Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Shamil Sultanov : La principale contradiction de la Russie d'aujourd'hui est la contradiction entre l'Etat et la société. (Clud d'Izborsk, 6 avril 2020)

16 Avril 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles

Shamil Sultanov : La principale contradiction de la Russie d'aujourd'hui est la contradiction entre l'Etat et la société.

 

6 avril 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19108

 

 

"Je n'y crois pas !" - dirait une fois de plus ses célèbres paroles Stanislavski. Je ne crois pas non plus, tout comme la majorité absolue des gens ordinaires.

 

Et il n'y a pas besoin d'illusions et de bêtises. La Fédération de Russie actuelle est en principe incapable de développer son projet de mobilisation, et encore moins de le mettre en œuvre. Pourquoi non ?

 

Premièrement, la Russie est un pays purement capitaliste, et la société russe est une société profondément petite-bourgeoise. Ici, le principe règne ouvertement ou indirectement : chacun pour soi, un seul Dieu pour tous.

 

Deuxièmement, la principale contradiction de la Russie actuelle est la contradiction entre l'État et la société (c'est ainsi que les grands classiques nous l'ont appris !). Non seulement l'État actuel méprise le « Grand Peuple" de diverses manières et sous diverses formes, mais il ne le cache pas. Et les gens (pas de conneries !) détestent tranquillement et ne croient pas en l'État, parce qu'ils essaient de survivre de toutes leurs forces.

 

Troisièmement, qui est le principal ennemi interne qui n'autorisera jamais, en aucune circonstance, des projets mobiles et autres ? Il existe un tel ennemi - "l'état profond". Il est très complexe, mystérieux en Russie, comme une pieuvre monstrueuse avec des milliers de tentacules invisibles et tortueux. Mais au cœur de ce système se trouve le système national de corruption. Au fait, aux États-Unis, le cœur du Deep State est le complexe de renseignement militaire. En Chine, d'ailleurs, c'est la même chose.

 

Eh bien, c'est notre "État profond" d'origine qui dirige vraiment la Russie, et non le président et le gouvernement. Et ce, cet "état profond" s'est déjà mobilisé à ce stade. Des initiatives pertinentes sont déjà en cours d'élaboration et proposées au public. Par exemple, pas moins de 12,5 milliards de roubles ont été alloués à l'achat d'un IVL dans le cadre de la lutte contre les coronavirus. Ceci est pour toute la Russie. Et pour l'achat de tuiles de bordure à Moscou - 16,5 milliards de roubles. Les données officielles.

 

Quatrièmement, le projet de mobilisation est avant tout une responsabilité, une énorme responsabilité. Et les autorités officielles dans le cadre du projet de mobilisation nationale devraient montrer l'exemple d'une telle responsabilité. Mais les autorités russes sont irresponsables (par opposition à l'"État profond" - c'est là que les gars sont responsables de leurs paroles !), donc cela montre un exemple correspondant au "peuple russe multinational".

 

Ainsi, la loi sur la planification stratégique a été adoptée en 2013. Soit en 2018, soit en 2019, l'un des "pontes" du Kremlin a déclaré directement et publiquement que, pour une raison quelconque, cette loi ne fonctionne pas. Bien sûr, cela ne fonctionne pas et ne fonctionnera pas - pour deux raisons principales. Tout d'abord, parce que l'"État profond" russe a de telles lois "à l'ampoule". En outre, comment peut-on "planifier stratégiquement" s'il n'existe pas de concepts, de bases de données, de technologies et de méthodes de prévision stratégique. C'est pourquoi, clairement, tout ce que ces plans gouvernementaux irresponsables finissent par être du vent.

 

D'ailleurs, Staline a toujours préféré parler non pas la responsabilité abstraite, mais la responsabilité personnelle.

 

En ce qui concerne le thème de la responsabilité des autorités russes actuelles, il y a deux énigmes peu surprenantes. Combien d'anciens ministres russes, parmi ceux qui ont "dirigé" le pays, sont partis à l'Ouest, emportant avec eux leurs "honnêtes" millions ? La réponse est très simple, et il est facile de la trouver sur Internet. Mais il y a aussi une question plus compliquée : combien de ministres actuels se trouveront-ils à l'Ouest après avoir quitté leurs confortables bureaux actuels ? Je parie au moins six.

 

Cinquièmement, les autorités officielles ne savent pas ce qui se passe réellement en Russie, dans les régions, sur les "étages" encore plus bas et invisibles du pays ("l'État profond" le sait !). C'est pourquoi les données pertinentes, y compris les données statistiques, ne sont pas fiables, même pour les hauts fonctionnaires russes eux-mêmes.

 

Sixièmement, les autorités russes sont intellectuellement incapables d'offrir à la société une "cause commune" inspirante qui pourrait réellement mobiliser. Contrairement à l'"État profond" russe, qui a une "cause commune" si simple et si inspirante - "gagner" encore plus, et ensuite "gagner" mieux pour se cacher.

 

Septièmement, comme il n'y a pas de "cause commune", les autorités ne peuvent donc pas offrir à des dizaines de millions de personnes une image claire, compréhensible et sémantique d'un monde très complexe dans lequel nous vivons et dans lequel des pandémies absolument non aléatoires, comme le coronavirus actuel, ont commencé à apparaître. Et cela va sûrement se reproduire !

 

Mais cela signifie que les autorités n'ont pas un sens clair - même pour elles ! - l'image d'un avenir réel et inquiétant.

 

Et vous parlez de mobilisation et d'un projet de mobilisation. Non, comme l'a prédit le Mahabharata : "Notre chemin est dans l'obscurité !" Car chaque nation a le pouvoir qu'elle mérite.

 

 

Shamil Sultanov

Shamil Zagitovich Sultanov (né en 1952) - philosophe, historien, publiciste, personnalité publique et politique russe. Président du Centre de recherche stratégique "Russie - monde islamique". Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Shamil Sultanov : La principale contradiction de la Russie d'aujourd'hui est la contradiction entre l'Etat et la société.  (Clud d'Izborsk, 6 avril 2020)

Shamil Sultanov | Interview | 1ère partie : Le printemps arabe. Résultats et enseignements. Analytique pour le Moyen-Orient.

Assalamu alaikum. La paix soit avec tous. Chers abonnés, lecteurs de notre portail web. Nous vous présentons la première partie d'un grand entretien extrêmement instructif avec un politologue, historien et penseur de renommée internationale, spécialiste dans le domaine de la sociologie, de la théorie des élites et quasi-élites, auteur de livres et de publications sur divers sujets politiques et sociologiques, président du centre de recherche stratégique "Russie - Monde islamique", notre cher frère Shamil Zagitovich Sultanov. Dans cette grande interview, nous avons essayé de couvrir autant que possible l'ensemble des événements et des sujets les plus importants qui sont pertinents à notre époque et le seront dans un avenir proche.  

L'interview a été enregistrée le 8 février 2020.

Contenu de la première partie

L'étape actuelle de "l'éveil islamique". Quels sont les problèmes qui ont été révélés ?  Les conclusions qui peuvent être tirées et les tendances qui se dessinent. Quels sont les processus qui se déroulent à une accalmie visible. 
Analyse du conflit israélo-palestinien, de la situation dans la société palestinienne, de l'état de la résistance palestinienne et des problèmes au sein de l'entité sioniste. 
Devrions-nous attendre la paix au Yémen et pourquoi est-il important que l'Iran la maintienne ?  A propos de l'assassinat de Suleimani. La réponse de l'Iran et la possibilité d'une guerre chaude entre l'IRI et les États-Unis. 
La confrontation entre sunnites et chiites en Irak : les difficultés de la politique au Moyen-Orient.

Shamil Sultanov | Interview | Partie 2 : Tendances dans le monde islamique. La crise idéologique mondiale.

La deuxième partie d'un grand entretien extrêmement instructif avec un politologue, historien et penseur de renommée internationale, spécialiste dans le domaine de la sociologie, de la théorie des élites et quasi-élites, auteur de livres et de publications sur divers sujets politiques et sociologiques, président du centre de recherche stratégique "Russie - Monde islamique", notre cher frère Shamil Sultanov. Dans cette grande interview, nous avons essayé de couvrir autant que possible l'ensemble des événements et des sujets les plus importants qui sont pertinents à notre époque et le seront dans un avenir proche.  

L'interview a été enregistrée le 8 février 2020.

Contenu de la deuxième partie

Tendances dans le monde islamique. 
En route vers la formation d'élites et d'idéologies. 
Crise des valeurs et des idéologies dans le monde. 
Tendances à l'Ouest. A-t-il quelque chose à offrir ? 
Pourquoi la vision du monde scientifique est-elle défaillante ? 
Les évolutions possibles en cette période de crise pour le monde. La pensée islamique et son potentiel. Tendances démographiques dans le monde islamique.

Shamil Sultanov | Interview | Partie 3 : La politique américaine et son atout. Problèmes et scénarios possibles.

La troisième partie d'un grand entretien extrêmement instructif avec un politologue, historien et penseur de renommée internationale, spécialiste dans le domaine de la sociologie, de la théorie des élites et quasi-élites, auteur de livres et de publications sur divers sujets politiques et sociologiques, président du centre de recherche stratégique "Russie - monde islamique", notre cher frère Shamil Zagitovich Sultanov. 

Contenu de la troisième partie

La politique et l'atout des États-Unis. Qui est Trump : un étranger ou un protégé des élites ? 
Les initiatives de Trump sur le Golan et Jérusalem. 
Quelles sont les considérations qui ont déclenché le "pacte du siècle" et pourquoi est-il non viable ? 
La réaction du monde islamique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :