Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Henry de Monfreid: Radioscopie par Jacques Chancel (24 avril 1964)

8 Juillet 2016 , Rédigé par POC

Afficher l'image d'origine

Navigateur, trafiquant, écrivain, aristocrate: Henry de Monfreid (1879-1974) a été, sinon l'un des héros de ma jeunesse, du moins l'un des inspirateurs de ma vie aventureuse, avec Charcot, Jules Verne, Jack Oliver Curwood et quelques autres. J'ai adoré le lire, comme plus tard Joshua Slocum, Eric de Bisschop et les explorateurs et naturalistes du XVIIIe siècle.

Avec sa simplicité coutumière, il répondait aux questions de Jacques Chancel un 24 avril 1964 en évoquant des souvenirs extraordinaires, comme celui de sa rencontre avec Teilhard de Chardin, qui passa un mois avec lui sur son bateau en Mer Rouge, et faisant, au fil de la conversation, des réflexions profondes, comme sur l'univers inconnu des sauterelles ou d'autres insectes, qui relativisent l'importance de l'homme dans la nature, ou sur les femmes, ce "piège"...

POC

https://www.franceinter.fr/emissions/radioscopie-par-jacques-chancel/radioscopie-par-jacques-chancel-08-juillet-2016

Henry de Monfreid sur Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_de_Monfreid

Site consacré à Henry de Monfreid: http://www.henrydemonfreid.com/

Afficher l'image d'origine

Lire la suite
Lire la suite

La huarache, l'arme de destruction massive de l'obsolescence programmée

8 Juillet 2016 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Ojotas en pneu péruviennes. Source: http://www.forosperu.net/temas/inkkas-marca-de-zapatos-inspirado-en-nuestro-pasado.812092/

Ojotas en pneu péruviennes. Source: http://www.forosperu.net/temas/inkkas-marca-de-zapatos-inspirado-en-nuestro-pasado.812092/

Pendant de nombreuses années, j'ai porté dans les Andes (Pérou et Bolivie) les sandales paysannes en pneu (ojotas), les mêmes qu'on porte en Afrique ou en Asie. C'est un modèle universel, très pratique, très résistant et très bon marché (en 2005, une paire coûtait environ 1 dollar dans les Andes du Pérou). Une paire peut durer de une à plusieurs années, selon l'usage qu'on en fait et la qualité du pneu de la semelle. Totalement résistante à l'eau, on peut la porter en saison des pluies, traverser les cours d'eau ou marcher dans la végétation mouillée comme je l'ai fait. Et même au bord de la mer, pour marcher dans l'eau et sur les rochers. Et jambes nues évidemment, en short ou en pantalons retroussés comme les paysans.

Seuls inconvénients: les bandeaux entrecroisés à l'avant ont tendance à comprimer le pied et les orteils et on les trouve aujourd'ui de plus en plus difficilement au Pérou. Aujourd'hui, dans la sierra, les paysans portent maintenant presque tous des espadrilles ou des chaussures de sport, vite détruites par les cailloux et ne veulent plus continuer à mettre les ojotas de pneus considérées comme rétrogrades. Elles ne sont plus portées que par les éleveurs de lamas de la puna, avec des chaussettes de laine... et lors des spectacles par les groupes de danse folklorique pour touristes.

J'ai découvert les huarache, sandales mexicaines composées d'une semelle autrefois en cuir et maintenant en pneu, attachée au pied par une longue courroie de cuir enroulée autour de la cheville. Les Tarahumara marchent et courent avec depuis des millénaires. En attendant de m'en fabriquer avec du pneu, j'ai recyclé les semelles de vieilles sandales militaires cent fois réparées. Trois trous à la perceuse dans lesquels j'ai fait passer une cordelette de filet de pêche trouvée sur la plage après une tempête et que j'avais gardée dans ma "boîte à bouts". Un noeud à l'extrémité sous la semelle, qui s'écrase et s'aplatit  vite. Et voilà des sandales simples et légères, ultra-économiques, qui tiennent parfaitement au pied. J'ai fait de longues randonnées avec, sans aucune fatigue. Et quel plaisir de les lacer ou de les délacer, toujours avec le même geste rituel, comme un geste de marin pour nouer un cordage !...

Evidemment, inspirée par le succès de Barefoot running et de la course minimaliste, une grande marque de chaussures de sport, Nike, s'est emparée du concept huarache, pour faire son business plan en lançant la Huarache Air http://store.nike.com/fr/fr_fr/pd/chaussure-air-huarache-pour/pid-10202679/pgid-11133172, une chaussure fermée dotée d'une armature externe et d'une semelle couleur de pneu rappelant la sandale mexicaine, vendue avec toute la pub had hoc d'inspiration latino-libertaire .... entre 120 et 130 EUR la paire !!!!! Quel toupet, quelle insulte à la philosophie huarache qui est celle de la simplicité, de l'extrêmement bas coût de revient et de la durabilité!

Snobez Nike et fabriquez-vous vous-même de vraies huaraches en pneu et cuir (ou tout cuir, ou en recyclant comme moi de  vieilles semelles) pour quelques euros, et qui vous dureront beaucoup plus longtemps !

 

Pierre-Olivier Combelles

 

Sur le même blog et sur le même sujet: Courir pieds nus (barefoot running) : http://pocombelles.over-blog.com/archive/2015-10/4

Mes huaraches expérimentales fabriquées avec des semelles de vieilles sandales militaires et de la corde de filets de pêche très solide trouvée sur une plage après une tempête.

Mes huaraches expérimentales fabriquées avec des semelles de vieilles sandales militaires et de la corde de filets de pêche très solide trouvée sur une plage après une tempête.

Mes huaraches expérimentales: dessus. La corde (qui en principe doit être une courroie de cuir)

Mes huaraches expérimentales: dessus. La corde (qui en principe doit être une courroie de cuir)

Mes huaraches expérimentales: dessous. La corde (qui en principe doit être une courroie en cuir) mesure presque 2m. Il faut faire plusieurs tours autour de la cheville (au moins 2) plus garder de la réserve pour refaire un nouveau noeud en-dessous lorsque l'ancien est usé.

Mes huaraches expérimentales: dessous. La corde (qui en principe doit être une courroie en cuir) mesure presque 2m. Il faut faire plusieurs tours autour de la cheville (au moins 2) plus garder de la réserve pour refaire un nouveau noeud en-dessous lorsque l'ancien est usé.

Sandales "huarache" (nord du Mexique). Semelle en pneu et courroie en cuir.

Sandales "huarache" (nord du Mexique). Semelle en pneu et courroie en cuir.

Sandales "huarache" des Tarahumara du Mexique. Semelle en pneu et courroie en cuir.

Sandales "huarache" des Tarahumara du Mexique. Semelle en pneu et courroie en cuir.

Samouraï photographié au XIXe siècle. Il porte des sandales traditionnelles de fabrication très semblable à celle des huarache mexicaines.

Samouraï photographié au XIXe siècle. Il porte des sandales traditionnelles de fabrication très semblable à celle des huarache mexicaines.

Idem

Idem

Lire la suite

8 juillet: fête de Saint Thibaut de Marly, 9e Abbé des Vaux-de-Cernay (1235 +1247)

8 Juillet 2016 , Rédigé par POC

Vie de Saint Thibault de Marly, prieur de l'abbaye des Vaux de Cernay (Yvelines)
à l'époque du roi Saint Louis:
http://missel.free.fr/Sanctoral/07/08.php
 


Vitrail de Saint Thibault bénissant le roi saint Louis et la reine Marguerite à l'abbaye des Vaux de Cernay. Eglise du Perray-en-Yvelines. Don de la Comtesse Potocka.

Photo: Pierre-Olivier Combelles

 


Reliques de Saint Thibault de Marly, conservées à l'église de Cernay-la-Ville (Yvelines). Photo: Pierre-Olivier Combelles



SAINT THIBAULT PRIEZ POUR NOUS

 

Pierre tombale de St Thibault de Marly dans l'abbatiale des Vaux de Cernay. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Pierre tombale de St Thibault de Marly dans l'abbatiale des Vaux de Cernay.

Photo: Pierre-Olivier Combelles.

