Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

La foi ne peut être vraiment défendue que par un pouvoir temporel indépendant du pouvoir spirituel

1 Novembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion

La révolution de l'Eglise catholique depuis Vatican II et la crise actuelle de la FSSPX divisée par le Motu Proprio et la menace de ralliement à Rome, résultat de manoeuvres extérieures et intérieures, s'expliquent par le fait que depuis la fin de la monarchie, la vraie foi catholique ne dépend plus que des clercs et de laïques sans autorité, alors qu'elle devrait être défendue par un POUVOIR TEMPOREL  INDEPENDANT DU POUVOIR SPIRITUEL, le roi exerçant la justice et la chevalerie exerçant,ce que le R.P. Bruckberger, à la suite de Joinville, appelait "l'efficacité justicière"*.

Aujourd'hui, en Russie, le pouvoir temporel est exercé par le Président Medvedev et par le Premier Ministre et ancien Président Vladimir Poutine, et le pouvoir spirituel par Alexis II,  Patriarche de Moscou et de toutes les Russies. Le Président Medvedev et le Premier Ministre Vladimir Poutine agissent en bons princes chrétiens en défendant le christianisme orthodoxe comme religion d'Etat. Notamment contre les manoeuvres "oecuméniques" du Vatican maçonnique et gnostique au service du NWO, dont le but est de de faire rentrer le christianisme orthodoxe dans la religion noachide.

L'Eglise catholique toute entière retrouvera sa foi lorsque la France retrouvera un prince chrétien à sa tête.


Béthune

1er novembre 2008, en la fête de la Toussaint.


*(Joinville: Histoire de Saint Louis. Affaire (racontée par Saint Louis à Joinville) dans laquelle un rabbin, invité par l'Abbé de Cluny à un dialogue oécuménique avant la lettre, fut frappé par un chevalier parce qu'il avait osé insulter la Vierge Marie, Mère de Dieu, dans Sa Maison. Scandale. Réprimandé par l'Abbé de Cluny, le chevalier expliqua ses raisons et lui reprocha sa responsabilité dans  l'affaire).


Prière "Anima Christi", attribuée à Saint Ignace de Loyola.
http://www.youtube.com/watch?v=l-wrEKTfQdQ



Lire la suite

Interview du colonel Mohamed Ali Seineldin, officier argentin lors du piège de la guerre des Malouines

28 Octobre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

http://lasantaalianza.blogspot.com/2007/06/entrevista-mohamed-ali-seineldin.html :

Rescato esta entrevista que publicó el diario sensacionalista de Pedro Jeta el Exuperanciano " El Mundo "; donde a mi parecer, aunque ya haya pasado algún tiempo, expone aspectos muy interesantes de lo que fue la sufrida Guerra de las Malvinas. ( La entrevista apareció el pasado lunes 2 de Abril del 2007 )

MOHAMED ALI SEINELDIN / Jefe militar argentino en la Guerra de las Malvinas





El Coronel Seineldin habla por primera vez con la prensa escrita de la guerra entre Argentina y Gran Bretaña. Fue un conflicto improvisado, una operación política que a medio camino hubo que enfocar hacia lo bélico. Según el militar, Washington alentó un ataque de Buenos Aires porque estaba interesado en independizar las islas y convertilas en Estado autónomo.



" EEUU indujo a Argentina a atacar. Fue una trampa "


JUAN IGNACIO IRIGARAY. Especial para EL MUNDO


BUENOS AIRES.- Mezcla de cruzado y falangista, el coronel Mohamed Ali Seineldin encarna al prototipo de militar católico y nacionalista de Argentina. Pero a diferencia de la mayoría de sus pares no fue denunciado por corrupción ni asesinato de opositores y torturas durante la dictadura, de 1976 a 1983.


En la guerra que Argentina y Gran Bretaña entablaron en 1982 por la posesión de las islas Malvinas o Falkland, comandó el regimiento de Infantería 25 que peleó duro y asestó bajas a los británicos. Los soldados veteranos aún hoy veneran al anciano coronel, porque recuerdan que los acompañó en las trincheras.


Destituido del Ejército en los 80 por liderar cuartelazos de los ultras carapintadas - por lo cual purgó 12 años de prisión -, Seineldin está retirado de la vida pública y a sus 73 años se dedica, sobre todo, a ejercer de abuelo.


En esta entrevista exclusiva concedida a EL MUNDO, por primera vez habla con la prensa escrita española de lo que vivió durante aquella guerra.


Pregunta.- ¿ Por qué dieron el salto de ocupar las islas ?

Respuesta.- En 1977 yo me presenté en el Estado Mayor del Ejército para preparar la hipótesis de guerra Malvinas. Mi jefe la rechazó y me dijo: " No podemos ir contra Gran Bretaña, contra Estados Unidos ". Me trató como si estuviera borracho. Sin embargo, cinco años después sucedió la recuperación. Entonces, hay que concluir que en lo de Malvinas actuó la Providencia, yo creo en la Providencia.


P.- ¿ No hubo una planificación estratégica ?

R.- La operación no estaba preparada, fue improvisada. Era una operación más política que militar. Hay guerras que se preparan durante 20 años pero ésta se montó en 2 meses. Iba a ser el 24 de mayo, así el 25 de mayo ( fecha de la independencia de España ) festejábamos una nueva independencia, esta vez de Inglaterra. Pero los ingleses se alertaron y hubo que adelantarla al 2 de abril.


P.- ¿ Los militares argentinos estaban preparados ?

R.- Las instrucciones que recibí eran ocupar las islas y evitar muertes de ingleses, porque las diferencias se iban a arreglar en los foros internacionales. Nuestros jefes pensaban que esas islas a Gran Bretaña le daban pérdidas económicas. Y que Londres iba a terminar aceptando la presencia argentina. Sin embargo fue al revés. En el medio del camino hubo que cambiar de una operación política a una militar.


P.- ¿ Qué papel cumplió Estados Unidos, que tenía excelentes relaciones con la dictadura argentina ?

R.- Hubo un acuerdo del Gobierno militar con alguien de los Estados Unidos, que indujo a Argentina a atacar pero nunca vamos a saber quién fue. Igual le pasó a Saddam Hussein cuando invadió Kuwait. Existió una trampa que preparó el imperio angloamericano, Estados Unidos e Inglaterra. No se olvide que para los estadounidenses la reina de Inglaterra es el papa. Nunca los americanos renunciaron a ese papado. Ellos esaban por independizar las islas - aún hoy lo quieren hacer - y considerarlas un Estado autónomo. A partir de ese momento Argentina nunca recuperaría las islas.


P.- ¿ Cómo entró en combates su regimiento ?

R.- Desembarcamos y hubo algunas escaramuzas. Luego parte de mi regimiento - eran 1.000 hombres - enfrentó en Darwin el desembarco de los ingleses. Yo estaba lejos, a muchos kilómetros. Mis soldados causaron muchas bajas a los ingleses. Por ejemplo, liquidaron al jefe de los paracaidistas y derribaron helicópteros. Y luego sufrimos muchos heridos, estábamos muy dispersos.


P.- ¿ Cuántos de sus soldados murieron en total ?

R.
- Doce hombres que pelearon duro. Y hubo 35 heridos. El 90% de mis hombres atropelló a la bala, o sea que la bala no los atropelló a ellos, y pelearon heroicamente. El único regimiento con soldados de apenas 18 años era el nuestro. El uniforme les quedaba grande, pero pelearon como leones. Los ingleses creían que eran fuerzas especiales y como sufrieron muchas bajas se replegaron.


P.- ¿ Por qué Argentina perdió la guerra ?

R.- Perdimos una batalla. La guerra se sigue desarrollando. Esa batalla se perdió porque no hubo planificación. La primera fase, de recuperación, fue exitosa. La segunda, de defensa, falló porque de entrada nos bloquearon el abastecimiento, con aviones satelitales, submarinos atómicos, etc. Quedamos encerrados y no pudimos defenderlas.


P.- ¿ Cómo sobrevive un jefe militar a la derrota ?

R.- Una derrota es lo peor que le puede suceder a un soldado. Es una marca tremenda en el corazón. Yo siempre digo que preferiría haber muerto en las Malvinas a no volver a casa derrotados. Pero las muertes heroicas son privilegio de las buenas personas. Se ve que no soy buena persona porque no me lo otorgaron ( Se ríe ). Morir en combate, morir por una causa noble, es una santificación
.

Lire la suite

Testament de Saint Louis

7 Octobre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #France

 

Beau Fils, la première chose que je t’enseigne est que tu mettes tout ton cœur à aimer Dieu. Car sans cela nul ne peut se sauver.

Garde-toi de faire chose qui à Dieu déplaise, c’est-à-dire mortel péché. Tu devrais même souffrir toutes manières de tourment plutôt que de pécher mortellement.

Si Dieu t’envoie adversité, souffre-la en bonne grâce et en bonne patience, et rends-Lui en grâce et pense que tu l’as bien desservi et qu’il tournera tout à ton profit.

S’il te donne prospérité, L’en remercie humblement, en sorte que tu n’en sois pas pire ou par orgueil ou par autre manière, de ce dont tu dois mieux valoir. Car l’on ne doit pas Dieu de ses dons guerroyer.

Confesse-toi souvent, et élis confesseurs prud’hommes qui te sachent enseigner ce que tu dois faire et de quoi tu dois te garder…

Le service de Sainte Eglise écoute dévotement sans bourder et rire, regarder çà et là ; mais prie Dieu de bouche et de cœur en pensant à Lui dévotement et spécialement à la Messe à l’heure que la Consécration est faite.

Le cœur aie doux et pitoyable aux pauvres et à ceux qui souffrent de cœur et de corps, et les conforte et leur aide selon ce que tu pourras.

Maintiens les bonnes coutumes du royaume et les mauvaises abaisse.

Ne convoite pas sur ton peuple, ne le charge pas d'impôts ni de taille, et si ce n’est par trop grand besoin.

Si tu as quelque affliction de cœur, dis-la aussitôt à ton confesseur ou à quelque prud’homme. Ainsi tu la porteras plus légèrement.

Gardes que tu aies en ta compagnie tous prud’hommes, soit religieux, soit séculiers ; aie souvent parlement avec eux et fuis la compagnie des mauvais.

Et écoute volontiers les semons ou publics ou privés ; et recherche volontiers prières et pardons.

Aime tout bien et hais tout mal en quoi que ce soit.

Nul ne soit si hardi qu’il dise devant toi parole qui attire ou pousse à pécher, ou qu’il médise par détraction.

Ne souffre que l’on dise devant toi nulle vilenie de Dieu ni de ses saints, que tu n’en fasses tantôt vengeance.

Rends souvent grâces à Dieu de tous les biens qu’Il t’a faits, afin que tu sois digne d’en plus avoir.

Pour justice et droiture garder, sois raide et loyal envers tes sujets, sans tourner ni à droite ni à gauche, mais toujours droit.

Et si un pauvre a querelle contre un riche, soutiens le pauvre plus que le riche jusques à temps que la vérité soit éclaircie.

Si quelqu’un a querelle contre toi, sois toujours pour lui et contre toi jusque l’on sache la vérité. Car ainsi jugeront les conseillers plus hardiment selon droiture et selon vérité.

Si tu retiens rien d’autrui, ou par toi ou par tes devanciers, si c’est chose certaine, rends sans tarder. Si c’est chose douteuse, fais enquérir par sages hommes en hâte et diligemment.

À cela tu dois mettre toute ton attention que tes gens et tes sujets vivent en paix et en droiture sous toi, mêmement les bonnes villes et les bonnes cités de ton royaume ; et les garde en l’état et en la franchise où tes devanciers les ont gardées. Et s’il y a choses à amender, amende-les et les redresse, et les tiens en faveur et amour.

Car par la force et la richesse de tes bonnes villes, les particuliers et étrangers redouteront de se mal conduire envers toi, spécialement les pairs et les barons. Il me souvient de Paris et des bonnes villes de mon royaume, qui m’aidèrent contre les barons quand je fus nouvellement couronné.

Honore et aime particulièrement les religieux et toutes personnes de sainte Eglise.

L’on raconte du roi Philippe, mon aïeul, qu’une fois un de ses conseillers lui dit que la sainte Eglise lui faisait grands torts et forfaits, en ce que les clercs lui ôtaient de son droit et empiétaient sur sa justice ; que c’était grande merveille qu’il le souffrît. Et le bon roi répondit qu’il le croyait bien. Mais quand il regardait les bontés et les courtoisies que Dieu lui avaient faites, il aimait mieux laisser son droit aller que susciter contestation ou scandale à la Sainte Eglise.

À ton père et à ta mère tu dois honneur et révérence porter, et garder leurs commandements.

Aime tes frères et veuille toujours leur bien et leur avancement, et tiens leur lieu de père pour les enseigner sur tout bien. Garde-toi que, par amour pour eux, tu te détournes de faire droit et que tu ne fasses à autrui chose que tu ne dois.

Donne les bénéfices de sainte Eglise à personnes bonnes et dignes, et sur le conseil de prud’hommes. Et donne à ceux qui n’ont rien de sainte Eglise.

Garde-toi d’exciter guerre sans très grande délibération et surtout contre tout homme chrétien. S’il faut la faire, garde sainte Eglise et ceux qui n’ont en rien méfait, de tout dommage.

Apaise au plus tôt que tu pourras guerres et conflits soit tiens, soit de tes sujets comme Saint Martin faisait ; car, au temps que par Notre Seigneur il savait qu’il devait mourir, il alla pour mettre la paix entre les clercs de son archevêché ; et lui fut avis que, ce faisant, il faisait bonne fin.

Sois diligent d’avoir bons prévôts et bons baillis et enquiers souvent d’eux et de ceux de ta maison, comme ils se conduisent.

Cher Fils, je t’enseigne que tu sois toujours dévot à l’Eglise de Rome et au souverain pontife, notre père, et que tu lui portes révérence et honneur comme tu dois à ton père spirituel. Travaille-toi à empêcher tout péché et principalement vilain sermon et fais détruire les hérésies suivant ton pouvoir.

Encore je te requiers que tu reconnaisses les bienfaits de Notre-Seigneur et que tu lui rendes grâces et merci.

Prends garde que les dépenses de ton hôtel soient raisonnables et mesurées.

Enfin, doux fils, je te conjure et requiers que, si je meurs avant toi, tu fasses secourir mon âme en messes et oraisons, par tout le royaume de France, et que tu m’accordes une part spéciale et plénière dans tout le bien que tu feras.

En dernier, cher fils, je te donne toutes bénédictions que bon père et pieux peut donner à son fils, et que benoîte Trinité et tous les saints te gardent et te défendent de tout mal ; et que Dieu te donne sa grâce de faire sa volonté toujours, de sorte qu’il soit honoré par toi.

Et que nous puissions après cette mortelle vie être ensemble avec Lui et Le louer sans fin.

Amen.

Lire la suite

Benjamin Franklin et la naissance des républiques, par Bonald

24 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Une vérité incontestable est que toutes les républiques, anciennes ou modernes, grandes ou petites, ont dû leur naissance à l'ambition du pouvoir. L'oppression n'a jamais été qu'un prétexte. En Amérique, quelques droits modiques sur le thé servirent de prétexte, à défaut d'un motif plus grave ; et pour payer cette boisson malsaine quelques sous de moins, l'Amérique fut dépeuplée, fut ruinée, la guerre s'alluma dans les deux mondes, le sang humain coula à grands flots ; et le grand homme, qui n'exposait sa vie qu'au danger des indigestions des dîners de Paris, s'applaudissait des progrès de l'incendie qu'il avait allumé ; et tandis qu'il riait en secret de la sottise des peuples, il s'extasiait en public sur l'énergie républicaine et les progrès de l'esprit humain. On ne contestera pas sans doute que la démocratie française ne doive sa naissance à l'ambition réduite à inventer les prétextes les plus absurdes, lorsque les intentions bien connues du malheureux Louis XVI, et les dispositions non équivoques de tous les ordres de l'État ne permettaient pas d'alléguer des motifs.

Lire la suite

Pensées de Bonald

23 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

Dans toutes les révolutions il y a un dessous de cartes, qui n'est pas toujours connu, parce que les meneurs périssent souvent dans les troubles inséparables de la révolution, et emportent avec eux leur secret que des événements ultérieurs auraient dévoilé. Cependant les effets arrivent, parce que l'impulsion est donnée ; mais le voile reste sur les causes, et la foule imbécile, qui ne les soupçonne pas, imagine du merveilleux pour expliquer les effets.

 Bonald

 

Quelques pensées de Bonald trouvées aussi sur le site http://royalartillerie.blogspot.com/2007/10/bonald-lautre-monarchiste.html  qui lui consacre un bon article :

 

L'homme pense sa parole avant de penser sa pensée.

 

L'homme a plus de prévoyance à mesure qu'il a moins de mémoire.

 

Un recueil de pensées ressemble à ces lignes militaires trop étendues que l'ennemi peut percer en mille endroits.

 

Dans une société bien réglée, les bons doivent servir de modèle et les méchants d'exemple.

 

L'homme n'est riche que de la modération de ses désirs.

 

A un homme d'esprit, il ne faut qu'une femme de sens ; c'est trop de deux esprits dans une maison.

 

Les bibliothèques, ces cimetières de l’esprit humain, où dorment tant de morts qu’on n’évoquera plus.

 

Il y a des gens qui ne savent pas perdre leur temps tout seuls : ils sont le fléau des gens occupés.

 

Il faut, quand on gouverne, voir les hommes tels qu'ils sont, et les choses telles qu'elles devraient être.

 

Dans les crises politiques, le plus difficile pour un honnête homme n'est pas de faire son devoir, mais de le connaître.

 

L'irréligion sied mal aux femmes; il y a trop d'orgueil pour leur faiblesse.

 

La littérature est l'expression de la société, comme la parole est l'expression de l'homme.

 

Les hommes qui, par leurs sentiments, appartiennent au passé et, par leurs pensées à l'avenir, trouvent difficilement place dans le présent.

 

On ne devrait assembler les hommes qu'à l'église ou sous les armes; parce que là, ils ne délibèrent point, ils écoutent et obéissent.

 

Depuis l'Evangile jusqu'au Contrat Social, ce sont les livres qui ont fait les révolutions.

 

Dieu commande à l'homme de pardonner, mais en prescrivant à la société de punir.

 

Premiers sentiments, secondes pensées, c'est, dans les deux genres, ce qu'il y a de meilleur.

 

L'obéissance doit être active pour être entière, et la résistance passive pour être insurmontable.

 

L'homme n'existe que par la société et la société ne le forme que pour elle.

 

Les gens qui aiment la dispute devraient ne disputer que sur ce qu'ils ne peuvent jamais éclaircir ; alors la dispute serait intéressante, parce qu'elle serait interminable. Mais disputer sur l'existence de Dieu, l'immortalité de l'âme, la vie future, etc., ce n'est pas la peine. Il n'y a qu'à attendre.

 

L'homme naît perfectible, l'animal naît parfait.

 

 

Lire la suite

Définition du gentleman, par Gerard Manfred Hopkins (1844-1889)

19 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

 

" Si un gentleman sent que le fait d’être ce que nous appelons un gentleman est chose essentiellement plus haute que d’être un artiste ou un penseur, si grand soit-il, sans être un gentleman : ou si, pour présenter les choses autrement, un artiste ou un penseur sent qu’en atteignant à la grandeur de cette manière il restera essentiellement inférieur à un gentleman qui ne serait ni artiste ni penseur – s’il en est ainsi, combien plus l’art et la philosophie et les manières doivent-ils être inférieurs au moindre degré de véritable vertu ! C’est cette chasteté d’esprit qui semble résider au fond même du cœur et être la mère de tout autre bien, le fait de voir dès l’abord ce qui est le meilleur, de s’y tenir et de ne permettre à quoi que ce soit ne serait-ce que de plaider en faveur du contraire. (…) Cette retenue [du Christ Jésus] m’apparaît comme la racine de toute sa sainteté, et l’imitation de cette retenue comme la racine de tout bien moral chez les autres hommes. Je tiens donc comme vous, et avec véhémence, qu’un gentleman, s’il existe rien de tel sur la terre, est en droit de mépriser le poète, fût-il Dante ou Shakespeare, fût-il Angelo ou Apelles, pour tout ce qui n’est pas chez lui d’un gentleman. Il est en droit de le faire, dis-je, mais s’il est un gentleman, c’est qu’il ne le fera sans doute pas. "

(Lettre à Bridges, Stonyhurst College, Blackburn, 3 février 1883. Poèmes et proses de Gerard Manley Hopkins, traduit de l’anglais par Pierre Leyris. Points-Seuil, 1980.)

 
 Gerard Manley Hopkins (1844-1889), poète jésuite anglais converti au catholicisme

 

Lire la suite

Béthune!

18 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Béthune


 


BETHUNE !

(crié à la bataille d'Azincourt, 1415)


Lire la suite

Le Pen: les préparatifs d'une guerre contre l'Iran. 16 septembre 2008

18 Septembre 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Le Pen : les préparatifs d’une guerre contre l’Iran

 

 

(Discours de clôture de l’université d’été du Front national)

 

Alors, mesdames et messieurs, je vous le dis sans détour : nous n’avons pas à participer à une quelconque guerre religieuse ou politique contre l’Iran.

 

A l’heure où je vous parle en effet, d’importants mouvements militaires américains, anglais et Français se dessinent en direction du Golfe Persique, tandis que le Congrès américain discute sur le projet d’imposer un blocus maritime à l’Iran.

 

Le blocus maritime, c’est toujours la première étape vers la guerre, comme le précédent irakien l’a bien montré.

 

Une importante armada alliée est désormais positionnée dans l’Océan indien.

 

Elle comprend deux des plus gros porte-avions de l’US Navy, deux porte aéronefs, dont l’un des Marines, un sous marin nucléaire Français ainsi que l’ensemble de leurs groupes de combat associés.

 

Des navires d’assaut amphibie des Marines et leurs groupes expéditionnaires font partie de la Task Force ainsi que des unités des forces spéciales de l’US Navy.

 

Les porte-avions USS Ronald Reagan et USS Roosevelt, flanqués de leurs groupes d’attaque, ont quitté leurs bases respectives du Japon et de Virginie.

 

Ils se sont déployés dans la zone qui s’étend du Golfe Persique à l’océan indien occidental.

 

Six porte avions et l’ensemble de leurs navires d’escorte sont désormais à proximité du Golfe.

 

En comptant les unités déployées pour les missions de surveillance des côtes somalies, de soutien au déploiement en Afghanistan et de contrôle du Golfe, ce sont plus de 100 bâtiments de combat qui sont sur zone ou à proximité, et plus de 1500 avions de combat, concentrés dans un rayon utile pour un bombardement massif.

 

C’est là une concentration navale sans précédent depuis 1991, date de la première guerre contre l’Irak.

 

Les essais de la nouvelle bombe américaine anti-bunkers, la MOP, sont terminés depuis début juillet, ainsi que les exercices de bombardements réalisés sur Guam.

 

Le Koweit a mis ses forces armées en état d’alerte et il ya quelques jours, la diplomatie de Sarkozy a fort opportunément détaché de l’Axe du Mal le seul allié potentiel de l’Iran dans la région, c’est-à-dire la Syrie, comme pour mieux isoler Téhéran.

 

Alors, au nom de l’opinion mondiale, qui a le droit de savoir, je pose la question aux autorités américaines : de quoi s’agit-il exactement ?

 

D’une intervention sans l’aval de l’ONU ?

 

Est-ce que l’armada alliée est là pour imposer un blocus sur les produits pétroliers ?

 

Et sur le fondement de quel mandat international ?

 

S’agit-il, au travers de cette concentration de troupes, de créer les conditions d’un incident avec les Pasdarans, les Gardiens de la Révolution iranienne, pour engager une épreuve de force ?

 

Je pose également la question à Nicolas Sarkozy :

 

Pourquoi un sous-marin nucléaire français est-il engagé au côté des américains ?

 

Pourquoi un groupe de six avions Rafale de l’aéronavale française est-il à bord du porte-avions USS Roosevelt ?

 

C’est la première fois, mesdames et messieurs, je dis bien la première fois, que des chasseurs bombardiers français sont opérationnels sur un porte-avion américain. Le 17 juin dernier, à l’occasion de la réception de la Commission du Livre Blanc, le Chef de l’Etat déclarait pourtant : " La France ne placera jamais aucun contingent militaire sous commandement de l’OTAN en temps de paix ".

 

Là, il ne s’agit même pas de placer nos troupes sous l’égide d’une organisation internationale comme l’OTAN mais de les mettre sous l’autorité d’une autre nation, les Etats-Unis d’Amérique !

 

Nos maigres moyens devraient être exclusivement au service de la défense des intérêts français.

 

 

 

 

Lire la suite

Liberté

17 Juin 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Lettres

Une foule homogène ne réclame pas liberté.
La société hiérarchisée n'est pas seulement la seule où l'homme peut être libre, mais aussi la seule où il lui est indispensable de l'être.

Nicolas Gomez Davila

Lire la suite

Anima Christi

1 Juin 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #religion



Âme du Christ, sanctifiez-moi,

Corps du Christ, sauvez-moi.

Sang du Christ, enivrez-moi,

Eau du côté du Christ, lavez-moi.

Passion du Christ, fortifiez-moi.

O bon Jésus, exaucez-moi.

Dans vos blessures, cachez-moi.

Ne permettez pas que je sois séparé de vous.

De l’ennemi défendez-moi.

À ma mort appelez-moi.

Ordonnez-moi de venir à vous,

Pour qu’avec vos saints je vous loue,

Dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

 

 

Anima Christi, sanctifica me.

Corpus Christi, salva me.

Sanguis Christi, inebria me.

Aqua lateris Christi, lava me.

Passio Christi, conforta me.

O bone Jesu, exaudi me.

Intra tua vulnera absconde me.

Ne permittas me separari a te.

Ab hoste maligno defende me.

In hora mortis meae voca me,

Et jube me venire ad te,

Ut cum Sanctis tuis laudem te

In saecula saeculorum.

Amen.





Lire la suite