Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Rouge et Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Shamil Sultanov : Le coronavirus a secoué une avalanche bloquée au-dessus de l’abîme (Club d'Izborsk, 30 mars 2020)

30 Mars 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Opération Coronavirus

Shamil Sultanov : Le coronavirus a secoué une avalanche bloquée au-dessus de l’abîme.

 

30 mars 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19031

 

 

- Shamil Zagitovich, je voudrais tout d'abord vous demander votre avis : à quoi avons-nous affaire en la personne de COVID-19 ? 1) avec une fausse information ; 2) avec une infection sans précédent fabriquée dans les profondeurs de laboratoires secrets ; 3) ou avec un SAO légèrement pire que la grippe, dont la réputation est injustement gonflée par les médias ?

 

- Jusqu'à présent, des experts influents ont formé trois approches de la question de l'infection COVID-19 - ou plutôt, trois interprétations, qui expliquent dans une certaine mesure son origine mystérieuse. La première est que ce virus est une conséquence de la dégradation générale de la biocénose. En ce sens, les scientifiques rationnels qui étudient la question et établissent des parallèles entre celle-ci et (par exemple) le changement climatique, disent : le virus COVID-19, ses mutations et ses souches - n'est pas un phénomène isolé, et il n'existe pas de véritable modèle pour juger de l'apparition du coronavirus. D'autre part, il existe un système extrêmement complexe de biocénose (généralement défini comme un ensemble historiquement formé de personnes, d'animaux, de plantes, de champignons et de micro-organismes habitant un espace de vie relativement homogène - Ed.), et c'est ce système qui, en fin de compte, forme et dirige le développement de l'infection.

 

La deuxième approche se résume au fait qu'il n'y a pas de conte de fées, tout est réel, mais la question se pose à l'échelle de la réalité. Dans cette approche, il est admis que COVID-19 est une forme des derniers développements en matière d'armes virales et biologiques. Il est souligné par l'un des plus grands chercheurs et experts en armes biologiques, le professeur de droit américain Francis Boyle. C'est un point très important, surtout au vu des années 1940-1960 et en partie des années 1970, les armes biologiques (selon la terminologie traditionnelle) étaient vénérées comme un type d'arme de destruction massive. Et c'était un moyen de dissuasion pour tout adversaire potentiel. Mais nous voyons maintenant quelque chose d'autre devant nous : si les personnes de la deuxième approche ont raison, nous assistons à la transition de ces armes vers une nouvelle catégorie - les armes gérées. Les développements génétiques et autres dans la fabrication des armes biologiques les plus récentes leur permettent de ne toucher que certains segments de la population. Par exemple, seulement les yeux bleus, seulement les droitiers ou les gauchers, ou, comme nous le montre COVID-19, tout d'abord les personnes de certaines catégories d'âge (principalement les personnes âgées).  Si l'on prend en compte le concept d'une grande guerre hybride systématique, cette arme est assez efficace dans son cadre. Pourquoi ? Parce qu'on ne sait pas exactement comment ce virus se développe. Oui, il est apparu quelque part sur le plan territorial, et nous sommes plus ou moins capables de deviner le territoire d'où provient le virus. Mais il est impossible de frapper ce territoire, par exemple, par une attaque nucléaire ou simplement par une bombe ! Après tout, qui, parmi les personnes qui y vivent, est à blâmer pour ce qui se passe ? Probablement personne.

 

Encore une circonstance : les armes biologiques les plus récentes créent un niveau d'incertitude complètement différent pour l'ennemi, car elles n'affectent pas ses forces armées, mais sa société, sa société. Le virus provoque l'émergence d'une panique à grande échelle, la propagation d'une désinformation incontrôlée, l'expansion de formes de comportement inadéquat, la psychose, la dépression nerveuse, etc. Supposons que la pandémie COVID-19 se poursuive pendant un an ou plus - elle augmentera son impact négatif imprévisible sur la société, et elle nécessitera un niveau de gouvernement entièrement différent (pas seulement une quarantaine à domicile) pour assurer la stabilité de la société. En outre, le virus, par ses "complications" sociales, affecte directement l'économie.

 

Après tout, quelle est l'essence de la grande guerre systémique hybride ? C'est que la victoire sur l'ennemi est obtenue sans l'utilisation d'armes conventionnelles et sans affrontement militaire ouvert. Le virus COVID-19, ou quelque chose de similaire, vous permet de frapper l'ennemi, même sans entrer en contact avec lui, et de frapper à une échelle assez globale.

 

Enfin, la troisième approche montre que, oui, les scientifiques font de la recherche génétique et biologique - rien qu'aux États-Unis, nous pouvons compter plusieurs milliers de ces laboratoires scientifiques. Mais la fuite du virus, la percée de l'infection dans le monde n'est pas liée à une quelconque cible négative des développeurs - c'est un pur hasard.

 

(Pour référence : selon la version de Francis Boyle, le virus COVID-19 a été développé dans des laboratoires spécialisés aux États-Unis et en Australie, en particulier, un groupe de scientifiques de l'Université de Caroline du Nord. Les spécialistes chinois qui ont visité les laboratoires américains ont été involontairement infectés par les dernières armes biologiques. D'un autre côté, ils ont délibérément apporté le virus dans des laboratoires en Chine pour leur propre développement, principalement à l'Institut de virologie de l'Académie chinoise des sciences, situé dans la ville de Wuhan. De là, COVID-19 a accidentellement fui, après quoi l'infection a échappé au contrôle de ses développeurs - Ed.).

 

À l'heure actuelle, il est difficile de nier quelques faits évidents : le fait que Wuhan accueille l'Institut de virologie, et le fait que des experts de cet institut ont visité des laboratoires américains. Je tiens à souligner d'emblée que les États-Unis sont à l'avant-garde des virus d'armes bactériologiques. Nous étions autrefois en avance sur les Américains dans ce domaine, mais après les événements des années 1970 et 1990 et la mort de l'URSS, les scientifiques russes étaient loin derrière leurs collègues étrangers. Aujourd'hui, outre les Américains, les Chinois, les Australiens et, dans une certaine mesure, les Britanniques, réussissent à faire des développements secrets.

 

En résumé, on peut dire que les trois options pour expliquer ce qui se passe dans quelque chose de proche et sont égales. Il est possible qu'il soit logique de les considérer comme une combinaison de toute une série de facteurs, allant de la fatigue et de la dégradation de la biocénose aux actions arbitraires et irresponsables des autorités et des scientifiques. Mais pour moi personnellement, cela s'avère être une mosaïque menaçante. Rappelez-vous le proverbe russe tiré des contes populaires, lorsque le tsar dit : "Va là-bas - je ne sais pas où, apporte ça - je ne sais pas quoi". C'est une excellente métaphore de l'état d'incertitude qui se développe. Avec COVID-19, c'est la même chose : nous ne savons pas ce que c'est, nous ne savons pas comment c'est arrivé et comment il va muter et changer. Après tout, en Chine, le coronavirus semble avoir déjà gagné (au moins à Wuhan) avec les mesures les plus brutales, et alors ? La première vague semble avoir été suivie par une épidémie secondaire. Les personnes qui semblent avoir déjà eu la dernière infection recommencent à tomber malade. Nous constatons que la science rationnelle classique, qui a remplacé la religion dans la société et est habituée à tout expliquer en termes compréhensibles comme "immunité", "réaction protectrice du corps", nous montre dans ce cas particulier son insuffisance. Pourquoi ceux qui ont déjà souffert de COVID-19 n'ont-ils pas développé de réaction protectrice notoire ? Par conséquent, nous ne savons pas ce qui se passera demain et quand la pandémie prendra fin.

 

En ce qui concerne notre pays, je dois dire que nous ne sommes pas prêts à affronter la situation la plus difficile avec COVID-19. La Corée du Sud ou Singapour, par exemple (où il n'y a pas un seul cas mortel et où des amendes sévères de 10 000 $S ou des peines de prison allant jusqu'à six mois pour violation de la quarantaine - Ed.), ainsi que la Chine, ont démontré le plus haut niveau de préparation et d'adéquation de la mobilisation. D'autre part, ni en Europe ni aux États-Unis, la population n'était préparée à l'avance à la pandémie, bien que les autorités disposaient d'informations. Malheureusement, nous étions plus proches de nos partenaires occidentaux que de nos partenaires eurasiens en termes de préparation.

 

- Les spécialistes prévoient que le coronavirus pourrait toucher au moins 40 à 50 % de la population mondiale. S'il y a actuellement environ 8 milliards de personnes vivant sur la planète, il n'est pas difficile de calculer qu'environ 3,5 milliards sont condamnées à être affectées par COVID-19. Est-ce vraiment le cas ? Alors il est même difficile de trouver des analogies historiques à ce phénomène. Disons que lors de la peste de Justinien au VIe siècle, plus de la moitié de la population de l'Empire byzantin est morte et près d'un quart des personnes qui vivaient dans l'oikoumene de l'époque. Dans le même temps, la peste ne s'est pas atténuée depuis deux siècles et est revenue périodiquement, récoltant de nouvelles récoltes. Un autre exemple terrible - "Espagnol", ou grippe espagnole, qui s'est produite en 1918-1919. "Espagnols", comme l'assurent les sources, ont infecté environ 550 millions de personnes, soit environ 30 % de la population mondiale. Il n'est pas difficile de remarquer que ces deux pandémies monstrueuses se sont produites au tournant des époques : le VIe siècle a marqué la fin de l'antiquité et le passage à l'ère du christianisme et du monothéisme, et le début du XXe siècle - le passage de la "civilisation humaniste" aux régimes autoritaires durs et massifs, le "nouveau Moyen Âge" selon la terminologie de Berdyaev. Sommes-nous encore à l'aube d'une nouvelle ère ?

 

- Il faut tenir compte du fait que le monde à l'époque de l'empereur Justinien I était encore assez petit par rapport à aujourd'hui - en 540, quelle que soit la gravité de la maladie, elle ne pouvait pas couvrir des centaines de millions de personnes. Quant à l'"Espagnol", son taux de mortalité était, autant que je m'en souvienne, tout près de 100 millions. Mais le problème n'est pas cela, mais que dans ces deux exemples, nous parlions également de biocénose. Disons que 540-541 ans ont également été accompagnés d'un changement climatique dramatique, qui a stimulé la peste. Et au XXe siècle, comme il me semble, le déséquilibre à l'intérieur de la biocénose était lié à la Première Guerre mondiale. Nous ne devrions pas mélanger les régimes politiques ici - autoritaires ou non. Jusqu'à présent, nous ne connaissons pas tous les facteurs avec certitude, car il n'y avait pas de modèles de recherche correspondants sur les mains de l'humanité à cette époque, mais l'utilisation de gaz toxiques et de produits chimiques nocifs, les meurtres en masse de personnes - tout cela a eu son impact. Beaucoup plus de combattants ont été tués dans des attaques chimiques que dans des attaques à la baïonnette. La mort est venue comme un secret. Quel est donc le point commun entre les exemples ci-dessus ? C'est un impact dramatique et énorme sur la biocénose.

 

Si nous parlons des chiffres menaçants que vous avez cités pour COVID-19, ce n'est qu'un des pires scénarios. La pandémie arrive, mais les gens continuent à vivre comme si de rien n'était et à ne rien faire, et c'est pourquoi nous obtenons ces prévisions apocalyptiques. Mais il s'est avéré que même les mesures les plus élémentaires, comme l'isolement volontaire des personnes et l'arrêt du trafic mondial, peuvent réduire considérablement la pandémie. Il n'est donc guère approprié de parler de milliards, voire de centaines de millions de victimes. Les modèles qui montrent les scénarios possibles d'une pandémie COVID-19 nous montrent l'efficacité des mesures les plus simples - se laver périodiquement les mains avec du savon, porter des gants, etc. Tout fonctionne. Par conséquent, même si l'on parle du pic de la pandémie, celle-ci pourra toucher au maximum 15 à 20 millions de personnes dans le monde.

 

Cependant, une fois de plus, nous nous trouvons dans une situation de grande incertitude et rien ne peut être garanti. Les scénarios les plus apocalyptiques élaborés entre janvier et février ne fonctionnent plus. Ils se basent sur l'évolution de l'épidémie en Chine. Et le principal problème de cette période était qu'il y avait des contradictions entre les autorités officielles de Wuhan et le gouvernement de Pékin. Pour faire simple : les autorités locales de Wuhan, bien qu'elles aient eu des informations sur le Coronavirus, ont eu peur de créer un problème pour les dirigeants de Pékin, surtout avant le Nouvel An chinois. Entre-temps, certains experts témoignent que si la Chine avait pris en décembre des mesures dont la mise en œuvre avait été précipitée en janvier, la pandémie n'aurait pas dépassé les frontières chinoises. En d'autres termes, elle ne se serait pas transformée en pandémie. Mais c'est le contraire qui s'est produit : la maladie avait déjà commencé à se propager dans les environs de Wuhan, et cette ville de 12 millions d'habitants n'a pas été isolée du reste du pays pendant une semaine. En conséquence, des millions de personnes se sont échappées de Wuhan, dont la plupart étaient déjà porteuses du virus (au moins sous une forme cachée). Nous devons tous en tirer des enseignements, car la gestion des pandémies est un modèle réflexif qui se façonne et se modifie au cours d'un processus complexe. Cependant, une chose est certaine : il n'y aura pas d'apocalypse cette fois-ci. Ce n'est pas encore Armageddon, mais c'est un avertissement sur Armageddon.

- Est-ce une coïncidence que certaines des pires pandémies du passé soient également originaires de l'Est - principalement de la Chine, de l'Inde ou de l'Égypte ? Par exemple, en Italie, pendant le Tercento - début de la Renaissance, la "peste noire" est revenue de l'Empire Céleste (Guangzhou). Rien n'a changé depuis lors et le même Est "venge" la civilisation occidentale qui se respecte ?

 

- Il est clair que de nombreuses épidémies ont pris naissance en Chine ou en Inde - déjà au cours de ces siècles, ces pays connaissaient un surpeuplement particulier de leur population et certaines conditions naturelles. Mais en même temps, il n'y avait pas en Chine de fléaux terrifiants - du moins pas d'une ampleur comparable à celle de l'Europe. Pourquoi pas ? Il ne s'agit pas de "vengeance" asiatique. Si nous regardons l'Europe de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, nous verrons un énorme manque de culture, un manque d'hygiène et des conditions de vie si terribles, par rapport auxquels même le lieu commun de tout Mumbai actuel semblera élevé, gracieux et beau. Tous ces critères de propreté et d'assainissement qui ont été développés dans la Rome antique et la civilisation hellénistique en général, même en commençant par la création de toilettes publiques et d'un approvisionnement en eau centralisé - tout cela a été perdu dans l'Europe médiévale. Il n'y avait pas de toilettes publiques - souvent les rues elles-mêmes en devenaient, contrairement à la Chine médiévale, où la tradition de propreté publique était cultivée dans la société depuis des milliers d'années et constituait l'un des principaux critères culturels. Par conséquent, il ne faut pas blâmer la Chine si le visage est de travers, comme on pourrait le dire en paraphrasant un autre proverbe russe.

 

Quant à l'Asie d'aujourd'hui, nous constatons le même esprit collectiviste dans la société

 

- en Corée, à Taiwan, à Singapour et au Japon. En période de grandes catastrophes et de crises, cet esprit collectiviste permet une mobilisation rapide et semble beaucoup plus efficace que l'individualisme. Et si nous regardons les États-Unis ? Lorsque la pandémie COVID-19 a commencé, où les Américains se sont-ils précipités ? Aux magasins de masques médicaux, de lingettes humides, mais surtout d'armes ! Ils ont commencé à acheter activement des armes à feu et d'autres armes (les ventes de fusils, carabines, pistolets, revolvers et munitions qui leur sont destinées ont explosé début mars à cinq reprises aux États-Unis - Ed.) Qu'est-ce que cela prouve ? La préparation psychologique de la société à la rupture ! Ne pas s'entraider, mais se tirer dessus. Entre-temps, en temps de crise et d'épidémie, la solidarité et l'entraide sont nécessaires. Et soudain, il s'avère qu'en Occident, avec sa culture politique apparemment très développée, ce n'est tout simplement pas le cas, ou alors les pays occidentaux ont un déficit de solidarité aigu. C'est la différence entre le collectivisme à l'Est et l'individualisme "créatif" à l’Ouest.

 

- Nous voyons donc non seulement la dégradation de la biocénose, mais aussi la dégradation de la société.

 

- À mon avis, le concept de "biocénose" inclut également la société humaine. Si dans la logique de la biosphère l'homme et la nature s'opposent, dans la biocénose comme dans le phénomène d'échelle planétaire ils se confondent. Il convient ici de rappeler le scientifique russe Vladimir Vernadsky avec sa définition de la noosphère et sa théorie de l'univers raisonnable. La société est donc une composante de la biocénose, et non la meilleure.

 

- L'épidémie de COVID-19 est liée à l'hiver anormalement chaud du passé - comme l'une des preuves indirectes de la dégradation de la biocénose ?

 

- Il n'existe pas de modèle général décrivant la dégradation de la biocénose. Bien sûr, les hivers chauds et, bien sûr, le changement climatique, ainsi que les mutations latentes incompréhensibles qui se produisent parmi les virus et les bactéries - tout cela doit être pris en compte. Mais ils sont aussi latents, ce que nous ne savons pas. Nous devons dire franchement : "Les gars, il y a tellement de choses que nous ne savons pas ! Tout d'abord, nous devrions mettre de côté un vieux mythe appelé "L'homme est le roi de la nature". Quel genre de roi est-il, si la moindre souche de grippe peut semer la panique dans toute la civilisation. L'homme n'est pas un roi - la couronne n'est pas sur lui maintenant, mais sur le coronavirus !

 

Je suis toujours parti du fait que notre Terre est une créature vivante, au moins pour une raison simple : elle ne peut pas donner naissance à des morts vivants. Il y a la faune, la flore, l'homme, les microbes, les cellules, les bactéries. La Terre entière est une immense plate-forme où la vie naît et se développe. Par conséquent, la planète est aussi un être vivant extrêmement complexe, et à ce titre, elle doit se traiter comme un être vivant. Mais ce n'est pas le cas. Avec le développement de la science et des systèmes philosophiques, l'attitude envers la Terre en tant qu'être vivant se perd. Et elle a commencé à se perdre, à être oubliée il y a environ 400-450 ans, et maintenant elle a atteint son apogée.

 

- Ajoutons un peu de conspiration : sur la couverture du magazine Rothschild The Economist, qui publie habituellement des "puzzles" prophétiques, en décembre 2018, a été capturé le pangolin (lézard mammifère, qui est considéré comme l'un des coupables possibles COVID-19). Quelle est cette coïncidence ? Ou bien les Rothschild, qui rêvent depuis longtemps de réduire la population mondiale, ont-ils enfin trouvé un moyen de réaliser leur rêve ?

 

- Je l'ai vu, mais je n'ai pas abordé la version Rothschild de l'origine du coronavirus. Je viens de la croyance que l'homme en sait plus qu'il n'en sait. L'omniscience n'est pas notre trait de caractère. Oui, la conspiration existe et il existe des structures fermées qui se battent et se font concurrence, mais toutes, aussi fermées et puissantes soient-elles, se révèlent finalement inefficaces. Rappelons-nous un exemple simple du passé soviétique. Tout le monde pensait autrefois que le KGB était une organisation super efficace. "La mère patrie entend, la mère patrie sait", plaisante Sergei Dovlatov. Et nous avons également considéré le Politburo de l'URSS comme une structure puissante et omnisciente. Et puis soudain, en 1983, dans le magazine "Communist", il y a un article du secrétaire général du Comité central du PCUS, Youri Andropov, avec les mots suivants : "Nous ne connaissons pas la société dans laquelle nous vivons. Qu'en est-il du Comité de sécurité de l'État ? Qu'en est-il du sentiment de coude et du collectivisme répandu dans tout le pays ? Non, il s'avère que tout cela ne fonctionne plus.

 

Il convient de noter que la société de la Russie moderne est beaucoup plus complexe que la société soviétique de 1983. Et si nous ne savions pas grand-chose de notre pays à l'époque, nous n'en savons pas beaucoup aujourd'hui. Il en va de même à l'échelle mondiale. Quel genre de structures de conspiration qui se prétendent "gouvernement mondial", ou créées par des personnes - la CIA ou les Clubs de Rome - elles ne s'orientent encore vraiment en rien. Comme le disait le poète : "Il y a Dieu, il y a la paix ; ils vivent pour toujours ; et la vie des gens est instantanée et misérable..."

 

On pourrait parler de la main de Rothschild conditionnel ou de quelqu'un d'autre en coulisse, si le virus COVID-19 ne détruisait que certains groupes sociaux ou ethniques, comme par exemple seulement les Chinois âgés ou seulement les pauvres. Mais ce n'est pas le cas. Même si nous supposons que l'infection a été produite dans des laboratoires secrets et que Boyle a raison de parler d'arme biologique tactique. Mais si c'est une arme tactique, alors elle peut et doit être contrôlée ? Eh bien, ils n'en sont pas encore capables.

 

- Oui, nous devons admettre que le virus ne touche pas seulement les pauvres et les personnes vulnérables, mais aussi l'élite. Le prince Charles, âgé de 71 ans, a été infecté, le porte-parole du président brésilien Jaira Bolsonaro est malade, et le président brésilien lui-même serait malade. Lorenzo Sanz, ancien président du club de football Real Madrid, a été infecté et est déjà décédé, l'acteur Tom Hanks et sa femme Rita Wilson sont tombés malades, etc. En Russie, en réanimation avec un coronavirus, le chanteur Lev Leshchenko a été atteint. Plus récemment, on a appris qu'il était tombé malade et Boris Johnson. Tout cela, peut-être, pas ceux que Rothschild aurait rêvé de voir comme sa cible pour réduire la population de la planète.

 

- Il ne s'agit même pas du prince Charles. La question, je le répète, est la suivante : pouvez-vous contrôler et gérer les armes bactériologiques que vous utilisez ? La réponse est évidente : vous ne pouvez pas. Le virus s'est-il accidentellement répandu dans la rue ? Mais vous le développez depuis 15-20 ans, n'est-ce pas ? Pourquoi n'avez-vous pas appris à le manipuler ?

 

Les spécialistes classent le COVID-19 comme un virus "délicat". Pas ces virus fortement pathogènes qui, pénétrant dans le corps humain, le détruisent presque immédiatement, ces virus sont "stupides". Et le virus "intelligent" pénètre dans un homme, l'affaiblit, puis il semble disparaître, il y a une récupération visible. Mais dans ce cas, une personne devient l'objet d'autres maladies - et à la suite de la COVID-19, elle est tellement affaiblie et perd son immunité que quelques semaines ou mois plus tard, elle meurt (de diabète, d'hypertension, etc.). Toutefois, les statistiques sur les décès dus aux coronavirus ne l'incluront pas. En même temps, la COVID-19 semble n'avoir rien à voir avec cela - elle n'affecte même pas une personne, mais son système immunitaire.

 

Le virus est donc délicat, intelligent, mais incontrôlable. Au moins, cela nous montre dans quelle direction travaillent les M. X. Je ne veux pas les appeler Rothschilds ou Rockefellers - nous ne les connaissons pas.

- Qu'est-ce donc que COVID-19, une fuite incontrôlable d'un virus incontrôlable ?

 

- J'appellerais cela une fuite contrôlée d'un virus incontrôlable. Après tout, à part la "réduction de la population", les coronavirus peuvent avoir d'autres tâches. Par exemple, une pandémie commence, et dans ces conditions, il serait bon de vérifier la capacité de mobilisation de telle ou telle nation. Et à quelle vitesse ce pays va-t-il réagir ? En Chine, l'infection a commencé à se manifester fin novembre et début décembre 2019, et des mesures décisives ont été prises à la mi-janvier 2020. Il a fallu un mois et demi pour prendre des décisions d'urgence. Supposons maintenant que tout cela se passe dans une guerre, alors que la structure de gouvernance a été détruite. Les conséquences pour la Chine seraient alors totalement fatales. La seule question est de savoir à quel stade d'une grande guerre hybride systématique on pourrait utiliser des armes tactiques virales et biologiques similaires. C'est une chose - comme c'est le cas actuellement et c'en est une autre - face à une crise économique puissante qui, soit dit en passant, s'abat également sur nous.

 

Outre la capacité de mobilisation des États, le virus permet de tester l'impact sur certains groupes sociaux. Il convient de noter que la Chine s'est montrée remarquable à cet égard - elle a confirmé son énorme potentiel de mobilisation, sa très grande contrôlabilité et sa capacité à utiliser les dernières réalisations technologiques. Une distribution massive de programmes pour gadgets a été lancée, permettant à chacun de déterminer s'il est infecté ou non. Les informations recueillies ont été rassemblées par un système de contrôle centralisé conçu pour en garder la trace.

 

- Et comment évaluer la stratégie de Donald Trump face à la pandémie ? Ce n'est qu'à la mi-mars que le régime d'urgence nationale a été mis en place.

 

- Ce qui se passe actuellement aux États-Unis est, je pense, la fin de Donald Trump. Oui, le président américain a pris des mesures d'urgence, mais à la mi-février, il a déclaré haut et fort que le coronavirus était un tuf, un visage nouveau, et qu'il avait été inventé par des démocrates menteurs. En ce sens, les Américains avaient perdu du temps.

 

Si nous revenons à la Chine, je vous rappellerai que l'adoption de mesures a ralenti le problème des relations entre Pékin en tant que gouvernement central et les autorités régionales. C'est un problème classique pour un système bureaucratique vertical, comme c'était le cas, d'ailleurs, en Union soviétique. Mais aux États-Unis, un autre problème est l'incroyable lutte au sein de l'establishment politique le plus élevé, ainsi que l'inefficacité du gouvernement central, contre laquelle de nombreuses élites régionales des États se sont montrées beaucoup plus efficaces. Et ceci, bien sûr, aura un impact sur les élections présidentielles de novembre 2020. Les sondages sociaux actuels montrent que Joe Biden est loin devant son rival actuel, alors qu'il y a trois mois, Biden était loin derrière lui. Et étant donné que la tourmente économique est imminente et que l'Amérique ne pourra pas se sortir rapidement de la situation avec COVID-19, M. Trump devrait être très nerveux.

 

- Le coronavirus ne pourrait-il pas être une arme pour certains cercles politiques - par exemple, les démocrates des États-Unis et le "Komsomol" chinois, comme on appelle parfois la faction des hauts fonctionnaires du parti de la République populaire de Chine, qui a grandi à la base, qui s'est élevée à partir des militants du Komsomol et a joué son jeu contre Xi Jinping ?

 

- Je serais d'accord avec cela si nous nous demandions : à qui profite la propagation du virus ? Oui, ces groupes en bénéficient. Mais si vous vous engagez dans une guerre, vous devez d'abord vous poser la question suivante : comment vais-je m'en sortir ? Si vous lancez les dernières armes bactériologiques dans le monde, demandez-vous : comment vais-je les contrôler ? Lorsque l'URSS est entrée en Afghanistan en 1979, personne n'a discuté de la manière dont nous allions nous en sortir. Cependant, lorsque nous sommes entrés en Afghanistan, nous avons immédiatement corrigé une erreur : nous avons emporté des armes nucléaires avec nous là-bas, mais en quelques mois seulement, nous les avons sorties de là.

 

Pour en revenir à ma thèse initiale, je répète : je ne considère toujours pas COVID-19 comme un jeu de réflexion stratégique et à long terme. Car derrière le panneau de contrôle, ce jeu n'est visible par personne. Et c'est bien cette télécommande ? Ni les démocrates américains, ni le Komsomol chinois, ni la CIA, ni le Kremlin ne voient de levier. La biocénose, en tant que puissance supérieure, joue selon ses propres règles établies par le Tout-Puissant.

 

- La Russie est-elle prête à faire face à une pandémie ? Ce n'est que le 25 mars que Vladimir Poutine a proposé une série de mesures extraordinaires - il a reporté le vote sur les amendements constitutionnels, annoncé une semaine de vacances pour tout le pays, promis des paiements, des avantages, etc.

 

- Bien sûr, Vladimir Poutine aurait dû prendre ces mesures un peu plus tôt, d'autant plus que nous avons une expérience négative d'autres pays : les Chinois - suivis par les Italiens, les Américains, les Espagnols, etc. Il est clair que le moment clé pour Poutine et le Kremlin dans la décision d'introduire une situation d'urgence a été la question du référendum du 22 avril et le vote sur les amendements constitutionnels. C'est pourquoi ces bureaucrates athées avaient une prière en tête : il serait plus rapide d'organiser un référendum et d'empêcher la panique de se répandre, et tout irait bien là-bas. Mais ils n'ont même pas pu se rendre jusqu'en avril. C'est la première chose.

 

Deuxièmement : je ne suis pas sûr que nous disposions d'informations adéquates sur la situation réelle du coronavirus en Russie. Cela a été indirectement confirmé par le maire de Moscou, Sergey Sobyanin, qui, lors d'une réunion avec Poutine, a déclaré directement : nous ne connaissons pas la situation réelle ni dans la capitale ni dans les régions (littéralement : "Le fait est que le volume de tests est très faible et que personne au monde ne connaît la situation réelle" - Ed.) Je conseillerais aux responsables russes de s'inspirer de l'expérience de la Chine - à partir du moment où, après le 15 janvier, les Chinois ont commencé à prendre des mesures très strictes, isolant complètement Wuhan, arrêtant la circulation, mettant les gens en quarantaine à domicile et introduisant une surveillance totale. Les défenseurs des droits de l'homme pleurent : les communistes chinois ont transformé le pays en camp de concentration ! Vous savez, il vaut mieux aller dans un camp de concentration pendant un certain temps que dans un cimetière pour toujours ! Nous ne devrions donc pas être en retard, mais plutôt imaginer ce qui se passe.

 

Mais, malheureusement, ces dernières années, la qualité de la médecine russe a considérablement baissé, et les tests pour déterminer le coronavirus, nous n'en avons presque pas. Et si elles le font, combien de temps faudra-t-il pour les mettre en œuvre ?

 

- Cependant, si je comprends bien, avons-nous des raisons politiques à notre retard ?

 

- Et pas seulement cela. Il y a aussi la négligence habituelle, le manque de volonté d'agir et de donner de l'argent aux régions - l'argent qui sera nécessaire demain pour acheter le plus nécessaire. Nous devons maintenant ouvrir d'urgence un de nos cubes de "stabilisation", mais cela ne se fait pas. Ils distribuent de l'argent, mais petit à petit - aux retraités, aux familles avec de jeunes enfants.

 

- Il se trouve que les premières nouvelles concernant le coronavirus en provenance de Chine ont coïncidé avec le changement de gouvernement en Russie et le lancement de l'opération Transit. Poutine pourra-t-il maintenant mener à bien ses réformes ou COVID-19 va-t-il même ajuster les plans de l'ancien président russe "d'avant-garde" ?

 

- La possibilité de tels ajustements existe sans aucun doute. La tâche principale du Kremlin est donc de prévenir la panique. D'autre part, comme à l'époque d'Andropov, nous ne connaissons pas notre propre pays. Le monde est choqué par le nombre de décès dus aux coronavirus (au moment où nous écrivons ces lignes, ils sont environ 23 000 - Ed.). Aussi cynique que cela puisse paraître, le problème n'est pas tant de savoir combien de personnes vont mourir du coronavirus que de savoir ce qui se passera ensuite. Comment le scénario évoluera-t-il ? Il est possible que quelqu'un réfléchisse déjà à une stratégie en plusieurs étapes, dont COVID-19 n'est que l'un des premiers maillons dans le contexte de la crise économique mondiale qui se développe. Après tout, en Chine, en plus de COVID-19, il existe une nouvelle infection - l'hantavirus - et des gens en meurent déjà. Personne ne sait si ces deux virus sont liés.

- La Russie a connu plusieurs pandémies au cours de son histoire, de la peste et de la variole au Moyen-Âge au typhus et au choléra pendant les révolutions et la guerre civile. Et presque à chaque fois, la pandémie s'est superposée à des troubles sociaux internes. Alors, Poutine va-t-il garder la situation sous contrôle ? Ou devons-nous attendre les émeutes "coronavirus" comme celles du "choléra", qui ont déjà eu lieu en Russie et qui ont également été provoquées par des rumeurs de panique, le manque d'informations fiables, etc. (Au fait, pendant la quarantaine du choléra en 1830, Alexandre Pouchkine s'est assis à Boldino et a écrit sa "fête pendant la peste").

 

- De mon point de vue (bien que je puisse me tromper), il n'y aura pas d'émeutes "coronavirus". COVID-19 se répand dans le monde entier, parfois de la manière la plus catastrophique, comme en Italie, mais nulle part il n'y a d'émeutes. Pourquoi pas ? Car dans des moments comme celui-ci, aussi cynique qu'il puisse paraître, la peur de sa peau se fait sentir. Peur pour votre famille. Et elle commence à dominer d'autres peurs. Les personnes dans cette situation ne font pas la grève et ne construisent pas de barricades. Quant aux émeutes du choléra de 1830, elles ont provoqué une famine dans le pays et ont donc eu un écho. Quelque chose comme ça me fait peur maintenant.

 

Le fait est que nous sommes confrontés à une période de dépression économique à long terme. À cette occasion, les analystes ne se prononcent que sur un seul point : sommes-nous déjà entrés dans la crise économique mondiale ou sommes-nous en train d'y entrer ? La majorité absolue des experts est d'accord : la récession est déjà inévitable. La question suivante est : cette récession va-t-elle se transformer en une grande crise comme celle de 1929 (la Grande Dépression), ou tout va-t-il se dissoudre grâce à une injection constante d'argent ? Je viens du fait qu'une crise économique totale ne va pas se dissoudre. Seule son ampleur n'est pas claire : ressemblera-t-elle à la crise de 2008-2009 ou aurons-nous tous sur les lèvres le goût amer de la "famine américaine" de 1929-1933 ? Les Américains sous Barack Obama ont commencé à se préparer à une nouvelle dépression : la première phase pour eux a été 2008, la seconde - 2013-2014. La troisième phase, selon les prévisions, devait avoir lieu soit en 2020, soit en 2021.

 

Dans ce contexte, le coronavirus n'est pas la cause de la crise économique, il n'est qu'un déclencheur. Les contradictions accumulées auraient conduit à un effondrement économique même sans cela. Mais l'effondrement a commencé maintenant, car COVID-19 a secoué l'avalanche qui avait stagné. Et maintenant, nous devons nous préparer à une situation négative à long terme. Et la situation de la planification en Russie n'est pas excellente, bien qu'une loi entière "sur la planification stratégique" ait été adoptée. Mais cela ne fonctionne pas, car il n'y a pas de prévision stratégique. Comment est-il possible de planifier si l'on ne dispose pas d'un ensemble suffisant de scénarios, de modèles, de bases de données nécessaires, etc.

 

Néanmoins, comme je l'ai dit, il n'y aura pas de révoltes de coronavirus en Russie, mais à moyen terme (six mois à un an), le pays sera confronté à d'énormes problèmes : l'économie sera dans une situation difficile, les petites et moyennes entreprises s'effondreront à bien des égards et l'État lui-même pourrait se retrouver à nouveau en situation d'endettement total. N'oublions pas qu'entre 2008 et 2009, la Russie s'est classée deuxième en termes de profondeur de la baisse du PIB, alors que les prix du pétrole étaient encore élevés. Et maintenant, il ne le fait pas et ne le fera pas.

 

Une récession complète a déjà commencé dans le monde, en Allemagne, aux États-Unis et au Japon. Et en Russie aussi. Mais notre budget, contrairement à celui de l'Allemagne ou du Japon, repose encore principalement sur les revenus du pétrole, dont le baril fluctue aujourd'hui entre 25 et 30 dollars. À long terme (20 ans), le pétrole peut même quitter nos vies, laissant la place à des produits de substitution. Le baril pourrait tomber à 10-15 dollars. Sommes-nous prêts pour cette situation ? Ou bien n'y pensons-nous pas du tout ? Si le Kremlin est toujours pressé d'adopter des amendements constitutionnels et de s'engager dans la politique au lieu de l'économie, cela pourrait devenir un déclencheur supplémentaire d'irritation pour le peuple.

 

Qu'est-ce qui me fait peur dans la situation actuelle ? À la veille de l'effondrement de l'Union soviétique, nous avons eu une grande dispute avec les Américains et les Saoudiens. En 1989, le prince Turki ibn Faisal Al Saud, alors chef de la sécurité saoudienne, est venu à Moscou. Les Américains lui ont mis beaucoup de pression, mais le prince Turki était un homme intelligent et ne voulait pas mentir complètement sous les États-Unis. Il est donc venu en URSS pour négocier et trouver un nouveau modèle de jeu. Cependant, à Moscou, au niveau approprié, personne ne l'a même rencontré.

 

Maintenant, nous nous battons à nouveau avec les Saudits. Dans le même temps, Riyad commence à exercer une pression très forte sur Washington pour qu'il continue de battre la chaise sous la Russie. Ainsi, l'histoire se répète. Tout ce qui est nouveau, c'est l'épidémie de coronavirus.

- Pourtant, la Russie est en train d'ajuster ses plans. En fait, le 75e anniversaire de la Grande Victoire en rapport avec le coronavirus se révèle être une grande question - la fête a été planifiée comme étant entièrement russe et de masse, avec un grand défilé sur la Place Rouge, et dans les conditions actuelles, c'est à peine possible.

 

- Le pays a besoin d'un certain succès, et un événement aussi grandiose que le 75e anniversaire a été conçu dans cette optique. Entre-temps, comme je m'en souviens moi-même, jusqu'en 1965, le jour de la Victoire n'était pas célébré. Pourquoi pas ? Parce qu'ils se sont souvenus du prix de la victoire. J'ai grandi dans la rue, où dans chacune des quatre maisons voisines, il y avait des gens qui se battaient, étaient blessés, mais aucun d'entre eux n'aimait s'en souvenir. Mon père a également été blessé trois fois au front. Mais ni lui ni ses amis n'ont parlé de leur passé militaire, car il était en quelque sorte amer et désagréable pour eux. Et puis, sous Leonid Brejnev, le culte de la Victoire a été créé, et maintenant nous en sommes les héritiers et les successeurs volontaires.

 

Je voudrais citer un livre intéressant, publié en Chine à la fin des années 1990 : "Pourquoi l'Union soviétique s'est-elle effondrée ? Il s'agit d'un grand ouvrage en quatre volumes dans lequel des scientifiques chinois ont analysé les causes de "la plus grande catastrophe géopolitique du siècle". Entre-temps, aucun livre de ce type n'est jamais paru en Russie - personne ne l'a écrit. J'en ai parlé avec un grand patron : "Si vous ne voulez pas créer votre propre travail similaire, traduisez-le au moins du chinois ! Les experts chinois ont essayé d'approcher de manière objective, impartiale, afin de ne pas répéter les erreurs de la Russie elle-même. "Si quelque chose vous semble discutable, fournissez vos commentaires aux folios chinois", ai-je alors suggéré. Non, personne n'a rien fait !

 

Le capitalisme moderne est un système beaucoup plus complexe que le socialisme précédent. Prenons la même Chine : pour passer d'une forme industrielle plutôt primitive de socialisme, les Chinois n'ont pas honte d'apprendre. Savez-vous combien il y a d'étudiants chinois dans l'Amérique moderne qui sont venus étudier le capitalisme moderne ? 370 000 personnes ! Ils étudient, ils ne disent pas qu'ils sont si grands, qu'ils ont une civilisation millénaire, etc. Ils comprennent que les mystères du capitalisme sont à l'intérieur, dans les profondeurs, et ils ont besoin de savoir pour être adoptés, pour pouvoir comprendre de près. De ne pas déclarer, comme l'a fait Anatoly Chubais en son temps, "l'ère de l'accumulation initiale du capital" comme la bannière du capitalisme russe, et de se calmer sur ce point.

 

Il existe une citation célèbre de Kenneth Boulding, l'un des créateurs de la théorie générale des systèmes : "Le seul conseil que l'on puisse donner à une personne qui pense à l'avenir est le suivant : soyez toujours prêt à être surpris ! Et en ce sens, nous devons être prêts à être surpris, et peut-être désagréable d'être surpris. Le coronavirus n'est probablement qu'un début.

 

- Que doivent faire les régions russes en cas de pandémie ? Je comprends que la plupart des régions sont soumises aux diktats du centre fédéral et ont très peu d'autonomie. Mais sont-ils capables de prendre des mesures d'autoprotection contre l'infection ?

 

- Les régions russes doivent maintenant faire ce que la Chine a déjà fait à l'intérieur de leurs provinces. Nous devons nous isoler autant que possible. Dans les conditions actuelles, la tâche du Tatarstan est de vérifier son état de préparation à la mobilisation, indépendamment des signaux provenant du centre.

 

- Les pandémies et les crises pour un homme religieux et un croyant ont toujours un sens providentiel et purificateur. En tant que musulman, avez-vous une quelconque providence dans le coronavirus ?

 

- Ce qui se passe maintenant est un test pour savoir qui a un iman et qui n'a pas la foi.  Les épreuves que le Tout-Puissant nous donne poussent la réponse à la question : "Croyez-vous ou non ? Quelle est la valeur de votre foi ? Je dis "croire" dans le sens profond du terme, et pas seulement dans le contexte de symboles et de rites purement religieux. Vous souvenez-vous du célèbre cas du Dr Robert Koch, prix Nobel, qui a découvert le bacille de l'anthrax et le bacille de la tuberculose ? Un jour, le Dr Koch a apporté ses cônes de bacille lors d'une réunion avec des étudiants, des journalistes et des professeurs. Ces bacilles auraient pu infecter des milliers de personnes avec la tuberculose. Mais un opposant de longue date au scientifique, le docteur Max von Pettenkofer, qui prétend que tout cela n'est que spéculation et contes de fées, et Koch lui-même un fraudeur qui veut tromper les hamburgers normaux, ont également assisté à la même réunion. Pour preuve, Pettenkoffer a bu le contenu d'un flacon contenant des embryons de choléra. Et non seulement il n'est pas mort après cela, mais il n'est même pas tombé malade (les témoins ne nous parlent que d'une maladie bénigne). Pourquoi Max von Pettenkofer est-il resté en vie ? Parce qu'il était absolument sûr d'avoir raison, et qu'il avait des pouvoirs supérieurs de son côté.

 

Autre exemple actuel : en Inde, où le coronavirus est presque plus répandu qu'en Chine, un nombre relativement faible de personnes ont néanmoins contracté le virus (environ 650 sur une population de 1,5 milliard - Ed.). Pourquoi ? Les Indiens eux-mêmes prétendent avoir à leur disposition leur propre «cola», qui renforce leur système immunitaire. Je parle de l'urine des vaches sacrées. Comme ce sont des animaux sacrés, les Indiens ne mangent ni viande ni lait de vache. La seule chose dont ils disposent, surtout dans les situations épidémiologiques aiguës, est l'urine de vache ou de taureau. Alors, qu'est-ce qui les sauve vraiment de l'infection ? Je pense que c'est la confiance dans les propriétés curatives et surnaturelles de ce "cola" indien particulier qui les sauve.

 

Pendant les pandémies, vous ne devez pas concentrer vos espoirs uniquement sur l'achat de sarrasin et de rouleaux de papier toilette. Si vous faites cela, vous croyez au sarrasin et au papier toilette. Peut-être de la vodka et des lingettes humides. Mais vous ne croyez pas en Dieu. Croire, c'est penser et Le connaître tout le temps. Si toutes les pensées tournent autour du sarrasin, alors Dieu disparaîtra certainement. On devient complètement sans défense. Et aucun papier toilette ne peut vous sauver.

 

Les Américains sont considérés comme une nation fidèle, malgré tout, et tous les États sont imprégnés d'un réseau d'églises et de lieux de culte. Mais à un moment critique, un Américain court vers un magasin et achète une arme à feu. Il est donc en fait un non-croyant - il ne compte pas sur Dieu, mais seulement sur les poulains et les revolvers. Mais l'iman (la "foi" arabe) ne tolère pas l'hypocrisie !

 

 

Shamil Sultanov

 

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) - philosophe, historien, publiciste, personnalité publique et politique russe. Président du Centre de recherche stratégique "Russie - monde islamique". Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Shamil Sultanov : Le coronavirus a secoué une avalanche bloquée au-dessus de l’abîme (Club d'Izborsk, 30 mars 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :