouvelle guerre civile - tous pour un seul atout ?

 

- "Le pire, le meilleur !" - un vieux slogan des gauchistes. Les démocrates américains sont les plus à gauche de tous. Et leur branche d'État, le Parti démocrate des agriculteurs et des travailleurs du Minnesota, est d'extrême gauche.

 

Mais vous avez raison. Il ne s'agit pas d'un seul atout. Cet homme politique extravagant, l'éléphant dans le magasin de Chine, ne marche pas tout seul comme il le semble.

 

Ce n'est pas pour rien que la foudre a brisé le drapeau américain. Le pays est vraiment divisé. La brèche traverse tout le monde occidental. Il existe deux projets oligarchiques mondiaux. Ils peuvent être conditionnellement appelés "Financiers" (mondialistes) et "Industriels" (nationalistes). Les premiers prévoient d'utiliser le dollar pour prendre le contrôle du monde entier. Ils ont été nommés par le démocrate Obama. Il devait être remplacé par Hillary Clinton. Mais soudain, en 2016, Trump, la personne nommée par les industriels, a gagné. Un nationaliste. Il s'est fixé pour objectif de rendre l'Amérique à nouveau grande grâce à la montée de l'économie réelle, au retour des industries de Chine et d'autres pays asiatiques dans le pays et à la création de nouveaux emplois. Il a immédiatement commencé à briser les structures mondiales. Retiré du partenariat transpacifique, il a mis fin au partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement entre les États-Unis et Eurosocius, qu'Obama n'avait pas réussi à organiser. Il a manifestement quitté le traité de Paris sur le climat. Le dernier exemple en date est son divorce de l'OMS, autre structure mondialiste. En juin, il a annoncé que les États-Unis ne seraient plus un gendarme du monde. La Grande-Bretagne, le plus proche allié des États-Unis, qui avait quitté l'Union européenne, était également dans la même ligne anti-mondialiste.

 

- On se souvient de notre histoire nationale. Nous avons déjà mené une guerre avec des monuments au siècle dernier. Et nous avions aussi des bolcheviks-léninistes qui prévoyaient de transformer la Russie en un feu pour fomenter la révolution mondiale. Les internationalistes. Cependant, le "nationaliste" Staline a ruiné leurs plans mondiaux, en commençant à construire le socialisme dans un pays. Et la vieille garde léniniste a été liquidée pour ne pas gêner.

 

- Il y a une analogie. Mais aux États-Unis, au fil des siècles, un système de séparation des pouvoirs a été mis en place, qui ne permettra pas à Trump ou à tout autre président de devenir le nouveau Staline.

 

Dès les premiers jours à la Maison Blanche, Trump a été soumis à une pression énorme, comme aucun de ses prédécesseurs. L'inauguration a coïncidé avec les marches de protestation, où les stars d'Hollywood ont été "allumées", Madonna elle-même maudissant dans le micro. Puis il y a eu une longue enquête du procureur spécial Mueller sur les liens de Trump avec le Kremlin. Il n'a pas été possible de prouver que Donald était l'agent de Poutine. Puis les démocrates ont commencé à le mettre en accusation pour sa conversation téléphonique avec le président Zelensky. On dit qu'il a utilisé sa position officielle, intéressé par les connexions corrompues de Biden Jr. en Ukraine. La mise en accusation a également échoué, laissant une tache sur la réputation de Biden Senior, le rival de Trump pour les prochaines élections. Ici, à la grande joie des démocrates, il y a eu une pandémie. Ils espéraient que le président se casse la tête sur le coronavirus et gagne en novembre. Mais le pays commençait à sortir de la quarantaine. De plus, le programme lunaire solennellement annoncé par Trump, son soutien et sa présence personnelle au triomphe spatial d'Ilon Musk, de nouvelles saletés sur le corrompu Biden, recueillies en Ukraine... Tout cela a donné à Trump un avantage dans la course aux élections.

 

Que restait-il à faire à « Sleeping Joe» Biden ? La seule réponse était de se réveiller et d'aller à l'attaque. Les démocrates ont compris la nécessité de "passer à l'attaque" au sens propre. En se basant sur l'incident avec Floyd, ils ont déclenché en peu de temps une émeute dans toute l'Amérique, une guerre raciale, ou plutôt, une pseudo guerre des ténèbres. Après tout, les Afro-Américains ne représentent pas plus d'un tiers des manifestants.

 

Tous ces manifestants pacifiques, rejoints par les belligérants, les vandales n'étaient pour les directeurs secrets de l'opéra rock "George Floyd - Superstar" que de la chair à canon, des fournitures. Les marionnettistes espéraient que Trump appliquerait la loi "Sur le soulèvement" de 1807, que j'ai mentionnée au début de la conversation. La loi donne au président le droit d'utiliser la Garde nationale et les forces armées à l'intérieur des frontières américaines.

 

Selon leurs plans, Trump va jeter l'armée sur les rebelles, et beaucoup de sang sera versé dans les rues des villes américaines. dont Trump sera responsable. Et sa carrière de politicien sera couverte d'un bassin de cuivre.

 

- Mais il n'y aura pas de grandes effusions de sang. Trump a été plus sage. En appelant les gouverneurs et les maires à nettoyer leur propre gâchis. Après tout, la police et une partie de la Garde nationale sont sous leur commandement. Bien que Trump semble faible aux yeux des Russes. Mais de telles lois... Apparemment, les protestations s'apaisent. Bien que l'un des dirigeants de Black Lives Matter ait menacé de brûler l'Amérique cette semaine. Que se passe-t-il ensuite dans les États bénis, Vladimir Semenovich ?

 

- Je me tourne à nouveau vers le Joker. À mon avis, le film dépeint deux tentatives d'assassinat prévues sur le président Trump. Le premier est l'assassinat d'un présentateur d’émission actuel populaire. Trump lui-même a eu un talk-show dans le passé, pour lequel il a été récompensé par une étoile sur le Hollywood Walk of Fame. Des vandales l'ont récemment peinte en noir. En laissant un sac d'excréments à côté et l'inscription "Black lives matter". Le second est un meurtre commis lors du soulèvement d'un millionnaire, candidat à la mairie du parti conservateur.

 

Je n'exclus pas une tentative d'assassinat sur Trump. Le monde sera secoué comme l'assassinat du président Kennedy.

 

- C'est leur guerre interne.

 

- Bien sûr qu'elle l'est. Mais nous avons des raisons de craindre qu'une pandémie de rébellion, comme la pandémie de coronavirus, ne se propage en Russie. Et les mécanismes, les sponsors et les coordinateurs peuvent être les mêmes que ceux qui ont maintenant fait leur "business noir" dans les villes américaines.

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

NDLR

 

Voir annexe.

 

 

ANNEXE

 

 

Vladimir Ovchinsky : Le monde dans un masque de joker

19 octobre 2019.

 

https://izborsk-club.ru/17971

 

 

Lorsque vous rencontrez quelque chose d'exceptionnel dans l'art, il est naturel que des images et des associations émergent dans le cerveau.

 

À propos du réalisateur américain Todd Phillips "The Joker" (2019), nous avons déjà écrit une montagne de critiques, d'analyses, de critiques d'art, d'articles historiques, psychologiques et politiques dans le monde entier et dans notre pays. Je pense qu'il y aura aussi des livres. Cela en vaut la peine. Absolument justifié, ce film s'appelle moderne "The Devils", et le héros - Arthur Flek (Joker, joué par le candidat inconditionnel aux Oscars - Joaquin Phoenix) - le nouveau venu Raskolnikov. Je ne veux partager que mes associations.

 

Premièrement. Le film ne parle pas de la tragédie de l'Amérique, le film parle de la tragédie de toute l'humanité. Il s'agit des normes floues du Bien et du Mal, que ni les interdictions religieuses ni les lois strictes ne peuvent réglementer. Il s'agit de l'injustice mondiale. Il s'agit d'une fracture sociale mondiale qui ne peut pas s'empêcher de se transformer en tragédie. Sur la méchanceté et la tromperie humaines. Mais ce n'est pas un film anti-mondialiste, encore moins un film anarchiste.

 

C'est un film contre l'humanité dans son ensemble, qui n'a jamais été capable de construire une société décente nulle part.

 

Les montagnes d'ordures, la violence constante, l'humiliation constante de l'être humain dont on parle tout au long du film - elles touchent toutes les parties du monde.

 

Deuxièmement. Le film est si grand qu'il n'a pas le temps. L'action se déroule en 1981, mais elle peut se dérouler aujourd'hui et demain. Par exemple, Trump a récemment nommé, et à juste titre, les démocrates qui tentent de le mettre en cause comme des "clowns", c'est-à-dire des "plaisantins". En même temps, Trump lui-même agit comme un "joker", en envoyant une lettre au président de la Turquie avec les mots "ne soyez pas idiot" ( !!). Ou lorsqu'il a écrit sur Twitter, le 18 octobre de cette année, à propos de la "connexion culturelle entre les États-Unis et l'Italie depuis la Rome antique".

 

Le clown est devenu un élément de la Realpolitik moderne. Et les "jokers", ce sont des politiciens.

 

Des foules de partisans du "Joker" se battent avec la police en ce 2019 dans les rues de Paris, Barcelone, Hong Kong, Équateur, Algérie, Indonésie. "Les Jokers tournent à Moscou.

 

Tout ce qui se passe en Syrie est aussi un jeu de cartes politiques sanglant avec des "jokers". Les "jokers" sont l'IGIL, le Front an - Nusra, l'opposition syrienne, les troupes d'autodéfense kurdes, le gouvernement syrien, les troupes turques ... Tous s'accusent mutuellement de tous les péchés mortels, et continuent de le faire.

 

Troisièmement. Quant à la véritable histoire américaine, le Joker est certainement le prototype de Lee Harvey Oswald, qui a tiré sur le président américain John Kennedy, Serhan Serhaan, qui a tiré sur Robert Kennedy - un candidat à la présidence des États-Unis, James Earl Ray, qui a tiré sur le militant des droits civils Martin Luther King. En fait, le film montre deux meurtres politiques - celui du présentateur de télévision Murray Franklin (joué par Robert De Niro) et celui de Brett Cullen - le père présumé du Joker, millionnaire et candidat à la mairie de la ville où tout se passe (acteur Thomas Wayne).

 

Chacun pense à l'étendue de sa propre dépravation, mais il m'a semblé que le film montre deux versions de la tentative d'assassinat prévue sur le président américain Trump.  Dans un cas, quant à l'image d'un présentateur actuel populaire - l'émission qui apportait non pas la joie de vivre, mais la déception de celle-ci. Et, dans l'autre cas, le meurtre (commis non pas par le Joker, mais par ses disciples) d'un millionnaire détesté, auquel on reproche tous ses ennuis.

 

Quatrièmement. La chose la plus effrayante dans le film. Le meurtre de sa mère par le Joker. L'association la plus superficielle est le meurtre de Mère Amérique par les fils du Joker. C'est un déni de leur histoire, de leurs réalisations. Admettre tout cela comme un BOOM. Mais je pense qu'il y a une chose encore plus sérieuse ici.

 

C'est le meurtre de toute l'humanité et de son histoire, c'est une tromperie de la notion même d'Homme.

 

C'est le genre de pensée que le film avait à l'esprit. Que mes créateurs me pardonnent mes allusions.

 

 

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Vladimir Ovchinsky : Ce n'est pas la lutte contre le racisme qui a commencé en Amérique, mais le véritable soulèvement. (Club d'Izborsk, 27 juin 2020)
Lire la suite

Valery Korovin : l'heure de la dissuasion nucléaire (Club d'Izborsk, 27 juin 2020)

28 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Valery Korovin : l'heure de la dissuasion nucléaire

27 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19539

 

 

 

La réunion interagences américano-russe sur la maîtrise des armements et la stabilité stratégique, qui s'est tenue à Vienne, n'a suscité l'optimisme d'aucune des deux parties dès le début. La question principale - la prolongation et la préservation du traité sur la réduction et la limitation des armements stratégiques offensifs (START) - a été discutée précédemment, mais elle est toujours d'actualité. La situation qui se profile à cet égard n'est manifestement pas sûre.

 

Comme l'a dit Anatoly Antonov, ambassadeur de Russie aux États-Unis, en évaluant la situation actuelle, "nous constatons qu'il n'existe aujourd'hui pratiquement aucune architecture de sécurité. Il y a un SSNV, qui a encore plusieurs mois à vivre. Je parle de manière plutôt pessimiste, car je ne vois pas encore de signaux positifs sur cette question".

 

En fait, la partie américaine sabote le processus en lançant des accusations infondées contre la Russie, d'une part, et des conditions non remplies, d'autre part. Par exemple, en exigeant que la Russie s'engage à impliquer la Chine dans le processus de négociation, qui, au vu de la position de ces mêmes États-Unis, n'est pas non plus pressée de se limiter à des obligations.

 

Il s'avère que personne n'a besoin de rien d'autre que la Russie, qui est la gardienne au moins des vestiges du droit international et des accords et traités internationaux fondés sur celui-ci. L'Avos russe est maintenant pris en charge par nos visas.

 

C'est pourquoi la situation actuelle ressemble à ceci. Les États-Unis, en la personne de Trump, se retirent de tous les accords conclus au stade historique précédent, offrant en contrepartie aux acteurs plus ou moins puissants un ensemble d'accords bilatéraux. Et aussi étrange que cela puisse paraître, il y a une certaine logique dans tout cela.

 

Le désir de la partie russe de préserver les formats et les traités internationaux antérieurs est compréhensible. Ils fonctionnent mal et mal, c'est une sorte de base juridique, il est donc plus facile et plus calme de tout laisser tel quel, en prolongeant de temps en temps les accords précédents. Cette situation est au moins stable, et l'approche visant à maintenir cette stabilité est claire. Surtout pour nous, le peuple russe.

 

Mais il y a une autre facette : le système actuel de stabilité relative, basé sur le système de droit international établi à la suite de la Seconde Guerre mondiale, est une conséquence du monde bipolaire de Yalta, longtemps disparu, qui a été dit plus d'une fois. C'est pourquoi le système de dissuasion entre les deux pôles - occidental et soviétique (aujourd'hui russe) - ne répond pas à la réalité objective.

