Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Lire la suite

Mandalas de flores naturales y otras maravillas (Kristina Peña / Krispo / Ikusi Batusi)

15 Décembre 2016 , Rédigé par POC

http://ikusibatusi.blogspot.fr/2013/06/mandalas-de-flores-naturales.html

http://ikusibatusi.blogspot.fr/2013/06/mandalas-de-flores-naturales.html

Blog de la géniale artiste photographe espagnole Kristina Peña (Krispo) : http://ikusibatusi.blogspot.fr

Blog de la géniale artiste photographe espagnole Kristina Peña (Krispo) : http://ikusibatusi.blogspot.fr

Mandalas de flores naturales y otras maravillas (Kristina Peña / Krispo / Ikusi Batusi)
Mandalas de flores naturales y otras maravillas (Kristina Peña / Krispo / Ikusi Batusi)
Mandalas de flores naturales y otras maravillas (Kristina Peña / Krispo / Ikusi Batusi)
Lire la suite

Tandis que la radioactivité de Fukushima ronge le Japon et se diffuse dans le Pacifique, le gouvernement japonais exporte son industrie nucléaire en Inde (Fukushima-blog)

13 Décembre 2016 , Rédigé par POC

Source de l'illustration; http://allnewspipeline.com/Fukushima_Death_America_Next.php

Source de l'illustration; http://allnewspipeline.com/Fukushima_Death_America_Next.php

  • En raison de l’importance des radiations, personne ne peut approcher les réacteurs 1, 2 et 3. Aucune solution pour retirer les coriums n’est envisagée pour au moins 40 ans. ans.

 

  • TEPCO utilise 400 tonnes d’eau par jour pour refroidir les cœurs fondus des trois réacteurs dévastés et 400 tonnes supplémentaires s’infiltrent chaque jour dans les bâtiments réacteurs endommagés. De plus, la pluie emporte dans l’océan les matériaux radioactifs restant sur le site.

 

  • Le phytoplancton (algues) qui absorbe les isotopes radioactifs de Fukushima nourrit le plancton animal et ses larves microscopiques. Ces microorganismes, première source de nourriture des poissons et des mammifères marins, sont ensuite transportés le long du courant du Pacifique nord jusqu’à la côte ouest de l’Amérique du Nord et se retrouvent en Alaska et au Chili.

 

  • Un mur souterrain de boue gelée d’une trentaine de mètres de profondeur et de près d’un kilomètre et demi de longueur – officiellement dénommé « le mur de glace » – a coûté 320 millions de dollars et est totalement incapable de remplir son objectif, qui était de réduire le passage de l’eau contaminée.

 

  • Selon le ministère japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, les mesures de décontamination coûteront plusieurs milliards de dollars par an si l’on veut vraiment améliorer la situation. Il y a peu de chances que le gouvernement japonais soit prêt à consacrer autant de son budget à cet objectif.

SOURCE: http://www.fukushima-blog.com/2016/12/pour-la-defense-de-l-interet-public-connecter-et-amplifier-les-voix-independantes-en-matiere-d-accidents-nucleaires.html

Le 11 novembre, le Premier ministre japonais et le Premier ministre indien ont signé un accord sur l'énergie nucléaire. Grâce à cet accord, le Japon pourra exporter des réacteurs nucléaires en Inde (y compris des produits nucléaires, des machines, des équipements et de la technologie).

L'Inde a expérimenté une bombe atomique en 1974, et en 1998 elle l'a expérimentée une deuxième fois. Elle n'a pas signé le Pacte de non-prolifération des armes nucléaires (en anglais, Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons: NPT), donc beaucoup craignent que cet accord ne facilite l'exploitation des armes nucléaires en Inde.

 

Le Japon a souffert, et souffre encore, des deux bombes atomiques larguées sur son sol, il a donc le devoir de proposer l'abolition des armes nucléaires dans le monde, mais le gouvernement actuel fait tout le contraire. M. Sakuma Kunihiko, représentant des victimes des bombes atomiques, a vivement protesté en disant :

"L'Inde n'a pas signé le Pacte. Les équipements nucléaires que nous allons exporter peuvent être utilisés pour produire des armes nucléaires.

L'accord qui vient d'être conclu est contraire à l'objectif du TNP, et en conséquence le Japon pourra se trouver engagé dans la production de davantage d'armes nucléaires en Inde ".

Le 27 novembre, le Japon refuse toujours de signer la résolution sur la tenue d'une session de l'Organisation des Nations Unies pour l'abolition des armes nucléaires. Maintenant, le Japon est devenu un pays qui ne mérite plus le respect du monde.

 

SOURCE: http://www.fukushima-blog.com/2016/12/la-politique-nucleaire-des-pays-voisins-du-japon.html

 

Voir aussi:

 

Fukushima ‘’hors de contrôle’’: l’océan Pacifique touché de plein fouet

http://www.leconomistemaghrebin.com/2016/07/29/fukushima-ocean-pacifique/

Behrens, Erik, Schwarzkopf, Franziska, Lübbecke, Joke and Böning, Claus W. (2012) Model simulations on the long-term dispersal of  137Cs released into the Pacific Ocean off Fukushima Environmental Research Letters, 7 (3). 034004. DOI 10.1088/1748-9326/7/3/034004.

Behrens, Erik, Schwarzkopf, Franziska, Lübbecke, Joke and Böning, Claus W. (2012) Model simulations on the long-term dispersal of 137Cs released into the Pacific Ocean off Fukushima Environmental Research Letters, 7 (3). 034004. DOI 10.1088/1748-9326/7/3/034004.

Tandis que la radioactivité de Fukushima ronge le Japon et se diffuse dans le Pacifique, le gouvernement japonais exporte son industrie nucléaire en Inde (Fukushima-blog)
Lire la suite

The ‘Worker President’ and the Banker Regime: Brazil under Lula DaSilva 2003-2010 (by James Petras)

11 Décembre 2016 , Rédigé par POC

11.28.2016 :: Latin America


Introduction: Leftwing academics, writers and journalists have written tendentious articles where they manage to transform reactionary political leaders into working class heroes and present their dreadful policies as progressive advances. Recently, leftist pundits throughout US and Latin America have plagued the reading public with gross distortions of historical events contributing, in their own way, to the demise of the left and the rise of the right.

The leading international figures in this deceptive leftwing punditry include the famous Noam Chomsky, once eulogized by the New York Times (NYT) as ‘America’s most important public intellectual’. Such effusion is not surprising: Professor Chomsky and the NYT both supported the presidential candidacy of the warmongering Hillary Clinton, the perpetrator of seven wars that uprooted 20 million people from Syria, Libya, Afghanistan, Iraq, Yemen, sub-Sahara Africa (Is this any different from Stalin in the ’30’s?) and author/supporter of numerous coups and attempted ‘regime changes’ in Brazil, Honduras, Venezuela, Paraguay and Ukraine.

The same MIT intellectual turned his prestige-laden ire on the authors of the definitive critique of the pro-Israel lobby (The Israel Lobby and US Foreign Policy, Professors John Mearsheimer and Stephen Walt (2007)) and slandered the most effective activist group against Israeli colonial land grabbers - the Boycott, Divestment and Sanctions movement (BDS). So much for America’s most ‘prominent intellectual’ - a crypto-warmonger, who not only supported the candidacy of the blood-gorged war goddess Clinton, but has become a leader of the post-election propaganda and ‘regime change’ campaign to overthrow the buffoonish President-Elect Donald Trump. Chomsky’s wild, hysterical diatribe against Trump claimed nothing less than the world now faced the gravest danger in all its history with the election of the real estate-casino King Donald. Noam deftly papered over his defeated candidate Hillary’s vow to unleash possible nuclear war by shooting down Russian planes over Syria - in opposition to Trump’s reasoned proposal to work with Putin in ending the brutal war in Syria.

There are different versions of the ‘leftist’-imperial-collaborator apologist Chomsky throughout Latin America. One is Emir Sader.

Emir Sader, professor of Political Science at the University of Rio de Janeiro and author of the book celebrating the first ‘workers’ President of Brazil, Lula DaSilva (Without Fear of Being Happy: Lula, The Workers Party and Brazil (1991)) is a frequent contributor to the leading ‘progressive’ daily newspapers throughout Latin America, including La Jornada of Mexico, as well as the influential bi-monthly The New Left Review in Great Britain.

Needless to say, Sader never cited any inconvenient facts when praising the leadership of Lula Da Silva and Dilma Rousseff, Brazil’s last two elected presidents from the Workers Party. For example, Sader omitted the fact that President Da Silva implemented an IMF-mandated austerity program upon taking office. He tiptoed around the Wall Street Bankers’ awarding Lula a “Man of the Year” prize. Professor Sader forgot to cite the abrupt drop in farmland expropriations (guaranteed under Brazil’s Constitution) for rural landless workers movement (MST) - leaving hundreds of thousands of landless peasant families under thin plastic tents. His ‘Worker President’ Lula appointed neo-liberal economists and central bank directors to his cabinet. Lula supported the interests of big agro-business, big oil and big mining oligarchs who slashed and burned the Amazon rain forest murdering indigenous leaders, peasants and ecologists who resisted the devastation and displacement.

(...)

The fiasco of left intellectuals and politicos is not confined to the case of Brazil. The same capitulation to the hard-right keeps happening: In the US, France, England, Greece and Portugal, there were the Bernie Sanders, Noam Chomskys and a small army of left journalists and identity activists rushing to support the candidacy of Hillary Clinton–the most bellicose imperial politician in recent memory. Despite her record of supporting or launching seven wars, creating twenty-million refugees and over one million deaths, despite her reckless advocacy of nuclear war with Russia over Syria, the self-declared ‘anti-fascists’ joined hands to support a recidivist catastrophe-candidate, whose only real success would be her million-dollar speeches before the financial elite and speculators! But then again, the famously furious Greek Left voted for Syriza’s Alexis Tsipras who then imposed history’s worst peacetime austerity program on the people of Greece. It must console Lula and Dilma to know they have plenty of company among the left politicians who speak to the workers and work for the bankers.

James Petras

 

Lisez l'article complet ici: http://petras.lahaine.org/?p=2115

Lire la suite

Pollution de l'air: circulation alternée pour les avions aussi ?

9 Décembre 2016 , Rédigé par POC

Le ciel au-dessus d'un village des Yvelines, Auffargis,  le vendredi matin 9 décembre 2016. Photo: PO Combelles

Le ciel au-dessus d'un village des Yvelines, Auffargis, le vendredi matin 9 décembre 2016. Photo: PO Combelles

Image: AIRPARIF

Image: AIRPARIF

Image: PREV'AIR http://www2.prevair.org/

Image: PREV'AIR http://www2.prevair.org/

Rien de nouveau sous le soleil: Auffargis, 6 mars 2015 à 9H15. Le ciel sillonné de dizaines de traînées d'avions.  Photo: Pierre-Olivier Combelles

Rien de nouveau sous le soleil: Auffargis, 6 mars 2015 à 9H15. Le ciel sillonné de dizaines de traînées d'avions. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le même 6 mars 2015: le ciel du côté de la prairie en face de l'école maternelle. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Le même 6 mars 2015: le ciel du côté de la prairie en face de l'école maternelle. Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Thoreau l'Indien

8 Décembre 2016 , Rédigé par POC

Thoreau l'Indien
Henry David Thoreau, Journal. Préface de Kenneth White

Henry David Thoreau, Journal. Préface de Kenneth White

Lire la suite

La destruction de l'agriculture vivrière en Colombie: 9.70 (Victoria Solano)

7 Décembre 2016 , Rédigé par POC

En Colombie, la loi 9.70 oblige les agriculteurs à utiliser des semences "certifiées" qui viennent des USA grâce au Traité de Libre Commerce. Toutes les semences privées et indigènes sont interdites et doivent être détruites.

C'est le sujet du remarquable documentaire filmé de Victoria Solano: 9.70

 

(...) L’année dernière, les autorités colombiennes ont pris d’assaut les entrepôts et des camions de riziculteurs dans Campoalegre, dans la province de Huila, et ont violemment détruit 70 tonnes de riz qui, selon elles, n’avaient pas été traitées conformément à la loi. Cette intervention militarisée pour détruire des semences paysannes a choqué de nombreuses personnes, et a amené une jeune militante chilienne, Victoria Solano, à faire un film sur ce sujet. Le film s’appelle « 9.70 » parce que c’est le numéro de la loi adoptée en 2010 qui énonce le droit pour l’État de détruire les semences paysannes si elles ne sont pas conformes.

Aujourd’hui, grâce à la force, la ténacité et la légitimité de la protestation des agriculteurs, des gens de tous les milieux de la société colombienne discutent de ce film, comme on peut le voir dans les médias, les réseaux sociaux et dans les rues, et demandent pourquoi le gouvernement mène ces politiques insensées. (...)

Lisez l'article complet ici: http://pitunilla.over-blog.com/article-la-destruction-de-l-agriculture-vivriere-en-colombie-119959125.html

Lire la suite

L'EFFACEMENT DE LA VIE SAUVAGE. Actualité d'une psychose française (Michel Sennepin)

6 Décembre 2016 , Rédigé par Béthune

(Source: http://europe-tigre.over-blog.com/2016/12/le-vent-de-la-steppe.html

 

LE CAS DES BETES LIBRES. Le 5 août 2016,  la Direction Départementale des Territoires de l'Oise publie son rapport relatif à la consultation du public sur l'autorisation de tirs de nuit du renard. Après avoir analysé les commentaires reçus, la DDT assène ses réponses : ainsi, elle avance la nécessité d'exercer une régulation sanitaire, en évoquant tour à tour :

- la rage (qui n'existe plus en France ni dans aucun pays frontalier)

- la gale du renard (qui ne se transmet ni à l'être humain ni à d'autres mammifères)

- la leptospirose (qui ne concerne pas le renard, mais le surmulot ou rat gris, dit "rat d'égout")

- et même la maladie de Lyme, (transmises par les tiques!).

Pauvre renard, comme il doit être malade! Mais, à (pseudo) malade, malade et demi : ainsi, la DDT écrit sans trembler que "la chasse du renard s'inscrit dans une démarche de préservation de la biodiversité." Et cerise sur le gâteau : l'absence de prédateurs  naturels du renard dans l'Oise, tels que l'ours* (sic!), le loup et l'aigle royal rend nécessaire une régulation par l'homme. Serait - ce un appel implicite à la réintroduction de ces espèces dans l'Oise?!

J'ajoute qu'il est bien connu depuis déjà plusieurs années que les massacres de renards, toujours et partout, augmentent la vigueur et l'étendue des zoonoses (rage autrefois, échinococcose alvéolaire aujourd'hui).

Bien - sûr, la motivation principale, c'est - à - dire soustraire le petit gibier à ses prédateurs naturels, n'est pas oubliée, mais en la noyant dans tout ce fatras d'insanités, et sans préciser qu'il s'agit d'abord et avant tout de gibier d'élevage payé par les sociétés de chasse!

Et c'est pour cela que le préfet de l'Oise, comme tant d'autres en France, astreint les lieutenants de louveterie à des cadences infernales afin de prêter main forte aux chasseurs pourtant déjà autorisés, au titre de l'arrêté "nuisibles", à exterminer ce magnifique animal** pratiquement tout au long de l'année. 

Ainsi, l'arrêté préfectoral du Loiret, daté du 11 août 2016, qui prend acte d'une permission de lâchers de perdrix d'élevage inscrite dans le "schéma départemental de gestion cynégétique", document entièrement rédigé par la fédération de chasse et ratifié en commission administrative CDCFS (tu parles!) par les mêmes représentants des chasseurs. Et le code de l'environnement dans tout ça? chiffon de papier!

Les consultations du public préalables à la décision du préfet sont souvent purement et simplement escamotées. Lorsqu'elles sont organisées, elles donnent 9 fois sur 10 une écrasante majorité aux opposants à ces crimes contre - nature, que la DDT s'empresse de contrecarrer systématiquement : les arrêtés meurtriers sont publiés dans la foulée, la plupart du temps sans modification, ou, exceptionnellement, à la marge. Dans le cas de l'Oise cité ci - dessus, le rapport de forces entre opposants et partisans était inversé (une fois n'est pas coutume), ce qui a bien - sûr pu encourager la DDT à multiplier avec gourmandise les salves d'arguments débiles.

Et maintenant, zoom arrière : cela fait maintenant plusieurs années qu'une nouvelle phase de bouffées délirantes (phénomène malheureusement récurrent dans l'histoire de notre pays) s'est emparée des pouvoirs publics Français au détriment des fleurons de la faune sauvage, toutes espèces confondues et quel que soit les statuts respectifs de celles - ci : "protégé", "gibier", ou "nuisible", avec toujours les mêmes litanies à la clé : priorité aux lâchers de gibier d'élevage, monoculture du maïs, état sanitaire du bétail, et autres assertions plus ou moins loufoques invoquant la sacro - sainte sécurité.

Depuis fin 2002, de furieux coups de boutoirs avaient déjà nettrement fragilisé la législation d'une part, la volonté de protection d'autre part. Mais depuis 2013, les observateurs ne peuvent que déplorer l'orchestration par les pouvoirs publics d'une débauche de sauvagerie sans précédent depuis la création du ministère de l'environnement (1971), à l'exception de l'effroyable épisode de "lutte contre la rage" (1968 - 1988).

Pour l'essentiel, je m'en tiendrai ici (et seulement à gros traits) à la période touchant directement notre génération (j'ai 54 ans) et pour le reste, je renvoie au fort édifiant : "Du paléolithique au CPNT", recueil d'articles parus  au cours des premières années de ce siècle, et dont l'auteur (Alain Sennepin, architecte du projet "Dragon Vert" et responsable du blog "Retour du tigre en Europe") annonçait en détail les modalités de la crise actuelle après en avoir décortiqué les racines historiques (voir en particulier le 6ème volet : "Les racines du mouvement CPNT", paru dans "Naturallier" N° 85, du 3ème trimestre 2002).

Alors que la "lutte contre la rage" battait son plein, à la fin des années 70 et au début des années 80, le rapport de forces entre partisans et adversaires de la faune sauvage avait pourtant commencé à évoluer, irrégulièrement et de façon chaotique, mais sensiblement en faveur des premiers jusqu'aux environ de l'orée 2000, et ce, bien que les seconds conservaient encore un très net avantage.

Le blocage de toutes les politiques de protection et ce surcroit d'intolérance qui ravagent aujourd'hui si violemment les petits peuples libres, commencèrent dès la fin 2002, suite à environ 15 années de tintamarre grotesque orchestré par CPNT (Chasse Pêche Nature et Traditions), mais largement relayé dans les médias ainsi que par de nombreux politiciens, pas fâchés de donner une bonne raclée à "ces mauviettes d'écolos".

Du coup, la législation protectionniste, encore flambant neuve, et qui avait juste commencé à produire ses effets au compte - gouttes, se vit déjà détricotée. A la longue, cela coïncidera, d'autre part, avec un essoufflement et une péjoration continus des institutions européennes, rendant largement inopérante la féconde stratégie juridique servie avec panache par nos associations durant plus de 2 décennies.

A ce stade, et alors que la Vème république française reste, de très loin, de tous les régimes politiques en Europe, et probablement aussi dans le monde, le plus hypnotisé à la fois par le lobby agricole et le lobby des chasseurs, certaines parmi nos associations, désormais constamment sur la défensive, se détournèrent de ces dossiers pourris, puant la charogne. D'autres, jouant sur leurs capacités d'expertise, adoptèrent une "positive attitude" à l'égard du public, tout en appliquant à ces mêmes dossiers pourris une stratégie de la discrétion, laquelle devait s'avérer calamiteuse à la longue. En effet, nos partenaires institutionnels ne firent preuve à notre égard que d'une politesse de façade (dans le meilleur des cas!) tandis que nos partisans s'éparpillèrent, désespérés par l'image d'astre mort que renvoie logiquement cette stratégie de la discrétion.

Et les quelques associations qui assument encore avec vaillance ce fardeau de plus en plus lourd sont fatalement dépassées par l'ampleur et l'ingratitude de la tâche.

Nous en sommes là. Pensons donc d'abord à prendre soin de nos partisans, notamment en défendant nos convictions haut et clair.  Quant aux commanditaires de ces horreurs, ils feraient bien de réfléchir à toutes les conséquences de leurs actes : à force de déchiqueter impunément les petits peuples libres, eux aussi sont attendus au coin du bois...

Michel SENNEPIN, 1er septembre 2016.

Un temps et un espace NORMAUX. * Des ours, tels qu'ils apparaissaient autrefois dans une Amérique sauvage : "J'ai vu des ours noirs aussi blancs que neige, et j'ai vu des grizzlys aussi noirs que le plus noir des ours noirs. J'ai vu des ours noirs et des grizzlys de couleur brune. J'en ai vu de dorés et de jaunes des deux espèces." James Oliver Curwood. Le Grizzly.

** Des renards roux, tels qu'ils apparaissaient en Sibérie centrale (Museum de Novosibirsk).

Lire la suite

Mourir à soi-même ?

5 Décembre 2016 , Rédigé par POC

Chasseur inuit du Groënland avec ses amulettes. In: Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire, Flammarion, Paris, 1969.

Chasseur inuit du Groënland avec ses amulettes. In: Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire, Flammarion, Paris, 1969.

Evidemment c'est un problème, l'argent, c'est le problème de tous ceux qui sont venus après le Sakodo*. Ca ne sert plus à rien de savoir attraper les phoques, il faut apprendre à attraper l'argent. Mais ce n'est pas le plus facile, car il faut changer quelque chose dans son coeur et renier tout ce que pensaient les vieux. Pour entrer dans le cycle de l'argent et espérer posséder un jour les nouvelles techniques, il faut mourir à soi-même et à ce que furent les siens. (p. 103)
 
* C'est dans le monde dangereux dont les Inuit par leurs techniques, pendant des siècles, ont triomphé, et qu'ils avaient conçu comme un ordre stable et équilibré que fit irruption le premier Européen en 1884. le Sakodo (comme on nomme Gustave Holm à Amassalik, d'un mot signifiant: celui qui a beaucoup d'armes et d'outils), messager de cette richesse occidentale qui s'accroît de la course accélérée et triomphale où l'entraîne le déséquilibre permanent de son système. (p. 65)
 
Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire, Flammarion, Paris, 1969.
 
L'auteur de ce blog a eu la surprise de créer l'article Wikipedia sur Robert Gessain qui n'existait pas avant. Aucun mérite pour cela, sinon justice pour celui dont le livre, Ammassalik ou la civilisation obligatoire, par son intelligence, sa lucidité, sa simplicité, son coeur et sa droiture, et bien entendu par son amour des Eskimos et des peuples "primitifs" ou "sauvages", est le meilleur livre de savoir-vivre (celui des Eskimos bien sûr, et aussi celui de Robert Gessain) que je connaisse pour tous ceux qui s'interrogent sur l'homme et sa place dans sa propre (pré) histoire et dans la nature. Je donnerais tous les livres des spécialistes des Inuit et même ceux de tous les ethnologues à l'exception de Pierre Clastres* et même une infinité d'autres pour celui-là. Ce qu'il écrit, d'expérience, est si vrai et condamne de manière si définitive ce qu'on appelle la Civilisation, le Capitalisme,  le Progrès, l'Argent, l'Occident, qu'on ne le lui a jamais pardonné. Une phrase de Gessain vaut tous ces autres livres. Mais attention, sa lecture est sans retour, comme "La rivière sans repos" de Gabrielle Roy.
 
Pierre-Olivier Combelles
 

"Il me semble m’apercevoir que si les socié­tés pri­mi­tives sont des socié­tés sans état c’est parce qu’elles sont des socié­tés de refus de l’état, des socié­tés contre l’état. L’absence de l’état dans les socié­tés pri­mi­tives ce n’est pas un manque, ce n’est pas parce qu’elles sont l’enfance de l’humanité et qu’elles sont incom­plètes, ou qu’elles ne sont pas assez grandes, qu’elles ne sont pas adultes, majeures, c’est bel et bien parce qu’elles refusent l’état au sens large, l’état défini comme dans sa figure mini­male qui est la rela­tion de pou­voir."

Entretien avec Pierre Clastres; Sociétés sans Etat ou contre l'Etat

Auteur de la "Chronique des Indiens Guayaki" et de "La société contre l'Etat"

N°9 de la revue "L'ANTI-MYTHES" 

Anthropologie politique

http://1libertaire.free.fr/Clastres01.html

« Quand, dans la société primitive, l'économique se laisse repérer comme champ autonome et défini, quand l’activité de production devient travail aliéné, comptabilisé et imposé par ceux qui vont jouir des fruits de ce travail, c’est que la société n’est plus primitive, c’est qu’elle est devenue une société divisée en dominants et dominés, en maîtres et sujets, c’est qu’elle a cessé d’exorciser ce qui est destiné à la tuer : le pouvoir et le respect du pouvoir. La division majeure de la société, celle qui fonde toutes les autres, y compris sans doute la division du travail, c’est la nouvelle disposition verticale entre la base et le sommet, c’est la grande coupure politique entre détenteurs de la force, qu’elle soit guerrière ou religieuse, et assujettis à cette force. La relation politique de pouvoir précède et fonde la relation économique d’exploitation. Avant d’être économique, l’aliénation est politique, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes. »

Pierre Clastres, La Société contre l'État (Editions de Minuit, 1974)

 
Pierre Clastre

Pierre Clastre

Lire la suite

Haute-Saône (70) : prison ferme pour 2 ex-cadres de la fédération de chasse

2 Décembre 2016 , Rédigé par POC

L’ancien président de la fédération de chasse de Haute-Saône et son ancien directeur ont été condamnés à 1 an de prison ferme pour complicité de destruction et de transport d’espèces protégées.

https://www.lpo.fr/actualites/haute-saone-70-prison-ferme-pour-2-ex-cadres-de-la-federation-de-chasse

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>