Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles récents

Josquin des Prez: O Virgo prudentissima

8 Mars 2013 , Rédigé par Béthune

 

 

 

 

Capella Sancti Michaëlis

link

 

Perhaps a native of the Vermandois region of Picardy, he was a singer at Milan Cathedral in 1459, remaining there until December 1472. By July 1474 he was one of the 'cantori di capella' in the chapel of Galeazzo Maria Sforza. Between 1476 and 1504 he passed into the service of Cardinal Ascanio Sforza, whom he probably accompanied in Rome in 1484. His name first appears among the papal chapel choir in 1486 and recurs sporadically; he had left the choir by 1501. In this Italian period Josquin reached artistic maturity.

He then went to France (he may also have done so while at the papal chapel) and probably served Louis XII's court. Although he may have had connections with the Ferrara court (through the Sforzas) in the 1480s and 1490s, no formal relationship with the court is known before 1503 when, for a year, he was maestro di cappella there and the highest-paid singer in the chapel's history. There he probably wrote primarily masses and motets. An outbreak of plague in 1503 forced the court to leave Ferrara (Josquin's place was taken by Obrecht, who fell victim in 1505). He was in the north again, at Notre Dame at Condé, in 1504; he may have been connected with Margaret of Austria's court, 1508-11. He died in 1521. Several portraits survive, one attributed to Leonardo da Vinci.

Josquin's works gradually became known throughout western Europe and were regarded as models by many composers and theorists. Petrucci's three books of his masses (1502-14) reflect contemporary esteem, as does Attaingnant's collection of his chansons (1550). Several laments were written on his death (including Gombert's elegy Musae Jovis), and as late as 1554 Jacquet of Mantua paid him tribute in a motet. He was praised by 16th-century literary figures (including Castiglione and Rabelais) and was Martin Luther's favourite composer.

Josquin was the greatest composer of the high Renaissance, the most varied in invention and the most profound in expression. Much of his music cannot be dated. Generally, however, his first period (up to circa 1485) is characterized by abstract, melismatic counterpoint in the manner of Ockeghem and by tenuous relationships between words and music. The middle period (to circa 1505) saw the development and perfection of the technique of pervasive imitation based on word-generated motifs. This style has been seen as a synthesis of two traditions: the northem polyphony of Dufay, Busnois and Ockeghem, in which he presumably had his earliest training, and the more chordal, harmonically orientated practice of Italy. In the final period the relationship between word and note becomes even closer and there is increasing emphasis on declamation and rhetorical expression within a style of the utmost economy. 

His many motets span all three periods. One of the earliest, the four-part Victimae paschali laudes (1502), exemplifies his early style, with its dense texture, lack of imitation, patches of stagnant rhythm and rudimentary treatment of dissonance. Greater maturity is shown in Planxit autem David, in which homophonic and freely imitative passages alternate, and in Absalon, fili mi, with its flexible combination of textures. His later motets, such as In principio erat verbum, combine motivic intensity and melodic succinctness with formal clarity; they are either freely composed, four-part settings of biblical texts, or large-scale cantus firmus pieces. Transparent textures and duet writing are common.

Josquin's 18 complete masses combine elements of cantus firmus, parody and paraphrase techniques. One of the earliest, L'ami Baudichon, is a cantus firmus mass on a simple dance formula; the simplicity of melody and rhythm and the clarity of harmony and texture recall the Burgundian style of the 1450s and 1460s. Fortuna desperata, on the other hand, is an early example of parody. Canonic writing and ostinato hgures are features. His last great masses, notably the Missa de beata virgine and the Missa 'Pange lingua' were preceded by works in which every resource is deployed with bravura.

Josquin's secular music comprises three settings of Italian texts and numerous chansons. One of the earliest, Cela sans plus, typifies his observance of the formes fixes and the influences of the Burgundian style of Busnois and Ockeghem. Later works, such as Mille regretz, are less canonic, the clear articulation of line and points of imitation achieved by a carefull balanced hierarchy of cadences. Some, like Si j'ay perdu mon ami, look forward to the popular 'Parisian' chanson of Janequin.

Lire la suite

Ezra Pound: Par Usura (Canto XLV)

8 Mars 2013 , Rédigé par Béthune

Duccio: l'Annonciation

 

 

Par Usura

 

Par usura n'ont les hommes maison de pierre saine

blocs lisses finement taillés scellés pour que

la frise couvre leur surface

par usura

n'ont les hommes paradis peint au mur de leurs églises

*harpe et luth*

où la vierge fait accueil au message

où le halo rayonne en entailles

par usura

n'aura Gonzague d'héritier concubine

n'aura de portrait peint pour durer orner la vie

mais le tableau fait pour vendre vendre vite

par usura péché contre nature

sera ton pain aussi sec que papier

sans blé de la montagne farine pure

par usura la ligne s'épaissit

par usura n'est plus de claire démarcation

les hommes n'ont plus de site pour leurs demeures.

Et le tailleur est privé de sa pierre

le tisserand de son métier

PAR USURA

la laine déserte les marchés

le troupeau perte pure par usura.

Usura est murène, usura

use l'iguille aux doigts de la couseuse

suspend l'adresse de la fileuse. Pietro Lombardo

n'est pas fils d'usura

n'est pas fils d'usura

n'est pas fils d'usura Duccio

ni Pier della Francesca; ni Zuan Bellin'

ni le tableau "La Calunnia".

N'est pas oeuvre d'usura Angelico; ni Ambrogio Praedis

ni l'église de pierre signature d'Adamo me fecit

Ni par usura St Trophime

Ni par usura Saint Hilaire

Usura rouille le ciseau

Rouille l'art l'artiste

Rogne fil sur le métier

Nul n'entrecroise l'or sur son modèle;

L'azur se chancre par usura; le cramoisi s'éraille

L'émeraude cherche son Memling

Usura assassine l'enfant au sein

Entrave la cour du jouvenceau

Paralyse la couche oppose

le jeune époux son épousée

              CONTRA NATURAM

Ils ont mené des putains à Eleusis

Les cadavres banquettent

au signal d'usura

 

N.B. Usure: Loyer sur le pouvoir d'achat, imposé sans égard à la production; souvent même sans égard aux possibilités de production. (D'où la faillite de la banque Médicis.)


Ezra Pound, Les Cantos (1934), Flammarion, 2002.

 

 


 
Lire la suite

Zhuangzi: the fasting of the mind, le jeûne de l'esprit (Carême 2013)

7 Mars 2013 , Rédigé par Béthune

Yen Hui said, "I have nothing more to offer. May I ask the proper way?"

"You must fast!" said Confucius. "I will tell you what that means. Do you think it is easy to do anything while you have [a mind]? If you do, Bright Heaven will not sanction you."

Yen Hui said, "My family is poor. I haven't drunk wine or eaten any strong foods for several months. So can I be considered as having fasted?"

"That is the fasting one does before a sacrifice, not the fasting of the mind."

"May- I ask what the fasting of the mind is?"

Confucius said, "Make your will one! Don't listen with your ears, listen with your mind. No, don't listen with your mind, but listen with your spirit. Listening stops with the ears, the mind stops with recognition, but spirit is empty- and waits on all things. The Way gathers in emptiness alone. Emptiness is the fasting of the mind."

Yen Hui said, "Before I heard this, I was certain that I was Hui. But now that I have heard it, there is no more Hui. Can this be called emptiness?"

"That's all there is to it," said Confucius. "Now I will tell you. You may go and play in his bird cage, but never be moved by fame. If he listens, then sing; if not, keep still. Have no gate, no opening, but make oneness your house and live with what cannot be avoided. Then you will be close to success.

"It is easy to keep from walking; the hard thing is to walk without touching the ground. It is easy to cheat when you work for men, but hard to cheat when you work for Heaven. You have heard of flying with wings, but you have never heard of flying without wings. You have heard of the knowledge that knows, but you have never heard of the knowledge that does not know. Look into that closed room, the empty chamber where brightness is born! Fortune and blessing gather where there is stillness. But if you do not keep still - this is what is called sitting but racing around. Let your ears and eyes communicate with what is inside, and put mind and knowledge on the outside. Then even gods and spirits will come to dwell, not to speak of men! This is the changing of the ten thousand things, the bond of Yu and Shun, the constant practice of Fu Hsi and Chi Ch'u. How much more should it be a rule for lesser men!"

Zhuangzi, trad. Watson Burton, Chap. IV, 4-7.

Lire la suite

When the world has the Way, the sage succeeds; when the world is without the Way, the sage survives (Chuang Tzu)

6 Mars 2013 , Rédigé par Béthune

When Confucius visited Ch'u, Chieh Yu, the madman of Ch'u, wandered by his gate crying, "Phoenix, phoenix, how his virtue failed! The future you cannot wait for; the past you cannot pursue. When the world has the Way, the sage succeeds; when the world is without the Way, the sage survives. In times like the present, we do well to escape penalty. Good fortune is light as a feather, but nobody knows how to hold it up. Misfortune is heavy as the earth, but nobody knows how to stay out of its way. Leave off, leave off - this teaching men virtue! Dangerous, dangerous - to mark off the ground and run! Fool, fool - don't spoil my walking! I walk a crooked way - don't step on my feet. The mountain trees do themselves harm; the grease in the torch burns itself up. The cinnamon can be eaten and so it gets cut down; the lacquer tree can be used and so it gets hacked apart. All men know the use of the useful, but nobody knows the use of the useless!"

The Complete Works of Chuang Tzu, translated by Burton Watson. Chap.IV, 18.

Lire la suite

Le rôle des arbres géants dans la nature

4 Mars 2013 , Rédigé par Béthune

Châtaignier du Pinet d'Uriage (Isère). Photo extraite du site Krapo arboricole: link


En reparcourant le site passionnant d'Alain Sennepin, spécialiste du tigre et des félins eurasiatiques, nous avons trouvé cet article qui nous rappelle le rôle essentiel des arbres géants dans la nature: abriter et nourrir des quantités d'espèces.


http://europe-tigre.over-blog.com/70-index.html

 link


VOIR AUSSI LA PERTE INCALCULABLE DÛE AU DECLIN DES ARBRES GEANTS EUX MÊMES (Tehran Times du 7 Décembre).

Big, old trees are in decline throughout the world, which spells trouble for the forests in which they play such an important role, a new study finds.

These elders of the forest do many things that smaller, younger trees cannot; for example, providing homes for many types of animals, providing space for other plants to grow in tropical rainforests and producing large amounts of seeds that serve as food for other animals and replenish tree populations, according to the study, published on December 6 in the journal Science.

Old trees also store an enormous amount of carbon and continue to sequester it as they grow, even in their old age, said study co-author David Lindenmayer, a researcher at Australian National University.

One study published in PLoS ONE in May found that although big trees, with a diameter of more than 3 feet (1 meter) at chest height, made up only 1 percent of trees in a study plot in California's Yosemite National Park, they accounted for 50 percent of the area's biomass.

Another study found that huge mountain ash trees in southern Australia and Tasmania provide homes for more than 40 species of animals, which live in cavities in the old trees, Lindenmayer said. Smaller trees provide homes for far fewer animals.

The decline in these trees is happening globally. "Large old trees are declining rapidly in all kinds of ecosystems worldwide — forests, rainforests, boreal forests, woodlands, agricultural areas, cities and savannahs," Lindenmayer told OurAmazingPlanet.

While the loss of these sylvan elders is sometimes obvious, in the case of forest fires or clear-cutting, their disappearance is usually less apparent, said Nate Stephenson, an ecologist with the Western Ecological Research Center in Three Rivers, Calif.

 

"Losses of big, old trees can take place over decades, generally too slowly for people to notice, become alarmed about and take actions to correct," said Stephenson, who wasn't involved in the Science study.

The "next generation may not know that big old trees were once common in the nearby forest."

Why the decline?

Big trees are in decline for a number of reasons, including logging and clearing of land for agriculture, introduction of non-native insects or pathogens (an example being chestnut blight), past management practices (for example, fire exclusion that has led to denser forests, which can be more vulnerable to insect outbreaks and severe fires), air pollution and climatic changes, Stephenson said.

