Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

L'otium literatum selon Pétrarque

24 Mai 2015 , Rédigé par POC

La fontaine de la Sorgue. Dessin de la main de Pétrarque, avec la légende: "Transalpina solitudo mea jocundissimo".

La fontaine de la Sorgue. Dessin de la main de Pétrarque, avec la légende: "Transalpina solitudo mea jocundissimo".

Marc Fumaroli à propos de l'idéal de l'existence lettrée tel que le définit Pétrarque (« Académie, Arcadie, Parnasse : trois lieux allégoriques du loisir lettré », dans L'École du silence, Paris, 1994, p. 22. Voir également Le Loisir lettré à l'âge classique, Genève, 1996.) in: Lachaud Francois. Le vieil homme qui vendait du thé. Excentriques de Kyōto au XVIIIe siècle. In: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 149e année, N. 2, 2005. pp. 629-654.

Marc Fumaroli à propos de l'idéal de l'existence lettrée tel que le définit Pétrarque (« Académie, Arcadie, Parnasse : trois lieux allégoriques du loisir lettré », dans L'École du silence, Paris, 1994, p. 22. Voir également Le Loisir lettré à l'âge classique, Genève, 1996.) in: Lachaud Francois. Le vieil homme qui vendait du thé. Excentriques de Kyōto au XVIIIe siècle. In: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 149e année, N. 2, 2005. pp. 629-654.

Il n'existe aucun conflit entre son humanisme et son christianisme. La vrai foi manqua aux Anciens, c'est vrai, mais lorsqu'on parle vertu, le vieux et le nouveau monde ne sont pas en lutte.

Pier Giorgio Ricci, biographe de Pétrarque.

 

« Ici j’ai fait ma Rome, mon Athènes, ma patrie». Dans l'une de ses lettres à l'évêque de Cavaillon, Pétrarque explique les raisons de son amour pour la Vallis Clausa : « Exilé d'Italie par les fureurs civiles, je suis venu ici, moitié libre, moitié contraint. Que d'autres aiment les richesses, moi j'aspire à une vie tranquille, il me suffit d'être poète. Que la fortune me conserve, si elle peut, mon petit champ, mon humble toit et mes livres chéris ; qu'elle garde le reste. Les muses, revenues de l'exil, habitent avec moi dans cet asile chéri. »

« Aucun endroit ne convient mieux à mes études. Enfant, j'ai visité Vaucluse, jeune homme j'y revins et cette vallée charmante me réchauffa le cœur dans son sein exposé au soleil ; homme fait, j'ai passé doucement à Vaucluse mes meilleures années et les instants les plus heureux de ma vie. Vieillard, c'est à Vaucluse que je veux mourir dans vos bras. » (Familiarum rerum).

 « J'ai acquis là deux jardins qui conviennent on ne peut mieux à mes goûts et à mon plan de vie. J'appelle ordinairement l'un de ces jardins mon Hélicon transalpin, garni d'ombrages, il n'est propre qu'à l'étude et il est consacré à notre Apollon. L'autre jardin, plus voisin de la maison et plus cultivé, est cher à Bacchus. » (Pétrarque à Francesco Nelli, prieur de l'église des Saints-Apôtres à Florence).

Source: l'excellent article consacré à Pétrarque sur Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9trarque

L'otium literatum selon Pétrarque
Le jeune Cicéron lisant, fresque de Vincenzo Foppa de Brescia, datée vers 1464.

Le jeune Cicéron lisant, fresque de Vincenzo Foppa de Brescia, datée vers 1464.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :