Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Définition du gentleman, par Gerard Manfred Hopkins (1844-1889)

19 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

 

" Si un gentleman sent que le fait d’être ce que nous appelons un gentleman est chose essentiellement plus haute que d’être un artiste ou un penseur, si grand soit-il, sans être un gentleman : ou si, pour présenter les choses autrement, un artiste ou un penseur sent qu’en atteignant à la grandeur de cette manière il restera essentiellement inférieur à un gentleman qui ne serait ni artiste ni penseur – s’il en est ainsi, combien plus l’art et la philosophie et les manières doivent-ils être inférieurs au moindre degré de véritable vertu ! C’est cette chasteté d’esprit qui semble résider au fond même du cœur et être la mère de tout autre bien, le fait de voir dès l’abord ce qui est le meilleur, de s’y tenir et de ne permettre à quoi que ce soit ne serait-ce que de plaider en faveur du contraire. (…) Cette retenue [du Christ Jésus] m’apparaît comme la racine de toute sa sainteté, et l’imitation de cette retenue comme la racine de tout bien moral chez les autres hommes. Je tiens donc comme vous, et avec véhémence, qu’un gentleman, s’il existe rien de tel sur la terre, est en droit de mépriser le poète, fût-il Dante ou Shakespeare, fût-il Angelo ou Apelles, pour tout ce qui n’est pas chez lui d’un gentleman. Il est en droit de le faire, dis-je, mais s’il est un gentleman, c’est qu’il ne le fera sans doute pas. "

(Lettre à Bridges, Stonyhurst College, Blackburn, 3 février 1883. Poèmes et proses de Gerard Manley Hopkins, traduit de l’anglais par Pierre Leyris. Points-Seuil, 1980.)

 
 Gerard Manley Hopkins (1844-1889), poète jésuite anglais converti au catholicisme

 

Lire la suite

Béthune!

18 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Béthune


 


BETHUNE !

(crié à la bataille d'Azincourt, 1415)


Lire la suite

Le Pen: les préparatifs d'une guerre contre l'Iran. 16 septembre 2008

18 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Le Pen : les préparatifs d’une guerre contre l’Iran

 

 

(Discours de clôture de l’université d’été du Front national)

 

Alors, mesdames et messieurs, je vous le dis sans détour : nous n’avons pas à participer à une quelconque guerre religieuse ou politique contre l’Iran.

 

A l’heure où je vous parle en effet, d’importants mouvements militaires américains, anglais et Français se dessinent en direction du Golfe Persique, tandis que le Congrès américain discute sur le projet d’imposer un blocus maritime à l’Iran.

 

Le blocus maritime, c’est toujours la première étape vers la guerre, comme le précédent irakien l’a bien montré.

 

Une importante armada alliée est désormais positionnée dans l’Océan indien.

 

Elle comprend deux des plus gros porte-avions de l’US Navy, deux porte aéronefs, dont l’un des Marines, un sous marin nucléaire Français ainsi que l’ensemble de leurs groupes de combat associés.

 

Des navires d’assaut amphibie des Marines et leurs groupes expéditionnaires font partie de la Task Force ainsi que des unités des forces spéciales de l’US Navy.

 

Les porte-avions USS Ronald Reagan et USS Roosevelt, flanqués de leurs groupes d’attaque, ont quitté leurs bases respectives du Japon et de Virginie.

 

Ils se sont déployés dans la zone qui s’étend du Golfe Persique à l’océan indien occidental.

 

Six porte avions et l’ensemble de leurs navires d’escorte sont désormais à proximité du Golfe.

 

En comptant les unités déployées pour les missions de surveillance des côtes somalies, de soutien au déploiement en Afghanistan et de contrôle du Golfe, ce sont plus de 100 bâtiments de combat qui sont sur zone ou à proximité, et plus de 1500 avions de combat, concentrés dans un rayon utile pour un bombardement massif.

 

C’est là une concentration navale sans précédent depuis 1991, date de la première guerre contre l’Irak.

 

Les essais de la nouvelle bombe américaine anti-bunkers, la MOP, sont terminés depuis début juillet, ainsi que les exercices de bombardements réalisés sur Guam.

 

Le Koweit a mis ses forces armées en état d’alerte et il ya quelques jours, la diplomatie de Sarkozy a fort opportunément détaché de l’Axe du Mal le seul allié potentiel de l’Iran dans la région, c’est-à-dire la Syrie, comme pour mieux isoler Téhéran.

 

Alors, au nom de l’opinion mondiale, qui a le droit de savoir, je pose la question aux autorités américaines : de quoi s’agit-il exactement ?

 

D’une intervention sans l’aval de l’ONU ?

 

Est-ce que l’armada alliée est là pour imposer un blocus sur les produits pétroliers ?

 

Et sur le fondement de quel mandat international ?

 

S’agit-il, au travers de cette concentration de troupes, de créer les conditions d’un incident avec les Pasdarans, les Gardiens de la Révolution iranienne, pour engager une épreuve de force ?

 

Je pose également la question à Nicolas Sarkozy :

 

Pourquoi un sous-marin nucléaire français est-il engagé au côté des américains ?

 

Pourquoi un groupe de six avions Rafale de l’aéronavale française est-il à bord du porte-avions USS Roosevelt ?

 

C’est la première fois, mesdames et messieurs, je dis bien la première fois, que des chasseurs bombardiers français sont opérationnels sur un porte-avion américain. Le 17 juin dernier, à l’occasion de la réception de la Commission du Livre Blanc, le Chef de l’Etat déclarait pourtant : " La France ne placera jamais aucun contingent militaire sous commandement de l’OTAN en temps de paix ".

 

Là, il ne s’agit même pas de placer nos troupes sous l’égide d’une organisation internationale comme l’OTAN mais de les mettre sous l’autorité d’une autre nation, les Etats-Unis d’Amérique !

 

Nos maigres moyens devraient être exclusivement au service de la défense des intérêts français.

 

 

 

 

Lire la suite

Liberté

17 Juin 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

Une foule homogène ne réclame pas liberté.
La société hiérarchisée n'est pas seulement la seule où l'homme peut être libre, mais aussi la seule où il lui est indispensable de l'être.

Nicolas Gomez Davila

Lire la suite

Anima Christi

1 Juin 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion



Âme du Christ, sanctifiez-moi,

Corps du Christ, sauvez-moi.

Sang du Christ, enivrez-moi,

Eau du côté du Christ, lavez-moi.

Passion du Christ, fortifiez-moi.

O bon Jésus, exaucez-moi.

Dans vos blessures, cachez-moi.

Ne permettez pas que je sois séparé de vous.

De l’ennemi défendez-moi.

À ma mort appelez-moi.

Ordonnez-moi de venir à vous,

Pour qu’avec vos saints je vous loue,

Dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

 

 

Anima Christi, sanctifica me.

Corpus Christi, salva me.

Sanguis Christi, inebria me.

Aqua lateris Christi, lava me.

Passio Christi, conforta me.

O bone Jesu, exaudi me.

Intra tua vulnera absconde me.

Ne permittas me separari a te.

Ab hoste maligno defende me.

In hora mortis meae voca me,

Et jube me venire ad te,

Ut cum Sanctis tuis laudem te

In saecula saeculorum.

Amen.





Lire la suite

Saint Vincent de Paul

31 Mai 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion



Cherchons les plus pauvres et les plus abandonnés: ils sont nos seigneurs et nos maîtres.

Saint Vincent de Paul

Lire la suite

Sur l'usage des biens

25 Mai 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

"L'homme ne doit pas avoir des choses extérieures comme si elles lui étaient propres, mais comme étant communes."

Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique, II, II, 66, 2)

C'est pourquoi la formule révolutionnaire et marxiste : "La propriété, c'est le droit d'user et d'abuser" est inique.

Lire la suite

Le réactionnaire, par Nicolas Gomez Davila

21 Mai 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

"Si le progressiste se tourne vers l’avenir, et le conservateur vers le passé, le réactionnaire ne cherche ni dans l’histoire d’hier ni dans l’histoire de demain le paradigme de ses aspirations. Le réactionnaire n’acclame pas ce que doit apporter la prochaine aube, ni ne s’accroche aux ombres ultimes de la nuit. Sa demeure s’élève dans cet espace lumineux où les essences l’interpellent par leur présence immortelle. Le réactionnaire échappe à l’esclavage de l’histoire, parce qu’il poursuit dans la jungle humaine des traces de pas divins. Les hommes et les faits sont, pour le réactionnaire, une chair servile et mortelle qu’animent des souffles venus d’ailleurs. Être réactionnaire, c’est défendre des causes qu’on ne joue pas aux dés de l’histoire, des causes qu’il importe peu de perdre. Être réactionnaire, c’est savoir que nous ne découvrons que ce que nous croyons inventer ; c’est admettre que notre imagination ne crée pas, qu’elle ne fait que dénuder de tendres corps. Être réactionnaire, ce n’est pas embrasser des causes déterminées, ni plaider pour des fins déterminées, mais soumettre notre volonté à la nécessité qui n’étouffe pas, ranger notre liberté à l’exigence qui ne contraint pas ; c’est surprendre les évidences qui nous guident, endormies sur la grève des lacs millénaires. Le réactionnaire n’est pas un nostalgique rêvant de passés abolis, mais celui qui traque des ombres sacrées sur les collines éternelles." (Le réactionnaire authentique)

 

Le Réactionnaire authentique

, Anatolia - Éditions du Rocher, 2005. Choix de Samuel Brussell, préface de Martin Mosebach. Traduit de l'espagnol par Michel Bibard.
Lire la suite

"Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui..." (Ernst Jünger)

16 Mai 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

"Ce mélange de pathétique et de comique, cette prose empruntée aux militaires, jusque chez les pacifistes, tout cela devrait convaincre une fois pour toutes l'ami des Muses égaré dans la politique qu'il n'a rien à attendre d'une pareille compagnie. Et encore moins à en espérer; c'est ce que prouve le destin du poète dans la révolution française, et presque chacune des autres.

Moins l'ami des Muses a affaire à l'homme politique, mieux cela vaut pour lui, et cela vaut de n'importe quel système. Il peut déjà s'estimer heureux de n'être point aperçu, ou même d'être simplement toléré.

(...)

Ce qui compte pour l'artiste, que ce soit sous la monarchie ou en démocratie, c'est l'intérêt que prend le puissant aux arts - pour parler simplement, son goût. Il est vrai que la Nature, et déjà la compréhension des éléments qui la constituent, font que le bon goût est moins inaccessible à la justice qu'à l'étroitesse fanatique de l'idéologie."


Ernst Jünger, L'auteur et l'écriture, Christian Bourgois, 1983.

Lire la suite

8 mai 1429: délivrance d'Orléans par Jeanne d'Arc

8 Mai 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France





Qui vit donc chose advenir

Plus hors de toute opinion

Que France, de qui mention

On faisait qu’à terre est tombée,

Soit par divine mission

De mal en si grand bien mué,

Et par tel miracle vraiment

Que, si chose n’était notoire

Et évident quoi et comment,

Il n’est homme qui le pût croire !

Chose est bien digne de mémoire

Que Dieu, par une vierge tendre

Ait ainsi voulu [chose voire (vraie)]

Sur France si grand grâce étendre. (Q, v, 3 et s)



Christine de Pisan

(Ecrit en 1429, alors qu’elle vivait retirée dans une abbaye depuis 11 ans. )

Lire la suite