The decline in any one place, though, is specific to the area, Lindenmayer said. "It might be elephants plus fire plus fungi in [South Africa's] Kruger National Park, versus fire plus logging plus climate change in the wet forests of Victoria," in Australia, he said. "But the problem manifests in broadly the same way in all systems: rapid loss of existing large old trees and often a failure to recruit new big trees, leading to a massive vacuum."

Though almost none of the "big tree" species are in danger of going extinct, the largest individuals could become very rare, said James Lutz, a researcher at the University of Washington, who wasn't involved in the study.

To prevent losing more forest giants, people need to protect individual large trees and places where they are more likely to grow, Lindenmayer said. It's also important that land managers realize the importance of big old trees. "Many managers have no idea about this," he said.

"We all know that big animals like whales, tigers are in trouble — now we have seen that big trees are too," he said. The problem is these trees take centuries to get big, he said.

Big trees are important to people, as well, Lutz said. "They are majestic, though they were once as all the other saplings," he said. "By preserving them, we preserve our heritage and our hope and maybe a bit of ourselves as well."

Lire la suite

La société chinoise est cosmique (Marcel Granet)

1 Mars 2013 , Rédigé par Béthune

La représentation que les Chinois se font de l'Univers repose sur une théorie du microcosme. Celle-ci se rattache aux premiers essais de classification de la pensée chinoise. Elle dérive d'une croyance extrêmement tenace: l'Homme et la Nature ne forment pas deux règnes séparés, mais une société unique. Tel est le principe des diverses techniques qui réglementent les attitudes humaines. C'est grâce à une participation active des humains et par l'effet d'une sorte de discipline civilisatrice que se réalise l'Ordre universel. A la place d'une Science ayant pour objet la connaissance du Monde, les Chinois ont conçu une Etiquette de la vie qu'ils supposent assez efficace pour instaurer un ordre total.

Marcel Granet. La pensée chinoise (1934). Albin Michel, 1999.

Lire la suite

Comment la France a été déstabilisée (Sun Tzu)

28 Février 2013 , Rédigé par Béthune

1 - Discrédite le bien.

2 - Compromets les chefs.

3 - Ebranle leur foi, livre-les au dédain.

4 - Utilise des hommes vils.

5 - Désorganise les autorités.

6 - Sème la discorde entre les citoyens.

8 - Ridiculise les traditions.

9 - Perturbe le ravitaillement.

10 - Fais entendre des musiques lascives.

11 - Répands la luxure.

12 - Débourse.

13 - Sois renseigné.

 

Sun Tzu

Lire la suite

L'anti-américanisme (Roger Garaudy)

28 Février 2013 , Rédigé par Béthune

 

AVANT-PROPOS


L'anti-américanisme n'est ni une forme de nationalisme ni de racisme ni d'aucune forme du refus de l'autre, d'un autre homme ou d'un autre peuple. Il est la lutte contre un système, contre une conception de l'homme et d'un mode de vie. Historiquement il est né dans un continent qui tente de l'imposer au monde par la puissance des oligarques politiques, financiers et militaires aujourd'hui à la tète des Etats-Unis. Ils ne peuvent d'ailleurs le faire qu'avec la complicité et la servilité des dirigeants d'un grand nombre de pays. Pour être plus clair encore -pour ceux surtout qui voudraient confondre "anti-américanisme  " et xénophobie- pour enlever au mot "américain ", qui désigne un mode de vie et uneconception du monde, toute attache géographique ou ethnique avec ceux qui sont nées ou  ont émigré en Amérique depuis 1620, avec le " Mayflower ", et qui y ont créé ce système à la  fois colonial et racial (selon ses origines), dominateur et mercantile (selon son histoire), j'appelle "américain " tous ceux, dans le monde, qui veulent imposer au peuple ce "modèle". Sa caractéristique principale est que la société toute entière est soumise aux exigences de l'économie et du marché et non l'économie et le marché au service de la société.

Madame THATCHER et TONY BLAIR, CHIRAC et JOSPIN (" avec leur effacement de l'Etat devant le marché "), SCHROEDER, SOLANA et tant d'autres de leur "gang " sont aussi "américains " que CLINTON ou Madame ALBRIGHT, KISSINGER ou BREZEZINSKY.

Tel est le fondement de notre "anti-américanisme" : il est dirigé contre un système et ses dirigeants, et combat pour en libérer le peuple américain dans son immense majorité qui est, comme nous, victime du même "système". L'américanisme nous avons donc à le combattre partout, et parfois même jusqu'au dedans  de nous-mêmes. Car ce système, comme nous le montrerons, s'il triomphait  universellement, nous conduirait à un suicide planétaire et à un effacement de l'homme,  c'est à dire de la recherche du sens humain et divin de notre vie et de notre commune histoire. Cet américanisme ne porte pas ce nom parce qu'il serait la tare propre d'un peuple ou d'une nation mais parce que le complexe militaro-industriel qui dirige sa politique aux Etats-Unis détient aujourd'hui, grâce à deux guerres mondiales, la plus grande richesse et la plus grande puissance.

Notre analyse aura pour objet d'en retracer la genèse, les étapes de son développement, et son étape actuelle qui, à travers les convulsions d'un monde cassé, nous conduirait à l'abîme si nous ne découvrions pas, comme nous l'essayerons, les moyens d'en stopper les dérives.

Roger Garaudy

Texte complet: lin

Un texte essentiel et inégalé pour comprendre le monde actuel. L'américanisme n'a pas de frontières, il a envahi aujourd'hui la planète entière, depuis l'Europe et les Amériques jusqu'à l'Asie dont le monstrueux développement industriel est en contradiction totale avec les principes de sa sagesse immortelle.

Béthune


Lire la suite

Black Games (Kung Fu Kid)

27 Février 2013 , Rédigé par Béthune

Un très jeune moine shaolin, Kung Fu Kun (Kid), est envoyé au Japon pour parachever sa formation et vaincre son ultime adversaire. Après plusieurs méprises, il finit par rencontrer, dans une école japonaise, la mafia qui a pris le contrôle du Ministère de l'Enseignement pour pervertir les élèves par les jeux vidéos stupides et violents vendus par sa société Black Games, et mettre ainsi le pays en esclavage.

Un film de Issei Oda (Japon, 2007) surprenant, très divertissant, très sage et finalement parfaitement réaliste...

La réunion du staff de Black Games, tous en noir avec des lunettes noires, au siège ultra-moderne de la société, pour présenter leur stratégie de subversion du pays, est un pur chef d'oeuvre!

 

Le film complet en espagnol, sous-titré en japonais (source: link)

 

Lire la suite

Seul contre tous, le député belge Laurent Louis s'oppose à la guerre au Mali et dénonce la manipulation internationale

26 Février 2013 , Rédigé par Béthune

 

 

Le député indépendant belge Laurent LOUIS s'oppose, seul contre tous les autres parlementaires, à la participation de la Belgique à la guerre au Mali. Il dénonce la manipulation internationale, le mensonge de la lutte anti-terrorisme, le soutien des Occidentaux aux djihadistes en Libye, Tunisie et Syrie et dévoile les véritables raisons de cette opération militaire néo-colonialiste.

Source:Youtube:link

Texte du discours de Laurent Louis au Parlement belge: link

 


 

Explication de vote du député indépendant Laurent Louis

au Parlement belge, 17 janvier 2013

 

Merci, Monsieur le Président,

 

Messieurs les ministres,

 

Chers collègues,

 

La Belgique est bien le pays du surréalisme. Ce matin, on apprend dans la presse que l’armée belge est incapable de lutter contre les quelques militaires extrémistes aux convictions islamistes radicales qui existent en son propre sein et qu’il est impossible de les licencier faute de moyens juridiques suffisants. Et, par contre, dans un même temps, nous décidons d’aider la France dans sa lutte contre « le terrorisme » en lui apportant une aide logistique pour son opération au Mali. Que ne ferions-nous pas pour lutter contre le terrorisme… en dehors de nos frontières !

 

J’espère juste que nous aurons bien veillé à ne pas envoyer, pour cette opération antiterroriste au Mali ces fameux soldats belges islamistes. Je le dis sous la forme de l’humour, mais ce qui se passe actuellement dans le monde ne me fait pas rire du tout. Ça ne me fait pas rire car, sans aucun doute, les dirigeants de nos pays occidentaux sont en train de prendre les peuples pour des imbéciles avec l’aide et le soutien de la presse, qui n’est plus aujourd’hui qu’un organe de propagande des pouvoirs en place.

 

Un peu partout dans le monde, les interventions militaires et les déstabilisations de régimes deviennent de plus en plus fréquentes. La guerre préventive est devenue la règle et aujourd’hui, au nom de la démocratie ou de la lutte contre le terrorisme, nos Etats s’octroient le droit de violer la souveraineté des pays indépendants et de renverser des dirigeants légitimes.

 

Il y a eu l’Irak et l’Afghanistan, séquelles du mensonge américain. Sont venues ensuite la Tunisie, l’Egypte, la Libye où, grâce à vos décisions, notre pays a participé en première ligne à des crimes contre l’humanité pour renverser, à chaque fois, des régimes progressistes et modérés et pour les remplacer par des régimes islamistes dont – et c’est quand même bizarre ! – la première volonté fut d’imposer la sharia.

 

Il en est de même actuellement en Syrie, où la Belgique finance honteusement l’armement des rebelles islamistes qui tentent de renverser Bachar al-Assad. Ainsi, en pleine crise économique, alors que de plus en plus de Belges ont des difficultés pour se loger, se nourrir, se chauffer ou se soigner… eh oui, j’entends déjà le sale populiste que je suis… et bien, le ministre des Affaires Etrangères, il a décidé d’offrir aux rebelles syriens 9 millions d’euros. Bien sûr, on tentera de nous faire croire que cet argent servira à des fins humanitaires… un mensonge de plus !

 

Et, comme vous le voyez, depuis des mois notre pays ne fait que participer à la mise en place de régimes islamistes dans le nord de l’Afrique et au Moyen-Orient. Alors, quand on vient prétendre partir en guerre pour lutter contre le terrorisme au Mali… et bien, j’ai bien envie de rire.

 

C’est faux ! Sous les apparences de bonnes actions, nous n’intervenons que pour défendre des intérêts financiers, dans une totale logique néocolonialiste.

 

Il n’est véritablement pas cohérent de partir aider la France au Mali, au nom de la lutte contre le terrorisme islamiste, lorsqu’au même moment on soutient en Syrie le renversement de Bachar al-Assad par des rebelles islamistes qui souhaitent imposer la sharia, comme c’est déjà le cas en Tunisie ou en Libye. Il faut vraiment arrêter de nous mentir et de prendre les gens pour des imbéciles.

 

Le temps est, au contraire, venu pour dire la vérité. En armant les rebelles islamistes, comme les occidentaux ont auparavant armé Oussama ben Laden, cet ami des Américains, avant qu’ils ne se retournent contre lui, les pays occidentaux en profitent pour implanter dans « les nouveaux pays », comme on dit, des bases militaires, tout en favorisant leurs entreprises nationales. Tout est donc stratégique.

 

En Irak, nos alliés Américains ont mis la main sur les richesses pétrolières du pays. En Afghanistan, ce fut sur l’opium et la drogue, toujours très utiles pour se faire beaucoup d’argent assez rapidement. En Libye, en Tunisie, en Egypte ou encore en Syrie, le but fut – et est encore actuellement – de renverser des pouvoirs modérés pour les remplacer par des pouvoirs islamistes, qui très rapidement deviendront gênants et que nous attaquerons sans vergogne sous prétexte de lutter – à ce moment-là encore – contre le terrorisme ou de protéger Israël. Et donc, les prochaines cibles sont déjà connues. Dans quelques mois, je prends le pari que nos regards se tourneront vers l’Algérie et, finalement, vers l’Iran.

 

Faire la guerre pour libérer des peuples d’un agresseur extérieur, c’est noble. Mais faire la guerre pour défendre les intérêts des Etats-Unis, faire la guerre pour défendre les intérêts de grosses sociétés comme Areva, faire la guerre pour mettre la main sur des mines d’or, ça n’a rien de noble et cela fait de nos pays des pays agresseurs et voyous.

 

Personne n’ose parler mais, qu’à cela ne tienne, je ne me tairais pas. Et tant pis si ma lutte doit me faire passer pour un ennemi de ce système qui bafoue les droits de l’homme au nom des intérêts financiers et géostratégiques et néocolonialistes.

 

Bafouer ce régime et le dénoncer, c’est un devoir et une fierté pour moi. Et, sincèrement, je m’excuse pour le vocabulaire populaire utilisé, j’emmerde tous les soi-disant bien-pensants, qu’ils soient de gauche ou de droite ou du centre, qui sont aujourd’hui aux basques de nos pouvoirs corrompus et qui se plairont à me tourner en ridicule.

 

J’emmerde nos dirigeants qui jouent avec leurs bombes comme des gamins dans une cour de récréation. J’emmerde ceux qui prétendent être des démocrates alors qu’ils ne sont que des criminels de bas étage.

 

Je n’ai pas beaucoup de respect non plus pour les journalistes qui ont le culot de faire passer les opposants pour des débiles mentaux, alors qu’au fond ils savent très bien que ces opposants ont parfaitement raison.

 

Je méprise enfin au plus haut point ceux qui se prennent pour les rois du monde et qui nous dictent leur loi car, moi, je suis du côté de la vérité, du côté de la justice, du côté de ces victimes innocentes du « pognon-à-tout-prix ».

 

Et c’est pour cette raison que j’ai décidé de m’opposer clairement à cette résolution qui envoi notre pays soutenir la France dans son opération néocolonialiste.

 

Depuis le début de l’opération française, le mensonge est organisé.

 

On nous dit que la France ne fait que répondre à l’appel au secours d’un président malien. On en oublierait presque que ce président n’a aucune… mais aucune légitimité ! et qu’il a été mis en place pour assurer la transition, suite au coup d’Etat de mars 2012. Qui a soutenu ce coup d’Etat ? Qui en est à la base ? Pour qui travaille ce « président de transition » ? Voilà le premier mensonge.

 

Le président français François Hollande ose prétendre mener cette guerre pour lutter contre les djihadistes qui menacent… oh ! ils menacent, rendez-vous compte ! le territoire français et européen ! Mais, quel vilain mensonge ! En reprenant cet argument officiel, tout en profitant pour effrayer la population en augmentant le niveau de la menace terroriste, en mettant en œuvre le plan Vigipirate, nos dirigeants et les medias font preuve d’un culot inimaginable.

 

Comment peut-on oser sortir un tel argument alors que la France et la Belgique n’ont pas hésité à armer et soutenir les djihadistes en Libye et que ces même pays continuent actuellement à soutenir ces djihadistes en Syrie ? Ce prétexte ne sert qu’à cacher les desseins stratégiques et économiques.

 

Nos pays n’ont même plus peur de l’incohérence car tout est fait pour la cacher. Mais l’incohérence est pourtant bien présente. Ce n’est pas demain que vous verrez un Malien venir commettre un attentat en Europe. Non. A moins qu’on en crée un subitement, pour mieux justifier encore cette opération militaire en Afrique. On a bien créé le 11 septembre pour justifier l’invasion, l’arrestation arbitraire, la torture et le massacre de populations innocentes. Alors, créer un terrorisme malien… bon, ça ne doit pas être trop compliqué pour nos dirigeants sanguinaires.

 

Un autre argument utilisé pour justifier ces derniers mois les opérations militaires c’est la protection des droits de l’homme. Ah ! Cet argument est encore utilisé aujourd’hui pour justifier la guerre au Mali. Mais oui ! Nous devons agir car sinon les méchants islamistes radicaux vont imposer la sharia au Mali, lapider les femmes et couper les mains des voyous. Oh, c’est vrai que l’intention, elle est noble… noble et salvatrice, c’est sûr. Mais, pourquoi, alors ? Pourquoi, bon dieu, nos pays ont-ils alors participé à l’accession au pouvoir – en Tunisie, en Libye – d’islamistes qui ont décidé d’appliquer cette sharia dans ces pays qui étaient, il n’y a pas si longtemps de cela encore, « modernes et progressistes » ? Je vous invite à demander aux jeunes Tunisiens qui sont à la base de la révolution en Tunisie s’ils sont heureux de leur situation actuelle. Tout cela c’est de l’hypocrisie.

 

L’objectif de cette guerre au Mali est très clair. Et puisqu’on n’en parle pas, je vais en parler.

 

L’objectif c’est de lutter contra la Chine et permettre à notre allié américain de maintenir sa présence en Afrique et au Moyen-Orient. C’est cela que visent ces opérations néocolonialistes ! Et vous verrez, quand l’opération sera terminée, la France conservera, bien entendu, des bases militaires au Mali. Ces bases serviront aussi aux Américains et, en même temps, parce que cela se passe toujours comme ça, des sociétés occidentales mettront la main sur des contrats juteux qui priveront, de nouveau, les pays recolonisés de leurs richesses et de leurs matières premières.

 

Alors, soyons bien clairs, les premiers bénéficiaires de cette opération militaire ce seront les patrons et les actionnaires du géant français Areva, qui tente depuis des années d’obtenir l’exploitation d’une mine d’uranium a Faléa, une commune de 17 000 habitants située à 350 kilomètres de Bamako. Et, je ne sais pas pourquoi, mais mon petit doigt me dit qu’il ne faudra pas longtemps pour que Areva puisse enfin exploiter cette mine. Je ne sais pas… c’est une impression que j’ai…

 

Il est donc hors de question que je participe à cette colonisation minière, cette colonisation des temps modernes. Et, pour ceux qui doutent de mes arguments, je les invite sincèrement à se renseigner sur les richesses du Mali.

 

Le Mali est un grand producteur d’or. Mais, depuis peu, il a été désigné… depuis peu, hein… comme étant un pays qui offre un environnement de classe mondiale… de classe mondiale… pour l’exploitation d’uranium. Mais, comme c’est bizarre ! Un pas de plus vers une guerre contre l’Iran ! C’est une évidence !

 

Pour toutes ces raisons, et afin de ne pas tomber dans le piège du mensonge que l’on nous tend, j’ai décidé de ne pas soutenir cette intervention au Mali et je voterai donc contre.

 

Et ce faisant, je fais preuve de cohérence puisque je n’ai jamais soutenu par le passé nos interventions criminelles en Libye ou en Syrie, me profilant de la sorte comme le seul parlementaire de ce pays à défendre la non ingérence et la lutte contre les intérêts obscurs.

 

Je pense vraiment qu’il est grand temps de mettre un terme à notre participation à l’ONU ou à l’OTAN et de sortir de l’Union Européenne si cette Europe, au lieu d’être un gage de paix, devient une arme d’attaque et déstabilisation de pays souverains aux mains d’intérêts financiers et non plus humanistes.

 

Enfin, je ne peux qu’encourager notre gouvernement à rappeler au président Hollande les obligations qui résultent de la Convention de Genève en matière de respect des prisonniers de guerre. J’ai, en effet, été outré d’entendre à la télévision, de la bouche du président français, que son intention était de « détruire », je dis bien « détruire », les terroristes islamistes. Alors, je ne voudrais pas que la qualification utilisée pour nommer des opposants au régime malien… c’est toujours pratique aujourd’hui de parler de « terroristes islamistes »… soit utilisée pour contourner les obligations de tout Etat démocratique en matière de respect des droits des prisonniers de guerre. Nous attendons un tel respect de la patrie des droits de l’homme.

 

Enfin, et pour terminer, permettez-moi de souligner la légèreté avec laquelle nous décidons de partir en guerre.

 

Tout d’abord, le gouvernement agit, sans la moindre autorisation du Parlement. Il paraît qu’il en a le droit. Il envoi du matériel et des hommes au Mali. Le Parlement réagit par la suite. Et, quand il réagit, comme aujourd’hui, eh bien… cette institution n’est composée que d’un tiers de ses membres… encore beaucoup moins si l’on parle des élus membres francophones. C’est donc une légèreté coupable qui ne m’étonne pas vraiment venant d’un Parlement de toutous soumis aux dictats des partis politiques.

 

Je vous remercie.

Lire la suite