Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Articles avec #operation coronavirus tag

Good news: COVID -19 IS A SCAM

19 Octobre 2020 , Rédigé par The Red and the White Publié dans #Opération Coronavirus

Commentaire d'un lecteur de l'article de C.J. Hopkin: The Covidian Cult

https://www.unz.com/chopkins/the-covidian-cult/

5. onebornfree says: • Website

Good news? 

I’ve been wearing a hand painted [by me] , in large bright red letters:” COVID -19 IS A SCAM” , black tee-shirt and matching hand-painted mask, on a more or less daily basis for the last 8 weeks. [The mask I only wear when I have to enter a store with an idiotic “masks are mandatory” policy.]

To date, much to my surprise, 38 people have stopped me and said ” I agree” or similar, and only 4 have said “you’re wrong” or similar, [one large Australian male halfwit has been the only person threatening me with violence to date – he got really mad- I just gave him the finger and didn’t argue- eventually he fucked off. 

Of the agreers, perhaps the most notable was a cop who was driving by me on a main road as I waited for a bus. He slowed to a stop and I thought “Oh-oh, what’s he going to book me for, no mask?”, then he lowered his passenger side window [he wasn’t wearing a mask, as required locally], and said “I agree”. I said “Huh?”. He said “your shirt, I agree with the message”. I was shocked and happy at the same time.

My conclusion: there are many out there , [perhaps a majority?]who know that the whole thing is a scam, they just don’t let everyone know. It’s the silent majority phenomena all over again, perhaps.

Regards, onebornfree

Lire la suite

Le Pr. Christian Perronne dénonce la dictature sanitaire en France

17 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Lire la suite
Lire la suite

Les étudiants de Moscou face à la vaccination obligatoire contre le coronavirus (Mikkail Delyagin, Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

14 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus

Les étudiants de Moscou face à la vaccination obligatoire contre le coronavirus (Mikkail Delyagin, Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

Extrait d'un entretien (publié le 13 octobre 2020) avec l'économiste russe Mikhail Delyagin, membre du Club d'Izborsk:

 

"C'est la nouvelle. sur Facebook, le groupe "Moscou intéressant" rapporte qu'à Moscou, des étudiants sont menacés d'expulsion pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe. Alors que de nombreux scientifiques pensent que la vaccination contre la grippe libère l'espace pour les coronavirus, une telle hypothèse existe dans le monde. La direction des deux universités de la capitale - l'Institut de l'énergie de Moscou et l'Université russe de chimie et de technologie Mendeleïev - a obligé les étudiants à se faire vacciner avec le médicament domestique Sauvigripp avant le 11 octobre inclus, et exerce une terrible pression sur les étudiants. Dans le même temps, le service de presse de l'Institut de l'énergie s'est empressé de déclarer que l'information sur la vaccination forcée est fausse, mais elle a immédiatement été percée. L'exigence de la direction de l'université a été annoncée par des étudiants diplômés, tandis que les réseaux sociaux disposent de vidéos, où les étudiants ne sont pas autorisés à suivre les cours sans certificat de vaccination et sont envoyés de force pour se faire vacciner. En même temps, le Rospotrebnadzor n'a rien à voir avec cela, car le Rospotrebnadzor a émis une recommandation, mais celle-ci est facultative. Il ne reste plus qu'à supposer que l'Institut de l'énergie de Moscou et la RCTU de Mendeleev sont dirigés par des personnes qui ne comprennent pas le russe et ne comprennent pas en quoi une recommandation diffère d'un ordre direct. En conséquence, les chaînes Telegram ont immédiatement reçu des instructions sur ce qu'il faut faire si vous êtes obligé de vous faire vacciner. Ne refusez pas le vaccin, mais demandez un certain nombre de documents. Premièrement, un certificat de qualité pour le médicament, deuxièmement, des informations sur le fabricant du médicament, troisièmement, les documents et les licences du fabricant du médicament. Il s'agit d'un extrait du registre national unifié des personnes morales, ce sont des documents sur l'admission et l'accréditation de la société et toutes les licences valables de la société. En outre, il est nécessaire de demander des certificats d'essais de médicaments, des certificats d'effets secondaires du médicament, des documents sur la couverture d'assurance en cas de conséquences négatives de la vaccination, sur les conditions de la couverture d'assurance, sur le montant et, si je comprends bien, toutes les données de la compagnie d'assurance qui fournit cette assurance. Et vous devez signer un contrat avec elle. Les documents complets de la personne qui effectue la vaccination. Parce qu'il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter l'admission au travail en question, il doit présenter son livret médical et enfin cette personne doit présenter un certificat attestant qu'elle n'est pas actuellement atteinte d'un coronavirus. Ce n'est qu'après avoir reçu tous les documents que vous pourrez envisager de vous faire vacciner. Avant cela, comme le disent les chaînes Telegram, ces documents sont nécessaires, vous pouvez dire sans risque - oui, cela ne me dérange pas d'être vacciné, mais remplissez les conditions nécessaires. C'est une autre question qui, dans des conditions d'arbitraire absolu, dans lesquelles, selon Facebook, le groupe "Moscou intéressant" est engagé par les dirigeants de l'Institut de l'énergie de Moscou et de la RCTU de Mendeleiv, il n'y a pas besoin de bon sens, j'ai peur qu'ici nous devions juste menacer le tribunal, nous éclipser, engager un avocat et mettre en place une résistance de masse."

Source et article complet: http://pocombelles.over-blog.com/2020/10/entretien-avec-mikhail-delyagin-club-d-izborsk-13-octobre-2020.html

Traduit du russe par le Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Entretien avec l'économiste russe Mikhail Delyagin (Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

14 Octobre 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Politique, #Russie, #Société, #Opération Coronavirus

Entretien avec l'économiste russe Mikhail Delyagin (Club d'Izborsk, 13 octobre 2020)

 

13 octobre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20010

 

 

М. Delyagin :

 

- Bonjour ! Vous voyez quel endroit béni est Sotchi ? Là, même les araignées de sept centimètres sont utiles dans le ménage ! Et à propos de Peter, il y a une campagne pour nettoyer le ciel de Saint-Pétersbourg des fils, au moins au centre, c'est l'expérience de Moscou, ce que Sobyanine a fait. Et c'est l'une de ces actions, pour laquelle la mairie de Moscou vous remercie beaucoup. C'est utile et juste.

 

Quelques autres événements qui ont eu lieu à Moscou. J'ai mené ma propre enquête. Au tout début du coronavirus, le 20 mars, il y a eu un malentendu avec le monument au maréchal Joukov. Le monument a disparu. A sa place, il y avait un autre monument, puis, debout pendant une journée, il a disparu, un vieux monument est apparu. Et on a dit qu'il s'agissait d'une sorte de reconstruction. J'étais un peu perplexe et j'ai essayé pendant longtemps de trouver ce que c'était. Les gens qui ont vu le nouveau monument ont dit que celui-ci était meilleur.

 

Il s'est avéré que ce n'était pas un accident. Cela faisait partie d'une longue et tragique histoire, j'espère que ce n'est pas fini. L'auteur du monument à Joukov, le sculpteur exceptionnel Fang, souhaitait vivement être à temps pour le 50e anniversaire de la Victoire, c'était la 95e année. Tout était compliqué, mauvais, il n'y avait pas d'endroit pour couler le monument. Et il était très pressé. Et il y avait un monument, dont il était terriblement mécontent. Et il a vu cela comme un temps. Et les autorités moscovites de l'époque ne s'y sont pas vraiment opposées. Mais c'est la place Manezhnaya, elle n'est pas sous la juridiction des autorités de Moscou, il y a plusieurs juridictions adjacentes, donc nous devons négocier avec tout le monde.

 

Toute sa vie, Fang a été terriblement inquiet que le monument qu'il voudrait ériger ne vaille pas la peine. Il est assez étrange. Si vous regardez ce Joukov, il n'y a aucun attribut de la Grande Guerre Patriotique, juste un commandant. Et sa main, qui est tendue vers l'avant, elle dit en quelque sorte : "Stop, stop. Et j'ai moi-même entendu une fois, il s'est avéré que ce n'est pas une seule histoire, quand les enfants demandent à leurs parents, et qui est ce monument, les parents ne peuvent pas répondre à cette question. Les Moscovites savent, et les nouveaux venus ne savent pas tout.

 

Les crocs ont fait des croquis du monument, comme il aurait dû l'être, pour montrer clairement qu'il s'agit du Maréchal de la Victoire, de plus, c'est une grande victoire du peuple soviétique. Et d'après ces croquis, après sa mort, quand la vie est devenue un peu plus facile, que l'économie s'est un peu améliorée, les enthousiastes ont fait le monument tel qu'il devait être selon le plan du sculpteur.

 

Ce monument a été soutenu par le maréchal Dmitri Yazov, la fille du maréchal de l'époque Joukov, le maréchal Sokolov - l'avant-dernier ministre de la défense de l'URSS. Ils ont signé une lettre au président Poutine disant que le monument devrait être remplacé. La Chambre publique du Président russe a voté en sa faveur. Mais la procédure d'approbation était compliquée, à un moment donné, les gens ont fait quelque chose de stupide. N'ayant pas les autorisations nécessaires ou n'en ayant pas, ils ont procédé au remplacement de ce monument, ce qui a provoqué une certaine confusion.

 

J'ai le sentiment que dans notre pays, dans notre système réglementaire, qui existe maintenant, une bonne et juste chose ne peut pas être faite par la loi. Ces histoires interminables de retraités qui ont pavé la route avec leur argent, et qui sont ensuite condamnés à une amende et obligés de détruire cette route, pour la remettre dans son état d'origine. Le monument à Esenin, qui a été érigé, a déjà été appelé "crabe", "nageoires collées", en général, c'est une moquerie de la mémoire du poète. Le Monument Soljenitsyne à Moscou est debout. Légalement, le monument au traître, à mon avis, rien ne vaut et tout est merveilleux. Et la rue a été rebaptisée. Je pense que nous aurons bientôt une rue qui portera le nom de la CIA, tout le monde sera content, changez solennellement les panneaux.

 

Et il est impossible de remplacer un monument malheureux par un monument réussi. Et le nouveau monument est différent en principe. Là, Joukov salue le seigneur de guerre comme il se doit. Et c'est, en effet, un monument au peuple victorieux en la personne du Maréchal, qui a ouvert le Défilé de la Victoire. Il y a des reliefs latéraux qui reflètent la victoire dans les épisodes détaillés et les plus vivants du défilé historique de la Victoire, son ouverture. Il y avait Joukov et Rokossovsky, les étendards d'Hitler étaient jetés aux pieds des vainqueurs. Je comprends qu'en cette 95e année, il était impossible de dessiner, d'ailleurs, d'ériger en monument les bannières d'Hitler jetées aux pieds du vainqueur - le peuple soviétique - car, tout d'abord, c'était le peuple soviétique. Et en 95, il n'y avait qu'une seule désignation pour cela : les pelles maudites. Et aussi, et dix ans plus tard, le mot "Russes" a été utilisé dans la combinaison de mots comme un fasciste russe. Même au milieu des zéros, c'était la mode dominante et non seulement les médias libéraux, mais aussi les médias tout à fait officiels.

 

Quelles sont les normes d'Hitler ? Ce sont les normes de l'Europe ! C'est une Europe unie par Hitler, qui à l'époque était léchée à un niveau tout à fait officiel.

 

Permettez-moi de vous rappeler ce qu'est la 95e année. La 95e année, j'ai utilisé la combinaison de mots "intérêts nationaux de la Russie" dans l'administration présidentielle, j'ai donc failli être viré de l'administration pour cette combinaison de mots ! Pour moi, un homme qui était le doyen de la faculté de sciences politiques de l'École supérieure d'économie et à qui même les étudiants libéraux ont écrit plus tard des protestations sur l'inutilité et la vacuité de ses cours, cet homme a essayé de me renvoyer. La Russie, comme on l'a dit alors, n'a pas d'intérêts nationaux. Et il ne peut y avoir d'intérêts nationaux séparés des intérêts de la communauté mondiale, c'est-à-dire de l'Europe elle-même. Deuxièmement, il ne peut y avoir d'"intérêts nationaux" car c'est du fascisme. Et quand j'ai dit qu'il y a tout un magazine "National Interests" en Amérique, on m'a expliqué que c'est en Amérique, ça peut l'être, mais nous ne pouvons pas.

 

Ce sont les conditions dans lesquelles ce monument a été érigé. Naturellement, il portait l'empreinte de l'époque, il a été castré conformément à l'époque d'Eltsine. Et le monument qu'on a essayé d'ériger, il reflétait une vérité historique plus complète, d'autre part, il reflétait le patriotisme, le consensus de Poutine. Oui, il a probablement été mal formulé, mais le mécanisme bureaucratique a été conçu de telle sorte que rien de correct ne pouvait être fait.

 

Et j'ai une question. Quel est le bon monument ? L'actuel monument Eltsine ou Poutine patriotique, qui reflète le consensus de Crimée. Et cela reflétait un réel patriotisme.

 

Bon, c'est parti. Ivan Kryukov écrit : "L'avenue Goebbels à Moscou apparaîtra bientôt à ce rythme ! Ivan, vous n'êtes pas exact. L'avenue Goebbels n'est pas encore à Moscou, j'espère qu'elle n'apparaîtra pas. Mais la rue Soljenitsyne est, à mon avis, suffisante, étant donné la fiabilité de ses œuvres.

 

Le conflit autour de ce monument est très important, car il y a maintenant la destruction de la conscience patriotique, la destruction de la communauté patriotique. Les libéraux sont absolument unis, les patriotes sont divisés. Si même des personnes aussi raisonnables et brillantes que l'académicien Glazyev commencent à parler en faveur de la chronologie de Fomenko, qui vole simplement notre histoire depuis 1000 ans, qui contredit les données archéologiques réelles, les données de bylin et tout le reste, les données des découvertes, eh bien, c'est la défaite finale du mouvement patriotique. La guerre civile dans les têtes s'est terminée par la défaite de la Russie, notre défaite commune. Les patriotes, ils ne sont pas dans la conscience du public, quelqu'un est mort dans le Donbass, quelqu'un est devenu fou, quelqu'un est assis comme Platochkine. Et les libéraux sont unis et consolidés. Et ils dirigent le bal, ils font la fête. Et cela se voit dans tout, y compris dans la politique des monuments de notre pays.

 

Et que se passe-t-il lors du prochain cycle de « coronabesia ». Les parents d'une des écoles, je ne citerai pas la ville, ont adressé à l'administration de l'école la lettre suivante : "En rapport avec le fait que les enfants sont maintenant engagés à la maison, nous demandons à l'administration de l'école de donner de l'argent pour réparer l'appartement, acheter des rideaux et des détergents. L'argent donné en plus pour les cahiers est le bienvenu". Pour une raison quelconque, l'administration de l'école ne l'a pas accepté. Et a menacé de la considérer comme une extorsion.

 

Nous avons un appel de Vladislav de Moscou.

 

Vladislav :

 

- Bonjour ! Quel est le statut de nos trois pipe-lines annoncés ? Comment se passe l'approvisionnement en gaz ? Surtout en ce qui concerne le "Turkish Stream" et les "Forces de Sibérie".

 

Et quelle est la rentabilité de nos approvisionnements en pétrole et en gaz ? Sur le marché extérieur et intérieur.

 

М. Delyagin :

 

- Pour l'instant, je ne peux pas vous donner un aperçu de ce chiffre, mais je pense que Gazprom a enregistré une perte au début de l'année. Aujourd'hui, elle a déjà renoué avec le profit, mais c'était extrêmement douloureux. Par conséquent, la rentabilité des exportations n'est probablement pas très élevée. Et il a été rapporté que Gazprom a exporté du gaz au début de l'année à perte pour lui-même. Mais c'est une question de qualité de la gestion de Gazprom. Il en va de même pour le Turkish Stream. Avec le "Blue Stream", les Turcs, en gros, nous ont cyniquement trompés au milieu des années 90, lorsqu'ils nous ont promis un volume de fournitures, puis l'ont abandonné, en nous jetant les mains sur les prix. Et cela n'est pas devenu une leçon pour Gazprom.

 

Quant à la puissance de la Sibérie, il y a peu de rentabilité là-bas, mais je pense que toutes les données la concernant sont closes. Et la situation y est très simple. Si nous comptons l'exportation de gaz brut, ce n'est pas rentable pour nous, mais surtout, nous construisons un énorme complexe gazier et chimique à la frontière. Et avec ce complexe en tête, c'est super rentable pour nous. C'est la même situation qu'avec le Qatar. Il fournit son gaz à l'Europe avec un profit minime, le gaz naturel liquéfié, mais il tire l'essentiel de ses revenus de la chimie du gaz, de la purification de ce gaz, car les impuretés qui nuisent à la combustion du gaz sont des matières premières extrêmement précieuses pour la chimie du gaz, et le Qatar en tire des revenus.

 

"Nord Stream 2" - cela ne fonctionne pas si vous voulez dire le troisième canal. Et le Nord Stream-1 fonctionne, mais la charge y a été portée à 90 %, puis elle a été réduite à 30 %, et tout va mal.

 

La rentabilité est externe et interne. Quant au pétrole, la rentabilité externe est d'un ordre de grandeur plus élevé, car par les efforts du gouvernement russe, toutes les raffineries sont devenues non rentables à la suite de la 18e mesure fiscale. Aujourd'hui, ils sont en fait subventionnés. Un mécanisme fou, que l'on appelle, je crois, le droit d'accise inversé ou quelque chose comme ça. Mais le raffinage du pétrole n'est pas rentable et a tout fait pour que la précieuse matière première - le pétrole - n'aille pas en Russie, mais dans des pays à la mode, pour lesquels les libéraux russes travaillent apparemment.

 

Je ne sais pas pour le gaz, mais à l'intérieur du pays, je pense que la rentabilité de Gazprom sera plus élevée que sur les marchés étrangers, d'autant plus que les prix ne fluctuent pas autant que sur les marchés étrangers, mais qu'ils ne font qu'augmenter. Mais le problème ici, c'est qu'à l'intérieur du pays, l'argent que Gazprom reçoit de nous est contrôlé et transparent. Et l'argent que Gazprom reçoit pour l'exportation, c'est comme s'il allait sur ses comptes à l'étranger. Et il y a là diverses nuances.

 

Nous avons un appel d'Anton de Khabarovsk.

 

C'est Anton :

 

-Allo ! Pourquoi, alors que notre Etat a proclamé des valeurs universelles, européennes, nous avons perdu notre armée, notre culture, notre médecine, beaucoup de choses. Quelles sont ces valeurs étranges ? Ils semblent être bons... Mais peut-être autre chose ? Ces valeurs ont-elles une origine quelconque ?

 

М. Delyagin :

 

- Historiquement, les valeurs européennes sont correctes. Ce sont l'humanisme, la souveraineté, l'indépendance. Toute la civilisation européenne en est issue, la nôtre aussi, car nous sommes une civilisation européenne, juste une civilisation d'Europe de l'Est, pas une civilisation occidentale.

 

Au cours des trois dernières décennies, je pense que les Européens ont perverti leurs valeurs pour en arriver à un déni total. Et au lieu des droits de l'homme, c'est le droit à la perversion, le droit à l'autodestruction qui est devenu le droit. Pour dire les choses crûment, l'Europe a toujours été pour la liberté. C'est juste qu'avant que nous et les Européens ne soyons ensemble pour la liberté pour ! Pour être humain. Et maintenant, les Européens ont tourné leur liberté de : d'être humain. Et nous ne sommes plus d'accord avec eux. Quand nous avons essayé de leur enlever cela, nous nous sommes détruits, c'était mal. Et maintenant, nous nous en remettons péniblement, naturellement, sous les hurlements et les aboiements des Européens et de leurs secousses russes, parce que les Européens ne sont plus les mêmes.

 

Nous avons un appel de Rostislav.

 

Rostislav :

 

- Bonsoir ! Les autorités n'ont-elles pas délibérément négligé notre santé en introduisant le code des sanctions sur les produits ? Il y avait une belle petite crème importée, maintenant ils ne la laissent pas entrer.

 

М. Delyagin :

 

- Ils n'autorisent pas le beurre ?

 

Rostilav :

 

- Les Finlandais achètent du beurre !

 

М. Delyagin :

 

- En fait, ils produisent du beurre en Russie selon leurs recettes, pas plus mal, avec tout le respect que je leur dois.

 

Rostislav :

 

- Pourquoi "Pyaterochka" est-elle inondée de bière lettone et ne laisse-t-elle pas, par exemple, du jus d'orange finlandais au même endroit ?

 

М. Delyagin :

 

- Franchement, je ne connais pas la politique de Pyatrochka, je suis catégoriquement contre la destruction des produits, ils devraient aller gratuitement aux groupes socialement non protégés. Mais les contre-sanctions sont la seule façon de parler à l'Ouest.

 

Et j'ai de bonnes nouvelles pour vous. En effet, il faut parfois faire l'éloge de notre merveilleux leadership, qui s'appelle quand on a quelque chose à y gagner. Le Premier ministre Mishustin a signé un ordre du gouvernement russe, en vertu duquel la Crimée recevra près de 5 milliards de roubles pour la création de nouvelles installations d'approvisionnement en eau, malgré les problèmes généraux du budget. Les fonds seront utilisés pour construire une prise d'eau sur la rivière Belbek, si je comprends bien, près de Sébastopol, avec des installations de traitement et d'ingénierie, ainsi que des infrastructures pour le transfert de l'eau d'une des carrières. Les unités du ministère de la défense s'occuperont de la construction. Une fois que les installations seront en service, elles seront transférées à Sébastopol. Plus de 870 millions de roubles supplémentaires - soit un montant total supérieur à 5,8 milliards - seront alloués à la révision des canalisations d'eau, au remplacement de l'équipement obsolète et au développement de puits supplémentaires. Les fonds supplémentaires permettront d'améliorer la situation de l'approvisionnement en eau en Crimée. Les fonds seront alloués à partir du fonds de réserve du gouvernement. L'argent pour ce genre de choses est traditionnellement présent. Début octobre, Mishustin a annoncé que l'argent serait alloué et il a maintenant signé un décret. Le fait est qu'en Crimée, le blocus de l'eau par l'Ukraine a créé des problèmes stratégiques. Pendant longtemps, la Crimée a eu de la chance, car il y avait toujours beaucoup d'hivers enneigés et il était difficile de se passer de cette chaîne. Mais l'hiver dernier a presque disparu, l'été a été chaud, et la pire sécheresse du siècle et demi dernier s'est produite. Le ministère de la défense a même dû mener toute une opération spéciale sur l'approvisionnement en eau de Simferopol. En Crimée a envoyé un unique notre avion domestique pour provoquer des pluies, cependant, il a été nécessaire et des travaux de génie hydraulique. Dès le moment où il est apparu clairement que la Russie est réunifiée avec la Crimée sans la Novorossiya, sans la côte nord de la mer Noire, j'ai parlé de la nécessité d'un pont électrique, de la nécessité d'un pont de transport normal et de la nécessité de créer une canalisation d'eau principale, non loin dans la mer tombe le fleuve Kuban. Les deux premiers points ont été réalisés, même si, à mon avis, ils sont en retard, et certains disent qu'ils dépensent trop d'argent, mais l'essentiel est qu'ils ont été réalisés. Et personne ne se gratte pour le troisième point. Bien qu'une puissance technique aussi grande que la Turquie, qui semble nous devancer de beaucoup, a construit il y a longtemps une conduite d'eau de la Turquie, où il n'y a pas beaucoup d'eau, vers le nord de Chypre. Regardez la carte de la distance de l'embouchure du Kouban à la Crimée et de la Turquie à la Chypre du Nord. De plus, la canalisation d'eau est telle qu'il y a aussi assez d'eau pour le sud de Chypre. Mais nos fonctionnaires le refusent, au moins grâce à Dieu que le gouvernement a commencé à réagir rapidement et, espérons-le, suffisamment, je veux y croire, sur la sécheresse actuelle. Même si, bien sûr, la situation est assez mauvaise.

 

C'est une nouvelle. Le camarade Kudrin nous a accordé une autre interview, très drôle, il y a dit beaucoup de statistiques inaudibles, ce qui n'a pas de sens particulier, étant donné la qualité de ces statistiques des plus modernes. Mais il a dit une chose absolument incroyable. Il a dit qu'il y a très longtemps, en cinquième ou sixième année, il avait déjà oublié qu'il était attaqué par une entreprise quelconque. Et cette tentative a été empêchée par les efforts des services de sécurité russes, mais aucune affaire pénale n'a été ouverte parce que cette tentative a été empêchée. C'est-à-dire que, voyez-vous, cette phrase montre le niveau de délire et le niveau d'analphabétisme juridique de Saint-Pétersbourg, et des libéraux russes en général. Parce que c'est impossible. Quelqu'un préparait une tentative d'assassinat sur le vice-premier ministre, une tentative d'assassinat a été empêchée et donc aucune affaire criminelle n'est en cours. C'est des conneries. C'est de la folie. C'est ridicule et évident. Elle donne l'impression de mensonges purs et simples. Et je suis juste impressionné par le début de la campagne présidentielle du camarade Kudrin. Je veux dire que Kudrin va être président. C'est tout.

 

Habituellement, les technologues politiques peu sensés dans de tels cas disent que pour accroître la popularité, il faut dépeindre une victime. J'ai connu un député dans les années 90 qui a fait sauter son bureau à la Douma d'État avec une grenade pour gagner en popularité - Dieu merci, il a été mis en prison, si je me souviens bien. Mais le camarade Kudrin est un comptable plus civilisé, plus doux et plus correct, et non un économiste, il s'est donc limité à se rappeler que quelque chose était autrefois quelque chose. Mais en réalité, à mon avis, il s'agit d'une formation présidentielle. Et comment traitons-nous réellement les affaires criminelles, une histoire absolument stupéfiante. Dans la région de Nijni-Novgorod, nous avons un jeune technocrate, Nikitin, qui est considéré comme l'un des meilleurs gouverneurs et qui, semble-t-il, a simplement donné le commandement "fas" aux soi-disant forces de l'ordre. Et il y avait vraiment là un journaliste qui s’auto-immolait, qui semble être complètement instable psychologiquement... Eh bien, une personne équilibrée ne peut pas appeler sa publication "Goat Press". Mais voyons les choses sous cet angle. Si une personne est dans le développement des services de police, les représentants de ces services doivent lire tous ses réseaux sociaux. C'est une obligation. Il y a un an, cette pauvre femme a écrit que je me brûlerai peut-être en signe de protestation, etc. Eh bien, si vous comprenez qu'une personne est psychologiquement déséquilibrée, vous ne devriez probablement pas organiser une recherche démonstrative au bord d'un pogrom en venant à six heures du matin. Probablement pour provoquer un suicide, en fait.

 

Et voici des nouvelles de la même région de Nijni-Novgorod. La publication Nizhny Novgorod News écrit : "La grande résonance a été causée par un reportage sur Konstantin Ivanov, un serrurier ordinaire, qui a été mis en prison pendant 12 jours pour une amende impayée de 100 roubles pour avoir perdu son passeport". Après le reportage des journalistes, le tribunal de district a révisé la décision du juge de paix et Konstantin Ivanov, qui avait déjà purgé six jours, a été libéré. Cependant, le tribunal a découvert qu'ils n'avaient aucun droit de le détenir, car le délai de paiement de l'amende n'avait pas expiré. Les policiers l'ont gardé toute la nuit au département et le matin, le juge de paix Avdeenko lui a infligé la peine la plus sévère. De plus, l'officier de police Lein, qui a rédigé le rapport, a convaincu la femme d'Ivanov qu'il était inutile de faire appel de la sentence. En conséquence, un simple serrurier de l'usine s'est retrouvé derrière les barreaux, a purgé six jours pour cent roubles, qu'il avait encore le temps de payer selon la loi. Et cela a été exprimé au tribunal du district de Sormovsky. Les journalistes ont fait appel au département de police de la région de Nijni-Novgorod en demandant si des mesures seraient prises contre les employés qui ont commis cette détention illégale, qui ont commis le crime de garder un homme innocent enfermé ... mais je ne comprends aucune réaction jusqu'à présent. Naturellement, il y a une énorme indignation dans les médias, un énorme sarcasme, les gens écrivent qu'à cause de ces juges et policiers sans cervelle et de l'attitude du peuple envers les autorités se forme. Seulement, je pense que ce ne sont pas des juges et des policiers sans cervelle, mais des juges et des policiers qui reflètent l'attitude des autorités envers les gens. Ils ne font que diffuser aux gens si quelqu'un ne comprend pas quelque chose.

 

Roman, Sergiev Posad :

 

- Bonjour, Mikhail Gennadyevich. Comme vous le savez, le secret bancaire nous est garanti par l'État. Dites-moi, s'il vous plaît, comment sera-t-elle observée à partir de 2021, lorsqu'une taxe sur les dépôts à partir d'un million de roubles sera introduite ? Et pensez-vous qu'il soit légal d'introduire une telle taxe alors que les dépôts de 1991 ne sont toujours pas indemnisés ? J'ai posé cette question la semaine dernière à Olshansky, il a dit que le riche Pinocchio devrait...

 

М. Delyagin :

 

- Il est légal d'augmenter la taxe. C'est une autre chose qu'on nous a dit que les impôts ne changeront pas. C'est une autre chose que la Russie soit le seul pays au monde à lever des impôts pendant la crise, mais l'impôt est légal, la loi est votée, et il n'y a pas de violation du secret des dépôts ici, parce que déjà toutes les informations que les banques échangent avec le fisc, et l'essentiel est de ne pas les partager. En fait, bien sûr, c'est le cas, mais il s'agit d'une violation commune à laquelle tout le monde est habitué et accepté. Si vous avez de l'argent à la banque, vous devez vous préparer à ce que tout le monde en sache.

 

Donc, pour résumer notre vote. Près de 300 personnes ont voté, ce qui pour une question aussi abstraite, à mon avis, le résultat est absolument fou, absolument colossal. 3 % sont favorables à la préservation de l'actuel monument Eltsine, où Joukov dit comme si c'était "stop, stop, calme-toi, plus de Russie". 97% étaient favorables à son remplacement par un monument qui corresponde à l'idée du sculpteur Klykov, qui reflète vraiment la grandeur de la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre Patriotique et qui reflète la signification de la figure de Joukov et la valeur de celle de Rokossovsky, qui a accueilli le défilé non seulement en raison de ses qualités militaires exceptionnelles, ou plutôt, qui a commandé le défilé, mais aussi parce qu'il était avec Konev, le maréchal le plus humain de cette guerre. Il s'est vraiment beaucoup occupé des soldats et tout le monde le savait et s'en souvient encore. Il ne fait donc aucun doute que la version actuelle du monument d'Eltsine sera préservée, de mon point de vue. J'aimerais bien me tromper, mais la politique de l'État ne laisse aucun espoir, à mon avis, de changement pour le mieux.

 

C'est la nouvelle. Sur Facebook, le groupe "Moscou intéressant" rapporte qu'à Moscou, des étudiants sont menacés d'expulsion pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe. Alors que de nombreux scientifiques pensent que la vaccination contre la grippe libère l'espace pour les coronavirus, une telle hypothèse existe dans le monde. La direction des deux universités de la capitale - l'Institut de l'énergie de Moscou et l'Université russe de chimie et de technologie Mendeleïev - a obligé les étudiants à se faire vacciner avec le médicament domestique Sauvigripp avant le 11 octobre inclus, et exerce une terrible pression sur les étudiants. Dans le même temps, le service de presse de l'Institut de l'énergie s'est empressé de déclarer que l'information sur la vaccination forcée est fausse, mais elle a immédiatement été percée. L'exigence de la direction de l'université a été annoncée par des étudiants diplômés, tandis que les réseaux sociaux disposent de vidéos, où les étudiants ne sont pas autorisés à suivre les cours sans certificat de vaccination et sont envoyés de force pour se faire vacciner. En même temps, le Rospotrebnadzor n'a rien à voir avec cela, car le Rospotrebnadzor a émis une recommandation, mais celle-ci est facultative. Il ne reste plus qu'à supposer que l'Institut de l'énergie de Moscou et la RCTU de Mendeleev sont dirigés par des personnes qui ne comprennent pas le russe et ne comprennent pas en quoi une recommandation diffère d'un ordre direct. En conséquence, les chaînes Telegram ont immédiatement reçu des instructions sur ce qu'il faut faire si vous êtes obligé de vous faire vacciner. Ne refusez pas le vaccin, mais demandez un certain nombre de documents. Premièrement, un certificat de qualité pour le médicament, deuxièmement, des informations sur le fabricant du médicament, troisièmement, les documents et les licences du fabricant du médicament. Il s'agit d'un extrait du registre national unifié des personnes morales, ce sont des documents sur l'admission et l'accréditation de la société et toutes les licences valables de la société. En outre, il est nécessaire de demander des certificats d'essais de médicaments, des certificats d'effets secondaires du médicament, des documents sur la couverture d'assurance en cas de conséquences négatives de la vaccination, sur les conditions de la couverture d'assurance, sur le montant et, si je comprends bien, toutes les données de la compagnie d'assurance qui fournit cette assurance. Et vous devez signer un contrat avec elle. Les documents complets de la personne qui effectue la vaccination. Parce qu'il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter un certificat de formation. Il doit présenter l'admission au travail en question, il doit présenter son livre de médecine et enfin cette personne doit présenter un certificat attestant qu'elle n'est pas actuellement atteinte d'un coronavirus. Ce n'est qu'après avoir reçu tous les documents que vous pourrez envisager de vous faire vacciner. Avant cela, comme le disent les chaînes Telegram, ces documents sont nécessaires, vous pouvez dire sans risque - oui, cela ne me dérange pas d'être vacciné, mais remplissez les conditions nécessaires. C'est une autre question qui, dans des conditions d'arbitraire absolu, dans lesquelles, selon Facebook, le groupe "Moscou intéressant" est engagé par les dirigeants de l'Institut de l'énergie de Moscou et de la RCTU de Mendeleiv, il n'y a pas besoin de bon sens, j'ai peur qu'ici nous devions juste menacer le tribunal, nous éclipser, engager un avocat et mettre en place une résistance de masse.

 

Ici, on me demande ce que j'ai conseillé à Eltsine. J'ai conseillé beaucoup de choses. Bien que je n'aie pas été directement le conseiller d'Eltsine, j'étais membre du groupe d'experts d'Eltsine, mais disons la gratitude personnelle d'Eltsine pour un cas dont je suis toujours fier. Le fait est qu'en 1997, les libéraux, qui ont maintenant relevé l'âge de la retraite, ont déjà fait leur première tentative à cette époque. Leur tentative était basée sur la falsification de documents. Mon supérieur immédiat de l'époque, l'assistant d'Eltsine, Sergueï Mikhaïlovitch Ignatiev, qui dirigeait alors la Banque de Russie, a découvert cette falsification, je l'ai examinée, à ma grande honte, et je préparais des documents qui permettaient de reporter le relèvement de l'âge de la retraite à partir de 1997, même dans des conditions de domination libérale absolue. Jusqu'en 2018. J'ai réussi à gagner 21 ans d'âge normal de la retraite pour toi et moi, pour les citoyens russes, pour tes parents, entre autres. Pour cela, j'ai reçu les remerciements personnels d'Eltsine. Il est clair que ce n'est pas lui qui l'a fait personnellement, c'est Sergei Mikhailovich Ignatiev qui l'a préparé, néanmoins, c'est quelque chose dont je suis fier. Et bien d'autres choses dont je suis fier aussi.

 

Ils me demandent s'il est vrai que, parmi les autres bannières d'Hitler, celle de l'armée de Vlasov a été jetée au mausolée, qui coïncide avec la bannière actuelle de la Fédération de Russie. Je ne le sais pas, mais cela peut être beaucoup. Mais je vous rappelle que la bannière actuelle de la Fédération de Russie a été introduite par Pierre le Grand, puis ce fut la bannière de la marine marchande, ce fut la bannière, avec un petit changement, de la compagnie russo-américaine sous laquelle l'Antarctique a été ouvert et beaucoup d'autres découvertes ont été faites. Et oui, Vlasov a volé cette bannière, en gros, l'a privatisée. Mais quoi, tout ce qui a été volé, nous le rendrons ? Allons-nous abandonner le mot "liberté", parce que Radio "Liberté" traite des mensonges, des calomnies et des provocations sur l'argent du Département d'Etat ? Allons-nous renoncer à la démocratie parce que les Américains ont privatisé le mot et l'ont bombardé ? Nous n'y renoncerons pas. Le drapeau russe est mis en valeur par les exploits de l'armée russe dans deux guerres tchétchènes, en Syrie et dans bien d'autres endroits. C'est notre bannière. Akhmatova a dit un jour que oui, je n'aime pas les autorités soviétiques, mais que Leningrad a subi un siège sous ce nom et qu'elle s'appelle Leningrad et non Saint-Pétersbourg. Et je pense que lorsque nous rétablirons l'Union soviétique, la Russie entrera dans l'Union soviétique sous son drapeau historique actuel et sur les petits escrocs et les traîtres comme le général Vlasov, personne ne fera attention. Et l'Ukraine entrera sous le drapeau noir à mâcher, la Biélorussie décidera elle-même sous quel drapeau entrer. Eh bien, si le Kazakhstan entre sous le bleu, s'il y aura des gens normaux pour le diriger, et quels problèmes ? Je pense que ce n'est pas un problème sur lequel nous devons travailler dur en ce moment.

 

 

Mikhail Delyagin

 

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par La Rouge et le Blanc.

Lire la suite

Rainer Fuellmich (avocat en Allemagne et Californie): Covid 19 & tests PCR : Crimes contre l'humanité

8 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Avec l'expérience des précédentes psy-ops de la grippe aviaire, de la grippe porcine, du virus H1N1, du "réchauffement climatique anthropique", du 11 sept, du film hollywoodien 2012, pour ne mentionner que celles-là, il était clair dès le début que la "pandémie" du coronavirus était une psycho-pandémie, prévue et organisée de longue date.

Les conséquences économiques, sociales et sanitaires du confinement généralisé, de la "distanciation sociale" (plutôt asociale), du port obligatoire du masque, de l'état d'urgence, du couvre-feu, de la privation des droits constitutionnels, de la répression contre les peuples, etc. ont été catastrophiques et délibérées.

Il est clair que la guerre est menée non pas contre le "Covid-19" mais contre l'humanité tout entière, en semant la terreur afin d'imposer des restrictions des libertés puis un vaccin avec contrôle total des populations, et vraisemblablement leur diminution drastique.

Comme les explosifs placés à l'intérieur des bâtiments du 11 septembre et la thermite de Notre-Dame de Paris, le Covid-19 est un accélérateur pour le changement de société organisé depuis longtemps, réforme asociale après réforme asociale.

En fait, dans l'esprit de ses auteurs, il s'agit de transformer le monde en un gigantesque camp de concentration où les hommes conditionnés seront eux-mêmes leurs propres gardiens, leurs kapos.

La responsabilité pénale des auteurs de ce crime et de leurs complices (industriels, financiers, médias, fondations privées, gouvernements, responsables médicaux corrompus) doit être dénoncée. et ces derniers poursuivis. C'est ce que prône Reiner Fuellmich.

Rappelons que comme le rapporte César dans ses "Commentaires sur la guerre des Gaules", chez les Gaulois, ceux qui répandaient la panique et les fausses nouvelles étaient punis de mort.

 

Site internet de Reiner Fuellmich:

https://www.fuellmich.com

Jacques Attali est l'un des auteurs intellectuels du crime contre l'humanité "COVID-19".

Jacques Attali est l'un des auteurs intellectuels du crime contre l'humanité "COVID-19".

Lire la suite

Seule à l'Assemblée nationale, la députée Martine Wonner (Haut-Rhin) dénonce la mascarade du Covid-19

4 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Par ailleurs, Interviewé par Kara Shipway, Elon Musk dit qu'il ne se fera pas vacciner contre le Covid, ni lui ni ses enfants, et qu'il est contre le confinement:

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Elon-Musk-Je-ne-me-ferai-pas-vacciner-ni-mes-enfants-61112.html

Lire la suite

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

26 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Opération Coronavirus

Le Professeur Peronne, médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français (chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital de Garches), spécialisé dans le domaine des pathologies tropicales et des maladies infectieuses émergentes, et ancien président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique.

19:42: "On fait peur aux Français, tout cela c'est un peu de la manipulation de masse, et je suis très inquiet parce que je trouve qu'il y a une dérive grave: on ne peut pas utiliser une pandémie pour manipuler les gens pour des raisons politiques et économiques."

22:14:  (à propos du port du masque obligatoire) " Là, c'est du délire profond, il n'y a aucune base scientifique, c'est du grand n'importe-quoi, et puis je pense que maintenir toute une population - ils nous disent qu'ils vont laisser le masque pendant des semaines, des mois, il y a des experts infec tieux qui ont dit il y en a pour un an et demi-deux ans, ILS VEULENT OBLIGER TOUS LES FRANÇAIS À PORTER LE MASQUE POUR LES FAIRE CRAQUER POUR QU'ILS SUPPLIENT POUR AVOIR LE VACCIN, pour moi cela me paraît clair."

32:20: "Le ministre ne fait pas la différence entre lien d'intérêt et conflit d'intérêt".

35:18: "Moi, je demande à tout Français de demander à la CADA (Commission d'accès aux documents administratifs) l'enregistrement et les compte-rendus des séances du Haut Conseil de la Santé Publique qui a fait interdire l'hydroxychloroquine. Moi, j'aimerais avoir ces enregistrements. S'ils n'ont pas eu lieu, c'est qu'ils étaient hors-la-loi. Et ne je comprends pas comment le Conseil d'État a balayé d'un revers de main les recours des avocats. Ce n'est pas normal, c'est hors-la-loi."

https://www.cada.fr/administration/la-communication-des-documents-administratifs

37:27 "L'industrie pharmaceutique est la plus grande source de corruption dans le monde."  (ONU)

38:13 "Les marges bénéficiaires (de l'industrie pharmaceutique) sont colossales."

39:10 "Certains (médecins) sont manipulés pour des traitements -tout le monde sait très bien qu'ils ne marchent pas très bien- mais qui sont des vaches à lait pour l'industrie."

42:33 " (la corruption) prend des proportions planétaires... on s'aperçoit qu'on est complètement manipulés.

54:39 "Le gouvernement est complice de tout cela... les Français vont se révolter... ce n'est que le début".

58:53 Accusé par certains d'être "complotiste", le Pr Pérronne répond: "Je pense, donc je suis "complotiste".

100 "Les grands médias sont sous influence".

101: la manipulation de l'information.

 

JE PENSE, DONC JE SUIS "COMPLOTISTE" !

Pr. Perronne

 

Pour aller encore plus loin avec le Pr Perronne, son interview sur Sud Radio:

https://tvs24.ru/pub/watch/1992/c-est-une-attaque-frontale-contre-le-peuple-le-peuple-fran-ais-doit-se-r-volter-pr-christian-perronne-chef-de-service-des-maladies-infectieuses-l-h-pital-de-garches/

Et ici, il est l'invité de Patrick Simonin sur TV5 Monde et où il déclare: "La médecine française est tombée dans le caniveau", "Je ne peux pas accepter qu'on joue avec la santé des Français"...

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19
Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

Professeur Christian Perronne:

Y a-t-il une erreur qu'ILS n'ont pas commise ? Covid-19: l'union de l'incompétence et de l'arrogance

Albin Michel, 2020.

https://www.albin-michel.fr/ouvrages/y-a-t-il-une-erreur-quils-nont-pas-commise-9782226455185

 

"Erreur" est-il bien le mot qui convient ? La politique du pouvoir français et des mondialistes qui sont derrière n'est-elle pas totalement consciente et délibérée ?

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

"La maladie de Lyme, cette étrange infection déclenchée par une piqûre de tique, peut provoquer dermatoses, arthrites et jusqu’à des atteintes neurologiques.

Pourquoi les patients sont-ils souvent abandonnés à leur souffrance ? Pourquoi ne traite-t-on pas plus efficacement cette maladie alors que des solutions thérapeutiques existent ?

Le professeur Perronne, médecin et chercheur de renom, le premier à avoir sensibilisé les pouvoirs publics, raconte dans ce livre de manière claire et précise tout ce qu’on sait aujourd’hui de cette maladie et comment la guérir. Il répond également aux multiples interrogations de ceux, de plus en plus nombreux, qui sont concernés par cette affection. 

Ce livre nous aide aussi à mieux comprendre et à savoir soigner cet ensemble de maladies mal connues dues à des infections cachées, comme la maladie de Lyme.

La vérité sur l’histoire de la maladie de Lyme et des infections cachées expliquée par le plus grand médecin spécialiste de ces maladies.

Le professeur Christian Perronne est chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, faculté de médecine Paris-Île-de-France-Ouest. Il a été président de plusieurs instances médicales et scientifiques, notamment du Collège des professeurs de maladies infectieuses et tropicales. Il a été vice-président d’un groupe d’experts sur la vaccination à l’Oms. "

https://www.odilejacob.fr/catalogue/medecine/medecine-generale/verite-sur-la-maladie-de-lyme_9782738135094.php

 

Entretiens avec le Pr Perronne au sujet de la maladie de Lyme. A l'entendre, on comprend qu'en France, on ne soigne pas les vraies maladies comme Lyme, mais on installe la terreur pour des fausses pandémies comme le COVID, dont les conséquences vont être mortelles pour la population et pour la société. Tout cela obéit à la même logique de corruption:
 
 
 
Le deuxième entretien (2017) est très détaillé. On se demande quand même si la maladie de Lyme touche surtout les personnes qui ont une immunité faible, puisque des chasseurs ou des personnes qui vont beaucoup en forêt et dans la nature peuvent être piquées par des tiques depuis des années sans avoir le moindre problème, comme c'est mon cas. Est-ce lié au mode de vie de plus en plus urbain et aseptisé de la plupart des gens ? Il semble que le développement de la maladie de Lyme est lié à l'exploitation industrielle des forêts qui a bouleversé l'habitat et le mode de vie des tiques et des bactéries qu'elles hébergent. Une virulence accrue des troubles et des maladies transmises par les tiques et un système immunitaire affaibli chez les humains urbanisés sont pour moi les deux coordonnées du problème.
 
POC
 
Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19

Manifestation à Londres le 26 septembre 2020.

Source: RT: https://francais.rt.com/international/79142-resistance-devient-devoir-manifestation-contre-restrictions-anti-covid-londres

 

QUAND LA LOI DEVIENT UNE TYRANNIE,

LA RÉSISTANCE DEVIENT UN DEVOIR.

Le Pr Christian Perronne dénonce la "manipulation de masse" du COVID-19
Lire la suite

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne (Club d'Izborsk, 22 septembre 2020)

22 Septembre 2020 , Rédigé par POC Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Economie, #Opération Coronavirus, #Politique, #Russie

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne

22 septembre 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19942

 

 

En 1992, peu après l'effondrement de l'Union soviétique, le philosophe, politologue et économiste américain Francis Fukuyama a publié le livre "La fin de l'histoire ou le dernier homme", qui s'est diffusé à des millions d'exemplaires, proclamant le libéralisme comme la seule idéologie viable. Selon Fukuyama, le dernier homme est un libéral et un champion de la démocratie, tandis que la fin de l'histoire est la victoire finale des valeurs occidentales dans le monde entier.

 

Dix ans après, pendant lesquels les vainqueurs de la guerre froide se sont partagé les biens des vaincus, il est apparu que Fukuyama s'était clairement empressé de tirer des conclusions. Le capitalisme, qui a adopté un caractère mondial, presque entièrement planétaire, a fait face à la pire crise de son développement futur. Une population appauvrie, le terrorisme et la violence, les guerres et les opérations spéciales, des millions de migrants privés de leurs droits et la vie chaotique de nations entières - voilà ce qu’est devenu le monde au début du troisième millénaire. De plus en plus de gens se rendent compte que le vieux monde s'effondre rapidement et qu'il est condamné.

 

Mais que peut et doit devenir le nouveau monde ? Quelle est aujourd'hui l'image de l'avenir et le modèle positif de l'avenir attendu qui déterminera le cours des événements et empêchera en fin de compte l'autodestruction de l'humanité ? Les produits hollywoodiens et les fictions modernes diffusent massivement les images destinées à effrayer les gens et à les dissuader de penser à un avenir radieux. L'absence d'une image claire de l'avenir souhaité se manifeste clairement dans la croissance des forces extra-systémiques dans différents pays, lorsque les gens descendent dans la rue, unis par le slogan "contre". En même temps, soit ils n'ont pas d'idées positives (comme, par exemple, les "gilets jaunes" en France), soit ils imaginent un "nouveau monde" dans le cadre destructeur et dépassé de la civilisation occidentale (comme cela se passe sous nos yeux en Biélorussie).

 

On ne peut pas dire qu'il n'y a pas eu de tentatives d'imaginer l'image du nouveau monde en Occident, mais tous ces "nouveaux" modèles ont été construits invariablement dans le cadre donné, sur la base du système de valeurs occidentales sans alternative. La pandémie de coronavirus qui a plongé l'économie mondiale dans une crise totale a de nouveau soulevé la question d'une nouvelle image/nouveau modèle d'avenir avec toute son urgence. Peu à peu, on comprend que le capitalisme n'est pas la fin de l'histoire, mais l'une des étapes du développement humain, et qu'une autre crise pourrait lui être fatale. Une fois de plus, l'intérêt pour les œuvres de K. Marx et V. Lénine s'est éveillé, et l'expérience réussie de la Chine est étudiée en détail. Le professeur J. Galbraith de l'université du Texas a récemment déclaré, à propos des conséquences de la pandémie, que "le capitalisme et la décentralisation des 40 dernières années ne pourront peut-être pas résister à cette crise, nous devrons construire un nouveau système".

 

À cet égard, des rapports très symptomatiques ont circulé sur Internet selon lesquels le coprésident du Club de Rome, Anders Wijkman, a qualifié l'année 2020 d'année de la mort effective de l'ancien système et a appelé à un changement radical de paradigme dans le développement de notre civilisation - les normes dépassées du capitalisme, la spéculation financière, les dogmes du matérialisme et la compréhension simplifiée du monde. Bien que toutes les thèses de ces rapports ne puissent être approuvées, la problématique déclarée du rejet des idées du libéralisme orthodoxe en dit long.

 

La Russie a toujours eu sa propre Vérité dans la guerre métaphysique des sens. Les valeurs solidaires, dont beaucoup se souviennent aujourd'hui, ont historiquement pénétré tout l'espace de la culture domestique. Depuis l'époque du baptême de la Russie, les paroles du Sauveur selon lesquelles « S'il n'y a plus d'amour, qui donnera son âme pour les autres ? » ont mis les pensées et les sentiments de nos ancêtres au service de l'idéal moral évangélique. "La vie égoïste et la morale sont incompatibles", a écrit Léon Tolstoï. Toute la littérature russe est imprégnée de la recherche du sens, des idées de solidarité, de sobriété et de justice. La Russie a une énorme expérience de la réalisation pratique de ces idées et du mouvement sur sa propre trajectoire de développement - expérience inestimable de la création de la civilisation soviétique, civilisation de l'homme-créateur, au lieu du consommateur égoïste. Bien sûr, il est impossible de le répéter dans les conditions actuelles, mais de nombreuses idées et évolutions n'ont pas perdu leur pertinence et leur attrait et peuvent et doivent être utilisées dans le travail pour façonner l'image de l'avenir.

 

De nombreux ouvrages des membres du Club d'Izborsk, qui comprennent que l'avenir existe d'abord dans l'imagination, puis dans l'action et seulement ensuite dans la réalité, sont consacrés à ce sujet. Je crois que les idées de solidarité et de justice, opposées à la culture du profit, de la consommation, aux principes de conflit permanent, seront certainement acceptées et soutenues par notre jeunesse et par des millions de personnes en Occident, qui évaluent sobrement tous les "avantages" de la civilisation occidentale.

 

 

Sergey Batchikov

 

Sergey Anatolievich Batchikov (né en 1953) - Économiste, entrepreneur, personnalité publique et politique russe. Il est membre à part entière de l'Académie internationale du gouvernement d'entreprise. Président du conseil d'administration de l'Union commerciale et financière russe. Directeur du Center for Management Problems of Large Social and Economic Systems de l'Institut international de recherche sur les problèmes de gestion. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergey Batchikov : la sobriété chrétienne (Club d'Izborsk, 22 septembre 2020)
Lire la suite

Entrevista con el coronel ruso Vladimir Kvachkov sobre la "pandemia" del coronavirus

16 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Politique, #Russie, #Opération Coronavirus

Entrevista con el coronel ruso Vladimir Kvachkov sobre la "pandemia" del coronavirus

KVACHOV DÉCRIT LA VRAIE  RUSSIE POST-SOVIÉTIQUE:

 

 

Interview du colonel Vladimir Kvachkov par Alexander Prokhanov (rédacteur en chef du journal Zavtra -"Demain", en russe- et Président du Club d’Izborsk)

 

17 OCTOBRE 2005

 

L'interview sera publiée dans le numéro du journal "Zavtra" du 19 octobre.

 

https://echo.msk.ru/doc/119.html

 

 

Alexandre Prokhanov. Vladimir Vassilievitch, comment évaluez-vous ce qui vous est arrivé ? De qui est l'idée ?

 

Vladimir KVACHKOV. Je pense qu'avant le 17 mars 2005, il n'y avait pas de plan à la base du plan de l'opération contre moi et mes camarades officiers des forces spéciales. Il y avait les activités quotidiennes du FSB et d'autres services de sécurité, peut-être privés, qui suivaient les courants politiques les plus dangereux et les orientations des autorités sur le terrain national-patriotique. Parmi eux, il y avait l'Union de la puissance militaire dirigée par le général colonel L.G. Ivashov, à l'œuvre de laquelle j'ai participé. Sans aucun doute, mes presque trente années de service dans les formations et unités à vocation spéciale des forces armées, mon expérience personnelle du combat en Afghanistan, au Tadjikistan, en Tchétchénie et dans d'autres "points chauds" pourraient susciter un intérêt accru pour les services spéciaux. C'est probablement la principale raison pour laquelle j'ai été arrêté à mon domicile cinq heures après la "tentative de Chubais".

 

Je considère tout ce qui s'est passé, y compris le fait d'être en prison, comme un test de ma foi orthodoxe et de la volonté de l'officier. Je suis un officier russe et je suis obligé d'endurer dignement toutes les épreuves et les privations du service militaire pour la défense de la Patrie, y compris la captivité.

 

A.P. Vous êtes un officier de renseignement militaire expérimenté. Une "opération" de ce type, menée par des spécialistes, aurait-elle pu échouer de manière aussi ingrate ?

 

V.K. L'évaluation objective de cette action subversive, si elle a bien sûr eu lieu, ne peut être reçue qu'après l'analyse de ses trois positions : politico-militaire, juridique et militaire elle-même.

 

Du point de vue militaire et politique, cette action est l'une des formes de la guerre de libération nationale. La destruction de tout envahisseur étranger et complice des occupants, y compris dans le domaine économique, est le devoir et le devoir sacré de tout officier, soldat, tout soldat, qu'il combatte en combat armé ouvert sur le front ou qu'il opère sur le territoire occupé par l'ennemi de son pays. Le moment de vérité est la reconnaissance ou la non-reconnaissance du pouvoir d'occupation actuel en Russie. Pour moi, l'occupation de la Russie par une puissance étrangère est évidente, de sorte qu'une tentative d'éliminer l'un des plus sinistres organisateurs de l'occupation de la Russie ne peut être considérée comme une infraction pénale ordinaire. C'est la première action armée de la guerre de libération nationale. Tous ces Eltsins, Tchoubaïs, Kokhis, Abramovitchs, Friedmans, Urinsons et autres nous ont enlevé notre richesse nationale, ont mis les peuples russes et autres peuples indigènes au bord de l'extinction, et la Russie au bord de la dissection. La destruction des occupants et de leurs complices n'est pas un crime, mais le devoir et la responsabilité de tout défenseur de la Patrie, fidèle au serment militaire. C'est sur cette base que je refuse de fournir des preuves à l'enquête, y compris de répondre à la question de la culpabilité. Je le déclare officiellement : Les nombreux rapports des médias selon lesquels le colonel de la réserve Kvachkov aurait plaidé non coupable ne sont pas vrais. Je crois qu'il n'y a pas d'événement criminel et qu'il ne peut y avoir de culpabilité ici. Admettre l'éligibilité de la question de la culpabilité, c'est admettre l'éligibilité de reconnaître cet événement comme un crime.

 

D'un point de vue purement juridique, les personnes accusées d'avoir commis un crime ne doivent pas prouver leur innocence, elles doivent être prouvées coupables. Plusieurs dizaines ( !) des examens effectués n'ont pas indiqué ma participation directe, ainsi que celle de Robert Yashin et d'Alexander Naidenov arrêtés dans cette affaire. Il n'y a ni preuve ni trace : ni la nôtre, ni celle d'autres personnes. Que les agresseurs aient travaillé proprement ou que les enquêteurs aient mal travaillé, c'est une autre affaire. Le jury devrait se voir présenter des preuves, et non des fantasmes de détective et de déficient du bureau du procureur, basées sur le témoignage de délinquants sexuels et de mouchards.

 

Pour des raisons compréhensibles, je ne peux analyser la composante militaire que sur la base des documents présentés dans les médias. Il existe deux options : le sabotage ou la mise en scène. S'il s'agissait d'une action subversive, il est évident que le groupe qui a été pris en embuscade contre l'objet blindé n'est pas venu là avec deux fusils automatiques à partir desquels des tirs ont été enregistrés sur les véhicules. On a trouvé dans la neige six litières pour le tir. Cela signifie qu'il y avait d'autres agresseurs armés. Les fragments du paquet de l'explosif brûlé trouvés sur le site de l'explosion suggèrent que la charge explosive principale, faite d'explosif ( !) de fabrication artisanale (BB), a brûlé et n'a pas explosé, c'est-à-dire qu'elle n'a pas explosé. La puissance d'une explosion d'une charge intermédiaire faite de TNT ou d'un autre explosif de puissance normale conçu pour déclencher une détonation dans un explosif improvisé (généralement de puissance inférieure), les experts ont estimé la puissance de la charge explosive principale de l'explosion, à en juger par celle-ci, alors la puissance de la charge explosive principale de l'explosion devrait être de 25-30 kilogrammes en équivalent TNT. L'explosion d'une telle puissance produite près de la voiture aurait probablement dû jeter la voiture de Chubais hors de la route, après quoi la destruction de l'installation aurait dû être achevée par d'autres moyens, très probablement des grenades antichars portatives comme la RPG-18 (26). La détonation, à en juger par la direction de la trace de shrapnel sur le capot de la BMW devant la roue avant droite, plutôt qu'au centre du véhicule, est très probablement due à la difficulté d'un moment absolument précis de fermeture manuelle du réseau de soufflage électrique dans des conditions de visibilité limitée en forêt. La vitesse d'un cortège de 90 km/h, qui est la vitesse la plus probable au moment du dépassement, signifie que l'on roule à 25 mètres par seconde ou 2,5 mètres par 0,1 seconde. La planification d'une détonation à cette vitesse 0,1 seconde plus tard, c'est-à-dire au centre, ou plus encore à l'arrière de la voiture, en cas d'erreur, même minime, dans la réaction du bombardier pourrait être tardive et le coup principal ne serait pas porté à l'objet déjà dépassé, mais au véhicule d'escorte. Cela ne faisait certainement pas partie des plans des attaquants, ce qui est confirmé par leurs actions ultérieures : lorsque les gardes sont sortis de la voiture, ils n'ont pas été détruits par des tirs d'armes automatiques, ce qui aurait été facile de 30 à 40 mètres, mais ont été repoussés par le feu, juste pour éviter de perturber le départ du groupe.

 

En cas d'embuscade, la détonation de mines et de mines terrestres signifie généralement un signal pour ouvrir le feu et d'autres actions du groupe. Par conséquent, le sous-groupe de tirs était un sous-groupe de tirs réfléchissant les plantes pendant plusieurs secondes avec des balles incendiaires perforantes. Après une explosion de forte puissance, à un mètre et demi de la BMW, on se demandait si même les vitres blindées du côté droit du véhicule conserveraient leur résistance.

 

Il est difficile de juger des raisons de l'échec de l'accusation principale dans l'explosion. Il est possible que le mélange lui-même ait été fabriqué de manière incorrecte (bien qu'un essai d'explosion d'une BMW de fabrication artisanale soit généralement effectué), il est possible que l'étanchéité du mélange ait été perturbée pendant le transport ou l'installation dans la neige, ou il est possible qu'il y ait eu d'autres raisons.

 

L'échec de l'action subversive des guérillas pour détruire la figure la plus odieuse de la démocratie russe indique que le Seigneur n'a pas permis à Chubais de mourir rapidement et sans douleur et a préparé une autre punition, plus lourde, pour lui et toute cette bande. Eh bien, attendons. La guerre de libération nationale du peuple russe ne fait que commencer. La libération de Cuba a également commencé par une tentative infructueuse de prise d'assaut de la caserne Moncada par une poignée d'hommes courageux dirigés par Fidel Castro.

 

La deuxième version était une fausse attaque. Comme je ne l'ai jamais fait auparavant, je m'abstiendrai de commenter cette option en raison de mon incompétence.

 

A.P. L'armée russe est l'objet de provocations continues dans lesquelles le bureau du procureur est impliqué. Quel est le "procès" sur la fierté du renseignement aérien de Pavel Popovskikh avec ses amis. Votre affaire n'est-elle pas une continuation des répressions contre l'armée ?

 

V.K. En 1997, le Commandement des forces aéroportées, sous les auspices du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, a organisé une conférence scientifique et pratique intitulée "Opérations spéciales et nécessité de créer des forces spéciales (troupes) dans les forces armées de la Fédération de Russie". La conférence a été préparée par nous et P.Y.Popovskikh. A l'époque, il était à la tête des services de renseignement des forces aéroportées, et j'occupais un poste à responsabilité au sein du GRU GS. Le soir, la veille de la conférence, où je faisais le rapport principal, un appel a été reçu à la maison, un lieutenant général de GRU m'a appelé et m'a demandé de refuser de faire un rapport car la création de forces spéciales indépendantes des forces armées entraînera une réduction du personnel de renseignement militaire avec toutes les conséquences organisationnelles, officielles, administratives et économiques qui en découlent. Je n'ai pas refusé de faire un rapport, j'ai fait un discours soulignant que la préservation des forces spéciales dans le cadre du renseignement militaire ralentit la création de la nouvelle sorte de troupes les plus modernes en Russie. À cette époque, l'écart avec les États-Unis, qui ont créé leurs forces d'opérations spéciales, était d'environ dix ans. Après la conférence, la "piste d'atterrissage" dans l'affaire Kholodov a augmenté de façon spectaculaire. Pavel Popovskikh et ses camarades ont été envoyés en prison, et j'ai été renvoyé des forces armées exactement le jour de mon 50e anniversaire, malgré la décision déjà prise par le ministre de la défense de prolonger mon service. L'idée de créer des forces spéciales (troupes) en Russie a été si cruellement réprimée. Déjà en tant que spécialiste civil du Centre d'études militaires et stratégiques de l'état-major général, j'ai présenté mes justifications quant à la nécessité de réunir les formations et unités spéciales existantes, dispersées dans les districts militaires, en une seule structure d'organisation et d'état-major, les secrétaires du Conseil de sécurité, les ministres de la défense, les chefs de l'état-major général, le président. Quelque part dans les voûtes du GRU devrait être conservé mon rapport de 2000 avec un compromis, une demi-solution du problème - la création de forces spéciales du GRU GSh - avec la résolution du chef d'état-major général de l'armée de terre, le général A.V.Kvashnin : "Je suis d'accord. Il s'est avéré qu'il est d'accord, mais qui lui donnera. En principe, le sort des forces spéciales des forces armées devait être décidé en mars (notez la date !) de cette année. La monographie de la thèse de doctorat sur la théorie des opérations spéciales des forces armées est prête à être imprimée. Le 18 mars, j'ai dû l'envoyer à une imprimerie. Mais le 17 mars, j'ai été arrêté... Tout cela peut-il être considéré comme une coïncidence de dates ? Non, bien sûr que ce n'est pas le cas. L'objection catégorique du monde en coulisses contre le renforcement des forces armées russes est évidente. La formation de forces spéciales aurait permis d'accroître considérablement l'efficacité des opérations spéciales dans le Caucase du Nord, aurait élargi la possibilité pour la Russie de protéger le peuple russe dans la CEI divisée en parties ainsi que les intérêts nationaux de la Russie à l'étranger. Mais le gouvernement actuel a peur de sa propre armée - non pas celle qui a déjà été détruite par lui, mais celle qui est encore prête au combat. De quelle puissance faut-il avoir peur ? Des forces terrestres à peine respirables, de l'aviation, et surtout de la marine. Et les forces spéciales sont dangereuses. C'est pourquoi le rôle du bureau du procureur de Popovski, Ulman, dans notre cas, est le rôle du mécanisme exécutif. Les organisateurs sont au Kremlin, les clients sont à l'étranger. La destruction de l'armée russe par les non-combattants se poursuit.

 

A.P. Comment évaluez-vous la situation dans l'armée russe ? Le moral des officiers ?

 

V.K. La situation actuelle des forces armées russes est pire et plus tragique que celle de l'armée russe à l'été et à l'automne 1917. Cette conclusion a été tirée sur la base de documents reçus par le Centre d'études militaires et stratégiques de l'État-major général, où je travaille depuis 1995. Ce qui est écrit et dit dans les médias n'est qu'une surface, une partie visible de l'iceberg des problèmes de l'armée, une partie qui ne peut plus être dissimulée. La véritable situation de la sécurité militaire de la Russie et de l'état des forces armées se cache du peuple russe. En substance, la Russie n'a plus d'armée. Il y a des blocs séparés de forces de missiles stratégiques et de troupes aéroportées qui fondent sous les yeux. Les formations et unités des forces spéciales, certaines autres unités et unités des forces armées sont maintenues sur le courage personnel et la loyauté à leur devoir. Tout le reste a perdu depuis longtemps son aptitude au combat et son efficacité au combat. Si l'armée régulière russe a commencé avec deux drôles de régiments de Petrovski, elle revient maintenant à deux drôles de régiments de Poutine.

 

Ce n'est pas seulement, et même pas tellement, l'état catastrophique des équipements militaires. L'armée russe n'a pas d'esprit russe, l'esprit du commandant Alexandre Vassiliévitch Souvorov, du commandant de la marine Fiodor Fiodorovitch Ouchakov, du partisan Denis Vassiliévitch Davydov.

 

Dans la doctrine militaire russe, vous ne trouverez même pas le mot "victoire". La victoire de sa propre armée n'est pas nécessaire pour les hollywoodiens d'aujourd'hui, les dirigeants du pays. Une menace blessée (appelée plus précisément dans les casernes), en lapserdak en civil recevant un défilé militaire, est un superviseur mondial des coulisses, qui contrôle le processus de destruction de l'armée russe. Ce processus, entamé par Gorbatchev, a été poursuivi par Eltsine et son successeur prétendument infidèle, Poutine.

 

L'armée russe, cependant, ainsi que l'armée soviétique, n'ont pas réussi à développer une compréhension correcte de l'essence de la guerre moderne et de la lutte armée. Il n'y avait pas de théorie générale de la guerre, et il n'y en avait pas non plus. Glavpurovskaya Volkogonovskaya Akhineia sur la guerre et l'armée est toujours dans la nouvelle encyclopédie militaire. La théorie de l'art militaire, au lieu de passer des guerres nucléaires aux guerres de l'espace, de l'électronique et du contrôle, est revenue aux guerres du milieu du siècle dernier. Le délire de Poutine, ses complices dans la lutte contre le terrorisme international ne mérite même pas d'être mentionné. Les généraux actuels, à quelques exceptions près et au mieux, sont des opportunistes. En effet, l'armée russe est désormais composée de soldats, d'officiers subalternes et supérieurs. Les pauvres, humiliés par le gouvernement actuel, continuent d'accomplir leur devoir militaire. Il n'y a qu'un seul espoir pour eux. Sur leur moral et leur loyauté envers le peuple.

 

A.P. Pourquoi les militaires réagissent-ils de manière si passive et médiocre à la destruction de l'armée et de la marine ? Où est la voix des militaires ?

 

V.K. L'armée dispose de deux voix. L'un est un bulletin de vote, comme tous les citoyens. L'autre est le vote d'une arme qu'eux seuls possèdent. La voix sociale et politique quotidienne de l'ensemble de l'armée au niveau stratégique est déléguée au commandement des forces armées par le principe du commandement unique. Nous savons ce que le chef militaire et politique de l'armée, ses généraux, ressentent et disent. C'est de la lâcheté, de la désinformation et de la tromperie délibérée de son peuple. Ils livreront la Russie avant même leurs homologues irakiens. Les principaux chefs militaires russes ont été achetés, vendus, achetés à nouveau et sont en vente. Comme l'élite politique civile, le sommet militaire ne lie pas son destin à celui de son propre peuple. Les commandants de divisions (brigades) font exception à la règle. Ils ont besoin des autorités en tant que professionnels, mais seulement pour la guerre, ils sont jetés là où c'est le plus dangereux. Mais seuls les leurs - ceux qui sont proches par leur esprit de trahison - sont autorisés à accéder aux sommets militaires et politiques.

 

Sur le plan opérationnel, il n'y a plus de forme ou de moyen d'exprimer les opinions sociales et politiques des militaires. À l'époque soviétique, cette fonction était partiellement assurée par les conférences de district (marine et armée) du parti. Avec tout le formalisme et l'organisation, il était encore possible d'exprimer son opinion. Au début de la période post-soviétique, il y a eu une activité orageuse de réunions d'officiers. Cependant, avec l'avènement de réformes démocratiques, lisibles et destructrices des forces armées, leurs activités dans les districts, les armées, les divisions ont été interdites par ordre du ministre de la Défense Grachev. La seule façon d'exprimer leur opinion restait les réunions d'officiers au niveau tactique le plus bas - dans les régiments et les unités égales. Mais l'astuce est que dès qu'un commandant consciencieux réunit dans son régiment des officiers avec des réunions vraiment pointues, ce qui signifie inévitablement - des questions politiques, militaires, ses hauts responsables l'accuseront immédiatement de l'incapacité à gérer les gens, en sapant l'état de préparation au combat du régiment (c'est nulle part, mais peu importe, répondez par vous-même), en d'autres omissions et le supprimeront. Ces règles sont bien connues de tous les commandants, je ne connais donc qu'un seul cas de réunion d'officiers dans l'aviation militaire. D'autres commandants manquent d'esprit. Mais ce n'est pas la réponse. La voix d'une réunion d'officiers est de se défouler au son du klaxon, pas dans les affaires. La véritable voix de l'armée est le fracas des chenilles des chars, des BMP et des BMD, les hurlements des avions et des hélicoptères, des TTB et autres véhicules de combat. Ce sont les voix des commandants de pelotons, de bouches, d'escadrons, de bataillons et de régiments. Et la première équipe : "Aux armes !" Cette équipe ne peut être donnée que par une seule conscience et la volonté de l'armée et du peuple. Ensemble, nous sommes silencieux, ensemble, nous nous lèverons de nos genoux.

 

A.P. Que pensez-vous des forces patriotiques nationales ? Quels sont leurs mérites et leurs défauts ?

 

V.K. À l'heure actuelle, les forces patriotiques nationales se sont rapprochées de la fourchette, du point de prise de décision. A droite - bavardage parlementaire avec le parti au pouvoir "Russie unie", à gauche - bavardage parlementaire de l'opposition communiste de gauche. Directement - la lutte de libération nationale et le soulèvement national.

 

Nous vivons dans un pays occupé. Il ne sert à rien d'espérer écarter le pouvoir international étranger au peuple par des élections sans fin. Nous ne pouvons que choisir de nouveaux occupants, échanger certains criminels contre d'autres. Dans ces conditions, le discours interminable des forces patriotiques nationales est dégoûtant. Les guérilleros engagés s'introduisent déjà dans les locaux du CPRF, et leur chef se morfond toujours sur son "profond engagement en faveur de méthodes pacifiques et non violentes de lutte politique". Le flux naissant des patriotes sociaux de la "Mère patrie", en particulier de son aile jeunesse, suscite certains espoirs. Mais la différence fondamentale entre les communistes du CPRF et les patriotes sociaux n'est pas encore évidente. Comme si Rodina ne devait pas tomber dans le péché pour se substituer à la lutte de libération nationale avec l'équilibrisme économique. Le courage des jeunes bolcheviks nationaux est admiré. En général, il semble que l'unification des forces patriotiques nationales se fera non pas autour d'idéologies et de programmes politiques, mais autour d'actions réelles et d'actions de résistance populaire. Les autorités ont poussé le Parti du pouvoir national de Boris Mironov dans une position illégale. Son appel à un soulèvement national n'a pas encore atteint la conscience de masse du peuple russe, mais il n'y a pas d'autre option.

 

A.P. Lutte de libération nationale comme objectif d'unification du peuple. Qu'en pensez-vous ?

 

V.K. La lutte de libération nationale est un moyen, une forme, une sorte de lutte. Son but est la libération de la Russie de l'étranger, imposée par le pouvoir anti-national extérieur et par tout le système politique, et l'unification des peuples est la principale condition de la victoire. Non pas dans les exigences économiques l'un à l'autre le travailleur et l'homme d'affaires il faut chercher le sauvetage de la Russie, et dans le changement de la nature de l'autorité suprême, tout le système politique.

 

Le système actuel est conçu pour exercer un contrôle sur le territoire occupé. Cette occupation n'est pas encore militaire, et ne le sera probablement pas. Les capacités actuelles en matière de finances, d'économie, d'information et d'autres types et formes de violence non combattante peuvent être adéquates. Pourquoi nous, les Russes, et notre vaste territoire serions-nous gaspillés par des troupes américaines et de l'OTAN coûteuses, qui font déjà défaut si l'élite politique, militaire et économique peut être achetée. Si dans "ce pays", l'administration de l'occupation s'acquitte de ses tâches de police, tout va déjà bien, selon le plan, alors pourquoi l'occupation cachée devrait-elle être remplacée par une occupation ouverte, militaire ? Le fait que le lieutenant-colonel Gauleiter du territoire d'outre-mer occupé s'appelle le président de la Fédération de Russie, et que les gauleiters de la finance, de la télévision, du pétrole, de l'énergie et autres soient présidents de conseils d'administration, directeurs généraux ou, d'une manière ou d'une autre, l'occupation elle-même ne change rien.

 

En même temps, il faut comprendre que la raison de nos malheurs ne se trouve pas dans les lettres de change de Chubais, Poutine, Kokh, Gref, Abramovich... Elles sont une conséquence du système politique. Le pouvoir en Russie est immoral et anti-national dans sa nature politique. Dès que des élections directes secrètes, générales et égales, frauduleuses seront mises à la base du pouvoir (d'autres - équitables - ne peuvent l'être par nature), les possibilités financières des hommes politiques, indépendantes de la honte et de la conscience des médias, seront mises, le pouvoir apparaîtra tôt ou tard entre les mains de criminels de niveau mondial. Personne ne pourra jamais comparer le pouvoir du péché et du vice avec ceux qui sont pris au pouvoir par un tel système politique. C'est pourquoi nous, les Russes, l'État qui forme le peuple de Russie, avons perdu le contrôle de notre propre pays. C'est pourquoi il faut d'abord sauver la Russie d'un système politique de pouvoir qui lui est étranger, et ensuite la nettoyer des parasites : il ne sera pas rentable pour eux de vivre ici.

 

Et pendant ce temps, nous sommes détruits sans combat par deux millions de personnes par an. Une guerre silencieuse, mais des plus brutales, est menée contre les Russes et les autres peuples indigènes de Russie.

 

C'est un crime politique contre la nation que de soulever des bavettes politiques en même temps que de la morve sur le régime anti-populaire. Remplacer le pouvoir d'un étranger, d'un étranger, d'un anti-national et donc international par le pouvoir national est le but et la signification de la lutte de libération nationale en Russie, un objectif politique commun, un pour tous.

 

Alors que les solitaires continuent à combattre l'occupant par la force. Dans cette guerre de libération nationale pour le peuple russe et le sol russe, tous ne vivront pas et ne verront pas une victoire. Quelqu'un est destiné à mourir, quelqu'un à être blessé, quelqu'un à être capturé. Cela n'a pas d'importance. Il est important de trouver la force de se lever. Il est temps de se lever ! Endurer d'autres violences contre vous-même, vos femmes et vos enfants, votre peuple, signifie devenir complice et complice de la puissance occupante.

 

En juin de cette année, mon fils aîné Alexander, qui est recherché depuis mars, a eu trente ans. Ne pouvant lui écrire, je veux lui faire comprendre par le biais du journal : ne succombe pas au possible péché de découragement, mon fils. C'est vrai, et donc Dieu est de notre côté. Le fait que je sois en prison, et que vous vous cachiez, dit seulement que le pouvoir actuel n'est pas le nôtre, pas le pouvoir russe, et que nous ne vivons pas dans notre État. Je t'aime, mon fils, et je suis fier de toi. Je prie notre Dieu de vous envoyer à l'avenir la grâce et la joie de vivre dans une famille orthodoxe, et à moi le bonheur de vivre et de chérir vos enfants. Mais sur notre chemin, je ne peux pas et je n'ai pas le droit de vous dire que je suis père - prenez soin de vous. En cette période de repentir, vous et moi ne devrions pas nous sauver. C'est pour protéger votre peuple, votre foi et votre patrie.

 

A.P. Dans quel but avez-vous décidé de vous présenter comme candidat à la Douma d'État ? Que pensez-vous des prochaines élections à la Douma d'État et au Président ?

 

V.K. Le principal objectif de mon intention de devenir député à la Douma d'État est de m'évader de prison et de poursuivre la lutte. Certains types et formes de lutte de libération nationale peuvent et doivent être menés dans les prisons, comme le font actuellement mes collègues officiers, nos jeunes associés du NBP et d'autres. Mais il est évident que les possibilités de se battre derrière les barreaux sont limitées. Les possibilités offertes à un député de la Douma d'État devraient permettre un travail plus actif et plus approfondi pour expliquer l'absurdité totale de la salle de conférence parlementaire, la haine des Russes et la nature antinationale du gouvernement actuel et de l'ensemble du système politique. La représentation du peuple est sans aucun doute nécessaire. Mais la procédure des élections, la révocation des députés, la composition par classe et par travail des députés, le temps et la procédure de travail des sessions, les fonctions de cet organe de représentation et de contrôle du peuple devraient être modifiés de manière significative. C'est la tâche du futur pouvoir national.

 

En général, il s'agit d'élections. La Russie s'est vu imposer un modèle politique créé et testé aux États-Unis. L'essence de ce système politique est la création artificielle de deux forces pour l'apparition d'une lutte pour le pouvoir et l'argent, jouant sur la scène politique selon des règles clairement et fermement établies. Aucune autre force n'est autorisée à entrer dans la vie politique nationale par le biais de diverses restrictions électorales. Cela fonctionne bien avec un troupeau américain bien entraîné et stupide et, dans l'esprit des développeurs du système, cela devrait fonctionner en Russie. La prochaine étape après la création d'une Douma d'État bipartite consistera à modifier l'ordre des élections présidentielles, qui seront uniquement organisées par les partis politiques représentés à la Douma d'État. Par conséquent, les prochaines élections à la Douma d'État auront très probablement lieu dès 2006 afin de disposer du temps nécessaire pour préparer un nouveau cadre législatif et un cadre politique approprié pour les partis. Après cela, les élections - la nomination du chef de la Russie - se dérouleront avec un résultat connu d'avance pour être gagnant-gagnant en coulisses. En même temps, le troupeau de la télévision russe, comme le troupeau américain, regardera diverses émissions politiques à la télévision et choisira, choisira, choisira ... jusqu'à ce que leurs mains tombent de maladies et de malnutrition, parce que leur cerveau aura déjà séché à ce moment-là. C'est ce qu'ils nous cuisinent. Le boycott de ce badinage politique est la seule véritable position de toutes les forces patriotiques nationales. Nous avons notre propre mariage devant nous.

 

A.P. Vous étiez dans la même cellule que Khodorkovsky. Comment avez-vous communiqué ? Comment vous a-t-il impressionné ?

 

V.K. Je tiens à dire d'emblée que je considère la nationalisation - le retour à la propriété nationale de toutes les ressources naturelles russes - comme absolument inconditionnelle et nécessaire. M.B.Khodorkovsky, comme d'autres milliardaires et millionnaires qui ont fait fortune grâce au pétrole, au gaz et à d'autres matières premières, sont devenus leurs propriétaires illégalement. Ici, comme on dit, le commerce est inapproprié. Il ne s'agit peut-être pas de l'amnistie des capitales, mais de l'amnistie des criminels qui, sous le couvert de lois illégales et d'autres astuces, se sont appropriés notre richesse nationale. Le commerce actuel d'actions de sociétés russes est un processus d'achat et de rachat de biens volés. Par conséquent, cette tourmente financière et économique est totalement dénuée de sens pour nous. Ils partagent notre richesse nationale. Jusqu'à présent, ils partagent toujours. M.B.Khodorkovsky est devenu milliardaire non seulement parce qu'il appartenait à la communauté juive. Il y avait beaucoup d'autres "demandeurs d'emploi" pour des millions et des milliards de pétrole. Et ici, dans l'estimation de M.B.Khodorkovsky, nous abordons un point très important - les qualités professionnelles personnelles des millionnaires russes actuels et d'autres personnes riches. Tout est clair avec les escrocs qui ont volé et transféré de l'argent rapidement et beaucoup à l'étranger. Mais il faut noter qu'au cours des 15 dernières années, sur la masse totale de la population, des dizaines de milliers de petits, des milliers de moyens et des centaines de grands entrepreneurs ont créé, modernisé et maintenu la production des anciennes entreprises dans les conditions les plus difficiles de l'économie de marché (appelons-le ainsi pour l'instant) grâce à leur travail, leur talent et leur énergie. Tous ont été et sont encore contraints de vivre et de travailler selon les lois et les règles de l'économie libérale et criminelle. Les directeurs généraux de toutes ces SARL, ZAO et autres sociétés et entreprises ont prouvé leur résistance et leur capacité à organiser la production. Ces personnes devraient être et seront demandées par les nouvelles autorités nationales. La nation n'a plus besoin de leur argent, mais de leur énergie, de leur diligence et de leur esprit d'entreprise.

 

J'ai défini la plate-forme politique de Khodorkovsky comme étant le libéralisme national. Sa tragédie personnelle est qu'il a été l'une des principales figures et l'un des créateurs de la Russie libérale internationale. Son conflit avec les autorités, pour autant que je comprenne leurs relations, est lié à la tentative de Khodorkovsky de rendre les relations économiques transparentes, d'ouvrir à la société le lien entre les autorités, la politique et l'économie, et de les orienter dans la direction des intérêts nationaux. À mon avis, Khodorkovsky a vécu dans l'illusion que le libéralisme russe actuel pourrait devenir national, et il est lui-même devenu le premier grand libéral national à en payer le prix. De par sa nature même, un système politique étranger à la Russie n'épargne même pas "le sien" : tout ce qu'il oriente vers la nation est soumis aux tabous et aux malédictions les plus cruels.

 

Sur les relations personnelles. Imaginez une image : un libéral juif milliardaire est assis sur la "fenêtre" du haut, les jambes pressées, et un officier russe est assis sur celle du bas. Des discussions politiques pendant cinq, six heures ou plus par jour. Au début, la communication était prudente, puis ouverte et intéressante. Et à la fin du mois, assez chaleureux et même amical. La cellule communale fait son travail.

 

M.B.Khodorkovsky a une vision fondamentalement différente du développement de l'État et de la société russes, mais c'est le point de vue d'une personne qui a lié son destin à la Russie. Toute personne devrait avoir le droit à la liberté de croyance personnelle.

 

Mikhail Borisovich, santé et courage dans votre combat. Le pouvoir international-libéral nous a jetés, vous et moi, derrière les barreaux. Rendez-vous en liberté dans la Russie nationale, dans la Russie russe !

 

A.P. Vous n'êtes pas sous pression en prison et vos proches sont en liberté ?

 

V.K. C'est seulement en prison que je ne suis pas sous pression. L'administration et le personnel du centre de détention préventive sont neutres. Je ressens un impact positif sur mon moral lorsque je me déplace vers et depuis le tribunal aux distributeurs automatiques. Il s'agit des reproches des gardiens et des voisins, dont l'idée générale est : "Dommage qu'ils n'aient pas tué cette merde !" Une rare unanimité entre la police et les détenus.

 

La menace ne vient pas des gardiens ni même des enquêteurs. La pression des autorités est évidente dans les tribunaux pour prolonger la période de détention pour moi et mes collègues. Il y avait déjà trois tribunaux. C'est ce que fait, par exemple, la fameuse "justice basmanienne". En lisant la transcription de la séance du tribunal de district de Basmanny datée du 6.09.2005, mes avocats ont trouvé des documents qui non seulement déforment grossièrement le sens de mon témoignage devant le tribunal. Le juge fédéral A.V.Rasnovsky, avec ces dossiers, fabrique directement une nouvelle affaire pénale contre moi. Ainsi, à la page 5 du rapport, lors de la présentation de mon témoignage, il était écrit : "Je vais sortir et pendre Poutine V.V., Kassianov M.V. - tous ceux qui détruisent notre pays et conduisent à sa dégradation. Et maintenant, comparons ces mots avec ce que j'ai réellement dit lors du procès : "Tous ces Eltsins, Poutines, Gaidars, Chubais, Greves, Curls et autres, qui ont détruit notre pays, doivent être traduits devant la cour du tribunal militaire spécialement créé à cet effet. Juger cette bande de traîtres et de traîtres nationaux en vertu du code pénal en vigueur et des tribunaux corrompus actuels revient à juger les criminels fascistes allemands en vertu des lois du Reich de Hitler et des juges nazis. Le travail du Tribunal militaire spécial devrait être basé sur les principes du Tribunal international de Nuremberg, où la peine la plus élevée était la peine de mort par pendaison. Y a-t-il une différence ? ! Ainsi, le juge fédéral Rasnovsky A.V. a non seulement perverti le sens de mes propos, mais a également inscrit dans le protocole une fausse phrase concernant la menace de pendaison de Poutine et Kassianov, sur la base de laquelle je peux être amené à assumer la responsabilité pénale en vertu de l'article 119 du code pénal "Menace de meurtre ou d'atteinte grave à la santé". Heureusement, les avocats A.I.Moshansky et V.P.Samoilov ont été attentifs, ont remarqué ce piège et m'ont protégé d'une nouvelle poursuite pénale. Dans mes remarques sur le rapport, j'ai présenté une pétition visant à envisager la mise en cause de la responsabilité pénale du juge fédéral Rasnovsky A.V. en vertu de l'article 303 de la partie 3 "falsification de preuves dans une affaire pénale de crime grave ou particulièrement grave". Je n'ai pas encore reçu de réponse.

 

Il est difficile d'être proche, bien sûr. C'est un mauvais ton pour un mari de faire l'éloge de sa femme, mais je pense que ma position permet de faire une exception. Jeune fille, ma Hope m'a épousé et porte la croix de femme d'officier depuis vingt ans. Elle l'a portée quand j'ai été porté dans diverses garnisons et "points chauds". Je suis sûr qu'elle réussira ce test. Soyez patient, mon cher ! Je vous ai déjà parlé de mon fils aîné, Alexander. Le plus jeune fils, Kirill, a terminé ses études sans moi cette année et est entré à l'institut. Je tiens à remercier les enseignants pour leur formation, en particulier le maître de classe Valery Yakovlevich, et le personnel de l'institut pour l'objectivité de leurs évaluations. Ma fille aînée Anna est candidate aux sciences médicales, elle est mariée, et j'ai un petit-fils et une petite-fille, Ivan da Maria. Ma plus jeune fille, Elena, est une invalide du premier groupe et étudie à l'Institut des handicapés de Moscou. L'automne dernier, mon fils aîné et moi avons aidé à préparer sa chambre pour l'hiver. J'espère que l'administration l'aidera maintenant. Maman vit à Nakhabino, dans la région de Moscou, et elle est malade. Mais après les événements, les soins que les médecins lui ont prodigués dans la clinique de jour se sont considérablement améliorés. En général, la famille est largement soutenue par de nombreuses personnes russes, même inconnues. Merci à vous, gens aimables ! Nous sommes infiniment plus nombreux en Russie, quoi que disent nos ennemis à notre sujet.

 

A.P. Que souhaitez-vous dire à vos lecteurs de Zavtra ?

 

V.K. Il n'y a plus de militaires ni de civils en Russie, il n'y a plus d'enseignants, de médecins, de scientifiques, d'ouvriers, de soldats, de paysans, de policiers et d'autres professions. L'heure est venue d'une profession pour tous, celle de défenseur de la Foi et de la Patrie. Et ni nous ni nos enfants n'aurons de profession, sauf celle d'esclave, si nous quittons notre Russie pour être maltraités et pillés par des étrangers.

 

Nous sommes loyaux envers nos propres dirigeants. Nous, les Russes et les autres peuples indigènes de Russie, ils n'ont pas besoin de nous. Je ne veux pas, mais il faudra se lever. Sinon, nous serons perdus. Que Dieu vous sauve !

 

La prison du silence du marin...

 

Octobre 2005

 

 

L'interview sera publiée dans le numéro du journal "Zavtra" du 19 octobre.

 

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>