Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Valery Korovin : l'heure de la dissuasion nucléaire (Club d'Izborsk, 27 juin 2020)

27 Juin 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Club d'Izborsk (Russie)

Valery Korovin : l'heure de la dissuasion nucléaire

27 juin 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19539

 

 

 

La réunion interagences américano-russe sur la maîtrise des armements et la stabilité stratégique, qui s'est tenue à Vienne, n'a suscité l'optimisme d'aucune des deux parties dès le début. La question principale - la prolongation et la préservation du traité sur la réduction et la limitation des armements stratégiques offensifs (START) - a été discutée précédemment, mais elle est toujours d'actualité. La situation qui se profile à cet égard n'est manifestement pas sûre.

 

Comme l'a dit Anatoly Antonov, ambassadeur de Russie aux États-Unis, en évaluant la situation actuelle, "nous constatons qu'il n'existe aujourd'hui pratiquement aucune architecture de sécurité. Il y a un SSNV, qui a encore plusieurs mois à vivre. Je parle de manière plutôt pessimiste, car je ne vois pas encore de signaux positifs sur cette question".

 

En fait, la partie américaine sabote le processus en lançant des accusations infondées contre la Russie, d'une part, et des conditions non remplies, d'autre part. Par exemple, en exigeant que la Russie s'engage à impliquer la Chine dans le processus de négociation, qui, au vu de la position de ces mêmes États-Unis, n'est pas non plus pressée de se limiter à des obligations.

 

Il s'avère que personne n'a besoin de rien d'autre que la Russie, qui est la gardienne au moins des vestiges du droit international et des accords et traités internationaux fondés sur celui-ci. L'Avos russe est maintenant pris en charge par nos visas.

 

C'est pourquoi la situation actuelle ressemble à ceci. Les États-Unis, en la personne de Trump, se retirent de tous les accords conclus au stade historique précédent, offrant en contrepartie aux acteurs plus ou moins puissants un ensemble d'accords bilatéraux. Et aussi étrange que cela puisse paraître, il y a une certaine logique dans tout cela.

 

Le désir de la partie russe de préserver les formats et les traités internationaux antérieurs est compréhensible. Ils fonctionnent mal et mal, c'est une sorte de base juridique, il est donc plus facile et plus calme de tout laisser tel quel, en prolongeant de temps en temps les accords précédents. Cette situation est au moins stable, et l'approche visant à maintenir cette stabilité est claire. Surtout pour nous, le peuple russe.

 

Mais il y a une autre facette : le système actuel de stabilité relative, basé sur le système de droit international établi à la suite de la Seconde Guerre mondiale, est une conséquence du monde bipolaire de Yalta, longtemps disparu, qui a été dit plus d'une fois. C'est pourquoi le système de dissuasion entre les deux pôles - occidental et soviétique (aujourd'hui russe) - ne répond pas à la réalité objective.

 

Eh bien, en effet, l'URSS, qui contrôlait la moitié du monde, n'existe plus. L'unité atlantique des États-Unis, de l'Europe et de leurs alliés, qui contrôlaient la seconde moitié du monde, n'est pas non plus envoûtante et ne se convainc pas du contraire.

 

La Russie ne peut pas forcer les États-Unis à faire quoi que ce soit, et nous l'avons vu depuis un quart de siècle. Sauf si c'est par hasard, par chance. Les États-Unis ne peuvent pas non plus nous forcer à faire quoi que ce soit qui soit en conflit avec les intérêts de notre État. En fait, depuis 25 ans, les États-Unis violent tout ce qu'ils veulent, et le reste du monde n'a plus qu'à se diluer dans ses mains.

 

Une telle situation, où le droit international semble exister, mais où l'un des sujets de ce droit ne l'observe pas, conduit à un nihilisme juridique à l'échelle mondiale. Si l'un ne la respecte pas, cela signifie que l'un peut faire la même chose à l'autre. Si un traité n'est pas respecté, cela signifie que l'un peut ne pas respecter l'autre, que l'un peut ne rien respecter du tout. Et celui qui observe est un perdant et est à blâmer.

 

Cette situation était tout à fait acceptable pour les mondialistes américains de la précédente administration : la Russie est consciencieuse, elle respecte les traités - c'est pourquoi elle perd, et nous ne les respectons pas - c'est pourquoi nous sommes les gagnants, "signez ici". Et si nous nous faisons prendre, nous accuserons les Russes eux-mêmes.

 

En Russie aussi, ils l'ont compris, mais au nom de la paix dans le monde, dans l'intérêt de la stabilité, ils ont fermé les yeux sur elle, essayant de garder au moins ce qu'ils avaient. Donald Trump, qui est arrivé au poste de président des États-Unis, a commencé à briser ce modèle, bien qu'en général il convienne à tout le monde. Les mondialistes américains ont senti leur force en trompant les Russes qui leur faisaient confiance. Les Russes, à leur tour, ont utilisé le statu quo pour retarder l'exacerbation, gagnant en force et renforçant la subjectivité géopolitique. Mais c'est la particularité des mesures temporaires, qu'elles ont un jour pris fin.

 

En fait, la Russie et les États-Unis ne sont plus les principaux détenteurs d'armes nucléaires, il y a d'autres alliés, principalement américains. La Chine est maintenant une sorte d'allié de la Russie, ce qui signifie que son arsenal nucléaire est hors de contrôle des Etats-Unis, ce qui rend ces derniers très nerveux, mais ils ne peuvent rien y faire. Et même si START 3 est prolongé, qu'en est-il de la Chine ?

 

À la manière américaine habituelle, les États-Unis tentent d'accrocher une question qu'ils ne peuvent pas décider seuls, sur quelqu'un d'autre, comme nous. Mais il serait logique de supposer que si la Chine est incluse dans le processus de négociation sur la dissuasion nucléaire, alors il serait nécessaire d'inclure d'autres détenteurs : la Grande-Bretagne, la France, l'Inde, le Pakistan, Israël et même ("Oh mon Dieu, Monsieur le Président !") la Corée du Nord. Et il ne s'agit plus d'accords bilatéraux, mais d'accords multilatéraux.

 

Dans l'ensemble, le seul pays qui a utilisé des armes nucléaires contre son adversaire est les États-Unis eux-mêmes, qui ont bombardé le Japon sans aucune raison militaire valable. Et toute l'histoire ultérieure du développement des armes nucléaires visait à dissuader l'agression nucléaire américaine.

 

À un moment donné, il a semblé aux Américains, surtout après l'effondrement de l'URSS, qu'ils allaient prendre le monde entier, sans utiliser d'armes nucléaires, avec une force douce. Et tout semblait se dérouler ainsi : la Russie s'est rendue volontairement (dans les années 1990), les "révolutions de couleur" ont jeté un Etat après l'autre aux pieds de l'Amérique, et parmi les militaires américains à la mode se trouvait le concept d'une frappe non nucléaire sans blitz.

 

Dans ces conditions, il était en effet possible de se limiter. Mais il n'en est plus ainsi aujourd'hui - la Russie est souveraine et le projet unipolaire du monde américain est terminé. Ils se sont donc souvenus du dernier argument - les armes nucléaires.

 

Et si pour Trump le retrait des traités et accords est une invitation à fixer les contours du monde multipolaire naissant, pour ses opposants aux démocrates - appel au dernier argument, la pression nucléaire. Et qui sait si l'Amérique, qui a déjà utilisé des armes nucléaires une fois, ne va pas répéter sa farce criminelle ?

 

Alors, peut-être devrions-nous examiner de plus près la réalité de l'agression nucléaire américaine et entamer non pas des négociations bilatérales, en essayant de prolonger ce qui est dépassé, mais des consultations multilatérales sur la dissuasion nucléaire américaine ?

 

Et si les États-Unis eux-mêmes continuent ce qui se passe actuellement, alors le contrôle international de l'arsenal nucléaire américain. Après tout, qui sait qui aura éventuellement des armes nucléaires américaines entre ses mains ? Il est grand temps d'organiser des réunions internationales et inter-agences sur le contrôle des armements américains, et non des réunions américano-russes. Je ne voudrais pas que les armes nucléaires américaines tombent sous le contrôle de certains militants extrémistes antifascistes ou armés du BLM au moment le plus inopportun.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Valery Korovin : l'heure de la dissuasion nucléaire (Club d'Izborsk, 27 juin 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :