Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Sergey Chernyakhovsky : le pour et le contre des amendements (Club d'Izborsk, 7 juin 2020)

27 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Sergey Chernyakhovsky : le pour et le contre des amendements

7 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19540

 

 

Le vaste ensemble d'amendements proposés pour approbation le 1er juillet est intéressant, utile et nécessaire à certains égards, surtout utile et rhétorique, et non nuisible, mais dans l'ensemble - à la fois controversé et controversé. Dans certains détails, il est éthiquement inacceptable pour quelqu'un. Et la formule de son adoption - tant dans le contexte de la nature même du paquet que dans celui de la confrontation politique intérieure et extérieure - comporte à la fois des risques et les fameuses "mines pour la stabilité et le statut d'État".

 

Les systèmes politiques s'accrochent à la légitimité. Et la légitimité n'est pas la légitimité, la légitimité est, avant tout, le consentement.

 

Et elle n'est pas tant passive, selon le principe : "qu'elle soit, cela ne nous dérange pas, ils en voient plus", mais active lorsqu'elle est mise en valeur de manière consciente. Et résistant au doute.

 

À proprement parler, il y a 10 % des amendements qui doivent être votés et qui sont utiles, 40 % de ceux pour lesquels il est possible et agréable de voter, bien qu'ils n'aient pas de sens concret (mais peut-être qu'il y en aura), 49 % de ceux pour lesquels il est possible de voter et il est possible de ne pas voter, mais il n'y aura pas de mal à les accepter, et 1 % - pour lesquels il est impossible pour beaucoup de voter sans agir selon leur propre conscience, même s'ils sont prêts à voter pour tous les autres.

 

Un certain nombre d'amendements sont proposés, qui sont à la fois positifs et vraiment nécessaires. Tout d'abord, c'est ce que l'on pourrait appeler des "amendements de souveraineté et d'identification" :

 

- la priorité de la législation nationale sur la législation internationale, bien que la formulation soit confuse et lourde - article 79 : "Les décisions des organes interétatiques adoptées sur la base des traités internationaux de la Fédération de Russie dans une interprétation contraire à la Constitution de la Fédération de Russie ne sont pas susceptibles d'être exécutées dans la Fédération de Russie" ;

 

- inviolabilité du territoire et interdiction d'aliénation du territoire du pays - article 67, paragraphe 2.1 : "Les actes visant à l'aliénation d'une partie du territoire de la Fédération de Russie, ainsi que les recours visant à la commission de tels actes, ne sont pas autorisés". Il est vrai que tout cela peut être fait si ces actions sont appelées "délimitation, démarcation et remarcation de la frontière de l'État". Mais sur le plan principal, l'inadmissibilité de l'aliénation d'un territoire et les appels à son aliénation sont reconnus comme des actes anticonstitutionnels ;

 

- reconnaissance de la continuité par rapport à l'Union soviétique - Article 671 : "La Fédération de Russie est le successeur de l'Union des Républiques socialistes soviétiques sur son territoire, ainsi que le successeur (successeur) de l'Union des Républiques socialistes soviétiques en ce qui concerne l'adhésion aux organisations internationales, à leurs organes, la participation aux traités internationaux, ainsi qu'en ce qui concerne les obligations et les biens de l'Union des Républiques socialistes soviétiques stipulés par les traités internationaux en dehors du territoire de la Fédération de Russie". Bien que la question se pose : la succession, c'est quoi ? Le droit d'hériter de biens et d'obligations ou d'hériter et de poursuivre le sens et les idéaux... Mais, en fait, voici ce que Poutine a dit un jour après Beslan : "Nous avons conservé le noyau du territoire de l'Union soviétique et l'avons appelé "Fédération de Russie". D'autant plus que la Fédération de Russie n'a jamais pris la décision de quitter l'Union soviétique.

 

Ce bloc est accompagné d'un certain nombre de dispositions visant à "nationaliser l'élite" - interdiction pour le Président de la Fédération de Russie de posséder la citoyenneté d'un autre Etat ou un permis de séjour ou tout autre document confirmant le droit de résidence permanente d'un citoyen de la Fédération de Russie sur le territoire d'un Etat étranger, obligation de résidence permanente dans la Fédération de Russie ; interdiction d'ouvrir et de détenir des comptes (dépôts), de conserver des espèces et des objets de valeur dans des banques étrangères situées hors du territoire de la Fédération de Russie. En l'absence du Sénat. Il est difficile de dire pourquoi, mais on peut deviner que certains des membres très autoritaires du Conseil de la Fédération qui faisaient partie du groupe de travail sur les amendements à la Constitution voulaient se faire un très beau nom. Bien sûr, cela aurait été possible, eux et le Conseil de la Fédération auraient été rebaptisés en Sénat, soit en prenant l'exemple de Rome, où les sénateurs contestaient toujours le pouvoir des empereurs, soit par le Sénat décoratif de l'Empire russe, qui avait perdu ses pouvoirs réels au XXe siècle - la Chambre haute, qui se tient au-dessus de la Douma d'État, n'est pas le Sénat mais le Conseil d'État. Ou de l'actuel Sénat américain.

 

Tout cela est bon et juste, bien que le gouvernement ait rejeté la proposition d'interdire aux fonctionnaires d'avoir des biens immobiliers à l'étranger, en disant qu'alors trop de personnes devront quitter ... Mais ces articles, bien que pas tout à fait cohérent, en principe, et bon et correct.

 

Le troisième bloc est celui des "amendements sociaux". Appelé à remplir de sens concret la définition de la Russie en tant qu'État social, donnée dans l'article 7 de la Constitution.

 

Il s'agit d'amendements à l'article 75 : "La Fédération de Russie crée les conditions d'une croissance économique durable du pays et de l'amélioration du bien-être de ses citoyens, de la confiance mutuelle entre l'Etat et la société, garantit la protection de la dignité des citoyens et le respect de l'être humain au travail, assure un équilibre des droits et des obligations du citoyen, le partenariat social, la solidarité économique, politique et sociale".

 

Tout semble très bien à première vue, mais il n'est pas clair quel respect de l'être humain du travail est assuré et ce qu'il devrait être, d'une part, et entre qui et entre qui le partenariat social et la solidarité sociale devraient exister ? Et cela peut-il être le cas tant que la société est divisée entre ceux qui possèdent 90% des richesses du pays et ceux qui travaillent pour eux ? Ceux qui embauchent et ceux qui sont embauchés ? Ceux qui sont riches en main-d'œuvre salariée et ceux qui sont sous-payés...

 

Des questions très anciennes - et il a fallu longtemps soit pour y répondre honnêtement, soit pour ne pas accepter de documents provoquant la réincarnation de ces questions.

 

En même temps, les amendements sociaux les plus importants, les plus populaires et les plus appréciés sont inclus dans trois parties de l'article 75 : Partie 5 - "L'Etat garantit le salaire minimum non inférieur au minimum vital de l'ensemble de la population valide de la Fédération de Russie", Partie 6 - "...l'indexation des pensions est effectuée.

au moins une fois par an conformément à la procédure établie par la loi fédérale", partie 7 - "Dans la Fédération de Russie, conformément à la loi fédérale, l'assurance sociale obligatoire, l'aide sociale ciblée pour les citoyens et l'indexation des prestations sociales et autres paiements sociaux sont garantis".

 

Tout en soi est absolument dans la bonne direction : les salaires doivent être décents, les pensions doivent être augmentées et les prestations et paiements sociaux doivent être indexés.

 

Et, bien sûr, les salaires ne doivent pas être inférieurs au niveau de subsistance minimum - il s'agit juste de savoir ce que l'on entend par "niveau de subsistance" : ce qui est nécessaire pour une vie décente minimum, ou ce qui est nécessaire pour éviter de mourir de faim.

 

Pour aujourd'hui, la question est interprétée de telle manière que ce niveau devrait être déterminé scientifiquement. La seule question est, encore une fois, qu'il peut être défini dans le cadre de différentes sciences. Du point de vue de la médecine et de la biologie, elle doit être telle qu'elle assure une existence biologique et physiologique, c'est-à-dire ne pas mourir de faim. D'un point de vue sociologique et psychologique, elle doit être telle que les gens aient le sentiment de recevoir un salaire respectable pour leur travail. Et du point de vue de la science politique - pour que les gens respectent et soutiennent le pouvoir.

 

Car aujourd'hui, en Russie, la première approche fonctionne plutôt - et 12 000 et demi comme salaire de subsistance et le salaire minimum provoquent un sentiment mitigé de rire et d'humiliation. Garantie de pauvreté.

 

Et les pensions devraient être indexées au moins une fois par an, surtout dans des conditions d'inflation constante et de hausse des prix. Nulle part on n'échappe au fait que les pensions dans notre pays sont, hélas, indignes de quarante ans de service au profit de la Mère Patrie et sont elles-mêmes aussi pauvres que le salaire minimum. Et simplement, l'indexation anti-inflationniste ne peut être corrigée, d'autant plus que les indexations effectuées jusqu'à présent n'ont suscité que de l'indignation. Et l'amendement constitutionnel qui a été introduit ne garantit rien d'autre que le fait que les index ont été réalisés, sans aucune définition de leur taille, mais leur dignité.

 

Il en va de même pour les prestations et droits sociaux mentionnés au paragraphe 7 de l'article.

 

En d'autres termes, tous les amendements sont corrects en eux-mêmes. Et il vaut mieux qu'ils le soient que non, et les gens voteront pour eux, mais ils sont rhétoriques et déclaratifs. Il est merveilleux que ces fixations soient établies comme étant précieuses et constitutionnellement significatives, mais elles s'avèrent n'être que des déclarations de bonnes intentions. Qui était pleine de la même ancienne version de la Constitution de 1993.

 

 

Sergey Chernyakhovsky

Tchernyakhovsky Sergey Felixovich (né en 1956) - philosophe politique russe, politologue, publiciste. Membre titulaire de l'Académie des sciences politiques, docteur en sciences politiques, professeur à l'Université d'État de Moscou. Conseiller du président de l'Université internationale indépendante sur l'environnement et la politique (IEPU). Membre du Conseil public du ministère russe de la culture. Membre permanent du Club d'Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

Sergey Chernyakhovsky : le pour et le contre des amendements (Club d'Izborsk, 7 juin 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :