Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Camino del indio (Atahualpa Yupanki)

11 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

http://www.youtube.com/watch?v=cKApsZ4t-5g&feature=kp

Le fameux poète, guitariste et chanteur argentin (1908-1992) a composé cette chanson lorsqu'il avait à peine 18 ans.

Les Chemins de l'Inca, toujours empruntés par les paysans, les arrieros, les mineurs artisanaux qui transportent le minerai d'or dans des sacoches de laine à dos de lama, sont le symbole des peuples indigènes des Andes.

En haut, sur les cols, veillent les apachetas (cairns), hommages aux apus, les dieux de la montagne.

Merci à Homus Limensis qui a mis cette belle chanson sur internet, en l'accompagnant de cette émouvante vidéo d'un camino inca (Qhapaq Ñan), vraisemblablement dans les Andes centrales du Pérou.

Homus Limensis (http://www.youtube.com/channel/UC2k4xRk-SH1U8QJlP1VlcfQ )qui nous parle de Victoria Santa Cruz qui chante: "Me gritaron negra".

Ecoutez-la: http://www.youtube.com/watch?v=754QnDUWamk

 

Biographie d'Atahualpa Yupanki: http://fr.wikipedia.org/wiki/Atahualpa_Yupanqui

 

Lire la suite

L'auto-détermination comme anti-extractivisme: comment la résistance indigène défie les relations internationales (Manuela Lavinas Picq, E-IR, 21 mai 2014)

9 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

This article is an excerpt from E-IR’s free-to-download Edited Collection,
Restoring Indigenous Self Determination. View all of E-IR’s Publications here.

 

Indigeneity is an unusual way to think about International Relations (IR). Most studies of world politics ignore Indigenous perspectives, which are rarely treated as relevant to thinking about the international (Shaw 2008; Beier 2009). Yet Indigenous peoples are engaging in world politics with a dynamism and creativity that defies the silences of our discipline (Morgan 2011). In Latin America, Indigenous politics has gained international legitimacy, influencing policy for over two decades (Cott 2008; Madrid 2012). Now, Indigenous political movements are focused on resisting extractive projects on autonomous territory from the Arctic to the Amazon (Banerjee 2012; Sawyer and Gómez 2012). Resistance has led to large mobilized protests, invoked international law, and enabled alternative mechanisms of authority. In response, governments have been busy criminalizing Indigenous claims to consultation that challenge extractive models of development. Indigenous opposition to extractivism ultimately promotes self-determination rights, questioning the states’ authority over land by placing its sovereignty into historical context. In that sense, Indigeneity is a valuable approach to understanding world politics as much as it is a critical concept to move beyond state-centrism in the study of IR.

 

The Consolidation of Indigenous Resistance against Extractivism

 

Indigenous peoples are contesting extractive projects in various, complementary ways. Collective marches have multiplied as an immediate means of resistance throughout the Americas. In 2012, the Confederation of Indigenous Nationalities of Ecuador led thousands of people on a 15-day, 400-mile March for Life, Water, and the Dignity of Peoples, demanding a new water law, the end of open-pit mining, and a stop to the expansion of oil concessions. Within days, a similar mobilization took over Guatemala City. The Indigenous, Peasant, and Popular March in Defense of Mother Earth covered 212 kilometers to enter the capital with nearly 15,000 people protesting mining concessions, hydroelectric plants, and evictions. In Bolivia, various marches demanded consultation as the government prepared to build a highway within the Indigenous Territory and National Park Isidoro Sécure (TIPNIS). From Canada’s Idle No More movement to the protests against damming the Xingú River Basin in Brazil, Indigenous movements are rising and demanding they be allowed to participate in decisions affecting their territories.

Protests are at the core of global Indigenous agendas. In 2013, the Fifth Continental Summit of Indigenous Peoples of the Abya Yala encouraged communities to step-up resistance in light of the threat posed by state-sponsored extractivism. This is what Indigenous women were doing when they walked from Amazon territories to Quito, Ecuador, denouncing government plans to drill without consultation in the Yasuní reserve. Local protests are not trivial or irrelevant in world politics. Rather, they are part of a larger effort to transform local concerns into international politics.

Indigenous peoples have remarkable expertise in international law and are savvily leveraging their rights to consultation and self-determination guaranteed in the ILO Convention 169 (1989) and the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples (UNDRIP) (UN General Assembly 2008). They have won emblematic legal battles at the Inter-American Court of Human Rights (IACHR), at times obliging states to recognize Indigenous territorial authority. In the decade-long case of Sarayaku v. Ecuador, the IACHR upheld the right of free, prior, and informed consent with a binding sentence against the Ecuadoran State for allowing a foreign oil company to encroach on ancestral lands without consultation during the 1990s. A 2011 petition by communities of the Xingú River basin led the IACHR to order Brazil’s government to halt the construction of the Belo Monte Dam. The Mayan Q’eqchi’ expanded jurisdiction by taking Hudbay Minerals to Court in Canada for crimes committed at an open-pit nickel mine in Guatemala. In Canada, two Manitoba First Nations used their own legal systems in 2013 to serve eviction notices to mining companies operating illegally on their land.[1]

International pressure is significant, yet states frequently eschew what they perceive to be uncomfortable mechanisms of accountability. Courts may validate Indigenous resistance, and UN reports warn against the catastrophic impact of extractive industries, but Brazil continued to build the Belo Monte Dam and Peru’s government did not consider suspending the Camisea gas project of drilling 18 wells on protected territories that have been home to Amazonian peoples in voluntary isolation (Feather 2014). Nevertheless, states that evade prior consultation obligations only foster Indigenous inventiveness. In the absence of official mechanisms of consultation, people establish autonomous ones. Local communities of the Kimsacocha area took matters in their own hands after years of being ignored, demanding Ecuador’s government consult them on a mining project in the highlands. In 2011, they organized a community-based consultation without the authorization of the state that was nevertheless legitimized by the presence of international observers (Guartambel 2012). The community voted 93% in favour of defending water rights and against mining in the area. Autonomous forms of prior consultation are increasingly common in Latin America. In Guatemala alone, there have been over sixty community-based consultations since 2005 (MacLeod and Pérez 2013).

 

Contesting States of Extraction

 

Indigenous resistance has been the target of severe government repression, ranging from judicial intimidation to assassinations of activists. Mobilizations against the Congo mine in Cajamarca, Peru, led President Ollanta Humala to declare a state of emergency and unleash military repression. An estimated 200 activists were killed in Peru between 2006 and 2011 for resisting extractivism (Zibechi 2013). Colombia’s government, in turn, declared protests against the mining industry illegal. In Ecuador, about 200 people have been criminalized for contesting the corporatization of natural resources, many charged with terrorism. Violent repression against TIPNIS protesters in Bolivia revealed that even Evo Morales, Latin America’s first elected Indigenous president, is willing to use force to silence demands for consultation. Various activists opposing the multinational mining giant AngloGlod Ashanti have been assassinated. Argentina’s Plurinational Indigenous Council, which calls for an end to extractivism, has recorded eleven assassinations since 2010. The Observatory of Mining Conflicts in Latin America (OCMAL) estimates there are currently 195 active conflicts due to large-scale mining. Peru and Chile lead the list with 34 and 33 conflicts respectively, followed by Mexico with 28, Argentina with 26, Brazil with 20, and Colombia with 12. Mega-mining alone affects nearly 300 communities, many of which are located on Indigenous territories.

This wave of intense criminalization indicates the expansion of the extractive frontier. In Peru, where anti-extractivist unrest toppled two cabinets under the Humala government and led to the militarization of several provinces, mineral exploration expenditures increased tenfold in a decade. In 2002, 7.5 million hectares of land had been granted to mining companies; by 2012 the figure jumped to almost 26 million hectares, or 20% of the country’s land. Nearly 60% of the province of Apurímac has been granted to mining companies. In Colombia, about 40% of land is licensed to, or being solicited by, multinational companies for mineral and crude mining projects (Peace Brigades International 2011). According to OCMAL, 25% of the Chile’s territory was under exploration or operation as of 2010. In 2013, Mexico’s government opened the state‐controlled energy sector to foreign investment, changing legislation to allow private multinationals to prospect for the country’s oil and natural gas resources for the first time since 1938.

The problem is that governments are largely licensing Indigenous land. In 2010, the UN Permanent Forum on Indigenous Issues reported that Colombian mining concessions had been awarded in 80% of the country’s legally recognized Indigenous territories. Colombia’s government has 8.8 million hectares of Indigenous reserves designated as oil areas and granted 168 mining licenses on Indigenous reserves in 2011. Extractive industries lead to evictions, toxic waste, and resource scarcity, creating conflicts over water, soil, and subsoil. Open-pit mining uses unsustainable amounts of water. The controversial Marlin mine, partly funded by the World Bank in 2004, and today fully owned by Goldcorp, uses in one hour the water that a local family uses over 22 years (Van de Sandt 2009).[2] In Chile, mining consumes 37% of the electricity produced in the country – which will reach 50% in a few years – compared to 28% for industry and 16% for the residential sector. This requires the Chilean State to continually expand energy sources, thereby accelerating displacement and the transfer of agricultural land to hydroelectric projects.

Conflicts against extractivism should not be dismissed as only concerning Indigenous peoples. They encompass larger debates about the role of extractivism in politics and contest a development model based on the corporatization of natural resources. In particular, they reveal the continuous role of resource exploitation as a strategy to finance states. Governments are prioritizing extractive industries as key engines of growth, although there is ample evidence that extractive industries create relatively few jobs. President Juan Manuel Santos promised to turn Colombia into a mining powerhouse because it attracts quick investment. Opening Ecuador to mega-mining financed much of President Correa’s third re-election. In fact, his unexpected policy shift to approve drilling within the Yasuní Reserve is explained largely by his government’s urgent need for cash. China, which holds over 35% of Ecuador’s foreign debt and financed 12% of its budget in 2013, buys about 60% of the country’s oil and is expected to pre-buy Yasuní oil (Guevara 2013).

Indigenous claims against extractive projects contest a world system based on predation and usurpation. In Guatemala, mining is managed by long-standing political elites and inscribed in the colonial genealogy of power. In many instances, the entrepreneurs promoting mining today are the scions of the same oligarchical families that have controlled Indigenous land and peoples for centuries (Casaús 2007). The political economy of extractivism encompasses global inequalities of exploitation, within and among states. About 75% of the world’s mining companies are registered in Canada, and most operate in the so-called Global South (Deneault et al. 2012). Extractive industries in the North rely on alliances with national elites to exploit natural resources of peoples and places historically marginalized from power politics.

 

Indigeneity as a Way to Rethink International Relations

 

Claims against extractivism are ultimately claims to the right of self-determination. The unilateral expropriation of land for mining today is a continuation of the Doctrine of Discovery. It conceptualized the New World as terra nullis, authorizing colonial powers to conquest and exploit land in the Americas. It also paved the way for a paradigm of domination that outlasted colonial times to evolve into a broader – and more resilient – self-arrogated right of intervention embodied by the modern state (Wallerstein 2006). Today, the idea of “empty” lands survives in extractivist practices. Large-scale mining by multinational corporations perpetuates the human abuse and resource appropriation initiated by Spanish colonizers centuries ago in the Bolivian mines of Potosi. International rights to self-determination may have replaced Papal Bulls, yet the political economy of looting natural resources on Indigenous lands continues, now in the name of development.

In this context, Indigeneity is a privileged site for the study of international relations. First and foremost, the extent and sophistication of Indigenous political praxis is relevant to any explanation of world politics. The rise of anti-extractivism as a politics of contestation against state exploitation calls for alternative sites of governance, such as the Inuit Circumpolar Council (Shadian 2013). Indigenous claims are shaping political practice, framing international legislation, and destabilizing assumptions about stateness. They seek the redistribution of rights as much as the uprooting of the concentration of power in the state. In that sense, Indigenous claims to consultation challenge the authority of states over natural resources as much as the organization of world politics does around Westphalian principles of sovereignty.

Second, Indigeneity disrupts state sovereignty (Ryser 2012). The UNDRIP became the longest and most hotly debated human rights instrument in UN history because the expansion of Indigenous rights is intrinsically related to issues of state authority over territory. Rights to self-determination entail the recognition of plural forms of territorial authority in competition with states. Indigeneity is attributed to peoples who have historically been excluded from projects of state-making. Yet it contributes much more than making visible historically excluded groups. It refers to a politics that both precedes the state and lies outside of it. It is the constitutive “other” of the modern state, marked by a co-constitutive history that explains why Indigenous politics vary depending on different processes of state-formation. Consequently, Indigeneity is vital to a discipline dedicated to studying relations among states precisely because it is intrinsically related to state-formation. Standing outside of, and prior to, state making Indigenous standpoints are valuable ways to think critically about world politics. They permit to imagine what post-national political assemblages may look like (Sassen 2008).

Finally, Indigeneity is strategic to expand scholarly debates on what constitutes IR. Indigenous experiences complement and broaden official national histories with forgotten or repressed narratives (O’Brien 2010), thus expanding methodological assumptions on how to do IR (Jackson 2010). Its precedence over the modern state encompasses alternative worldviews to think about the international beyond stateness. Indigeneity thus defies core epistemological foundations about power. In particular, it historicizes the state and sovereignty, moving away from Eurocentric conceptions of the world (Hobson 2012) and breaking with the discipline’s unreflective tendencies (Tickner 2013). The vibrancy of Indigenous struggles not only confirms the inadequacy of the state, echoing calls to provincialize Europe’s political legacies (Chakrabarty 2000), but it also provides concrete experiences of what the international can actually look like within and beyond the state (Tickner and Blaney 2013). Indigeneity is therefore doubly valuable for world politics. In addition to contributing alternative praxis of the international, it instigates critical theory to expand disciplinary borders.

 

Conclusion 

 

Indigeneity is a valuable category of analysis for world politics. Indigenous experiences offer a fuller understanding of the world we live in. Further, they provide critical insights into thinking critically about the international. Integrating indigenous perspectives in the study of IR speaks to the ability to extend our political practice beyond the ivory tower. It is not a category of analysis that concerns merely Indigenous peoples, just as racism is not a matter for people of African descent only, or post-colonial studies the domain of previously colonized societies. The entire thrust of Indigeneity is that the non-state is the business of the state, and that there are alternative pathways available to decolonize the discipline.

Stripping IR of its state-centrism invites us to reflect upon the entrenched coloniality of international relations. Indigenous perspectives will hopefully inspire scholars to adventure beyond the conventional borders of the discipline. After all, opening an alternative locus of authority is nothing short of revolutionary.

 

Notes

 

[1] A delegation from the Red Sucker Lake First Nation descended on the work camp of Mega Precious Metals, Inc., a mineral exploration company, to stop them from working and vacate the land immediately. The Mathias Colomb First Nation issued a similar order to Hudbay Mining and Smelting Co., Ltd. and the Province of Manitoba.

[2] According to the company’s own social and environmental impact report, the Marlin mine consumes about 250 thousand liters of water every hour (MacLeod and Pérez 2013).

 

References

 

Banerjee, S. (2012) Arctic Voices: Resistance at the Tipping Point. New York: Seven Stories Press.

Beier, J.M. (2009) International Relations in Uncommon Places: Indigeneity, Cosmology, and the Limits of International Theory. New York: Palgrave Macmillan.

Casaús, M. E. (2007) Guatemala: Linaje y racismo. Guatemala: F&G Editores.

Chakrabarty, D. (2008) Provincializing Europe: postcolonial thought and historical difference. Princeton: Princeton University Press.

Cott, D.L.V. (2008) Radical democracy in the Andes. Cambridge: Cambridge University Press.

Deneault, A., Denis, M. and Sacher, W. (2012) Paradis sous terre: comment le Canada est devenu la plaque tournante de l’industrie minière mondiale. Montréal: Écosociété.

Feather, C. (2014) Violating rights and threatening lives: The Camisea gas project and indigenous peoples in voluntary isolation. Moreton-in-Marsh, UK: Forest Peoples Programme.

Guartambel, C.P. (2012) Agua u oro: Kimsacocha, la resistencia por el água. Cuenca, Ecuador: Universidad Estatal de Cuenca.

Guevara, F. E. (2013, December 10) “La explotación del Yasuní: reprimarizacioón de la economía del Ecuador.” Opción- Ecuador.

Hobson, J.M. (2012) The Eurocentric Conception of World Politics: Western International Theory 1760-2010. Cambridge: Cambridge University Press.

Jackson, P.T. (2010) The Conduct of Inquiry in International Relations: Philosophy of Science and Its Implications for the Study of World Politics. New York: Routledge.

MacLeod, M. and Pérez C. (2013) Tu’n Tklet Qnan Tx’otx’, Q’ixkojalel, b’ix Tb’anil Qanq’ib’il, En defensa de la Madre Tierra, sentir lo que siente el otro, y el buen vivir. La lucha de Doña Crisanta contra Goldcorp. México: CeActl.

Madrid, R.L. (2012) The Rise of Ethnic Politics in Latin America. Cambridge: Cambridge University Press.

Morgan, R. (2011) Transforming Law and Institution: Indigenous Peoples, the United Nations and Human Rights. Burlington, VT: Ashgate.

O’Brien, J.M. (2010) Firsting and Lasting: Writing Indians Out of Existence in New England. Minneapolis, MN: University of Minnesota Press.

Peace Brigades International. (2011) “Mining in Colombia: At What Cost?” Colombia Newsletter, 18: 1-47.

Ryser, R.C. (2012) Indigenous Nations and Modern States: The Political Emergence of Nations Challenging State Power. New York: Routledge.

Sassen, S. (2008) Territory, Authority, Rights: From Medieval to Global Assemblages. Princeton: Princeton University Press.

Sawyer, S. and Gomez, E.T. (2012) The Politics of Resource Extraction: Indigenous Peoples, Multinational Corporations and the State. New York: Palgrave Macmillan.

Shadian, J.M. (2013) The Politics of Arctic Sovereignty: Oil, Ice and Inuit Governance. New York: Routledge.

Shaw, K. (2008) Indigeneity and Political Theory: Sovereignty and the limits of the political. New York: Routledge.

Tickner, A.B. (2013) “Core, periphery and (neo)imperialist International Relations.” European Journal of International Relations, 19(3): 627-46.

Tickner, A.B. and Blaney, D.L. (2013) Claiming the International. New York: Routledge.

UN General Assembly. (2008) United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples resolution / adopted by the General Assembly. 2 October 2007, UN. Doc. A/RES/61/295.

Van de Sandt, J. (2009) Mining Conflicts and Indigenous Peoples in Guatemala. The Hague: Cordaid.

Wallerstein, I.M. (2006) European Universalism: The Rhetoric of Power. New York: The New Press.

Zibechi, R. (2013, October 27) “Latin America Rejects the Extractive Model in the Streets.” Americas Program. Available at: http://www.cipamericas.org/archives/10983 (Accessed 29 January 2014).

 

About The Author ():
 

Manuela Lavinas Picq is Professor of International Relations at the Universidad San Francisco de Quito, Ecuador. Her research focuses on the role of gender and Indigeneity in the practice and study of world politics. She is currently a Member at the Institute for Advanced Study, where she is finishing a book locating Indigenous women politics in international relations and starting a project about the Amazon as a cosmopolitan space.

 

Source: link

 

 

Government Gives Police, Military Greater Freedom With Use of Force

(Andean Air Mail and Peruvian Times, January 15, 2014)

 

"Peru’s government has modified an article in the Penal Code that critics say will allow police and the military to use deadly force without facing any consequences.

The modification to the law was published in Peru’s official gazette on Monday, carrying the signatures of President Ollanta Humala and Premier Cesar Villanueva.

The new regulation says that members of the Armed Forces and the National Police are “exempt from criminal responsibility” if they cause injury or death through the use of their guns or other weapons while on duty.

 

Suite de l'article ici: link

Lire la suite

Jean-François Gayraud: Face à la dimension criminelle de la crise, les élites sont aveugles, incompétentes ou complices » (Basta!)

8 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

Et si la crise financière était une vaste fraude ? Dérégulé à l’excès, le capitalisme comporte des incitations au crime et à la fraude absolument inédites, explique Jean-François Gayraud, commissaire de police et criminologue. Il pose dans son ouvrage Le nouveau capitalisme criminel un diagnostic décapant : les responsables politiques sont dans le déni ou l’aveuglement, les acteurs de la fraude de 2008 sont aujourd’hui revenus dans le jeu, les lois votées pour tenter de réguler le système financier n’ont rien changé, et des techniques comme le trading haute fréquence échappent à tout contrôle. Il y a urgence à reprendre en main un système économique devenu criminogène, avec ses dérives frauduleuses et prédatrices. Entretien.

Basta ! : Vous analysez les crises financières au prisme de la criminologie. Pour vous, la crise de 2008 est-elle due à des comportements criminels ?

Jean-François Gayraud [1] : Le nouveau capitalisme qui se développe depuis les années 80 comporte des incitations et des opportunités à la fraude d’une ampleur inédite. L’alliance entre la financiarisation, la dérégulation et une mondialisation excessives forme un cocktail explosif. La criminalité est l’angle mort de la pensée économique, un impensé radical, et ce depuis le 18ème siècle. Cela avait peu de conséquences durant le capitalisme fordiste et keynésien, plus régulé. Désormais, cet impensé est mortifère. On nous explique que cette crise financière des subprimes est liée à un simple dysfonctionnement des marchés : comme si, une fois ce dysfonctionnement disparu, on reviendrait à une situation à peu près normale. Je tente de combler cette erreur de diagnostic en analysant les mutations du capitalisme à la lumière de la criminologie [2].

Il ne s’agit pas d’être « mono-causal » et de tomber dans la théorie du complot. Mais simplement de montrer qu’il y a dans ce capitalisme une dimension criminogène qui n’est ni marginale ni folklorique. « Criminogène » ne veut pas dire criminel. Cela signifie simplement que ce système a des potentialités et des vulnérabilités à la fraude, qui étaient jusqu’à présent inconnues. On voit que toutes les crises financières depuis les années 1980 ont été causées par des bulles immobilières et boursières en parties nées de fraudes systématiques. Au point que désormais, la fraude fait système.

(...)

D’où vient cette situation ?

C’est une question de rapport de force entre pouvoir politique et pouvoir financier. Il s’agit d’ailleurs moins d’une confrontation que d’un fonctionnement symbiotique : aux États-Unis, ce sont les grands lobbys, dont celui de la finance, qui permettent l’élection des candidats. Une partie de la classe politique américaine a été capturée par le lobby de la finance : ces élus votent donc des lois en faveur de Wall Street. Depuis 2013, plus de la moitié des parlementaires américains sont millionnaires en dollars ! Qu’en conclure ? Soit qu’il faut être riche pour être élu, soit que l’élection permet de devenir riche ! Exactement ce que les Grecs nommaient une « ploutocratie » : un gouvernement des riches, par les riches, pour les riches.

Ce qui me frappe, c’est la corrélation entre la financiarisation de l’économie, la montée des inégalités, et la multiplication des fraudes sur les marchés financiers. Depuis l’émergence de ce nouveau capitalisme, des élites mondialisées réunies dans une Upper class internationale vivent hors-sol, dans une sorte de séparatisme social, financier, territorial et symbolique. Au même moment, les classes moyennes et populaires en Occident se précarisent et se paupérisent. Ce vaste transfert de richesses, des classes moyennes et pauvres vers les plus riches, est le fruit d’un phénomène de prédation – qui relève d’une analyse de sciences économiques – et aussi d’un phénomène de fraude – qui relève alors plus d’une lecture criminologique.

(...)

Pour revenir au prisme criminologique, je dirai que les peuples sont pris en tenaille entre une criminalité de l’Upper world et une criminalité de l’Under world, par le haut et par le bas. Il suffit de relire Marx qui explique très bien cela. La seule chose qui me rend optimiste, c’est que je crois au génie national. Le peuple français est plein de ressources, il a des capacités de réaction insoupçonnée. Encore faut-il ne pas le mépriser.

Propos recueillis par Agnès Rousseaux

Lisez l'entretien complet sur Basta! http://www.bastamag.net/Face-a-la-dimension-criminelle-de

Pyramid of Capitalist System

Pyramid of Capitalist System

Lire la suite

L'homme est-il la mesure de toutes choses ?

7 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

St-Fran-ois-d-Assise.jpg

St François d'Assise parlant aux oiseaux

L'homme est-il la mesure de toutes choses ? comme le prétendait Protagoras, sophiste grec du Ve siècle avant J.-C. ? L'homme n'est qu'une espèce parmi les centaines de milliers qui habitent la planète appelée "Terre". Si l'homme est la mesure de toutes choses, alors le chêne, qui vit dix siècles, l'est aussi, comme le papillon, qui ne vit que quelques semaines, ou comme l'éphémère, qui ne vit que quelques jours. L'orchidée Platanthera chlorantha, à l'exquis parfum, qui fleurit en ce moment sur les talus forestiers d'Ile de France, le bouvreuil à la gorge pivoine parmi les chatons d'un saule en fleur un matin de printemps, le rouge-queue noir qui pousse son cri grinçant du faîte d'un toit, le chamois, la salamandre tachetée, le lichen Rhizocarpon geographica qui tapisse de jaune et noir les rochers nordiques, l'Ericacée Kalmia polifolia dont les délicates fleurs rose foncé décorent la toundra, le bélouga, l'orang-outang, le brochet, le lézard vert, la libellule, etc., chacune des espèces vivantes, animale ou végétale, est la mesure de toutes choses, comme le sont aussil'air,  l'eau ou le feu. Pour ne parler que de notre planète Terre, car nous faisons partie du système solaire, qui fait-lui même partie de la Galaxie de la Voie Lactée, qui fait elle-même partie du Super-amas de la Vierge, et il n'y a aucune raison de penser que la vie n'existe pas ou n'ait pas existé ailleurs dans l'univers.

Dire que l'homme est la mesure de toutes choses est donc une affirmation irréaliste, illusoire et orgueilleuse de la part de l'homme, ou plutôt de quelques-uns de ses représentants, et qui a pour effet de le séparer de la nature et du cosmos et de légitimer son pouvoir despotique sur les autres êtres vivants et sur le délicat équilibre, comme le climat, qui unit ce qui est.

Cette pensée humaniste et moderne, typiquement occidentale, s'oppose à la pensée cosmique, sauvage et typiquement asiatique, elle-même héritière de la pensée préhistorique. Elle est d'autant plus absurde et folle que, lorsqu'un homme meurt, son corps se décompose et se (re) transforme en une chaîne infinie d'autres êtres vivants, les plus variés, tandis que son esprit se fond dans l'Esprit de la nature, qui anime toutes choses.

Car

 

Comme l'homme fait partie de la nature, l'esprit de l'homme fait partie de l'Esprit de la Nature.

由于人是性的一部分,人的精神是性之灵的一部分

Yóuyú rén shì Xìngzhì de yībùfèn, rén de jīngshén shì Xìngzhì zhī líng de yībùfèn*

 

La mort est une renaissance, aussi bien physique que spirituelle.

L'Humanité n'existe donc pas, sinon dans notre imagination. Chaque être humain n'est être humain que l'espace de quelques années ou dizaines d'années. De même que l'homme actuel n'est qu'une étape dans une longue évolution qui l'a fait naître dans l'océan global, devenir un petit mammifère de la canopée puis hominidé bipède. Evolution exprimée en raccourci dans celle de l'embryon et du foetus humain, Nous sommes ainsi appelés à redevenir arbre, insecte, oiseau, poisson, mammifère, plante, nématode, bactérie, dans une suite ininterrompue de métamorphoses et, à y bien réfléchir, nous devrions nous sentir plus proches de tous nos autres frères naturels que des autres hommes. Car qui est plus différent d'un homme qu'un autre homme ? Les arbres, les insectes, les oiseaux, les poissons, les mammifères sauvages, les plantes, les nématodes,  les bactéries, humblement, ne se comportent pas comme si chacun d'eux était "la mesure du monde". Ils appartiennent aux écosystèmes qui forment la nature. "Le Grand Ensemblier", comme disait l'institutrice Isabelle dans Intermezzo de Giraudoux...

L'affirmation de Protagoras est donc contraire à toute vraie sagesse. La vraie sagesse consiste à aimer la nature plus que l'homme.

Pierre-Olivier Combelles

*P.O.C.

 

Le rêve du printemps dans un abri géodique mésolithique de l'antique Forêt des Carnutes...

Le rêve du printemps dans un abri géodique mésolithique de l'antique Forêt des Carnutes...

Lire la suite

Image contre langage (Jean-Claude Paye)

6 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

 

À travers l’étude des lois et des « affaires terroristes », cet essai articule critique juridique, politique et concepts de la psychanalyse. Il porte sur l’annulation de la fonction du langage au profit du règne de l’image.

La langue de la lutte « antiterroriste » opère un renversement de l’ordre juridique et politique. La mise en scène de l’abandon des droits de la défense ou de la fin de la séparation des pouvoirs en atteste. Cette monstration nous engage dans une transformation plus profonde, celle d’une mutation de l’ordre symbolique de la société, de ce qui fait de nous des « parlêtres ».

Un individu devient terroriste, non pas pour avoir commis un acte déterminé, mais parce qu’il est montré comme tel. L’image du terrorisme est englobante. Elle dissout le caractère séparateur du langage. L’acte et l’organisation terroristes n’acquièrent une matérialité que comme objets du regard du pouvoir

Le fait que l’annulation de nos libertés prenne la forme de la loi nous indique qu’il s’agit avant tout d’obtenir notre consentement, de promouvoir la participation des citoyens à leur abandon. La loi est renversée en son contraire. Elle devient  suppression de toute limite à la volonté de puissance du pouvoir.

Extrait de l'avant-propos

Affronter la Gorgone

L'objectif de ce livre ne se limite pas à mettre en lumière le bouleversement de l'ordre de droit. Le travail a déjà été effectué en grande partie dans un ouvrage précédent. De telles analyses, basées sur l'étude objective des textes, sont actuellement difficilement recevables car il n'y a plus de séparation entre l'observation et le regard. Nous vivons dans une époque où la référence aux faits relève de la «théorie du grand complot». Tout ce qui donne un point de vue ou dévoile des événements qui pourraient ébranler le rapport d'amour, de fusion entre l'individu et la Mère symbolique, l'État maternel, doit être expulsé du champ de la vision. Le problème n'est donc pas seulement de réaffirmer la primauté des faits, mais de leur construire un espace, afin de les rendre inscriptibles, c'est-à-dire, saisissables, non pas par la conscience, par la faculté de juger, mais recevables par l'inconscient, par ce qui permet à la conscience d'émerger.

Pour ce faire, il faut rétablir la fonction du langage qui consiste à représenter le réel. Ainsi, les concepts de la psychanalyse s'avèrent indispensables. Au moment où l'on nous intime de nous taire et de nous abandonner à la machine jouissante, la psychanalyse nous montre qu'il n'y a d'homme que parlant. Promouvoir le principe de réalité, construire un discours qui rétablit la primauté de l'objectivité sur le sentiment et l'émotion, ne suffit plus. En même temps que de construire une analyse du réel, il est nécessaire de rétablir les conditions pour que la parole émerge et puisse être entendue.

La décomposition du rapport social est telle que l'installation d'une structure politique démocratique passe par le rétablissement d'un ordre symbolique, de ce qui fait de nous des êtres humains. Ce ne sont pas uniquement nos libertés qui sont attaquées, mais ce qui nous constitue en tant que sujets, des êtres de désir susceptibles de s'inscrire dans le devenir... Le niveau imaginaire, ce qui organise le lien social, est détruit. Il n'y a plus de cran d'arrêt au circuit pulsionnel. Nous sommes installés dans une matrice psychotique et non plus dans une structure névrotique, où l'individu n'est plus un être parlant, mais est parlé, procréé par l'autre et où le virtuel se confond avec le réel. Nous sommes également insérés dans des rapports interindividuels relevant de la perversité, qui nous intiment de jouir de cette psychose, qui font de nous des machines jouissantes.

Dans un tel contexte, fournir les armes de la critique et assurer la critique de ces armes ne suffit plus, car nous ne sommes plus dans le langage. Nous n'avons plus les mots pour dire, pour opposer une critique et ainsi, dans un même mouvement, déterminer qui est l'ennemi, tout en nous construisant comme sujet social.

(...) 

L'auteur : Jean-Claude Paye

Jean-Claude Paye est sociologue. Il est connu grâce à un grand nombre d'articles, dans des revues internationales ou des quotidiens francophones (dont Le Monde Diplomatique, Libération, L'Humanité, Mediapart, etc.) portant sur le bouleversement du droit pénal, induit par la "lutte antiterroriste". Il s'est d'abord intéressé aux réformes de la police et de la justice en Belgique. Il en est sorti un premier livre : Vers un Etat policier en Belgique (EPO, 1999). Le côté international de ses travaux sur la mutation du juridique a été confirmé par le livre La Fin de l'Etat de droit (La Dispute, 2004), et par Global War on Liberty (TELOS Press, USA, 2007). Ces ouvrages ont été traduits dans les principales langues européennes. Il vit à HUY, en Belgique, et contribue régulièrement au Réseau Voltaire.

 

Source: Réseau Voltaire: http://www.librairie-voltairenet.org/index.php?id_product=78&controller=product

 

Article: Le droit états-unien s'impose sur le territoire européen, par Jean-Claude Paye (Réseau Voltaire): http://www.voltairenet.org/article184067.html

Lire la suite

Humilité et noblesse (Peirol d'Auvergne)

5 Juin 2014 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Quand noblesse devient humble, humilité s'ennoblit.

Peirol d'Auvergne, troubadour (mort dans les années 1220)

http://en.wikipedia.org/wiki/Peirol

Quant Amors Bonhoure (Peirol d'Auvergne) : http://www.dailymotion.com/video/xac673_troubadour-peirol-d-auvergne-quant_music

 

Il faudrait tirer encore quelque chose de la noblesse. Puisqu’elle n’a plus la direction de la politique ni de l’armée, et n’est même plus un modèle du savoir-vivre, qu’elle justifie du moins son existence dans le service des Muses.
Ernst Jünger
 
Lire la suite

Se "regonfler" contre un chêne (Henri Vincenot)

5 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

Chêne foudroyé du site mésolithique des Vindrins nov 201

Chêne foudroyé qui a survécu. Forêt de Rambouillet (Yvelines)

Photo: Pierre-Olivier Combelles

 

« Si jamais tu es patraque, me disait le grand-père Sandrot, mets-toi le dos contre un beau chêne de futaie (chêne sauvage qui a poussé tout seul) ou un « moderne » de belle venue (chêne qui a été planté). Colle-toi les talons, les fesses, le dos et le « creuteu » (la partie postérieure du crane, l'occiput) contre le tronc, tourné vers le sud, la paume des mains bien à plat sur l'écorce, et restes-y aussi longtemps que tu pourras…une heure, si tu en a la patience : Guari ! Regonflé à péter que tu seras ! Regonflé de quoi ? Regonflé de vie, garçon ! Et c'est facile à comprendre : l'arbre suce sa vie dans la terre, ça remonte par ses racines et par son tronc, et il la suce aussi dans le ciel par ses feuilles, et ça descend par ses branches. Ca circule dans les deux sens, tu comprends ? Et toi tu te requinques au passage ! C'est comme ça qu'ils se regôgnaient nos anciens ! ».

Henri Vincenot (La Billebaude, Gallimard Folio N° 1370, p. 139)

 

Chênes rouvres en automne. Forêt de Rambouillet (Yvelines)

Photo: Pierre-Olivier Combelles

Lire la suite

Etienne Chouard: L'abandon de la création monétaire, la dette publique, l'intérêt de la dette et l'impôt sur le revenu...

1 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

Vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=33Fq51TVohs

 

Coup d'oeil sur la bibliothèque d'Etienne Chouard: https://www.youtube.com/watch?v=vpQ-TxbZgnA

 

Etienne Chouard va jusqu'au fond des choses avec une une rigueur, une droiture, une honnêteté, une simplicité, une clarté totales, mais il reste, semble-t-il, dans le cercle de la civilisation occidentale. Je ne vois pas de livres sur l'Asie, sur l'Océanie, l'Amérique précolombienne, etc.

Plutarque a dit des choses très profondes sur l'argent à propos de Sparte, mais c'est dans le livre du médecin et ethnologue Robert Gessain, Ammassalik ou la civilisation obligatoire  (Flammarion, Paris, 1969) qu'on trouve la réflexion la plus juste et la plus profonde à ce sujet:

Evidemment c'est un problème, l'argent, c'est le problème de tous ceux qui sont venus après le Sakodo*. Ca ne sert plus à rien de savoir attraper les phoques, il faut apprendre à attraper l'argent. Mais ce n'est pas le plus facile, car il faut changer quelque chose dans son coeur et renier tout ce que pensaient les vieux. Pour entrer dans le cycle de l'argent et espérer posséder un jour les nouvelles techniques, il faut mourir à soi-même et à ce que furent les siens. (p. 103)
 
* C'est dans le monde dangereux dont les Inuit par leurs techniques, pendant des siècles, ont triomphé, et qu'ils avaient conçu comme un ordre stable et équilibré que fit irruption le premier Européen en 1884. le Sakodo (comme on nomme Gustave Holm à Amassalik, d'un mot signifiant: celui qui a beaucoup d'armes et d'outils), messager de cette richesse occidentale qui s'accroît de la course accélérée et triomphale où l'entraîne le déséquilibre permanent de son système. (p. 65)
 
et : (...) La viande est partagée entre les quatre premiers à atteindre l'animal, par n'importe quel projectile, fût-ce une pierre ou un morceau de glace. Cette règle coutumière entre dans le cas de la primauté de la communauté sur l'individu: nul ne doit avoir beaucoup plus que les autres. Ainsi le gibier de grande taille est-il partagé entre plusieurs." (légende d'une illustration sur la chasse à l'ours).
 

Site internet d'Etienne Chouard: http://etienne.chouard.free.fr/

 

Nouveau site internet d'Etienne Chouard: http://chouard.org/blog/

 

Entretien avec le mouvement Colibris (juillet 2012): "Il n'y a qu'un seul lance-flammes: le suffrage universel, qui donne le pouvoir aux plus riches" " Pour voter les lois, c'est les citoyens: c'est cela la démocratie" "Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir" "La cause, c'est notre impuissance politique" (E. Chouard) : http://vimeo.com/60549492

 

En vrac: pépites de pensées récoltées par Etienne Chouard: http://etienne.chouard.free.fr/Europe/En_Vrac.pdf

 

Comment ?! Tu crois, toi aussi, à la théorie du complot ?! Ha ha ha...

Lire la suite

Pieds nus sur la terre sacrée (Chef Luther Standing Bear)

1 Juin 2014 , Rédigé par Béthune

Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature. Il aimait la terre et toutes les choses de la terre, et son attachement grandissait avec l'âge. Les vieillards étaient - littéralement- épris du sol et ne s'asseyaient ni ne se reposaient à même la terre sans le sentiment de s'approcher des forces maternelles. La terre était douce sous la peau et ils aimaient à ôter leurs mocassins et à marcher pieds nus sur la terre sacrée. Leurs tipis s'élevaient sur cette terre dont leurs autels étaient faits. L'oiseau qui volait dans les airs venait s'y reposer, et la terre portait sans défaillance, tout ce qui vivait et poussait. Le sol apaisait, fortifiait, lavait et guérissait.

C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement; ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et ils se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient...

Ces relations qu'ils entretenaient avec tous les êtres sur la terre, dans le ciel ou au fond des rivières étaient un des traits de leur existence. Ils avaient un sentiment de fraternité envers le monde des oiseaux et des animaux qui leur gardaient leur confiance. La familiarité était si étroite entre certains Lakotas et leurs amis à plumes ou à fourrure, que, tels des frères, ils parlaient le même langage.

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le coeur de l'homme éloigné de la nature devient dur; il savait que l'oubli du respect dû à ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes gens sous la douce influence de la nature.

********************

L'homme qui s'est assis sur le sol de son tipi, pour méditer sur la vie et son sens, a su accepter une filiation commune à toutes les créatures et a reconnu l'unité de l'univers; en cela, il infusait à son être l'essence même de l'humanité. Quand l'homme primitif abandonna cette forme de développement, il ralentit son perfectionnement.

 

Chef Luther Standing Bear. Land of the Spotted Eagle. Boston: Houghton Mifflin, 1933.

 

In: T.C. McLuhan, Pieds nus sur la terre sacrée, Denoël, Paris, 1974.

 

 

Lire la suite

Alfred de Vigny: La mort du loup

30 Mai 2014 , Rédigé par Béthune

Invité d'Arthur Dreyfus sur France-Inter le mardi 27 mai 2014, dans un entretien captivant*, Gilles Boeuf, Président du Muséum national d'Histoire naturelle citait ou plutôt récitait le fameux poème d'Alfred de Vigny que tous les élèves des écoles francaises apprenaient autrefois par coeur. La première moitié. Car l'autre, comme le soulignait Gilles Boeuf, est une condamnation sans appel de la condition de l'homme moderne.

*http://www.franceinter.fr/emission-encore-heureux-gilles-boeuf

 

La mort du loup

I

Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions sans parler, dans l'humide gazon,
Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes,
Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes,
Nous avons aperçu les grands ongles marqués
Par les loups voyageurs que nous avions traqués.
Nous avons écouté, retenant notre haleine
Et le pas suspendu. -- Ni le bois, ni la plaine
Ne poussait un soupir dans les airs ; Seulement
La girouette en deuil criait au firmament ;
Car le vent élevé bien au dessus des terres,
N'effleurait de ses pieds que les tours solitaires,
Et les chênes d'en-bas, contre les rocs penchés,
Sur leurs coudes semblaient endormis et couchés.
Rien ne bruissait donc, lorsque baissant la tête,
Le plus vieux des chasseurs qui s'étaient mis en quête
A regardé le sable en s'y couchant ; Bientôt,
Lui que jamais ici on ne vit en défaut,
A déclaré tout bas que ces marques récentes
Annonçait la démarche et les griffes puissantes
De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux.
Nous avons tous alors préparé nos couteaux,
Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches,
Nous allions pas à pas en écartant les branches.
Trois s'arrêtent, et moi, cherchant ce qu'ils voyaient,
J'aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,
Et je vois au delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
Leur forme était semblable et semblable la danse ;
Mais les enfants du loup se jouaient en silence,
Sachant bien qu'à deux pas, ne dormant qu'à demi,
Se couche dans ses murs l'homme, leur ennemi.
Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
Sa louve reposait comme celle de marbre
Qu'adorait les romains, et dont les flancs velus
Couvaient les demi-dieux Rémus et Romulus.
Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dressées
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s'est jugé perdu, puisqu'il était surpris,
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris ;
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante
Et n'a pas desserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu qui traversaient sa chair
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu'au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu'à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang ;
Nos fusils l'entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.

II

J'ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre,
Me prenant à penser, et n'ai pu me résoudre
A poursuivre sa Louve et ses fils qui, tous trois,
Avaient voulu l'attendre, et, comme je le crois,
Sans ses deux louveteaux la belle et sombre veuve
Ne l'eût pas laissé seul subir la grande épreuve ;
Mais son devoir était de les sauver, afin
De pouvoir leur apprendre à bien souffrir la faim,
A ne jamais entrer dans le pacte des villes
Que l'homme a fait avec les animaux serviles
Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher,
Les premiers possesseurs du bois et du rocher.

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes,
Que j'ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C'est vous qui le savez, sublimes animaux !
A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse
Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
- Ah ! je t'ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m'est allé jusqu'au coeur !
Il disait : " Si tu peux, fais que ton âme arrive,
A force de rester studieuse et pensive,
Jusqu'à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monté.
Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. "

 

Alfred de Vigny (1797-1863)

 

Ecoutez le poème récité par Gérard Philippe:

http://www.youtube.com/watch?v=an4_fPZmhws

Lire la suite