Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Elena Larina : l'événement principal (et inaperçu) de l'été (Club d'Izborsk, 29 septembre 2020)

30 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Elena Larina : l'événement principal (et inaperçu) de l'été

29 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19963

 

 

Si vous demandez à des citoyens ordinaires, mais aussi à des experts et des analystes de premier plan : quel a été le principal événement en Europe de l'Est et en Russie cette année en termes de conséquences potentielles, vous pouvez généralement entendre parler des conséquences du coronavirus, des événements en Biélorussie ou de la situation avec Alexei Navalny.

 

Je me permettrai de supposer que cet événement a été l'apparition de reliques, à savoir la conclusion de l'Union de Lublin, qui a formé le Triangle de Lublin composé de la Pologne, de la Lituanie et de l'Ukraine.

 

Selon les ministres des affaires étrangères de l'Ukraine, de la Pologne, de la Lituanie, Dmitry Kuleba, Jacek Chaputovic et Linas Linkevičius, qui ont signé l'Union, le Triangle de Lublin vise à approfondir et à développer la coopération entre les trois pays dans les domaines économique, politique et culturel, en renforçant l'unité stratégique et la sécurité des trois pays d'Europe centrale.

 

Il a été noté que le nouveau format vise à rapprocher les trois pays et à répéter leurs liens historiques, à savoir la coopération lituano-polonaise - le Commonwealth polono-lituanien, qui comprend la majeure partie de l'Ukraine moderne dans ses frontières.

 

Comme les lecteurs réguliers du blog le savent, sa fonction principale est peut-être de publier des prévisions afin de pouvoir déterminer ultérieurement si les méthodes utilisées pour les prévisions fonctionnent ou non, si les prévisions tombent dans la cible ou dans le "lait".

 

J'ai le plaisir ou le regret de vous annoncer que la douzième prévision sur quatorze s'est déjà concrétisée. Fin 2015, j'ai participé à une grande table ronde du Club d'Izborsk, où l'évolution de la situation géostratégique en Russie dans un avenir proche a été discutée. Je me souviens que je suis restée en minorité, défendant le point de vue sur l'inévitabilité d'un rétablissement rapide du Commonwealth polono-lituanien et le danger stratégique d'un manque d'efforts pour prévenir ou, dans le pire des cas mais très possible, pour s'adapter au nouveau Commonwealth polono-lituanien émergent et à la formation d'un puissant bloc pro-russe en son sein. Voici un fragment de ce discours.

 

"En Europe, le nouveau favori des élites américaines est la Pologne. Une partie de l'élite américaine s'est maintenant lancée dans un projet de création de la Nouvelle Rzeczpospolita. Selon les plans d'outre-mer, pleinement soutenus à Varsovie, elle devrait inclure la Pologne, la Lituanie, la Biélorussie, l'Ukraine et, à l'avenir, la Moldavie et la Roumanie. La capitale devrait être l'une des villes lituaniennes ou biélorusses, tandis que Varsovie restera un véritable centre de pouvoir. Les Polonais ont déjà élu un nouveau président pour ce projet, A. Duda, et Junior J. Kaczynski est revenu au pouvoir. En Ukraine, l'idée de la nouvelle Rzeczpospolita a de plus en plus d'adeptes, surtout dans les conditions de la terrible situation économique du pays et des perspectives peu claires avec l'UE. Les politiciens lituaniens sont prêts pour une telle tournure des événements et s'en félicitent. La Roumanie, la Moldavie et même certains cercles influents en Transnistrie ont exprimé leur intérêt. Quant à la Biélorussie, il faut faire face à la vérité. En raison du travail d'information insuffisant de la partie russe, la majorité des jeunes ne regardent pas vers l'Est mais vers l'Ouest, liant leurs perspectives de vie à la réincarnation du Grand-Duché de Lituanie ou du nouveau Commonwealth polono-lituanien. Le projet de Rzeczpospolita, pour autant qu'il soit connu, est destiné à des processus d'intégration dans un délai de trois, maximum cinq ans. Ensuite, il est censé être inclus dans le TATIP.

 

Un certain nombre de politologues et d'analystes russes sont extrêmement sceptiques quant aux perspectives de la Pologne en tant que futur leader de l'Europe de l'Est et locomotive des processus d'intégration. Il convient de noter que leurs véritables initiateurs font partie des élites britanniques et américaines. Les élites polonaises sont dans une large mesure des partenaires juniors, très actifs et énergiques. En ce qui concerne la Pologne, en termes de développement économique, un pays qui ne dispose pas de ressources naturelles visibles est l'un des pays européens en développement les plus dynamiques, les plus prospères et, surtout, les plus diversifiés. Que cela vous plaise ou non, ce sont des faits. En ce qui concerne les processus d'intégration, la Pologne est déjà devenue un leader informel des "Quatre de Visegrad".

 

Comme pour un certain nombre d'autres prédictions, ayant déterminé avec précision la tendance, j'ai légèrement mal jugé le moment d'un événement particulier. Dans les prévisions, le début de la formation d'une nouvelle Rzeczpospolita en 2017 et associé à l'achèvement des élections présidentielles en 2016. En fait, c'est arrivé en 2020. L'erreur était liée à la non prise en compte du facteur "Trump" et à une compréhension insuffisante de la puissance croissante aux Etats-Unis et en Occident en général, les soi-disant Depth Forces. Le retard dans la formation du Commonwealth polono-lituanien a été causé, tout d'abord, par le fait que les mondialistes, principalement représentés par les démocrates, ont été remplacés par les impérialistes dirigés par D. Trump.

 

Un nombre écrasant d'analystes russes, même les plus perspicaces, y compris, à mon avis, le numéro un américain, l'espion russe Andreï Olegovitch Bezrukov, considèrent l'élection présidentielle de 2020 à travers le prisme de la lutte entre les mondialistes et les nationalistes, les démocrates et les républicains, à savoir Joe Biden et Kamala Harris d'une part, et Donald Trump et Mike Penns d'autre part.

 

Cependant, la campagne présidentielle actuelle est très différente de celle de 2016. Dans la structure politique américaine, depuis environ 10 à 12 ans, le pouvoir s'est rapidement emparé de ce que les partisans de Trump appellent l'État profond. En Russie, le terme "puissance profonde" est également en vogue. Cependant, à mon avis, le nouveau pouvoir a été défini avec le plus de précision par Ed Yong, l'un des principaux penseurs américains, vulgarisateur de la science, la plume d'or de l'influente ressource en ligne The Atlantic, dont l'actionnaire principal est la veuve de Steve Jobs. Ed Yong travaille en étroite collaboration avec des chercheurs américains de premier plan, comme Albret Lázzló Barabasi, qui s'occupent de réseaux, de turbulences et de systèmes très complexes, et est proche de l'infrastructure scientifique de la communauté américaine du renseignement.

 

En 2015, il a prédit que les moteurs de recherche, les systèmes de référencement et les réseaux sociaux exacerberaient la division de la société américaine en fonction de critères politiques, culturels, éducatifs, de revenus et de niveau de vie. Par conséquent, d'une part, la boîte à outils Internet augmentera considérablement les turbulences et l'instabilité de la société américaine et, d'autre part, elle créera toutes les conditions pour les épidémies d'information qui surviennent dans un contexte de force majeure réelle, comme les épidémies et les nouvelles maladies. De là, il a conclu : une démocratie fondée sur le choix collectif dans une société instable, turbulente et fragmentée fonctionnera de moins en moins bien, en soutenant les extrémistes qui s'appuient sur des minorités radicales plutôt que les centristes qui s'intéressent à l'harmonie sociale et au consensus. Selon lui, le seul salut de l'Amérique est la réduction de facto de la démocratie publique et le transfert du pouvoir réel à un réseau de groupes d'élite, qu'il a appelé Deep Power. C'est le processus que nous avons observé en Amérique et pas seulement au cours des dix dernières années. À mon avis, il est plus juste d'appeler ce phénomène non pas Deep Power, parce qu'il va au-delà des relations de pouvoir, et non pas un État profond, parce qu'il s'étend bien plus loin que les structures de gouvernance fédérales, mais des forces profondes (DeepForces).

 

Ces forces comprennent non seulement des réseaux, mais aussi des groupes de propriétaires, de promoteurs et de gestionnaires dans les institutions politiques, économiques, culturelles et autres des États-Unis qui tentent de rester invisibles. Au cœur de DeepForces se trouvent les partenariats public-privé liés à la sécurité nationale au sens large.

 

En 2011, le best-seller "Top Secret America" est sorti en Amérique.  Il contenait des informations selon lesquelles près d'un million de chercheurs, analystes, concepteurs, technologues et développeurs informatiques du secteur privé, impliqués dans des contrats de la communauté américaine du renseignement et du Pentagone, ont les plus hauts niveaux d'accès aux informations classifiées. À ce jour, ce nombre est passé à 2 millions de personnes. Le nombre réel d'employés employés par DeepForces est encore plus élevé.

 

Il serait erroné de réduire DeepForces aux seules sociétés informatiques, aux PMC, aux sociétés d'intelligence économique. Il comprend des universités, des fabricants de robotique, des entreprises de biotechnologie, etc., c'est-à-dire des participants à des partenariats public-privé engagés dans des opérations offensives, défensives et de contre-espionnage dans le cadre de la sécurité nationale.

 

Dans les structures de pouvoir, les partenariats public-privé sont représentés non pas tant au niveau du pouvoir législatif qu'au niveau du pouvoir exécutif. En règle générale, elle ne se situe pas au niveau des premières personnes - les responsables politiques - mais à partir du niveau des adjoints des chefs de ministères, de départements, d'agences et d'autres niveaux inférieurs, c'est-à-dire ceux qui gèrent réellement dans un monde moderne complexe et turbulent.

 

Ces dernières années, l'Amérique a connu un subtil processus de redistribution rapide des fonctions entre une démocratie publique avec le président à son sommet et DeepForces, qui est une hétéroarchie dynamique ou une structure hiérarchique en réseau mal observée de l'extérieur.

 

Il n'est pas exagéré de dire que les États-Unis sont presque devenus le premier pays au monde où DeepForces occupe des positions clés au pouvoir. En ce sens, l'opinion largement répandue en Amérique sur le combat de Trump contre les DeepForces est une compréhension de l'intérieur par les Américains ordinaires du processus réel de transition vers le pouvoir des DeepForces (il y a une situation typique d'un chien : il comprend tout, mais ne peut pas tout dire).

 

DeepForces, ainsi que les structures formelles et informelles, disposent d'un petit nombre de groupes de réflexion extrêmement performants sur l'ensemble du cycle - de l'analyse fondamentale aux opérations pratiques en amont de l'impact. L'une de ces structures est la Fondation Jamestown. Le conseil d'administration de la Fondation Jamestown comprend, entre autres, les membres suivants:

 

- Matthew Bryce, qui dans sa jeunesse était en charge de l'Europe et de l'Eurasie du Nord au sein de l'administration George W. Bush, est ce que l'Amérique appelle l'espace post-soviétique.  Il conseille actuellement des entreprises américaines et turques sur la Pologne, la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie, ainsi que sur l'Islam politique en Europe ;

 

- Michael Carpenter, pendant le mandat du vice-président Joe Biden en tant que secrétaire adjoint à la défense et actuellement au siège de Biden chargé des questions de sécurité nationale en Ukraine, en Pologne, en Russie, en Eurasie du Nord et dans les Balkans ;

 

- Michael W. Hayden, directeur adjoint du renseignement national, directeur de la CIA et précédemment directeur de la NSA. Il a été une personne clé dans l'élaboration du Patriot Act résultant des événements du 11.09.2001 ;

 

- le célèbre Bruce Hoffman - professeur à l'université de Georgetown, ancien directeur du bureau RAND à Washington, D.C., auteur reconnu du concept de guerres hybrides et de conflits flous.

 

Le conseil d'administration et les experts de la Fondation comprennent d'autres membres éminents de la communauté du renseignement, des militaires et des entreprises sous-traitantes du Pentagone et de la communauté américaine du renseignement.

 

Le conseil d'administration comprend non seulement des personnes proches de Joe Biden, mais aussi les conseillers les plus influents de M. Pence et M. Pompeo, ainsi que la famille Mercer.

 

Cet été, la Fondation a organisé une réunion informelle non officielle d'experts sur l'Europe de l'Est, où elle a présenté un plan pour la réincarnation du Commonwealth polono-lituanien en tant que processus qui promeut les intérêts nationaux des États-Unis, quel que soit le nom du prochain président.

 

Il est fort probable qu'après cette rencontre, la Fondation Jamestown, en tant qu'agence de services complets, ait activé le processus d'intégration politique par le biais de ses réseaux d'influence en Pologne, en Lituanie et en Ukraine.

 

L'Union de Lublin a été la première étape importante sur la voie de la pleine relique ou réincarnation de la Communauté polono-lituanienne. En ce qui concerne la géographie, il n'est pas difficile de supposer que la prochaine étape de la réincarnation devrait être de rejoindre le triangle des autres participants. On sait maintenant que des proches de M. Saakashvili ont clairement exprimé cette intention. Ils espèrent reprendre le pouvoir lors des élections parlementaires de cet automne.

 

La partie lettone de l'élite politique et économique de la Lettonie est également très intéressée par cette initiative. En rejoignant éventuellement le Triangle de Lublin ou la Rzeczpospolita, ils cherchent à résoudre le problème de la croissance continue du pouvoir économique et en partie politique, si l'on peut appliquer le mot à un petit pays, les soi-disant "Russes", à savoir les entreprises et l'administration municipale russophones. Des groupes d'initiative pour rejoindre le Triangle de Lublin sont apparus non seulement en Moldavie, mais aussi en Transnistrie. L'intérêt pour le sujet est traité en Slovaquie.

 

Le nouveau Commonwealth polono-lituanien ne pourra être pleinement connecté qu'après l'adhésion de la Biélorussie. Dans un certain sens, les événements qui se déroulent dans la république sont sans aucun doute liés au projet de la Rzeczpospolita. En même temps, il n'est pas nécessaire de ressembler aux célèbres, mais officiellement anonymes, fabricants de "Mike et Nick" conversation téléphonique, qui auraient intercepté Loukachenko.

 

Il ne fait aucun doute que Loukachenko a beaucoup fait pour la Biélorussie. En fait, il a non seulement préservé, mais aussi développé l'économie réelle. Aujourd'hui, des produits biélorusses de premier ordre sont exportés non seulement vers la Russie, mais aussi, de plus en plus, vers les pays de l'UE. Il ne fait aucun doute que le succès de Loukachenko est largement dû au fait que la Biélorussie a reçu de la Russie des dizaines de milliards de dollars d'aide économique non remboursable au cours des 25 dernières années. Contrairement à de nombreux autres États post-soviétiques, cette aide n'a pas été volée, transformée en manteaux de fourrure géants, en yachts et en avions privés emmenant les amis de Loukachenko et leurs enfants sur les côtes espagnoles, à Biarritz ou en Sardaigne.

 

Cependant, dès les premiers jours de son arrivée au pouvoir, Loukachenko s'est montré un politicien vindicatif, sans scrupules et cruel, au bord de la pathologie. Tout au long de son règne, il a poursuivi et emprisonné sans pitié et sans raison des personnes à qui il devait personnellement non seulement son pouvoir, mais aussi ses relations avec Moscou, ainsi que son succès économique. En fin de compte, en tant qu'homme et leader politique, il a porté une partie importante du peuple biélorusse. Comme le montre l'histoire mondiale, même pour les rois qui ont hérité du trône, 15-25 ans, c'est beaucoup.  Quant à un homme de la nation, un ancien agriculteur collectif, il est tout simplement interdit. En conséquence, un zugzwang a été créé en Biélorussie. La population ne peut pas faire en sorte que Loukachenko démissionne de la présidence de manière pacifique, et l'attitude de la population à son égard ne permet pas d'éviter une catastrophe non seulement politique mais surtout économique. Tout zugzwang trouve la permission d'une manière ou d'une autre.

 

Les experts de la Fondation Jamestown que nous connaissons déjà ont tiré une conclusion en août de cette année : de larges couches de la population ne seront pas en mesure de faire démissionner Loukachenko. Il est très probable que Loukachenko ne sera pas en mesure de normaliser la situation comme il l'a fait plusieurs fois dans le passé et de revenir au statu quo. La situation d'incertitude devrait s'éterniser à partir du mois d'août, au moins jusqu'en novembre. Après les élections américaines de 2020, la situation commencera à changer avec une décision finale fin 2020 ou début 2021.

 

Il n'est pas difficile de supposer que DeepForces a au moins deux options, dont l'une est liée à la mise en œuvre du programme d'administration Trump, en utilisant principalement un groupe de M. Pence-M. Pompeo et l'appareil du Conseil national de sécurité. L'autre, respectivement, avec l'arrivée au pouvoir de Joe Biden, en mettant l'accent sur la personne du nouveau secrétaire d'État et sur le réseau déjà établi de conseillers en politique étrangère de M. Biden, qui formeront le Conseil national de sécurité.

 

Requiem pour la Biélorussie

 

Malgré la proximité géographique et les affinités ethniques, une grande partie des experts ont une vision assez vague et déformée de la Biélorussie actuelle. Elle est perçue comme la seule relique de l'URSS dont la saveur agraire prononcée est restée pratiquement inchangée. L'image dominante de la république dans la conscience de masse russe est celle des interminables champs de pommes de terre qui s'étendent entre les marais de Belovezhskaya Pushcha et de Polesye. Beaucoup de gens sont encore convaincus que la  Biélorussie est un pays agraire, qui n'existe économiquement et technologiquement que grâce aux injections géantes de la Russie. Elle a réalisé plus de 100 milliards de dollars au cours des 20 dernières années. En général, un tel pays agraire a vécu avec un président kolkhoze rusé.

 

Dans le cadre d'un tel tableau, les liens russes de trois dirigeants qui ont défié Loukachenko, à savoir V. Babariko, V. Tsepkalo et S. Tikhanovsky, et ont ainsi lancé le processus de la révolution biélorusse, ne causent pas beaucoup de surprise.  Dans ce contexte, les événements qui se déroulent sont interprétés comme les composantes d'un grand jeu visant à forcer la Biélorussie à rejoindre l'État de l'Union dans son intégralité.

 

Cependant, la réalité a peu de choses en commun avec les images fixées dans la perception de masse et le modèle de la Biélorussie développé par les experts qui donnent des conseils aux décideurs.

 

Examinons les données statistiques fiables extraites des bases de données de la Banque mondiale, de l'UE et de la CEEA pour la plupart. Au cours des dix dernières années, lorsque l'économie russe et de nombreuses autres économies post-soviétiques ont non seulement eu des taux de croissance réels négatifs, mais aussi dégradés par le critère de l'innovation, la Biélorussie a fait une percée.

 

Aujourd'hui, la part de l'industrie manufacturière dans le PIB de la Biélorussie est de 21% (14% en Russie à titre de comparaison). Un peu moins d'un tiers de tous les actifs fixes sont concentrés dans ce secteur, et près d'un travailleur sur cinq de l'économie biélorusse y travaille. En 2019, l'industrie alimentaire représente 27 % de la structure de l'industrie manufacturière, les produits pétroliers - un peu moins de 16 %, la construction de machines - près de 18 %. Selon les données de l'UE, la part de la construction de machines ne cesse d'augmenter depuis 2014. Cela distingue de façon frappante l'économie de la Biélorussie des économies de la Russie, de l'Ukraine et du Kazakhstan, où la part de la construction de machines diminue d'année en année.

 

Au cours des dernières années, des entreprises de marques mondialement connues telles que BelAZ (l'usine représente environ un tiers des camions à benne lourds vendus dans le monde), Belaruskali (qui exporte vers plus de 140 pays), MAZ et MTZ (qui fournit des tracteurs à plus de 80 pays), etc. ont été rééquipées en profondeur. Au cours des dix dernières années, des entreprises ont été créées en Biélorussie à partir de zéro, qui se sont fait connaître dans toute l'Europe. Par exemple, la société "ADANI" dirigée par le professeur Vladimir Linev, un physicien nucléaire bien connu, est devenue l'un des leaders du marché européen des technologies de scannage et des dispositifs de sécurité dans les aéroports et les gares. Au cours des trois à cinq dernières années, elle a réussi à conquérir environ 25 % du marché européen et à établir des exportations durables vers plus de 80 pays.

 

Dans les pays de l'UE et en Russie, le complexe agro-industriel biélorusse a fait ses preuves. Les produits exportés non seulement vers les pays de l'UE, mais aussi vers la Russie, se distinguent par leur grande qualité, le strict respect des normes GOST, l'utilisation minimale de divers additifs chimiques et de composants génétiquement modifiés. Par exemple, la société "Santa-Bremor" est résidente de la zone franche "Brest". Elle est aujourd'hui le principal transformateur étranger de poissons et de fruits de mer norvégiens, dont le célèbre saumon, et fournit du poisson en conserve de haute qualité à plus de 40 pays, dont la plupart des pays de l'UE, les États-Unis. Canada, Australie, Russie et Israël.

 

Selon les estimations de la Fondation C. Adenauer, au début de 2019, le secteur agricole biélorusse a dépassé l'agriculture polonaise en termes d'équipements techniques, de solutions informatiques et de personnel professionnel.

 

Au cours des dix dernières années, en fait, la branche de l'économie biélorusse qui s'est développée le plus rapidement - l'industrie des technologies de l'information de pointe - a été créée de toutes pièces. En 2019, on estime que les TI représentaient 6,4 % du PIB, soit exactement le même montant que l'agriculture du pays. (Selon les statistiques de la Biélorussie, en 2018, les technologies de l'information représentaient 5,7%, l'agriculture et la sylviculture 6,4% et la construction 5,4%).

 

Le secteur des TI en Biélorussie est concentré dans le parc de haute technologie, une zone de production avec un régime fiscal et financier spécial. Créant des conditions favorables au développement des entreprises informatiques, le parc de haute technologie biélorusse est le cluster informatique le plus développé d'Europe de l'Est.

 

Le secteur informatique biélorusse se compose de 60,5 % d'entreprises d'externalisation et de 39,5 % de développeurs de produits (2018). Le géant biélorusse de l'externalisation, EPAM Systems - Effective Programming for America - est un des principaux fournisseurs mondiaux de plateformes numériques et de services de développement de logiciels. Avec des filiales en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, EPAM est l'une des entreprises du Fortune 100 qui connaîtra la plus forte croissance en 2019. Des géants internationaux tels que Google et Yandex ont également des centres de développement en Biélorussie.

 

Des entreprises de produits locaux comme Wargaming ont également renforcé la réputation de la Biélorussie dans les cercles informatiques mondiaux. Le Wargaming, établi en Biélorussie, a développé le Monde des Chars - un des jeux les plus populaires et les plus rentables au monde. Viber, une application de messagerie populaire, a été développée en Biélorussie et a atteint la barre du milliard d'utilisateurs en 2018. Chaque année jusqu'en 2020, de nouvelles entreprises se sont ajoutées à la liste, issues des startups lancées dans le parc.

 

Il existe plusieurs indices qui permettent de comparer les pays selon le niveau de développement de l'innovation. Ces dernières années, les investisseurs, les fonctionnaires diplomatiques et les professionnels du renseignement ont été les utilisateurs les plus actifs du tableau de bord de l'innovation de la Commission européenne.  L'indice est calculé comme suit. Tout d'abord, un groupe de 27 indicateurs est utilisé pour déterminer l'indice de développement de l'innovation, qui est la moyenne des pays de l'UE. Ensuite, l'indicateur du pays est comparé à la moyenne de l'UE. Ainsi, on distingue les leaders de l'innovation (120% de la moyenne de l'UE), les innovateurs forts (90-120%), les innovateurs moyens (50-90%) et les innovateurs modestes (moins de 50%). Sur la base de la classification de l'UE, la répartition des pays est la suivante : Corée du Sud ("leader"), Canada, Australie, Japon et États-Unis ("innovateurs forts"), Chine, Brésil, Pologne et en Biélorussie ("innovateurs moyens"), Russie, Inde et Afrique du Sud ("innovateurs modestes").

 

Le volume et la structure des transactions du commerce extérieur sont des indicateurs importants. En 2018, les exportations de la Biélorussie s'élevaient à 33 milliards de dollars et ont augmenté de 10 % par an depuis 2012. Les principales destinations des exportations sont la Russie avec une part de 38%, l'Ukraine avec une part de 12%, le Royaume-Uni avec une part de 9,1%, l'Allemagne avec une part de 4,3%, les Pays-Bas avec une part de 4,2% et la Pologne avec une part de 4%. Alors que les exportations vers la Russie et l'Ukraine sont en baisse, celles vers les pays de l'UE et la Chine augmentent régulièrement.

 

Les importations totales de la Biélorussie se sont élevées à 38 milliards de dollars en 2018. Les principaux partenaires d'importation sont la Russie avec une part de 58 %, la Chine avec une part de 7,8 %, l'Allemagne avec une part de 4,7 %, l'Ukraine avec une part de 3,6 %, la Pologne avec une part de 3,3 %. Les importations en provenance de Russie et d'Ukraine diminuent d'année en année. Dans le même temps, les importations en provenance de Chine, d'Allemagne et de Pologne augmentent.

 

Enfin, il est impossible de ne pas mentionner le principal donateur de l'économie biélorusse - la Russie. En septembre 2016, le FMI a estimé le soutien global de la Russie à l'économie biélorusse à 106 milliards de dollars pour la seule période 2005-2015, soit environ 9,7 milliards de dollars par an. Au cours des différentes années, le montant du "soutien total net" de la Russie a varié de 11 à 27% du PIB biélorusse, selon les données du FMI.

 

Toutefois, il serait injuste de faire des reproches en Biélorussie à cet égard. Aujourd'hui, la Pologne, voisine de la Biélorussie, est le pays le plus dynamique de l'UE depuis vingt ans. De 1991 à 2019, la Pologne est le pays de l'UE qui se développe le plus rapidement. De 1991 à 2019, le PIB de la Pologne est passé de 85,5 milliards de dollars à 530 milliards de dollars. Le chômage dans le pays est inférieur à 4 % et le revenu réel des Polonais n'a cessé d'augmenter pendant 25 années consécutives. Bien sûr, les Polonais doivent surtout leurs réalisations à eux-mêmes. Cependant, la Pologne a reçu plus de 110 milliards d'euros, soit près de 130 milliards de dollars, de l'adhésion à l'UE sous forme de subventions et de dons directs.

 

Résumons et tirons des conclusions.

 

Première conclusion. Au cours des cinq ou sept dernières années, la Biélorussie a réussi à passer de l'économie industrielle et agraire à la production et à la technologie.

 

Deuxième conclusion. Bien qu'il soit toujours à la traîne par rapport aux leaders mondiaux du développement de l'innovation, la Biélorussie, surtout en 2015-2019, a réussi à sauter dans le train de l'innovation et du développement. (La Russie, à l'exception du DIC, n'a malheureusement pas encore réussi à le faire).

 

Troisième Conclusion. À l'heure actuelle, la Biélorussie possède l'économie la plus mature de l'espace post-soviétique. Le cœur de cette économie est le secteur réel et les hautes technologies, et la part de la production industrielle, de l'informatique et de l'agriculture mécanisée est parmi les plus élevées des pays d'Europe de l'Est et de l'ex-Union soviétique.

 

Quatrième conclusion. La Biélorussie, malgré sa balance commerciale extérieure passive, non seulement la réduit, mais renforce également la nature diversifiée de ses exportations et de ses importations en s'appuyant sur l'augmentation des exportations de produits informatiques, de produits alimentaires écologiquement propres et de produits d'ingénierie compétitifs.

 

Cinquième conclusion. Contrairement à l'écrasante majorité des économies post-soviétiques dirigées par la Russie, la Biélorussie a été caractérisé par une tendance à la hausse plutôt qu'à la baisse ces dernières années, apportant des changements constructifs plutôt que de glisser vers la destruction.

 

Cependant, les risques qu'une forte hausse soit suivie d'une baisse catastrophique augmentent littéralement chaque jour. La tragédie biélorusse se déroule sous nos yeux. Il n'y a pas d'autre mot pour cela. Le chaos politique a porté le coup le plus fort, et probablement fatal, à l'économie, car il se poursuit à l'avenir. Il est fort probable que les événements actuels mettront fin à ce qui aurait pu être connu du monde entier comme un miracle de la haute technologie biélorusse dès les prochaines années.

 

Il est méthodologiquement incorrect et en fait déraisonnable d'attribuer les événements qui se déroulent en Biélorussie à l'une des variantes des révolutions de couleur. Cependant, au cours des dernières années, les révolutions de couleur sont devenues une sorte de timbre pour les propagandistes russes, qu'ils utilisent activement pour toutes les actions à caractère antigouvernemental, où qu'elles aient lieu. L'un des principaux experts dans le domaine des crises et des révolutions, le sociologue américain Jack Goldstone, qui, avec le fondateur de la clinique, le bioinformaticien et prédicteur russo-américain P. Turchin et les chercheurs russes A. Korotayev, L. Grinin et S. Nefedov, a récemment défini une théorie globale de prévision sociodynamique à moyen terme comme un nouveau type de révolution. Il s'agit de révolutions numériques urbaines, s'appuyant principalement sur la jeunesse et la classe moyenne, qui protestent contre l'appropriation des droits et des pouvoirs par les élites dirigeantes, la volonté de faire de la loi un outil au service des intérêts exclusifs des groupes dirigeants et de leurs clients, l'inégalité flagrante et la déconnexion des ascenseurs sociaux. Jack Goldstone, en tant que représentant de la théorie systémique et structurelle des conflits, des révolutions et des crises, renvoie les événements biélorusses à la révolution numérique urbaine, en partie inspirée de l'extérieur.

 

La dynamique et, en même temps, la complexité de la sortie de l'entonnoir de la crise biélorusse sont liées au fait qu'elle n'est pas causée par une seule raison, mais par l'ensemble des raisons.

 

Premièrement, comme le montre l'expérience des 50 dernières années, les changements technologiques rapides et progressifs qui déclenchent le développement économique modifient en général radicalement non seulement l'équilibre des pouvoirs au sein des élites dirigeantes, mais aussi la structure de l'emploi. Ils contribuent à l'émergence de nouveaux groupes professionnels et sociaux dont les intérêts ne sont pas pris en compte par les anciens systèmes politiques.  En conséquence, ces groupes deviennent le noyau du mouvement pour le changement. C'est également le cas en Biélorussie.

 

Deuxièmement, la population du pays, et pas seulement les jeunes, mais aussi une partie considérable de la classe ouvrière, et même de nombreux villageois sont foncièrement fatigués de A. Loukachenko, qui est irremplaçable depuis plus d'un quart de siècle et qui dirige seul, refusant d'entrer en dialogue avec la société. Sans aucun doute, malgré ses qualités humaines dégoûtantes, il a fait pour le pays peut-être plus que le plus grand homme politique soviétique, héros de guerre, leader de longue date de la république et membre du Politburo Peter Mironovich Masherov. Cependant, dans le monde moderne, personne ne peut, à lui seul, diriger des décennies sans en tirer profit pour le pays et la population. L'art de partir à temps, qui est rarement rencontré même par des souverains exceptionnels, n'a jamais été caractéristique d'Alexandre Grigorievitch. En ce sens, la crise qui a commencé ne peut être considérée comme inattendue.

 

Le paradoxe est que le système politique autoritaire s'est avéré capable de lancer l'accélérateur de changements et la transformation progressive de l'économie biélorusse, mais en raison de sa nature archaïque, il ne peut plus la soutenir. Le système politique est devenu un frein, et de plus, un obstacle au développement économique et social.

 

Enfin, troisièmement, la transformation dynamique de l'économie de haute technologie de la Biélorussie ne pouvait que susciter un intérêt accru de la part de la classe politique russe, des géostratèges chinois, des bureaucrates de Bruxelles et, bien sûr, des cercles dirigeants de Pologne, d'Allemagne et des États baltes.

 

Le vrai problème de la Biélorussie est que le pays n'a pas atteint le stade de développement progressif qui lui permettrait de devenir irréversible. La crise politique dans les conditions d'une lâche catastrophe, les turbulences financières et économiques mondiales et l'intérêt croissant pour l'inclusion de la Biélorussie dans la zone de son influence exclusive de la part de diverses forces ont rendu la situation dans la république presque désespérée. Toute nouvelle initiative est mauvaise. Le pays est entré dans le Zugzwang.

 

Je vais me laisser aller à faire une prévision. D'une manière ou d'une autre, A. Loukachenko devrait partir en 2021. Actuellement, trois forces sont à l'origine des troubles en Biélorussie :

 

- Le bloc de pouvoir de Prolukashenka et les groupes hétérogènes, peu organisés, mais sans doute assez nombreux, de la population biélorusse qui y sont confrontés ;

 

- les mouvements et les structures orientés vers la Russie, ou plus précisément, vers ces groupes d'intérêts russes. Comme il a déjà été mentionné, ce sont les mouvements formés par V. Babariko, V. Tsepkalo et S. Tikhanovsky. Bien sûr, nos institutions d'État, ainsi que les groupes financiers et industriels publics et privés, défendent activement les intérêts russes ;

 

- les élites polonaises et allemandes et les structures européennes connexes de l'OTAN, qui coopèrent en partie et se font concurrence, en s'appuyant principalement sur le Centre de communications stratégiques de l'OTAN à Riga.

 

Récemment, l'un des leaders mondiaux du blog vidéo Y. Dud a réalisé un grand film honnête sur la chaîne de télégrammes Nexta - le principal média et coordinateur de la manifestation biélorusse. Le visionnage attentif du matériel vidéo, ainsi que la connaissance minutieuse d'articles et de messages impartiaux sur Nexta provenant de sources anglophones permettent de tirer la conclusion suivante. La jeune équipe de Nexta fait sans doute l'objet d'une gestion non structurée par des structures sérieuses, telles que les services de renseignement polonais et le Centre de l'OTAN à Riga. Ils ne donnent certainement aucun ordre à l'équipe Nexta, et de plus, avec un haut degré de probabilité, ils sont même complètement inconnus. La gestion non structurée est effectuée en raison de la bonne direction des flux d'information, ainsi que de la conduite de certains groupes à prendre certaines décisions bénéfiques pour le gestionnaire non structuré.

 

Quoi qu'il en soit, l'élection présidentielle américaine du 3 novembre prochain sera le jour décisif pour la Biélorussie. Si D. Biden gagne (j'estime ses chances à deux contre un contre Trump à partir d'aujourd'hui), on ne peut pratiquement plus douter des efforts déployés pour créer un nouveau Commonwealth polono-lituanien. L'autre jour, l'ancien ambassadeur des États-Unis en Russie, William Burns, directeur de la Carnegie Endowment for International Peace et l'un des principaux candidats au poste de secrétaire d'État au sein de l'administration Biden, a déclaré que l'une des principales priorités de l'administration serait de conclure dès que possible un accord sur le partenariat transatlantique en matière de commerce et d'investissement, dont les négociations ont été interrompues par M. Trump. Une partie intégrante du partenariat est la création d'associations régionales puissantes, en plus et en partie à l'opposé de l'UE actuelle. Compte tenu des intérêts commerciaux de la famille Biden et d'autres groupes proches de la création du Parti démocratique en Ukraine et en Pologne, il ne fait aucun doute que la nouvelle administration fera tout son possible pour former la nouvelle Rzeczpospolita dans la configuration la plus large possible.

 

Si D. Trump gagne soudainement, la Biélorussie deviendra probablement l'une des pièces d'échange dans le pentagone géopolitique complexe des relations, tout d'abord entre les États-Unis et la Chine, ainsi qu'entre les États-Unis, la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne et le Commonwealth britannique des nations, et l'Allemagne, en tant que leader de l'UE.

 

 

Elena Larina

 

http://hrazvedka.ru

Larina Elena Sergeevna (née en 1964) - entrepreneur, analyste, professeur. Membre permanent du Club d'Izborsk. Née, étudié et travaillé à Moscou. Elle a fait ses études supérieures en économie et en droit, respectivement, à l'Université russe d'économie Lomonosov. Elle a fait ses études supérieures en économie et en droit à l'Université russe d'économie Plekhanov et à l'Institut Plekhanov de droit international et d'économie. Elle a également étudié et travaillé à Moscou. Elle est PDG de Personalinvest et co-fondatrice de Highrest.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Elena Larina : l'événement principal (et inaperçu) de l'été (Club d'Izborsk, 29 septembre 2020)
Lire la suite

Andrey Kovalyov : les entrepreneurs sont à la base du miracle économique russe (Club d'Izborsk, 29 septembre 2020)

30 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie

Andrey Kovalyov : les entrepreneurs sont à la base du miracle économique russe

29 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19964

 

 

"Les gens qui font des affaires
...est une classe avancée..,
qui est en train de créer une nouvelle Russie.

Igor Shuvalov

 

Si la pandémie et la crise économique mondiale ont montré quelque chose, c'est bien l'inefficacité du modèle économique russe et la manière de se développer en général. Suite à l'économie, la monnaie nationale se déprécie : aujourd'hui, le taux va à 80 roubles par dollar et 93 roubles par euro. La dévaluation du rouble ressemble déjà à un effondrement de panique. Et ce, malgré le fait qu'il y a quelques semaines, Sberbank prévoyait une situation bien différente : « Les analystes de Sberbank maintiennent leurs prévisions concernant le taux du rouble à la fin de 2020, le situant dans une fourchette de 70 par dollar. »

 

Pour décrire l'ampleur du déclin, il suffit de comparer l'ensemble de notre économie avec celle de l’ État de New York. Avec une population de 19 millions d'habitants, le PIB de l'État est de 1 732 milliards de dollars, le salaire moyen est de 5 331 dollars, le minimum est de 1 975 dollars et le seuil de pauvreté est de 1 063 dollars. Alors qu'en Russie, avec une population de 147 millions d'habitants, le PIB est de 1 700 milliards de dollars, le salaire moyen est de 544 dollars, le minimum est de 155 dollars et le seuil de pauvreté est de 147 dollars. Un tel taux de bons salaires sera bientôt de 50 dollars, comme dans les années 90.

 

Les mesures cosmétiques et microscopiques du gouvernement ne résolvent rien. Depuis près d'un quart de siècle, nous sommes sur place et ne pouvons pas amorcer un développement décisif ! Avec l'élite actuelle, notre gouvernement et son bloc économique, la Russie attend la stagnation et le déclin.

 

Le classement des élites mondiales récemment publié, dans lequel la Russie est voisine du Botswana et du Mexique, le prouve une fois de plus. De quelle qualité d'élites pouvons-nous parler, si notre gouvernement s'inquiète, par exemple, de la dispersion des corneilles au-dessus de la Maison Blanche*, et est prêt à dépenser 42 millions de roubles à cet effet ? Vont-ils leur tirer dessus avec des Kalachnikovs en or, avec des balles en or? La réparation urgente de la maison du gouvernement ne coûtera que 5 milliards de roubles ! Et tout cela en pleine crise économique, à la veille de la deuxième vague de coronavirus. Rien qu'au deuxième trimestre de cette année, le nombre de pauvres a augmenté de 1,3 million et s'élève maintenant à près de 20 millions de personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts, et le gouvernement se construit un palais pour lui-même avec un argent fabuleux ! Honte à vous!

 

Avec un tel travail, pour être honnête, nos autorités méritent au mieux une caserne rapide quelque part à Biryulevo-Tovarny ! Dans un pays pauvre, le gouvernement devrait lui aussi être un mendiant. C'est alors que la croissance du PIB ne sera pas inférieure à 20 % par an, alors laissez-les retourner à la Maison Blanche et tirer les corneilles avec des balles en or - pas de pitié.

 

C'est la même chose en province. Dans les régions les plus pauvres, les parents les plus riches des gouverneurs. Par exemple, Olga Bogomaz, l'épouse du gouverneur de la région de Briansk, qui n'est pas la plus riche des régions russes, occupe la troisième place dans le classement des épouses de fonctionnaires de Forbes. L'année dernière, elle a gagné près d'un milliard et demi de dollars.

 

L'attitude grossière et méprisante envers le peuple est devenue une règle commune à Moscou et dans les régions. Et il semble qu'il était facile récemment de se rendre à une réunion avec un fonctionnaire local, de se rendre librement à l'administration ou à la préfecture. Maintenant - non ! Il y a des gardes de sécurité partout et un rendez-vous pour six mois pour voir les députés adjoints. C'est sans doute pour cela que Youri Loujkov et Sergey Furgal étaient si populaires - tous deux étaient ouverts à la communication, se rendaient régulièrement dans le public. Nous avons déjà écrit à ce sujet.

 

Avec une telle attitude et la qualité du travail de la deuxième vague de coronavirus, on ne peut que s'attendre à un désastre ! La deuxième vague de la pandémie va tout simplement tuer les entreprises et toute activité économique dans les régions. Et ce, malgré le fait que les entrepreneurs ne se soient pas encore remis du premier coup. Même les promesses faites par le président lui-même n'ont pas été tenues. Lors d'une réunion avec des représentants du monde des affaires, Vladimir Poutine a chargé le vice-premier ministre Andrei Belousov de réduire la taxe sur le cadastre et le bail foncier. Plus de six mois ont passé - et rien n'a été fait ! Mais les propriétaires d'immeubles commerciaux, qui ont sauvé leurs locataires, ne leur ont pas pris de loyer, ont réduit les taux et accordé des reports, sont dans une situation difficile. Nos fonctionnaires veulent transformer Moscou en Detroit, une ville mourante et déserte ? Ou bien espèrent-ils qu'avec une telle politique fiscale, avec des impôts "plafonds" imprévisibles et imaginaires sur le cadastre, quelqu'un viendra nous voir avec des investissements ?

 

Il est révélateur que la taille du Fonds national de protection sociale soit passée de 8 000 milliards de roubles en mars à près de 13 000 milliards en août au plus fort de la pandémie ! Les réserves d'or et de devises étrangères de la Russie ont également augmenté pour atteindre 600 milliards de dollars. Alors que les gens sont des mendiants, le gouvernement met des sommes énormes dans le cube ? Contrairement à la pratique mondiale, en Russie, on arrache la dernière peau des entrepreneurs pour économiser en vue d'un "jour de pluie".

 

Les mesures de sauvetage proposées en Grande-Bretagne, notre entreprise ne peut qu’en rêver. Presque tous les entrepreneurs y ont été mis en quarantaine, et le gouvernement a payé les salaires de leurs employés et remboursé leur loyer, un prêt était disponible à 1,5%. Nous n'avons jamais rêvé de cela.

 

Pourquoi nos autorités économisent-elles de l'argent pour un "jour de pluie" ? Les morts n'ont pas besoin d'injections ! Réveillez-vous ! "C'est un jour de pluie !

 

La post-combustion économique dans le cadre du programme de Kovalev est une croissance du PIB de 15 à 20 % par an. Tout taux de croissance inférieur à 10 % est un crime ouvert dans notre pays riche en ressources naturelles et humaines. Paraphrasons une déclaration d'un célèbre économiste russe du début du XXe siècle, Ivan Ozerov : nous revenons en rampant d'un pas de tortue, et d'autres pays avancent à pas de géant.

 

Et les décisions qui ont conduit l'économie tsariste à s'effondrer et la révolution de 1905 puis de 1917 sont les mêmes : reporter les recettes budgétaires à un "jour de pluie", augmenter les réserves et les impôts, mettre l'ensemble du système sous contrôle de la bureaucratie gonflée. Le miracle économique russe, pour lequel Peter Stolypin préparait une percée, avait déjà mûri à l'époque, mais il a été ruiné par la lenteur de la bureaucratie impériale. En conséquence, la Russie et les Bolcheviks ont pris un long chemin de mobilisation du développement au lieu de celui de l'évolution. Et maintenant, la demande de révolution parmi le peuple ne fait que croître. C'est terrible, car notre pays ne survivra pas à un autre coup d'État.

 

Le succès des pays asiatiques à croissance rapide a montré que mettre de l'argent dans la masse et accumuler des surplus est inefficace. La meilleure assurance contre la crise est une croissance accélérée, des investissements à grande échelle et une plus grande liberté d'entreprendre. L'argent doit travailler intensivement à l'intérieur du pays, ce qui nécessite des impôts peu élevés et un taux de prêt peu élevé. Notre compagnon d'armes, le professeur Yakov Mirkin, puis le chef de la Sberbank, German Gref, disent la même chose : "La dernière mesure que le gouvernement devrait prendre est d'augmenter les impôts. Nous n'obtiendrons pas de croissance économique si nous augmentons activement les impôts". La personne la plus intelligente, qui devrait être davantage dans notre gouvernement !

 

En effet, regardez notre gouvernement, la qualité de l'élite russe en général. On ne peut faire confiance à ces gens pour rien. Tout projet à l'échelle nationale, toute initiative de percée sera enterrée. Les entreprises d'État et le secteur public en général sont monstrueusement inefficaces et le plus souvent non rentables. Anatoly Serdyukov, l'ancien ministre de la défense et maintenant directeur industriel de Rostekh, raconte sans une goutte de honte les pertes de la United Aircraft Corporation qui s'élèvent à 530 milliards !

 

Nous, partisans et participants actifs du mouvement des entrepreneurs de toute la Russie, sommes prêts à détruire cette infini maléfique et à devenir les pères du miracle économique russe. Nous avons l'expérience de la gestion, le désir et les possibilités d'amener le pays vers de nouveaux sommets !

 

Pour ce faire, nous devons suivre les principes et les stratégies les plus fondamentaux qui sous-tendent notre programme :

 

Les entreprises ont besoin de se sentir en sécurité pour un travail efficace et une croissance stable. Les leviers de toute pression extrajudiciaire sur les entreprises doivent être retirés aux fonctionnaires et aux agents de la force publique. La propriété privée doit être absolument inviolable.

Le système fiscal doit être aussi simple et unifié que possible : taxe de 2 % du chiffre d'affaires pour toutes les petites, moyennes et grandes entreprises ou 10 % du bénéfice net ; taxe de 10 % sur les salaires, qui doivent être payés par l'employé lui-même ; taxe de 10 % sur les fonds que le propriétaire retire pour ses besoins personnels. Pour les industries et les entreprises de haute technologie dans les conditions climatiques sévères de la Sibérie et de l'Extrême-Orient, des avantages fiscaux importants devraient être accordés. Cela implique un développement territorial et une décentralisation saine.

Une croissance économique stable ne peut être obtenue qu'en mettant l'accent sur une demande intérieure stable et un pouvoir d'achat croissant. À cette fin, le revenu de la population devrait augmenter proportionnellement à la croissance du PIB - la population sera alors incitée à accélérer son développement. Le prestige de l'activité entrepreneuriale personnelle devrait être rehaussé.

Créditer la population à un taux minimum de 2-3% afin de lancer la croissance accélérée de l'activité entrepreneuriale. L'argent pour la croissance et le développement doit être disponible.

Optimisation rigoureuse de la bureaucratie aux niveaux fédéral et régional. Les salaires des fonctionnaires devraient être directement liés à l'efficacité de leurs activités, les agences de surveillance et de contrôle devraient être éliminées et les entreprises publiques devraient être vendues à des intérêts privés. En échange d'un contrôle sans fin, un système d'assurance contre les risques devrait être mis en place.

Optimisation de la législation économique et réforme du système judiciaire en vue de sa mise en œuvre équitable. Des mesures anticorruption strictes.

Attirer les investissements étrangers dans une économie nationale efficace et stimuler les exportations de haute technologie devrait être la base de la stratégie anticrise du gouvernement.

La nouvelle politique de migration devrait être fondée sur l'attraction de personnel hautement qualifié et sur la facilitation de l'obtention de la citoyenneté.

Le ministère des affaires étrangères, la législation douanière et la stratégie économique étrangère doivent s'efforcer de protéger les entreprises russes et leur expansion sur les marchés étrangers.

Un système efficace d'ascenseurs sociaux devrait être créé pour la jeunesse russe, et le système nécessaire d'assistance et de soutien devrait être créé pour les groupes socialement vulnérables.

Ensemble, c'est un minimum nécessaire pour la viabilité de l'État. De tout ce qui précède, les dirigeants russes ne font rien ou font exactement le contraire : ils étranglent les petites et moyennes entreprises, inventent des normes impensables et limitent leur pouvoir d'achat. L'appareil bureaucratique ne fait que croître, les lois se complètent et se compliquent, l'entreprise privée subit la pression des impôts, de l'arbitraire bureaucratique et des taux de crédit. Le gouvernement dans son ensemble fonctionne comme une bande d'impuissants qui simulent une activité orageuse devant le président mais sont complètement incapables de faire quoi que ce soit. Pour notre grand pays, c'est une honte et un désastre !

 

En conséquence, il n'y a que des dettes insensées des entreprises d'État et une élite complètement incapable. Tant que la sélection du personnel ne sera pas effectuée parmi des cadres expérimentés, il n'y aura pas de miracle économique et simplement pas de croissance. Ces personnes vont échouer à tout ce qui leur est assigné.

 

La seule solution est de former une élite nationale d'entrepreneurs patriotes qui élèvent des enfants ici, soutiennent leur pays et lui souhaitent la prospérité. C'est exactement ce dont a parlé Igor Shuvalov, le chef du VEB, en suggérant que la Constitution devrait consacrer le statut d'entrepreneurs "créant une nouvelle Russie". Mais une entreprise, avec tout son désir, ne peut pas le faire. Nous devrions être rejoints par des professionnels hautement qualifiés, des étudiants, des enseignants et des médecins, des fonctionnaires sobres et des militaires. Parce qu'en fin de compte, nous avons des buts et des objectifs communs : faire de la Russie un pays riche avec des citoyens heureux.

 

Je suis sûr que ce n'est qu'en s'unissant et en exerçant une légère pression sur les autorités que les entrepreneurs pourront contraindre les dirigeants à mettre en œuvre de puissantes réformes économiques. Croyez-moi, aucun des entrepreneurs ne souhaite que les événements biélorusses se répètent pour que les manifestations de Khabarovsk se retrouvent dans toutes les villes. Mais maintenant, nous nous enfonçons dans un abîme avec un marécage tout au fond, dont nous ne sortirons jamais !

 

Nous - la classe des entrepreneurs et des propriétaires - ne sommes pas intéressés par la révolution, nous ne voulons pas de prodrazverstka et de politique de communisme militaire. Nous sommes les premiers dans le pays qui s'intéressent au développement et à la croissance rapides ! C'est pourquoi le programme Kovalev est un programme pour sauver le pays !

 

Faites confiance aux entrepreneurs - et dans 5 à 10 ans, vous ne reconnaîtrez plus la Russie !

 

 

Andrey Kovalyov

 

Andreï Arkadyevitch Kovalyov (né en 1957) - homme d'affaires, personnage public et musicien russe. Leader du groupe de rock "Pilgrim". Il est connu comme auteur et interprète de chansons, animateur de télévision et de radio, producteur de musique, organisateur de festivals de rock. Propriétaire de la société de développement "Ecoofis", du projet "Sunflowers Art&Food" et du domaine Grebnevo. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: La Maison Blanche est le bâtiment du gouvernement russe à Moscou: 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_blanche_(Moscou)

Andrey Kovalyov : les entrepreneurs sont à la base du miracle économique russe (Club d'Izborsk, 29 septembre 2020)
Lire la suite

Or : action en justice contre l'ouverture de la première usine de cyanuration en Guyane (France Nature Environnement)

29 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Environnement

Lundi 07 septembre 2020

 

Exploitation sans autorisation, non-respect des prescriptions environnementales... depuis 2007, les installations d’Auplata situées à Dieu-Merci, en Guyane, enchaînent les non-conformités. Pourtant, par des régularisations successives, le Préfet de Guyane a, coup après coup, permis à Auplata d’exploiter son site. Il vient désormais de donner son aval à la société pour traiter son or au cyanure… Face aux problèmes récurrents observés sur le site et au danger que représente la mise en service de cette usine, les associations France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement saisissent le Tribunal administratif de Cayenne.

 

Tout commence en 2007 lorsque l’inspection des installations classées constate que la société extrait et traite illégalement par gravimétrie (procédé classique) des minerais d’or sur son site Dieu-Merci, en plein cœur de la forêt amazonienne. Au-delà du caractère illégal des installations, de nombreuses non-conformités liées aux normes environnementales et à la sûreté du site sont identifiées. Huit ans plus tard, après une période d’inertie et des sanctions financières, la société obtient en 2015 la régularisation administrative de son usine de traitement par gravimétrie. Par la même occasion, Auplata obtient l’autorisation de construire une usine de cyanuration, et ainsi accéder à la technique d’extraction à échelle industrielle.

Or, peu avant le démarrage de la phase test prévue en septembre 2018, les services de l’Etat constatent à nouveau des non-conformités : des importantes modifications par rapport au projet initial, avec notamment un design de l’usine très différent de celui prévu par l’arrêté de 2015. Malgré cela, la préfecture avalise en novembre 2019 ce dangereux projet en conditionnant le démarrage de l’usine à de simples prescriptions complémentaires, tout en autorisant une augmentation significative des quantités de cyanure stockées.

C’est ainsi que 13 ans après le constat de son exploitation illégale, la société Auplata, cotée en bourse, a fièrement annoncé le lancement dès 2020 de la première usine de cyanuration sur le sol guyanais. Par ailleurs, la société a pu obtenir en mai dernier un crédit d’impôt du gouvernement de 5,8 millions d’euros.

Le cyanure est utilisé dans l’industrie aurifère malgré ses effets potentiellement catastrophiques et irréversibles sur l’environnement. C’est un composé chimique extrêmement toxique à tous ses stades de manipulation (transport, stockage, utilisation). Rejeté dans le milieu naturel, il provoque instantanément l’asphyxie des organismes vivants ainsi qu’un violent déséquilibre des écosystèmes. Cette technologie a d’ailleurs manqué d’être interdite dans l’industrie aurifère, d’abord par une résolution votée par le Parlement européen en 2010, puis une proposition de résolution à l’Assemblée Nationale en 2018 et une proposition de loi en 2019 au Sénat.

Le site de Dieu-Merci se trouve à 5 kilomètres en amont de la Réserve Naturelle Nationale de la Trinité, 3ème plus grande réserve naturelle terrestre de France. Plusieurs espèces animales et végétales remarquables ont d’ailleurs été répertoriées sur ce secteur. Avec les effets du changement climatique qui amplifient l’intensité et la fréquence des épisodes pluvieux, le risque de rupture de digue est fort en Guyane. Une catastrophe sur l’usine d’Auplata aurait des conséquences désastreuses pour ces milieux.

« Lorsque l’on sait que depuis 25 ans, une trentaine d’accidents liés aux résidus cyanurés ont été répertoriés, notamment chez notre voisin brésilien, et que ce même procédé a fait l’objet de vives oppositions lors du débat public de Montagne d’Or, il est incompréhensible que la Préfecture de Guyane autorise le démarrage de cette industrialisation dans de telles conditions, mettant à risque les milieux naturels et la santé des populations » s’indigne Manouchka Ponce, coordinatrice de Guyane Nature Environnement.    

Lisez ici la suite de l'article: 

https://www.fne.asso.fr/node/514788

Lire la suite

Donald Trump nomme la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour Suprême des États-Unis

27 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique

Donald Trump nomme la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour Suprême des États-Unis

"Le président américain Donald Trump a jeté son dévolu sur la juge conservatrice Amy Coney Barrett pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des Etats-Unis, le tribunal de dernier ressort juridique américain. «Aujourd'hui c'est mon privilège de nommer une de plus brillante et plus douée magistrate du pays à la Cour suprême. C'est une femme aux réussites inégalées, à la grande intelligence, et d'une loyauté inflexible à la Constitution», a déclaré Donald Trump depuis la Maison Blanche ce 26 septembre. «J'aime les Etats-Unis et j'aime la Constitution des Etats-Unis», a déclaré Amy Coney Barrett lors d'une brève allocution au cours de laquelle elle a rendu un hommage appuyé à Ruth Bader Ginsburg. Magistrate à la cour d'appel des Etats-Unis, cette catholique pratiquante, personnellement opposée à l'avortement et mère de sept enfants, apparaît comme un choix stratégique dans l'optique de galvaniser l'électorat religieux conservateur de Donald Trump, à quelques semaines de l'élection présidentielle. Surtout, la magistrate pourrait inscrire durablement la Cour suprême du côté des républicains, qui disposeraient de 6 représentants, contre 3 pour les démocrates."
 

RT France : https://francais.rt.com/international/79146-loyaute-inflexible-constitution-trump-nomme-amy-coney-barrett-cour-supreme

Bravo Madame, nous vous souhaitons tout le succès possible face au serpent démocrate-mondialiste-transhumaniste !

L'écrivain russe orthodoxe Israël Shamir sur Amy Coney Barrett:

"Trump didn’t flinch. He chose the good-looking Amy Barrett to replace the departed witch in the Supreme Court. What a difference! A devout Catholic instead of an atheist Jew; a flourishing wife and mother of seven instead of a childless bossy harridan keen on same-sex marriages and abortions; summer instead of winter. He made this choice even as liberal-feminist America was still bewailing Ruth Bader Ginsburg, sobbing loudly. Her funeral was impressive, nay, unprecedented. In my native Russia, only Stalin was seen off with such pomp. RBG was as ugly as her deeds (beauty and ugliness count, as Oscar Wilde explained); probably nobody in history exceeded her contribution to destroy the family, to profane marriage, to slaughter children. She took feminism to its radical extreme: after her recent visit to Israel (she didn’t like the country) she said that Israeli women are discriminated like blacks under Jim Crow laws. She felt sorry for Israeli judges who are pensioned off at 70, instead of serving for life, till 87 in her case."

https://www.unz.com/ishamir/trump-did-not-flinch/

Traduction:

"Trump n'a pas bronché. Il a choisi la belle Amy Barrett pour remplacer la sorcière disparue à la Cour suprême. Quelle différence ! Une catholique fervente au lieu d'une juive athée ; une femme épanouie et mère de sept enfants au lieu d'une harpie autoritaire sans enfants, avide de mariages entre personnes du même sexe et d'avortements ; l'été au lieu de l'hiver. Il a fait ce choix alors même que l'Amérique libérale-féministe pleurait encore Ruth Bader Ginsburg, en sanglotant bruyamment. Ses funérailles ont été impressionnantes, voire sans précédent. Dans ma Russie natale, seul Staline a été vu avec un tel faste. La RBG était aussi laide que ses actes (la beauté et la laideur comptent, comme l'expliquait Oscar Wilde) ; probablement personne dans l'histoire n'a dépassé sa contribution à la destruction de la famille, au mariage profane, au massacre des enfants. Elle a poussé le féminisme à l'extrême : après sa récente visite en Israël (elle n'aimait pas le pays), elle a déclaré que les femmes israéliennes étaient discriminées comme les Noirs en vertu des lois Jim Crow. Elle s'est sentie désolée pour les juges israéliens qui sont mis à la retraite à 70 ans, au lieu de servir à vie, jusqu'à 87 ans dans son cas."

Vitrail Notre-Dame de la Belle Verrière. Cathédrale de Chartres (France)

Vitrail Notre-Dame de la Belle Verrière. Cathédrale de Chartres (France)

Lire la suite

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

26 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Le Professeur Peronne, médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français (chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital de Garches), spécialisé dans le domaine des pathologies tropicales et des maladies infectieuses émergentes, et ancien président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique.

19:42: "On fait peur aux Français, tout cela c'est un peu de la manipulation de masse, et je suis très inquiet parce que je trouve qu'il y a une dérive grave: on ne peut pas utiliser une pandémie pour manipuler les gens pour des raisons politiques et économiques."

22:14:  (à propos du port du masque obligatoire) " Là, c'est du délire profond, il n'y a aucune base scientifique, c'est du grand n'importe-quoi, et puis je pense que maintenir toute une population - ils nous disent qu'ils vont laisser le masque pendant des semaines, des mois, il y a des experts infec tieux qui ont dit il y en a pour un an et demi-deux ans, ILS VEULENT OBLIGER TOUS LES FRANÇAIS À PORTER LE MASQUE POUR LES FAIRE CRAQUER POUR QU'ILS SUPPLIENT POUR AVOIR LE VACCIN, pour moi cela me paraît clair."

32:20: "Le ministre ne fait pas la différence entre lien d'intérêt et conflit d'intérêt".

35:18: "Moi, je demande à tout Français de demander à la CADA (Commission d'accès aux documents administratifs) l'enregistrement et les compte-rendus des séances du Haut Conseil de la Santé Publique qui a fait interdire l'hydroxychloroquine. Moi, j'aimerais avoir ces enregistrements. S'ils n'ont pas eu lieu, c'est qu'ils étaient hors-la-loi. Et ne je comprends pas comment le Conseil d'État a balayé d'un revers de main les recours des avocats. Ce n'est pas normal, c'est hors-la-loi."

https://www.cada.fr/administration/la-communication-des-documents-administratifs

37:27 "L'industrie pharmaceutique est la plus grande source de corruption dans le monde."  (ONU)

38:13 "Les marges bénéficiaires (de l'industrie pharmaceutique) sont colossales."

39:10 "Certains (médecins) sont manipulés pour des traitements -tout le monde sait très bien qu'ils ne marchent pas très bien- mais qui sont des vaches à lait pour l'industrie."

42:33 " (la corruption) prend des proportions planétaires... on s'aperçoit qu'on est complètement manipulés.

54:39 "Le gouvernement est complice de tout cela... les Français vont se révolter... ce n'est que le début".

58:53 Accusé par certains d'être "complotiste", le Pr Pérronne répond: "Je pense, donc je suis "complotiste".

100 "Les grands médias sont sous influence".

101: la manipulation de l'information.

 

JE PENSE, DONC JE SUIS "COMPLOTISTE" !

Pr. Perronne

 

Pour aller encore plus loin avec le Pr Perronne, son interview sur Sud Radio:

https://tvs24.ru/pub/watch/1992/c-est-une-attaque-frontale-contre-le-peuple-le-peuple-fran-ais-doit-se-r-volter-pr-christian-perronne-chef-de-service-des-maladies-infectieuses-l-h-pital-de-garches/

Et ici, il est l'invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde et où il déclare: "La médecine française est tombée dans le caniveau", "Je ne peux pas accepter qu'on joue avec la santé des Français"...

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19
Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

Professeur Christian Perronne:

Y a-t-il une erreur qu'ILS n'ont pas commise ? Covid-19: l'union de l'incompétence et de l'arrogance

Albin Michel, 2020.

https://www.albin-michel.fr/ouvrages/y-a-t-il-une-erreur-quils-nont-pas-commise-9782226455185

 

"Erreur" est-il bien le mot qui convient ? La politique du pouvoir français et des mondialistes qui sont derrière n'est-elle pas totalement consciente et délibérée ?

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

"La maladie de Lyme, cette étrange infection déclenchée par une piqûre de tique, peut provoquer dermatoses, arthrites et jusqu’à des atteintes neurologiques.

Pourquoi les patients sont-ils souvent abandonnés à leur souffrance ? Pourquoi ne traite-t-on pas plus efficacement cette maladie alors que des solutions thérapeutiques existent ?

Le professeur Perronne, médecin et chercheur de renom, le premier à avoir sensibilisé les pouvoirs publics, raconte dans ce livre de manière claire et précise tout ce qu’on sait aujourd’hui de cette maladie et comment la guérir. Il répond également aux multiples interrogations de ceux, de plus en plus nombreux, qui sont concernés par cette affection. 

Ce livre nous aide aussi à mieux comprendre et à savoir soigner cet ensemble de maladies mal connues dues à des infections cachées, comme la maladie de Lyme.

La vérité sur l’histoire de la maladie de Lyme et des infections cachées expliquée par le plus grand médecin spécialiste de ces maladies.

Le professeur Christian Perronne est chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, faculté de médecine Paris-Île-de-France-Ouest. Il a été président de plusieurs instances médicales et scientifiques, notamment du Collège des professeurs de maladies infectieuses et tropicales. Il a été vice-président d’un groupe d’experts sur la vaccination à l’Oms. "

https://www.odilejacob.fr/catalogue/medecine/medecine-generale/verite-sur-la-maladie-de-lyme_9782738135094.php

 

Entretiens avec le Pr Perronne au sujet de la maladie de Lyme. A l'entendre, on comprend qu'en France, on ne soigne pas les vraies maladies comme Lyme, mais on installe la terreur pour des fausses pandémies comme le COVID, dont les conséquences vont être mortelles pour la population et pour la société. Tout cela obéit à la même logique de corruption:
 
 
 
Le deuxième entretien (2017) est très détaillé. On se demande quand même si la maladie de Lyme touche surtout les personnes qui ont une immunité faible, puisque des chasseurs ou des personnes qui vont beaucoup en forêt et dans la nature peuvent être piquées par des tiques depuis des années sans avoir le moindre problème, comme c'est mon cas. Est-ce lié au mode de vie de plus en plus urbain et aseptisé de la plupart des gens ? Il semble que le développement de la maladie de Lyme est lié à l'exploitation industrielle des forêts qui a bouleversé l'habitat et le mode de vie des tiques et des bactéries qu'elles hébergent. Une virulence accrue des troubles et des maladies transmises par les tiques et un système immunitaire affaibli chez les humains urbanisés sont pour moi les deux coordonnées du problème.
 
POC
 
Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

Manifestation à Londres le 26 septembre 2020.

Source: RT: https://francais.rt.com/international/79142-resistance-devient-devoir-manifestation-contre-restrictions-anti-covid-londres

 

QUAND LA LOI DEVIENT UNE TYRANNIE,

LA RÉSISTANCE DEVIENT UN DEVOIR.

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19
Lire la suite

Nikolay Starikov : L'unification de la Biélorussie et de la Russie devrait renforcer notre peuple, et non lui créer de nouveaux problèmes. (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)

26 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Nikolay Starikov : L'unification de la Biélorussie et de la Russie devrait renforcer notre peuple, et non lui créer de nouveaux problèmes.  (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)
Nikolay Starikov : L'unification de la Biélorussie et de la Russie devrait renforcer notre peuple, et non lui créer de nouveaux problèmes.  (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)

Nikolay Starikov : L'unification de la Biélorussie et de la Russie devrait renforcer notre peuple, et non lui créer de nouveaux problèmes.

 

25 septembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19956

 

 

Après son investiture, Alexandre Loukachenko a dû faire face au refus de l'Occident de le reconnaître comme le président légitime de la Biélorussie.

 

Selon le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, l'élection présidentielle du 9 août n'a été ni libre ni équitable, et ses résultats ont été falsifiés. Un représentant du Département d'État américain a fait une déclaration similaire la veille. Une déclaration similaire a été faite par le Bureau britannique du Forin, accusant le président biélorusse de procéder à une investiture secrète.

 

Loukachenko a qualifié la forme de la cérémonie d'affaire intérieure à la Biélorussie. Mais l'investiture a effectivement eu l'air étrange. Les invités présents à la cérémonie ont été convoqués dans la précipitation au Palais de l'Indépendance, ont  dit les médias. Dans la soirée, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues des villes biélorusses. Ils ont été dispersés à l'aide de canons à eau. Environ 150 personnes ont été détenues.

 

- Il semble que l'Occident fasse une croix sur Loukachenko. Son seul allié loyal est Moscou. N'est-il pas temps que le district fédéral biélorusse apparaisse en Russie ?

 

- En tant que patriote, je pense que certaines parties du peuple russe brisé devraient s'unir. Avoir plusieurs États est un "luxe géopolitique" inacceptable lorsque d'autres centres de pouvoir s'unissent. Mais il existe une pratique politique. L'unification de la Biélorussie et de la Russie devrait renforcer nos peuples, et non leur créer de nouveaux problèmes. Elle doit donc avoir lieu sous la forme et au moment où nous en tirerons le maximum d'avantages et le minimum de conséquences négatives.

 

- Et quelles sont les conséquences négatives d'un acte aussi merveilleux ici ?

 

- Loukachenko n'a pas joué la carte de la gratuité, il a montré qu'il n'allait pas partir et qu'il n'avait peur de personne. Veuillez noter qu'il a procédé tôt à l’investiture, bien qu'il ait eu suffisamment de temps jusqu'au 5 novembre. Certaines personnes attendaient que Loukachenko signe certains accords pendant cette même période, car alors qu'il agit sous l'autorité du mandat précédent. Ainsi, il a montré qu'il ne se souciait pas de ce qu'ils pensaient à l'Ouest.

 

Il est clair que l'Occident procédera à partir de la négation de la légitimité de Loukachenko, et donc de la légitimité de toutes ses démarches, de tous les documents signés par lui. Il est évident qu'aujourd'hui l'annonce de l'unification de la Biélorussie et de la Russie sera annoncée comme non légitime à l'Ouest. C'est d'ailleurs ce que montrent les politiciens occidentaux avec leurs dernières déclarations. La décision d'intégration doit être prise sur la base des réalités politiques. Sommes-nous prêts à la non-reconnaissance, au renforcement de la confrontation ?

 

Il y a un autre facteur. Nous voyons en fait les émeutes de masse en Biélorussie. Nous devons faire quelque chose. De plus, dans le champ de force. Et il y aura ceux qui, en Russie, protesteront...

 

Et enfin et surtout. De toute évidence, la décision de s'unir du côté biélorusse est prise par Loukachenko. Et il veut s'unir ? J'ai des doutes. En tant que président d'un État ayant deux langues nationales, le biélorusse et le russe, Loukachenko a lu son discours inaugural en biélorusse, puis est passé au russe, où il a communiqué avec l'armée et l'élite politique. Le "multi-vecteur" dans sa pire version est à nouveau devant nous.

 

Nikolai Starikov

https://nstarikov.ru

Nikolai Viktorovich Starikov (né en 1970) - célèbre écrivain, publiciste. Fondateur et dirigeant de l'organisation publique "Patriots of the Great Fatherland" (Défense aérienne). Membre permanent du Club d’Izborsk

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Nikolay Starikov : L'unification de la Biélorussie et de la Russie devrait renforcer notre peuple, et non lui créer de nouveaux problèmes.  (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)
Lire la suite

Vladimir Ovtchinsky : Angela Davis, miroir de la révolution rouge-noir (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)

25 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Vladimir Ovtchinsky : Angela Davis, miroir de la révolution rouge-noir

25 septembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19955

 

 

La Fondation Ford comme sponsor des groupes de protestation de gauche

 

George Soros est souvent accusé de financer la plupart des manifestations en Amérique qui conduisent au chaos, au pillage et aux troubles au nom de la "justice sociale". Mais en fait, selon les sites américains The Federalist. com et NaturalNews. com, Joe Biden et Kamala Harris, qui soutiennent ces émeutes, sont liés à une organisation connue sous le nom de Fondation Ford. C'est cette fondation qui finance activement Black Lives Matter (BLM) et l'extrémisme antifa dans toute l'Amérique.

 

La Fondation Ford, la deuxième plus grande fondation privée d'Amérique, a jusqu'à présent investi des dizaines de millions de dollars dans des groupes qui ont déclaré avoir pour objectif de "détruire le système pour promouvoir la justice sociale", comme l'indique sa base de données de subventions.

 

Parmi les membres clés de la Fondation Ford figurent non seulement Biden et Kamala, mais aussi Maya Harris, la soeur de Kamala, ainsi qu'Alex, ancien président de la campagne de Kamala et ancien vice-président de la Fondation Ford Cristobal, aujourd'hui conseiller principal de Biden.

 

Certains des cadres supérieurs d'Obama sont maintenant des dirigeants de la Fondation Ford, dont Taara Rangarajan, actuelle chef de l'administration de la Fondation Ford et conseillère d'Obama pour la sécurité nationale de 2013 à 2016. Avant cela, Rangarajan a été l'assistante spéciale de Susan Rice lors de l'incident de Benghazi.

 

Xavier de Souza Briggs, qui a été le directeur adjoint d'Obama au sein du Bureau de la gestion et du budget, est désormais également en charge de la Fondation Ford.

 

La Fondation Ford a fourni d'énormes injections de fonds à de nombreuses organisations communistes pour alimenter les troubles civils. Les dirigeants du World Workers Party (WWP) ont reçu des fonds pour former la Southern Vision Alliance (SVA), un mouvement d'activistes qui a alimenté les émeutes devant l'Assemblée nationale républicaine à Charlotte.

 

Peu après que ce collectif de militants ait reçu 200 000 dollars d'Obama par le biais de la Fondation Ford, ils se sont rendus presque immédiatement à Durham, en Caroline du Nord, et ont démoli le monument historique. Nombre d'entre eux ont été arrêtés à la suite de cette opération, mais ils ont été défendus gratuitement devant les tribunaux par des avocats de la Coalition du Sud pour la justice sociale, qui est également bénéficiaire d'une subvention de la Fondation Ford.

 

En d'autres termes, avec les revenus apparemment illimités de la Fondation Ford, ces soi-disant activistes continuent de "protester" - c'est-à-dire de détruire des biens, de faire des ravages et de semer la pagaille dans les rues d'Amérique.

 

Divers groupes marxistes-léninistes bénéficient également de la Fondation Ford, dont Dream Defenders, un groupe dirigé par Philip Agnew, conseiller principal de Bernie Sanders, qui cherche à "libérer les criminels de prison et mettre fin au système capitaliste aux États-Unis".

 

Selon la base de données des subventions, la Fondation Ford a alloué plus de 1,1 million de dollars à Dream Defenders, et nombre de ses militants utilisent cet argent pour faire campagne en faveur des maires démocrates, des procureurs et des avocats de l'État, en particulier en Floride, où des efforts sont déployés pour libérer des criminels endurcis de la prison.

 

Dream Defenders a été pris en train de fermer des ponts à travers la Floride lorsque des milliers de passagers ont été pris en otage pendant l'heure de pointe. Ils ont également bloqué les entrées des quartiers résidentiels et fomenté autant de "troubles civils" qu'ils ont pu.

 

Marche de gauche du BLM.

 

Des entreprises internationales, des organisations caritatives et des particuliers font des dons de dizaines de millions de dollars à BLM. Une enquête récente du centre de recherche Pew a montré que plus des deux tiers des Américains soutiennent le mouvement BLM.

 

Les experts de l'institut GATESTONE du Conseil de politique étrangère des États-Unis sont confiants dans le programme anti-américain du BLM, qui, sous couvert de lutte contre le racisme, cherche à transformer les États-Unis en une dystopie communiste. Les dirigeants du BLM admettent ouvertement qu'ils veulent détruire la famille nucléaire - papa/maman, la police, les prisons et le capitalisme.

 

Les dirigeants du BLM ont menacé de "brûler le système" si leurs demandes ne sont pas satisfaites, et forment également des milices noires.

 

Le BLM a emprunté l'essentiel de son programme à des groupes radicaux de gauche opérant aux États-Unis dans les années 1960 et 1970. Le BLM est un descendant idéologique du Black Force Movement, des Black Panthers, de l'Armée de libération noire et du Weather Metropolitan qui ont cherché à renverser le système politique américain.

 

L'innovation BLM se compose de deux parties :

 

1) Elle a utilisé avec succès les politiques d'intersectionnalité (théorie de l'intersection de différentes formes ou systèmes d'oppression et de discrimination) et d'identité pour générer un large éventail de plaintes qui vont bien au-delà de la race, y compris la classe sociale, l'identité de genre, l'orientation sexuelle, la religion, le statut d'immigration et d'autres marqueurs d'identité - garantissant que la BLM offre quelque chose à toute personne qui se dit victime ;

 

2) Elle a utilisé avec succès les médias sociaux pour provoquer l'hystérie de la foule et canaliser la colère du public dans un mouvement politique largement couvert en ligne.

 

Le BLM soutient un vaste réseau de groupes marxistes dont les revendications coïncident souvent avec celles des anarchistes d'Antifa, dont beaucoup utilisent les concours de protestation du BLM pour alimenter le chaos et la destruction.

 

La Fondation Ford, ainsi que des intermédiaires tels que Thousand Currents, Northern Charity et l'Alliance for Global Justice, ont fourni des dizaines de millions de dollars au BLM et au Black Life Movement, un groupe de coordination des activités du BLM.

 

Le BLM est un mouvement anticapitaliste révolutionnaire déguisé en mouvement des droits civiques. L'accent mis sur les questions raciales est un écran de fumée pour un effort beaucoup plus vaste visant à démanteler complètement les systèmes économiques, politiques et sociaux américains et à les restaurer à partir de zéro - conformément aux principes marxistes.

 

Les slogans du BLM :

 

"La seule chose qui puisse régler ce problème est une RÉVOLUTION. Les élections ne sont pas des révolutions". - Tanya Faison, co-fondatrice de BLM Sacramento, 5 mars 2020 ;

 

"Les révolutions se produisent plus d'une fois dans une vie ; puisse-t-il y avoir d'innombrables révolutions à notre époque vers la libération des noirs" - BLM Toronto, 24 mars 2019 ;

 

"D'étranges noirs travaillent à rapprocher le mouvement noir élargi d'une idéologie qui est traversée". - Patrissa Callors, co-fondatrice du BLM, le 8 mars 2018 ;

 

"Nous luttons contre une société patriarcale blanche de supériorité. C'est pourquoi vous avez besoin de femmes noires pour le combattre". - Shamell Bell, militant du BLM, 9 novembre 2015 ;

 

"Nous devons absolument nous occuper de la façon dont le capitalisme nous exploite, et de la façon dont le capitalisme exploite les Noirs en particulier". - Melina Abdullah, co-fondatrice de BLM Los Angeles, 23 juin 2020 ;

 

"Le capital peut et doit être utilisé pour financer l'indépendance vis-à-vis du capitalisme et la transition vers la communauté. Mais le capital et le capitalisme ne devraient pas être l'objectif de la construction d'une communauté... Le dollar noir est formidable... mais considérons l'argent uniquement comme un instrument de libération par le biais d'une communauté, et non du capitalisme. - Tanya Faison, co-fondatrice de BLM Sacramento, 31 janvier 2020.. ;

 

"Si ce pays ne nous donne pas ce que nous voulons, nous brûlerons ce système et le remplacerons. D'accord ? …. Je veux juste la libération des Noirs et la souveraineté des Noirs. Par tous les moyens nécessaires". - Hank Newsome, militant du BLM, le 25 juin 2020.. ;

 

"C'est une rébellion. Le soulèvement Le soulèvement". - Melina Abdullah, co-fondatrice de BLM Los Angeles, 31 mai 2020.

 

Angela Davis repositionne sa marque.

 

Lorsque les manifestants du BLM, ainsi que d'autres groupes rouges et noirs, ont écrasé le service de police de Seattle et expulsé des policiers, ils ont accroché un portrait à l'entrée du service ... Angela Davis.

Vladimir Ovtchinsky : Angela Davis, miroir de la révolution rouge-noir (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)

Les révolutions ont besoin de symboles, surtout quand elles sont vivantes. La biographie d'Angela Davis, l'héroïne politique des années 70, a été racontée à de nombreuses reprises dans différentes interprétations. Ces dernières années, elle a continué à se définir comme une radicale de gauche en termes de croyances, mais elle a mené un mode de vie digne de son âge et de son statut de professeur d'histoire à l'université de Californie à Santa Cruz. Elle a même été représentée sur les couvertures de magazines glamour.

Vladimir Ovtchinsky : Angela Davis, miroir de la révolution rouge-noir (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)

Depuis le début des manifestations estivales aux États-Unis, sa vie a changé du tout au tout. Comme dans sa jeunesse, elle prend la parole lors de rassemblements, donne souvent des interviews, où elle enseigne l'esprit de la jeunesse révolutionnaire.

 

Une question se pose : Angela Davis - fait-elle partie d'un projet général de mise en place d'un champ de bataille américain afin de réinitialiser Trump ? Ou bien quelqu'un secoue les États-Unis au niveau mondial pour atteindre d'autres objectifs ?

 

Trump suscite l'hystérie, la panique. Son discours à l'ONU avec les attaques contre la Chine en est la preuve. L'entourage de Trump menace d'appliquer les lois anti-mafia (lois RICO) aux manifestants, de les priver de leurs avantages, de ne pas apporter d'aide financière fédérale aux métropoles (New York, Seattle, Portland) qui ont fait des concessions au BLM et à l'Antifa. Mais ces déclarations ne font qu'élargir les rangs des manifestants et élever la barre des revendications sociales.

 

Les démocrates qui dirigent un projet de gauche à des fins électorales sont des types dangereux. Et ils ne connaissent pas très bien l'histoire russe.

 

Sergei Vasilyevich Zubatov, qui a inventé et mis en œuvre le concept de "socialisme policier", s'est finalement suicidé après la révolution de février 1917 lorsqu'il a réalisé qu'il avait étendu le mouvement révolutionnaire en Russie.

 

Garik Sukachev à Angela Davis Liberty. 7 mars 2009. Vidéo de la chanson : Angela Davis Must Be Free - Vidéo de Garik Sukatchev de http://www.netcompas.info/.

Vladimir Ovchinsky

Vladimir Semenovich Ovchinsky (né en 1955) - criminologue russe bien connu, général de police à la retraite, docteur en droit. Il est un avocat honoré de la Fédération de Russie. Ancien chef du bureau russe d'Interpol. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Valery Korovin : Donner de l'espoir au monde (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)

25 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Valery Korovin : Donner de l'espoir au monde.

25 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19954

 

 

Les journalistes qui m'ont appelé la veille du discours de Vladimir Poutine à l'ONU ont dit qu'ils attendaient le discours principal du président et ont demandé ce que le président pouvait dire exactement pour le 75 ème anniversaire de l'organisation, étant donné les changements qui se sont produits dans le monde au cours de ces décennies. J'ai trouvé intéressant de soulever une telle question.

 

En effet, le monde a changé au point d'être méconnaissable depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'ONU a été créée. Et il m'a semblé que le président devrait dire quelque chose de spécial, d'incroyable, d'historique à cet égard, quelque chose dont on se souviendra pendant des années, comme le discours de Churchill à Fulton ou le discours de Poutine lui-même à Munich.

 

Je me suis tellement emporté en y pensant que j'ai même décidé de regarder le spectacle lui-même. Ce que j'ai entendu, je dois le dire, n'a pas répondu à toutes mes attentes, et pas seulement à la mienne, me semble-t-il maintenant. En écoutant le président, j'ai été intérieurement agacé - comment ceux qui écrivent des discours au président ne remarquent pas que l'architecture du monde des transformations mondiales est significative et change de manière significative. Pourquoi ne prêtent-ils pas attention à ce qui va déterminer l'histoire de l'humanité pendant des décennies, et, au contraire, tant d'attention est accordée à des bagatelles insignifiantes, à des épisodes et à des sujets tiers, à leur caractère ennuyeux, à leur durée et à leur manque d'intérêt.

 

Un peu déçu au début, puis une fois de plus humilié dans ma fierté, j'ai pensé à la difficulté qu'éprouvent les conseillers et les assistants présidentiels à préparer les discours du chef de l'État, car ils doivent trouver un équilibre entre, d'une part, les attentes élevées qui sont adressées aux paroles de notre président, et d'autre part - les conséquences, sous la forme de la nécessité de mettre en œuvre tout ce que le président a dit alors.

 

Bien qu'il soit clair que tout ce qui a été dit ne se réalise pas, ne serait-ce que parce que tout n'est pas possible en principe - à cause du sabotage des fonctionnaires - les saboteurs, à cause de l'entropie interne, à cause de la résistance extérieure. Cependant, ce discours du président ne se contente pas de faire des promesses, il fixe également les vecteurs du développement historique. Et que ce soit consigné dans le compte rendu, les Nations unies ne doivent pas déclarer une vision stratégique de l'image future du monde - telle qu'elle est présentée au président, comment le développement mondial est perçu par la Russie, comment l'avenir est perçu par le monde russe, au nom de l'État russe et de l'homme russe.

 

En y réfléchissant, j'ai commencé à imaginer que je proposerais au Président comme thèse pour parler à l'ONU. Il est clair que le discours a déjà eu lieu et que ce qui a été dit est dit, mais qu'en est-il si nous y revenons sous la forme d'un genre d'histoire alternative aussi à la mode. Il y a donc quelque chose à prendre en considération lorsqu'on imagine un discours imaginaire.

 

Premièrement, il me semble qu'il était extrêmement important que notre président déclare l'inévitabilité de la construction d'un monde multipolaire, et deuxièmement, qu'il déclare la Russie comme le centre de la civilisation eurasienne. C'est ce qui devrait être fixé dans le format de l'ONU, qui a été créée en son temps comme une institution pour fixer le monde bipolaire qui a émergé après la Seconde Guerre mondiale, mais pas immédiatement, mais juste après le discours de Churchill Fulton déjà mentionné, qui a initié la guerre froide.

 

Oui, nous avons perdu la guerre froide, oui, nous avons permis l'émergence du monde unipolaire. "Mais maintenant, à ce moment historique, le projet unipolaire est en train de s'achever. La question de l'alternative est aiguë, il est donc temps de déclarer cette alternative - c'est un ordre mondial multipolaire juste", pourrait dire notre président. Et la Russie a sa propre place dans ce monde. "Car la Russie est le centre de la civilisation eurasienne", ce qu'il serait extrêmement important de dire une fois de plus à Poutine dans son discours aux Nations Unies.

 

Nous pourrions ici développer un peu cette idée, en prêtant une fois de plus attention au fait que "l'Amérique n'est plus le seul pôle de la politique mondiale (comme l'a déjà dit Poutine lors du discours de Munich mentionné ici en 2007), mais un des nombreux pôles de civilisation". Et que "la politique mondiale devrait être basée sur la parité des civilisations, dont l'une est la civilisation américaine" (c'est-à-dire l'Amérique du Nord). Mais il y a aussi l'Amérique latine, en tant que civilisation particulière, avec son histoire, sa culture et son image de l'avenir (et non comme "arrière-cour" des nouveaux États-Unis). Il y a l'Eurasie, avec la Russie en son centre - Eurasian Heartland, si l'on utilise des termes géopolitiques. Il y a un monde arabe, spécial, différent en tout de l'Occident. Il y a la région Asie-Pacifique, dont le centre est la Chine, qui se renforce. Il y a l'Inde en tant qu'État de civilisation, et l'Europe ou l'Euro-Afrique (cette notion existe en géopolitique).

 

"Toutes ces civilisations sur la base du consensus et devraient déterminer le sort de l'humanité, ce qui est la base d'un ordre mondial multipolaire" - le président pourrait le dire, en se disant : "Mais ce n'est pas Washington, qui a déjà l'habitude de procéder volontairement à partir de ses seules priorités, en déclarant tout le "reste" du monde une zone de ses intérêts stratégiques, qui décidera comment vivre l'humanité.

 

"L'approche unilatérale dans la définition des priorités mondiales ne correspond plus à la réalité, elle est inadaptée aux processus mondiaux en cours, comme je l'ai noté dans mon discours à Munich" - avec toute sa modestie pourrait dire le président russe, et de cette déclaration sur le dos des habitants de Washington devrait courir un frisson.

 

De plus, il a été possible de préciser que la pandémie de coronavirus a finalement mis un terme au projet unipolaire, et qu'il était temps pour l'Amérique de se mettre au travail. Il est très important de stipuler que le nouveau monde ne peut plus être bipolaire, et l'ONU elle-même est donc une sorte de rudiment. C'est un vestige du monde bipolaire qui ne correspond pas à l'image objective et à l'état des choses. C'est pourtant ce qu'ont dit Madame la Chancelière allemande et, semble-t-il, le Premier ministre indien. Mais le monde n'est plus unipolaire, ce qui semblait acquis jusqu'à un certain point, avant l'arrivée de Trump, par exemple, ou même avant le discours de Munich de Poutine.

 

"Le monde à venir sera multipolaire, ce modèle est plus stable, il a beaucoup moins de pôles que le nombre d'États-nations, mais beaucoup plus qu'un" - c'est ce que notre président a pu dire lorsqu'il a suggéré les réformes nécessaires à l'ONU elle-même. "Et c'est l'avenir de l'humanité, qui doit être considéré comme acquis" - c'est ainsi que les transformations mondiales qui se déroulent sous nos yeux ont pu être enregistrées.

 

Désormais, la position de la Russie devrait être offensive, puisque nous avons défendu notre souveraineté, nous nous sommes trouvés au centre de l'intégration eurasienne, nous avons rendu la Crimée, nous avons repoussé la Biélorussie, et nous devrions donc continuer à agir uniquement dans ce sens. Il est déjà trop tard pour battre en retraite. Il faut encore une fois hésiter, s'arrêter, hésiter - comment nous serons simplement tués, exclus de la politique mondiale en général. Nous devons donc agir. Et une telle offensive consiste en la formation du pôle eurasien comme centre de la civilisation eurasienne - un des pôles du futur, un monde multipolaire, durable, plus juste, émergeant sous nos yeux.

 

Au lieu d'une modeste proposition visant à préserver l'instrument du "droit de veto" au Conseil de sécurité de l'ONU, il aurait fallu parler de sa réforme. Il était nécessaire d'inclure de nouveaux membres, des États qui se trouvent au centre de leurs pôles de civilisation, et de fermer les États qui, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont perdu non seulement leur influence sur les processus mondiaux, mais aussi leur souveraineté, en se rendant complètement à leurs "partenaires" américains.

 

Bien sûr, dans l'ensemble, il n'y a pas de place au Conseil de sécurité des Nations unies pour ceux qui créent le plus grand nombre de dangers dans le monde en fomentant des guerres sans fin, en provoquant des conflits et des révolutions, en détruisant des États et en dispersant des gouvernements légitimes. Notre président aurait pu le dire sans citer de noms, car tout le monde aurait tout compris. Mais je pense que ce serait trop cool, même pour lui. Ce n'est pas encore le moment.

 

Le discours du président russe devrait donner de l'espoir au monde. L'espoir d'une alternative. Un monde sans "exclusivité" américaine. Un modèle de sécurité durable qui a le pouvoir de supporter les arrivistes qui pensent être les maîtres du monde. Un monde dans lequel les bénéfices sont distribués plus équitablement qu'à l'époque où une nation consomme 60 % du PIB mondial.

 

Poutine est l'homme que l'on regarde avec espoir aujourd'hui et à qui l'on confie des fonctions historiques, peu importe ce qu'il pense de lui-même. Cela signifie qu'il devrait parler avec plus d'assurance, assumer des tâches globales et stratégiques, et identifier les priorités qui peuvent sortir l'humanité de l'impasse unipolaire, où il a été pris par les porteurs de conscience adolescents qui pensent être des "durs". Poutine est celui qui peut faire bouger la situation du point mort en rendant irréversible l'alternative multipolaire. Cela signifie qu'il doit parler de l'essentiel, à grande échelle, historique, calme et confiant. Gardez cela à l'esprit pour l'avenir, messieurs les rédacteurs de discours du président.

 

 

Valery Korovin

 

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d'Izborsk. Pour plus d’informations…

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : Donner de l'espoir au monde (Club d'Izborsk, 25 septembre 2020)
Lire la suite

Les 40 règles de vie de Shams de Tabriz ou “Les 40 règles de l’amour”.

25 Septembre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Iran, #Lettres, #Philosophie, #Poésie, #Religion

Shams Tabrizi dans une copie d'environ 1503 des poèmes de son disciple Rumi, le Diwan-e Shams-e Tabrizi.

Shams Tabrizi dans une copie d'environ 1503 des poèmes de son disciple Rumi, le Diwan-e Shams-e Tabrizi.

Shams ed Dîn Tabrîzî, Chamseddine Tabrizi ou Shams-e Tabrîzî  (en persan : شمس تبریزی).

 

Mystique iranien soufi né à Tabriz en Azerbaïdjan iranien et mort en 1248. Il est responsable de l'initiation de Jalâl ud Dîn Rûmî, aussi connu sous le nom de Rûmî, Mevlana ou Molana au mysticisme islamique, et a été immortalisé par le recueil de poèmes de Rumi intitulé Diwan-e Shams-e Tabrîzî (« Les travaux de Shams de Tabriz »). Shams et Rûmî vécurent ensemble à Konya, aujourd'hui en Turquie, pendant plusieurs années, et on sait aussi qu'il a voyagé à Damas, actuellement en Syrie. Certains pensent qu'il serait mort assassiné par des disciples de Rûmî. (Wikipedia).

 

(…) Dès son enfance, Shams commence à manifester un comportement étrange, qui va creuser un véritable fossé entre lui et sa famille. Il ne participe pas aux jeux des autres enfants. Le père est inquiet de cette particularité, le fils est soucieux de cette inquiétude : « J’étais étranger dans ma ville, mon père était étranger à moi, mon cœur l’évitait. » [4] Mowlavi aussi se plaint, dans Fih mâ Fih, du même sentiment d’éloignement et d’étrangeté qu’il éprouvait lui-même par rapport à son entourage : « Rien n’était, dans notre pays, plus honteux que la poésie. » [5] Shams ne tolère pas cette dissemblance. Il se considère comme un canard dont l’œuf a été donné par mégarde à un autre oiseau. Et maintenant, le fils veut rejoindre l’élément liquide, l’eau, comme l’oiseau marin qu’il est, et le père doit accepter cette vérité, même si elle lui est douloureuse. Shams s’adresse ainsi à son père : « Ô père ! Je vois la mer qui vient de devenir mon véhicule, et c’est mon pays et c’est ma présence. Si tu es de moi, ou que je t’appartiens, entre dans la mer, sinon, va rejoindre les poules. » [6] Shams, initié à la dissemblance, commence alors le voyage ; un voyage intérieur d’abord. Il est toujours jeune. Il cherche quelqu’un pour apprendre ce qu’il doit. Aurait-il trouvé son alter égo en Mowlavi ? (…)

 

Shams ed-Din Mohammad Tabrizi - Le rêveur muet*,

 

par Saeed Sadeghian

 

http://www.teheran.ir/spip.php?article1536#gsc.tab=0

 

 

 

Les 40 règles de vie de Shams de Tabriz ou “Les 40 règles de l’amour”

 

 

1– La manière dont tu vois DIEU est le reflet direct de celle dont tu te vois. Si Dieu fait venir surtout de la peur et des reproches à l’esprit, cela signifie qu’il y a trop de peur et de culpabilité en nous. Si nous voyons Dieu plein d’amour et de compassion, c’est ainsi que nous sommes.

 

2– La voie de la vérité est un travail de cœur, pas de la tête. Faites de votre cœur votre principal guide ! Pas votre esprit. Affrontez, défiez et dépassez votre nafs avec votre cœur. Connaître votre ego vous conduira à la connaissance de Dieu.

 

3– Chaque lecteur comprend le Saint Coran à un niveau différent, parallèle à la profondeur de sa compréhension. Il y a quatre niveaux de discernement. Le premier est la signification apparente, et c’est celle dont la majorité des gens se contentent. Ensuite, c’est le batin le niveau intérieur. Le troisième niveau est l’intérieur de l’intérieur. Le quatrième est si profond qu’on ne peut le mettre en mots. Il est donc condamné à rester indescriptible.

 

4– Tu peux étudier Dieu à travers toute chose et toute personne dans l’univers parce que Dieu n’est pas confiné dans une mosquée, une synagogue ou une église. Mais si tu as encore besoin de savoir précisément où Il réside, il n’y a qu’une place ou Le chercher : dans le cœur d’un amoureux sincère.

 

5– L’intellect relie les gens par des nœuds et ne risque rien, mais l’amour dissout tous les enchevêtrements et risque tout. L’intellect est toujours précautionneux et conseille : “ Méfie-toi de trop d’extase ! ” Alors que l’amour dit : “Oh, peu importe ! Plonge!”

 

6– La plupart des problèmes du monde viennent d’erreurs linguistiques et de simples incompréhensions. Ne prenez jamais les mots dans leur sens premier. Quand vous entrez dans la zone de l’amour, le langage tel que nous le connaissons devient obsolète. Ce qui ne peut être dit avec des mots ne peut être compris qu’à travers le silence.

 

7– L’esseulement et la solitude sont deux choses différentes Quand on est esseulé, il est facile de croire qu’on est sur la bonne voie La solitude est meilleure pour nous, car elle signifie être seul sans se sentir esseulé Mais en fin de compte, le mieux est de trouver une personne, la personne qui sera votre miroir N’oubliez pas que ce n’est que dans le cœur d’une autre personne qu’on peut réellement se trouver et trouver la présence de DIEU en soi.

 

8– Quoi qu’il arrive dans la vie, si troublant que tout te semble, n’entre pas dans les faubourgs du désespoir. Même quand toutes les portes restent fermées, DIEU t’ouvrira une nouvelle voie. Sois reconnaissant ! Il est facile d’être reconnaissant quand tout va bien. Un Soufi est reconnaissant non pas pour ce qu’on lui a donné, mais aussi pour ce qu’on lui a refusé.

 

9– La patience, ce n’est pas endurer passivement. C’est voir assez loin pour avoir confiance en l’aboutissement d’un processus. L’impatience signifie une courte vue, qui ne permet pas d’envisager l’issue. Ceux qui aiment Dieu n’épuisent jamais leur patience, car ils savent qu’il faut du temps pour que le croissant de lune devienne une lune pleine.

 

10 – Est, Ouest, Sud, ou Nord, il n’y a pas de différence. Peu importe votre destination assurez-vous seulement de faire de chaque voyage un voyage intérieur. Si vous voyagez intérieurement, vous parcourez le monde entier et au-delà.

 

11 – Les sages-femmes savent que lorsqu’il n’y a pas de douleur, la voie ne peut être ouverte pour le bébé et la mère ne peut donner naissance. De même pour qu’un nouveau Soi naisse, les difficultés sont nécessaires. Comme l’argile doit subir une chaleur intense pour durcir, l’amour ne peut être perfectionné que dans la douleur.

 

12 – La quête de l’Amour nous change. Tous ceux qui sont partis à la recherche de l’Amour ont mûri en chemin. Dès l’instant ou vous commencez à chercher l’Amour, vous commencez à changer intérieurement et extérieurement.

 

13 –Il y a plus de faux gourous et de faux maîtres dans ce monde que d’étoiles dans l’univers. Ne confonds pas les gens animés par un désir de pouvoir et égocentrique avec les vrais mentors. Un maître spirituel authentique n’attirera pas l’attention sur lui ou sur elle, et n’attendra de toi ni obéissance absolue ni admiration inconditionnelle, mais t’aidera à apprécier et à admirer ton moi intérieur. Les vrais mentors sont aussi transparents que le verre. Ils laissent la Lumière de Dieu les traverser.

 

14 – Ne tente pas de résister aux changements qui s’imposent à toi. Au contraire, laisse la vie continuer en toi. Et ne t’inquiète pas que ta vie soit sens dessus dessous. Comment sais-tu que le sens auquel tu es habitué est meilleur que celui à venir ?

 

15 – Dieu s’occupe d’achever ton travail, intérieurement et extérieurement. Il est entièrement absorbé par toi. Chaque être humain est une œuvre en devenir qui, lentement mais inexorablement, progresse vers la perfection. Chacun de nous est une œuvre d’art incomplète qui s’efforce de s’achever.

 

16 – Il est facile d’aimer le Dieu parfait, sans tache et infaillible qu’il est. Il est beaucoup plus difficile d’aimer nos frères humains avec leurs imperfections et leurs défauts. Sans aimer les créations de Dieu on ne peut sincèrement aimer Dieu.

 

17 – La seule vraie crasse est celle qui emplit nos cœurs. Les autres se lavent. Il n’y a qu’une chose qu’on ne peut laver à l’eau pure : les taches de la haine et du fanatisme qui contaminent notre âme. On peut tenter de purifier son corps par l’abstinence et le jeune, mais seul l’amour purifiera le cœur.

 

18 – Tout l’univers est contenu dans un seul être humain : toi. Tout ce que tu vois autour de toi, y compris les choses que tu n’aimes guère, y compris les gens que tu méprises ou détestes, est présent en toi à divers degrés. Ne cherche donc pas non plus ton Sheitan hors de toi. Le diable n’est pas une force extraordinaire qui t’attaque du dehors. C’est une voix ordinaire en toi.

 

19 – Si tu veux changer la manière dont les autres te traitent, tu dois d’abord changer la manière dont tu te traites, Tant que tu n’apprends pas à aimer, pleinement et sincèrement, tu ne pourras jamais être aimée. Quand tu arriveras à ce stade, sois pourtant reconnaissante de chaque épine que les autres pourront jeter sur toi. C’est le signe que, bientôt, tu recevras une pluie de roses.

 

20 – Ne te demande pas ou la route va te conduire. Concentre-toi sur le premier pas. C’est le plus difficile à faire.

 

21 – Nous avons tous été créés à son image, et pourtant nous avons tous été créés différences et uniques. Il n’y a jamais deux personnes semblables. Deux cœurs ne battent jamais à l’unisson. Si DIEU avait voulu que tous les hommes soient semblables, Il les aurait faits ainsi. Ne pas respecter les différences équivaut donc à ne pas respecter le Saint Projet de DIEU.

 

22 – Quand un homme qui aime sincèrement DIEU entre dans une taverne, la taverne devient sa salle de prière, mais quand un ivrogne entre dans la même salle, elle devient sa taverne. Dans tout ce que nous faisons, c’est notre cœur qui fait la différence, pas les apparences. Les soufis ne jugent pas les autres à leur aspect ou en fonction de qui ils sont. Quand un soufi regarde quelqu’un, il ferme ses deux yeux et ouvre le troisième – l’œil qui voit le royaume intérieur.

 

23 – La vie est un prêt temporaire et ce monde n’est qu’une imitation rudimentaire de la Réalité. Seuls les enfants peuvent prendre un jouet pour ce qu’il représente. Pourtant les êtres humains, soit s’entichent du jouet, soit, irrespectueux, le brisent et le jettent. Dans cette vie, gardez-vous de tous les extrêmes, car ils détruisent votre équilibre intérieur. Les Soufis ne vont pas aux extrêmes. Un Soufi reste toujours clément et modéré.

 

24 – L’être humain occupe une place unique dans la création de DIEU. « J’ai insufflé Mon esprit en lui », dit DIEU. Chacun d’entre nous sans exception est conçu pour être l’envoyé de DIEU sur terre. Demandez-vous combien de fois vous vous comportez comme un envoyé, si cela vous arrive jamais ? Souvenez-vous qu’il incombe à chacun de nous de découvrir l’esprit divin en nous et de vivre par lui.

 

25 – L’enfer est dans l’ici et maintenant. De même que le ciel. Cesse de t’inquiéter de l’enfer ou de rêver du ciel, car ils sont tous deux présents dans cet instant précis. Chaque fois que nous tombons amoureux, nous montons au ciel. Chaque fois que nous haïssons, que nous envions ou que nous battons quelqu’un, nous tombons tout droit dans le feu de l’enfer.

 

26 – « L’univers est un seul être. Tout et tous sont liés par des cordes invisibles et une conversation silencieuse. La douleur d’un homme nous blessera tous. La joie d’un homme fera sourire tout le monde. Ne fais pas de mal. Pratique la compassion. Ne parle pas dans le dos des gens, évite même une remarque innocente ! Les mots qui sortent de nos bouches ne disparaissent pas, ils sont éternellement engrangés dans l’espace infini et ils nous reviendront en temps voulu.

 

27 – Ce monde est comme une montagne enneigée qui renvoie votre voix et écho. Quoi que vous disiez, bon ou mauvais, cela vous reviendra. En conséquence, quand une personne nourrit des pensées négatives à votre propos, dire des choses aussi mauvaises sur lui ne pourra qu’empirer la situation. Vous vous retrouverez enfermé dans un cercle vicieux d’énergie néfaste. Au lieu de cela, pendant quarante jours et quarante nuits, dites des choses gentilles sur cette personne. Tout sera diffèrent, au bout de ces quarante jours, parce que vous serez différents intérieurement.

 

28 – Le passé est une interprétation. L’avenir est une illusion. Le monde ne passe pas à travers le temps comme s’il était une ligne droite allant du passé à l’avenir. Non, le temps progresse à travers nous, en nous, en spirales sans fin. L’éternité ne signifie pas le temps infini mais simplement l’absence de temps. Si tu veux faire l’expérience de l’illumination éternelle, ignore le passé et l’avenir, concentre ton esprit et reste dans le moment présent.

 

29 – Le destin ne signifie pas que ta vie a été strictement prédéterminée. En conséquence, tout laisser au sort et ne pas contribuer activement à la musique de l’univers est un signe de profonde ignorance. Il existe une harmonie parfaite entre notre volonté et l’Ordre de DIEU.

 

30 – Le vrai Soufi est ainsi fait que, même quand il est accusé, attaqué et condamné injustement de tous côtés, il subit avec patience, sans jamais prononcer une mauvaise parole à l’encontre de ses critiques. Le Soufi ne choisit jamais le blâme. Comment pourrait-il y avoir des adversaires, des rivaux, voire des « autres » alors qu’il n’y a pas de « moi » pour lui ?

 

31 – Si tu veux renforcer ta foi, il te faudra adoucir ton cœur. A cause d’une maladie, d’un accident, d’une perte ou d’une frayeur, d’une manière ou d’une autre, nous sommes tous confrontés à des incidents qui nous apprennent à devenir moins égoïstes, à moins juger les autres, à montrer plus de compassion et de générosité. Pourtant, certains apprennent la leçon et réussissent à être plus doux, alors que d’autres deviennent plus durs encore. Le seul moyen d’approcher la Vérité est d’ouvrir son cœur afin qu’il englobe toute l’humanité et qu’il reste encore de la place pour plus d’amour.

 

32 – Rien ne devrait se dresser entre toi et DIEU. Ni imam, ni prête, ni maître spirituel, pas même ta foi. Crois en tes valeurs et tes règles, mais ne les impose jamais à d’autres. Sois ferme dans ta foi, mais garde ton cœur aussi doux qu’une plume. « Apprends la Vérité, mon ami, mais ne transforme pas tes vérités en fétiches ».

 

33 – Tandis que chacun, en ce monde, lutte pour arriver quelque part et devenir quelqu’un, alors que tout cela restera derrière eux quand ils mourront, toi, tu vises l’étape ultime de la vacuité. Vis cette vie comme si elle était aussi légère et vide que le chiffre zéro. Nous ne sommes pas différents de pots : ce ne sont pas les décorations au-dehors, mais la vie à l’intérieur qui nous fait tenir droits.

 

34 – La soumission ne signifie pas qu’on est faible ou passif. Elle ne conduit ni au fatalisme ni à la capitulation. A l’inverse, le vrai pouvoir réside dans la soumission, un pouvoir qui vient de l’intérieur. Ceux qui se soumettent à l’essence divine de la vie vivront sans que leur tranquillité ou leur paix intérieure soit perturbée, même quand le vaste monde va de turbulence en turbulence.

 

35 – Les opposés nous permettent d’avancer. Ce ne sont pas le similitudes ou les régularités qui nous font progresser dans la vie, mais les contraires. Tous les contraires de l’univers sont présents en chacun de nous Le croyant doit donc rencontrer l’incroyant qui réside en lui. Et l’incroyant devrait apprendre à connaitre le fidèle silencieux en lui Jusqu’au jour où l’on atteint l’étape d’Insan-i Kamil, l’être humain parfait, la foi est un processus graduel qui nécessite son contraire apparent : l’incrédulité.

 

36 – Ce monde est érigé sur le principe de la réciprocité. Ni une goutte de bonté ni un grain de méchanceté ne resteront sans réciprocité. Ne crains pas les complots, les traîtrises ou les mauvais tours des autres. Si quelqu’un tend un piège, souviens-toi, DIEU aussi. C’est Lui le plus grand des comploteurs. Pas une feuille ne frémit que DIEU le sache. Crois cela simplement et pleinement. Quoi que DIEU fasse. Il le fait merveilleusement.

 

37 – DIEU est un horloger méticuleux. Son ordre est si précis que tout sur terre se produit en temps voulu. Pas une minute trop tôt, pas une minute trop tard. Et pour tous, sans exception, l’horloge est d’une remarquable exactitude. Il y a pour chacun un temps pour aimer et un temps pour mourir.

 

38 – Il n’est jamais trop tard pour se demander : « Suis-je prêt à changer de vie ? Suis-je prêt à changer intérieurement ? » Si un jour de votre vie est le même que le jour précédent, c’est sûrement bien dommage. A chaque instant, à chaque nouvelle inspiration on devrait se renouveler, se renouveler encore. Il n’y a qu’un moyen de naître à une nouvelle vie : mourir avant la mort.

 

39 – Alors que les parties changent, l’ensemble reste toujours identique. Pour chaque voleur qui quitte ce monde, un autre naît. Et chaque personne honnête qui s’éteint est remplacé par une autre. De cette manière, non seulement rien ne reste identique, mais rien ne change vraiment. Pour chaque Soufi qui meurt, un autre naît, quelque part.

 

40 – Une vie sans amour ne compte pas. Ne vous demandez pas quel genre d’amour vous devriez rechercher, spirituel ou matériel, divin ou terrestre, oriental ou occidental… L’amour n’a pas d’étiquettes, pas de définitions. Il est ce qu’il est, pur et simple. « L’amour est l’eau de vie. Et un être aimé est une âme de feu ! « L’univers tourne différemment quand le feu aime l’eau”.

Calligraphie du nom de Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Calligraphie du nom de Shams ed-Dîn Mohammad Tabrizi

Lire la suite

Mikhail Delyagin : Nous devons revenir à l'échelle d'imposition progressive. (Club d'Izborsk, 24 septembre 2020)

24 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Russie

Illustration: Club d'Izborsk

Illustration: Club d'Izborsk

Mikhail Delyagin : Nous devons revenir à l'échelle d'imposition progressive.

24 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19953

 

 

Plus la crise du coronavirus s'aggrave, plus les offres de soutien à la population et aux entreprises se multiplient.

 

La Fédération des syndicats indépendants de Russie (FNRTU) a proposé de verser des allocations pour une durée indéterminée aux chômeurs avec enfants. Aujourd'hui, cette mesure existe réellement et est pratiquée, mais les organisations suggèrent de l'introduire de façon permanente, quelle que soit la pandémie. Et cela semble être plus qu'une mesure réelle, puisque, selon Rosstat, le nombre de personnes pauvres en Russie a augmenté de 1,3 million au cours du deuxième trimestre pour atteindre 19,9 millions. Ici, même Alexei Kudrin s'est déjà prononcé en faveur du soutien des citoyens et a suggéré que le FNB soit utilisé plus activement, rappelant que lors des crises passées, les fonds du fonds ont été dépensés plus efficacement.

 

Il est assez révélateur que l'idée de verser des allocations permanentes pour les enfants de chômeurs ne vienne pas du gouvernement ou du président - ils sont maintenant occupés à soutenir l'économie biélorusse. Mikhaïl Delyagine, économiste et directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation, a déclaré lors d'une conversation avec le président la veille.

 

- Selon vous, quelle est l'efficacité actuelle de l'aide aux chômeurs avec enfants ?

 

- Les allocations familiales pour les chômeurs sont aujourd'hui la seule véritable forme d'aide sociale qui ait un sens, qui soit réellement ressentie par les gens. C'est pourquoi, bien sûr, il devrait l'être, et si je comprends bien, nous ne parlons pas d'un paiement indéfini, mais jusqu'à ce qu'une personne trouve un emploi, jusqu'à ce que la source de subsistance soit là. En ce sens, l'initiative de la FNPR ne peut qu'être saluée, c'est tout à fait juste. Et le fait que ce ne soit pas le gouvernement ou le président Poutine qui présente cette initiative est très gênant, car ils devraient y réfléchir avant tout.

 

Dans ce cas, la FNPR est très bonne, et je soutiens pleinement l'idée. La seule chose que cette mesure devrait être amenée au niveau de subsistance minimum réel, parce que maintenant 10,7 mille est supposé être le niveau de subsistance minimum d'un enfant, qui en réalité est environ la moitié plus bas. En même temps, il faut comprendre qu'en plus de l'enfant, dans une famille qui est privée de moyens de subsistance par la politique de l'État, il y a des adultes qui n'ont pas non plus de moyens de subsistance, donc en réalité l'État doit payer aux citoyens de la Fédération de Russie (une fois dans un document appelé la Constitution, il est écrit quelque chose sur le droit à la vie) un minimum de subsistance garanti réel. C'est une obligation directe de l'État, l'État a de l'argent pour cela. Et si ce n'est pas le cas, ce n'est pas un péché de l'imprimer.

 

- Mais ce n'est toujours pas suffisant ? Selon Rosstat, le nombre de personnes pauvres a augmenté de 1,3 million au cours du deuxième trimestre...

 

- Par pauvres, Rosstat entend les personnes pauvres. Il s'agit de personnes dont les revenus sont inférieurs au minimum vital, c'est-à-dire de personnes qui, selon les données officielles de l'État, ne vivent pas mais meurent lentement. Et il est du devoir de l'État de garantir à ses citoyens le droit à la vie, c'est-à-dire de garantir un niveau de subsistance minimum. Tant que l'État ne le fournit pas, on ne sait pas pourquoi il existe et qui en a besoin.

 

Autrement dit, si je ne gagne pas assez, l'État doit me payer la différence. Si je ne gagne rien, l'État doit alors me verser le minimum vital. Une autre chose est que nous avons beaucoup de gens qui travaillent dans l'ombre, parce que la fiscalité est construite sur le principe que plus la personne est pauvre, plus l'État lui enlève. C'est pourquoi nous devons revenir au barème progressif normal de l'impôt sur le revenu.

 

- Une expérience similaire a été tentée récemment...

 

- Nous sommes en train de régresser en ce moment. Le barème de l'impôt sur le revenu est uniforme et les cotisations sociales sont régressives. Si vous êtes pauvre, vous obtenez 30 %, si vous êtes aisé, 10 %. Ce n'est pas censé être comme ça. Il faut revenir à la progressivité de l'impôt, sortir de l'ombre les 30 millions de personnes qui y sont artificiellement cantonnées par l'État (40 % de la population active, d'ailleurs) et garantir à tous les citoyens un minimum vital, étant donné que le minimum vital officiel est d'environ la moitié de celui-ci. On peut commencer par la garantie du niveau minimum de subsistance actuel pour tous les citoyens.

 

L'État actuel traite les citoyens russes - vous et moi - bien plus mal que le célèbre camarade humaniste Staline ne traitait les prisonniers de guerre d'Hitler pendant la guerre. Parce que dans les camps soviétiques, les Allemands, et pas seulement les Allemands, se voyaient garantir un revenu d'intégration sous forme de rations dont la valeur calorique correspondait à peu près à la valeur calorique du revenu d'intégration actuel. Il s'avère que Staline a fourni, garanti, et la puissance humaine actuelle, tous ces "ours, nabiullins et siluanovs" ne nous fournissent pas un salaire vital, nous traitant pire que Staline a traité les prisonniers de guerre allemands.

 

- Mais peut-être devrions-nous non seulement subvenir à nos besoins avec de l'argent, mais aussi avec des emplois ?

 

- Absolument ! Mais pour fournir des emplois normaux, vous devez, excusez-moi, changer l'ordre politique de l'État. Qu'est-ce qu'un emploi normal ? Il s'agit, par exemple, d'un prêt bon marché qui permet aux gens de faire des affaires. Et si vous voulez un crédit bon marché, vous devez limiter la spéculation financière, car avec notre niveau de développement du système financier, tout l'argent du secteur réel ira toujours au marché financier. Dans le même temps, tous les grands pays développés du monde ont limité la spéculation financière à notre niveau de maturité du système financier.

 

Si vous êtes une grande économie et que vous ne limitez pas la spéculation financière, vous n'avez aucune chance de devenir une économie développée, car l'argent du secteur réel ira toujours vers les marchés spéculatifs. L'Amérique latine, de nombreux pays asiatiques et l'Afrique du Sud en sont des exemples. Cela signifie que l'État ne doit pas servir à voler, ni à dérober, ni à retirer de l'argent du pays, il doit servir le peuple. De mon point de vue, il s'agit d'un changement dans l'ordre politique. Ainsi, lorsque les gens disent "nous voulons travailler", ils exigent un changement dans l'ordre politique de la Fédération de Russie, que la Russie ne serve pas les spéculateurs financiers mondiaux, mais qu'elle serve son peuple.

 

- Il est intéressant de noter que M. Kudrin a également appelé à davantage de mesures pour soutenir les citoyens pauvres, selon lui le gouvernement est trop conservateur dans l'utilisation du potentiel de la FNB. Comment voyez-vous cela ?

 

- C'est une situation où le niveau de déstabilisation au sein du gouvernement est si élevé que même Kudrin, qui est le créateur du modèle social et économique actuel, s'y oppose. Même lui, il dit : "Qu'est-ce que vous faites, arrêtez ! Et à lui, ses élèves répondent : "Va te faire foutre, vieille souche, tu ne comprends rien, on boit ici."

 

- Vous soutenez donc l'idée d'une utilisation plus large de la FNB ?

 

- Oui, bien sûr. L'argent de la Russie doit servir la Russie, et non des bêtises que le gouvernement pense être juste.

 

- On ne peut que se souvenir du prêt de 1,5 milliard de dollars pour la Biélorussie. La veille, Siluanov a dit que ce prêt serait également profitable pour la Russie, qu'il aiderait à la fois la Biélorussie et notre économie - du point de vue économique et politique, comment l'évaluez-vous ?

 

- D'un point de vue géopolitique, si nous détruisons la Biélorussie maintenant et que le libéralisme l'emporte là-bas, alors la Biélorussie se transformera en Moldavie du Nord d'ici quatre ans, la population sera réduite de moitié d'ici dix ans, et nous obtiendrons un rideau de fer d'un océan à l'autre d'ici quatre ans, à travers lequel il n'y aura pas de transit terrestre, y compris les pipelines. Cela ne nous intéresse pas du tout.

 

Et Siluanov a tout à fait raison d'un point de vue économique : lorsque vous faites crédit à votre associé, vous soutenez aussi votre entreprise, c'est rentable pour vous. Il serait bon que le camarade Siluanov étende son approche, qu'il a appliquée à la Biélorussie, à la Fédération de Russie également. Pour que quelqu'un, en dehors des entreprises ou de l'économie biélorusses, commence à prêter à l'économie russe.

 

Mais il est clair que ce qui est autorisé par Loukachenko n'est pas permis aux citoyens de la Fédération de Russie. Mais peut-être que si les citoyens russes protestent comme le font les Biélorusses, alors le camarade Siluanov pensera aussi à l'économie russe.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Mikhail Delyagin : Nous devons revenir à l'échelle d'imposition progressive. (Club d'Izborsk, 24 septembre 2020)
Lire la suite
1 2 3 4 > >>