Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

"UN HOMME RUSSE NE PEUT PAS SE SENTIR HEUREUX SI UNE INJUSTICE SE PRODUIT QUELQUE PART" (Charles de Gaulle). Entretien de Elena Jomullo (Елена Хомулло) avec le général Leonid Grigorievich Ivashov (Леонид Ивашов)

20 Mars 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Général Leonid Ivashov, #Philosophie, #Politique, #Russie

"UN HOMME RUSSE NE PEUT PAS SE SENTIR HEUREUX SI UNE INJUSTICE SE PRODUIT QUELQUE PART" (Charles de Gaulle). Entretien de Elena Jomullo (Елена Хомулло) avec le général Leonid Grigorievich Ivashov (Леонид Ивашов)

pravoslavie.ru

19.11.2015

 

Le général Leonid Grigorievich Ivashov - personnalité militaire et publique russe, président de l'Académie des problèmes géopolitiques, professeur du département de journalisme international de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou, membre de l'Union des écrivains russes - au cours de la conversation nous a littéralement révélé le monde entier : l'état actuel de la planète est devenu évident.

 

L'entretien avec lui a révélé les problèmes cachés de la civilisation, le conflit entre le phénomène mondial et les pays individuels, auquel l'équilibre actuel des pouvoirs sur la scène mondiale pourrait éventuellement conduire.

 

Elena Jomullo (Елена Хомулло): Leonid Grigorievich, vous êtes le président de l'Académie des problèmes géopolitiques, vous êtes engagé dans l'étude des conflits depuis de nombreuses années. Quel est l'équilibre géopolitique des pouvoirs dans le monde aujourd'hui ?

 

- La situation mondiale actuelle est évaluée comme un conflit complexe permanent entre les idéologies, les civilisations, les sens de la vie, entre le passé et l'avenir. Lorsque l'humanité avait un objectif et une vision clairs de l'avenir, il n'y avait pas de conflit avec le passé - c'était la base de l'aspiration à l'avenir. Et lorsqu'un tel objectif n'existait pas - presque tous les peuples vivent maintenant dans un état de dépression, d'incertitude quant à l'avenir, de non-sens de leur vie - la plupart des pays retournent au passé, y compris la Russie, à cet ordre soviétique, au nom de Staline.

 

Dans le processus géopolitique mondial, les civilisations ethno-culturelles (en tant que formes supérieures d'association sociale des peuples) occupent les premières places. Les États ont déjà été vaincus par la communauté oligarchique transcontinentale mondiale. Comme la réponse à cette oligarchie gouverne aujourd'hui le monde (elle ordonne des révolutions, des guerres, spécifie une mauvaise voie de développement, impose des normes de consommation, antihumaines : mariages homosexuels, etc.), la société vit à son tour selon les lois de la nature et de l'espace, et par conséquent les civilisations mondiales viennent sur les principales positions.

 

Le principal conflit aujourd'hui oppose les civilisations de type oriental, dont l'Amérique latine, et l'Occident, où le ballon est dirigé par le grand capital financier. L'axe de confrontation entre l'Occident et l'Orient est en train de se rétablir - les civilisations, les États et les peuples s'opposent aux communautés transnationales. Cet état est dangereux, il conduit au déclenchement d'une guerre mondiale. La tâche de la civilisation russe, qui réunit pratiquement 200 ethnies, est de réguler les relations entre les autres, même les anticivilisations, comme l'Occident.

 

Chaque civilisation mondiale, comme le monde végétal, le monde animal, a sa propre fonction. Ils sont créés et construits principalement parce qu'ils ont besoin d'un équilibre, d'un équilibre des forces - tant dans la nature que dans la société.

 

- Selon vous, quels sont les vecteurs du développement humain aujourd'hui ?

 

- Il existe aujourd'hui trois vecteurs de développement. La première est une tentative de l'élite anglo-saxonne de construire un ordre mondial unipolaire, la seconde est une oligarchie créant son monde monopolaire sous le pouvoir de l'argent, en utilisant la puissance militaire, économique anglo-saxonne, mais il y a aussi un troisième vecteur - le monde multipolaire. Son expression vivante est un groupe de pays BRICS. Seulement cinq pays qui sont des pays matriciels - la base des civilisations futures : Le Brésil - Amérique latine, l'Afrique du Sud - Afrique, la Chine et l'Inde, respectivement, l'Asie et la Russie agissent toujours en tant qu'État, mais on assiste progressivement à une restauration de sa structure civilisationnelle en tant que civilisation russe et du destin commun de tous les peuples qui faisaient partie de l'Empire russe, et ensuite de l'URSS. Le processus qui a commencé comme une union économique eurasienne va se transformer en une union de peuples.

    

- Jusqu'à quel point le monde est-il entré dans un état de conflit, de délabrement spirituel et moral ? Comment voyez-vous la sortie de cette situation ?

 

- L'ordre mondial occidental, dominé par un capital immoral, est dans une impasse et il n'y a plus de développement. Entre autres choses, il y a un conflit entre l'homme et la nature. Nous sommes appelés sur cette terre en tant qu'êtres intelligents afin de maintenir l'harmonie, d'équilibrer les relations même dans le domaine de la flore et de la faune, de maintenir l'équilibre entre l'Ouest et l'Est. Le monde doit être multipolaire. Cette idée a été confirmée par le philosophe russe Konstantin Nikolaevich Leontiev, qui a dit que chaque nation porte sa propre culture, ce qui explique pourquoi notre monde multicolore et complexe est si beau et si stable.

 

Après l'effondrement de l'URSS, ils ont tenté de créer un ordre mondial unipolaire. Les Américains ont essayé de prendre la tête de l'arène mondiale, mais ont été paresseux pour élaborer la théorie scientifique. Tout d'abord, ils misaient sur la supériorité militaire sur tous les autres (leur budget militaire dépassait de loin les budgets des autres pays), voulaient faire servir tout le monde et augmenter les profits de leur entreprise, ensuite - sur la puissance économique et enfin - sur l'impudence politique. Tout cela est simplement primitif, de sorte qu'aucune théorie d'existence dans un monde unipolaire n'a été envisagée pour les autres nations.

 

Aujourd'hui, la situation change, la voie de sortie est devenue claire. Il est apparu une "matriochka géopolitique" - l'Union eurasienne - le centre de l'Eurasie, l'organisation de Shanghai - c'est déjà une construction civilisationnelle du continent eurasien - et le groupe BRICS - une coalition qui est une alternative à l'Occident. Il y aura des relations complètement différentes dans cet ordre mondial. Leurs communautés scientifiques, intellectuelles et spirituelles doivent créer un système de valeurs interétatiques, des relations intercivilisationnelles de type "non occidental", un système de sécurité, leur propre monnaie, un modèle d'économie qui ne vole pas la nature.

 

Ce n'est pas un hasard si une réunion d'écologistes s'est tenue en avril 2015 - le processus de compréhension de la nature non-usage des relations avec la nature est en cours. Non seulement les dirigeants des pays de l'OCS et du BRICS se sont réunis à Ufa en juillet de cette année, mais le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Platonovich Patrushev, a rencontré ses collègues, et a ainsi parlé du futur modèle de sécurité. Sergey Naryshkin a réuni les présidents des parlements de ces pays - les bases d'un système plus juste que la soi-disant "démocratie" occidentale sont déjà en cours de construction. Les dirigeants syndicaux ont également discuté de leurs problèmes sociaux, ce qui est important. Comme on peut le voir, le nouveau monde se construit progressivement.

    

Quant à la Russie elle-même, ses actions en Syrie, elle a atteint sa géopolitique traditionnelle, dont l'essence a été le mieux exprimée par le général Charles de Gaulle : "Un homme russe ne peut pas se sentir heureux si une injustice se produit quelque part". Et c'est notre tâche, notre direction - construire un nouveau monde juste. De plus, en Syrie, nous sauvons la civilisation islamique et aidons l'Europe à survivre.

 

- Aujourd'hui, la Russie entre sur la scène mondiale. A votre avis, en quelle qualité notre pays est-il représenté, quel rôle joue-t-il et que peut-il offrir au monde ?

 

- La Russie s'est volontairement retirée de l'arène mondiale lors de la proclamation de M. Eltsine en 1992 : "Notre objectif est de nous intégrer dans la communauté civilisée occidentale". Il ne comprenait rien à l'ordre mondial, ne lisait pas les classiques : Nikolaï Danilevsky, Oswald Spengler. Samuel Phillips Huntington, dans son ouvrage "Clash of Civilizations" de 1993, a montré que les civilisations peuvent être similaires à certains égards, mais qu'il est impossible de les intégrer les unes aux autres - l'identité de valeur des personnes est perdue. Nous voyons que les Américains et les Britanniques ont fait des Européens des gens différents, les ont mis aux normes de la civilisation marine, ont imposé une matrice de leurs valeurs : bénéfice, expansion, violence - et ont forcé les Européens, qui avaient péché à l'époque de l'Empire romain, à travailler dans la même direction. A noter : dès que notre pays a agi en leader de la résistance politique à l'Occident, a commencé à ne désobéir ni au capital occidental ni à l'impudence politique américaine (lorsque des sanctions nous ont été imposées, et que nous avons accepté ce combat), au défilé sur la Place Rouge se trouvaient des représentants de pays qui représentent 38% de la population de la Terre, et en 2010 - seulement 7% - sont américains, britanniques, français et polonais. La question est la suivante : quel système de valeurs spirituelles et morales remplira l'espace du monde futur ?

 

- Oui, j'allais justement vous poser cette question. Dans l'un de vos discours, vous avez dit qu'il y a aujourd'hui des leaders clairs : économiques - la Chine, politiques - la Russie, et qui pensez-vous est spirituel ?

 

- Lorsque nous parlons du nouveau monde - et non des civilisations occidentales - il devrait certainement y avoir un leader politique, économique et moral. Un leader économique évident, comme je l'ai dit, est la Chine. Quelle que soit la manière dont nous traitons notre PIB, la corruption, etc., la Russie a commencé à agir en tant que leader politique. Je me souviens de l'ouvrage du philosophe allemand Walter Schubart "L'Europe et l'âme de l'Est", où il écrit que cela plaise ou non à quelqu'un, mais l'avenir du siècle est pour les Slaves, l'âme de l'Est est la Russie. Selon lui, l'Occident a beaucoup donné à l'humanité, mais l'a privée de son âme, et sans l'âme, elle ne fonctionnera pas. Nous ne pourrons pas rendre l'âme à l'Occident, mais ces valeurs eurasiennes, qui sont la somme de tous nos peuples, sont universelles et acceptables à la fois pour les Indiens et les Chinois, et pour les Européens (s'ils veulent les accepter, bien sûr). Il est peu probable que nous soyons un jour un leader économique, mais un leadership spirituel et politique est indispensable.

    

- Il y a une guerre de l'information féroce, qui s'intensifie de jour en jour ; il y a une déchéance spirituelle, à la suite de laquelle les âmes humaines meurent - elles s'écartent des commandements de Dieu, mais personne ne compte ces victimes. Pensez-vous qu'il y a beaucoup de personnes spirituellement vivantes parmi nous ?

 

- Permettez-moi de le dire ainsi : de plus en plus de choses se développent de jour en jour. Néanmoins, il convient de noter la compétence avec laquelle les structures transcontinentales ont travaillé à l'anéantissement de nos âmes et de ce qu'elles ont anéanti. Il y a eu un déni de l'histoire, de la justesse de nos choix historiques ; les âmes ont été corrompues, avant tout, par la dimension matérielle et financière. Dans les années 1990, nous avons surtout réussi à nous inculquer que l'essentiel était que la Mercedes était plus cool que notre voisin, que la maison était plus grande, que les chaînes autour de notre cou étaient plus grandes, etc. Les premiers à s'y précipiter étaient des gens dont l'esprit n'était pas tout à fait sain, généralement sans aspiration à quelque chose de beau, de haut et de spirituel. Si une personne ne peut pas écrire un livre, faire une découverte scientifique, faire un dessin, et que vous voulez avoir l'air "cool", alors dans ce cas l'argent remplace le reste. Malheureusement, une partie importante des jeunes a succombé à cette astuce : à leurs yeux, avoir lieu ne signifie pas avoir une vie spirituelle.

Mais, néanmoins, même dans une université comme MGIMO (et je travaille avec des étudiants depuis de nombreuses années), je constate que le nombre de jeunes qui voient leur vie différemment augmente de jour en jour. Si l'on compare l'époque des années 1990 à celle d'aujourd'hui, il devient évident que, dans ces années-là, on ne pouvait même pas parler de l'entrée de la Crimée en Syrie (de telles choses ont été supprimées par les médias libéraux, la soi-disant intelligentsia libérale). Aujourd'hui, le cri "nous voulons aller en URSS - pour nourrir à nouveau le monde entier" est unique, et la société est sobre. Nous nous occuperons de l'ISIS du Moyen-Orient, mais il reste à lutter contre l'"ISIS intérieur", qui n'est pas moins dangereux. Ce sont d'abord des personnes vivant en Russie et y voyant non pas la Mère Patrie, mais le territoire qui peut être enlevé, volé, bombardé, etc. C'est l'ennemi de la plus dangereuse IGIL du Moyen-Orient.

 

- Et comment le combattre ?

 

- Des méthodes complexes. Vous voyez, vous ne pouvez que travailler contre le système, mais c'est le système le plus puissant qui dispose de beaucoup d'argent. Mais la culture est d'abord faite par des artistes, des écrivains, des poètes, quelqu'un de scientifique travaille de manière agile. Je suis convaincu que les gens ordinaires, les ascètes vont tirer la Russie. Et comment se battre ? Nous préparons les cours, nous enseignons, nous travaillons individuellement avec chaque étudiant, et non sur un caillou et un patron. On peut dire la même chose des scientifiques, des designers et des travailleurs culturels. Et l'essentiel est de changer constamment le contexte de l'information dans les médias et les réseaux sociaux.

 

- Que pensez-vous de la vie américaine ? Qu'y respire-t-on, y a-t-il une idéologie ? Et s'il y en a, quelle idéologie ?

 

- En tant qu'État fort, l'Amérique a créé une grande entreprise financière, industrielle, puis pétrolière. L'Union soviétique a joué un rôle énorme pour que les citoyens américains, au sens matériel du terme, ne vivent pas plus mal que notre agriculteur, notre professeur, notre scientifique collectif. Le projet géopolitique soviétique était attrayant. Après la Seconde Guerre mondiale, tout le monde a compris qui a vaincu Hitler, il y avait un grand respect pour l'éducation gratuite, la médecine, etc. Les Américains se sont sentis le concurrent le plus puissant et ont donc décidé pendant longtemps comment traiter avec les Noirs, qui étaient détenus par des esclaves même après la Seconde Guerre mondiale, comment être avec une telle condition de marché "survivre comme on veut". Il y a eu de nombreuses décisions, dont une politique de crédit - voler d'autres nations avec le dollar. Le coût d'un billet d'un dollar est de 15 à 17 cents, et tout le reste n'est même pas caché, mais constitue un profit évident. De ce fait, ils ont commencé à élever le niveau moyen de leurs citoyens pour devenir plus intéressants, pour s'opposer à l'idée du socialisme.

    

Les Américains ne pouvaient pas rivaliser honnêtement dans les domaines de la science, de l'éducation et de la médecine et ont mis en avant (puis ils ont commencé à imposer) des dimensions et une idéologie purement matérielles : "nous, les Américains, sommes les principaux dans le monde, il est donc important d'être américain. Je ne voudrais pas prononcer les mots que Mikhail Zadornov applique habituellement à cette nation. Ce ne sont pas les gens les plus instruits de la planète, c'est le moins qu'on puisse dire. J'ai enseigné à Harvard et je sais qu'il vaut mieux ne pas demander à un étudiant américain. Les représentants des pays asiatiques et même des pays africains sont beaucoup plus alphabétisés. Lorsque j'ai posé des questions sur les étudiants, Zbigniew Brzezinski a répondu avec colère qu'il n'avait vu aucun des étudiants les plus désapprouvés. La guerre en Irak dure depuis cinq ans et ils ne peuvent même pas trouver ce pays sur la carte, même l'Europe et l'Australie sont confuses.

 

Les autorités le font consciemment : "Prenez un coca, un hamburger pour que votre famille ne meure pas de faim - et cela suffit", si bien que la grande majorité des citoyens vivent aujourd'hui. Les élites de leurs États me jettent à la rue. Non pas la première, mais la troisième, la sixième personne, les journalistes d'État ne savent pas qui a combattu avec qui pendant la Seconde Guerre mondiale, peuvent facilement déclarer : "Nous, l'OTAN, vous avons vaincu. Par leur logique, la Russie a combattu avec l'OTAN. Les Américains n'ont donc absolument rien à envier.

 

Laissez-moi vous raconter un petit épisode. Lors de ma visite en Amérique, ils ont enregistré une rencontre avec un agriculteur - j'ai dû passer environ 24 heures avec lui. Ce fermier, en fait, a combattu au Vietnam. Selon lui, l'URSS existe toujours. À la fin de la conversation, j'ai été de nouveau surpris : j'ai parlé de mon ami, avec qui je me suis battu, en mentionnant qu'il était russe. Avec un sourire, il m'a donné une carte de visite (à son avis - mon compatriote), qui porte l'adresse : Melbourne, Australie. C'est ainsi qu'ils le voient.

 

Et vous vous posez involontairement une question : qu'arrivera-t-il à cette société si elle cesse de vivre aux dépens de la colonisation des autres par la méthode du dollar, la force militaire ? Patrick Joseph Buchanan, qui a travaillé comme conseiller auprès de trois présidents américains, écrit que d'ici 2015, l'Amérique se décomposera en trois États - afro-américain, latino-américain et purement anglo-saxon. Mais ne leur souhaitons rien, laissons-les vivre comme ils le savent.

 

- Est-il vrai qu'en Occident, les autres pays ne nous aiment pas ?

 

- Quand on nous dit que nous ne sommes pas aimés dans le monde, on nous induit en erreur. Ce n'est pas comme ça, croyez-moi, j'ai voyagé dans 69 pays. Le père de l'actuel président de la Syrie, Hafez Assad, a dit très sagement que le monde honnête tout entier regrette l'effondrement de l'URSS, en particulier les Arabes, et parmi eux les Syriens sont les plus nombreux. Ils sont désolés parce que le monde n'est plus équilibré, la sécurité n'est plus basée sur un équilibre des pouvoirs.

 

Ce n'est pas vrai qu'ils nous détestent. Et si nous sommes traités de cette façon, alors il n'y a que de l'argent pour les personnes qui viennent à l'étranger, mais pas de culture, pas d'éducation. C'est ainsi qu'ils brisent l'ordre, les traditions. À cause de ces personnes, une opinion erronée commence à se former. Quant aux Américains, ils ne nous connaissent tout simplement pas. Ils croient tout ce qu'ils diffusent à la télévision. Quant aux Européens, ils sont dépendants des banques occidentales et n'ont malheureusement aucun but. Un des classiques modernes disait qu'ils ont la volonté de pouvoir, mais pas de vivre. Les mariages homosexuels, ils commencent à épouser des animaux - de quoi cela peut-il parler ? Ce n'est plus une civilisation, et Dieu me pardonne d'avoir tort. Politiquement et culturellement, ils n'ont jamais été unis, ils ont essayé à travers l'Union européenne de créer quelque chose de proche de la civilisation. Nous pouvons dire aujourd'hui : ils ont échoué. Des centaines de milliers de réfugiés s'y sont précipités et demain, l'Europe va exploser. Et dans quelques années, nous entendrons "Salam Aleikum" au lieu de "Guten Tag" à la télévision européenne. Il n'y a pas lieu d'avoir peur. Nous avons vécu avec l'Islam à l'intérieur du pays, en construisant ensemble un espace spirituel. Les Napoléons et Hitler ne sont pas venus du monde islamique, mais d'Europe.

 

- Qui, comme on dit, est notre ami et qui est l'ennemi ?

 

- La question d'un allié géopolitique et d'un adversaire géopolitique doit être légèrement élargie. Même pour mes étudiants, je pose une question lorsque je lis "Géopolitique de l'Amérique" : que faire des Américains ? Si l'Amérique ne change pas, le monde ne sera pas équilibré. Il existe des civilisations avec leurs fonctions, et les anticivilisations comme les particules et les antiparticules, les herbivores, les beaux animaux et les prédateurs sont sur un pied d'égalité avec elles. La vie de consommateur individuel semble ne servir à rien, mais au nom du profit, ils ont créé un miracle tel qu'un téléphone portable. Il s'avère que pour l'Occident, en termes de culture et de civilisation, nous sommes des ennemis : ils ont tourné à l'Est, et nous allons sauver.

 

En 1904, John Bartysh, s'exprimant au Congrès, a déclaré que si l'Amérique avait un ennemi, c'était la Russie. Alfred Mehan - Amiral, auteur de la stratégie Anaconda - était toujours à la recherche d'une tactique pour étrangler le continent. Lorsqu'on a calculé que la Russie est le centre de l'Eurasie, sans lequel on ne peut rêver de domination mondiale, notre pays est devenu un rival soumis à un contrôle et à une destruction accrue. Mehan cherchait la formule pour étrangler la Russie. La stratégie d'Anacond a la phrase suivante : il est nécessaire d'occuper la bande située entre 30 et 40 degrés de latitude nord afin d'expulser le peuple russe de ces positions vers le nord, où, par la loi de la nature, il se dégrade et finit par mourir. Ce sont les souhaits. Et notre tâche fatidique est d'arrêter tous ceux qui tentent de venir sur notre terre.

    

- L'orthodoxie, selon vous, est une référence qui nous aidera à survivre spirituellement ?

 

- L'orthodoxie est une valeur merveilleuse. Nous devons comprendre l'essence de l'homme, que sur la planète Terre il n'est pas accidentel, et qu'il a été envoyé avec certaines tâches, parce que rien, même dans le monde animal et végétal, n'apparaît tout simplement pas. Toute essence naît parce qu'elle est utile pour maintenir l'harmonie. L'homme aussi. Ça ne vient pas d'un singe - c'est juste stupide. Il est doté d'un sens de l'amour, de la compréhension de la beauté, a été amené avec un certain nombre de fonctions, dont l'une est la conservation de la nature. Il est important de comprendre ce qui est primaire : la matière ou la conscience. La réponse est différente : énergie primaire de l'esprit, énergie de la matière, énergie de la pensée, etc. Il est nécessaire de combiner la connaissance scientifique et le spirituel en un seul système. C'est à ce moment-là que nous comprendrons beaucoup plus que nous ne le faisons actuellement.

 

- Quels devraient être, selon vous, les médias orthodoxes ? Quelles réponses donner, comment réagir aux événements modernes ?

 

- Tout d'abord, les orthodoxes doivent comprendre qu'ils sont appelés au bien et à la justice et qu'ils sont dotés de valeurs qui les aident à résister à l'injustice, à la ressentir, et qu'en leur essence, chacun d'entre nous est un guerrier. Même dans l'histoire, cela s'est manifesté. Sous l'Union de Florence en 1439, nous n'avons pas accepté le rôle des papes, nous avons commencé à défendre la vérité chrétienne. Puis Moscou - Troisième Rome : il y a la première doctrine géopolitique : garder l'orthodoxie, protéger les nations pour équilibrer le monde catholique qui, hélas, professe d'autres valeurs. Comme vous le comprenez, le Sauveur ne s'est pas accidentellement sacrifié - nous devons protéger cette vérité.

Nous montrons au monde que des peuples de différentes nationalités et religions peuvent vivre dans le cadre d'un destin historique commun

Les médias orthodoxes doivent donc être fermes sur la vérité. Et il faut aussi comprendre que l'orthodoxie en Russie a joué un rôle unificateur des autres religions et confessions. Dans une histoire, vous ne trouverez aucun autre pays où une religion domine et où l'autre est invitée comme État : en 1788, la Grande Catherine l'a fait exactement. Nous montrons au monde que des peuples de différentes nationalités et religions peuvent vivre dans le cadre d'un destin historique commun, partager entre eux, s'enrichir mutuellement de connaissances, de traditions culturelles et de modes de vie.

 

Pour parler franchement, la conversation s'est avérée si instructive et intéressante que j'ai voulu poser une autre série de questions, et Leonid Grigorievich a gentiment accepté la proposition de devenir un invité régulier de notre portail.

 

Entretien d'Elena Jomullo (Елена Хомулло) avec le général Leonid Grigorievich Ivashov

 

19 novembre 2015.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Source: https://pravoslavie.ru/87857.html

Logo du Club d'Izborsk, auquel appartient le général Leonid Ivashov

Logo du Club d'Izborsk, auquel appartient le général Leonid Ivashov

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :