Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Vidéos de Neufve-France, de Russie et d'ailleurs

Document extraordinaire sur l'entraînement à cheval des Cosaques: 

 


 


cossackww203qg3.jpeg

 

The Cossacks - Russian Red Army Choir: 

 


 


Nad Synom Donom (Sur le Don bleu) par les Choeurs de l'Armée rouge: 

 


 
Danses polovtsiennes du Prince Igor - Borodine
"Prince Igor (Князь Игорь, Knyaz Igor, en russe, dont sont extraites les célèbres Danses polovtsiennes), est un opéra d'Alexandre Borodine constitué d'un prologue et de quatre actes. Il a été créé au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg le 4 novembre 1890. Borodine mort trop tôt, Alexandre Glazounov et Nikolaï Rimsky-Korsakoff complétèrent l'œuvre. L'intrigue s'inspire d'événements historiques décrits dans l'œuvre littéraire médiévale Le dit de la campagne d'Igor." (Wikipedia)

Opera ballet Kirov de Leningrad Saint Petersbourg: link
et par le Ballet Kirov dirigé par Valery Gergiev:link
 

drapeau-quebec

 

 

Cosmogonie innue - Respect du rêve et du tambour (Jean-Baptiste Bellefleur, Innu de Unaman-shipu)

link


"Jean-Baptiste Bellefleur - J'étais enfant. Pour enlever ma peur, on me faisait remarquer les bruits dans le bois. Par exemple, des branches qui craquent au froid, ou encore deux arbres qui se frottent; c'était, pour moi, comme si quelqu'un me sifflait. 

On a autant de respect pour kukumess que pour le caribou. Il y a une façon de prendre kukumess pour la transporter: jamais par les yeux ni par les ouies. De cette façon... sinon kukumess pourrait se fâcher. C'est de cette façon qu'il faut faire pour la première kukumess attrapée. Par respect, je ne l'appellerai pas « kukumess » mais « poisson ». Il faut la faire cuire avec les écailles, sans la gratter. On enlève seulement les tripes et on la fait bouillir telle quelle, sans rien ajouter. On garde également cette partie, car elle est bonne à manger. On déposera toujours kukumess sur un lit d'épinette. 

Narration - On nettoie et on range vraiment tout, comme c'était avant. On retourne les abats dans le lac et les branches ayant touché à kukumess seront déposées dans un endroit discret. Étant donné que l'Innu est ici pour améliorer l'ensemble, et qu'il fait partie de cet ensemble, il est payant d'être respectueux. En offrant ce respect à l'univers, on s'assure un retour de celui-ci, sous formes d'intentions. L'intention accompagne et aide l'Innu à développer ses perceptions. C'est comme être chanceux... Plus les perceptions se développent, plus on a accès aux autres mondes. En fait, on voit la vie sur un plan universel avant de la voir sur le plan terrestre. Dans Nûtshimit [NDLR: l'intérieur des terres, l'univers des indiens], on vit principalement en association avec le monde du rêve et le monde des animaux. 

Jean-Baptiste Bellefleur - L'Innu avait un grand respect du tambour et des rêves. C'est de là que venait sa survie. C'est ça que j'ai compris quand mon grand-père me parlait de la vraie vie. Pour lui, c'était son tambour, dont il tirait un pouvoir, et ses rêves. Le tambour servait dans diverses situations. On l'utilisait s'il y avait une famine, ou encore s'il faisait mauvais temps et qu'on voulait du beau temps. Après deux jours de mauvais temps, le joueur sortait son tambour, le soir, et déjà vers minuit, la température était redevenue calme. À cette époque, il n'y avait pas de religion. Les Innus respectaient le tambour et leurs rêves. Même s'ils étaient dispersés, ils pouvaient communiquer entre eux comme par téléphone. Ils arrivaient à entrer en contact, à se parler face à face, par le rêve. Mon grand-père nous contait son rêve. Il nous décrivait les activités de l'autre. J'imagine qu'ils s'entendaient distinctement, ils savaient exactement quels étaient les occupations ou le travail de l'autre. 

Narration - Il y a trois façons pour communiquer avec le monde des animaux: le tambour, la tente tremblante et le sac à médecine. Dans les trois cas, c'est par l'intermédiaire du monde du rêve que l'on atteindra celui des animaux. Il faut rêver au tambour trois fois pour savoir en jouer et pour pouvoir l'utiliser. Un ami du monde du rêve pourra alors t'aider. Cet allié écoutera ta demande et reviendra te donner la réponse dans un rêve. Tout se passe par le monde du rêve. Pour être candidat au rêve et au tambour, il faut le vouloir et être respectueux de tout. C'est le monde du rêve qui te contactera."

Musique - Rodrigue Fontaine, Bill St-Onge, Luc Bacon, Mathieu Peters, Andrew Pocker

 

Les voitures d'eau
Pierre Perrault, 1968, 110 min 33 s

Troisième long métrage de Pierre Perrault à l'Île-aux-Coudres, Les Voitures d'eau aborde le problème des constructeurs et navigateurs de goélettes de bois, à l'heure des bateaux de fer, de la concurrence internationale et des monopoles. Hommes de la mer, aussi habiles en actes qu'en paroles, les capitaines des dernières goélettes du fleuve vivent la fin d'une ère artisanale dans laquelle leurs fils ne pourront plus trouver place. La première partie du film théorise les connaissances et les richesses humaines et verbales liées à cette science des bateaux de bois. La seconde partie, bilan d'une tragique saison de navigation sur le St. Lawrence, pose les questions majeures de l'intégration économique et politique des Canadiens français.

 

Le beau plaisir

Pierre Perrault, Michel Brault et Bernard Gosselin, 1968, 14 min 52 s

link

Court métrage documentaire sur la pêche aux marsouins (bélougas) à l'Île-aux-Coudres. Avec un art suprême, les habitants fichent des harts dans la terre boueuse et tendent un piège en forme de cœur. Puis le long des perches, le marsouin s'engouffre, cherche à s'échapper, mais finit par s'échouer au fond de l’embarcation. C'est à ce beau plaisir de la capture du marsouin que nous convie ce documentaire tourné dans la plus pure tradition du cinéma vérité.


César et son canot d'écorce
Bernard Gosselin, 1971, 57 min 55 s
Office National du Film Canadien

Documentaire qui nous livre les étapes de la construction d'un canot à la manière atikamekw. Un art de plus en plus oublié, même chez les Amérindiens qui l'inventèrent pourtant. César Newashish, Atikamekw de 67 ans habitant la réserve de Manouane aux confins de la Haute-Mauricie, construit un canot d'écorce à la manière d'antan, n'utilisant que l'écorce du bouleau, les planches du cèdres, les racines de sapin et la sève gommante. Film sans paroles.

Pour la suite du monde
Michel Brault et Pierre Perrault, 1962, 105 min 22 s
Documentaire poétique et ethnographique sur la vie des habitants de l'Isle-aux-Coudres rendue d'abord par une langue, verte et dure, toujours éloquente, puis par la légendaire pêche au marsouin, travail en mer gouverné par la lune et les marées. Un véritable chef-d'oeuvre du cinéma direct.

Cornouailles
Pierre Perrault, 1994, 52 min 38 s
Ce film – le dernier de Pierre Perrault – a été tourné sur la terre d’Ellesmere, cette immense île située dans l’océan Arctique, aux confins du territoire québécois, là où contre vent et froidure vivent encore et toujours les bœufs musqués, métaphore suprême de la résistance millénaire d’une race qui ne sait pas mourir. Ultime refuge pour exprimer l’hiver d’un pays qui, comme le bœuf musqué, dure depuis la nuit des temps nordiques, ce film traduit la pensée du cinéaste et poète Pierre Perrault. C’est en 1972 qu’il amorce l’écriture d’un long poème épique intitulé Gélivures, un chant en trois temps Neigeries, Froidureté et Cornouailles, où le poète exprime le sens du pays qui est en lui, un pays marqué par les traces du temps sur le paysage. Paru aux Éditions de l’Hexagone en 1977, ce poème a finalement donné naissance à ce film unique dans l’œuvre de Pierre Perrault, un film sans être humain et sans paroles, sinon celle d’un cinéaste qui a consacré sa vie à filmer la parole des autres. Loin, très loin, des documentaires animaliers, ce film est plutôt le fruit d’une imposante réflexion sur le pays et sur l’occupation du territoire, le point culminant d’une œuvre cinématographique et littéraire entièrement dédiée à mettre au monde un pays qui l’a vu naître.

Le goût de la farine
Pierre Perrault, 1977, 108 min
link
Documentaire sur les Montagnais de Saint-Augustin et de La Romaine, dans la région de la Côte-Nord, au Québec. Vous y découvrirez que malgré la pensée traditionnelle de notre culture qui s'est toujours crue supérieure à la leur, nous avons encore beaucoup à apprendre des Amérindiens.


À travers l'Ungava
Jacques Bobet, 1949, 19 min 7 s
Court métrage réalisé en 1949 sur la faune et la flore de la péninsule de l'Ungava, dans le Nord-Ouest canadien. Un anthropologue, un botaniste (Jacques Rousseau), un géologue et un géographe, accompagnés de guides autochtones, nous racontent leur expédition
Drakkar
Les Vikings découvrent l'Amérique

Le mystère du Vinland
William Pettigrew, 1984, 28 min 59 s
Documentaire sur la découverte en 1960 des vestiges d'une colonie viking à l'Anse au Meadows, au nord de Terre-Neuve, par le grand explorateur norvégien Helge Ingstad (1899-2001) et son épouse Anne Stine. Cette découverte leur permit d'être les premiers à prouver que des Vikings venue du Groënland ont traversé l'Océan atlantique pour atteindre l'Amérique du Nord vers l'an 1000, 500 ans avant Christophe Colomb et Jean Cabot. Helge Ingstad émettra également l'hypothèse que la mystérieuse disparition des colonies vikings aux XIVe et XVe siècles pourait être expliquée par leur émigration vers l'Amérique du Nord.

Helge Ingstad
L'explorateur norvégien Helge Ingstad


Helge Ingstad parle des Apaches


 

Biographie de Helge Ingstad sur Wikipedia (en anglais): link


Drakkar

 

The Viking ship LOFOTIR:

 


 

Expédition norvégienne (1998) sur les traces de Helge Ingstad à l'ouest de la Baie d'Hudson (Territoires du Nord-Ouest)

Norsk Dokumentar, sendt på NRK1 31.12.1998. Sommeren 1998 la en ekspedisjon ut for å finne Helge Ingstads sagnomsuste "elgsjøen" Medvirkende: Nils Lund, Stein P.Aasheim, Thorbjørn Storskjær, Eirik Sandberg Ingstad og Jan Fasting. Produsert av Nils Lund og Stein P. Aasheim

Voyage passionnant, très bien filmé. Ces Norvégiens sont sympathiques, talentueux et courageux, mais seuls les Indiens (et les Esquimaux du Cuivre, en l'occurence) possédaient et possèdent encore l'art de voyager dans l'intérieur des terres, le nûtshimit. P.O.C.


 

 

 

 

 

 

 


 

Rencontre d'un ours noir au bord de la rivière Snowdrift, dans les territoires du Nord-Ouest: 

 


 

 

Drakkar rouge

 

À la défense de la forêt ancienne

John Edginton, 1993, 57 min
Documentaire sur la conservation des dernières vieilles forêts côtières de la Colombie-Britannique. Une lutte complexe qui se mène sur plusieurs fronts : dans les salles du conseil des grandes sociétés, dans les assemblées législatives, dans la rue et dans les forêts. Des campagnes de relations publiques coûtant des millions à de simples gestes de désobéissance civile, tout est permis. L'enjeu du conflit : les dernières vieilles forêts côtières de la Colombie-Britannique coupées à blanc à un rythme qui s'accélère d'année en année. En anglais avec sous-titres français.À la défense de la forêt ancienne
John Edginton, 1993, 57 min
Documentaire sur la conservation des dernières vieilles forêts côtières de la Colombie-Britannique. Une lutte complexe qui se mène sur plusieurs fronts : dans les salles du conseil des grandes sociétés, dans les assemblées législatives, dans la rue et dans les forêts. Des campagnes de relations publiques coûtant des millions à de simples gestes de désobéissance civile, tout est permis. L'enjeu du conflit : les dernières vieilles forêts côtières de la Colombie-Britannique coupées à blanc à un rythme qui s'accélère d'année en année. En anglais avec sous-titres français.

Winslow Homer 006

"A la poursuite des corsaires du Kaiser" (film allemand paru sur ARTE)
La fabuleuse épopée du croiseur Dresden et de Wilhelm Canaris en Patagonie
Biographie de l’amiral Wilhelm Canaris (Wikipedia) 
Grand larousse encyclopédique, 1960:"Canaris (Wilhelm), amiral allemand (Aplerbeck 1887-Flossenburg 1945). Entré dans la marine en 1905, coulé à bord du Dresden en 1915, il fut interné et s’évada pour regagner l’Allemagne. Chef de la section de l’Abwehr au grand état-major de 1935, contre-amiral en 1936, il dirigea le service militaire de renseignements allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Dès 1940, il adopta une attitude hostile à Hitler et à Keitel ; son rôle politique, qui fut très important et l’amena à prendre de nombreux contacts avec l’étranger, n’a pas encore été complètement éclairci. Suspect à Himmler, il fut arrêté à Berlin après le complot du 20 juillet 1944 et exécuté, sur ordre de Hitler, le 9 avril 1945."
K. Heinz : Le Dossier Canaris (Chavanne, 1949)
I. Colvin, L’Amiral Canaris, notre allié secret (Ed. de la Paix, 1952)


Toujours plus près du poc Azurit
film de Charles Vallée et Stéphane Kowalczyk
Documentaire passionnant et remarquablement réalisé sur une chasse à l'isard, à l'arc, dans les Pyrénées. Le personnage principal n'est cependant pas le chasseur, mais le berger barbu, sage, humble et intelligent qui sait tout sur les chamois et qui comprend le monde naturel qui l'entoure parce qu'il en fait partie, pacifiquement...


 

Pêche à l'arc

Quelque part en Amérique du nord, peut-être dans les marais du Mississippi, une fantastique vidéo de pêche à l'arc: Bowfishing by yononindo : link

Scène du tomahawk dans le film The Patriot, de Mel Gibson

Après leur avoir tendu une embuscade avec l'aide de ses plus jeunes fils, Mel Gibson se sert de l'arme par excellence des Peaux-Rouges pour massacrer sans pitié, jusqu'au dernier les soldats anglais qui ont tué un de ses fils et en emmènent un autre pour le pendre.
Dans la deuxième scène, à la fin du film, il finit par tuer l'infâme officier anglais responsable de toutes les atrocités commises contre les patriotes.
Un vieux compte d'Irlandais catholique à régler...

Rough sea

 

Rough seas Iceland

 


 

 





 

 


 

Partager cette page

Repost 0