La fontaine de St Thibaut à l'abbaye des Vaux de Cernay, réputée pour donner la fécondité aux femmes qui veulent avoir des enfants. Photo: Pierre-Olivier Combelles

La fontaine de St Thibaut à l'abbaye des Vaux de Cernay, réputée pour donner la fécondité aux femmes qui veulent avoir des enfants. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Offrande de porcelaines (Trivia europea) du littoral atlantique à la fontaine St Thibaut. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Offrande de porcelaines (Trivia europea) du littoral atlantique à la fontaine St Thibaut. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Man (Steve Cutts)

7 Juillet 2016 , Rédigé par POC

Lire la suite
Lire la suite

OZOKURY A VERSAILLES (Flore de Senlisse)

4 Juillet 2016 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Sur le magnifique site "Flore de Senlisse), aussi beau que propre et délicat, en grande partie consacré à la flore de ce coin des Yvelines mais aussi à la France toute entière, j'ai eu le bonheur de découvrir cet article sur les chrysantèmes du Japon exposés au Grand Trianon en 2014. Regardez, admirez:

http://floredesenlisse.hautetfort.com/archive/2014/11/24/ozokury-5496511.html

Lire la suite

Lorsque "travailler" est devenu synonyme de "gagner de l'argent"

4 Juillet 2016 , Rédigé par Béthune

Evidemment c'est un problème, l'argent, c'est le problème de tous ceux qui sont venus après le Sakodo*. Ca ne sert plus à rien de savoir attraper les phoques, il faut apprendre à attraper l'argent. Mais ce n'est pas le plus facile, car il faut changer quelque chose dans son coeur et renier tout ce que pensaient les vieux. Pour entrer dans le cycle de l'argent et espérer posséder un jour les nouvelles techniques, il faut mourir à soi-même et à ce que furent les siens. (p. 103)
* C'est dans le monde dangereux dont les Inuit par leurs techniques, pendant des siècles, ont triomphé, et qu'ils avaient conçu comme un ordre stable et équilibré que fit irruption le premier Européen en 1884. le Sakodo (comme on nomme Gustave Holm à Amassalik, d'un mot signifiant: celui qui a beaucoup d'armes et d'outils), messager de cette richesse occidentale qui s'accroît de la course accélérée et triomphale où l'entraîne le déséquilibre permanent de son système. (p. 65)
Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire, Flammarion, Paris, 1969.
 

Travailler (du latin tripalium, pal, instrument de torture), de nos jours, c'est souffrir ou faire souffrir en participant à la destruction de l'homme, de  la société et de la nature.

Aujourd'hui, le mots travail ne signifie plus l'honnête labeur d'autrefois, mais uniquement l'action de collaborer à la production d'un profit financier, donc de l'argent.

Travailler est devenu synonyme de gagner de l'argent.

Quelqu'un qui ne gagne pas d'argent, même s'il consacre ses journées au labeur en en produisant directement quelque chose de beau ou d'utile, ne travaille pas.

Il n'a droit à aucune considération ni reconnaissance de la société*.

L'argent détruit tout ce qu'il y a de beau et de meilleur sur la terre: hommes, société, peuples, nature, amour, beauté. Il a remplacé non seulement le labeur d'autrefois, mais aussi le service, le mérite, l'honneur, la gloire, la vaillance, la générosité (largesse).

La société de l'argent, du profit et de l'usure est celle des riches et de leurs esclaves.

P.-O.C

 

* En réalité, la dissociété, selon l'expression du philosophe belge Marcel De Corte.

Lire la suite

Valeurs sociétales X valeurs orientées vers la compétition (Akira Miyawaki)

4 Juillet 2016 , Rédigé par Béthune

Akira Miyawaki & Elgene O. Box : The Healing Power of Forests - The Philosophy behind Restoring Earth's Balance with Native Trees. Kosei publishing Co. Tokyo, 2006.

Akira Miyawaki & Elgene O. Box : The Healing Power of Forests - The Philosophy behind Restoring Earth's Balance with Native Trees. Kosei publishing Co. Tokyo, 2006.

Lire la suite

Nous réveiller à la vie de l'esprit par les livres (Mircea Éliade)

4 Juillet 2016 , Rédigé par POC

Mircea Éliade. L'épreuve du labyrinthe. Entretiens avec Claude-Henri Rocquet. Éditions du Rocher, 2006.

Mircea Éliade. L'épreuve du labyrinthe. Entretiens avec Claude-Henri Rocquet. Éditions du Rocher, 2006.

Lire la suite