Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Articles avec #amerique du sud tag

L'imbécillité de la campagne contre la viande de chien au Vietnam

14 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Amérique du sud, #Asie, #Environnement, #Société

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Boucherie servant du chien rôti (Vietnam). Source: Le voyage de Lady Anne (blog de navigateurs autour du monde)

Sous la pression de certains touristes et n'en doutons pas, d'associations et ONG subversives, les autorités d'Hanoï cherchent à interdire la consommation de la viande de chien, populaire au Vietnam:

https://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/vietnam-les-habitants-de-hanoi-pries-de-ne-plus-manger-de-la-viande-de-chien_2034772.html

Le chien "sans poils et sans voix" est ou était élevé en Asie, dans le Pacifique et en Amérique centrale et du sud depuis des temps immémoriaux, pour être mangé.

Il est le résultat d'une longue sélection.

Les touristes qui rencontraient ces chiens étranges au Pérou, par exemple, où on ne les élève plus que comme animaux de compagnie ("mascotas"), ignorent tout de cette histoire.

Pourquoi juger les mœurs des autres peuples ?

Pourquoi chercher à détruire les traditions immémoriale des peuples sinon pour les uniformiser dans le creuset du mondialisme ? c'est criminel.

Remarquons que le goût particulier des hommes pour la viande de chien est partagé avec les tigres et les pumas, qui n'hésitent pas à s'approcher des habitations pour les capturer et les emporter pour les manger. Une anecdote est racontée par l'explorateur russe Vladimir Arseniev dans son inoubliable récit Dersou Ouzala, lorsque, par une nuit de tempête, sa chienne Alpa est enlevée par un tigre qui franchit les corps des voyageurs endormis autour du feu de camp par pour se saisir de l'animal. 

Personnellement, à plusieurs reprises, dans les Andes du Pérou et de la Bolivie, j'ai été le témoin d'enlèvements de chiens par des pumas entrés la nuit dans la cour des petites fermes paysannes. Tous les paysans andins savent que les pumas raffolent de la viande de chien.

Évidemment, ce n'est pas le magazine L'Express, champion du politiquement correct (n'est-ce pas, Valérie Lion ?), qui vous dira tout cela.

POC

Sur le même sujet:

http://bomarea.blogspot.com/2017/01/pour-labolition-du-betail-occidental-en.html

http://pocombelles.over-blog.com/na-wai-taua.html

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Chien sans poils et sans voix ("perro chino", au Pérou). Pachacamac, près de Lima (Pérou). Elevé aux temps préhispaniques pour sa viande, comme en Amérique centrale et en Asie, il est devenu aujourd'hui un animal de compagnie. Il semble qu'il soit encore discrètement consommé dans certaines région, près de Huancayo par exemple, dans les Andes centrales du Pérou. On nomme en quechua "alqo micuna" ceux qui mangent du chien. Photo: Pierre-Olivier Combelles (2012)

Lire la suite

Alexander Dugin (en Argentina, 2019): "Estamos en la transición entre el mundo unipolar y el mundo multipolar"

31 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Amérique du sud, #Politique, #Russie, #Club d'Izborsk (Russie)

(7'28") Alexander Dugin: "Es la sexta columna la más peligrosa: son los liberales a dentro del sístema, leales a Putin..." (C'est la sixième colonne qui est la plus dangereuse, ce sont les libéraux à l'intérieur du système, ceux qui sont loyaux envers Poutine).

Lire la suite

Manlio Dinucci: Amazonie, les incendiaires crient au feu (2019)

28 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Environnement, #Amérique du sud

Devant la propagation des incendies en Amazonie, le Sommet du G7 a changé son agenda pour « affronter l’urgence ».

Les sept —France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon, Canada et États-Unis— ont joué, avec l’Union européenne, le rôle de pompiers planétaires. Le président Macron, en uniforme de pompier-en-chef, a lancé l’alarme : « notre maison est en flammes ». Le président Trump a promis le plus grand engagement états-unien dans le travail d’extinction.

Les projecteurs médiatiques se concentrent sur les incendies au Brésil, laissant dans l’ombre tout le reste. Avant tout le fait que la destruction ne touche pas seulement la forêt amazonienne (aux deux tiers brésilienne), réduite en 2010-2015 de presque 10 000 km2 par an, mais aussi les forêts tropicales d’Afrique équatoriale et d’Asie sud-orientale. Les forêts tropicales ont perdu, en moyenne chaque année, une superficie équivalente à celle totalisant Piémont, Lombardie et Vénétie. Bien qu’avec des conditions différentes d’une zone à l’autre, la cause fondamentales est la même : l’exploitation intensive et destructive des ressources naturelles pour obtenir le plus grand profit.

En Amazonie on abat les arbres pour en tirer du bois précieux destiné à l’exportation. Ces terrains très fragiles, une fois dégradés, sont abandonnés et ainsi de nouvelles zones se déforestent. La même méthode destructive est adoptée, provoquant de graves dommages environnementaux, pour exploiter les gisements amazoniens d’or, de diamant, de bauxite, de zinc, de manganèse, de fer, de pétrole et de carbone. La construction d’immense bassins hydroélectriques, destinés à fournir de l’énergie pour les activités industrielles, contribue aussi à la destruction de la forêt amazonienne.

L’exploitation intensive et destructrice de l’Amazonie est pratiquée par des compagnies brésiliennes, fondamentalement contrôlées à— travers des participations actionnariales, des mécanismes financiers et des réseaux commerciaux— par les plus grands groupes multinationaux et financiers du G7 et d’autres pays.

Par exemple JBS, qui possède au Brésil 35 sites de production de viandes où sont abattus 80 000 bovins par jour, a d’importants sièges aux USA, au Canada et en Australie, et est largement contrôlé via des quotas de dette par les groupes financiers créditeurs : JP Morgan (USA), Barclays (GB) et les groupes financiers de Volkswagen et Daimler (Allemagne). Marfrig, au deuxième rang après JBS, appartient à 93 % à des investisseurs états-uniens, français, italiens et d’autres européens et nord-américains.

La Norvège, qui aujourd’hui menace le Brésil de rétorsions économiques pour la destruction de l’Amazonie, provoque en Amazonie de graves dégâts environnementaux et sanitaires avec son propre groupe multinational Hydro (pour moitié de propriété publique) qui exploite les gisements de bauxite pour la production d’aluminium, si bien qu’il a été placé sous enquête au Brésil.

Les gouvernements du G7 et d’autres, qui aujourd’hui critiquent formellement le président brésilien Jair Bolsonaro pour se refaire une conscience face à la réaction de l’opinion publique, sont les mêmes qui en ont favorisé l’ascension au pouvoir pour que leurs multi-nationales et leurs groupes financiers aient les mains encore plus libres dans l’exploitation de l’Amazonie.

Les communautés indigènes, dont les territoires concentrent les activités illégales de déforestation, sont principalement attaquées. Sous les yeux de Tereza Cristina, ministre de l’agriculture de Bolsonaro, dont la famille de latifondiaires a une longue histoire d’occupation frauduleuse et violente des terres des communautés indigènes.

 

Manlio Dinucci

 

Traduction: Marie-Ange Patrizio

Source: Il Manifesto (Italie)

Publié à l'origine sur le site du Réseau Voltaire (3septembre 2019):

https://www.voltairenet.org/article207514.html

Lire la suite