Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

"Bornéo, une île dévastée" par André Vltchek

17 Novembre 2018 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

(...)

Bornéo est aujourd’hui synonyme d’exploitation minière et forestière, ainsi que de terribles plantations qui ont déjà cannibalisé la majeure partie de son territoire. Rien n’y est produit, tout en a été extrait.

Les gens perdent leurs terres. Ils perdent leur santé, voire la vie. Le monde est en train de perdre ses « poumons » – les forêts tropicales – ou plus précisément, il les a déjà perdus tout autour de cet archipel vampirisé.

Capitalisme dérégulé, corruption morale et financière, entreprises multinationales sans freins, c’est une triste, voire une horrible réalité du pays, qui a totalement perdu ses racines.

Bornéo, semble-t-il, vit ses derniers jours. Toute l’Indonésie est proche de la fin, mais il est considéré comme « politiquement incorrect » de le mentionner en Occident, en particulier dans les médias grand public. Après tout, l’Indonésie est en train de se ruiner pour que l’Occident puisse prospérer. C’était comme ça pendant le colonialisme, et c’est de nouveau comme ça depuis le coup d’État militaire soutenu par les États-Unis en 1965.

Je travaille fébrilement à Bornéo : je filme, j’écris et je photographie. D’autres sont à mes côtés, essayant de m’aider. Allons-nous accomplir quelque chose ? J’espère que nous le ferons. Il le faudra bien, sinon, ici et ailleurs, tout sera fini, privatisé, commercialisé et finalement détruit.

Je travaille également en Afghanistan, au Moyen-Orient et dans plusieurs pays d’Afrique en ruines. Tout ici, à Bornéo, semble extrêmement familier. Est-ce vraiment la paix qui règne ici ? J’en doute fort. Pour moi, cela ressemble à une guerre, à une guerre extrêmement brutale. Cela ressemble à une guerre de tous contre tous, une guerre des peuples contre la nature, contre tous les êtres vivants et toutes les espèces ; une guerre contre les forêts et les rivières, et même contre la vie elle-même.

On dirait un cauchemar néocolonialiste. C’était autrefois le plus bel endroit d’Asie, aujourd’hui il est meurtri, carbonisé et dans une douleur terrible. Mais il respire encore ; il est vivant. Et ce qui est vivant vaut toujours la peine de se battre pour le sauver.

Andre Vltchek

Source et texte complet: http://www.afrique-asie.fr/genie-plastique-dafrique/

André Vltchek: "Revolutionary Optimism, Western Nihilism". Review by David William Pear (The Guardian): https://off-guardian.org/2018/08/08/revolutionary-optimism-western-nihilism-by-andre-vltchek-a-book-review/

André Vltchek: Japon : Hashima – L’histoire brutale de l’île la plus hantée sur terre: http://www.afrique-asie.fr/japon-hashima-lhistoire-brutale-de-lile-la-plus-hantee-sur-terre/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :