Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc

Articles avec #perou tag

Images de la folie humaine

1 Juin 2012 , Rédigé par Béthune Publié dans #Pérou

 
 
Au début de l'hiver 1959, les pluies torrentielles vinrent remplir pour la première fois le nouveau barrage de Malpasset, en amont de Fréjus, dans le sud de la France. Lorsque celui-ci cèda soudainement, le 2 décembre 1959 à 21h13, près de 50 millions de mètres cubes d'eau déferlèrent, ravageant campagnes et villages jusqu'à la mer. C'est la plus grande catastrophe de ce genre qui ait jamais touché la France (document INA)
 
Projet de barrage Belo Monte (Brésil)
Les courageux et  justement indignés de Lyon
Plus d'informations: link

 
Shooting stills and video, Patrick and Sue Cunningham spent six months travelling the length of the Xingu River, in central Brazil. They visited 48 tribal villages, and met people from 17 ethnic groups.
 
 
BAGUA MASSACRE
The 2009 Peruvian political crisis resulted from the ongoing opposition to oil development in the Peruvian Amazon, with localNative Americans opposing Petroperú and the National Police. At the forefront of the movement to resist the development was AIDESEP, the coalition of indigenous community organizations.[1]
The crisis involved over one year of declared opposition and advocacy, and 65 straight days of civil disobedience. In June 2009, the Garcia government suspended civil liberties, declared a state of emergency, and sent in the military to stop the protests.[2] The military intervention resulted in two days of bloody confrontations,[1] in which, according to first reports, at least 22 soldiers (7 by spears), and least 30 indigenous people (including 3 children) were killed.[3]
This conflict has been described as Peru‘s worst political violence in years and is the worst crisis of President Alan García‘s presidency.[4][5] Prime Minister Yehude Simon was forced to resign his post in the aftermath, and Congress repealed the laws that led to the protests.
Source: link
 
Peru is in the midst of an unprecedented resource "rush" – 72% of the jungle has been zoned for oil development alone. And according to recent studies, in just 10 years nearly half the Peruvian rainforest–one of the most biologically diverse areas on Earth–may be past the point of no return if current rates of deforestation continue. In The Real Avatar, David Suzuki sets off for the Amazon to investigate the effect this rush is having on the native peoples who call this land their home: link
 
null
 
             Real Avatar: The nature of things. By David Suzuki: link
 
 
 
 

Mine, narrated by Joanna Lumley, tells the story of the remote Dongria Kondh tribe's struggle to protect Niyamgiri, the mountain they worship as a God. London-based mining company Vedanta Resources plans a vast open-pit bauxite mine in India's Niyamgiri hills, and the Dongria Kondh know that means the destruction of their forests, their way of life, and their mountain God..

 

Depuis, Le projet de mine d'aluminium a éte abandonné. Grace a la résistance des Dongria Kondh, la montagne sacrée Niyamgiri,source de vie pour eux, n'a pas éte détruite:

"A tribe in India has won a stunning victory over one of the world’s biggest mining companies. In an extraordinary move, India’s Environment Minister Jairam Ramesh has blocked Vedanta Resources’ controversial plan to mine bauxite on the sacred hills of the Dongria Kondh tribe.

Mr Ramesh said Vedanta has shown a ’shocking’ and ‘blatant disregard for the rights of the tribal groups’. The Minister has also questioned the legality of the massive refinery Vedanta has already built below the hills.

The news is a crushing defeat for Indian billionaire Anil Agarwal , Vedanta’s majority owner and founder." Source: Survivalinternational.org link

 

Dernières nouvelles de Fukushima: il faut s'attendre au pire: link 


 
Lire la suite

Le maréchal Andrés "Avelino" Caceres, héros des "etnocaceristas" péruviens, protecteur des Indiens et des missionnaires Rédemptoristes français au Pérou

30 Avril 2008 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Pérou

"Dès la bénédiction de la première pierre de notre couvent de Huanta, le 30 juin 1905, l'ennemi se déclara. Il fallait empêcher à tout prix la fondation d'un couvent à Huanta, poste avancé de l'indifférence religieuse du centre du Pérou. une excellente occasion s'offrit pour y réussir. Le vieux maréchal Caceres, grand soldat et grand révolutionnaire aussi, de passage à Huanta, avait été invité par les Pères à être un des parrains à cette bénédiction solennelle. Quelques blancs, pour qui la vie irréprochable et l'enseignement austère des religieux étrangers signifiaient une résistance au Progrès, tentèrent de persuader le maréchal que les Pères étaient venus soulever les Indiens contre les blancs. Le bon maréchal, né dans la "Sierra", s'était vite rendu compte du profond attachement des Indiens pour les missionnaires. il répondit: "Jamais on ne pourra chasser d'ici les Pères, pas même à coups de canon."

Au Pérou - Le Père J.-M. Chouvenc, apôtre des Indiens. Emmanuel Vitte Editeur, Lyon-Paris, 1936.

Lire la suite

Ombres et lumières de la coopération franco-andine

11 Décembre 2007 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Pérou

Ombres et lumières de la coopération franco-andine

par Pierre-Olivier Combelles

 
Naturaliste, chercheur indépendant, Pierre-Olivier Combelles fait part de sa déception devant la médiocrité de la politique scientifique française dans les pays andins. Rappelant les beaux exemples d'Alcide d'Orbigny et, moins connu, du médecin Jehan-Albert Vellard, il dénonce également les abus des "scientifiques-businessmen" qui ont fait de la coopération leur "fromage".
 
La France est l’une des rares puissances occidentales qui ait observé une attitude "débonnaire" dans les pays andins (l’ancien Tahuantinsuyu ) depuis leur entrée dans la " globalité " en 1532 ; sa présence n’ayant été imposée ni par l’épée, ni par le dollar, sinon illustrée par la science (...)
L’origine de la relation "débonnaire" franco-andine remonte au début du XIX° siècle avec le grand naturaliste français Alcide Dessalines d’Orbigny, père de la micropaléontologie, spécialiste des Palmiers, qui parcourut l’Amérique du Sud de 1826 à 1834 et obtint en 1853 la chaire de Paléontologie du "Jardin des Plantes" de Paris. Pour la célébration nationale du bicentenaire de sa naissance, plusieurs manifestations ont été organisées en 2002 en France et en Bolivie, ainsi que la réédition de ses journaux de voyage. 
431px-Alcide-Dessalines-d-Orbigny-1802.jpg
Alcide d'Orbigny
 
 
Une lettre de d’Orbigny au Maréchal Andrés de Santa Cruz et sa réponse ont défini la relation éthique idéale entre un Etat et l’homme de science étranger sur son sol (c’est à dire invité). D’un côté, estime personnelle et confiance dans l’utilité de la science pour l’Etat; de l’autre côté, sérieux, civilité, respect des institutions et désir de mettre la connaissance et la technologie au service de la Nation qui l’accueille. Et des deux côtés; désir de servir l’alliance entre ses patries respectives. 


180px-Santa-Cruz.jpg

Le Maréchal Andrés de Santa Cruz
L’attitude exemplaire de d’Orbigny fut également celle de Jehan-Albert Vellard, médecin, naturaliste et anthropologue français, qui fonda en 1948 l’Institut Français d’Etudes Andines (IFEA) puis l’Institut Bolivien de Biologie d’Altitude (IBBA) en 1963. Jehan-Albert Vellard mourut en 1996 à Buenos-Aires, où il avait été Directeur du Musée Ethnographique.  
vellard.gif
Portrait de Jehan Vellard. Museo de Historia natural, Lima (Pérou) 
Savant modèle, chercheur par vocation, architecte infatigable de la coopération entre la France et l’Amérique du Sud, Jehan Vellard est sans doute "une épine" pour les scientifiques bureaucrates si l’on considère la richesse de sa vie et de son œuvre ainsi que leur portée. C’est sans doute pour cette raison qu’il fut pratiquement oublié lors des manifestations organisées à Lima en 1998 pour le cinquantième anniversaire de la fondation de l’IFEA. 
Aussi, la commémoration du bicentenaire d’Alcide d’Orbigny risque d’être une arme à double tranchant pour la France, en mettant au grand jour la décadence de sa politique étrangère et l’évolution mercenaire de sa coopération dans les pays andins (…)
 
*Naturaliste, Correspondant en France du journal péruvien OLLANTA (http://www.ollanta-prensa.com). 

 (Cet article a été publié sur le site internet http://www.arborescience.com (Directeur : M. Olivier Postel-Limay) le vendredi 4 avril 2003. Il avait paru auparavant, en espagnol, dans le journal péruvien Ollanta (N°8, janvier 2002) sous le titre: "Cooperación y Ética: el ejemplo francés.")

Lire la suite