 

Eh bien, en effet, l'URSS, qui contrôlait la moitié du monde, n'existe plus. L'unité atlantique des États-Unis, de l'Europe et de leurs alliés, qui contrôlaient la seconde moitié du monde, n'est pas non plus envoûtante et ne se convainc pas du contraire.

 

La Russie ne peut pas forcer les États-Unis à faire quoi que ce soit, et nous l'avons vu depuis un quart de siècle. Sauf si c'est par hasard, par chance. Les États-Unis ne peuvent pas non plus nous forcer à faire quoi que ce soit qui soit en conflit avec les intérêts de notre État. En fait, depuis 25 ans, les États-Unis violent tout ce qu'ils veulent, et le reste du monde n'a plus qu'à se diluer dans ses mains.

 

Une telle situation, où le droit international semble exister, mais où l'un des sujets de ce droit ne l'observe pas, conduit à un nihilisme juridique à l'échelle mondiale. Si l'un ne la respecte pas, cela signifie que l'un peut faire la même chose à l'autre. Si un traité n'est pas respecté, cela signifie que l'un peut ne pas respecter l'autre, que l'un peut ne rien respecter du tout. Et celui qui observe est un perdant et est à blâmer.

 

Cette situation était tout à fait acceptable pour les mondialistes américains de la précédente administration : la Russie est consciencieuse, elle respecte les traités - c'est pourquoi elle perd, et nous ne les respectons pas - c'est pourquoi nous sommes les gagnants, "signez ici". Et si nous nous faisons prendre, nous accuserons les Russes eux-mêmes.

 

En Russie aussi, ils l'ont compris, mais au nom de la paix dans le monde, dans l'intérêt de la stabilité, ils ont fermé les yeux sur elle, essayant de garder au moins ce qu'ils avaient. Donald Trump, qui est arrivé au poste de président des États-Unis, a commencé à briser ce modèle, bien qu'en général il convienne à tout le monde. Les mondialistes américains ont senti leur force en trompant les Russes qui leur faisaient confiance. Les Russes, à leur tour, ont utilisé le statu quo pour retarder l'exacerbation, gagnant en force et renforçant la subjectivité géopolitique. Mais c'est la particularité des mesures temporaires, qu'elles ont un jour pris fin.

 

En fait, la Russie et les États-Unis ne sont plus les principaux détenteurs d'armes nucléaires, il y a d'autres alliés, principalement américains. La Chine est maintenant une sorte d'allié de la Russie, ce qui signifie que son arsenal nucléaire est hors de contrôle des Etats-Unis, ce qui rend ces derniers très nerveux, mais ils ne peuvent rien y faire. Et même si START 3 est prolongé, qu'en est-il de la Chine ?

 

À la manière américaine habituelle, les États-Unis tentent d'accrocher une question qu'ils ne peuvent pas décider seuls, sur quelqu'un d'autre, comme nous. Mais il serait logique de supposer que si la Chine est incluse dans le processus de négociation sur la dissuasion nucléaire, alors il serait nécessaire d'inclure d'autres détenteurs : la Grande-Bretagne, la France, l'Inde, le Pakistan, Israël et même ("Oh mon Dieu, Monsieur le Président !") la Corée du Nord. Et il ne s'agit plus d'accords bilatéraux, mais d'accords multilatéraux.

 

Dans l'ensemble, le seul pays qui a utilisé des armes nucléaires contre son adversaire est les États-Unis eux-mêmes, qui ont bombardé le Japon sans aucune raison militaire valable. Et toute l'histoire ultérieure du développement des armes nucléaires visait à dissuader l'agression nucléaire américaine.

 

À un moment donné, il a semblé aux Américains, surtout après l'effondrement de l'URSS, qu'ils allaient prendre le monde entier, sans utiliser d'armes nucléaires, avec une force douce. Et tout semblait se dérouler ainsi : la Russie s'est rendue volontairement (dans les années 1990), les "révolutions de couleur" ont jeté un Etat après l'autre aux pieds de l'Amérique, et parmi les militaires américains à la mode se trouvait le concept d'une frappe non nucléaire sans blitz.

 

Dans ces conditions, il était en effet possible de se limiter. Mais il n'en est plus ainsi aujourd'hui - la Russie est souveraine et le projet unipolaire du monde américain est terminé. Ils se sont donc souvenus du dernier argument - les armes nucléaires.

 

Et si pour Trump le retrait des traités et accords est une invitation à fixer les contours du monde multipolaire naissant, pour ses opposants aux démocrates - appel au dernier argument, la pression nucléaire. Et qui sait si l'Amérique, qui a déjà utilisé des armes nucléaires une fois, ne va pas répéter sa farce criminelle ?

 

Alors, peut-être devrions-nous examiner de plus près la réalité de l'agression nucléaire américaine et entamer non pas des négociations bilatérales, en essayant de prolonger ce qui est dépassé, mais des consultations multilatérales sur la dissuasion nucléaire américaine ?

 

Et si les États-Unis eux-mêmes continuent ce qui se passe actuellement, alors le contrôle international de l'arsenal nucléaire américain. Après tout, qui sait qui aura éventuellement des armes nucléaires américaines entre ses mains ? Il est grand temps d'organiser des réunions internationales et inter-agences sur le contrôle des armements américains, et non des réunions américano-russes. Je ne voudrais pas que les armes nucléaires américaines tombent sous le contrôle de certains militants extrémistes antifascistes ou armés du BLM au moment le plus inopportun.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : l'heure de la dissuasion nucléaire (Club d'Izborsk, 27 juin 2020)
Lire la suite

Mikhaïl Delyagine : Au revoir, "Chimère". (Club d'Izborsk, 26 juin 2020)

27 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Mikhaïl Delyagine : Au revoir, "Chimère".

26 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19535

 

 

Le revirement qualitatif de la position géopolitique de la Chine n'y a été réalisé que l'année dernière et a provoqué un choc. Le fait est que les grands processus qui dépassent l'espérance de vie d'une génération semblent être une constante pour les contemporains. Par exemple, il n'y a pas si longtemps, nous ne pouvions pas imaginer un monde sans Brejnev. Et pendant très longtemps, la Chine - presque 40 ans de son étonnante croissance - n'a pas pu penser à son propre développement sans une étroite coopération avec les États-Unis.

 

La Chine était à la tête des États-Unis - ce qui, bien sûr, ne diminue en rien ses propres mérites en créant un miracle économique comme personne n'en a jamais vu l'ampleur, le rythme et la durée. À plus petite échelle, par exemple, en Bolivie, mais elle s'est terminée par un désastre politique après que le président Morales eut quadruplé l'économie.

 

Depuis près de quarante ans, la Chine se développe grâce à la technologie, aux capitaux et au marché américain. Le tournant qui se dessine depuis 2017, depuis l'arrivée de Trump, a mûri depuis 2009, mais pour la Chine, une confrontation frontale avec les Etats-Unis est une surprise totale.

 

Les bases du modèle paradoxal d'interaction entre les États-Unis et la Chine ont été jetées par Mao Zedong. Il est entré dans un conflit systémique avec l'Union soviétique pour de nombreuses raisons. En particulier, parce que l'URSS a commencé à se dégrader après la mort de Staline. En outre, Mao avait peur d'être renversé : il n'oubliait pas que dans les plaines au nord de Pékin, il n'avait rien à opposer aux chars soviétiques.

 

À la fin des années 1960, il avait décidé de compter sur l'aide des États-Unis, mais il n'y avait alors aucun contact direct avec eux en raison de la mémoire vivante de la guerre de Corée (qui, depuis 2018, est appelée guerre sino-américaine en Chine).

 

Puis, en 1969, Mao a décidé de s'adresser aux États-Unis dans la langue traditionnelle chinoise de l'action indirecte - sous la forme d'une provocation antisoviétique sur l'île de Damansky (donnée aux Chinois en 1991) et sur un site près du lac Jalanashkol au Kazakhstan (donnée à la Chine en 1998).

 

Il faut comprendre que les différentes cultures négocient de différentes manières. Comment, par exemple, Tchang Kaï-chek a-t-il compris que Mao Zedong ne conquerra pas Taïwan ? Selon le comportement de Pékin à l'égard d'une partie des îles taïwanaises qui sont très proches du continent. (Les avant-postes frontaliers de Taïwan y sont toujours debout.) Lorsque la Chine a commencé à bombarder ces îles, mais pas tous les jours, le lendemain, selon le calendrier, c'était une démonstration de l'impréparation à "une solution définitive de la question taïwanaise", une démonstration que Mao Zedong doit maintenir la tension avec Taïwan, mais pas en éliminer la source. Tchang Kaï-chek s'est détendu, et la poursuite du développement de cette unité administrative insulaire en Chine est connue de tous...

 

Après 1969, les actes d'agression contre l'URSS n'ont pas cessé. En 1970-1972, il n'y a eu que 776 provocations en Extrême-Orient, et pour une seule en 1979 - plus de mille ! Au total, de 1975 à 1980, selon les rapports des gardes-frontières soviétiques, près de 7000 violations des frontières et autres provocations ont été commises par les Chinois.

 

On ne peut que deviner la frustration de Mao lorsqu'il a réalisé que ce n'étaient pas les Chinois qui dirigeaient les États-Unis : ce que Tchang Kaï-chek comprenait bien n'a même pas été remarqué par le président Nixon. Les dirigeants américains étaient plongés dans leurs problèmes - du mouvement anti-guerre et de la lutte pour les droits des Noirs à la faillite en 1971 - et ne soupçonnaient tout simplement pas les "offres" des Chinois.

 

Maintenant, rétrospectivement, les idéologues américains, à commencer par Kissinger, écrivent qu'ils ont tout suivi de près. Mais il s'agit plutôt d'une propagande, non confirmée par les faits. Mais l'horreur de Mao Tse Toung devant d'éventuelles représailles militaires de l'URSS jusqu'en mai 1970, où il a réussi à obtenir des garanties de non-agression, est bien documentée. Le conflit entre la Chine et l'Union soviétique a créé une étrange atmosphère dans le monde socialiste. C'est ainsi que les États-Unis sont entrés dans le jeu avec la Chine par une "diplomatie du ping-pong" au tout début des années 70, lorsqu'un athlète américain a approché les Chinois lors d'une compétition de tennis de table. Et les parties ont réalisé que ce n'était pas si mal que ça que nous puissions parler.

 

Le résultat fut la visite de Nixon en Chine en février 1972, qui apporta un succès retentissant au président américain et contribua à sa victoire aux élections de cette année-là. Cette visite a considérablement renforcé la position des États-Unis dans leur opposition à l'Union soviétique, leur a donné un nouvel allié - puissant et en même temps socialiste.

 

Mais cet allié restait potentiel : la nature même de l'interaction entre les États-Unis et la Chine n'a pas changé de manière significative. Comme on dit, il n'y avait personne de Chine ou des États-Unis pour danser le tango. Mao Zedong était trop occupé politiquement pour penser à autre chose qu'à rester au pouvoir, et était déjà gravement malade. Et les dirigeants américains étaient alors occupés à créer un mécanisme de pétrodollars, à desserrer leur propre agonie au Vietnam et à organiser la soi-disant détente.

 

En outre, les Américains détestaient Mao Tse Toung parce qu'ils s'en souvenaient encore, car en 1946, il avait brillamment trompé l'envoyé personnel Truman, le général George Marshall - celui qui est littéralement devenu en un an l'auteur du fameux plan qui a fait de l'Europe occidentale un otage économique de l'Amérique.

 

Et c'est ce qui s'est passé. Après la défaite du Japon, Tchang Kaï-chek a lancé une puissante offensive contre le parti communiste chinois en Mandchourie. D'un point de vue militaire, les communistes chinois étaient condamnés à la défaite. Staline, comme nous le savons, s'en tenait au concept de démocraties populaires. Il n'avait aucune idée de communier ni l'Europe de l'Est ni la Chine. Il voulait établir dans ces pays une puissance qui soit bonne pour l'Union soviétique, lui étant reconnaissant au moins de les avoir libérés du fascisme. Alors comment un Polonais ou un Roumain pourrait-il être empaillé dans une ferme collective ? Non, évidemment... C'était une sage considération des spécificités nationales, comme on le disait alors. Au XIXe Congrès du PCUS, Staline a parlé de ce qui est particulièrement pertinent aujourd'hui : la nécessité de s'unir à toutes les forces nationales, car la principale contradiction de l'époque n'est pas entre le travail et le capital, mais, grosso modo, entre les spéculateurs mondiaux et les intérêts des peuples.

 

En réponse, l'Occident a mené une opération visant à discréditer pratiquement tous les sociaux-démocrates modérés d'Europe de l'Est, en faisant d'eux des alliés des fascistes ou des Britanniques et des Américains. La communisation de l'Europe de l'Est a été en grande partie le résultat d'une opération spéciale de la CIA.

 

S'appuyant sur le concept de démocratie populaire, Staline considérait Tchang Kaï-chek comme un leader naturel de la Chine et un allié tactique nécessaire, bien que non communiste. Mao Zedong, à cette époque, avait de petites forces selon les normes chinoises, dépendait entièrement de l'Union soviétique et était perçu par Staline comme le même nationaliste que Tchang Kaï-chek, seulement adopté en vertu des circonstances, la couleur communiste. Il n'y avait pas de place pour Mao Zedong dans le cadre du concept ci-dessus. Au mieux, il devait être évacué vers l'Union soviétique et recevoir une pension d'honneur.

 

Mais c'est là que le génie tactique de Mao s'est manifesté : il a charmé le Marshall qui lui a rendu visite, ainsi que certains représentants américains avant lui. En 1944, il a même indiqué qu'il envisageait sérieusement de changer le nom du Parti communiste chinois pour quelque chose de différent, non communiste ! Les Américains sautaient de joie, comme certains Ukrainiens d'aujourd'hui. En conséquence, Mao a convaincu les dirigeants américains par l'intermédiaire de Marshall qu'il était exactement le même nationaliste que Tchang Kaï-chek, mais moins corrompu et plus capable.

 

Et il faut dire que la direction américaine sous Roosevelt était littéralement furieuse de la monstrueuse corruption du régime de Tchang Kaï-chek, qui non seulement volait l'argent des contribuables américains, mais discréditait également les États-Unis en Chine même, n'ayant aucun sens de leur aide. En conséquence, les Américains ont cru en Mao et lui ont apporté un soutien politique, mettant fin à l'attaque de Tchang Kaï-chek contre lui en Mandchourie. Ils ont obtenu un cessez-le-feu de quatre mois pour Mao Zedong. Pendant cette période, il a pu renforcer et réformer l'armée. Ayant également renforcé son autorité morale et politique au sein du pays, Mao est entré dans la lutte pour le pouvoir avec Tchang Kaï-chek i et a gagné brillamment.

 

Pour George Marshall, le secrétaire d'État, un homme très respecté en Amérique, la tromperie de Mao Zedong a été très coûteuse. Par inertie, il poursuit encore le développement de sa carrière, avec le déclenchement de la guerre de Corée, il dirige même le Pentagone, mais en 1951, il est contraint de démissionner, officiellement "pour raisons de santé". Et en fait, à cause des attaques de McCarthy, qui (avec le soutien total de la société) l'a accusé à juste titre de "perdre la Chine". Les États-Unis n'ont jamais pardonné à Marshall ou à Mao.

 

C'est pourquoi il était extrêmement problématique pour les Américains de coopérer avec les Chinois, même à la fin des années 1970. La seule chose que l'Amérique a réussie avec la Chine était un piège stratégique pour l'URSS en Afghanistan. La guerre en Afghanistan était une "joint-venture" antisoviétique entre les États-Unis et la Chine, et bien qu'elle ait déjà été menée sous Deng Xiaoping, elle a été conçue comme une inertie post-maoïste.

 

En fait, en Russie, nous ne comprenons pas comment la société afghane est organisée aujourd'hui et comment elle était organisée à l'époque. En Union soviétique, on ne comprenait pas grand chose non plus. Les services de sécurité soviétiques n'étaient pratiquement pas ancrés en Afghanistan, contrairement aux services britanniques et même américains.

 

En Afghanistan, la partie (culturelle) la plus développée de la société était les Tadjiks - le deuxième groupe ethnique le plus important, base de l'intelligentsia afghane. Kaboul était une ville tadjike. Les Pachtounes qui y vivaient parlaient même le farsi. Les Pachtounes - le plus passif des principaux groupes ethniques en Afghanistan - ont traditionnellement eu le pouvoir politique dans le pays.

 

Dans la seconde moitié des années 70, en raison de la crise économique qui a touché la partie non socialiste du monde, la situation sociale et économique en Afghanistan a commencé à se détériorer fortement. Le régime de Daud a écarté tous les gauchistes du pouvoir et, en 1977, en réponse à l'aggravation de la situation intérieure, a établi un système de parti unique et a aggravé les relations avec l'Union soviétique.

 

La crise a galvanisé les forces politiques pachtounes, mais elles n'avaient aucune volonté de s'unir, il n'y avait que des dirigeants ! La direction pachtoune du Parti démocratique du peuple d'Afghanistan (PDPA) était composée de plusieurs groupes tribaux qui se sont battus les uns contre les autres jusqu'à la mort du parti et de l'Afghanistan laïque dans son ensemble (et, pour autant qu'on puisse le voir, continuent de le faire). Ils étaient considérés comme des staliniens, comme la plupart des gens normaux. En acceptant l'aide de l'Union soviétique pour des raisons pragmatiques, ils se sont montrés très hostiles à la renaissance de la bourgeoisie soviétique tardive. Cela a automatiquement fait d'eux des alliés idéologiques des Chinois et leur a permis d'être énormément influencés par la Chine.

 

Mais les Chinois, manquant de ressources, ont partagé cette influence avec les riches et compétents services de renseignements américains, qui étaient également désireux de se venger des arrogants Britanniques dans leur sphère d'influence traditionnelle. Bien sûr, ce n'est qu'une hypothèse, mais cela explique au moins pourquoi les dirigeants du PDPA ont caché leurs plans à l'Union soviétique. Officiellement, ils avaient une excuse : que vous étiez amis avec le régime Dowd, qui nous est hostile. Mais en politique réelle, c'était ridicule : en fait, les raisons étaient complètement différentes. Les révolutionnaires afghans ont traité la défunte Union soviétique Brejnev un peu mieux que les États-Unis.

 

La révolution de 1978 - où tout a en fait commencé en Afghanistan - était pachtoune et nettement anti-tadjik. C'était en grande partie une révolution ethnique. Idéologiquement, c'était maoïste car sous l'influence chinoise, le stalinisme en Afghanistan a évolué vers le maoïsme. Et, bien sûr, antisoviétique.  Le rôle décisif dans cette affaire a été joué par Amin, un praticien coriace, un agent de la CIA avec 20 ans d'expérience, à ma connaissance. Il céda le pouvoir à la romance plus autoritaire de Taraki, le premier secrétaire du PDPA ; Amin essaya de créer un culte de sa personnalité, de l'utiliser, et quand cela échoua, il fut renversé et tué. Et il a volontiers aidé les services de renseignements américains à organiser diverses provocations contre l'Union soviétique. A la même époque, Taraki et Amin ont procédé à la destruction de l'intelligentsia tadjike en Afghanistan, minutieusement cultivée par la monarchie.

 

Seules les personnes très célèbres ou celles qui étaient mariées aux soviétiques pouvaient survivre. Et la société sans intelligentsia devient plus simple et plus "pointue". Les recettes grossières et maoïstes qui ont mis en œuvre les réformes ont déclenché une guerre civile. C'est pourquoi, dès mars 1979, Amin a commencé à demander à l'Union soviétique une intervention militaire : là encore, il n'y avait personne d'autre à qui demander.

 

Et l'Union soviétique était confrontée à un choix : l'effondrement du PDPA aurait amené les ennemis de l'URSS au pouvoir, et l'aide de ces maoïstes aurait maintenu nos ennemis au pouvoir, bien que cachés, mais inconciliables. La seule solution était de remplacer Amin par Babrak Karmal, qui avait alors perdu toute concurrence au sein du parti et devait donc devenir un Babrak Karmal pro-soviétique, au sujet duquel nos conseillers militaires n'étaient, pour ne pas dire plus, la meilleure opinion, car ce personnage se distinguait par des qualités personnelles et commerciales extrêmement faibles.

 

En conséquence, l'Afghanistan s'est avéré être un piège américano-chinois pour nous. Mais cela est devenu un problème pour la Chine également, car les Ouïgours musulmans qui ont combattu aux côtés des Dushmans sont ensuite retournés à eux-mêmes, dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dont nous avons d'ailleurs donné une partie importante du territoire actuel à la Chine en 1944. Depuis lors, les problèmes liés à la confrontation interethnique et au terrorisme ont reçu un permis de séjour permanent et un soutien professionnel dans cette région, car depuis l'Afghanistan, ces personnes sont passées sous contrôle américain et représentent déjà leurs intérêts. Ce n'est qu'en 2015 qu'il a été possible de réprimer le terrorisme et les attaques violentes contre les civils dans la région avec des méthodes sévères. Au cours des cinq dernières années, il n'y a pas eu d'attaque terroriste au Xinjiang, et l'Occident n'a pas pardonné à la Chine.

 

Mais revenons aux années 1970. À la fin de la décennie, les États-Unis se sont rendu compte qu'ils étaient en train de perdre contre l'Union soviétique dans tous les domaines. Les sociétés transnationales de l'Occident pourrissaient franchement et son économie s'enfonçait de plus en plus dans l'abîme de la stagflation. La sortie n'a été gelée qu'en 1981, lorsque la forte simplification des prêts dans le cadre de la "reaganomie" a relancé le "moteur" du capitalisme, le forçant à travailler sur un mode forcé.

 

Et avant cela, pomper des ressources à la Chine antisoviétique semblait être une occasion magique de construire une nouvelle tête de pont pour combattre l'Union soviétique. Et l'Afghanistan n'était qu'une distraction pour intercepter notre initiative stratégique.

 

Pour les nouveaux dirigeants chinois, l'éventuelle aide américaine a ouvert de nouvelles dimensions. Immédiatement après sa victoire sur les successeurs stériles, Mao Deng Xiaoping s'est précipité aux États-Unis, où il a démontré son "américanisme" au cours d'un long voyage - jusqu'à poser dans un chapeau de cow-boy qu'il pensait lui-même être stupide.

 

Bien sûr, l'engagement et l'hostilité des États-Unis envers l'Union soviétique avaient plus à prouver que cela. A son retour en Chine, Deng Xiaoping s'est immédiatement lié de sang, attaquant le Vietnam en février 1979. Cette guerre, militairement insensée et qui s'est terminée par une douloureuse défaite, a été un élément de dialogue avec l'Amérique tout autant que les attaques sur les territoires soviétiques à la fin des années 1960. Mais comme tout était maintenant probablement convenu au moins avec la direction des services de sécurité américains, Deng Xiaoping a été entendu immédiatement et compris correctement.

 

Avec cette guerre, il a résolu un énorme problème de politique intérieure en affaiblissant le leadership militaire qui l'avait porté au pouvoir. Après tout, l'armée sous Mao est restée la force la plus raisonnable et la plus efficace de la société chinoise. En les injectant dans la guerre, Deng Xiaoping a déchargé l'énergie militaire accumulée dans une installation tierce et a fini par les soumettre à lui-même.

 

Grâce à une alliance informelle et non publique avec l'Amérique contre l'Union soviétique, la Chine a obtenu le libre accès au marché américain, qui cherchait désespérément des produits bon marché à cause de la crise, car les Américains avaient peu d'argent. Plus important encore, la Chine a reçu un soutien sous forme de technologie. Oui, toute la première étape des réformes a été réalisée par des émigrants chinois (appelés Huaqiao), mais les Américains ont fourni toutes les garanties d'une coopération économique sûre de leurs pays de résidence avec la Chine. Et jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique, la Chine s'est développée comme un allié implicite mais extrêmement important des États-Unis dans leur lutte contre l'Union soviétique.

 

Dans les années 90, la Chine a commencé à remplir une fonction légèrement différente : elle a fourni à l'Amérique des marchandises bon marché qui ont contribué à élever le niveau de vie américain sans augmenter les revenus de la majorité de la population. Autrement dit, vous pouvez améliorer votre niveau de vie en augmentant vos revenus. Ou bien, en plus des marchandises coûteuses, il est possible de fournir des marchandises bon marché. Il n'affecte pas nécessairement l'indice d'inflation si vous le considérez comme mauvais - et les statistiques américaines sur l'inflation sont mauvaises. Il n'était pas moins important pour la Chine d'augmenter sa consommation d'Américains que de faire face à l'Union soviétique. Tout cela a permis à la Chine de bénéficier d'un soutien complet de la part des États-Unis, même si cela n'a pas été rendu public.

 

Une autre direction indirecte du soutien est le fait que les États-Unis ferment systématiquement les yeux sur le vol de la propriété intellectuelle. Lorsqu'il s'agit de scandales très médiatisés, les Chinois ont écrasé les CD au bulldozer, et c'était la fin de l'histoire.

 

Au cours des années zéro, malgré les conflits locaux, la Chine a accru son importance pour les États-Unis en tant que partenaire économique. En plus de fournir les biens bon marché nécessaires au maintien de l'abondance, en plus d'accumuler des dollars dans les réserves émises par les États-Unis, la Chine a réussi à devenir une cible digne des investissements occidentaux à grande échelle dans les conditions de réinvestissement des pays développés. Il était possible d'investir en Chine et de faire des profits garantis. Cela a fait du pays un facteur essentiel de la stabilité de l'économie mondiale et a permis aux Chinois, en novembre 2012, deux semaines après le XVIIIe Congrès du PCC, au cours duquel Xi Jinping est officiellement arrivé au pouvoir, de se fixer pour tâche de conquérir le leadership mondial.

 

Bien sûr, personne n'en a parlé ou n'en parle directement, la formule est très juste : le rêve chinois d'un grand renouveau de la nation chinoise. Mais par "renaissance", nous entendons la fin du XVIIIe siècle, une époque où la Chine produisait plus d'un tiers de tout le PIB mondial. En tant qu'ombre économique non seulement des États-Unis, mais aussi de l'Occident dans son ensemble, la Chine voulait poursuivre son développement rapide, espérant prendre une position de leader dans le monde sans conflit avec la civilisation occidentale avant que la civilisation sortante ne s'en aperçoive.

 

Mais le vecteur du développement mondial s'est inversé. Le redressement a commencé en 2009, lorsque les Américains, relâchant la crise de 2008, ont commencé à injecter de l'argent dans l'économie de manière ininterrompue. Les Chinois réfléchissent sérieusement, car ils ont accumulé d'énormes réserves internationales, qui à leur apogée, un peu plus tard, s'élevaient à près de quatre mille milliards de dollars. Et une question naturelle s'est posée : que se passerait-il si les Américains dévaluaient le dollar ? Comment les Chinois peuvent-ils ne pas rester au creux de la vague ? Et quand la dévaluation a vraiment commencé, la Chine est venue en Amérique avec une proposition : "Chers collègues, continuons à soutenir votre économie en stockant des dollars dans nos réserves monétaires, et vous nous garantissez que le pouvoir d'achat de ces dollars ne diminuera pas. Mais les Américains ont fait la pire chose qui puisse être faite dans les négociations avec la Chine : ils n'ont pas du tout entendu les propositions chinoises, ils les ont ignorées !

 

Mais avant cela, une partie de l'élite américaine, qui était axée sur la poursuite des relations avec la Chine, a même eu l'idée d'une sorte de condominium - le concept de Chimerica, c'est-à-dire l'unification des États-Unis et de la Chine. Cette proposition a été faite aux Chinois peu avant que le rétablissement des relations nous soit offert, à nous, la Russie. Comme la proposition semblait avoir été faite sous la même forme grossière que la proposition russe plus tard, elle a été rejetée, non sans de vives discussions internes. Cela a grandement contribué à l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping.

 

La Chine était déjà réticente à accepter le rôle de partenaire junior à l'époque. Et les États-Unis, en principe, ne sont jamais prêts à coopérer avec quiconque sur un pied d'égalité, c'est en dehors de leur vision du monde. Ainsi, l'accord n'a pas eu lieu et les forces au sein de la direction américaine qui étaient axées sur la coopération avec la Chine ont rapidement déraillé. Et bien que beaucoup de ces personnes soient restées à leur poste, elles étaient toujours invitées à des réunions ou à des conférences, mais leur influence réelle s'est effondrée du jour au lendemain. Et dès 2010, il y a eu un consensus au sein de l'élite américaine pour dire que la Chine était une nouvelle Carthage à détruire.

 

Cette position n'a pas changé au cours des dernières années, si bien que Trump a pu mener une guerre commerciale avec la Chine en fanfare. Il a d'ailleurs déclaré des guerres commerciales à tous les partenaires des États-Unis : le Mexique, le Canada et les pays européens, mais c'est précisément l'aggravation avec les Chinois qui "s'allume" le plus possible. Pourquoi ? Non seulement parce que la Chine est le principal partenaire des États-Unis, mais aussi parce que c'est un moyen pour Trump de rassembler autour de lui l'élite américaine, divisée par l'actuelle guerre froide. La seule chose qui l'unit vraiment est la compréhension que la Chine doit être détruite.

 

Ce tournant est apparu en 2016, lorsqu'il est devenu impossible de préserver les marchés mondiaux en raison de leur monopole en déclin. À l'ordre du jour figurait la gestion de l'effondrement imminent de l'humanité dans la dépression mondiale, dans l'intérêt de l'un ou l'autre des membres de la classe dirigeante mondiale, bien entendu. Le modèle de chaos croissant que l'Amérique a constamment imposé à tous depuis le début du XXe siècle a été brisé par nous, la Russie, lorsque nous avons mis fin à leurs plans en Syrie, en Ukraine et en Turquie.

 

Le résultat est Trump, qui comprend clairement que le monde va s'effondrer. Mais il veut qu'elle soit menée par et pour l'Amérique. Pendant ce temps, une grande partie de la communauté analytique chinoise, en regardant le parcours de Trump, pense toujours que Trump n'est qu'un homme d'affaires qui a besoin d'argent et qui se calmera quand il aura quelques milliards. Ils ne se rendent pas encore compte que 40 ans de bonheur sont passés pour eux. La raison n'en est même pas que les relations entre les États-Unis et la Chine sont devenues différentes - le développement du monde entier s'effondre !

 

Ils le comprennent avec une clarté impitoyable en Amérique, et à mon avis, ils l'ont compris depuis au moins dix ans. Mais pour l'élite chinoise, qui a grandi dans l'éducation occidentale, c'est encore un choc. Et même s'ils ont été éduqués en Chine même, c'est toujours une éducation essentiellement occidentale, qui suppose que le "soleil" se lève à Washington. Ainsi, le pays qui a été le garant du développement réussi de la Chine pendant 40 ans malgré l'opposition idéologique - antipathie déclarée, provocations, actions agressives - est toujours impossible pour une certaine partie de l'élite chinoise.

 

À en juger par certaines "émissions" des médias, il y a encore beaucoup de fonctionnaires en Chine qui croient qu'il est possible de revenir à la période bénie de 40 ans, et Xi Jinping s'est simplement disputé négligemment avec ses partenaires étrangers. Mais le train est parti après tout. Tout le monde n'a pas compris cela, beaucoup de gens sont debout sur la plate-forme et crient : "Xi Jinping, rendez-nous ça !

 

Mais il ne le rendra pas. Pour deux raisons. Premièrement, ni lui ni la Chine n'en bénéficient. Deuxièmement, le train lui-même ne prévoit pas de revenir sur la plate-forme pro-occidentale et pro-capitaliste dans un avenir prévisible. Et il s'agit de la question de la structure sociale et étatique. Après tout, notre principal habitat aujourd'hui est l'information. Par nature, l'information est un produit public. Il est impossible de consommer un produit public de manière privée. Par conséquent, le temps du capitalisme et, plus largement, des relations de marché en tant que dominant social est révolu.

 

Comment la Chine peut-elle surmonter cette percée spectaculaire, compte tenu de sa forte dépendance à l'égard des marchés étrangers ? La question reste ouverte. Le principal problème est que la culture chinoise, comme toute culture d'irrigation, supprime involontairement les personnes qui sont capables d'inventer quelque chose de nouveau.

 

Depuis 2003 au plus tard, la Chine est mise au défi d'apprendre aux Chinois à inventer de nouvelles choses. Aujourd'hui, cela se fait de mille façons différentes, y compris en recueillant des matériaux d'ADN de tous les génies passés et présents. Mais en même temps, la Chine développe un système de crédit social. Et ceci, à mon avis, est un exemple classique de victoire tactique qui se transforme en défaite stratégique.

 

Après tout, le système de crédit social vise essentiellement à garantir la décence, à cultiver une nouvelle personne qui ne veut pas, mais ne peut tout simplement pas enfreindre les règles établies. C'est merveilleux et beau, nous voulons tous vivre dans un monde sans brutes et sans ivrognes. Mais les auteurs de ce programme n'ont pas pris en compte le fait que la création d'une nouvelle personne implique presque toujours la violation des règles. Créer une nouvelle personne respectable avec la super-efficacité qui est typique de la Chine peut permettre d'atteindre une intelligence sociale étonnante, comme le montre la lutte contre la propagation du virus. Mais ce n'est pas un fait que ces personnes disciplinées seront capables d'inventer quelque chose de nouveau à l'ère de la mort des technologies occidentales créées par les monopoles mondiaux, des technologies aux coûts exagérés, à la complexité excessive....

 

Jusqu'en 2017, la Chine a donné le droit de travailler pour ses spécialistes étrangers en toute quantité et sous n'importe quel prétexte. Si vous pouviez vous dire en toute confiance : "May English Leez Match tu Bi", vous pourriez enseigner l'anglais en toute tranquillité dans de nombreux districts chinois et en tirer un bon revenu. Mais le magasin a fermé l'année dernière, lorsque la Chine a commencé à lutter contre les étrangers des centres-villes et les startups de toutes sortes et a durci la délivrance des visas. Ici, le patriotisme chinois typique - "la Chine est le pays le plus cool" - et le moment disciplinaire : les étrangers ne paient pas toutes les taxes, tous les papiers ne sont pas traités à temps, etc. Il est évident qu'un mécanisme social qui intéresse les gens à en créer un nouveau, comme nous avons réussi à le faire sous Staline, n'a pas encore été créé en Chine. Les Japonais ont déjà essayé de créer quelque chose comme cela, mais ils ont été enterrés sous un système de contrôle fou qui vit selon les principes de "quoi qu'il arrive" et "il est nécessaire de consulter tout le monde". Je ne sais pas si la Chine peut résoudre ce problème.

 

Survivre aux conditions dans lesquelles le monde est actuellement introduit, c'est gagner la dépression mondiale. Et pour ce faire, vous devez créer votre propre macro-région dans un monde en déclin. À cet égard, pour la Chine, la création d'une zone de yuan est la tâche la plus importante qui permettra de créer cette macro-région à un niveau monétaire profond. Mais le pays dispose d'énormes réserves de dollars, des billions ! C'est pourquoi en 2014, les Chinois ont répondu à la proposition de la Russie de passer à un commerce sans dollar à peu près comme suit : "Nous devons déplacer les dollars quelque part, nous allons donc certainement réduire leur part dans le commerce, mais très lentement. L'expansion continue de la Chine est à bien des égards une façon de "laisser tomber" des dollars, et c'est aussi un bon moyen de tirer profit de l'acquisition d'actifs pour des dollars.

 

Cependant, ils vont créer une zone de yuan, et la Chine ne pourra pas s'en échapper. En outre, les personnes qui voulaient préserver leur capital en Asie du Sud-Est ont réalisé, dès 2008, que le taux du renminbi par rapport au dollar, déterminé par la commission des devises du Comité central du Parti communiste chinois, est beaucoup plus puissant sur le marché que les spéculateurs qui continuent de s'amuser sur les plateformes officielles du marché. Probablement l'instrument de l'exploration mondiale, la monnaie de réserve de la Grande Chine sera le crypto yuan, et le yuan ordinaire restera la monnaie de la Chine et sera, comme toutes les monnaies ordinaires des pays producteurs, dévalué périodiquement afin de maintenir la compétitivité des industries.

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhaïl Delyagine : Au revoir, "Chimère". (Club d'Izborsk, 26 juin 2020)
Lire la suite

Natalia Narochnitskaya : Ne nous dites pas quelles valeurs confesser ! (Club d'Izborsk, 26 juin 2020)

27 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Natalia Narochnitskaya : Ne nous dites pas quelles valeurs confesser !

26 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19536

 

 

Une historienne de renom, membre de la Chambre publique de Russie, a exprimé sa position sur les amendements à la Constitution de la Fédération de Russie lors d'une ligne directe avec les lecteurs et les auditeurs de la radio "KP".

 

Parmi les amendements à la Constitution, Natalia Narochnitskaya a souligné les amendements sur l'intégrité territoriale de la Russie et la primauté du droit interne sur le droit international.

 

- Toute ma vie, j'ai été engagée dans les relations internationales et la politique étrangère, a déclaré Natalia Alexeevna. - Je viens d'une famille d'historiens professionnels et reconnus. Il était très important pour moi que l'amendement sur la non-aliénation du territoire russe soit fait. Il est clair pour tout le monde quelle pression est maintenant exercée sur la Russie.

 

Il s'agit de l'inaliénabilité du territoire russe, en aucun cas.

 

Je me souviens comment j’ai été scandalisée, dans les années 90, par les mesures prises par le nouveau gouvernement.

 

Comment a-t-il été possible de faire de telles concessions à mes ennemis sur la vague de la nouvelle idéologie, qui prétend que tous les problèmes de notre politique étrangère, il s'avère, ont été causés par l'obstination communiste, le maximalisme révolutionnaire communiste ? Nous avons vu comment l'Occident a profité de l'occasion et a enlevé tout ce qui s'est avéré être purement et simplement.

 

J'ai participé à des rassemblements et des conférences, j'ai signé une lettre ouverte de scientifiques au début des années 90 pour protester contre le transfert des îles Kouriles au Japon. À l'époque, des représentants du ministère des affaires étrangères se sont rendus aux îles Kouriles et ont dit : nous allons bientôt les rendre !

 

Dieu merci, l'action inacceptable a été suspendue.

 

Un amendement à la Constitution, qui interdit l'aliénation du territoire, protégera le pays contre quiconque est arrivé au pouvoir et voudrait faire des concessions sur la vague de sympathie qu'il éprouve pour l'Occident.

 

Natalia Narochnitskaya a également expliqué en détail sa position sur l'amendement relatif à la priorité du droit national de l'État sur certaines normes et règles juridiques internationales.

 

- La primauté du droit interne sur le droit international signifie la décolonisation du système interne de l'État", a déclaré Natalia Narochnitskaya. - Nous recevons toujours une sorte d'instruction du Conseil de l'Europe, qui s'est imaginé comme un doigt pointé du doigt. Ils nous disent quelles valeurs nous devons confesser, comment agir et quelles décisions prendre, qui écouter.

 

La critique de la Russie n'a pas commencé avec la Crimée. C'était juste une raison pratique pour faire pression sur le pays.

 

Et quand, par la bouche du président et du parlement, il a été déclaré que la Russie protégerait les valeurs familiales traditionnelles, comme sur commande, tous les médias libéraux ont commencé à faire pression sur nous et à exiger de nous qu'on y renonce, sinon, disent-ils, nous ne pouvons pas être acceptés dans la famille des nations civilisées.

 

Et quels sont les critères de civilisation ? Les pelouses sont-elles plus hautes ? Ou lorsque le péché n'est pas considéré comme un péché ? Nous faisons un clin d'œil aux pays européens - comme ils sont bons là-bas. En Occident, les défilés de sodomites ont longtemps été le critère de la démocratie.

 

Mais la plupart des gens pensent que les épouses fidèles valent mieux que les infidèles, que les enfants devraient avoir des parents normaux. Et le fait que cela aussi sera noté dans la Constitution est très important. Il protégera le pays des pressions extérieures.

 

Natalia Narochnitskaya a également répondu aux appels du studio. Une auditrice de la radio "KP" Galina Shirkova a obtenu un message du Kirov :

 

- Un train entier chargé de déchets nucléaires arrive d'Allemagne dans notre pays. La Constitution moderne interdit-elle de tels accords ?

 

- Les informations doivent être vérifiées.

 

- Enterrer pour stocker - c'est ce qui a été dit. Je suis un patriote de mon pays. Je ne veux pas que l'Allemagne souille notre pays avec ses déchets.

 

- Je suis solidaire de vous en ce qui concerne la nécessité de protéger mon pays, - a déclaré Natalia Narochnitskaya. - Mais je pense que les informations que vous avez mentionnées devraient être clarifiées. Même si cela pouvait être le cas, notre pays est tellement vaste, tellement de territoires (déserts) que nous n'avons pas à transporter de déchets nucléaires dans l'oblast de Sverdlovsk, densément peuplé. Tout cela nécessite une clarification.

 

Je pense que la Constitution crée un cadre général pour que de telles décisions soient très difficiles.

 

Nous apportons un amendement à la Constitution sur la l’inéliabilité du territoire russe et la primauté du droit interne sur le droit international. Cela signifie la décolonisation de notre vie interne, ce qui ne figurait pas dans la Constitution adoptée dans les années 90.

 

Lorsque les amendements seront apportés, il exclura également de tels accords, ce qui, selon Galina Shirkova, est possible.

 

 

Natalia Narochnitskaya

http://narotchnitskaya.com

Natalia Alexeevna Narochnitskaya (née en 1948) - célèbre historienne, diplomate, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences historiques. Chercheur principal de l'IMEMO RAS. Directeur de la Fondation Perspective historique. Président de l'Institut européen pour la démocratie et la coopération. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Natalia Narochnitskaya : Ne nous dites pas quelles valeurs confesser ! (Club d'Izborsk, 26 juin 2020)
Lire la suite

L'ange et la forêt

26 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Photographie

L'ange et la forêt. Abbaye des Vaux de Cernay (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles

L'ange et la forêt. Abbaye des Vaux de Cernay (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Les fleurs sont les étoiles de la terre

26 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Photographie

Les fleurs sont les étoiles de la terre. Gentianes printanières dans une prairie. Montagne de Moutier (Suisse, canton de Berne) vers 1200m d'altitude, Pâques 2015. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Les fleurs sont les étoiles de la terre. Gentianes printanières dans une prairie. Montagne de Moutier (Suisse, canton de Berne) vers 1200m d'altitude, Pâques 2015. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>