Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Mikhail Delyagin : un monde divisé (Club d'Izborsk, 28 mars 2020)

28 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus, #Russie

Mikhail Delyagin : un monde divisé

28 mars 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19027

 

La pandémie comme outil de transformation de l'humanité

 

Le coronavirus donne l'impression d'une grippe saisonnière grave ordinaire - ce n'est pas un hasard si son génome est déchiffré par un institut de recherche spécialisé. D'ailleurs : à en juger par les symptômes, cette infection est assez répandue en Russie, comme il devrait s'agir de la grippe saisonnière, depuis l'automne dernier.

 

Bien sûr, en raison de la vulnérabilité des personnes âgées et de la menace de complications (et plus encore - en raison de la destruction des soins de santé par les réformes libérales, même à Moscou), cela n'annule en rien les précautions nécessaires (mesures visant à améliorer l'immunité, utilisation préventive de médicaments anti-grippaux, masques, auto-isolement, quarantaine), et une attention accrue de l'État et de la société à cet égard atténuera considérablement les conséquences de l'infection.

 

Dans le même temps, la réaction hystérique des gouvernements (à l'exception des Chinois, qui semblait provenir de la menace de l'utilisation d'armes bactériologiques ou d'une fuite d'un laboratoire) dépasse déjà de loin tout ce qui est imaginable. Par exemple, la grippe asiatique de 1956-1958 a tué 2 millions de personnes, tandis que la grippe de Hong Kong de 1968-1969 en a tué 2 millions. - 1 million. (dont 15 % de la population de Hong Kong), mais il n'était pas question d'auto-isolement des pays et d'arrêt de l'activité économique.

 

La panique autour du coronavirus se répand dans les médias et les gouvernements.

 

Bien sûr, l'intensité et l'autodestruction de cette panique (ce qui vaut au moins la probable faillite de l'Italie !) sont dues à la féralisation de l'Occident moderne et de ses "élites". Destruction par les réformes libérales - au nom de la simplification de la gestion ! - du système d'éducation classique qui apprend aux gens à penser a conduit au pouvoir d'une génération de politiciens, de "personnes d'influence" et de "jeunes technocrates" qui ne croient sincèrement pas à l'existence de la réalité et n'ont même pas de connaissances minimales. Cela ne s'applique pas seulement à l'Occident : avec l'ancien Premier ministre polonais, qui croit que les gens ont combattu les dinosaures, sont les dirigeants de Moscou, à partir de 2012 pour des raisons de marché, qui ont méthodiquement éliminé les départements des maladies infectieuses et les hôpitaux (avec dispersion des spécialistes), et les responsables politiques de la Russie, n'ont vraiment rien entendu sur les protestations de 2011.

 

Mais de nombreux faits ne peuvent s'expliquer par la seule dégradation des élites - pour une raison quelconque, les bureaucrates grillés de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont déclaré une "pandémie de coronavirus" dans une situation où le seuil épidémiologique n'a été dépassé dans aucun pays (à l'exception du minuscule Saint-Marin) !

 

Bien sûr, la panique autour du coronavirus résout de nombreux problèmes locaux. Les médecins retrouveront à bien des égards leur prestige et leur financement perdus (et pas seulement en Russie), les sociétés pharmaceutiques redeviendront dorées et le monde oubliera la menace réellement mortelle - l'épidémie mondiale de superbactéries résistantes aux antibiotiques (dans le monde, une personne est infectée par ces bactéries toutes les 11 secondes et en meurt - toutes les 15 minutes ; aux États-Unis, 3 millions de personnes sont infectées chaque année et 35 000 en meurent, et le nombre de décès ne cesse d'augmenter). En Russie, les mesures de quarantaine peuvent être utilisées pour le changement ou la restructuration du pouvoir (sa préparation par le discrédit délibéré de V.V. Poutine est assez évidente).

 

Au niveau mondial, le coronavirus apparaît comme un déguisement et une justification idéale pour l'effondrement objectivement inévitable des marchés mondiaux et l'effondrement du monde dans une dépression globale selon une règle éternelle : si la catastrophe ne peut être évitée, il faut la diriger et la rendre gérable pour se renforcer et détruire ses concurrents.

 

Fin 2019, un autre pompage financier de l'économie américaine s'est clairement épuisé. Il est apparu clairement que les marchés boursiers allaient s'effondrer dès le premier trimestre et, après une reprise partielle à la fin du printemps et en été, la "dernière bataille" des libéraux mondiaux, qu'ils donneront l'atout aux élections, entraînera le monde dans une dépression globale.

 

En même temps, des transitions qualitatives plus profondes et donc plus douloureuses sont imposées à la pourriture et à l'autodestruction des monopoles mondiaux (cela exprime la fin de la transition des technologies industrielles vers les technologies de l'information, qui a commencé en 1991, lorsque les achats de produits d'information aux États-Unis ont dépassé les achats de biens matériels). Parmi eux, le plus important est l'achèvement du capitalisme et la transformation de l'homme.

 

L'achèvement du capitalisme est dû au fait que l'argent perd de son importance, cédant la place à la technologie, principalement à l'ingénierie sociale, et surtout aux plateformes sociales qui sont issues des réseaux sociaux et qui permettent de gérer les gens presque sans violence. Les personnes vivant dans la "troisième nature" des plateformes sociales (la première est naturelle, la seconde est créée par les technologies matérielles) prennent des décisions librement, sans la moindre contrainte - mais ces décisions elles-mêmes (ainsi que les préférences, les goûts et, à bien des égards, les émotions de ces "Personnes 3") sont fortement déterminées par le leadership de ces plateformes.

 

Bien entendu, le marché ne disparaîtra pas. Mais, comme la violence, qui était le principal instrument social à l'époque du féodalisme et qui a ensuite été éclipsée par le marché, elle disparaîtra dans l'ombre des technologies sociales.

 

La deuxième transition la plus importante de la modernité est la transformation de l'homme. Les technologies de l'information ont fait de la transformation de notre conscience la plus profitable des activités accessibles au public, c'est-à-dire le type d'activité le plus répandu. Et l'homme, qui est le plus adapté au changement du monde qui l'entoure par toute son évolution, s'est engagé depuis 30 ans dans l'activité inhabituelle et même contre nature pour lui : changer sa perception du monde. Cela va changer radicalement non seulement sa psyché, mais aussi son énergie, et donc - et sa physiologie. La transition sera longue et non linéaire (ce que les adeptes de la bio-ingénierie, des déviations sexuelles et autres comportements, ainsi que de toutes les formes de tolérance ne comprennent pas) ; peut-être que la dégradation générale l'abrégera - mais pour l'instant, nous sommes impliqués dans son début inconditionnel.

 

Le nouveau monde n'a pas encore été créé : il prend forme autour de nous - et en partie par nous - en ce moment même. S'il y avait des personnes ayant une pensée stratégique à la tête de la Russie, elles interviendraient activement dans cette construction, et ce nouveau monde porterait notre marque, donnant ainsi l'avantage original aux porteurs de la culture non seulement anglo-saxonne et chinoise, mais aussi russe.

 

Cependant, il n'est pas correct d'exiger une réflexion stratégique de la part de ceux qui croient en la rationalité de la réforme des retraites, de la production de "quelques poches" par l'Union soviétique et de l'appartenance des personnes ayant un revenu de 17 000 roubles par mois à la "classe moyenne".

 

Ainsi, alors que le peuple russe n'a pas encore retrouvé son état de service, toujours au service des spéculateurs mondiaux en général, nous n'avons qu'à regarder la construction (dans une large mesure, par ces spéculateurs mondiaux) d'un nouveau monde, un monde de dépression globale - toujours selon le principe bien connu de Brzezinski : "contre la Russie, sur les ruines de la Russie et aux dépens de la Russie".

 

La panique autour du coronavirus a forcé la création de ce monde à un tel point que l'on peut déjà dire beaucoup de choses avec certitude.

 

Le chemin de la dépression

 

La perturbation de la dépression mondiale ne sera ni uniforme ni durable. Comme la dernière fois, en 1929-1932, la chute de la bourse sera remplacée par une reprise partielle, provoquant l'euphorie des survivants des lemmings spéculatifs, qui s'échauffe d'elle-même chez les optimistes professionnels de tous bords des universités libérales et les journalistes au cerveau brûlé par l'USE. Mais chaque reprise sera suivie d'un nouveau ralentissement, détruisant même les spéculateurs les plus patients qui croyaient en la finalité d'un autre "fond".

 

La spirale déflationniste s'est développée avant même l'apparition des coronavirus en Europe et n'est aggravée que par des mesures de quarantaine rompant les liens économiques et technologiques (l'exemple le plus simple - arrêt de l'entretien régulier des techniques difficiles par les experts de l'entreprise-fabricant). La chute des marchés provoque un "appel de marge" (demande d'un prêteur de restituer une partie du prêt, qui a perdu sa garantie en raison de la dévaluation des actions qui y sont gagnées, ou d'élargir la garantie), ainsi qu'une compression des investissements et de l'activité commerciale en général pour des raisons économiques, ce qui entraîne une nouvelle dévaluation des actions. D'autre part, les personnes qui ont perdu leurs revenus et leurs perspectives réduisent la consommation, ce qui mine l'économie, ferme la production et prive les nouveaux travailleurs de fonds.

 

Tout cela réduit les recettes budgétaires, et les pays qui n'ont pas de réserve (comme la Russie, où les réserves budgétaires ont dépassé 14,4 billions de roubles le 1er mars), augmentent leur déficit. Les possibilités de prêt sont rapidement épuisées, et la perspective est de perdre le contrôle des obligations d'émission et de combustion envers leurs citoyens (et en même temps - leur bien-être) dans les flammes d'une forte, voire d'une hyperinflation.

 

Dans le même temps, les marchés mondiaux uniques accéléreront leur désintégration en macro-régions. La formation de zones monétaires est évidente : au moins le dollar et le yuan, ainsi que la livre ne peuvent être exclus. La zone euro a de bonnes chances de survivre à la faillite actuelle de l'Italie et de l'une des principales banques allemandes simplement par désespoir : l'"élite" de ses pays membres a tout simplement perdu la capacité de gérer leur propre monnaie. La Russie ne peut créer une zone de roubles que dans le cas où le libéralisme reviendrait à la raison et commencerait à moderniser l'économie et la société, après avoir arrêté le processus de leur décomposition amorcé par Gorbatchev.

 

La formation de macro-régions sera un processus complexe. Certaines parties de pays individuels et même des pays entiers se retrouveront dans un secteur de leur économie et d'autres dans d'autres macro-régions ; le choix sera long et douloureux, accompagné de la destruction des industries dont la macro-région la plus forte n'a pas besoin. Certains pays qui se trouvent à la frontière de macro-régions seront divisés ; certaines parties des pays civilisés de l'extérieur aujourd'hui sombreront dans le chaos à la manière de la Somalie ou de l'Ukraine, car les macro-régions concernées ne seront pas nécessaires. Enfin, certaines macro-régions mourront et d'autres seront créées à nouveau (bien que cette dernière option ne soit possible que pendant la formation du nouveau système).

 

Une question clé de souveraineté sera la création de leurs propres plateformes sociales pour gérer les utilisateurs (et les plateformes intégreront toutes sortes d'activités sur Internet, comme cela s'est produit en Chine). Les macrorégions qui n'ont pas réussi à les créer seront secondaires et, quelles que soient leurs ressources, elles prendront une position subordonnée, car leurs résidents ne seront pas subordonnés aux autorités officielles de leurs pays et territoires respectifs, mais aux signaux de contrôle diffusés par les plateformes sociales.

 

Les macro-régions qui ont créé leurs plateformes sociales et qui les utilisent pour la gestion seront pleinement souveraines. Aujourd'hui, il ne s'agit plus que des États-Unis et de la Chine.

 

La position intermédiaire de la souveraineté potentielle, qui sera probablement très volatile, sera occupée par les macro-régions qui sont capables de créer leurs propres réseaux sociaux mais qui ne peuvent pas les utiliser pour la gouvernance et ne peuvent donc pas les transformer en plateformes sociales. C'est exactement la situation dans laquelle se trouve la Russie aujourd'hui.

 

Au sein de la classe dirigeante mondiale, la réélection de Trump marquera la défaite finale des spéculateurs habitués à travailler sur un marché mondial unique, des financiers liés au secteur réel et cherchant à gagner de l'argent sur le développement des macro-régions, ainsi que sur toutes sortes d'interactions entre elles. D'autre part, les financiers, en tant que tels, vont céder aux créateurs de plateformes sociales et leur devenir progressivement subordonnés (car ces plateformes intègrent l'activité économique et, en particulier, le développement de contrats intelligents).

 

Les batailles des patriotes

 

L'effondrement des marchés mondiaux privera l'environnement et, par conséquent, le monde de la domination des spéculateurs financiers et des libéraux qui les servent. Après tout, les spéculateurs internationaux sont plus forts que les États qui n'ont que des marchés mondiaux. Déjà au niveau des macro-régions, les spéculateurs seront subordonnés à leurs autorités, c'est-à-dire aux patriotes, comme cela s'est produit au début du passé, lors de la Grande Dépression. Tout comme dans ce cas, ils resteront une force mondiale qui sert de médiateur dans l'interaction entre les macro-régions.

 

Mais le contenu de l'histoire ne sera plus la lutte entre eux et divers patriotes, comme c'est le cas actuellement, mais la lutte de ces patriotes entre eux (et ce n'est qu'après cette lutte que la stabilité pourra être atteinte ; d'ici là, tous les "nouveaux Yalta" et "nouveaux Bretton Woods" resteront des solutions provisoires). Après tout, les différents patriotes, contrairement aux libéraux, n'ont pas de pouvoir unificateur, pas d'espace commun, et l'idée communiste dans l'esprit d'une amélioration commune de l'homme et de la création sur la base de ce nouveau monde est encore trop faible et n'a pas de porteurs significatifs.

 

Dans le choc des forces patriotiques de différentes macro-régions, le facteur clé sera la capacité à prendre comme alliés au moins une partie des libéraux mondiaux qui viennent d'être vaincus. Dans l'entre-deux-guerres, Staline a justement modernisé l'Union soviétique dans le cadre d'un tel partenariat (et le Comintern était, bien qu'extrêmement indépendant et volontaire, une branche de l'Internationale financière de l'époque).

 

Ni les États-Unis ni la Chine ne pourront conclure un tel partenariat - principalement en raison de leur désir de domination mondiale. De plus, Trump ne pourrait pas s'allier aux libéraux comme s'il venait de les vaincre historiquement, et Xi Jinping comme s'il avait refusé d'être un partenaire junior des élites américaines puis britanniques.

 

L'Union européenne, jusqu'à sa future renaissance dans l'EuroCalifat, est incapable d'indépendance, l'Inde est passive, le Japon manque d'esprit créatif et l'Angleterre est une base de ressources pour réaliser sa vision stratégique.

 

Seule la Russie peut accroître de façon spectaculaire - et même disproportionnée - son influence après la défaite des libéraux mondiaux grâce à une alliance paradoxale avec eux.

 

La loyauté du président Poutine envers le clan libéral est probablement due, entre autres, à l'avertissement de l'aggravation prochaine de la concurrence internationale.

 

L'alliance avec les libéraux mondiaux, même s'ils viennent d'être battus, est dangereuse, car une culture managériale élevée est nécessaire pour mener une politique incompatible avec les valeurs des partenaires extérieurs à l'intérieur du pays. Sinon, la Russie pourrait devenir une arche qui sauverait les libéraux avant que la dépression mondiale ne soit surmontée et que le nouvel espace mondial (déjà probablement non marchand) ne soit formé.

 

Ensuite, la politique libérale de pillage, de dépeuplement et de mortification de la Russie se poursuivra (un signe avant-coureur de ce à quoi ressemble le transfert des actions de la Sberbank au gouvernement) - et la phrase du président Vladimir Poutine sur le maintien d'une famille normale devient sinistre (la dernière fois, en termes de "tant que je serai président, cela n'arrivera pas", il a parlé en 2015 de l'inadmissibilité de relever l'âge de la retraite). Dans ces conditions, l'arche du libéralisme peut couler à moitié - mais les libéraux, même ceux du monde entier, ne s'en étonnent pas jusqu'à présent.

 

Jusqu'à présent, le monde futur a été présenté comme une confrontation entre les États-Unis et la Chine. L'Inde, le Japon, l'Union européenne (environ depuis 2050 - l'EuroCalifate) et (si nous parvenons à créer notre propre macro-région) la Russie en tant que force de "deuxième niveau" limiteront cette confrontation.

 

L'effondrement de la domination des libéraux mondiaux et la concurrence impitoyable et chaotique de tous, avec tous les dangers que cela comporte, ouvrent de vastes espaces à la créativité historique. Ainsi, afin d'affaiblir l'union entre la Russie et la Chine, les États-Unis soutiendront la reconstruction de l'Union soviétique en tant que nouveau type de macro-région russe. Mais dans la logique du leadership libéral de la Russie, c'est impossible (les gens sont considérés comme un fardeau, pas comme une ressource). Et surtout, pour recréer une nouvelle communauté, nous avons besoin d'une image de l'avenir qui suscite le désir d'y adhérer.

 

Les libéraux et les fonctionnaires corrompus russes n'ont pas une telle image de l'avenir. Ils ne peuvent pas se tourner vers le peuple en raison de leur nature piégeuse, et les élites ethniques séparées et sauvages ne peuvent proposer qu'un pillage commun de la Russie. Mais ce n'est pas un leurre pour les nationalistes de l'espace post-socialiste, car même les Polonais le font depuis longtemps, et les élites ethniques pensent que les éloigner de la fosse russe est le même fascisme et racisme, que l'"Occident progressiste" ne permettra jamais à ses citadins libéraux qui ont capturé la Russie.

 

Même la préservation de la Russie exige sa modernisation complexe dans l'intérêt du peuple - mais elle exige l'amélioration de l'État russe, son retour du service offshore au service de la mère patrie, sa réorientation du pillage du pays vers la création.

 

Nouvelle qualité : après la perte de la technologie

 

L'une des raisons pour lesquelles la dépression mondiale sera pire que la Grande Dépression (avec la multiplicité des crises qui se déroulent actuellement, ce qui complique qualitativement la gouvernance) est que la Grande Dépression s'est terminée par une guerre. La dépression mondiale actuelle va générer des conflits, mais ils ne permettront pas d'y mettre un terme.

 

La Seconde Guerre mondiale a mis fin à la Grande Dépression parce qu'elle a réuni cinq macro-régions (les États-Unis, l'Europe unie d'Hitler, l'Empire britannique, l'URSS et la zone de "coprospérité" japonaise) en deux : l'Occident et l'Union soviétique. L'expansion du marché qui en a résulté a réduit le monopole dans chaque macro-région et a permis un quart de siècle de bon développement, et 45 ans dans le pire des cas.

 

La dépression mondiale n'est pas causée par la pourriture des monopoles dans les macro-régions individuelles, mais au niveau mondial. Son contenu n'est pas en train de pourrir, mais l'effondrement des marchés. Et ce n'est qu'après cet effondrement, après la formation des régions, qu'il leur sera possible de s'unir, ce qui, en raison de la dégradation des forces productives et de la perte de nombreuses technologies, n'atteindra pas, à lui seul, la capacité de marché qui existait hier avant d'entrer dans la dépression mondiale.

 

C'est l'une des raisons pour lesquelles les relations de marché doivent perdre de leur importance : elles pourraient sortir de la dépression mondiale trop tard et à un niveau de développement technologique (et donc social) trop faible, bien inférieur à ce qu'il est aujourd'hui.

 

Les raisons de la perte de nombreuses technologies sont évidentes : il s'agit de la destruction de chaînes logistiques trop complexes, mais l'essentiel est la compression des marchés : la demande des macro-régions sera insuffisante non seulement pour le développement, mais même pour la préservation d'un certain nombre de technologies modernes. Créés dans une logique monopolistique de surévaluation des coûts, ils seront trop complexes et trop chers pour de nombreuses macro-régions.

 

Cela ne signifie pas qu'il faille arrêter, même temporairement, le progrès technologique : il est fort probable qu'une fois les entraves monopolistiques supprimées, le progrès prendra une autre voie, plus économique, pour "fermer" les technologies. Se distinguant par sa super-productivité, sa simplicité et son faible coût, cette classe de technologie a été bloquée par les deux États - comme menaçant les emplois et les monopoles - comme menaçant leurs superprofits (et donc leur existence même). L'affaiblissement brutal des deux, avec la baisse de la demande, ouvre un espace pour "fermer" les technologies et les transforme en "clé d'or", ouvrant un avenir brillant dans les conditions les plus défavorables.

 

Ô merveilleux vieux monde !

 

Bien sûr, la dépression mondiale va exacerber le problème des personnes "superflues" causé par la super-performance des technologies de l'information. L'effondrement du monde en macro-régions obligera ces dernières à rétablir leur production - mais la demande de travailleurs sera neutralisée : d'abord par une suppression générale des activités commerciales et l'élimination de sphères d'activité entières (par exemple, la spéculation financière massive ou les services excessifs en termes de survie), puis par le développement de technologies de "fermeture".

 

La liquidation de la classe moyenne, accélérée de façon spectaculaire par la crise de 2008-2009, sera encore accélérée. Une pénurie généralisée de la demande constituera une contrainte importante pour les relations de marché, car pour éviter une catastrophe sociale, il sera souvent nécessaire de produire les biens et services nécessaires à des prix inférieurs aux coûts (afin de préserver les emplois ou les biens nécessaires).

 

Dans cette situation, les gens seront extrêmement dépendants des systèmes de gestion, dont le caractère raisonnable sera littéralement une garantie de survie, la source de richesse sera la rente (même si elle est principalement technologique), et la possibilité d'autosuffisance et d'entreprenariat sera limitée.

 

La dépression mondiale va créer un monde dans lequel les possibilités de chacun seront considérablement réduites par rapport à la modernité sortante, tout d'abord en raison de la possibilité limitée d'une activité économique productive et d'une existence relativement indépendante.

 

L'ingénierie sociale moderne a déjà fait de la dictature de l'information, qui assure l'acceptation incontestée et l'exécution joyeuse de presque toutes les instructions par les masses déstabilisées des pays développés, une réalité. Après l'arrivée au pouvoir des fascistes en Ukraine, ces technologies ont été principalement utilisées contre la Russie et sont devenues la base de toutes les politiques des pays occidentaux. La panique autour du coronavirus a assuré leur utilisation généralisée dans la vie quotidienne des pays développés également : ils ne sont plus des citoyens, mais juste des habitants qui ne demandent plus et ne pensent plus - ils obéissent et se conforment.

 

Tout comme après le 11 septembre 2001, le "Patriotic Act" a aboli la démocratie aux États-Unis, la panique autour du Coronavirus, à proprement parler, a déjà aboli même les droits de l'homme apparemment inviolables par l'outil le plus efficace - la peur (comme dans le cas de la fin de la République romaine, où des interruptions insignifiantes de la nourriture dues à l'activité des pirates ont créé une règle à vie).

 

Bien sûr, cela est nécessaire en cas d'épidémie - mais les mesures exceptionnelles qui n'ont pas été appliquées auparavant à cet égard (bien qu'aux États-Unis, par exemple, la grippe ordinaire tue jusqu'à 70 000 personnes par an), ont déjà changé les sociétés concernées et ne seront pas nécessairement annulées dans leur intégralité.

 

Au minimum, le mystère de la vie privée disparaîtra partout où des smartphones sont distribués, car il est plus facile de retrouver les contacts d'une personne infectée en analysant la géolocalisation de son smartphone et des smartphones d'autres personnes (et l'équipement pour cela n'est pas seulement disponible en Chine).

 

La réalité probable de la Dépression mondiale est une dictature de l'information rigide réalisée par le biais de plateformes sociales, qui n'est pas perçue par les gens en tant que telle, car ses exigences seront perçues comme des facteurs naturels, objectivement déterminés et fondamentalement insurmontables, semblables au naturel. S'opposer ou s'indigner contre eux paraîtra aussi ridicule que, par exemple, le changement de saison.

 

Cependant, la dictature de l'information sera une régression sociale, une sorte de féodalisme informatique, instable en raison de sa nature archaïque : le nouvel âge des ténèbres ne sera pas informatisé longtemps.

 

Un avenir meilleur devra être construit par nous-mêmes...

 

Le capitalisme, né de la peste et masquant son extinction comme un coronavirus, peut produire non seulement la dégradation de l'humanité avec des catastrophes technologiques monstrueuses et une réduction des effectifs au moins à plusieurs reprises, mais aussi le progrès - la transition, bien que de manière très difficile et incertaine, vers le communisme.

 

Après tout, la base de la technologie moderne et de toute vie - l'information, par nature, est un bien public inaliénable. Une tentative d'appropriation privée est condamnée en raison de contradictions internes : comme nous le voyons dans l'exemple de la propriété intellectuelle, qui a dégénéré en un moyen d'abus de position monopolistique, elle conduit à bloquer le développement et à l'autodestruction.

 

Même le début de l'alignement des relations sociales sur l'information en tant que base de la société moderne éliminera beaucoup de problèmes et donnera à la société une énorme motivation pour un nouveau tournant dans le progrès.

 

Et ce qui était autrefois considéré comme un signe de communisme est déjà bien ancré dans notre vie quotidienne : de la disparition de la propriété privée (elle se situe toujours au niveau des entreprises nationales, mais les plus grandes sociétés mondiales se sont longtemps détenues et sont en fait des biens collectifs) et de l'importance secondaire de l'argent sur la technologie, à la création d'un travail de plus en plus créatif et à l'effacement de la frontière entre temps libre et temps de travail (même si ce n'est pas comme on le souhaite).

 

Marx considérait la création de "machines éternelles", qui ne nécessitent pas de travail humain vivant pour le fonctionnement du communisme, comme une condition pour l'établissement du communisme, et Leonid Fishman, un représentant de l'école de sciences politiques de l'Oural, a attiré l'attention sur le fait que leur ressemblance (bien que, bien sûr, imparfaite et inférieure) est la sphère moderne de l'information. D'ores et déjà, il n'a besoin de main-d'œuvre vivante que pour des réparations et des développements mineurs, et une fois créé, il continue à fonctionner avec un minimum de "frottement", qui ne fera que diminuer avec le temps.

 

Il est important que le problème des "personnes superflues", du "pré-cariateur" n'existe que dans le cadre des relations de marché, qui condamnent le système de gestion à utiliser des personnes - et à une échelle toujours plus grande.

 

Si l'humanité peut commencer à se développer non pas pour le profit mais pour sa propre perfection, elle sera confrontée à une grave pénurie de travailleurs, principalement de médecins et d'enseignants, comme l'a fait remarquer Dmitri Davydov, un représentant de la même école politique ouralienne. Même l'éducation et les soins de santé classiques visaient à former une personnalité très limitée ; faire du développement humain un objectif de la société nécessitera une augmentation multiple tant du nombre de spécialistes que de leurs qualifications.

 

En conséquence, l'excès de personnes sera remplacé par leur déficit.

 

Oui, les problèmes qui n'ont pas été résolus par la civilisation soviétique et qui l'ont ruinée restent ouverts. Nous ne savons toujours pas comment stimuler l'individu à se développer plutôt qu'à se dégrader (notamment parce que le cerveau est l'organe le plus énergivore et qu'au repos, les réflexes minimisent son utilisation), ni comment évaluer le développement personnel en général (car il est effroyablement multiforme, contrairement au profit).

 

Par conséquent, il est probable que le "féodalisme numérique" basé sur la rente technologique et de l'information nous attende d'abord, et il prendra probablement tout le temps de la dépression mondiale. Mais pour s'en sortir, il faudra, en fait, construire concrètement le communisme. Et les gens qui vivent aujourd'hui devront le faire - autant que nous voulons étendre notre paradis sur le canapé avec de la bière devant la télévision.

 

Mais la bière, le canapé et même la télévision ne dureront pas longtemps.

 

L'Union soviétique a été défaite parce qu'elle a été la même répétition générale du communisme que Venise et Gênes - le capitalisme.

 

La première crêpe est sortie du coma, mais la pâte remonte à nouveau.

 

Et l'essentiel pour nous est de ne pas faire un plat trop épicé.

 

 

Mikhail Delyagin

http://delyagin.ru

Mikhail Gennadyevich Delyagin (né en 1968) - économiste, analyste, personnalité publique et politique russe bien connue. Il est académicien de l'Académie russe des sciences naturelles. Directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation. Membre permanent du Club d'Izborsk. Pour plus d’informations...

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Mikhail Delyagin : un monde divisé (Club d'Izborsk, 28 mars 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :