Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Bailero ("Les Chants d'Auvergne" de Joseph Canteloube de Malaret)

23 Septembre 2017 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

A la mémoire de mon père, Jacques Combelles, né à Alès (Gard) le 15 mars 1927 de familles campagnardes originaires des environs de Réalmont (Tarn) et décédé le 20 septembre 2017 à l'âge de 90 ans.

 

È n'aï pa gaïre, è dio, tu?
Baïlèro lèro, lèro, lèro, lèro, baïlèro, lô!

Pastré, lou prat faï flour, li cal
gorda toun troupel!
Dio lou baïlèro lèro, lèro, lèro, lèro, baïlèro, lô!
L'erb es pu fin' ol prat d'oïci!
Baïlèro lèro, lèro, lèro, lèro, baïlèro, lô!

Pastré, couci foraï, en obal io lou bel riou!
Dio lou baïlèro lèro, lèro, lèro, lèro, baïlèro, lô!
Es pèromè, té baô çirca!
Baïlèro lèro, lèro, lèro, lèro, baïlèro, lô!

 

"Dans sa biographie, Jean-Bernard Cahours d'Aspry, raconte les circonstances dans lesquelles Canteloube avait recueilli, à la nuit tombée, l'air qui deviendra le thème de Baïlero : « C'était un soir de 1903, à la nuit tombante, dans la montagne qui domine Vic-sur-Cère, dans le Cantal. Il contemplait le majestueux paysage qui s'offrait à ses yeux, quand tout à coup s'éleva le chant d'une bergère qui lançait ses phrases à toute volée. Se gardant bien de se montrer, il commença à noter la mélodie, lorsque de très loin, comme portée par la brise qui se lève le soir sur la montagne, il perçut à peine perceptible, la voix lointaine d'un autre berger qui répétait le thème, à six kilomètres de là."

Le tronc d'un vieux marronnier brisé par le vent rejette. Photo: Pierre-Olivier Combelles (septembre 2017)

Le tronc d'un vieux marronnier brisé par le vent rejette. Photo: Pierre-Olivier Combelles (septembre 2017)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :