Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

James Petras: El capitalismo extractivo de Evo, Cristina, Ollanta, Correa, Dilma y Chávez

26 Février 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

James Petras: El capitalismo extractivo de Evo, Cristina, Ollanta, Correa, Dilma y Chávez
James Petras: El capitalismo extractivo de Evo, Cristina, Ollanta, Correa, Dilma y Chávez
Affiche sur un mur à Lima. Photo: P.O. Combelles

Affiche sur un mur à Lima. Photo: P.O. Combelles

Source et intégralité de l'article sur SERVINDI:

https://www.servindi.org/actualidad/75080

Ce que ces hommes politiques ont en commun, c'est l'argent, qui est pour eux au-dessus de tout. Tout se vend, tout s'achète, rien n'a de valeur en dehors de l'argent et du profit.

Ils vivent dans un univers de privilèges et de luxe matériel sans aucun rapport avec la vie quotidienne de la majorité des gens et où tout ce qu'ils consomment est importé. Ils n'ont jamais cultivé, ni chassé ou pêché pour vivre et faire vivre les autres. Ils n'ont jamais fabriqué un seul de leurs outils ou vêtements. 

L'Inca ouvrait le premier sillon de l'année avec une "chaquitaccla" (bêche) d'or et avait appris dans sa jeunesse à fabriquer des sandales.

Ils méprisent l'agriculture vivrière ("de subsistance") qui pour eux, autre jugement péjoratif "est du Moyen-Âge". Savent-ils ce qu'a été réellement le Moyen-Âge et se merveilles ? Ils l'ignorent totalement.

Ils ont détruit ou fini de détruire la petite agriculture traditionnelle et familiale qui permettait au peuple  de vivre décemment et de manière autonome. Les paysans des Andes ont du refluer vers les grandes villes et remplir les "barrios" comme ceux qui s'étendent à perte de vue dans le désert autour de Lima (10 millions d'habitants), monstrueuse mégapole.

Il n'y a que l'extractivisme, l'importation, l'exportation et les grands travaux coûteux qui comptent pour eux. Pourquoi ? Parce qu'ils reçoivent des millions en pots-de-vin, bien sûr. Quittes à se retrouver en prison après.

Ils trahissent leurs promesses et leurs électeurs puis vendent les ressources de la terre, de la mer et des hommes aux intérêts privés et étrangers. Pour eux, c'est le signe de la réussite.

Politiciens menteurs, politiciens voleurs. Ils se croient tout, parce qu'ils ont perdu conscience et morale.

De l'autre côté des cerros et des quartiers riches de Lima, s'étendent à perte de vue dans le désert stérile les "barrios" des nouveaux citadins, les paysans venus des Andes. Lima compte aujourd'hui environ 10 millions d'habitants, vingt fois plus qu'il y a 50 ans. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

De l'autre côté des cerros et des quartiers riches de Lima, s'étendent à perte de vue dans le désert stérile les "barrios" des nouveaux citadins, les paysans venus des Andes. Lima compte aujourd'hui environ 10 millions d'habitants, vingt fois plus qu'il y a 50 ans. Photo: Pierre-Olivier Combelles.

Le "barrio" San Juan de Lurigancho, la nuit. Photo: P.O. Combelles

Le "barrio" San Juan de Lurigancho, la nuit. Photo: P.O. Combelles

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :