Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Sergei Batchikov :Le développement de la dépendance est dans une impasse. Y a-t-il une solution ? Rapport au Club d'Izborsk (Club d'Izborsk, 30 juin 2020)

30 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergei Batchikov :Le développement de la dépendance est dans une impasse. Y a-t-il une solution ?

30 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19558

 

 

Le rapport de l'auteur Sergey Batchikov au Club d’Izborsk.

 

 

Les traîtres sont méprisés même par ceux à qui ils ont servi.

Publius Cornelius Tacitus.

 

 

La pandémie et la crise économique qu'elle a aggravée, le régime prolongé d'auto-isolement nous encouragent à chercher des réponses aux principales questions de notre existence - sur les intérêts nationaux, sur la place de la Russie dans le monde d'aujourd'hui, sur la justice et, bien sûr, sur notre avenir. Pour construire notre avenir, plutôt que de s'enliser involontairement dans le tourbillon des événements, il est nécessaire de repousser "ce qui a été réalisé" en se référant à l'histoire récente.

 

La course d'Eltsine

 

Dans les années 80, la propagande Yakovlev-Gorbatchev proposait aux peuples de l'ex-Union soviétique un retour aux origines léninistes (sous cette sauce, il y a eu une révélation des "atrocités staliniennes", y compris l'industrialisation et la collectivisation), proposait la construction d'un "socialisme à visage humain", avec des éléments séparés de propriété privée. Sous le vocable d'"origines" et de démocratisation, il s'agissait en fait de la mise en œuvre d'un plan soigneusement étudié pour démolir le socialisme, dont Yakovlev parla plus tard non sans fierté. Si les véritables objectifs des traîtres n'avaient pas été soigneusement emballés dans de beaux emballages de valeurs universelles, les "architectes" de l'effondrement du pays n'auraient pas renforcé la journée à leur place. Mais ils avaient des conseillers compétents. Lorsque, sous le couvert de la démagogie de Gorbatchev et de mensonges sans fin, des événements sanglants ont commencé à Vilnius, Tbilissi et dans le Karabagh montagneux, il est devenu évident que la situation "mûrissait" au stade de la "démolition" et que de jeunes et énergiques "contremaîtres" ont été nommés pour remplacer les "architectes" de la perestroïka. Contrairement à Gorbatchev, qui était en quelque sorte utilisé comme un ténébreux, tous ces Burboulis, Gaïdars, Tchoubaïs, Kochi, Nechaïevs et Coh, qui se croyaient porteurs de connaissances et de valeurs néolibérales supérieures, étaient bien conscients de ce qu'ils faisaient et trahissaient délibérément les intérêts nationaux. Cette équipe d'assassins économiques a traité le peuple comme des masses indignes, obliques et barbares qui entravent le progrès et la prospérité du pays. Promettant de remplir les guichets vides, en conservant toutes les garanties sociales, et de construire le capitalisme sur le modèle des pays occidentaux, les "messies" néolibéraux étaient bien conscients qu'il n'y aurait pas de capitalisme américain ou européen en Russie, et que le pays serait piégé par un capitalisme périphérique, avec toutes les conséquences de ce statut. C'était une tromperie cynique profondément consciente, impliquée uniquement dans les intérêts de sa propre peau. Il n'y a pas de développement du pays dont on ne puisse parler.

 

Ayant reçu une éducation de base gratuite dans les universités soviétiques, les Jeunes Réformateurs devaient bien connaître les travaux des économistes latino-américains, R. M. Bernard. Prebisch, T. D. Santos, S. Furtadou et le sociologue allemand A. G. Frank, qui ont développé les concepts de développement dépendant et de capitalisme périphérique. Dans leurs travaux, il est démontré de manière convaincante que les pays économiquement développés du centre se développent de manière dynamique aux dépens de la périphérie, que le capitalisme périphérique n'est pas une étape transitoire vers le capitalisme occidental, mais une branche de développement sans issue. Sur la base du concept de développement dépendant, I. Wallerstein a développé le concept de systèmes mondiaux, selon lequel le Centre (l'Ouest), accumulant le capital du monde entier, exploite la périphérie par tous les moyens, en même temps qu'une régression politique et socio-économique est imposée aux pays dépendants.

 

Les scientifiques russes de l'Institut d'Amérique latine de l'Académie des sciences de Russie, qui connaissent bien l'expérience des réformes néolibérales au Chili, au Mexique, au Brésil et en Argentine, ont également mis en garde contre l'impasse du capitalisme dépendant. Dans leurs documents, ils ont souligné que le capitalisme périphérique ne permet pas de franchir le seuil de la dépendance, que les fonctions de décision et de recherche restent toujours au centre, et que le périphérisme se voit attribuer des fonctions exécutives, au cours desquelles seule l'économie arriérée est tirée vers le haut pour répondre aux exigences du système néocolonial. Dans le même temps, la périphérie souffre toujours de conséquences telles que l'épuisement des ressources, la pollution, la décapitalisation, le manque d'unité dans l'économie interne, la fragmentation de la recherche, la fuite des cerveaux, etc. Et maintenant, un tel modèle de "mexicanisation" au mieux, et au pire une "doctrine de choc" sur le modèle du régime de Pinochet au Chili, les mlado réformateurs, qui se voyaient comme des figures aimées du Centre civilisé, ont trompé la Russie. La démagogie mensongère des "architectes", combinée à la pression du chaos, des pénuries et des difficultés économiques, a paralysé la volonté de la population fatiguée des discours creux de Gorbatchev.

 

Dans les fringantes années 90, la liberté déclarée et l'absence de contrôle de l'État sur la société ont donné lieu à un chaos total et à l'anarchie. L'industrie, les sciences appliquées, les systèmes de survie et tout le mode de vie de millions de familles russes ont été détruits. La Russie s'est tournée vers le territoire prédateur exploité, la population a perdu ses économies, et les contremaîtres de la perestroïka ont compté avec satisfaction plusieurs millions de dollars dans leurs propres poches. La population de la Russie a été réduite de 600 à 800 000 personnes par an. La crise de cette époque n'a pas d'analogues dans l'histoire par sa profondeur et sa durée. Le journaliste italien J. Chiesa a donné une évaluation solide des actions des "réformateurs" : "Il ne sera pas facile pour les historiens futurs de comprendre la trahison massive des intérêts nationaux par les classes dominantes après qu'elles se soient installées au pouvoir par l'effondrement de l'URSS. Il n'y a pas un seul cas d'auto-liquidation du pays et de la culture de ce genre dans l'histoire. Il existe des exemples de défaites d'États à la suite d'une guerre. Ou à la suite de l'absorption par des cultures plus fortes, plus organisées et plus développées. Mais il n'a jamais été possible que la puissance mondiale, en un sens, l'empire, qui avait la plus grande culture et la plus grande science du monde parmi les deux ou trois premières puissances du monde, se rende sans combattre et atteigne en quelques années une autodestruction sans précédent. Il n'y avait jamais eu un tel conquérant qui louait (et sincèrement) le vainqueur. Comment cela a-t-il pu se produire ? Tout d'abord, ce sont les liquidateurs, qui constituent la classe dirigeante russe actuelle, qui sont à blâmer".

 

La bacchanale d'Eltsine, à l'instar du FMI lors de la crise asiatique de 1998, a conduit à une crise majeure du système financier russe qui s'est terminée par une défaillance en août. Le pays a pu faire sortir de l'échec de la défaillance le gouvernement des hommes d'État professionnels de Primakov-Maslyukov-Gerashchenko, le seul dans l'histoire moderne de la Russie qui était guidé par des intérêts nationaux. Le gouvernement, qui a réalisé un véritable miracle économique, a bénéficié du soutien de tous les députés de la Douma d'État et a agi contre les recommandations du FMI, a fait peser une grave menace sur les intérêts du centre mondial, et c'est pourquoi, seulement huit mois plus tard, en mai 1999, sur recommandation des conseillers occidentaux, Eltsine a été démis de ses fonctions. La haine du peuple russe envers Eltsine et les "réformateurs" était à la veille du deuxième millénaire si complète et si explosive que la question d'un successeur devait être résolue d'urgence pour que l'oligarchie des Compradores puisse conserver le pouvoir. Ce qu'il fallait, c'était un homme qui soit tout le contraire d'Eltsine à l'extérieur, mais qui puisse garantir la préservation de tous les résultats des fringantes années 90. Et le choix est tombé sur V. Poutine, qui a été nommé premier ministre par Eltsine en août 1999 et est devenu président par intérim de la Russie le 31 décembre 1999.

 

Vingt ans de Poutine

 

Dès le début, le nouveau président a déclaré qu'il n'y aurait pas de révision des résultats de la privatisation du pillage, que l'ensemble de la population considérait à juste titre comme illégale. Mais malgré cela, après l'abomination, le banditisme et les bacchanales volées dans les années 90, la population a immédiatement soutenu les efforts de Poutine pour imposer l'ordre le plus élémentaire et écarter du pouvoir les oligarques les plus odieux. Et puis, le pays et le nouveau président avaient le choix : entamer un difficile projet de mobilisation pour la restauration (un tel programme a été proposé au président de l'Union patriotique populaire de Russie - UPPR) ou, se contenter du statut d'appendice des matières premières et du pays du capitalisme périphérique, profiter des pétrodollars, transformés en actifs offshore, des Bentley, des Mercedes et des compradores immobiliers coûteux et de leurs services. Le programme des forces patriotiques a été présenté au nouveau président lors d'une réunion au Kremlin par une délégation de la NPFS composée de G. Zyuganov, S. Glazyev, Yu. Kashina.

 

Au cours de la réunion, qui a duré 4 heures, V. Poutine a parfaitement compris que la mise en œuvre du programme de mobilisation proposé nécessitait un sérieux renouvellement du personnel d'encadrement. Mais l'union personnelle du plus haut appareil d'État et de l'oligarchie héritée d'Eltsine exigeait la "continuation du banquet". Et le nouveau président a choisi la "continuation du banquet", faisant du système de famille et de clan d'Eltsine la base de la verticale du pouvoir. Le pays a été inondé de containers avec des voitures étrangères coûteuses et de la nourriture importée, et en même temps la dégradation des infrastructures et de la base de production a continué. Le développement s'est basé sur le programme des mondialistes G. Gref et A. Kudrin, qui ont proposé d'investir exclusivement "hors du pays" afin d'assurer la stabilité macroéconomique. Le seul argument que le président a écouté lors de la réunion avec la délégation du SNDP était l'adhésion à l'OMC, prévue pour 2004 à des conditions absolument liées (convenues par M. Kasyanov, A. Illarionov et Gref), ce qui impliquait l'égalisation des prix intérieurs des ressources énergétiques avec les prix extérieurs. Les membres de la délégation, chiffres en main, ont convaincu le Président que cette démarche était lourde de conséquences avec l'apparition de 20 millions de chômeurs dans le pays. Par crainte d'un régime de pouvoir personnel, le président a reporté l'adhésion à l'OMC, qui a eu lieu huit ans plus tard que prévu et à d'autres conditions.

 

Au cours du premier mandat présidentiel, sur fond de guerre sélective avec les oligarques et la corruption, de sortie progressive de l'effondrement des années 1990, de "l'urination des terroristes dans les toilettes", la cote du président n'a cessé de croître, presque au point que ses actions bénéficient d'un soutien universel. Après l'entrée en vigueur, le 1er janvier 2005, de la loi sur la monétisation des prestations, dont l'adoption a été perçue par la population comme une injustice et s'est accompagnée de protestations et de grèves de la faim des députés de la Douma d'État, la note a chuté de manière significative. Dans ce contexte, Poutine comprend peu à peu que la poursuite de la rhétorique libérale et des "roundelays" avec l'Occident pourrait le priver du soutien des électeurs. Une hausse inattendue des prix du pétrole (presque quatre fois plus) permet de résoudre des questions urgentes, tout d'abord pour rembourser les dettes, après quoi Poutine change radicalement de discours.

 

En 2007, dans son discours de Munich, le président a déclaré que la Russie n'allait pas se construire sur le modèle occidental et qu'elle allait défendre ses propres intérêts. Au lieu des passages franchement libéraux des premières années, on a entendu les bons mots sur une percée technologique, une nouvelle industrialisation, le développement de l'éducation, la fourniture aux citoyens de logements abordables, la non-application de l'âge de la retraite, etc. On nous a promis soit un développement innovant, soit de grands projets nationaux, soit des prêts hypothécaires abordables. Comme il s'est avéré plus tard, la tâche consistant à unir la population et à obtenir son soutien a ainsi été résolue. Mais les programmes économiques eux-mêmes ont continué à écrire les mêmes douloureusement familiers apologistes des marchés de la main invisible et conducteurs des intérêts du capital financier international - Greves, Mau, Kuzminovs, Nabiullins, Yasin, etc. En 2007, ils ont donné naissance et promu un programme conçu jusqu'en 2020, qui devait amener la Russie à de nouvelles frontières. Il était censé atteindre un taux de croissance économique de 6,5 % par an. D'ici 2020. Le PIB était censé augmenter de 66%. Il était clair pour tous les experts raisonnables dès le début que ces objectifs étaient absolument impossibles à atteindre dans le cadre du modèle actuel, ce qui a été confirmé par la suite. Au lieu des 66 % déclarés, le PIB a augmenté de moins de 6 %, et personne n'a été responsable, comme d'habitude, bien que les auteurs aient reçu des redevances de plusieurs millions de dollars.

 

Il ne fait aucun doute que tous les programmes ultérieurs des économistes libéraux subiront le même sort. Avant le sommet du G20 à Osaka en juin 2019, Poutine a déclaré de manière inattendue la fin de l'ère libérale dans une interview au Financial Times : "L'idée libérale est dépassée. Elle est entrée en conflit avec les intérêts de la grande majorité de la population". Mais la rhétorique populiste lettrée n'a pas été et n'est pas à l'origine de véritables réalisations à grande échelle, et la Russie, en termes de développement économique, a continué et continue d'être, comme l'a dit le brillant poète Nekrasov, "un pays de questions soulevées qui ne sont pas passées dans la sphère des affaires".

 

Contrairement aux joyeuses prévisions des ministres libéraux, les taux de croissance économique restent nettement inférieurs à la moyenne mondiale et la part de la Russie dans le PIB mondial ne cesse de diminuer. En raison de la baisse des investissements en actifs fixes, qui constituent la base de notre économie depuis des décennies, les entreprises subissent des millions de pertes. Dans le contexte de l'excès d'argent, que la Banque centrale ne cesse d'affirmer, les entreprises sont privées de crédit à long terme et seront artificiellement mises en faillite par les banques. Entre 2000 et 2017, plus de 74 000 usines et manufactures ont cessé de fonctionner. En raison de la baisse de la production pour la sixième année consécutive, le revenu réel de la population a chuté, 21 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Selon Rosstat, plus d'un quart des enfants (26 %) de moins de 18 ans vivent dans des familles dont le revenu est inférieur au minimum vital. L'application des décrets de mai visant des objectifs sociaux s'est transformée en une lutte pour obtenir des indicateurs formels. L'inégalité de la propriété s'accroît, et la Russie figure parmi les premiers pays du monde. Un millier de familles les plus riches dirigent réellement la Russie et concentrent dans leurs mains l'écrasante majorité des actifs rentables et du revenu national. Selon l'économiste français T. Picketti, le niveau d'inégalité en Russie est aujourd'hui plus élevé qu'il ne l'était en 1905 et avant la révolution de 1917 ! La corruption à tous les niveaux du gouvernement, les vols à grande échelle, la mauvaise gestion, les catastrophes environnementales, l'augmentation des accidents, voilà les réalités d'aujourd'hui. Le régime d'auto-isolement dû à la pandémie et l'interruption de la production vont inévitablement exacerber de nombreux problèmes.

 

Le mécanisme de fermeture et de désindustrialisation fonctionne bien. À la base, c'est-à-dire au niveau opérationnel et tactique, les décisions clés du gouvernement sont prises dans l'intérêt de l'oligarchie des produits de base, des spéculateurs financiers, des structures criminelles proches du pouvoir et des fonctionnaires corrompus eux-mêmes. Ainsi, de nouvelles opportunités sont créées pour la redistribution des pétrodollars et des flux budgétaires dans les poches de l'aristocratie offshore. La destruction du système énergétique unique, la privatisation du logement et des services publics, la commercialisation de l'éducation et des soins de santé, le démantèlement caché de l'Académie russe des sciences, la monétisation des bénéfices, une série interminable de réformes dévastatrices des retraites - toutes ces mesures ont été prises par les fonctionnaires afin d'enrichir et de créer des centres de profit pour les entreprises proches. À un niveau supérieur - systémique ou stratégique - les décisions gouvernementales clés sont prises en dernier ressort dans l'intérêt du capital transnational, des spéculateurs financiers internationaux et des représentants de l'establishment politique occidental, ce qui signifie la fermetur et la marchandisation de la Russie.

 

En janvier, Poutine décide de démissionner du gouvernement de Medvedev, dont on se souvient surtout pour sa phrase cynique "pas d'argent, mais tu t'accroches". Le maintien par le président d'un libéral ayant des connexions criminelles en deuxième position dans l'État, et l'incapacité totale du gouvernement à sortir l'économie de la stagnation, ont provoqué une indignation croissante de la population. Mais les attentes suscitées par cette démission ont été vaines. L'odieux Premier ministre et tous les ministres qui ont échoué dans leur tâche ont été remerciés pour leur travail par le Président. Ils ont continué à faire leur ancien travail en toute sécurité dans de nouvelles chaises.

 

En attendant, la verticale actuelle n'accepte catégoriquement aucun point de vue alternatif. Et non seulement il n'accepte pas, mais il ferme aussi grossièrement la bouche. Ainsi, récemment, l'émission "Besogon" de N. Mikhalkov intitulée "Qui a l'Etat dans sa poche" a été retirée de l'antenne, dans laquelle il se permettait de critiquer la Gref pour son raisonnement "d'élite" et osait parler positivement de l'irritation constante des libéraux de l'académicien S.. Glazyev. Sinon, l'hystérie d'E. Nabiullina, qui a suivi le retour de Glazyev sur son ampoule malade, prônant la restriction de la spéculation sur les marchés des changes, ne peut être qualifiée d'obscène. La Banque centrale a suggéré que le ministère du développement économique "envisage l'opportunité de travailler à l'optimisation de l'activité de communication de Glazyev. La formulation est si semblable à celle de l'anglais que l'on suppose involontairement qu'une autre instruction de Washington sera transférée à la Banque centrale...

 

Vingt ans dans la vie d'un pays, c'est beaucoup ou peu ? Sous Staline, l'Union soviétique a réussi à s'industrialiser en dix ans. Mendiante dans un passé récent, la Chine a réussi à éliminer la pauvreté et se prépare déjà à se poser sur la lune, à créer sa propre ISS et à envoyer des véhicules sur Mars. En vingt ans, la Russie n'a pas réussi à sortir du piège du capitalisme périphérique et continue à être une zone de chute des crises. Des milliards de tonnes de ressources naturelles non renouvelables et de biens du secteur primaire ont été exportés vers l'Occident, des billions de dollars ont été irrémédiablement perdus dans les zones offshore et en paiement des biens immobiliers étrangers coûteux des oligarques, de jeunes spécialistes continuent à se rendre en masse à l'Ouest.

 

En 2009, l'agence Bloomberg a demandé à Poutine de commenter le fait que pendant la crise de 2008, la Russie a perdu 270 milliards de dollars. Poutine a répondu qu'il n'y voyait aucun inconvénient et que "nous n'avons pas restreint le retrait des capitaux et n'avons pas l'intention de le faire à l'avenir". Onze ans plus tard, le marché financier national, en stricte conformité avec les recommandations du FMI (auquel nous ne devons rien depuis de nombreuses années !), est toujours ouvert aux spéculateurs internationaux et fermé aux entreprises russes. La Russie est le seul pays BRICS qui ne limite pas les mouvements transfrontaliers de capitaux spéculatifs. La masse monétaire est maintenue artificiellement dans le chiffre d'affaires spéculatif superprofitable, ce qui stimule le flux d'argent du secteur réel vers le secteur financier et plus loin à l'étranger. V. Katasonov a comparé, au sens figuré, l'absence d'interdiction des mouvements transfrontaliers de capitaux à une maison dont toutes les fenêtres et les portes sont ouvertes par un gel sévère et dont le propriétaire fait fonctionner le chauffage aussi fort qu'il le peut, la chaleur s'en échappant instantanément. Depuis que la Banque centrale a appliqué les recommandations du FMI sur la transition vers le libre flottement du rouble, les spéculateurs ont "bouilli" des dizaines de milliards de dollars en manipulant le taux de change, et le montant des capitaux retirés a dépassé les 250 milliards de dollars. Les dommages causés par la politique de la Banque centrale au cours des cinq dernières années sont estimés à plus de 25 000 milliards de roubles de produits improductifs et à 15 000 milliards de roubles d'investissements non réalisés. Sans réorienter la politique de la Banque centrale des intérêts du capital spéculatif vers ceux de la production réelle, nous ne pourrons pas sortir du piège du capitalisme périphérique !

 

Les oligarques continuent de délocaliser environ 90 milliards de dollars par an, sans même payer le pathétique 13%. Et toutes les propositions de délocalisation ont été freinées par l'équipe néolibérale. On peut prédire sans risque que la proposition du président d'imposer 15 % des dividendes étrangers subira le même sort.

 

Les vingt dernières années ont été des années de consommation de l'héritage soviétique et de pillage du pays, de gaspillage des ressources naturelles, de violation et de réduction de nombreux droits constitutionnels des citoyens, des années de tromperie et de corruption à grande échelle de notre jeunesse par les médias, de mensonges sans fin, de tromperie et de promesses vides et sans fondement ("percées", "objectifs nationaux").

 

À cause des mensonges sans fin que l'on entend de la bouche des personnes au pouvoir, les citoyens vivent constamment une dissonance cognitive. Le président déclare que "l'idée libérale est dépassée", mais il continue à nommer des libéraux à tous les postes clés et à approuver leurs politiques. Le nombre d'oligarques a décuplé et continue de le faire. Le président dit qu'il ne changera pas la Constitution, mais il la modifie. Poutine estime que les personnes qui reçoivent 17 000 roubles appartiennent à la classe moyenne et à 70 % de la population, tandis que les gens se demandent comment cet argent peut être utilisé pour manger, s'habiller, se soigner, se reposer et penser aux enfants. Le président déclare qu'il n'acceptera jamais de relever l'âge de la retraite et met en œuvre une réforme des retraites. Nous avons "réussi" à sortir de l'aiguille du pétrole depuis une décennie et demie, mais pour une raison quelconque, la dépendance vis-à-vis des prix du pétrole n'a pas diminué. La Russie est une grande puissance énergétique, elle exporte des centaines de milliards de mètres cubes de gaz, mais près d'un tiers du pays n'est pas gazéifié.

 

Nous vivons dans un pays où les soins médicaux sont gratuits, mais pour les enfants malades, les fonds pour le traitement sont envoyés quotidiennement par SMS et la population comprend qu'il est impossible de tomber malade, car la chirurgie et le séjour à l'hôpital sont tous deux coûteux. Nous avons un enseignement scolaire gratuit, mais pour une raison quelconque, la préparation des enfants à l'école, ainsi que leur préparation aux examens et aux clubs scolaires - exigent des parents beaucoup d'argent. L'activité politique des citoyens s'accroît et, en réalité, toute l'opposition du système est devenue factice et est contrôlée par les autorités. Chubais, qui est détesté par la population, continue de recevoir des milliards de dollars pour le développement des nanotechnologies, mais ces technologies n'ont jamais existé.

 

Au cours de ses campagnes électorales, le président a invariablement abandonné le débat. La question est de savoir pourquoi ? Très occupé ? N'a-t-il aucun respect pour les autres candidats ? Pense-t-il tout ce qu'il a déjà dit aux électeurs ? Ni l'un ni l'autre. Dans tout débat, vous devez faire connaître clairement votre position. Dans un dialogue avec un adversaire, il est en général extrêmement difficile d'éviter de répondre à une question directe. Et le débat révélera inévitablement le décalage entre les paroles et les actes.

 

Dès le début du premier mandat présidentiel de Poutine, un de ses oligarques bien connus a dit un jour "Nous avons de la chance que Poutine soit aussi libéral que nous le sommes". L'ancien conseiller de Poutine, A. Poutine, qui est parti pour les États-Unis. Illarionov a également loué à plusieurs reprises le président pour son engagement en faveur de la "liberté économique". Vingt ans au pouvoir n'ont pas changé la vision libérale de Poutine. Dans ses convictions profondes, il reste avec une minorité libérale.

 

Les deux principales réalisations de ces vingt dernières années ont toujours été l'augmentation de l'état de préparation au combat des forces armées et le retour de la Crimée. En 2008, les forces armées russes ont lancé une réforme néolibérale de grande envergure, qui a été confiée à Serdyukov, un designer de meubles ( !) ayant quinze ans d'expérience. Pendant trois ans, Serdioukov a "optimisé" le nombre d'officiers de plus de 300 000 à 150 000 et a pratiquement détruit la partie professionnelle du personnel de commandement subalterne, ce qui a créé de graves problèmes dans l'armée, l'aviation et la marine. En même temps, il y a eu une commercialisation généralisée, la vente de biens de l'armée et la fermeture d'établissements d'enseignement, ce qui a plus tard donné lieu à l'affaire pénale "Oboronservice". L'"optimisation" des forces armées devrait être menée à son terme logique, mais en octobre 2011, avec notre consentement tacite (la Russie s'est abstenue lors du vote au Conseil de sécurité de l'ONU), des pays "civilisés" ont bombardé la Libye et, dans le monde entier, ont perpétré le meurtre brutal de Kadhafi. Le leader de la révolution libyenne, ami et sponsor financier de Sarkozy, a exécuté absolument toutes les exigences de l'Occident, mais cela ne lui a pas sauvé la vie. Après avoir tué Kadhafi, Poutine a réalisé qu'on ne pouvait pas compter sur l'humanisme des "partenaires" et "amis" occidentaux, et que la fin pouvait être triste. C'est pourquoi il en est venu à la nécessité de rétablir l'état de préparation au combat des forces armées russes. En 2012, alors qu'il était déjà président, Poutine a mis Serdyukov à la retraite, et le réarmement de l'armée a commencé. Pour que le tableau soit complet, il est nécessaire de mentionner qu'en dépit de la procédure pénale engagée contre Serdyukov, il n'a jamais été traduit en justice, et l'ancien fabricant de meubles est maintenant président du conseil d'administration de la United Aircraft Corporation ...

 

Quant au retour de la Crimée, il a été dicté par la logique des circonstances. Si Poutine n'avait pas franchi ce pas et que les nationalistes ukrainiens avaient plongé la péninsule de la gloire russe dans l'abîme du chaos et de la terreur, tout aurait inévitablement été arraché au président, comme l'a fait Gorbatchev en 1991. La logique des intentions (s'il y en a) aurait dû conduire Poutine à une solution avec Novorossiya en ce même 2014. Les événements s'y sont déroulés strictement selon le scénario de la Crimée et, comme en Crimée, un référendum sur l'adhésion à la Russie a été organisé. Dans le sens d'une réaction des "partenaires" étrangers et de sanctions, cela ne changerait rien. Mais le président n'a pas osé faire un tel pas. Cela est apparu clairement après sa rencontre avec le président actuel de l'OSCE, le président suisse D. Burkhalter. Le contenu de la conversation est encore inconnu, mais après cela, la position de Poutine a changé radicalement. Les hostilités qui ont commencé se sont transformées en pertes civiles, tandis que les républiques non reconnues restent une zone grise avec des perspectives d'avenir très vagues. Ceux qui ont préconisé l'entrée de la Novorossiya en Russie en 2014, en particulier A. Dugin, se sont tout simplement vu refuser l'accès aux médias. Quant à la Crimée, je voudrais ajouter qu'après son retour, Poutine n'a aucunement interféré avec la décision de Gref de ne pas ouvrir de succursales de la Sberbank en Crimée. À cet égard, la question se pose au président : le chef de la Sberbank considère-t-il la Crimée comme un territoire russe, et est-il permis aux intouchables individus de la verticale du pouvoir d'avoir leur propre position sur cette question ?

 

Deux décennies d'"optimisation" de la sphère sociale

 

Après s'être partagé les plus petits morceaux de l'héritage soviétique dans les années 90, les "réformateurs" ont atteint zéro dans le domaine social, principalement l'éducation, les soins de santé et la science, qui ont continué à fonctionner selon les principes soviétiques. Lors de l'"optimisation" des soins de santé, les "gestionnaires efficaces" ont réduit de moitié le nombre d'hôpitaux en Russie - de 10 700 à 5 400, et le nombre de lits d'hôpitaux - de 27,5 % (dans les zones rurales - près de 40 %). Le nombre de polycliniques a également diminué (de 12,7 %). La mise en œuvre du décret présidentiel de mai visant à augmenter les salaires des médecins jusqu'à 200 % du salaire moyen dans la région, alors que le personnel médical moyen - jusqu'à 150 %, a été réalisée en réduisant le personnel tout en augmentant la charge sur le personnel restant. En 2018, le nombre de médecins a été réduit dans 55 ( !) régions. Il en est arrivé au point où les infirmières ont été transférées en masse aux nettoyeurs pour qu'elles ne tombent pas sous le coup du décret.

 

Le nombre de lits d'hôpital pour 10 000 personnes a même atteint le niveau de 1913 à Moscou, et par rapport à 2000, ce chiffre a diminué de moitié. Entre 2010 et 2018, le nombre d'organisations hospitalières a diminué de 79 et le nombre de lits d'hôpitaux de 29 500, dans un contexte de demande croissante de services médicaux en raison du vieillissement de la population et des mauvaises conditions sanitaires. Dans les régions, l'unité de soins de santé primaires (FAP, cliniques externes, hôpitaux) se trouvait dans une situation catastrophique, dont la responsabilité était confiée aux autorités régionales.

 

Selon les aveux du président Poutine lors de la réunion du présidium du Conseil d'État sur "les tâches des sujets de la Fédération de Russie dans le domaine des soins de santé" en octobre 2019, "plus de 60 % des citoyens ont une mauvaise opinion de la qualité des soins de santé". Au lieu de rendre les médicaments disponibles, les autorités ont supprimé les soins et diagnostics spécialisés des polycliniques, qui ont été transférés dans de grands centres cliniques et de diagnostic. Les patients doivent y être enregistrés dans un délai de quelques semaines. En conséquence, les soins et diagnostics spécialisés ont été transférés au secteur des services médicaux payants, qui en 2019 s'élevait à 846,5 milliards de roubles. Le système de santé public se transforme progressivement (contrairement à la Constitution de la Fédération de Russie !) en un marché de services médicaux payants.

 

La Chambre des comptes a constaté que l'optimisation des institutions médicales dans la Fédération de Russie a conduit à une augmentation de la mortalité ( !) des patients dans les hôpitaux urbains et municipaux de 2,6 % en moyenne dans le pays. Avec de tels résultats, il est temps de rebaptiser le ministère de la santé en ministère du contrôle de la population. Le ministère de la Santé, T. Golikova et A. Siluanov ont dû publiquement répandre de la cendre sur leur tête. Avec le début de l'épidémie et V. Matviyenko a soudainement réalisé que l'organisation du financement des soins de santé par l'assurance médicale obligatoire est très imparfaite.

 

Si la pandémie de coronavirus s'était produite en quelques années, nous aurions pu "rattraper" l'Espagne et l'Italie en optimisant le stock de lits. Il n'est guère surprenant qu'avec le début de la propagation rapide du coronavirus, les autorités aient paniqué, bien conscientes que pour une véritable épidémie, il n'y a pas assez de place pour les personnes infectées, ni de matériel médical, ni de moyens de protection. De plus, au moins 30 000 médecins et 175 000 membres du personnel médical sont portés disparus.

 

A l'époque soviétique, les protocoles d'actions lors des épidémies étaient élaborés en détail, ce qui a permis avec le début de la Grande Guerre Patriotique d'éviter les épidémies lorsque 20 millions de personnes ont été évacuées vers l'Est. Les bases de l'organisation des soins de santé pendant la période d'afflux massif de patients ont été établies  pendant la guerre de Crimée par N. Pirogov, qui a compris que l'essentiel n'est pas d'aider un blessé en particulier, mais en termes militaires, une organisation claire de tous les soins médicaux. C'est la médecine "optimisée" qui a fait face au problème non résolu pendant la pandémie.

 

Docteur en sciences médicales, l'épidémiologiste Professeur I. Gundarov estime que "covid-19 a révélé l'abomination, la méchanceté, la désorganisation, le marasme du pouvoir, qui, sauf pour semer la panique, intimider le peuple, ne peut rien faire. Et le président de la Chambre nationale de médecine, le Dr L. Roshal, a déclaré que maintenant les soins de santé ont besoin "d'une optimisation au contraire.

 

Les autorités vont maintenant moderniser les soins de santé. Une autre modernisation pourra-t-elle changer la situation réelle ? Elle ne le fera pas, car toutes ces réformes sont strictement conformes à la politique choisie par les autorités pour le passage du système national de soins de santé hérité de la solidarité, qui protège la santé de tous les citoyens indépendamment de leur capacité de payer, au modèle de type occidental, privant une partie importante de la population d'un accès égal aux soins médicaux modernes.

 

La situation dans le domaine des soins de santé est largement similaire à celle de l'autre domaine "optimisé", l'éducation. Elle concerne tout d'abord la commercialisation et la réduction de l'accès aux services gratuits d'année en année (actuellement, seulement 10% des places dans les universités sont budgétaires). Comme pour les soins de santé, l'augmentation des salaires se fait par la réduction du nombre d'enseignants et de professeurs d'université avec une augmentation simultanée de la charge de travail. Dans le même temps, le nombre de cadres et de superviseurs augmente rapidement, remplissant les établissements d'enseignement d'une infinité d'instructions, de règles, de recommandations et de formulaires de rapport (l'université russe moyenne remplit environ 300 rapports par an contenant environ 12 000 indicateurs). Les petites écoles rurales ferment leurs portes. La pandémie de coronavirus est porteuse d'un autre danger réel pour le système éducatif : la tentation de passer à un enseignement à distance généralisé, bon marché et de faible qualité. L'Agence de l'innovation de Moscou prévoit déjà que d'ici 2030, la Russie abandonnera presque complètement l'enseignement classique au profit de nouvelles formes d'enseignement. Apparemment, le jour n'est pas loin où seule l'élite riche pourra profiter du privilège d'une communication en direct avec un enseignant, une forme d'éducation plus coûteuse.

 

Dans les années 1950, l'enseignement scolaire en URSS était considéré comme le meilleur du monde. Une grande partie de notre système d'éducation scolaire a été empruntée par le Japon, qui a ensuite connu un grand succès économique. Les diplômés des principales universités soviétiques étaient supérieurs à leurs pairs d'autres pays en termes de qualité de la formation. Le niveau élevé de la formation scolaire était massif. Aujourd'hui, l'USE, le processus de Bologne et l'introduction des critères recommandés par les Américains pour évaluer les enseignants et les établissements d'enseignement ont conduit à une forte baisse de la qualité de l'éducation. La France, qui dans les années 60 a été le premier pays à mettre en place un système de test similaire à notre USE, l'a annulé trois ans plus tard en raison de son impact négatif sur le développement mental des élèves. Il n'est même pas question d'abolir ce système. La bolognisation de l'enseignement supérieur n'a pas non plus été bénéfique. Le système éducatif dans son ensemble a été réorienté de la tâche d'éducation de la personne créative vers l'éducation des "consommateurs qualifiés". La réforme de l'éducation mise en œuvre sous sa forme actuelle vise à faciliter la chasse aux cerveaux par les entreprises mondiales et à armer les aborigènes restants non pas de connaissances, en présence desquelles il devient difficile de manipuler une personne, mais de "compétences" nécessaires aux entreprises mondiales.

 

La prochaine étape de la réforme définitive et irréversible de l'enseignement scolaire est la création du Conseil de coordination pour le développement de l'éducation en Russie. Le personnage principal sera Gref, qui n'a pas de formation pédagogique et qui est impatient de se conformer aux nouvelles normes éducatives de l'État fédéral - FSES. De 2000 à 2009. La FSES a déjà été modifiée à trois reprises, après quoi la FSES-3 a commencé à ajouter des avantages à la prochaine amélioration, et chaque fois que l'école est améliorée, elle commence à s'enflammer, car elle exige un remaniement incessant des programmes et des plans. L'ajout de l'enseignement dans les écoles publiques sera désormais repris par le très efficace gestionnaire qui proclame qu'"il est impossible de donner à la population l'accès à l'information" car "les gens ne veulent pas être manipulés quand ils ont des connaissances", qui rêve d'éliminer les écoles physiques et de supprimer les examens et les notes. Les propres enfants de M. Gref sont inscrits dans une école privée coûteuse, qui n'est pas susceptible d'être couverte par ses innovations ...

 

La science russe se trouve aujourd'hui dans une situation difficile. La Russie est le seul pays du monde non occidental où, à la fin du XIXe - début du XXe siècle, une science fondamentale à part entière est déjà apparue, et des scientifiques de niveau mondial (N. Lobachevsky, D. Mendeleev, I. Pavlov etc.). Tout cela a été préservé et multiplié en 1917-1991. Les bolcheviks ont réussi à préserver leur personnel scientifique pendant les années fringantes de la guerre civile et à éviter la fuite des cerveaux du pays. En 1918-1921, l'Institut d'État de physique et de technologie (GFTI), dont le directeur était le "père de la physique soviétique" A. Ioffe, a été créé à Petrograd, l'Institut d'État du radium (GRI), dont le directeur était l'académicien V. Vernadsky. Et à Moscou, l'Institut de physique et de biophysique du Commissariat du peuple pour la santé, l'Institut de recherche en physique et cristallographie et bien d'autres encore ont fait leur apparition. En 1927, plus de 90 instituts scientifiques avaient été créés en URSS, et d'importants projets de recherche avaient été menés à bien, dont de nombreuses expéditions de recherche et d'exploration. Alors que dans les années vingt, des instituts de recherche ont été créés principalement à Moscou et à Petrograd, dans les années trente, de nombreux instituts de recherche ont également été ouverts à la périphérie. De nombreux instituts de branche ont également commencé à être créés, dont les activités visaient à résoudre les problèmes pratiques auxquels l'économie nationale était confrontée.

 

Après la grande guerre patriotique, le financement de la science ne cesse d'augmenter. En 1985, les investissements dans la science représentaient 5 % du PIB. Un tiers de toutes les grandes découvertes scientifiques du XXe siècle ont été faites par des scientifiques russes, et l'espace scientifique et technique de l'ex-URSS représentait au moins 25 % des échanges technologiques mondiaux. La situation actuelle de la science peut être décrite comme déplorable. "En termes de part des dépenses scientifiques dans le PIB (1,1%), la Russie est loin derrière les principaux pays du monde, se situant à la 34e place", selon le rapport de la Chambre des comptes. "Même si les paramètres cibles du projet national "Science" sont atteints, les dépenses scientifiques de la Russie n'augmenteront que de 1,2 % du PIB d'ici 2024. Dans le même temps, en Chine, ces coûts représentent 2,1 % du PIB, aux États-Unis - 2,7 % du PIB, en Allemagne - 2,9 % du PIB", indiquent les auditeurs. En termes absolus, les dépenses scientifiques de la Russie sont 11 fois inférieures à celles des États-Unis et de la Chine.

 

Il a été démêlé à la suite d'une importante réforme en 2013. L'Académie des sciences de Russie, dont la grande majorité des scientifiques n'ont pas adopté de réformes libérales. Comme l'a fait remarquer A. Sergeev, président de l'Académie des sciences de Russie, "la plupart des membres de l'Académie, qu'ils soient professeurs seniors ou jeunes, estiment que l'état de la science dans le pays s'est détérioré au cours des six années qui ont suivi la réforme, et ils ne comprennent toujours pas pourquoi cela a été fait. En fait, la réforme a conduit à la destruction du double système, autrefois fort, d'"académies-instituts" avec des membres sélectionnés de l'académie et des instituts, où le "cerveau" - l'académie - prenait les décisions et les transmettait aux instituts. Ce système était pratiqué depuis des décennies et, à l'époque soviétique, il était au cœur du pouvoir scientifique et technique de l'État. Au début de l'époque russe, il nous a permis de préserver notre science académique par opposition à la science de branche qui n'était pas subordonnée au RAS". En raison de la perte de contrôle sur le réseau des institutions universitaires, l'Académie ne peut pas s'engager directement dans la recherche scientifique et la lutte contre l'infection dans le cadre de la pandémie actuelle.

 

À la suite de la "réforme" du RAS, plus d'un million de scientifiques et de spécialistes russes sont partis pour les seuls États-Unis et le Canada. Selon Rosstat, l'exode du personnel qualifié de l'enseignement supérieur est de plus de 50 000 par an et, selon les statistiques des pays étrangers, de plus de 100 000. Il convient de rappeler les paroles du mathématicien français B. Pascal : "Il suffit de laisser trois cents intellectuels - et la France se transformera en pays d'idiots.

 

De grandes questions sont soulevées par le système mis en place d'évaluation des réalisations scientifiques par activité de publication. La croissance du nombre de publications, selon le président de l'Académie des sciences de Russie, est "artificielle" et ne reflète pas la situation réelle. En réalité, le nombre de travaux scientifiques russes qui sont invités aux grandes conférences internationales est en nette diminution. Néanmoins, le ministère des sciences continue à utiliser cette même science dans les concours et les subventions.

 

Il est possible de rappeler à nos "réformateurs" de la science que le seul prix Nobel russe de chimie, N. Semenov, qui a dirigé pendant 55 ans l'Institut de physique chimique, n'a publié que cinquante articles originaux et, en règle générale, dans des revues nationales. Si nous utilisons le système d'"évaluation objective" des travaux du lauréat du prix Nobel par points, qui est actuellement mis en œuvre à l'Académie des sciences de Russie par le ministère de l'éducation et des sciences, N.N. Semenov serait l'un des pires employés de toute la période d'existence de l'Institut de physique chimique".

 

L'"optimisation" des soins de santé, de l'éducation et de la science est une conséquence naturelle des réformes néolibérales en cours et la preuve de l'incompréhension totale des autorités à l'égard des lois fondamentales du progrès scientifique et technologique. C'est un rejet de facto d'une trajectoire indépendante du développement du pays, la consolidation d'un statut de dépendance et un crime contre nos enfants et petits-enfants.

Les contours de l'avenir

 

Le 10 mai, dans une interview accordée à l'émission "Moscou. Le Kremlin. Poutine", le président a déclaré qu'il n'est pas nécessaire de "ne saisir que notre passé héroïque, nous devons nous tourner vers notre avenir tout aussi héroïque et fructueux. Mais les autorités ne font preuve d'aucune vision de notre avenir. Seul "l'extinction du feu de la pandémie" est à l'ordre du jour. Et les gens se posent beaucoup de questions sur les actions des "pompiers". Il semble que les efforts des autorités viseront principalement à sauver les entreprises d'État et les oligarques, et à renforcer encore le contrôle sur la population. Il n'y a aucune tentative de briser le cercle vicieux de notre développement dépendant et aucun projet en ce sens n'est encore en cours.

 

Les autorités pensent-elles que dans les conditions de la crise totale provoquée par la pandémie et les actions de lutte contre celle-ci, les forts survivront aux dépens des faibles, les riches aux dépens des pauvres, et le Centre aux dépens de la périphérie ? Comme l'a dit au sens figuré D. Mityaev, le maître des prévisions économiques, "il est intéressant pour les acteurs mondiaux que tout le monde reste sur ce "Titanic", alors qu'un orchestre le joue encore d'une manière ou d'une autre, et que seuls ceux qui sont censés le faire - les passagers de première classe - montent à bord des bateaux".

 

La tâche du Centre mondial est de laisser les faibles mourir aussi calmement que possible dans la lutte contre les difficultés. Le livre de Parshev "Pourquoi la Russie n'est pas l'Amérique" cite Thatcher qui dit que seulement 15 millions de personnes sont économiquement justifiées de vivre en Union soviétique. Et il est certain que dans le territoire dépendant, il n'y a pas besoin d'un luxe tel que la science, qui est considérée comme un danger stratégique dans les pays hostiles aux États-Unis, comme l'a dit M. Kissinger. N'est-ce pas pour cela que tant d'efforts ont été consacrés à l'effondrement du RAS ? Une bonne éducation n'est pas non plus requise, la "compétence" suffit. Aux fins de la réduction de la population, il n'est absolument pas nécessaire de disposer de soins de santé avancés. L'essentiel est que dans le processus de mort du territoire sous contrôle, il ne doit pas y avoir de convulsions et que l'Occident ne doit pas éclabousser.

 

Les démocrates et de nombreux républicains aux États-Unis expriment ouvertement les mêmes pensées aujourd'hui. Ils sont sûrs que la Russie, qui a construit un simulacre de la société de consommation occidentale et s'est volontairement rendue pendant la guerre froide à la merci des vainqueurs, ne sortira pas de la boucle serrée, les Américains pragmatiques ne croient pas à la possibilité d'un miracle russe. C'est précisément pour "ne pas être éclaboussés par l'Occident" que les États-Unis n'ont pas encore pris de mesures radicales contre notre système financier (comme la déconnexion de SWIFT et le blocage des comptes de correspondants aux États-Unis).

 

L'effondrement de l'URSS a fourni à l'Occident des matières premières bon marché, une main-d'œuvre qualifiée, des capitaux et de nouveaux marchés, et a permis de retarder la crise économique qui était mûre pour ces années-là. Pendant le deuxième mandat de Clinton, le pillage des pays de l'ancien système socialiste a permis, pour la première fois en 30 ans, de dégager un excédent budgétaire américain. Aujourd'hui, le Global Center compte déjà sur un "banquet" similaire sur les ruines de la Russie. À cette fin, tous les fonds disponibles sont utilisés, et une véritable guerre hybride est menée. Dans les étendues de l'Internet se promènent de nombreuses prophéties d'auteurs de fiction, d'analystes et d'experts sur la disparition imminente de la Russie en tant qu'État indépendant. Elles visent à convaincre du caractère inévitable de telles prévisions et à instiller l'idée de l'inutilité de la résistance. C'est ainsi qu'un certain journaliste A. Svetov parle au "Canadien Nostradamus" Ricardi, qui dit que lorsque le gouvernement russe demandera à genoux à l'Occident ce qu'il attend encore de la Russie, la réponse sera "Mourir !

 

Pour que la Russie ne devienne pas, comme l'a dit A. Fursov au sens figuré, "du fumier pour les forts" et ne passe pas dans la catégorie des États en faillite, une transformation très sérieuse est nécessaire. Le paradigme du capitalisme périphérique de la Russie ne survivra pas ! Le modèle actuel ne fonctionne pas !!!  Elle est en contradiction avec les intérêts nationaux et vise à la pleine subordination du pays.

 

Toute crise ouvre une fenêtre d'opportunité. L'essentiel est de pouvoir l'utiliser. En 1929, au début de la Grande Dépression, Staline a réussi à le faire en mobilisant les gens pour la tâche de l'industrialisation en un temps record. Parallèlement à ce taux de croissance économique sans précédent, l'économie se développait rapidement - science, éducation, culture. La crise actuelle nous donne également une chance de jouer notre jeu, à condition que nous soyons capables de connecter nos propres esprits, imagination et volonté et de jeter les cendres des fausses doctrines néolibérales et le poids des fausses obligations.

 

Au début des années 80, les experts occidentaux, en prévision d'une nouvelle crise, ont écrit que les pays socialistes passeraient plus facilement que l'Occident. Ils ont exprimé leurs craintes face à l'arrivée au pouvoir de forces de gauche dans les principaux pays occidentaux. C'est pourquoi les États-Unis pariaient sur l'affaiblissement de leur adversaire géopolitique pendant la guerre froide. Après l'euphorie de l'effondrement de l'Union soviétique, à laquelle l'Occident ne s'attendait pas au départ, Fukuyama a écrit son ouvrage "La fin de l'histoire et le dernier homme", diffusé en millions d'exemplaires - sur la victoire finale et irrévocable de la démocratie libérale et du capitalisme dans le monde entier et pour toujours. Mais les problèmes internes du capitalisme n'ont pas disparu, malgré la "pause" résultant de la victoire dans la guerre froide. Le néolibéralisme, avec sa dictature du profit, a entamé une redistribution globale du monde et de ses ressources : la classe moyenne et l'État social, qui avaient émergé dans de nombreux pays européens sous l'influence des succès de l'URSS, ont été éliminés presque universellement ; les pays et les peuples désobéissants ont commencé à brûler au feu et à l'épée (Yougoslavie, Irak, Libye, Syrie, etc.). Le néo-libéralisme actuel est hostile aux intérêts de tous les peuples et sert le capital financier mondial qui, sous le couvert de la liberté économique, éteint toutes les libertés sauf celle de piller. Appauvrissement de la population, génocide, vols et violences, guerres et opérations spéciales, millions de migrants privés de leurs droits, "poupée russe" de crises, tel est le monde unipolaire d'aujourd'hui.

 

Aujourd'hui, même en Occident, on comprend de plus en plus que le capitalisme n'est pas la fin de l'histoire, mais une des étapes du développement humain, et qu'une autre crise pourrait s'avérer fatale. Les travaux de K. Marx et Vladimir Lénine suscitent un regain d'intérêt et l'expérience réussie de la Chine est à l'étude. La pandémie qui a poussé l'économie mondiale dans une crise totale a fortement ébranlé la position des libéraux au sein des gouvernements. Dans les années à venir, le rôle de l'État, qui devra relancer, stimuler et contrôler la production, mettre de l'ordre dans les soins de santé et dans d'autres domaines, va inévitablement s'accroître. Le professeur J. Galbraith de l'université du Texas a récemment déclaré, à propos de l'impact de la pandémie, que "le capitalisme et la décentralisation des 40 dernières années ne seront peut-être pas en mesure de résister à la crise, il faudra peut-être construire un nouveau système, il faudra peut-être construire le socialisme d'État ou prendre certaines décisions hybrides.

 

On est de plus en plus conscient que, grâce au développement rapide des technologies numériques, la gestion planifiée est déjà supérieure à la gestion du marché à tous égards, y compris en ce qui concerne l'efficacité de l'utilisation des ressources disponibles et la rapidité de réaction aux éventuelles surprises. La réalisation maximale de tous les avantages d'une économie planifiée est obtenue avec un seul propriétaire des moyens de production. Ainsi, le bénéfice économique prédétermine pratiquement l'inévitable transition vers le socialisme, sans parler de la demande croissante de justice sociale.

 

Cependant, les libéraux au pouvoir continuent de cracher sur l'expérience de la construction de l'économie socialiste en URSS et de prouver qu'il n'y a pas d'alternative au marché non réglementé. Ils bloquent intentionnellement toute offre visant à placer une politique monétaire sous le contrôle de l'État. La tromperie, les contrefaçons, la désinformation et même les menaces latentes vont de pair.

 

Aujourd'hui, seuls les aveugles ne peuvent pas voir - pour survivre et se développer, le pays a besoin d'un saut technologique et d'une nouvelle industrialisation. Des programmes complexes de réalisation des tâches de croissance économique et de modernisation technologique, fondés sur des bases scientifiques, ont été proposés à plusieurs reprises tant par le SNDP que par des scientifiques de l'Académie des sciences de Russie et des hommes d'affaires de gauche-conservateurs. Pendant la période du début de la pandémie, le rapport "Sur les causes profondes du chaos croissant et les mesures pour surmonter la crise économique" a été préparé par l'académicien S. M. K. Bogdanov. Académicien S. Glazyev".  Quel semble être l'obstacle à la mobilisation de toutes les forces pour la mise en œuvre d'un plan d'action bien pensé et exclusivement axé sur les intérêts nationaux ?

 

Dans le paradigme du modèle actuel de développement dépendant, de tels plans ne peuvent fondamentalement pas être revendiqués par les autorités. Ni les propositions de Glazyev ni les autres programmes alternatifs n'ont de chance d'être mis en œuvre. Ils violent de nombreux "schémas" et vont à l'encontre des intérêts des hautes autorités, des spéculateurs financiers, des directeurs et des actionnaires des sociétés d'État et des grandes banques d'État, et de toute l'équipe néolibérale ligotée dans un ordre circulaire.

 

Les chartes de V. Tereshkova proposent, par le biais d'amendements à la Constitution, de faire de Poutine le président à vie. En un temps record, la décision a été prise à tous les niveaux. Seule l'intervention de la pandémie a retardé un vote populaire purement rituel. Les Russes sont prêts à pardonner au Président pour avoir rendu la Crimée (NDT à la Russie). Mais la Russie pourra-t-elle non seulement préserver la Crimée, mais aussi se préserver elle-même, si rien n'est changé ? Si le pays reste chez lui avec des portes et des fenêtres ouvertes dans les conditions de crise "froide" et fait l'objet de pillages à grande échelle, les programmes visant la croissance économique n'auront aucune chance d'être mis en œuvre...

 

La Russie, avec sa structure de vie solidaire traditionnelle et ses idées de priorité de la justice sur le droit et de triomphe de la vérité sur le droit, a historiquement gravité vers les idées socialistes. En tant que partie de l'URSS, elle a accumulé une vaste expérience dans la création d'une économie planifiée. Peu importe la manière dont les libéraux ont lavé le cerveau de la population, selon les sondages des sociologues, 66% des citoyens russes aimeraient vivre sous le socialisme. Et le nombre de partisans du socialisme continue d'augmenter chaque année. Près des trois quarts des jeunes Russes interrogés sont favorables au transfert à la propriété d'État des grandes entreprises ; seuls 17 % sont favorables à la propriété privée. Les libéraux reçoivent un pourcentage honteusement bas de votes lors de toute élection.

 

Il existe une demande énorme dans la société pour l'abandon du modèle libéral de développement dépendant et la transition vers les principes socialistes de gestion économique. Il ne fait aucun doute que le virage à gauche apportera aux autorités un soutien massif et un énorme crédit de confiance. Quelles sont les chances d'une telle révolution par le haut ? Le président sortant, qui confirme encore son engagement dans la voie libérale, en est-il capable ?

 

La tâche de toutes les forces saines de la société, de tous ceux qui ont des intérêts nationaux au premier, deuxième, troisième et tous les lieux suivants, est de s'unir et de donner un nouveau souffle au flanc gauche afin d'augmenter la pression sur les autorités. Il n'y a pas un seul groupe social en Russie qui soit satisfait de la situation. La poursuite du "banquet" du parti libéral sous le couvert des tchékistes d'Andropov se terminera inévitablement par la consolidation finale du statut de la Russie en tant que pays de capitalisme périphérique. Nous avons une vaste expérience de l'économie de mobilisation et des actions sous restrictions et sanctions imposées, il y a d'énormes réserves de ressources naturelles. Il y a des jeunes instruits, réfléchis et aspirants, à qui il faudrait offrir un projet à grande échelle et de réelles perspectives au lieu d'un zombie. Il existe un marché intérieur potentiellement important et des possibilités de coopération avec des États axés sur le développement souverain.  Tout cela nous donne une chance de sortir du piège et de gagner la bataille pour notre avenir souverain. Le défi consiste à ne pas manquer cette chance.

 

 

Sergey Batchikov

Sergey Anatolievich Batchikov (né en 1953) - Économiste, entrepreneur, personnalité publique et politique russe. Il est membre à part entière de l'Académie internationale de la gestion d'entreprise. Président du conseil d'administration de l'Union commerciale et financière russe. Directeur du Centre pour les problèmes de gestion des grands systèmes sociaux et économiques de l'Institut international de recherche sur les problèmes de gestion. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Sergei Batchikov :Le développement de la dépendance est dans une impasse. Y a-t-il une solution ? Rapport au Club d'Izborsk (Club d'Izborsk, 30 juin 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :