Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

L'esprit de la terre hait l'homme blanc (Wintus de Californie)

6 Avril 2013 , Rédigé par Béthune

Portrait de vieille femme Wintu par Edward S. Curtis

 

 

Les Blancs se moquent de la terre, du daim ou de l'ours. Lorsque nous, Indiens, chassons le gibier, nous mangeons toute la viande. Lorsque nous cherchons les racines, nous faisons de petits trous. Lorsque nous construisons nos maisons, nous faisons de petits trous. Lorsque nous brûlons l'herbe à cause des sauterelles, nous ne ruinons pas tout. Nous secouons les glands et les pommes de pin des arbres. Nous n'utilisons que le bois mort. L'homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. L'arbre lui dit: "Arrête, je suis blessé, ne me fais pas mal." Mais il l'abat et le débite. L'esprit de la terre le hait, il arrache les arbres et les ébranle jusqu'à leurs racines. Il scie les arbres. Cela leur fait mal. Les Indiens ne font jamais de mal, alors que l'homme blanc démolit tout. Il fait exploser les rochers et les laisse épars sur le sol. La roche dit: "Arrête, tu me fais mal." Mais l'homme blanc n'y fait pas attention. Quand les Indiens utilisent les pierres, ils les prennent petites et rondes pour y faire leur feu... Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc ?... Partout où il la touche, il laisse une plaie.


Paroles d'une vieille femme Wintu (Indiens de Californie) tirées du livre de Dorothy Lee "Freedom and Culture"; Prentice Hall, Englewood Cliffs, New Jersey, 1959. In: "Pieds nus sur la terre sacrée". Textes rassemblés par T.C. MacLuhan. Photos de Edward S. Curtis. Traduit de l'américain par Michel Barthélémy, Denoël, 1974.

 

Koskimo faisant du feu. Edward Curtis (1914)

Source: link

Partager cet article

Repost 0