Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Faire ou être

7 Février 2017 , Rédigé par POC

Faire ou être
Robert Gessain: Ammassalik ou la civilisation obligatoire (Flammarion, 1969)

Robert Gessain: Ammassalik ou la civilisation obligatoire (Flammarion, 1969)

Lire la suite

GAO QIPEI (1660-1734)

6 Février 2017 , Rédigé par POC

GAO QIPEI (1660-1734)

(A propos d'un article de Ching-Lang Hou, dans la Revue du Louvre n° 3-1981, sur le Cahier des Faucons entré dans les collections du Musée Guimet)

"Le pinceau laisse des traces, c'est pourquoi je l'ai abandonné"

Phrase gravée sur un sceau du peintre dont une impression se trouve sur le rouleau "Oiseau perché sur un vieil arbre" (Musée du Vieux Palais de Pékin).

"Négligeant ses fonctions publiques pour se consacrer à la peinture, il fut démis de son poste en 1712  cause de sa mauvaise gestion des finances..."

"Il ne vendait jamais ses peintures, car elles étaient pour lui des cadeaux précieux, preuve d'une affection sincère entre amis ou collègues. Quand n lui envoyait du papier d'excellente qualité et de fabrication ancienne, ll le renvoyait avec une oeuvre peinte sur du papier courant, montant par là sa modestie. A cette période, se regroupèrent autour de lui des disciples auxquels il enseignait la peinture au doigt."

ANNEXE

Gao Qipei: La Peinture des Mille automnes (Musée Cernuschi, Paris): 

http://www.cernuschi.paris.fr/fr/collections/peinture-des-mille-automnes

Lire la suite

Corps, écriture, loi (Pierre Clastres)

4 Février 2017 , Rédigé par POC

Les Indiens Mayoruna descendent du jaguar.

Les Indiens Mayoruna descendent du jaguar.

De la Torture dans les sociétés primitives, par Pierre Clastres L'Homme  Année 1973  Volume 13  Numéro 3  pp. 114-120  . Source: http://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1973_num_13_3_367366

De la Torture dans les sociétés primitives, par Pierre Clastres L'Homme Année 1973 Volume 13 Numéro 3 pp. 114-120 . Source: http://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1973_num_13_3_367366

"We have never tattooed an enemy before, and we consider all white people to be our enemies. They have taken our lands, raped our women, and abducted our children."  Jemy Kaiabi, Indien de la rivière Xingu dans l'Amazonie brésilienne. Source:   http://larskrutak.com/the-kayabi-tattooers-of-the-brazilian-amazon/

"We have never tattooed an enemy before, and we consider all white people to be our enemies. They have taken our lands, raped our women, and abducted our children." Jemy Kaiabi, Indien de la rivière Xingu dans l'Amazonie brésilienne. Source: http://larskrutak.com/the-kayabi-tattooers-of-the-brazilian-amazon/

"Infieles":ce sont les Indiens non convertis au catholicisme de l'Amazonie péruvienne, donc non "civilisés". Détail de la carte: "Mapa geographico del departamento de Junin - Formado en 1847 por su Prefecto D. Mariano F. de Rivero - 1855". Archives et photo: Pierre-Olivier Combelles

"Infieles":ce sont les Indiens non convertis au catholicisme de l'Amazonie péruvienne, donc non "civilisés". Détail de la carte: "Mapa geographico del departamento de Junin - Formado en 1847 por su Prefecto D. Mariano F. de Rivero - 1855". Archives et photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Akemashite omedeto

3 Février 2017 , Rédigé par POC

LE ROUGE ET LE BLANC: "Arrows in red and white, celebratory colours of vitality, to ward off evil spirits throughout the coming year." Photo: http://www.greenshinto.com/wp/page/2/

LE ROUGE ET LE BLANC: "Arrows in red and white, celebratory colours of vitality, to ward off evil spirits throughout the coming year." Photo: http://www.greenshinto.com/wp/page/2/

"The way Shinto and Buddhism complement each other is never more clearly seen than on the night of Dec. 31. Buddhism is other-worldly, concerned with individual salvation. Shinto is this-worldly, concerned with rites of passage and social well-being. At New Year the two religions come together like yin and yang, either side of midnight. Buddhism sees out the death of the old; Shinto celebrates the birth of the new. " (...)

Akemashite omedeto’ (Congratulations on the New Year) is heard on every side, as people toss coins into offertory boxes over the heads of those in front. Hot saké is served spiced with ginger, while young women in kimono stand huddled over their fortune slips. With the blessing of the kami, the Year of the Rooster will surely be a good one. (...)

Source: Green Shinto http://www.greenshinto.com/wp/page/2/

Lire la suite

Le dernier homme de Fukushima

2 Février 2017 , Rédigé par POC

"After the earthquake and resulting tsunami of March 2011, a word that has become popular in Japan is kizuna -to bond together or connect people." https://tashacowdy.wordpress.com/

"After the earthquake and resulting tsunami of March 2011, a word that has become popular in Japan is kizuna -to bond together or connect people." https://tashacowdy.wordpress.com/

"En lisant ce livre, j’ai rencontré un autre grand témoin de Fukushima, le photo reporter Antonio Pagnotta. Quand j’ai eu son livre dans les mains, j’ai été étonné de ne voir qu’une seule photo, celle du héros de Tomioka. Car paradoxalement, ce photographe n’a pas publié un album de ses œuvres, mais a tenu à écrire le récit de ses multiples rencontres avec Naoto Matsumura entre juin 2011 et novembre 2012. Et il a eu bien raison, car non seulement l’auteur a une écriture limpide, mais en plus le livre regorge d’informations très précieuses concernant la catastrophe de Fukushima : l’omnipotence de TEPCO, les fausses mesures du METI, la distribution d’iode retardée, les araignées radioactives, le trafic de voitures contaminées, les policiers sacrifiés, le lavage de cerveau des employés, le formulaire kafkaïen de dédommagement, le suicide de Mme Watanabe, les avortements cachés, etc. Tout en racontant l’histoire de Naoto Matsumura, Antonio Pagnotta décrit ainsi la catastrophe de Fukushima telle qu’elle se déroule depuis deux ans et dénonce sans contrainte la société de consommation à outrance et l’impasse du tout électrique nucléaire. (...)

Ce livre nous met face à nous-mêmes quand nous serons face à un accident nucléaire, en France ou ailleurs. Quand l’accident surviendra – et cet instant n’est pas imaginable – personne ne s’y sera préparé. Que ferons-nous ? J’ai toujours pensé qu’il y aurait deux types de réponse : la fuite ou le confinement. Faudra-t-il croire aux messages des autorités qui nous diront que ce n’est pas grave ? Faudra-t-il évacuer de force ? Et si oui pour combien de temps ? Et d’abord, que faudra-t-il emporter si on ne sait pas combien de temps on part ? Avec « Le dernier homme de Fukushima », on comprend qu’il existe aussi une troisième voie, celle de rester malgré les radiations. Qu’aurions-nous fait à la place de Naoto Matsumura ? Qu’aurions-nous fait, et surtout, que ferons-nous ?" (...)

Pierre Fetet

Source: http://www.fukushima-blog.com/le-dernier-homme-de-fukushima

 

Le dernier homme de Fukushima
Le Shinto et Fukushima. Extrait du livre d'Antonio Pagnotta

Le Shinto et Fukushima. Extrait du livre d'Antonio Pagnotta

Lire la suite

Tests PISA: l'uniformisation par l'éducation globale (Horizons et Débats)

1 Février 2017 , Rédigé par POC

Amérique latine: résistance accrue contre les tests PISA et le nivellement global de la formation

Un manifeste contre les tests PISA

http://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2017/no-1-9-janvier-2017/amerique-latine-resistance-accrue-contre-les-tests-pisa-et-le-nivellement-global-de-la-formation.html

gl. Neuf pays de l’Amérique latine ont participé à la dernière enquête PISA [«Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves»] de 2015 dont le Chili, le Mexique, l’Argentine, le Brésil, la Colombie et le Pérou. Entre-temps, on se demande aussi là-bas si, en matière de formation, de tels tests comparatifs standardisés au niveau mondial sont pertinents. Fondée en 1998 dans le but de protéger et d’améliorer l’enseignement public sur les deux continents américains, le «Red Social para la Educación Pública en las Américas (Red SEPA)» (Réseau pour l’enseignement public dans les Amériques) est une organisation faîtière composée de nombreuses organisations d’enseignants et de formation, aussi bien en Amérique du Nord que du Sud. Le comité de coordination réunit des représentants des organisations d’enseignants d’Argentine, d’Equateur, du Brésil, du Canada et de différentes organisations régionales dans le domaine de la formation des Caraïbes, de l’Amérique centrale et du Mexique ainsi que des organisations indigènes. 
Le Red SEPA, conjointement avec la Coalición Trinacional en Defensa de la Educación Pública (Mexique, Etats-Unis, Canada) vient de publier, en décembre 2016, le manifeste dont nous reproduisons le texte intégral. 
On vient de publier, pour la sixième fois en série, les résultats des tests PISA internationaux sur les acquis scolaires. Nous, soussignés, refusons catégoriquement ces tests ainsi que leurs versions nationales avec la contrainte qui en résulte d’unifier les différents systèmes nationaux d’enseignement public.
Le test PISA, est un test standardisé où sont impliqués, tous les trois ans, des élèves de 15 ans. Effectué pour la première fois en l’an 2000, il y a entre-temps plus de 70 pays qui y participent. Chacun de ces pays doit disposer de personnel spécialisé au niveau technique et subvenir aux coûts de réalisation des tests. En vue de la version 2018, l’OCDE qui réalise les enquêtes PISA, vient de signer un contrat avec l’entreprise multinationale de formation Pearson Foundation.
En outre, les résultats PISA sont considérés comme un indicateur important pour l’analyse de la compétitivité économique des pays.
Depuis sa première réalisation, nous avons constaté diverses anomalies:
1)    Dans le domaine de la politique d’enseignement public: les ministères de la formation publique n’ont qu’un contrôle restreint sur ces évaluations ce qui amène à des procédés et des mesures de plus en plus standardisés. Dans le monde entier, des organisations internationales, telles l’OCDE, contraignent de plus en plus les pays à adapter leurs procédés d’enseignement selon une certaine conception très réduite de ce qu’est le progrès. Ce nivellement comprend aussi l’adaptation des tests nationaux à des normes globales, suite aux pressions exercées par les listes de classement. D’autre part, ce nivellement a conduit à une forte participation d’entreprises privées remplaçant les activités de formation des ministères de l’enseignement public, des enseignantes et enseignants, des syndicats et des écoles. Puis, on a adapté tant la formation que la formation continue des enseignants aux évaluations standardisées. Finalement, cette logique réduit les processus d’enseignement et d’apprentissage basés sur le développement global et intégral des élèves et sur la conscience critique, tant sociale qu’historique.
2)    Dans le domaine technique: PISA favorise le palmarès des pays selon leurs résultats. Avec ce procédé, on tente de neutraliser les énormes disparités culturelles, linguistiques et des conceptions du monde dans les divers contextes nationaux. Cet élément implique aussi que ces tests ne remplissent pas les moindres exigences quant à leur validité et fiabilité.
3)    Dans le domaine pédagogique: l’impact massif qu’a ce système de tests standardisés et les processus qui s’en suivent, ont abouti à une transformation radicale de notre vie scolaire de tous les jours. Sa réduction au niveau des plans d’études a débouché sur l’élimination de matières telles les Arts, la Musique, la Philosophie et l’Histoire. Les horaires scolaires ont été réorganisés pour avoir davantage de temps pour un entraînement garantissant de meilleurs résultats dans ces tests. N’oublions pas que ces évaluations n’ont été soumises ni à une analyse sociale ni pédagogique. Ce procédé ne respecte donc ni le contexte social ni les disparités des valeurs, ni la pratique pédagogique.
4)    Dans le domaine social et psychologique: les évaluations PISA et leurs variantes nationales sont discriminatoires et répressives, car elles stigmatisent des régions, des pays et des peuples entiers en les comparant les uns aux autres. Les contrôles et la pression exercée pour atteindre de bons résultats sont finalement au détriment des communautés d’enseignants et d’élèves, car ils créent une situation stressante et tendue détruisant le bon climat scolaire et la stabilité émotionnelle au sein de nos écoles. Ces évaluations ont débouché sur l’accentuation des principes d’exclusion et de sélection dans nos écoles, privant ainsi le droit universel à la formation de son véritable sens.
Pour ces raisons, nous revendiquons la résiliation des contrats que divers gouvernements ont conclu avec l’OCDE. De même, nous revendiquons l’abandon des épreuves standardisées ayant de profondes répercussions négatives au niveau national.
Nous réitérons fermement notre engagement pour le droit social de maintenir un système d’enseignement public respectant dans tous ses éléments les différences sociales, historiques et culturelles de nos peuples.
Nous sommes persuadés de la nécessité que nos écoles continuent à défendre une formation en quête de justice sociale. Nous dénonçons également les mesures répressives prises actuellement par certaines autorités étatiques contre les organisations d’enseignants et d’étudiants manifestant contre les diverses formes de nivellement néo-libéral.
Les systèmes d’évaluation doivent être ancrés au niveau régional, doivent prendre en compte la complexité des contextes, doivent favoriser un enseignement global et respecter les droits humains et sociaux. 
Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons former des citoyennes et des citoyens dignes de ce nom. 


Red Social para la Educación Pública en las Américas (red SEPA)
Coalición Trinacional en Defensa de la Educación Pública
(Mexique, Etats-Unis, Canada), décembre 2016

Source: http://es.idea-network.ca/noticias/manifiesto-contra-pisa-y-la-logica-estandarizadora-de-la-educacion-en-el-mundo 
(Traduction Horizons et débats)

Lire la suite

Beau papillon près du sol... (Rilke)

30 Janvier 2017 , Rédigé par POC

Flambé. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Flambé. Photo: Pierre-Olivier Combelles

XXXVI

 

 

Beau papillon près du sol

à l’attentive nature

montrant les enluminures

de son livre de vol.

 

Un autre se ferme au bord

de la fleur qu’on respire :-

ce n’est pas le moment de lire.

Et tant d’autres encor,

 

de menus bleus s’éparpillent,

flottants et voletants,

comme de bleues brindilles

d’une lettre d’amour au vent,

 

d’une lettre déchirée

qu’on était en train de faire

pendant que la destinataire

hésitait à l’entrée.

 

Rainer Maria Rilke, Les quatrains valaisans. NRF, Gallimard, 1926.

 

Lire la suite

De la pacification du peuple (Tao Tö King)

27 Janvier 2017 , Rédigé par POC

Tao Tö King. Traduction: Duyvendak

Tao Tö King. Traduction: Duyvendak

Lire la suite

Societal Values X Competition-oriented Values (Akira Miyawaki: The Healing Power of Forests)

27 Janvier 2017 , Rédigé par POC

The Healing Power of Forests - The Philsophy behind Restoring Earth's Balance with Native Trees - by Akira Miyawaki & Elgene Box. Kosei Publishing, Tokyo, Japan, (2006) 2007

The Healing Power of Forests - The Philsophy behind Restoring Earth's Balance with Native Trees - by Akira Miyawaki & Elgene Box. Kosei Publishing, Tokyo, Japan, (2006) 2007

Lire la suite

Un parfum de forêt

26 Janvier 2017 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Sur l'étagère de la chambre du marin à terre: bruyères et Myrica gale de la forêt de Rambouillet dans des vases de bambou, pututara (en maori, et en quechua et aymara: pututo); le triton  immémorial, un silex taillé préhistorique trouvé en forêt, un bloc de cristaux de quartz hyacinthe trouvé sur la rive d'un lac du Midi pendant ma jeunesse après l'avoir traversé à la nage pendant une heure et demie jusqu'à sa source, ma peinture d'une fenêtre aux rideaux légers ouverte sur une campagne,un portrait du passé... et une bougie qui un jour s'éteindra.  Photographie: Pierre-Olivier Combelles

Sur l'étagère de la chambre du marin à terre: bruyères et Myrica gale de la forêt de Rambouillet dans des vases de bambou, pututara (en maori, et en quechua et aymara: pututo); le triton immémorial, un silex taillé préhistorique trouvé en forêt, un bloc de cristaux de quartz hyacinthe trouvé sur la rive d'un lac du Midi pendant ma jeunesse après l'avoir traversé à la nage pendant une heure et demie jusqu'à sa source, ma peinture d'une fenêtre aux rideaux légers ouverte sur une campagne,un portrait du passé... et une bougie qui un jour s'éteindra. Photographie: Pierre-Olivier Combelles

Le printemps en forêt de Rambouillet, ma forêt natale... les jacinthes des bois étendent leur tapis bleu sous les arbres, comme une mer tropicale... Photo: Pierre-Olivier Combelles (2016)

Le printemps en forêt de Rambouillet, ma forêt natale... les jacinthes des bois étendent leur tapis bleu sous les arbres, comme une mer tropicale... Photo: Pierre-Olivier Combelles (2016)

Feuillages d'automne en forêt de Rambouillet. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Feuillages d'automne en forêt de Rambouillet. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Abri mésolithique en forêt de Rambouillet, au printemps. Des hommes l'on orné de rainures et de cupules il y a 7000 ou 8000 ans, ex-votos peut-être. C'est un lieu magique, sacré même, où le temps et l'espace s'abolissent par le rêve. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Abri mésolithique en forêt de Rambouillet, au printemps. Des hommes l'on orné de rainures et de cupules il y a 7000 ou 8000 ans, ex-votos peut-être. C'est un lieu magique, sacré même, où le temps et l'espace s'abolissent par le rêve. Photo: Pierre-Olivier Combelles

La mer, c'est l'espace immense, l'infini, la communion et la composition avec les Eléments: l'eau, le vent, le ciel, les astres et le cosmos la nuit, les phénomènes météorologiques, les innombrables créatures marines. C'est l'aventure et l'exploration, la rencontre avec d'autres navigateurs, d'autres navires, la découverte d'autres contrées, d'autres peuples, d'autres hommes, d'autres moeurs. C'est avant tout la curiosité, la hardiesse, l'amour de la liberté: "Homme libre, toujours tu chériras la mer ! (Baudelaire). Mais la mer, c'est aussi le parfum de la terre que l'on sent au large avant même de l'apercevoir; parfum chaud, épicé, envoûtant, parfum surtout des arbres et des forêts, comme je l'ai senti en Méditerranée au large de la Corse et une nuit de pleine lune orange, devant la côte obscure, sans une lumière de ville, de village ou de phare, du Labrador... La mer, d'une forêt à l'autre... Dessin du peintre de la marine Jean Delpech, si je me souviens bien, représentant Pierre Loti (Julien Viaud) au sextant. Archives de PO Combelles.

La mer, c'est l'espace immense, l'infini, la communion et la composition avec les Eléments: l'eau, le vent, le ciel, les astres et le cosmos la nuit, les phénomènes météorologiques, les innombrables créatures marines. C'est l'aventure et l'exploration, la rencontre avec d'autres navigateurs, d'autres navires, la découverte d'autres contrées, d'autres peuples, d'autres hommes, d'autres moeurs. C'est avant tout la curiosité, la hardiesse, l'amour de la liberté: "Homme libre, toujours tu chériras la mer ! (Baudelaire). Mais la mer, c'est aussi le parfum de la terre que l'on sent au large avant même de l'apercevoir; parfum chaud, épicé, envoûtant, parfum surtout des arbres et des forêts, comme je l'ai senti en Méditerranée au large de la Corse et une nuit de pleine lune orange, devant la côte obscure, sans une lumière de ville, de village ou de phare, du Labrador... La mer, d'une forêt à l'autre... Dessin du peintre de la marine Jean Delpech, si je me souviens bien, représentant Pierre Loti (Julien Viaud) au sextant. Archives de PO Combelles.

Affiche de l'exposition itinérante de Pierre-Olivier Combelles: "Dans le sillage d'Audubon - A la découverte de la Côte-Nord du Québec", inaugurée au Carré des Arts du Parc floral de Paris, à Vincennes, en 1990.

Affiche de l'exposition itinérante de Pierre-Olivier Combelles: "Dans le sillage d'Audubon - A la découverte de la Côte-Nord du Québec", inaugurée au Carré des Arts du Parc floral de Paris, à Vincennes, en 1990.

Affiche de mon exposition au 1er festival du livre d'aventures et de voyages à Saint Malo en 1990.

Affiche de mon exposition au 1er festival du livre d'aventures et de voyages à Saint Malo en 1990.

POC en compagnie du chanteur québécois Gilles Vigneault et du peintre animalier français Serge Nicolle, à bord du Chantauvent, à Natashquan, pendant l'été 1989. Photo: Expédition Audubon-Québec 89.

POC en compagnie du chanteur québécois Gilles Vigneault et du peintre animalier français Serge Nicolle, à bord du Chantauvent, à Natashquan, pendant l'été 1989. Photo: Expédition Audubon-Québec 89.

Mon camp sur l'île du Petit-Mécatina, dans le Havre du Petit-Mécatina , sur la Basse Côte-Nord du Québec pendant l'été 1990.  La  goélette de John-James Audubon, la Ripley, y avait mouillé en 1833. J'étais déjà venu ici l'année précédente sur mon ketch québécois, le Chantauvent, en août 1989. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Mon camp sur l'île du Petit-Mécatina, dans le Havre du Petit-Mécatina , sur la Basse Côte-Nord du Québec pendant l'été 1990. La goélette de John-James Audubon, la Ripley, y avait mouillé en 1833. J'étais déjà venu ici l'année précédente sur mon ketch québécois, le Chantauvent, en août 1989. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Un parfum de forêt

 

 

Le vent se lève

sur la forêt

et caresse les arbres

en grandes vagues douces.

 

Je repartirai vers ce pays,

la proue du navire Argo

tournée vers le nord,

loin de l'alisier léger

et des gentianes cachées.

 

Le vent emporte le parfum du myrica

et des pins sylvestres

au-delà des monts,

au-delà des mers,

jusque vers cette terre

haute, froide et inhumaine,

vers le Labrador.

 

Pierre-Olivier Combelles

10 septembre 1991

Un parfum de forêt
Plume de Grand Corbeau sur la toundra. Basse Côte-Nord du Québec, été 1989. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Plume de Grand Corbeau sur la toundra. Basse Côte-Nord du Québec, été 1989. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Un parfum de forêt
Projet d'article qu'on m'avait demandé lorsque j'étais au Laboratoire d'Ethnobiologie-Biogéographie du Muséum

Projet d'article qu'on m'avait demandé lorsque j'étais au Laboratoire d'Ethnobiologie-Biogéographie du Muséum

Myrica gale de mon herbier du Québec. C'est un arbuste nordique très aromatique que l'on trouve au sud dans quelques endroits en France, par exemple dans la Forêt de Rambouillet, où il m'a toujours semblé être, avec d'autres plantes, un vestige de la flore du Paléolithique glacial.

Myrica gale de mon herbier du Québec. C'est un arbuste nordique très aromatique que l'on trouve au sud dans quelques endroits en France, par exemple dans la Forêt de Rambouillet, où il m'a toujours semblé être, avec d'autres plantes, un vestige de la flore du Paléolithique glacial.

Le lac Kahakaukamakah, au bout de la chaîne des lacs Coacoachou, sur la Basse Côte-Nord du Québec, itinéraire de migration annuelle des Indiens Montagnais de La Romaine. La taïga et la tondra arbustive ont un merveilleux parfum, celui  des sapins baumiers et des épinettes, du Thé du Labrador..., un parfum inoubliable. Photo: Pierre-Olivier Combelles (1992)

Le lac Kahakaukamakah, au bout de la chaîne des lacs Coacoachou, sur la Basse Côte-Nord du Québec, itinéraire de migration annuelle des Indiens Montagnais de La Romaine. La taïga et la tondra arbustive ont un merveilleux parfum, celui des sapins baumiers et des épinettes, du Thé du Labrador..., un parfum inoubliable. Photo: Pierre-Olivier Combelles (1992)

Extrait de l'article de P.O. Combelles dans Le Naturaliste canadien: Introduction à l'Histoire naturelle de la baie et du lac Coacoachou (, en deux parties, 2001)

Extrait de l'article de P.O. Combelles dans Le Naturaliste canadien: Introduction à l'Histoire naturelle de la baie et du lac Coacoachou (, en deux parties, 2001)

Camp de chasse avec mes amis montagnais derrière l'île de Ouapitagone,sur la Basse Côte-Nord du Québec. 1993. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Camp de chasse avec mes amis montagnais derrière l'île de Ouapitagone,sur la Basse Côte-Nord du Québec. 1993. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Ma tente avec la famille de mon ami montagnais Mathieu Mark,de la Romaine, lors du rassemblement des Indiens de la Côte-Nord du Québec en octobre 1992 au bord du lac Monger, au N de la Basse Côte-Nord du Québec, en protestation contre le projet de harnachement du Lac Robertson par Hydro-Québec. Photo:Pierre-Olivier Combelles

Ma tente avec la famille de mon ami montagnais Mathieu Mark,de la Romaine, lors du rassemblement des Indiens de la Côte-Nord du Québec en octobre 1992 au bord du lac Monger, au N de la Basse Côte-Nord du Québec, en protestation contre le projet de harnachement du Lac Robertson par Hydro-Québec. Photo:Pierre-Olivier Combelles

Le matin, le soleil dessine les ombres chinoises des sapins et des épinettes sur  toile de la tente montagnaise. Quelque part dans le Québec-Labrador... automne 1992. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le matin, le soleil dessine les ombres chinoises des sapins et des épinettes sur toile de la tente montagnaise. Quelque part dans le Québec-Labrador... automne 1992. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Pierre-Olivier Combelles sur les Ilots Audubon, sur la Basse Côte-Nord du Québec, pendant l'été 1989. C'est un petit archipel baptisé par l'hydrographe anglais Henry Wolsey Bayfield (https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Wolsey_Bayfield) en souvenir de sa rencontre avec le célèbre naturaliste et peintre d'oiseaux américain d'origine française sur cette même côte, en 1833.C'est la carte nautique établie par Bayfield que je consulte ici.  Photo: Expédition Audubon-Québec 1989.

Pierre-Olivier Combelles sur les Ilots Audubon, sur la Basse Côte-Nord du Québec, pendant l'été 1989. C'est un petit archipel baptisé par l'hydrographe anglais Henry Wolsey Bayfield (https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Wolsey_Bayfield) en souvenir de sa rencontre avec le célèbre naturaliste et peintre d'oiseaux américain d'origine française sur cette même côte, en 1833.C'est la carte nautique établie par Bayfield que je consulte ici. Photo: Expédition Audubon-Québec 1989.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>