Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Fukushima 2016 (Nakajima Takashi)

13 Octobre 2016 , Rédigé par POC

Source de cette image: http://www.fukushima-blog.com/2016/09/fukushima-conference-de-takashi-nakajima.html

Source de cette image: http://www.fukushima-blog.com/2016/09/fukushima-conference-de-takashi-nakajima.html

Conférence donnée par M. Nakajima

du département de Fukushima

11 septembre 2016

(...)

Lorsque le gouvernement impose un retour dans un lieu pollué à 20 millisieverts par an aux réfugiés, cela signifie que ceux-ci logeront dans un milieu quatre fois plus pollué que ces laboratoires de recherche et ces services de radiologie. Que le premier ministre aille lui-même habiter un endroit pollué à 100 millisieverts par an, mais je ne peux consentir, moi, à une telle contrainte illégale.

J'ai demandé un jour à des fonctionnaires gouvernementaux, s'ils avaient l'intention d'abroger cette loi et leur réponse a été “Non”. Le gouvernement, qui se doit de respecter la loi, agit lui-même illégalement. Cela signifie que pour lui l'économie compte davantage que la vie des habitants de Fukushima. Ces gens pensent que la progression économique est plus importante que la mort de cent mille  personnes. Cette attitude du pouvoir est comme un glaive pointé sur tous les habitants, et pas seulement sur ceux de Fukushima. Le pouvoir prétend qu'il protège les Japonais, mais en même temps il veut faire refonctionner tous les réacteurs. Si d'autres accidents se produisent, il négligera et abandonnera les victimes, comme il le fait à Fukushima. Pour l'heure, cela nous sert de leçon et nous devenons plus sages.

(...)

 

Il y a deux ans, j'ai été invité par une église protestante de la ville de Francfort, en Allemagne, à donner une conférence. Après mon exposé sur l'accident nucléaire devant cent cinquante élèves d'un collège, une enseignante qui présidait la séance a dit : “À présent débute le débat. Je l'ouvre en vous demandant pourquoi on a construit la centrale nucléaire dans Fukushima.” Ma réponse fut la suivante :

C'est parce que la région côtière est pauvre et peu peuplée. Même en cas d'accident grave, les victimes ou les morts seront au maximum cent mille. Si l'accident survenait à Tokyo, dix millions de personnes seraient atteintes ou tuées. Au regard du progrès économique, dix mille victimes ne comptent pas. La vie des habitants du département de Fukushima a moins de prix que celle des habitants du département de Tokyo. Dès l'origine donc, la construction de centrales nucléaires dans Fukushima portait atteinte au principe de l'égalité des hommes. Acceptez-vous cela?

Si des enseignants organisaient une telle séance au Japon, immédiatement viendraient des critiques de la part des parents d'élèves. Ces derniers penseraient que ces enseignants sont des “rouges” et certains téléphoneraient au comité d'éducation. J'ai interrogé des enseignants de ma connaissance sur la possibilité d'une telle séance dans leur école et tous ont répondu négativement. Dans les écoles japonaises, il est très difficile d'aborder des thèmes politiques.

Nous avons commencé ce combat afin de protéger nos vies et nos droits, mais il a évolué et son but est devenu l'arrêt et la suppression de toutes les centrales nucléaires. Et désormais nous visons le changement d'une politique antidémocratique. La bataille se poursuit, non seulement dans le département de Fukushima, mais aussi dans celui de Maebashi et dans tout le Japon, et nous devons donc, en y travaillant tous ensemble, pousser plus avant notre combat.

Merci de tout cœur pour votre attention.

Nakajima Takashi

Lisez l'article complet ici: http://www.fukushima-blog.com/2016/09/fukushima-conference-de-takashi-nakajima.html

Merci à Alain Sennepin http://europe-tigre.over-blog.com/  pour m'avoir communiqué la bonne nouvelle qui suit:

Observatoire du nucléaire - http://www.observatoire-du-nucleaire.org - 17 octobre 2016

Japon - Élection cruciale d'un gouverneur antinucléaire à la tête de la région de la plus grande centrale nucléaire du monde

L'autorisation du gouverneur est requise pour la remise en service des réacteurs arrêtés depuis Fukushima !

