Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexander Dugin (en Argentina, 2019): "Estamos en la transición entre el mundo unipolar y el mundo multipolar"

31 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Amérique du sud, #Politique, #Russie, #Club d'Izborsk (Russie)

(7'28") Alexander Dugin: "Es la sexta columna la más peligrosa: son los liberales a dentro del sístema, leales a Putin..." (C'est la sixième colonne qui est la plus dangereuse, ce sont les libéraux à l'intérieur du système, ceux qui sont loyaux envers Poutine).

Lire la suite

Andrei Fursov : La bataille des élites mondiales pour l'avenir post-capitaliste a commencé. (Club d'Izborsk, 29 juillet 2020)

30 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Andrei Fursov : La bataille des élites mondiales pour l'avenir post-capitaliste a commencé.

 

29 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19680

 

 

- Andrey Ilyich, parlant de la situation internationale, il est raisonnable de commencer par le sujet le plus brûlant - l'épidémie de coronavirus. Les observateurs interprètent les choses différemment. A votre avis, la réaction des États est-elle justifiée par la situation épidémiologique ? Quel est le rôle du facteur politique dans ce contexte ? Ou s'agit-il simplement de manipulations délibérées, de tentatives de l'"État profond" de tester certains types d'impact ?

 

- Comme l'a enseigné le camarade Staline, si un accident a de graves conséquences politiques, il doit être examiné très sérieusement.

 

Le fait qu'il y ait une certaine épidémie de décès - évidemment. Le fait que tout cela ne soit pas provoqué par une pandémie, même par des paramètres purement quantitatifs, est encore plus évident. La plupart des mesures contre une prétendue pandémie sont évidemment redondantes. L'OMS, qui a déclaré la pandémie, est une organisation qui a une mauvaise réputation en matière de corruption et de fraude. Il y a plusieurs années déjà, elle a tenté d'intimider et de faire chanter le monde en promettant des millions de morts à cause de la grippe porcine.

 

À l'époque, la pandémie a échoué ; il y a eu une enquête ; plusieurs dirigeants de l'OMS ont été honteusement expulsés, mais le cas s'est produit : les entreprises liées à l'OMS ont gagné 18 milliards de dollars. En 2020, comme en 2013, des prédictions hystériques de millions de morts sont apparues, mais cette fois-ci, l'OMS a été rejointe en tant qu'équipe par pratiquement toutes les nations qui se sont engagées dans le « nouvel habit du roi" et qui ont renoncé à leur souveraineté ou à ce qu'il en reste.

 

De plus, Johnson et Merkel ont commencé à semer la panique, en insistant sur les millions de morts inévitables. Un homme d'État n'a pas le droit de se comporter ainsi, il doit inspirer confiance à ses concitoyens. D'ailleurs, la Russie "s'est engagée contre une pandémie" alors que le pays n'était malade qu'à deux douzaines d'exemplaires.

 

En 2020, tout dans le monde était plus organisé qu'avec la "grippe porcine", car au préalable ils avaient une solide formation : en octobre 2019 ont eu lieu officiellement des "exercices" pour lutter contre la pandémie mondiale de coronavirus.

 

Il semble que nous ayons affaire à une escroquerie mondiale qui se développe sous la forme d'une épidémie mentale induite, avec des objectifs économiques (profits : équipement médical, masques, gants, vaccin) et, plus encore, sociaux et politiques, qui devraient être discutés plus en détail.

 

La crise de 2008 a mis un terme aux "années fastes" de l'économie mondiale. Elles ont été associées au pillage de l'ancien camp socialiste et ont permis de retarder d'une décennie et demie la phase terminale de la crise systémique du capitalisme, qui était prévue au début des années 1980 dans les groupes américains dirigés par A. Gell Man, R. Collins et B. Boehner, et en URSS - P. Kuznetsov et W. Kuznetsov. En URSS - P. Kouznetsov et V. Krylov. La crise de 2008 a été inondée par l'argent, qui avait déjà cessé à ce moment-là de remplir cinq fonctions principales de l'argent, c'est-à-dire d'être de l'argent.

 

La crise n'est pas passée inaperçue - le chaudron était simplement couvert d'un couvercle, qui avec le temps a commencé à sauter e plus en plus, et en 2018-2019 la situation est devenue plus critique. Habituellement, dans l'histoire du système de plafonnement, de telles situations étaient résolues au moyen de guerres mondiales, mais dans le monde actuel - industriel et truffé d'armes de destruction massive de toutes sortes - c'est extrêmement dangereux. La seule région où l'on peut essayer de "batifoler" de cette manière est l'Afrique, mais cela ne résout pas les problèmes du système de plafonnement.

 

Et puis, comme un joker sorti de la manche du tricheur, est apparu (apparu ?) le coronavirus. Dans un certain nombre de relations, il a joué le rôle d'ersatz de guerre : le monde a pris un certain nombre de mesures tellement inédites (tant par leur ampleur que par le degré d'inadéquation excessif de la réalité médicale), qu'elles peuvent être comparées à des mesures prises en temps de guerre. Ceci :

 

- la fermeture des frontières des États, l'arrêt de la communication internationale et, dans certains cas, interrégionale en matière de transport ;

 

- l'introduction, sous le couvert d'un soi-disant "auto-isolement", de l'assignation à résidence, de la détention temporaire, c'est-à-dire de la suspension des droits constitutionnels des citoyens avec une négation particulière des droits des personnes âgées sous le couvert de la prise en charge de leur santé (dans le même temps, ceux qui avaient auparavant optimisé/détruit le système de soins de santé ont soudain été concernés, ce qui a surtout touché les personnes âgées) ;

 

- la perturbation de secteurs entiers de l'économie, avec la possibilité évidente de leur destruction ;

 

- la mise en place de mesures strictes de contrôle social et spatial sur la population (codes QR, vidéosurveillance et autres "charmes" de ce qu'on appelle le capitalisme de surveillance : presque du Foucault : « surveiller et punir) » ;

 

- en façonnant les contours de la nouvelle stratification en fonction de la liberté de mouvement et de l'indépendance par rapport au contrôle spatial et vidéo ;

 

- former la population au contrôle strict des autorités, à l'obéissance (port de masques et de gants, malgré leur absurdité ; je ne parle pas de qui gagne quoi sur les masques et les gants ; il en va de même pour le futur vaccin) ; en fait - une ingénierie sociale ;

 

- la mise en œuvre, "à la sauce", d'un certain nombre de projets essentiels pour les numériseurs mondialistes, qui se sont heurtés à des résistances ; surtout, l'enseignement à distance, qui tue l'éducation en tant que telle ("le rêve de Gref").

 

Cette liste peut être poursuivie, mais le point est clair. Cependant, il semble que les planificateurs mondiaux aient déjà, au tout début du mois de mai, fait face à un problème. Les processus ont affecté les intérêts d'une certaine partie des couches dirigeantes dans divers pays, et les "extrémistes" ont rencontré la résistance des "normalisateurs", si je puis m'exprimer ainsi, des "chimistes" qui n'aimaient pas beaucoup l'"alchimie extrême".

 

Même alors, dans une de mes interviews, j'ai dit que nous devions nous attendre au deuxième mouvement des "alchimistes de l'urgence", à savoir la création d'un certain mouvement sur la vague de l'épidémie mentale, qui devrait étendre et approfondir l'effet de la corona-psychose. Je pensais qu'il s'agirait d'une sorte de mouvement écologique (ou de mouvement doublé) dans l'esprit de la « tunbergmania ».

 

J'avais raison sur le mouvement, mais j'avais tort sur "l'appauvrissement" : le mouvement a pris naissance, non pas sur la base écologique, mais sur la base raciale-sociale de la "floydmania" - Black Lives Matter (BLM) ; le chaos a été étendu sur tout le pays - les États-Unis, dans le but d'étendre le mouvement BLM en Europe, au moins à l'Ouest. Le résultat est le chaos aux États-Unis.

 

- Comment l'image d'un contrôle croissant se combine-t-elle avec le chaos qui règne actuellement aux États-Unis ? Beaucoup de gens voient le chaos dans le contexte de l'affrontement frontal des démocrates avec les républicains. Mais en même temps, les deux sont souvent considérés comme deux factions du même club de gouvernance mondiale. Reconnaissez-vous que les événements américains sont inspirés par le troisième centre, par exemple, de Londres ou d'ailleurs ?

 

- Le monde est beaucoup plus difficile à gérer depuis le même centre, qu'il s'agisse de Londres, de New York ou (nominalement) de Shanghai. En outre, il faut oublier que les démocrates et les républicains sont des structures de parti. La forme d'organisation politique du parti est aussi ancienne que le politicien lui-même.

 

Partout dans le monde, les partis se sont transformés depuis longtemps en structures administratives et commerciales de la couche dirigeante. Lorsqu'un homme politique au sens strict du terme n'existe pas, comme par exemple en Russie et en Chine, le "parti", que ce soit le PCUS, le PCC ou ce qui est venu remplacer le PCUS en Russie, les partis n'existent pas, c'est autre chose. Et en Russie, même ce quelque chose d'autre avec la décadence de l'ère post-soviétique est agonisant.

 

Cela est particulièrement évident dans les tentatives de créer de nouveaux partis au lieu des anciens "partis post-soviétiques". Dès le début, on leur a accordé le sort de "(sous)-pouvoirs handicapés dans leur enfance", dont la position de négociation vis-à-vis des autorités sera beaucoup plus faible que celle du CPRF ou même du LDPR, qui remplissent le plus souvent la fonction de "Nanai boys" pour les autorités.

 

Aux États-Unis, sous le couvert des "Républicains" et des "Démocrates", il y a une lutte entre des forces très différentes, et un conflit beaucoup plus grave se déroule.

 

C'est un combat à l'intérieur du sommet de la classe capitaliste mondiale, un combat pour l'avenir post-capitaliste, pour qui excluera quelqu'un de cet avenir et dans cet avenir.

 

Pour simplifier un peu la situation, ce conflit peut être défini comme une lutte des ultra-mondialistes avec leur installation dans le monde numérique électronique des sociétés financières sans État, alias camp de concentration, et des mondialistes avec leur orientation sur la préservation de l'État (d'où la lutte pour la souveraineté), la modernisation de l'industrie et, par conséquent, la mise à disposition de certaines sortes de travailleurs et de couches intermédiaires partiellement réduites ; en cela, l'État est subordonné à la fois au FMI et à la Banque mondiale, mais, surtout, il continue d'exister.

 

Il n'y a pas d'État dans le monde des ultra-mondialistes - c'est un monde de puissantes entreprises comme la Compagnie des Indes orientales ou les territoires néo-Venitiens ; un monde habité par des gens et, en fait, par des bio-robots sans différences nationales, raciales, religieuses ou même sexuelles. Obama et Clinton sont tous deux des ultra-mondialistes ; aujourd'hui, le visage de l'ultra-mondialisme est Hillary Clinton, qui a été surnommée avec succès Bastinda (la méchante sorcière du Pays violet des Miguns dans Le Magicien de la cité d'émeraude) en LP.

 

En quatre ans de présidence, M. Trump a réussi à briser une grande partie de ce que les ultra-mondialistes étaient en train de construire : le partenariat transatlantique, le partenariat transpacifique, le financement américain de l'OMS, etc.

 

Ne vous faites pas d'illusions : Trump exécute la volonté d'un certain segment du monde, tout d'abord de la classe capitaliste américaine, de manière incohérente et vague. Objectivement, un allié de ce segment est une partie des élites d'Europe occidentale ayant une attitude de droite - Steve Bannon travaille pour eux maintenant.

 

Jusqu'à récemment, les aspirations antiétatiques des ultra-mondialistes avaient été sévèrement restreintes : avant de démanteler ces mêmes États-Unis, il fallait d'abord démanteler la Fédération de Russie et la Chine ; après tout, les États-Unis ne sont pas seulement un État (le dernier président américain en tant qu'État était Nixon), mais en partie un État, en partie un groupe de STN, la poigne de fer de tous les mondialistes - modérés et ultra.

 

Cependant, avec la soi-disant numérisation, il est devenu possible de réduire à zéro ou, du moins, d'affaiblir considérablement et simultanément les "trois grands" États, toujours d'une manière ou d'une autre, quoique de façon incohérente, dans le régime "un pas en avant, deux pas en arrière" qui s'oppose à l'ultra-mondialisme.

 

- De quelle manière ?

 

- Aujourd'hui, on parle beaucoup de gouvernement électronique, de "l'État numérique", qui contrôle avant tout les réseaux sociaux. Même le terme "net" est apparu - la netocratie.

 

L'"État numérique" (entre guillemets, car il ne s'agit pas d'un État au sens strict du terme, mais d'une forme de pouvoir différente) existe en partie à côté de l'ordinaire, institutionnellement hiérarchisé, en partie (et pour la plupart) intégré à celui-ci - formellement afin d'accroître l'efficacité, d'optimiser les processus. Essentiellement - pour sa destruction. Comme les réseaux sont essentiellement de nature supranationale, l'"État numérique" est un pouvoir mondial.

 

Comme l'a fait remarquer Z. Bauman, le capital (et, j'ajouterai, tout le reste) qui s'est transformé en signal électronique ne dépend pas de l'État d'où il est envoyé, des États dont il traverse les frontières et de l'État d'où il provient. Le pouvoir numérique mondial se construit sur l'état de l'ère moderne de la même manière que ce dernier (pour lui Machiavel a inventé le terme lo stato) s'est construit sur les structures traditionnelles locales et régionales du pouvoir aux XVIe et XVIIe siècles, les réduisant à zéro en termes d'organisation et de pouvoir.

 

Dans les conditions du triomphe des Nombres, s'il a lieu, l'ancien état de Modernité ne peut en principe pas être détruit jusqu'au bout - il restera une coquille sur laquelle on peut effacer les erreurs, ou même quelque chose comme un ours entraîné au cirque.

 

La "puissance numérique" mondiale est presque une forme idéale pour ce qu'on appelle "l'État profond". Il s'agit simplement de clarifier les choses. Premièrement, pas l'"État profond", mais le "pouvoir profond", puisque l'État est une chose formalisée, mais ce qu'on appelle l'"État profond" ne l'est pas. Deuxièmement, il faut parler des "États profonds", ils existent dans tous les plus grands pays du monde, c'est-à-dire les structures (c'est-à-dire au pluriel) du pouvoir profond (SPP).

 

L’apparition des SPP se déroule dans les années 1960-1980. Elle est associée à l'émergence de l'offshore, à la financiarisation du capitalisme, au développement des sociétés transnationales, qui ont largement réorienté une partie des services de renseignement et une partie de l'appareil d'État - alors que formellement, les deux sont restés dans la fonction publique.

 

Une source autonome des SPP était le contrôle du trafic de drogue et de la partie illégale du commerce des armes, de l'or et des métaux précieux, des matières premières, en d'autres termes - l'économie mondiale criminelle. La mondialisation a commencé par la criminalisation de l'économie mondiale, et ses opérateurs sont devenus, selon les termes d'O. Markeev, "des mondialistes avant la mondialisation".

 

Apparemment, les SPP ont également été formées en Union soviétique (la triade : segments du KGB / l'ancien GRU, le parti et l'économie souterraine sous leur supervision, principalement en Géorgie, en Arménie, dans les États baltes, dans le sud de la RSFSR et en Ukraine).

 

En fait, la perestroïka en tant que légalisation des capitaux fictifs et transformation du pouvoir en propriété est principalement son œuvre, un processus mené par elle en coopération à la fois avec les SPP des plus grands États et les structures supranationales fermées du système de plafonnement (non pas comme le fameux Club Bilderberg, mais avec des structures beaucoup plus sérieuses - Cercle/"Circle", Siècle/"Century", etc.

 

Dans quelle mesure la "SPP soviétique" a survécu en tant qu'acteur indépendant, et dans quelle mesure elle s'est intégrée dans les structures politiques et économiques du monde moderne - la question est ouverte et n'est pas la plus intéressante : le rôle décisif dans la lutte pour un avenir mondial post-capitaliste est joué par des forces tout à fait différentes, et ce ne sont certainement pas les "républicains" et les "démocrates". Au mieux, ce sont les ombres de véritables acteurs.

 

- Vaut-il la peine d'attendre un conflit dans l'Union européenne semblable à celui des États-Unis ? Beaucoup prédisent que les tendances centrifuges vont se poursuivre. Cela vaut-il la peine d'attendre la désintégration ?

 

- Nous avons assisté à des représentations en France, aux Pays-Bas, en partie au Royaume-Uni et en Allemagne pour soutenir le BLM, mais le processus n'a pas avancé. Il n'y a pas de mouvement mondial du BLM, donc peut-être que le coronavirus et la « floydmania » seront suivis d'un troisième mouvement des ultra-mondialistes, si ce n'est par la démolition, puis par le démantèlement du vieux monde. Si nous vivons, nous verrons.

 

Quant à l'Union européenne, elle a été une formation artificielle dès le début - et ce, malgré le fait qu'après la destruction de l'Empire romain, il y ait eu des tentatives constantes pour restaurer une Europe unie. La première tentative de ce type fut l'empire de Charlemagne, qui se désintégra de jure en 843. Par la suite, les tentatives d'unification de l'Europe se sont développées selon deux axes : l'empire guelfe et l'empire gibelin.

 

A la fin du XIème siècle, un conflit s'est développé entre les empereurs romains du peuple allemand (la dynastie des Hohenstaufen) et les papes. Les Guelfes sont ceux qui soutiennent les papes, représentant principalement les familles aristocratiques du nord de l'Italie et du sud de l'Allemagne ; les Gibelins soutiennent les empereurs, représentant principalement les couches moyennes (Burger) et inférieures du peuple.

 

Après la défaite des Hohenstaufen, les projets d'unification de l'Europe peuvent être grosso modo divisés en "Guelfiens" (principalement "aristocratique") et "Gibeliniens" (principalement "démocratique"). L'UE, que Napoléon et Hitler ont essayé de construire, était Gibeline avec une petite "amertume" aristocratique. L'Union européenne actuelle est un projet Guelfe, mis en œuvre sous l'égide de l'oeil maçonnique américain et en grande partie dû à la destruction de l'URSS.

 

Un jour, F.I. Tyutchev a remarqué qu'avec l'avènement de l'empire de Pierre, l'empire de Charles en Europe est impossible. Et en effet, c'est l'"État de flanc" (L. Dehio) que la Russie historique (bien qu'alliée à un autre "État de flanc" - la Grande-Bretagne) a brisé toutes les tentatives de recréer l'empire "central" carolingien, qu'il s'agisse de Napoléon, de Guillaume II ou d'Hitler.

 

Il est révélateur et symbolique que l'Union européenne ait pris forme en même temps que la destruction de l'URSS - les "avatars" de l'empire de Pierre le Grand. Mais en même temps, l'Europe occidentale a avalé quelque chose qui lui est étranger, quelque chose qu'elle est incapable de digérer, et nous savons ce qui se passe en cas d'indigestion. L'Europe de l'Est dans son état actuel, d'une part, et les problèmes des intégrateurs d'Europe occidentale ("la Fraternité cupide a ruiné"), d'autre part, l'essentiel des résultats de cette indigestion.

 

Il est tout à fait clair qu'il existe une Union européenne pour ceux qui, comme le dirait le héros de Gogol, "nettoient avec" le noyau carolingien, et pour ceux qui "sont sortis". Le noyau carolingien est un grave danger pour les ultra-mondialistes et les mondialistes modérés aux États-Unis.

 

Ils tentent de l'affaiblir autant que possible avec l'aide, d'une part, de la partie pro-atlantique des élites d'Europe occidentale, dont les intérêts sont servis par la bureaucratie bruxelloise stupide et moralisatrice ; d'autre part, de la soi-disant "jeune Europe", dans laquelle la direction polonaise est la plus insensée.

 

Cependant, contre le noyau carolingien, les ultra-globalistes et les USA (ici leurs intérêts coïncident, bien que pas complètement, mais selon le principe des "cercles d'Euler") ont plus d'armes auxiliaires - ethniques. C'est ce qu'ils ont utilisé en 2015 sous la forme d'une "crise migratoire", formellement provoquée par le service atlantique du Globe-Ouest et de la Globalmerica, qui fait de plus en plus de l'Europe l'après-Ouest.

 

Parmi les migrants "malheureux", il y avait pour une raison quelconque de nombreux jeunes hommes en bonne santé, et le "flux turbulent" lui-même donnait l'impression d'être bien géré par des leaders cachés. Le plus important pour le planificateur est d'éviter que le bloc Chine, Russie et Europe avec son noyau allemand ne devienne une sorte de bloc continental "à la Haushofer", uniquement avec la Chine au lieu du Japon.

 

- Que devrait faire la Russie dans de telles circonstances ? Vous avez souligné à plusieurs reprises que personne n'acceptera non plus les représentants russes dans l'élite mondiale. Que doivent faire ceux qui prennent des décisions en Russie dans de telles circonstances, comment assurer la sécurité et la souveraineté, renforcer le statut de la Russie en tant que puissance mondiale et étendre ses zones d'influence ?

 

- La pratique montre que ceux que Disraeli appelait les "maîtres de l'histoire", c'est-à-dire le sommet mondial, composé des élites britanniques, américaines, d'Europe occidentale et juives, ne s'assiéront jamais à la même table que des Russes égaux, qu'il s'agisse de la Russie autocratique, de l'URSS ou plus encore de la Russie. Il y aura plutôt des Arabes, des Indiens, des Chinois ou des Japonais.

 

Au tournant des années 1960-1970, le stupide leadership soviétique a appâté la fraude occidentale sous forme de détente (detanta) et de connexion à des projets mondiaux par l'intermédiaire du Club de Rome. Ils croyaient naïvement que si l'URSS - une superpuissance dotée d'armes nucléaires et la deuxième économie du monde, ses dirigeants étaient autorisés à entrer dans le rang mondial des kalashny, les dirigeants de l'URSS se joindraient avec zèle aux projets de l'ennemi principal :

 

- Par la création de l'eurodollar (la Banque populaire de Moscou, l'une des principales banques de la City de Londres dans les années 1960) a participé avec les Rothschild : directement - à la création d'un marché financier mondial non réglementé, indirectement - à la création de l'invisible Empire britannique, qui plus tard, avec la Chine, détruira l'Union soviétique ;

 

- en jouant au "pétrole" avec les Rockefeller.

 

Ces succès tactiques ont jeté les bases de la perte de l'initiative historique stratégique dans les relations avec l'Occident et, en fin de compte, de la destruction de l'URSS.

 

Ainsi, la première chose que les représentants du sommet de la Fédération de Russie devraient se rappeler, surtout la partie de la Russie qui est prête à supporter l'Occident à n'importe quelles conditions, c'est-à-dire à se rendre, à renoncer à tout et à n'importe qui, est le sort d'Ostap Bender à la frontière roumaine. Du passé récent, c'est le sort de Boris Berezovsky.

 

La deuxième "mémorisation" est la suivante. Dans la lutte pour l'avenir, et encore moins pour gagner, seules les sociétés unifiées peuvent survivre, c'est-à-dire celles où les inégalités sociales sont relativement faibles et où, ce qui est tout aussi important, les hauts et les bas partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs.

 

Une maison divisée en elle-même ne pourra pas tenir debout. Un exemple classique est celui du défunt empire souverain pourri, qui est tellement aimé en raison de l'affinité de classe de l'actuelle "Itka" de Russie. Une seule poussée a suffi et le mur s'est effondré, comme le jeune Oulianov-Lénine l'avait alors signalé au gendarme tsariste.

 

Ergo : les régimes oligarchiques sont condamnés. Si la population qui s'y trouve est une "ressource alimentaire" pour le système de plafonds "gros poissons", alors eux-mêmes et ce sommet sont une "ressource alimentaire" pour le système de plafonds "gros poissons". Voici la chaîne alimentaire, selon Zabolotskyy : "L'herbe était mangée par l'insecte, l'insecte était picoré par l'oiseau, / Le furet suçait le cerveau de la tête de l'oiseau, / Et avec crainte les visages déformés / Les créatures de la nuit observaient depuis l'herbe".

 

Afin de ne pas devenir une créature nocturne terrifiée du monde moderne et de ne pas jeter au visage de l'après-ouest "l'étranglement, l'idole", il faut être fort dans l'unité, ce qui passe par la justice sociale et un système de valeurs unique.

 

Lorsque vous demandez ce qu'il faut faire dans les circonstances actuelles de la Russie, j'ai une contre-question : quelle Russie est la Russie des oligarques ou la Russie des travailleurs ? Ce sont des Russes différents.

 

De plus, même la Fédération russe des oligarques n'en est pas une (lire assez attentivement la récente interview d'O. Deripaska). Il s'agit plutôt d'un ensemble de structures claniques de type corporatif et régional, qui ont des intérêts différents et qui sont orientées vers le monde extérieur, et pas tant vers les États que vers les sociétés individuelles, les clans, les unions familiales ou même les familles individuelles (par exemple, quelqu'un - la famille Windsor).

 

Cela met une fois de plus le pouvoir et l'unité sociale au premier plan en tant que facteur non pas tant de victoire que de survie dans la lutte pour l'avenir (peut-être, la victoire dans ces conditions est-elle la dernière à tomber, écrasant l'ennemi à mort), et l'unité de la couche dirigeante avec le peuple et au sein de la couche dirigeante.

 

Les armes nucléaires seules ne suffisent pas - pour réussir au XXIe siècle, il faut des armes organisationnelles puissantes et des armes cognitives non moins puissantes - une image réelle du monde basée sur une nouvelle connaissance du monde et de l'homme. À cet égard, il n'y a pas lieu d'être timide - nous devons le prendre à l'Ouest, si cela est nécessaire. L'Occident était prêt à apprendre des Russes.

 

Au début des années 1950, le président américain Truman a tenu une réunion avec des consultants de la société RAND, récemment créée, parmi lesquels figuraient notamment John von Neumann et Edward Teller - qui n'ont pas besoin d'être présentés. Ainsi, von Neumann, un leader reconnu de la communauté intellectuelle américaine, a déclaré que le secret de la puissance des Russes ne réside pas dans les armes nucléaires et chimiques, mais dans leur possession des armes organisationnelles absolues créées par Lénine - est un "nouveau type de parti".

 

Après la réunion, la tâche a été fixée : étudier le phénomène du "parti des révolutionnaires professionnels" et préparer un rapport secret "Armes organisationnelles" (déclassifié en 2005). Ces armes étaient dirigées contre l'URSS. A l'Ouest, les bourgeois ont une bonne connaissance du marxisme. Gramsci a menacé le sommet : "Nous prendrons vos enfants", c'est-à-dire les reformater. Cela n'a pas fonctionné. Et la CIA a reformaté les jeunes dans les années 1960, les dirigeant comme de nouveaux gauchistes contre les gauchistes.

 

George Foster Dulles, Arnold Toynbee, Jacques Attali étaient des admirateurs de Marx : à leurs yeux, il a formulé l'idée d'un gouvernement mondial, mais pour le mettre en oeuvre, comme l'a fait remarquer Attali, il ne s'agira pas d'un prolétariat, et la bourgeoisie. Et à quoi ressemble l'"enseignement marxiste-léniniste" oblique et vulgairement dogmatique de l'embouteillage de Suslovsky dans ce contexte, d'une part, et l'anti-marxisme et l'antisoviétisme (l'idéologie latente de la partie influente du Soviet suprême russe) de nos "Palestiniens" actuels, d'autre part ?

 

En Occident, l'élite étudie Marx, le marxisme, Lénine et le bolchevisme - et surtout, d'un point de vue pratique. La "Russe-Ilitka" a le nez levé de tout cela, ignorant avec défi le 100e anniversaire d'octobre, le 150e anniversaire de Lénine, le 200e anniversaire de Marx. Et le marxisme, bien sûr, contrairement aux institutions d'élite de l'après-ouest, nous ne l'étudions plus. C'est logique : les connaissances qui ont un potentiel secret ne sont pas censées être enseignées aux autochtones de la périphérie.

 

Au cours du dernier demi-siècle, de nombreux changements sociaux et politiques ont eu lieu, de nouveaux types d'armes orgo ont été inventés, la guerre froide a pris fin, dont l'expérience, tout comme celle du phénomène de l'URSS, n'est conceptuellement significative ni pour nous, ni pour l'Occident. Il est nécessaire de créer de nouvelles armes orgo sur la base de nouvelles connaissances théoriques, aujourd'hui le "Sans théorie pour nous la mort, la mort, la mort !" de Staline sonne super actuel.

 

- D'une manière générale, à votre avis, à quoi ressemblera le paysage politique dans les conditions de la fin du monde de Poleyalta et de la formation d'un nouveau paradigme des relations internationales ?

 

- Aujourd'hui, le monde change si rapidement que seules des tendances peuvent être prévues pour une période relativement longue. Comme l'a dit Allen Dulles, un grand fan du "Kim" de Kipling (traduction indépendante), un homme peut être trompé par les faits, mais s'il comprend les tendances, il n'est pas dupe.

 

L'avenir se dessine sous nos yeux. Le temps s'est maintenant tellement resserré que le passé s'écoule instantanément vers le futur, accrochant le présent presque à un "point de singularité". En même temps, cependant, il y a la tromperie de la vision historique : puisque la ligne entre le futur et le passé est presque floue, le continuum passé et futur est perçu comme le présent durable. En conséquence, la même réalité, comme dans le kaléidoscope défilant, s'avère être un présent durable, un monde de passé et de futur sans le présent !

 

C'est une situation très difficile et difficile à prévoir. Compte tenu de cette difficulté, j'oserais dire que dans deux zones du monde moderne, à mon avis, l'avenir est déjà là. Tout d'abord, la Chine, avec son système de notation sociale et de contrôle électronique, qui remonte organiquement à trois mille ans d'histoire de la Chine et qui, comme s'il la complétait, la subit.

 

Deuxièmement, c'est l'Afrique, le monde du néo-archaïsme post-colonial, qui s'étend au-delà des enclaves détenues par les SPP. C'est aussi un monde achevé à sa manière, dans lequel les rêves que les voyageurs (et, je pense, les éclaireurs) tchécoslovaques I. Ganzelka et M. Zikmund ont écrit à la fin des années 1940 ont disparu et ont triomphé d'une réalité qui sera plus terrible que "Cœurs des ténèbres" de J. Conrad : il s'agit plutôt d'un tableau représenté dans "Lontano" et "Congo-requiem" de J. - K. Grange.

 

Quant à l'Amérique latine, aux États-Unis, à l'Union européenne, à la Russie et au monde musulman, l'avenir n'y est pas encore déterminé ; il s'agit ici du présent étendu, du Présent Continu, qui peut cependant à tout moment se réduire à un point qui tire l'avenir.

 

Beaucoup de choses pour les États-Unis et pour le monde en général dépendront des élections américaines. Le collectif Bastinda by Clintonica a déjà appelé à un départ forcé de Trump s'il ne reconnaît pas la victoire de Biden, c'est-à-dire que pour Bastinda, le paresseux Biden a déjà gagné et il n'y a nulle part où battre en retraite. Si Bastinda gagne, il lancera une offensive totale sur de nombreux fronts, y compris sur le front intra-américain. L'une des principales directions sera la Russie, puis les "dormeurs" se réveilleront.

 

Nous ne pouvons certainement pas influencer les élections américaines, mais la situation dans le pays doit être non seulement corrigée, mais aussi nécessairement. Il est inacceptable de faire face au danger avec une "cinquième colonne"* derrière nous. Cependant, si la "cinquième colonne" est une partie du pouvoir lui-même, son ombre, alors ce pouvoir est condamné : tôt ou tard, l'ombre ne connaîtra plus sa place.

 

 

Andrey Fursov

http://andreyfursov.ru

Fursov Andrey Ilyich (né en 1951) - historien, sociologue et publiciste russe bien connu. À l'Institut du conservatisme dynamique, il dirige le Centre de méthodologie et d'information. Directeur du Centre d'études russes de l'Institut d'études fondamentales et appliquées de l'Université des sciences humaines de Moscou. Il est membre de l'Académie internationale des sciences (Innsbruck, Autriche). Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NDT: Dans un entretien en espagnol en Argentine, en 20919, Le philosophe Alexandre Douguine parle, lui, de la 6e colonne: celle de l'entourage libéral de Poutine:

 

http://pocombelles.over-blog.com/2020/07/alexander-dugin-en-argentina-2019-estamos-en-la-transicion-entre-el-mundo-unipolar-y-el-mundo-multipolar.html

Andrei Fursov : La bataille des élites mondiales pour l'avenir post-capitaliste a commencé.  (Club d'Izborsk, 29 juillet 2020)
Lire la suite

Alexandre Douguine : Bienvenue à la Gestapo libérale. (Club d'Izborsk, 29 juillet 2020)

29 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie, #Philosophie

Alexandre Douguine : Bienvenue à la Gestapo libérale.

29 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19679

 

 

YouTube et Google ont bloqué ma chaîne de conférences philosophiques et mon compte de messagerie. Pas d'explications, pas de raisons. Comme beaucoup le savent, il y a eu presque exclusivement des conférences philosophiques sur le platonisme, Aristote, la phénoménologie et la psychologie. Tout cela sera désormais diffusé sur paideuma.tv.

 

Nous préparons un congrès en ligne en langue anglaise sur la quatrième théorie politique le 1er août à 20 heures à Moscou. Peut-être que mon discours de bienvenue est devenu une raison formelle de fermer la chaîne. Mais il était fermé, j'avais prévu de l'ouvrir plus tard. Mais même un visionnage nul peut effrayer les chiens enragés du libéralisme. Ils sont vulnérables, lâches et peureux. Et en même temps, vous pouvez comprendre à quel point les idées sont cruciales. La lutte pour l'avenir est avant tout la lutte des idées. Telle est la conclusion qu'il convient de tirer.

 

Tous les autres canaux YouTube qui me sont connectés - Geopolitika, Paideuma, etc. - sont également fermés. Purges totales, la Gestapo libérale. Bienvenue.

 

Ce discours est probablement le déclencheur de la répression.

 

Quelles sont les conclusions ? Le libéralisme est une idéologie totalitaire extrémiste et intolérante, et ses outils techniques, qui semblent "neutres", sont des instruments de terreur idéologique. Aujourd'hui, Soros et les activistes de YouTube/Google, ainsi que BLM, les anti-fascistes et les LGBT+, mènent une guerre civile aux États-Unis contre le plus conservateur Trump. Tout se passe donc comme prévu. Dans cette optique, le libéralisme devrait être interdit en tant que secte totalitaire agressive utilisant des méthodes terroristes. La lutte contre le libéralisme est le devoir de toute personne décente.

 

Tous les cours et conférences se poursuivront sur paideuma.tv. Si vous avez des idées pour nous aider à développer notre portail éducatif paideuma.tv, nous vous en serions reconnaissants.

 

 

Alexandre Douguine

http://dugin.ru

Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

 

PAIDEUMA.TV : http://paideuma.tv

 

Alexandre Douguine: Thoughts during the Plague № 1. Black vengence of light god. Fourth political theory.

http://paideuma.tv/en/video/thoughts-during-plague-no-1-black-vengence-light-god#/?playlistId=0&videoId=1

 

Ndt: Notice Wikipedia (en allemand) sur Paideuma:

Paideuma (du grec παίδευμα, dérivé de pais, "enfant" ou "garçon") fait référence à l'éducation, y compris l'auto-éducation.

Dans l'étude Paideuma. Dans les grandes lignes d'une théorie de l'âme et de la culture (1921), l'anthropologue culturel Leo Frobenius part du principe que toute culture humaine est une sorte d'organisme et que cela conduit à la conclusion qu'une culture n'est pas une simple collection de phénomènes (par exemple des œuvres d'art, des techniques), mais la manifestation d'un sentiment de vie formé et façonné par son environnement et par son (auto-) éducation. Chacun a donc un style culturel unique. Celle-ci se caractérise par une certaine mentalité (situation de l'âme), ce que son terme Paideuma dénote.

Chaque phénomène culturel individuel est à l'origine toujours une expression de ce Paideuma.

Cf. également Oswald Spengler.

https://de.wikipedia.org/wiki/Paideuma

Lire la suite

Manlio Dinucci: Amazonie, les incendiaires crient au feu (2019)

28 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Environnement, #Amérique du sud

Devant la propagation des incendies en Amazonie, le Sommet du G7 a changé son agenda pour « affronter l’urgence ».

Les sept —France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon, Canada et États-Unis— ont joué, avec l’Union européenne, le rôle de pompiers planétaires. Le président Macron, en uniforme de pompier-en-chef, a lancé l’alarme : « notre maison est en flammes ». Le président Trump a promis le plus grand engagement états-unien dans le travail d’extinction.

Les projecteurs médiatiques se concentrent sur les incendies au Brésil, laissant dans l’ombre tout le reste. Avant tout le fait que la destruction ne touche pas seulement la forêt amazonienne (aux deux tiers brésilienne), réduite en 2010-2015 de presque 10 000 km2 par an, mais aussi les forêts tropicales d’Afrique équatoriale et d’Asie sud-orientale. Les forêts tropicales ont perdu, en moyenne chaque année, une superficie équivalente à celle totalisant Piémont, Lombardie et Vénétie. Bien qu’avec des conditions différentes d’une zone à l’autre, la cause fondamentales est la même : l’exploitation intensive et destructive des ressources naturelles pour obtenir le plus grand profit.

En Amazonie on abat les arbres pour en tirer du bois précieux destiné à l’exportation. Ces terrains très fragiles, une fois dégradés, sont abandonnés et ainsi de nouvelles zones se déforestent. La même méthode destructive est adoptée, provoquant de graves dommages environnementaux, pour exploiter les gisements amazoniens d’or, de diamant, de bauxite, de zinc, de manganèse, de fer, de pétrole et de carbone. La construction d’immense bassins hydroélectriques, destinés à fournir de l’énergie pour les activités industrielles, contribue aussi à la destruction de la forêt amazonienne.

L’exploitation intensive et destructrice de l’Amazonie est pratiquée par des compagnies brésiliennes, fondamentalement contrôlées à— travers des participations actionnariales, des mécanismes financiers et des réseaux commerciaux— par les plus grands groupes multinationaux et financiers du G7 et d’autres pays.

Par exemple JBS, qui possède au Brésil 35 sites de production de viandes où sont abattus 80 000 bovins par jour, a d’importants sièges aux USA, au Canada et en Australie, et est largement contrôlé via des quotas de dette par les groupes financiers créditeurs : JP Morgan (USA), Barclays (GB) et les groupes financiers de Volkswagen et Daimler (Allemagne). Marfrig, au deuxième rang après JBS, appartient à 93 % à des investisseurs états-uniens, français, italiens et d’autres européens et nord-américains.

La Norvège, qui aujourd’hui menace le Brésil de rétorsions économiques pour la destruction de l’Amazonie, provoque en Amazonie de graves dégâts environnementaux et sanitaires avec son propre groupe multinational Hydro (pour moitié de propriété publique) qui exploite les gisements de bauxite pour la production d’aluminium, si bien qu’il a été placé sous enquête au Brésil.

Les gouvernements du G7 et d’autres, qui aujourd’hui critiquent formellement le président brésilien Jair Bolsonaro pour se refaire une conscience face à la réaction de l’opinion publique, sont les mêmes qui en ont favorisé l’ascension au pouvoir pour que leurs multi-nationales et leurs groupes financiers aient les mains encore plus libres dans l’exploitation de l’Amazonie.

Les communautés indigènes, dont les territoires concentrent les activités illégales de déforestation, sont principalement attaquées. Sous les yeux de Tereza Cristina, ministre de l’agriculture de Bolsonaro, dont la famille de latifondiaires a une longue histoire d’occupation frauduleuse et violente des terres des communautés indigènes.

 

Manlio Dinucci

 

Traduction: Marie-Ange Patrizio

Source: Il Manifesto (Italie)

Publié à l'origine sur le site du Réseau Voltaire (3septembre 2019):

https://www.voltairenet.org/article207514.html

Lire la suite

La Fête de la Marine russe le 26 juillet 2020 à Saint-Pétersbourg

28 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Marine, #Russie

Lire la suite

Une série de documentaires magiques sur les Eskimos Netsilik de l'Arctique canadien

27 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Exploration, #Canada

Camp d'été. Capture d'écran.

Camp d'été. Capture d'écran.

En route pour la pêche au harpon. Capture d'écran.

En route pour la pêche au harpon. Capture d'écran.

Camp d'été. Capture d'écran.

Camp d'été. Capture d'écran.

Femme Netsilik. Capture d'écran (Winter camp)

Femme Netsilik. Capture d'écran (Winter camp)

Les services cinématographiques américains et canadiens ont réalisé avec Robert Young, Quentin Brown et Kevin Smith dans les années 1960 une merveilleuse série de documentaires filmés (version anglaise et version française) sur la vie des Eskimos/Inuit* Netsilik de l'Arctique canadien. On peut la voir en totalité sur le site de l'Office national du film du Canada et aussi sur Youtube.

Dans son immense territoire maritime et terrestre qu'il parcourait et connaissait pas coeur, héréditairement, l'homme eskimo, chasseur, pêcheur et constructeur, savait tout faire. Il fabriquait son kayak, l'oumiak de la famille, l'arc, les flèches, la lance, les harpons, le tambour magique, les outils, la tente, l'igloo, les écluses à poissons sur les rivières, les caches à nourriture, le traîneau et les harnais pour les chiens, les ustensiles de ménage: lampes et casseroles de stéatite (pierre tendre), etc. Poète, il était aussi prêtre et connaissait aussi par coeur (sa civilisation n'était pas écrite mais orale) l'histoire du monde et de son peuple, les rites, les prières et les chants qui unissent les hommes, et les esprits de la Nature.

La femme avait la lourde de tâche de s'occuper des enfants, de la confection et de l'entretien des vêtements à partir des peaux d'animaux et de la préparation de la nourriture.

L'Eskimo était dépositaire de traditions, de techniques et de savoir-faire immémoriaux, hérités du fond des âges, de ses ancêtres, -de nos ancêtres communs - du Paléolithique, il y a des dizaines et des centaines de milliers d'années.

Il a affronté la vie avec courage, intelligence, abnégation, créativité, humour et gaieté, au prix parfois de lourds sacrifices comme l'infanticide, le suicide des vieillards et plus encore.

Le grand explorateur et ethnographe danois Knud Rasmussen** raconte qu'en 1923, beaucoup d'Eskimos Netsilik n'avaient jamais vu un homme blanc. Ils ont été les derniers Eskimos à être sédentarisés. C'est à partir de cette époque qu'ils ont commencé à utiliser les armes à feu, qu'on ne voit pas dans le film. La réalisation de ces documentaires dans les années 1960 a donc été une sorte de reconstitution avec eux sur les chemins nomades du passé.

Pierre-Olivier Combelles

* Jusque dans les années 1980, on disait depuis des siècles en langue française "Esquimaux", un mot indien qui signifie "mangeurs de viande crue". Il s'est ensuite orthographié 'Eskimo", à l'anglaise. Puis à partir des années 1990, on lui a substitué au nom du politiquement correct le terme "Inuit", qui signifie "homme" en inuktitut, créant ainsi une faille entre la politique d'une part et l'histoire et la culture d'autre part. Knud Rasmussen qui était de père danois blanc et de mère eskimo du Groenland et parlait l'inuktitut, employait le terme eskimo dans ses publications.

** Sur Knud Rasmussen: https://anthrosource.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1525/aa.1934.36.4.02a00080

 

Visionnez les 22 documentaires sur les Netsilik, en version longue, sur le site de l'ONF/NFB:

https://www.nfb.ca/subjects/indigenous-peoples-in-canada-inuit/netsilik/

Sur le site de l'Office du film du Canada, en français, visionnez Tuktu et la chasse aux caribous:

https://www.onf.ca/film/tuktu_et_la_chasse_au_caribou/

Les Netsilik, notice Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Netsilik_Inuit

Godfred Hansen et Roald Admundsen: Magito, une femme Netsilik.

Godfred Hansen et Roald Admundsen: Magito, une femme Netsilik.

Kabloka, une fille Netsilik en 1903-05. Photographie par Godfred Hansen (1876-1937). Bibliothèque nationale de Norvège.

Kabloka, une fille Netsilik en 1903-05. Photographie par Godfred Hansen (1876-1937). Bibliothèque nationale de Norvège.

Lire la suite

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique

27 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Société, #Politique, #France

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !»

«Occupez-vous de la sécurité, pas des chercheurs apprentis sorciers ! Occupez-vous des gamins, pas de faire des orphelins ! Occupez-vous de mon quotidien, pas de faire des orphelins !»

« La méthode du tandem Emmanuel Macron / Jean Castex est bien de faire avancer un projet de loi ni bio ni éthique en catimini, au cœur de l’été. C’est un pari risqué. Les Français ne sont pas dupes. Ils voient où l’exécutif place ses priorités. Au lieu de préparer et adopter des dispositifs efficaces pour contenir la crise économique et sociale, le gouvernement choisit de céder à une poignée de parlementaires emmenés par Guillaume Chiche pour permettre de faire volontairement des enfants privés de père et d’affaiblir ainsi la filiation et la famille, premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables. Il est encore temps de rester en cohérence avec la déclaration de politique générale prononcée par Jean Castex hier à l’Assemblée nationale et ce matin devant les sénateurs, en reportant l’examen du projet de loi bioéthique » 

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

https://www.lamanifpourtous.fr/actualites/communiques-de-presse/le-projet-de-loi-bioethique-absent-des-declarations-de-politique-generale-de-jean-castex-a-lassemblee-nationale-et-au-senat

https://francais.rt.com/france/77206-rassemblement-manif-pour-tous-devant-assemblee-nationale-contre-projet-loi-bioethique

SITE DE LA MANIF POUR TOUS:

https://www.lamanifpourtous.fr

Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique
Rassemblement de la Manif pour tous devant l'Assemblée nationale contre le projet de loi bioéthique
Lire la suite

Valery Korovin : Homme d'affaires, pas Zarathoustra. (Club d'Izborsk, 25 juillet 2020)

25 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Valery Korovin : Homme d'affaires, pas Zarathoustra.

25 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19670

 

 

Le président américain Donald Trump a menacé d'opposer son veto au projet de budget de la défense pour l'année fiscale 2021, qui a été récemment approuvé par la Chambre des représentants des États-Unis. La raison formelle est le mécontentement du président face au fait que le budget contient un amendement exigeant de renommer les bases militaires américaines qui portent ceux des dirigeants et des commandants de la Confédération. Le projet contient également un certain nombre de restrictions sur les actions de Trump lui-même, que personne ne souhaite voir.

 

Cependant, derrière l'extérieur des batailles publiques de Trump avec le Congrès se cachent, comme toujours, des processus internes qui sont invisibles à l'œil nu. Car il y a des choses qui ne peuvent pas toujours être dites à haute voix. Surtout dans le système politique américain actuel, accablé par les conflits internes des élites et une guerre civile dans les rues des États-Unis.

 

Alors, que contient le projet de budget de la défense des États-Unis que Trump pourrait ne pas aimer tant ?

 

Ce qui frappe immédiatement, c'est la limitation des initiatives du président sortant, avec lequel il effectue son premier mandat. Par exemple, le fameux mur à la frontière avec le Mexique. Cela faisait partie des promesses préélectorales de M. Trump, et ne pas le réaliser, c'est ne pas remplir l'un des points les plus importants du programme, qui a attiré une partie importante de la sympathie de l'électorat blanc.

 

La partie démocrate du Congrès s'est opposée dès le début à la réalisation de la construction du mur. Au début, elle a simplement bloqué l'allocation de fonds du budget. Ensuite, le point "Le Mur" a été transféré au budget militaire en tant qu'initiative de défense, mais là aussi il a été découvert par les opposants à Trump et également limité. Les membres du Congrès ont inclus dans le budget de la défense une interdiction explicite de l'utilisation des fonds alloués au Pentagone pour construire le mur à la frontière avec le Mexique, c'est-à-dire qu'ils tentent de saper le plan pluriannuel de Trump pour lutter contre l'immigration illégale en provenance d'Amérique centrale et du Sud.

 

Cependant, il y a aussi une raison plus profonde derrière ce point. Trump, comme la plupart des Américains blancs et traditionnels, ne croit pas, contrairement aux démocrates, que tous les gens sont égaux et homogènes. Il est vrai que les démocrates sont déjà allés beaucoup plus loin, en affirmant que non seulement les personnes de peuples et de races différentes sont les mêmes, mais aussi les différents sexes, et que le sexe est un choix. Et même le fait qu'en général, un être humain n'est pas un sujet, mais un objet, sur lequel insiste l'ontologie progressiste et objectivement orientée. Et que toute cette masse d'objets post-humains - mi-hommes, mi-cyborgs - doit être contrôlée par l'intelligence artificielle.

 

Mais Trump, comme s'il n'entendait pas tous ces slogans progressistes, continue à insister sur la préservation de l'identité du protestant anglo-saxon blanc avec ses principes et son système de valeurs, y compris la famille traditionnelle, la vie sur terre et les héros-confédérés américains - symboles de l'Amérique blanche. Raciste, cruel, intolérant ? En l'état actuel des choses.

 

Il n'est pas question de réécrire l'histoire et de démolir des monuments chaque fois que la morale et les valeurs changent.

 

C'est ce que pensent les traditionalistes américains, avec Trump. Après tout, ce sont les protestants blancs anglo-saxons qui ont fondé cet État sous la direction de leurs dirigeants, dont ils chérissent la mémoire. Et peut-être que quelque part dans leur cœur, ils regrettent que le Sud ait perdu la guerre civile, que tout se soit passé comme ça. Et ils veulent sauver ce qui reste de cette Amérique blanche et anglo-saxonne, au moins sous forme de symboles.

 

Mais ils ne peuvent pas le dire, et Trump ne peut pas. Ce n'est même pas qu'il soit capable de l'exprimer en termes généraux. Il n'aime tout simplement pas ça - un flux sans fin d'immigrants qui vont et viennent, ils ne veulent pas travailler, ils n'aiment pas la loi, ils ne veulent pas la respecter, et s'ils n'aiment pas quelque chose, ils intimident, brûlent des voitures et cambriolent des magasins. Et ils ne peuvent pas le changer (Trump le pense), mais au moins ils doivent arrêter. Le mur n'est pas non plus une aubaine, mais c'est un geste de désespoir.

 

Trump place également l'Amérique et ses intérêts au-dessus des intérêts du projet mondialiste et de sa promotion par les démocrates du monde entier. M. Trump ne veut pas que l'argent des contribuables américains soit dépensé dans de multiples entreprises dans le monde entier, parrainées par ses adversaires libéraux, mais il veut qu'il soit dépensé pour améliorer la vie des Américains ordinaires.

 

Mais les libéraux démocrates au Congrès pensent différemment. Bien que Trump lui-même, si c'était sa volonté, aurait depuis longtemps mis un frein aux dix aventures commencées par l'administration précédente. Par exemple, il aurait retiré ses troupes d'Afghanistan, ou du moins réduit considérablement leur nombre. Et il réduirait également le nombre de troupes américaines en Europe, comme en Allemagne.

 

Peut-être Trump aurait-il retiré depuis longtemps les troupes américaines de Syrie, où elles sont forcées de se battre aux côtés des militants, laissé la Libye déchirée par son prédécesseur Obama, et même permis à l'Irak de panser les plaies résultant de la dure imposition de la démocratie américaine là-bas, seul, sans supervision américaine.

 

Mais non, les démocrates du Congrès ne s'assoupissent pas et bloquent directement ses initiatives en imposant un amendement après l'autre. Le projet de loi adopté propose d'interdire à l'administration Trump de réduire le nombre de contingents militaires américains en Allemagne et en Afghanistan. En parlant de l'Irak, de la Libye et de la Syrie. Apparemment, Trump ne devrait même pas bégayer à ce sujet.

 

S'il en avait l'occasion, Trump "s'entendrait avec la Russie". Mais lorsqu'il l'a promis dans ses discours électoraux, il pensait qu'en devenant président, il obtiendrait le pouvoir qui lui en donnerait l'occasion.

 

Il ne l'a pas fait. Ici aussi, les démocrates mettent des bâtons dans les roues et exigent davantage de dépenses pour contenir la Russie.

 

Trump lui-même pense probablement que si la Russie n'est pas affectée et n'essaie pas de "dissuader" tout le temps, elle ne pourra pas être affectée. Et il le pense avec raison. Mais non, les amendements au projet de budget de la défense impliquent l'allocation de 3,789 milliards de dollars à la "dissuasion" de la Russie en Europe dans le cadre de l'Initiative européenne de dissuasion (EDI)*.

 

L'Initiative européenne de dissuasion est un programme visant à renforcer la présence militaire américaine en Europe. Elle a été lancée par l'administration Barack Obama en 2014 après la réunification de la Crimée avec la Russie et le déclenchement du conflit armé dans l'est de l'Ukraine. Trump aurait craqué sur l'Ukraine et la Crimée il y a longtemps, d'autant plus qu'il considère les deux comme la Russie. "Ne le ferait-il pas ?" - Le sourcil de Trump se soulève de façon surprenante. Au contraire, on lui propose d'augmenter l'aide militaire à l'Ukraine. C'est une bonne façon de s'entendre.

 

En même temps, le veto de Trump bloquerait les sanctions contre le gazoduc russe "Nord Stream - 2". Apparemment, il s'agit également d'une initiative de défense militaire - de nouvelles sanctions qui seront imposées aux personnes et aux entreprises impliquées dans la construction de l'oléoduc russe. D'autant plus que la pression de sanction sur la construction des gazoducs russes est une mesure extrêmement impopulaire en Europe même et a déjà complètement dissous les anciens alliés.

 

Donald Trump ressent et comprend tout cela, mais il ne peut pas dire à voix haute ce pour quoi il a été déjà assez malmené et brisé durant les quatre années difficiles de son premier mandat présidentiel. Il ne peut le faire ni au sens propre ni au sens figuré. Après tout, même en ayant choisi les arguments les plus inoffensifs contre le projet de budget actuel - désaccord avec la suppression des noms des dirigeants et des commandants confédérés dans les noms des bases militaires et le refus de construire la "Grande Muraille du Mexique", Trump a déjà laissé tomber une grêle d'accusations et de reproches. Il est même difficile d'imaginer ce qui se serait passé si Trump était apparu sur le podium du Congrès, en citant pompeusement Friedrich Nietzsche : "Les gens ne sont pas égaux. Et ils ne doivent pas être égaux !" Peut-être aurait-il été mangé vivant par les mêmes démocrates.

 

Mais Trump ne voulait pas le dire, et il ne voulait rien dire d'autre à ce sujet. Probablement sur Twitter. Et le budget militaire américain, d'un montant de 740,5 milliards de dollars, sera bientôt adopté. Ils négocieront un peu plus, corrigeront quelques formules - et ils le feront. Après tout, il englobe les intérêts de Donald Trump lui-même, sa meilleure défense. Et il est, comme nous le savons, avant tout un homme d'affaires, pas Zarathoustra.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

* Ndt: European Deterrence Initiative, EDI:

 2018 - RENFORCER LA DISSUASION DE L’OTAN À L’EST, par Joseph A. DAY (Canada), 23 avril 2018 

https://www.nato-pa.int/fr/document/2018-renforcer-la-dissuasion-de-lotan-lest-projet-de-rapport-day-063-dsc-18-f

Valery Korovin : Homme d'affaires, pas Zarathoustra. (Club d'Izborsk, 25 juillet 2020)
Lire la suite

Claude Quétel: Une histoire incorrecte de la Révolution... ou la véritable histoire de la France.

24 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France, #Politique, #Histoire

"Tout est beauté, tout est philanthropie, tout est symétrie dans les mots et tout est désordre et tout est violence dans les faits."

Hippolyte Taine, à propos de la révolution française, cité par Claude Quétel.

« Crois ou meurs ! Voilà l’anathème que prononcent les esprits ardents au nom de la liberté!  » Ainsi s’indigne le journaliste Jacques Mallet du Pan dans le Mercure de France du 16 octobre 1789, au tout début de la Révolution. Voilà qui s’inscrit en faux contre la thèse, solidement ancrée aujourd’hui, de deux révolutions : une bonne, celle des droits de l’homme, qui aurait dérapé pour aboutir à une mauvaise, celle de la Terreur. Et si la Révolution tout entière avait été un immense, un désolant gâchis, et ce dès les premiers jours ? Et si ce qui a été longtemps présenté comme le soulèvement de tout un peuple n’avait été qu’une folie meurtrière et inutile, une guerre civile dont l’enjeu mémoriel divise toujours les Français ? Il fallait reprendre l’enquête en revisitant les événements, en les décryptant et en se libérant de l’historiquement correct. Ce récit circonstancié s’adresse à tous ceux qui souhaitent qu’on leur raconte enfin une autre histoire de la Révolution française, la vraie. »

 

Une surprise, pourtant, dans les entretiens avec Claude Quétel, pas une seule fois on n'entend prononcer le mot "franc-maçonnerie". La révolution et la république françaises sont pourtant des réalisations maçonniques. Paris, capitale de la France et siège de son gouvernement après le départ du roi Louis XVI de Versailles a élé "maçonnisée"

https://www.lefigaro.fr/culture/2012/07/20/03004-20120720ARTFIG00279-paris-capitale-maconnique.php

La France d'aujourd'hui, profondément inégale, profondément injuste, infiniment plus que sous l'Ancien Régime, car cachant son inégalité et son injustice derrière le paravent vertueux des "Droits de l'Homme" et de sa devise ésotérique et maçonnique  "Liberté-Égalité-Fraternité", est à l'image de la pyramide du Louvre, symbole entre les symboles maçonniques: une oligarchie occulte, privilégiée,  gouvernant la "société", une "masse" de gens amorphe comme les pierres de sa base, modelables et interchangeables à volonté par l'"ingénierie sociale" (immigration de masse, droit du sol, regroupement familial, "droits" tyranniques des minorités, lois monstrueuses sur l'avortement, la contraception généralisée, la PMA-GPA etc.) au nom du "Progrès", cette imposture.

P.O.C

Claude Quétel: Une histoire incorrecte de la Révolution... ou la véritable histoire de la France.

"C'est un peu comme la révolution française. La république est née de la révolution française. D'accord, très bien, mais quand on enferme la famille royale - ils étaient politiquement innocents-, on enlève leur enfant, qui est Louis XVII, on l'insulte, on le fait boire, on lui fait écrire des choses, ou lui fait croire... on essaie de lui faire dire qu' il couche avec sa mère, signer un papier, etc, des choses tordues, un système ne peut as politiquement être sain quand il vient d'un milieu aussi vicieux... les guerres de Vendée, le génocide..."

Pierre Hillard, extrait d'un entretien.

Lire la suite

Alexander Ageyev : une nouvelle fin de l'histoire ? (Club d'Izborsk, 21 juillet 2020)

21 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Quoi qu'il en soit, en parlant de la nouvelle ère, il est bon de se rappeler les paroles de feu D. Rockefeller, qui a déclaré en 1994 : "Nous sommes au bord du changement mondial. Tout ce dont nous avons besoin, c'est d'une crise à grande échelle, et alors les gens accepteront le nouvel ordre mondial".

Alexander Ageyev : une nouvelle fin de l'histoire ?

21 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19648

 

 

La célèbre thèse de Fukuyama sur "la fin de l'histoire" est presque devenue le mème le plus populaire de ces 30 dernières années, si ce n'est le mot de passe. Mais derrière elle, il y avait un contenu qui avait fait ses preuves : la fin de l'ordre mondial bipolaire et l'établissement d'un régime monocentrique de développement mondial. La tendance vers et à partir de cette métaphore, cependant, continue. Il y a aussi du contenu derrière tout cela. L'ampleur sans précédent de l'effondrement des marchés, l'arrêt des communications, la fermeture forcée de secteurs entiers de l'économie, la montée du chômage, l'assignation à résidence effective de la majorité de la population, l'introduction accélérée des technologies numériques de contrôle social... Tout cela, qui s'est produit soudainement et dans les plus brefs délais, a eu un effet stupéfiant sur beaucoup de gens.

Les estimations de la situation varient diamétralement, des déclarations sur l'effondrement de l'hégémonie mondiale et du type d'ordre mondial au stoïque "rien ne s'est vraiment passé". Et c'est le cas lorsque la clarté est nécessaire pour comprendre les fondements mêmes de l'homme moderne. Et la question est formulée ainsi : le coronavirus a-t-il enterré le mondialisme en tant que principe clé de l'ordre mondial moderne ? La question est d'autant plus importante qu'une menace sérieuse à l'échelle mondiale peut être une tentative énergique d'établir un "nouvel ordre mondial", mais pas celui qui a été dessiné dans les concepts visionnaires populaires.

 

Les conditions pour changer l'ordre mondial

 

Le nouvel ordre social et économique naît avec trois critères minimaux : 1) insatisfaction par rapport à l'existant ; 2) image et conditions préalables nécessaires du nouvel ordre mondial ; 3) volonté, forces, ressources à transférer au nouvel État. Ce sont, bien sûr, les conditions de la première approximation. La soif de clarification nous fera chercher des réponses à de nombreuses questions, y compris celle de savoir qui est le mécontent. La logique de la réponse conduit aux signes connus d'une "situation révolutionnaire" : les hauts ne peuvent pas, les bas ne veulent pas, le besoin et le désastre sont au-delà de l'ordinaire, etc.

 

Une image plus compliquée apparaîtra si dans les "sommets" il n'y a pas d'unité en dehors de l'impuissance, et souvent il y a une lutte de différents centres de pouvoir, qui ont non seulement des sources d'influence internes mais aussi externes. La situation est encore plus compliquée lorsque des joueurs qui ont la possibilité de cacher leur potentiel d'influence et donc d'être non détectés dans des scènes de jeu rapides et complexes, se développent comme une véritable opération spéciale dans le style de Mission impossible-19.

 

Il en va de même, en fait, dans les "bas" : ils sont rarement homogènes en matière de protestation. Tout comme les protestations mondiales n'ont pas été comme cela depuis longtemps. A sa limite, cette variété de mécontentement populaire se transforme en guerre civile, au cours de laquelle les positions se consolident après amertume et sacrifice, les nuances des aspirations s'effacent, et tout se termine soit par la victoire impitoyable d'une force, soit par un compromis, soit par une trêve, soit par un long affrontement latent. La compréhension de la structure des insatisfaits et des objets de mécontentement est une question fondamentale du moment présent.

 

Comment l'image de l'avenir se répand-elle dans la société ? Une fois de plus, la logique nous conduira à croire aux questions :

 

qui est considéré comme l'idole de l'opinion publique ? Dans quelle mesure une idole est-elle réelle ? Les vrais penseurs de la société ont-ils des canaux de communication avec elle ? Quels sont les intérêts exprimés par l'une ou l'autre idole devenue telle par la manipulation des notations ? Une histoire très sérieuse commence lorsque l'expérience de l'excitation forge de nouveaux dirigeants qui proposent de nouvelles images du monde et de son avenir, de la place des associés dans celui-ci.

 

La question des conditions préalables du nouvel ordre mondial est extrêmement importante. Il n'y a pas de liens linéaires : s'il y en a, alors l'ordre prend vie. De même que dans l'histoire militaire, non seulement la corrélation des forces est importante, mais aussi, par exemple, la soudaineté, l'ingéniosité, la supériorité des mathématiques de manœuvre, le sabotage ou la qualité du cryptage, de même dans la grande histoire, il y a des périodes où le modèle dépassé peut être préservé bien au-delà de sa date d'expiration. D'autant plus si les milieux dirigeants ont un esprit sophistiqué et une forte volonté de s'accrocher à la domination même lorsqu'ils perdent objectivement la situation. Et le transfert vers un nouvel État - la tâche est toujours objectivement plus difficile que le maintien. Souvenez-vous de Nicolas Ier et d'Alexandre III. Tous deux étaient bien conscients de la nécessité du développement et des réformes, mais indépendamment de leurs bonnes raisons personnelles, ils ont parié sur le "gel". Quelque chose de similaire s'est produit en URSS après 1975. Un précédent historique important dans ce domaine a été le choix que les dirigeants soviétiques ont dû faire en 1926, lorsqu'il est devenu évident que le pari sur la révolution mondiale avait échoué, et que la base théorique n'était pas conçue pour un cours à long terme de "construction du socialisme dans un pays". Le résultat de ce choix a été fixé en 1945, lorsque l'ordre mondial bipolaire a été formé pendant de nombreuses décennies.

 

La situation actuelle du choix stratégique de la Russie sera peut-être plus compliquée qu'elle ne l'était en 1926.

 

Le bloc le plus important des conditions préalables du nouvel ordre mondial - technologie, base de production, toutes sortes d'infrastructures. Le sujet est bien documenté. Aujourd'hui, les technologies permettent de construire ce que l'on appelle une "société 5.0". Mais cela peut se faire sous différentes formes : à la fois dans l'intérêt de la société, conformément à ses attentes et à ses traditions, et en violation de toutes les garanties légales des droits et libertés des citoyens, par exemple. Il y a un format particulièrement insidieux : l'acceptation par la société du nouvel ordre avec une préparation à toutes ses conditions, sans qu'elle en soit vraiment consciente.

 

Par conséquent, la préparation de la société au changement fait toujours partie des conditions préalables. Il s'agit d'une préparation, entre autres, pour certaines victimes, bien qu'il s'agisse en réalité d'un processus en cascade : hier - impensable, aujourd'hui - routine, demain - tragédie. En option. Mais dans tous les cas, la préparation a un cycle de vie avec des phases jusqu'à la "situation révolutionnaire". Quand tout semble être fatiguant et ennuyeux, mais qu'il n'y a pas de désir actif de changement. D'ailleurs, c'est exactement ce que les personnes qui "sont allées au peuple" ont rencontré et ont cru que ce peuple aspirait à leur sacrifice et à leur service. Les décembristes avaient des motivations quelque peu différentes auparavant, mais surtout - et ils étaient "terriblement loin des gens". Ces mêmes personnes ont répondu par des milliers de soulèvements lorsque la "collectivisation" a commencé. L'histoire, cependant, connaît de nombreux exemples de la façon dont les dirigeants du pays "débranchent" sans attendre la reconnaissance de la population.

 

C'est ainsi que nous relions immédiatement les conditions préalables et le "troisième bloc" de conditions pour changer l'ordre mondial - la volonté, les forces et les ressources. Et ce n'est que lorsque ces conditions sont réunies que la possibilité de briser et de changer l'ordre mondial établi se présente. Tout comme dans l'"International" : "Nous allons détruire le monde entier de la violence au sol..." Chaque changement dans l'ordre mondial a sa propre Internationale, de la Marseillaise à Eat the reach.

 

L'environnement nourricier du changement est le stress le plus puissant de l'échelle mondiale. C'est le rôle que jouaient les guerres mondiales. Aujourd'hui, il y a des dégâts et de la peur, comparables, mais pas encore identiques aux conséquences des guerres mondiales. La menace pour la santé et plus encore pour la vie est le facteur de peur le plus fort. Lorsqu'une telle menace n'est pas personnelle, mais est dirigée contre les états de civilisation, la guerre devient "sacrée", et il existe de puissantes énergies de lutte pour "la liberté et l'indépendance de la Mère Patrie". Ce n'est pas un hasard si tout ce qui est associé à la victoire de la Russie et de plusieurs autres pays et peuples fait aujourd'hui l'objet de tentatives de "remise à zéro", de création de nouveaux espaces conceptuels. Ainsi, le coup porté à la santé est associé aux tâches consistant à vaincre l'ennemi dans les espaces des sens vitaux.

 

L'asymétrie et la durée de la réaction de l'information face au problème du tapis, mais pas aussi époques dans l'évaluation des infections connues, n'indiquent pas la peur des médias et des éventuels acteurs de l'horreur. La question est de savoir qui est le bénéficiaire de la peur gonflée et quels sont les objectifs qu'elle poursuit.

 

"Very Big Game".

 

Il y a quelques années, lorsque soudain le "printemps arabe" avec toutes ses scènes lumineuses et brutales, et avec l'infiltration de réfugiés en Europe, divers auteurs de différents camps politiques sont arrivés au diagnostic que le "porridge bouilli" a un chef, voire peut-être un seul, mais que "tout le monde doit se détendre ensemble". Le nom et la disposition de ce "chef" dans ses évaluations varient (de "terrorisme international" à "big shaytan") en fonction de son engagement dans le mondialisme ou de toute autre tendance de projet. Il y a eu un consensus sur le fait qu'un "tournant" avait commencé, dont la durée a été évaluée différemment. Les scientifiques chinois, par exemple, pensaient que cela prendrait 10 à 0 ans. Beaucoup d'autres ont dit "un an et demi" - avant le début des émeutes mondiales dues à l'inaccessibilité de la nourriture ou à d'autres événements d'importance mondiale. Quoi qu'il en soit, en parlant de la nouvelle ère, il est bon de se rappeler les paroles de feu D. Rockefeller, qui a déclaré en 1994 : "Nous sommes au bord du changement mondial. Tout ce dont nous avons besoin, c'est d'une crise à grande échelle, et alors les gens accepteront le nouvel ordre mondial".

 

Par conséquent, la question est de savoir si ces autres catastrophes d'importance mondiale aujourd'hui - COVID-19 - sont la cause, l'origine, la conséquence ou l'épisode de "réchauffement". En tout cas, depuis le début du XXIe siècle, nous avons assisté à de multiples impulsions de déstabilisation de l'ordre mondial : 11 septembre, printemps arabe", crises financières de 1998 et 2008, sanctions, guerres commerciales, Brexit, séparatisme en Europe, millions de réfugiés, Wikileaks, Vatilix... Derrière la façade des événements - un nombre fortement accru d'opérations antiterroristes, d'exercices militaires, le redéploiement mondial des troupes, la démonstration permanente de la puissance militaire, le démantèlement des traités sur le contrôle des armements et l'activité militaire ... La tension "les armes à la main" s'est nettement accrue. La puissance militaire est redevenue plus importante que tout autre facteur de puissance étatique. En cours de route, ses effets négatifs se manifestent à travers le climat et les catastrophes naturelles de la noosphère, qui nous est donnée maintenant dans le sentiment n'est pas du tout la même version que celle prédite par Vernadsky.

 

Depuis longtemps, le monde a également connu une grande simultanéité de réactions contrôlées dans un vaste arc géographique, et aujourd'hui, comme l'a montré COVID-19, elle est mondiale. Il est également clair que la sophistication des opérations spéciales ciblées, multipliée par les attractions déjà lancées (idéaux, motivations des actions de masse), l'abandon effectif du code de conduite des joueurs de coulisses, adopté auparavant de manière informelle et "gentlemanly" - tout cela a augmenté le degré d'excitation et les coûts du "Big Game", qui a longtemps été "Very Big Game". Ce fameux "Big Game" ne couvrait pas ces aspects globaux, auxquels l'humanité s'est élevée dans son progrès technologique et mental. Si Vernadsky avait une compréhension de l'activité humaine en tant que "force géologique", alors aujourd'hui il faut plus de comparaisons. C'est ce qu'ils font, mais souvent en marchant, dans l'agitation, sans se rendre compte à quel point tout cela est grandiose.

 

La multiplicité des impulsions provocatrices, souvent menées de manière anonyme pour s'assurer qu'il n'y a aucune preuve de la culpabilité de quiconque, génère une multiplicité et des réponses mal orientées dans le futur, tout comme le sort des SEALs s'est développé après leur capture de Ben Laden. Plusieurs années d'accusations indiscriminées contre la Russie, mais pas seulement contre elle, pour certains ou d'autres péchés purement présumés ont créé un stéréotype profondément enraciné de fixation des coupables et de leur punition indépendamment de la présence et des preuves du crime.

 

Ainsi, si l'auteur est incognito ou manifestement imaginaire, alors le bénéficiaire est également incognito ou manifestement imaginaire. N'importe qui peut se voir attribuer le rôle de "méchant". C'est une situation extrêmement dangereuse.

 

À plusieurs reprises ces dernières années, elle a presque créé des risques d'aggravation militaire grave dans les relations des grandes puissances militaires. Il convient de souligner que si ce sont les États qui doivent répondre aux menaces militaires, alors de nombreux autres types de menaces peuvent ne pas provenir des États et ne pas être dirigées contre les États en tant que tels. Ce n'est pas un hasard si le concept d'"État profond" a été légitimé dans un cas ou un autre. Mais il est également évident que ce concept général n'apporte en aucun cas les réponses aux questions nécessaires.

 

La situation actuelle d'épidémie et de réaction excessive à celle-ci et les conséquences de ces deux phénomènes, l'atmosphère de peur montrent que ces acteurs profonds sont multiples (pas nécessairement ou seulement des représentants des structures étatiques), et qu'il existe une certaine coordination entre eux (pas nécessairement dans le style des détectives espions). Il est toutefois plus approprié de faire une analogie avec le jeu, et non avec les échecs. Cette analogie nécessitera une recherche plus poussée d'une zone cible gagnante pour les joueurs et supposera que certains d'entre eux gagneront, d'autres perdront, d'autres encore "resteront avec les leurs". Il y aura aussi ceux qui manqueront un déménagement ou qui réussiront à ne pas s'impliquer du tout. Les enjeux de ce "Very Big Game" sont élevés. Comparable aux victoires et aux pertes de la Seconde Guerre mondiale. Cela nous fera supposer que la super-réaction à COVID-19 n'est pas seulement une conséquence du "somnambulisme des autorités", mais aussi un instrument conscient d'information et de guerre psychologique, remplaçant la vision plus brutale et familière par le bombardement, l'atterrissage et les cales de char.

 

Un nouveau type de guerre.

 

S'il s'agit d'un nouveau type de guerre, ce n'est pas autour du périmètre des frontières des États, mais dans des espaces complètement différents. En particulier, une projection mondiale peut avoir un conflit politique purement interne dans un pays, s'il s'agit d'une grande puissance, sans parler d'une superpuissance.

 

Les troubles aux États-Unis reflètent trois tendances fondamentales et à long terme dans l'évolution d'un pays :

 

(a) Diminution à long terme des dépenses d'investissement. Sa dynamique après 2008 semble pire que pendant la "Grande Dépression" avant Pearl Harbor. D'où, soit dit en passant, le cours de D. Trump sur l'immobilisation des chaînes de valeur aux États-Unis ;

 

b) "Croix américaine" : déclin prolongé de la prospérité dans un contexte de mécontentement croissant, y compris la "surproduction des élites". L'écart actuel entre les deux graphiques est comparable aux périodes de la guerre civile américaine. D'où, d'ailleurs, le vecteur de troubles pour le renversement des monuments de ses héros. Ces faits marquent non seulement des perturbations, mais quelque chose de plus profond - des processus d'épigenèse ! Et c'est plus que grave ;

 

c) l'érosion de l'hégémonie mondiale américaine en matière de monnaie et de finance, finalement établie en 1944-1945 et prolongée à deux reprises au-delà de sa "validité initiale". D'où le parcours pour repousser les excès - lest géopolitique sous diverses formes et le jeu de la promotion avec la Chine et l'UE en particulier. Et aussi - des programmes ambitieux d'exploration spatiale et de transformation numérique.

 

Le besoin de réformes politiques aux États-Unis a été affirmé avant même l'élection de D. Trump par un certain nombre d'autorités reconnues, dont des lauréats du prix Nobel. Leur diagnostic des problèmes s'apparente au marxisme classique - "le pays sert les intérêts d'une petite élite, et la démocratie ne reflète plus les intérêts de la majorité". De telles thèses étaient tout récemment assez peu importantes dans l'ensemble de la liberté d'expression aux États-Unis.

 

Il ne s'agit pas seulement du déséquilibre des pouvoirs et de la radicalisation de la contestation politique. La racine du problème est un travail minutieux, exigeant la force et les moyens d'éviter que la couche riche ne contribue correctement à la distribution équitable des revenus et à la responsabilité du développement. J. Stiglitz. Roosevelt a même nommé ces groupes spécifiques : les monopolistes qui augmentent leurs revenus en freinant la production et en sapant la libre concurrence ; les directeurs d'entreprise qui profitent des lacunes des lois sur la gouvernance d'entreprise et volent davantage de revenus de l'entreprise au détriment des employés ; les banquiers qui se livrent à des prêts prédateurs et à des pratiques déloyales en matière de cartes de crédit (en ciblant souvent les familles pauvres et à revenu moyen). Les comportements et les inégalités liés à la Renaissance ont augmenté avec des taux d'imposition plus faibles pour les riches, une réglementation gouvernementale plus faible et les règles existantes.

 

Le sujet n'est pas nouveau. Mais elle est aujourd'hui alimentée par une proportion croissante de migrants aux États-Unis et par un tollé général, y compris dans les cercles d'élite. La "manière bulldog" des États-Unis a longtemps été évoquée par l'Iranien Rahbar ; ces dernières années, les représentants chinois ont dit - très durement - et notre ministère des affaires étrangères parle aussi un argot mémorable. Mais la même manière est également devenue la norme dans les "conflits" intra-élite aux États-Unis. Il est difficile d'exclure le soupçon que, dans une situation aussi tendue, quelqu'un résistera à la tentation d'utiliser un "argument externe" dans des disputes internes, provoquant une "guerre" victorieuse quelque part. Bien que sous Obama, l'illusion de gérer le chaos a commencé à s'effondrer. Dès lors, il est apparu clairement que le temps des innombrables menaces arrivait, si nombreuses qu'il fallait "aller mâcher en même temps", et dans des conditions de restrictions budgétaires. "Tout l'enfer va se déchaîner ici...", disait alors le secrétaire à la Défense... et la crise syrienne ne faisait que commencer...

 

Le grand zéro ?

 

L'hypothèse qui est posée lors de l'analyse des événements de la guerre de la population des personnes avec la population de COVID-19 est la réplique des processus de "mise à zéro". Cela ne signifie pas une transition vers un nouvel ordre mondial. Il se peut que toutes les conditions ne soient pas encore réunies et qu'une certaine période historique soit nécessaire. Par analogie avec le précédent changement d'hégémonie, cela peut prendre jusqu'à 30 ans, sans compter la phase de maturation des conditions préalables. Un changement d'hégémonie est toujours accompagné d'une grande guerre.

 

En 1913, les États-Unis avaient besoin de conditions préalables pour nommer cet hégémon, mais ces conditions n'étaient pas suffisantes. Ils n'étaient en place qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme aujourd'hui. La période de transformation de l'hégémonie mondiale peut prendre jusqu'à 30 ans. C'est vrai qu'il y a une subtilité - de quand à quand de compter.

 

Le "Big Zero" est ce que J. Stiglitz a appelé un monde multipolaire sans leadership. Est-ce la bonne métaphore ? Le monde est-il à la fois multipolaire et sans leader ?

 

Les États-Unis et l'Europe sont tous deux profondément empêtrés dans leurs problèmes économiques intérieurs. Mais la nature de ces préoccupations est extraordinaire. Aux États-Unis, par exemple, une arme à feu est achetée toutes les 1,5 secondes. Et les exercices récemment menés pour améliorer la sécurité intérieure comprenaient des scénarios de combat avec des masses de zombies morts, comme dans l'un des films idiots d'Hollywood, mais qui s'est avéré assez prophétique. En Europe - la crise prolongée de la zone euro combinée avec l'échec du cours sur le multiculturalisme, la croissance des masses d'émigrants, l'épaississement de la structure technique qui provoque l'accident, Brexit, le séparatisme, le ressentiment contre le comportement des partenaires pendant la pandémie ... Les modèles d'intégration vont subir une sérieuse transformation dans le protectionnisme croissant, quand "votre chemise sera plus proche du corps".

 

Avec toutes les tensions dans tous les pays leaders, une révolution militaro-technologique est en train de se dérouler. Elle conduira au cours de la décennie actuelle à des changements comparables à l'apparition des chars, des avions et d'une bombe nucléaire. Outre les États-Unis, au moins 80 autres pays travaillent dans le domaine de la robotique militaire et plus de 100 sont en mesure de participer au cyberespace. La plate-forme de la future supériorité technologique militaire impressionnera toutes les hypothèses les plus avancées de la prospective.

 

Ces facteurs forment une nouvelle vision de la compétitivité et de la vitalité dans le monde moderne en général. Les images mêmes de l'avenir, suivies de stratégies et de tactiques agrégées. Le processus est rapide comme l'éclair. Mais toute crise peut toujours être interprétée comme la fin du monde ou - de l'histoire.

 

Une expérience ?

 

Les approches visant à résoudre les véritables problèmes fondamentaux de l'économie mondiale sont pratiquées depuis longtemps dans un mode expérimental qui teste la stabilité des systèmes - cibles de stress. Si nous n'avons pas le temps d'opposer à ces expériences un arrêt opportun, alors à chaque étape de tension sera enregistrée une condition de plus en plus aggravée. À cet égard, le "retard" dans la prise de décisions est un très grave reproche à l'action. Mais il est préférable de ne pas prendre de décisions s'il y a des doutes sur leur validité ou si l'on soupçonne la réalisation d'un stratagème par quelqu'un.

 

Ainsi, il n'y a actuellement pas de raisons suffisantes pour affirmer que la crise du coronavirus formera un nouvel ordre mondial dans un avenir très proche. Elle fera voler en éclats certains fondements de l'ordre mondial actuel, renforcera certains nouveaux, notamment numériques, leur expansion dans des domaines vitaux - soins de santé, éducation, gouvernance et contrôle social. Mais ce ne sera pas suffisant. L'ensemble des processus fondamentaux crée une forte inertie dans l'évolution des systèmes sociaux et de l'ordre mondial lui-même, avec toutes ses institutions. Jusqu'à présent, l'analyse impartiale nous permet de parler de la tentative d'utiliser le coronavirus comme un nouvel instrument de reformatage des réalités, dans lequel le gagnant est celui qui connaît à l'avance ou invente les règles du jeu. Et cela signifie que ces jours-ci se déroulent une période extrêmement complexe et intéressante de l'histoire mondiale et nationale.

 

 

Alexander Ageyev

http://www.ageev.net

Alexander Ageev (né en 1962) - éminent scientifique russe, professeur à l'université d'État de Moscou, membre de RAEN. Directeur général de l'Institut des stratégies économiques, Département des sciences sociales de l'Académie des sciences de Russie, Président de l'Académie internationale d'études prospectives, Chef du Département de gestion des projets d'entreprise, Université nationale de recherche nucléaire "MEPHI", Directeur général de l'Institut international P. Sorokin-N. Kondratieva. Rédacteur en chef des revues "Stratégies économiques" et "Partenariat des civilisations". Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Alexander Ageyev : une nouvelle fin de l'histoire ? (Club d'Izborsk, 21 juillet 2020)
Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>