 


La centrale nucléaire de Kashiwasaki a frôlé le désastre lors du séisme du
16 juillet 2007, préfigurant la catastrophe de Fukushima 3 ans plus tard

Cette information de la plus haute importance ne fait hélas pas la Une des médias en France, et l'AFP elle-même ne l'évoque (cf extrait ci-dessous) que pour en signaler ses lourdes conséquences... sur le cours en bourse de Tepco, le maudit propriétaire de la centrale nucléaire de Fukushima et d'autres centrales comme, précisément, celle de Kashiwasaki.

Rappelons que cette centrale avait été sérieusement bousculée par un important séisme en juillet 2007 et que votre Observateur du nucléaire préféré, présent sur le plateau de "C dans l'air" (France 5), avait expliqué (curseur à 20 min 30s) qu'il fallait fermer d'urgence et définitivement au moins 20 réacteurs au Japon si l'on voulait éviter un nouveau Tchernobyl. Avertissement bien sûr non pris en compte, et, trois ans plus tard, c'était Fukushima.

Il est à noter que, suite au séisme de 2007, l'Agence internationale pour l'énergie atomique avait dépêché une mission dirigée par le français Philippe Jamet, haut dirigeant de l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN). Mais le rapport publié s'était contenté de quelques recommandations anodines, assurant que les centrales japonaises pouvaient résister à tout évènement sismique ou climatique : une nouvelle démonstration de la "compétence" de l'ASN...

Aujourd'hui, 3 seulement des 54 réacteurs nucléaires japonais sont en service mais le gouvernement de l'ultranationaliste (et ultra pronucléaire) Shinzo Abe use de toutes les pressions pour essayer d'obtenir la redémarrage d'autres réacteurs, malgré l'opposition de la population.

Mais ces réouvertures sont contrecarrées par des décisions de justice ou par le véto de certains gouverneurs régionaux. Voilà pourquoi l'élection de Ryuichi Yoneyama à la tête de la région de Niigata est un coup terrible porté aux projets fous des pronucléaires (et au cours en bourse de Tepco) : ce courageux nouveau gouverneur va refuser la remise en service des 7 réacteurs de Kashiwasaki. Bravo à lui et à ses électeurs.

Sous peu, les trois réacteurs japonais en service devront s'arrêter pour maintenance et, comme ce fut déjà le cas pendant près de deux ans en 2014 et 2015, le Japon fonctionnera à nouveau avec 0% de nucléaire. Or, si 130 millions de Japonais peuvent vivre sans nucléaire, comment prétendre encore que c'est "impossible" pour deux fois moins de Français ? CQFD.

Extrait de la dépêche AFP de ce jour :


- Tepco dévisse de 8% -

Sur le front des valeurs, la compagnie d'électricité Tepco a enregistré la plus forte chute du Nikkei (-7,89% à 385 yens) au lendemain de l'élection d'un gouverneur antinucléaire dans la préfecture de Niigata (nord-ouest du Japon). Ryuichi Yoneyama, 49 ans, a remporté dimanche la tête de cette région où se trouve la plus grande centrale atomique du Japon, Kashiwazaki-Kariwa, qui compte sept tranches. Or Tepco espérait sauver ses finances en relançant ces réacteurs, les seuls qui lui restent après l'arrêt des deux centrales de Fukushima à la suite de l'accident catastrophique de mars 2011.

http://www.romandie.com/news/Tokyo-le-Nikkei-finit-en-hausse-de-026-prudent-a-laube-de-la-saison-des/745125.rom

 

Lire la suite

L’industrie automobile est une arme de destruction massive (Noël Mamère / Reporterre)

10 Octobre 2016 , Rédigé par POC

L'automobile est le symbole et l'exacerbation de tout ce qu'il y a de mauvais dans l'homme: l'égoïsme, l'individualisme, la vulgarité, l'impolitesse, l'impatience, la vanité, la prétention, l'avidité, l'hybris, la saleté, la pollution et la destruction de l'environnement sous toutes leurs formes.

P.O.C.

 

(...) L’automobile reste l’expression la plus visible du mode de production capitaliste et productiviste. Car il faut bien appeler les choses par leur nom : depuis la production de la première automobile jusqu’au dernier modèle de 2016, l’industrie automobile a été le vecteur d’une révolution industrielle devenue arme de destruction massive de la planète par excellence et matrice du taylorisme, cette organisation scientifique du travail, appliquée par Henry Ford, qui organisa méthodiquement l’exploitation de millions d’ouvriers de par le monde. Le travail à la chaîne a discipliné la classe ouvrière, en lui imposant une soumission au quotidien qu’expriment aussi bien le film de Charlie Chaplin Les Temps modernes que les essais de Simone Weil sur la condition ouvrière. (...)

Lisez l'article complet sur le site de Reporterre:https://reporterre.net/L-industrie-automobile-est-une-arme-de-destruction-massive

Sur même sujet et sur le même blog: http://pocombelles.over-blog.com/2014/06/une-belle-martre-est-morte.html

Et sur un blog voisin: http://auffargisenvironnement.blogspot.fr/2015/01/danger-traversee-danimaux.html

L’industrie automobile est une arme de destruction massive (Noël Mamère / Reporterre)
Lire la suite

Être ou ne pas être matelot; être marin ou navigateur

3 Octobre 2016 , Rédigé par POC

Être ou ne pas être matelot; être marin ou navigateur
Être ou ne pas être matelot; être marin ou navigateur
Être ou ne pas être matelot; être marin ou navigateur
Être ou ne pas être matelot; être marin ou navigateur

Être marin ou être navigateur, par Eric de Bisschop:

"Dans mes recherches d'ancêtres "maritimes" possibles pur les insulaires du Pacifique, je me trouvai bientôt dans l'obligation de faire une distinction très nette entre deux espèces très différentes d'hommes de mer... Comme il n'existe dans nos langues aucun mot pour les différencier nettement l'une de l'autre, j'employai les mots connus de "navigateurs" pour les uns et de "marins" pour les autres, en convenant de donner à chacun de ces deux termes un sens quelque peu différent de celui que leur donne le Larousse.

"Navigateur" devint celui qui se sert d'un bateau pour se déplacer sur l'eau - pour aller vers un point connu, ou facile d'accès, qu'il sait pouvoir atteindre. Il longera généralement les côtes ou ne s'en écartera que forcé; il aura la frayeur du large. Les raisons qui le pousseront à naviguer seront par ailleurs toujours d'ordre pratique: opérations commerciales, conquêtes, rapt d'esclaves, etc... Il lui manquera toujours une qualité essentielle qui, elle, caractérise le "Marin".

Car "Marin" signifie celui qui, en plus des buts que poursuit le navigateur aura, aussi, celui de prendre la mer pour partir à l'aventure, à la découverte, sans but précis à atteindre, pour le seul plaisir et la seule curiosité de voir toujours plus avant, plus loin, au-delà des horizons. Le Large que l'autre redoute exercera, au contraire, sur son esprit une espèce de hantise, d'attraction..."

Eric de Bisschop, Cap à l'est, Plon, 1958, pp; 19-20.

Lire la suite

Tainui Rangatahi

1 Octobre 2016 , Rédigé par POC

Tainui rangatahi signifie en maori: Jeunesse de Tainui

Warmful  thanks to Haereata Poutapu, Maatauranga (Resource) Officer for Waikato Tainui,for his kind help and explainations below about this magnificent song of his proud Maori people.

P.O.C.

 

 

TAINUI RANGATAHI


(Composer – Kirimaaku Kihi)

 

Due to the concerns for rangatahi by the local Kaumatua and the Maori community, the first Tainui Rangatahi hui was held at Waahi Whaanui, Huntly on the 18 April 1990 to discuss issues and to seek advice and find ways of supporting the Rangatahi.  This waiata-a-ringa was composed especially for the Tainui Rangatahi who were involved in this very first hui.

 

 

Tainui te waka tuupuna                              Tainui the ancestral waka
(Men) – “aha te waka tuupuna”

Taupiri te Maunga tapu ee                          Taupiri the sacred mountain
(Men) – “aha te maunga tapu e”

Te Wherowhero te tangata                          Pootatau (Te Wherowhero)   
(Men) – “aha Pootatau e”

Waikato te awa                                             Waikato the river
He piko he taniwha, Taniwharau       On each bend a Chief, of one hundred Chiefs

Kia kaha raa                                                  Be strong
Te roopu rangatahi                                       Oh youth

 

Tainui rangatahi kia hiwa raa                       Tainui youth be alert
(Men) – “aha kia hiwa ra”

Tainui rangatahi kia kaha raa                       Tainui youth be resilient
(Men) – “aha kia kaha ra”

Pupuritia te mana                                           Hold the prestige
Aa oo taatou tuupuna                                    Of our ancestors

Kaua rawa e tukua nga tikanga                     Let not the teachings
Kia takahia                                                       Be trampled upon

E te iwi kee                                                       By others

 

Te mahi Raupatu o nga whenua                     The confiscations of the land
Te kore mahi moo te iwi whaanui              The lack of jobs and opportunities for all

Kimihia he huarahi tika - kia kaha raa            Seek the right path – be vigilant
Ngaa aawangawanga ngaa wawata                The anxieties and the desires

Kei roto i te Tiriti o Waitangi                            Within the Treaty of Waitangi
Kia kaha raa Tainui Rangatahi (x2)                  Tainui youth – be resilient (x 2).

 

              
(Men) – “aha mate atu he toa, ara mai raa he toa – aue hi!”

                    When one chief passes so another takes their place.

 

http://pocombelles.over-blog.com/article-tainui-rangatahi-110853623.html

The national Māori flag

The national Māori flag

Lire la suite

Heureux les fêlés...

27 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière.

Michel Audiard

Soleil d'hiver en forêt. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Soleil d'hiver en forêt. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Sous les mers, le bruit des hommes tue (Reporterre)

27 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Le bruit produit par les activités humaines en mer perturbe gravement la faune aquatique. Sonars militaires causant des échouages massifs, essor des énergies marines et du trafic maritime… les sources de nuisance sont multiples. Scientifiques, politiques et industriels réfléchissent à des solutions.

(...)

Mais tous les pays ne se lancent pas dans la chasse au bruit avec le même enthousiasme. « La France est l’un des seuls pays développés où il n’existe aucun seuil réglementaire pour les émissions sonores, dénonce Ludivine Martinez. Lorsque les travaux ont en plus lieu hors des ZEE [zones économiques exclusives] ou des eaux territoriales, c’est un flou réglementaire ! » Seuls les chantiers qui se déroulent à moins de 12 milles marins (22 km) de la côte, dans les eaux territoriales, font l’objet d’une étude d’impact précise incluant le bruit.

LISEZ L'ARTICLE ICI: https://reporterre.net/Sous-les-mers-la-cacophonie-humaine-assomme-les-cetaces

Remarque: On ne parle que de la grande faune marine, principalement les Cétacés; Il faudrait prendre en compte l'ensemble des espèces animales et végétales. Par ailleurs, il est aberrant que l'on continue à utiliser les moteurs thermiques et à hélice pour le transport maritime, il faut revenir à la voile. Les bateaux à voile ne font pas de bruit, ne consomment d'autre énergie que celle du vent, gratuite, et ne polluent (presque) pas.

P.O.C.

Lire la suite

La légende de la Constellation de la Martre (Grande Ourse) des Anishibabes du centre de l'Amérique du Nord

27 Septembre 2016 , Rédigé par POC

La constellation de la Grande Ourse ressemble beaucoup plus à la silhouette d'une martre bondissante (sans la tête) avec sa longue queue et ses pattes, quà celle d'un ours.

La constellation de la Grande Ourse ressemble beaucoup plus à la silhouette d'une martre bondissante (sans la tête) avec sa longue queue et ses pattes, quà celle d'un ours.

Avec l'automne, les Pléiades font leur réapparition dans le ciel, au sud, et la Grande Ourse monte au nord-nord-ouest. Les deux légendes rapportées ici nous viennent de l'Amérique du nord. Ici, en Europe, les hommes ont oublié les racines cosmiques de la Préhistoire et ne connaissent, dans le meilleur des cas, que les légendes astronomiques des Grecs, toujours citées ad libitum.

P.O.C.

 

La légende de la constellation de la Martre est l’une des préférées des Anishinabes et est souvent racontée par les grand-pères qui vivent de la chasse et de la trappe.

Cette légende explique l’origine des saisons et met en évidence l’importance de la collaboration, de la détermination, du don de soi et du partage pour la survie.

Elle nous enseigne aussi que chaque élément de la création possède des talents propres pour le bien de tous.

La légende de la Martre est assez inhabituelle car la plupart des légendes qui se rapportent à cette constellation la présentent comme un Grand Ours.

La martre est en fait un petit animal de la taille d’un renard et parent de la belette.

La Martre était une grande chasseresse. Elle vivait dans le monde de l’hiver avec les humains, les oiseaux et d’autres animaux. L’hiver était souvent si rigoureux que tous manquaient de nourriture.

De nombreux animaux mouraient de froid et de faim pendant l’hiver. Un jour, la Martre décida que leur seul espoir était d’aller dans le monde de l’été et d’en rapporter le temps chaud.

Mais les villageois et les animaux du monde de l’été ne voulaient pas partager leur bien.

La Martre convoqua donc tous les animaux et les oiseaux de l’hiver pour discuter de ce qu’il fallait faire.

Le Rat musqué, qui vivait entre les deux saisons, était le seul à savoir que l’été était caché dans une île lointaine.

Au centre de cette île, il y avait une cabane, et sur un mur de cette cabane était accroché le sac de l’été.

Personne ne pouvait s’en approcher car il était jalousement gardé par la Grue et la Grenouille.

Même lorsque toutes les créatures de l’été partaient à la chasse, ces deux gardes restaient toujours derrière pour surveiller le sac.

Dès que quelque chose s’approchait de l’île, tous les chasseurs sautaient dans leurs canots pour aller voir ce que c’était.

Il serait extrêmement difficile pour les animaux de l’hiver de prendre possession du sac de l’été.

Un plan fut élaboré, et vint le temps où la Martre et ses amis devaient passer à l’action.

Cette nuit-là, le Hibou vola vers la cabane où la Grue et la Grenouille gardaient leur précieux trésor. Il se posa à terre et regarda à l’intérieur pour voir où le sac était accroché.

Ensuite, le Rat musqué fut envoyé pour gruger les pagaies des chasseurs jusqu’au point de rupture. Le meilleur nageur de tous les animaux à longues pattes était le Caribou.

Il commença à nager vers l’île. Dès que les chasseurs l’aperçurent, ils sautèrent dans leurs canots et pagayèrent vers lui.

Le Caribou nagea le plus vite possible en s’éloignant de l’île jusqu’à ce que les pagaies se brisent et que les chasseurs soient en rade sur l’eau.

Le Caribou revint alors par derrière dans la cabane et prit la Grenouille et la Grue par surprise.

Il s’empara rapidement du sac et courut jusqu’à ce qu’il retrouve les animaux de l’hiver. Ils se relayèrent pour porter le sac secret de l’été dans leur monde.

Lorsque les animaux de l’été eurent enfin dérivé vers la rive, ils se mirent à suivre la trace des animaux de l’hiver afin de récupérer le sac secret de l’été.

Ils finirent par voir la Martre qui portait le sac.

La Martre alla vers les arbres pour échapper aux animaux de l’été mais elle ne put pas grimper assez haut pour éviter les flèches des chasseurs, et l’une d’elles finit par l’atteindre.

La flèche emporta la Martre dans le ciel sombre du nord, et avec elle le sac secret de l’été.

Depuis lors, les animaux de l’été et ceux de l’hiver se sont entendus pour partager les saisons.

Le partage se fit de manière à ce que chacun ait six mois d’hiver et six mois d’été.

Le Créateur savait que la Martre voulait protéger ses amis contre la famine et la mort. Il empêcha donc la Martre de retomber sur la Terre et la plaça parmi les étoiles.

Chaque année, la Martre traverse le ciel. Lorsque la flèche la touche, elle roule sur le dos dans le ciel d’hiver.

Lorsque l’hiver est presque terminé, elle se remet sur ses pieds et recommence à donner du temps chaud sur la Terre.

 

Source: Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine, 2003

Déjà, sur le même blog...: http://pocombelles.over-blog.com/2014/06/une-belle-martre-est-morte.html

Une jeune martre femelle née au printemps, tuée par une auto (et laissée sur la chaussée) sur une petite route de la forêt de Rambouillet, dans les Yvelines. La martre est reconnaissable à son pelage brun cholocolat, à la tache orangée sous la gorge et à la truffe noire. Photo: Pierre-Olivier Combelles (septembre 2016).

Une jeune martre femelle née au printemps, tuée par une auto (et laissée sur la chaussée) sur une petite route de la forêt de Rambouillet, dans les Yvelines. La martre est reconnaissable à son pelage brun cholocolat, à la tache orangée sous la gorge et à la truffe noire. Photo: Pierre-Olivier Combelles (septembre 2016).

Lire la suite

La légende des Pléiades des Assiniboins de Saskatchewan

27 Septembre 2016 , Rédigé par POC

pleiades

 

Sept frères vivant seuls dans les Plaines du Nord passaient leur existence à rechercher leurs parents. Toujours en déplacement, ils devaient continuellement trouver de la nourriture et un nouvel abri pour dormir. Fatigué d'une telle vie misérable, le plus jeune d'entre eux, qui jouait avec une toile d'araignée, dit : « Pourquoi ne pas nous transformer en quelque chose d'autre? Nous pourrions être plus heureux ainsi. »

« C'est une bonne idée, mais en quoi devrions-nous nous changer? », se dirent-ils.Légendes amérindiennes

« Pourquoi ne pas se transformer en rochers? », dit l'un d'eux. « Ne soit pas stupide », dit un autre. « Les rochers peuvent se briser. »

« Les arbres ne se brisent pas, ils plient avec le vent » ajouta un des frères. « Même les grands arbres sont emportés par le vent et les tempêtes », rétorqua un autre.

L'après-midi s'écoula ainsi sans que les sept frères ne retiennent une solution, puis la nuit s'installa.

« Pourquoi ne pas prendre la forme de la nuit? La nuit n'est jamais détruite! », dit un des frères. « La nuit a peur de la lumière et fuit lorsque le jour arrive », dit un autre.

« Alors pourquoi ne pas se transformer en étoiles? », dit le plus sage des frères. « Elles habitent le ciel et ne meurent jamais. »

Les sept frères trouvèrent qu'il s'agissait là de la meilleure idée. Le plus jeune des frères disposa alors chacun de ses frères dans le ciel à l'aide de la toile d'araignée. Il en plaça trois à sa droite et trois à sa gauche, puis il prit place au milieu. Ils y sont tous encore aujourd'hui.

Source: ASTROLAB du Mont Mégantic http://astro-canada.ca/_fr/a4101.php

Lire la suite

Autoportrait en indigène des Îles Radak

26 Septembre 2016 , Rédigé par POC

Homme  des îles Radak, dans le Pacifique. Peinture de Louis Choris. Voyage dans le Pacifique (1815-1818). Editions Chandeigne (2008)

Homme des îles Radak, dans le Pacifique. Peinture de Louis Choris. Voyage dans le Pacifique (1815-1818). Editions Chandeigne (2008)

Lire la suite

Agriculture: Trade Wars and Food Wars. Obama and the Multi-Nationals (James Petras)

22 Septembre 2016 , Rédigé par POC

The concentration and centralization of the agro-business multi-nationals advances with gigantic strides: Potash Corp and Agrium have combined into a $30 billion monopoly over the world fertilizer market. Dow Chemical and DuPont combine in a $130 billion dollar deal in the seed and agricultural chemicals sector.

Conclusion

US multi-national agro-business mergers have upped the ante in provoking social upheavals, North and South. While the agro-business elite expands overseas and increases domestic profits, it does so by heightening class and national conflicts, which, in turn, provoke brutal state repression.

The alliance between agro-business and militarism is a major factor driving the global ascent of populism and nationalism, as well as Islamist radicalism.

The ‘war versus trade’ contradiction dividing the US business elite has created a disjointed political class spinning in both directions without coherence.

The electorate reacts with double negatives: hostile to their own leaders and hostile to any alternatives. The response may well be greater abstention and withdrawal by the voters.

The US and EU multi-nationals, pivoting toward greater concentration of wealth and mega-monopolies, have yet to undermine the nature of Chinese state power - the ultimate arbiter of agriculture in Asia. As Thailand, Cambodia, Laos, Philippines and Myanmar develop closer trade and diplomatic ties with China, the MNCs have to deal with new competition and challenges from non-multi-national adversaries.

Besides Japan, and possibly South Korea, the US trade war against China has few regional allies. Obama’s militarist ‘pivot’ resonates with few outside of the US presidential election rhetoric.

In the European Union, nationalist populist movements and governments are questioning Obama’s proposed ‘Trans-Atlantic Trade and Investment Partnership’ (TTIP), particularly in regard to its impact on European agriculture. As the costs of food production and consumer prices increase the US-sponsored TTIP loses its supporters, because Washington’s conservative allies in Europe need the vote of small-scale farmers and middle class consumers in France, Poland, Hungary and elsewhere.

In India, the huge multinational agribusiness mergers are playing havoc with the political leaders in the BJP as they face scores of millions of devastated peasant producers.

In other words, mega-agro powers form a two-edged sword in world capitalism: They strengthen the economies of the imperial powers while undermining their own electoral mass base. The feeble efforts to regulate these mergers have failed, as expected. When the ‘free market’ pulverizes small producers and local suppliers, it creates the conditions for class wars on many fronts, in the West and in the East, in the US and the EU, in China and in India.

(...)

Lisez l'article complet ici: http://petras.lahaine.org/?p=2101

Lire la suite