Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Andrei Fursov : La bataille des élites mondiales pour l'avenir post-capitaliste a commencé. (Club d'Izborsk, 29 juillet 2020)

30 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Russie

Andrei Fursov : La bataille des élites mondiales pour l'avenir post-capitaliste a commencé.

 

29 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19680

 

 

- Andrey Ilyich, parlant de la situation internationale, il est raisonnable de commencer par le sujet le plus brûlant - l'épidémie de coronavirus. Les observateurs interprètent les choses différemment. A votre avis, la réaction des États est-elle justifiée par la situation épidémiologique ? Quel est le rôle du facteur politique dans ce contexte ? Ou s'agit-il simplement de manipulations délibérées, de tentatives de l'"État profond" de tester certains types d'impact ?

 

- Comme l'a enseigné le camarade Staline, si un accident a de graves conséquences politiques, il doit être examiné très sérieusement.

 

Le fait qu'il y ait une certaine épidémie de décès - évidemment. Le fait que tout cela ne soit pas provoqué par une pandémie, même par des paramètres purement quantitatifs, est encore plus évident. La plupart des mesures contre une prétendue pandémie sont évidemment redondantes. L'OMS, qui a déclaré la pandémie, est une organisation qui a une mauvaise réputation en matière de corruption et de fraude. Il y a plusieurs années déjà, elle a tenté d'intimider et de faire chanter le monde en promettant des millions de morts à cause de la grippe porcine.

 

À l'époque, la pandémie a échoué ; il y a eu une enquête ; plusieurs dirigeants de l'OMS ont été honteusement expulsés, mais le cas s'est produit : les entreprises liées à l'OMS ont gagné 18 milliards de dollars. En 2020, comme en 2013, des prédictions hystériques de millions de morts sont apparues, mais cette fois-ci, l'OMS a été rejointe en tant qu'équipe par pratiquement toutes les nations qui se sont engagées dans le « nouvel habit du roi" et qui ont renoncé à leur souveraineté ou à ce qu'il en reste.

 

De plus, Johnson et Merkel ont commencé à semer la panique, en insistant sur les millions de morts inévitables. Un homme d'État n'a pas le droit de se comporter ainsi, il doit inspirer confiance à ses concitoyens. D'ailleurs, la Russie "s'est engagée contre une pandémie" alors que le pays n'était malade qu'à deux douzaines d'exemplaires.

 

En 2020, tout dans le monde était plus organisé qu'avec la "grippe porcine", car au préalable ils avaient une solide formation : en octobre 2019 ont eu lieu officiellement des "exercices" pour lutter contre la pandémie mondiale de coronavirus.

 

Il semble que nous ayons affaire à une escroquerie mondiale qui se développe sous la forme d'une épidémie mentale induite, avec des objectifs économiques (profits : équipement médical, masques, gants, vaccin) et, plus encore, sociaux et politiques, qui devraient être discutés plus en détail.

 

La crise de 2008 a mis un terme aux "années fastes" de l'économie mondiale. Elles ont été associées au pillage de l'ancien camp socialiste et ont permis de retarder d'une décennie et demie la phase terminale de la crise systémique du capitalisme, qui était prévue au début des années 1980 dans les groupes américains dirigés par A. Gell Man, R. Collins et B. Boehner, et en URSS - P. Kuznetsov et W. Kuznetsov. En URSS - P. Kouznetsov et V. Krylov. La crise de 2008 a été inondée par l'argent, qui avait déjà cessé à ce moment-là de remplir cinq fonctions principales de l'argent, c'est-à-dire d'être de l'argent.

 

La crise n'est pas passée inaperçue - le chaudron était simplement couvert d'un couvercle, qui avec le temps a commencé à sauter e plus en plus, et en 2018-2019 la situation est devenue plus critique. Habituellement, dans l'histoire du système de plafonnement, de telles situations étaient résolues au moyen de guerres mondiales, mais dans le monde actuel - industriel et truffé d'armes de destruction massive de toutes sortes - c'est extrêmement dangereux. La seule région où l'on peut essayer de "batifoler" de cette manière est l'Afrique, mais cela ne résout pas les problèmes du système de plafonnement.

 

Et puis, comme un joker sorti de la manche du tricheur, est apparu (apparu ?) le coronavirus. Dans un certain nombre de relations, il a joué le rôle d'ersatz de guerre : le monde a pris un certain nombre de mesures tellement inédites (tant par leur ampleur que par le degré d'inadéquation excessif de la réalité médicale), qu'elles peuvent être comparées à des mesures prises en temps de guerre. Ceci :

 

- la fermeture des frontières des États, l'arrêt de la communication internationale et, dans certains cas, interrégionale en matière de transport ;

 

- l'introduction, sous le couvert d'un soi-disant "auto-isolement", de l'assignation à résidence, de la détention temporaire, c'est-à-dire de la suspension des droits constitutionnels des citoyens avec une négation particulière des droits des personnes âgées sous le couvert de la prise en charge de leur santé (dans le même temps, ceux qui avaient auparavant optimisé/détruit le système de soins de santé ont soudain été concernés, ce qui a surtout touché les personnes âgées) ;

 

- la perturbation de secteurs entiers de l'économie, avec la possibilité évidente de leur destruction ;

 

- la mise en place de mesures strictes de contrôle social et spatial sur la population (codes QR, vidéosurveillance et autres "charmes" de ce qu'on appelle le capitalisme de surveillance : presque du Foucault : « surveiller et punir) » ;

 

- en façonnant les contours de la nouvelle stratification en fonction de la liberté de mouvement et de l'indépendance par rapport au contrôle spatial et vidéo ;

 

- former la population au contrôle strict des autorités, à l'obéissance (port de masques et de gants, malgré leur absurdité ; je ne parle pas de qui gagne quoi sur les masques et les gants ; il en va de même pour le futur vaccin) ; en fait - une ingénierie sociale ;

 

- la mise en œuvre, "à la sauce", d'un certain nombre de projets essentiels pour les numériseurs mondialistes, qui se sont heurtés à des résistances ; surtout, l'enseignement à distance, qui tue l'éducation en tant que telle ("le rêve de Gref").

 

Cette liste peut être poursuivie, mais le point est clair. Cependant, il semble que les planificateurs mondiaux aient déjà, au tout début du mois de mai, fait face à un problème. Les processus ont affecté les intérêts d'une certaine partie des couches dirigeantes dans divers pays, et les "extrémistes" ont rencontré la résistance des "normalisateurs", si je puis m'exprimer ainsi, des "chimistes" qui n'aimaient pas beaucoup l'"alchimie extrême".

 

Même alors, dans une de mes interviews, j'ai dit que nous devions nous attendre au deuxième mouvement des "alchimistes de l'urgence", à savoir la création d'un certain mouvement sur la vague de l'épidémie mentale, qui devrait étendre et approfondir l'effet de la corona-psychose. Je pensais qu'il s'agirait d'une sorte de mouvement écologique (ou de mouvement doublé) dans l'esprit de la « tunbergmania ».

 

J'avais raison sur le mouvement, mais j'avais tort sur "l'appauvrissement" : le mouvement a pris naissance, non pas sur la base écologique, mais sur la base raciale-sociale de la "floydmania" - Black Lives Matter (BLM) ; le chaos a été étendu sur tout le pays - les États-Unis, dans le but d'étendre le mouvement BLM en Europe, au moins à l'Ouest. Le résultat est le chaos aux États-Unis.

 

- Comment l'image d'un contrôle croissant se combine-t-elle avec le chaos qui règne actuellement aux États-Unis ? Beaucoup de gens voient le chaos dans le contexte de l'affrontement frontal des démocrates avec les républicains. Mais en même temps, les deux sont souvent considérés comme deux factions du même club de gouvernance mondiale. Reconnaissez-vous que les événements américains sont inspirés par le troisième centre, par exemple, de Londres ou d'ailleurs ?

 

- Le monde est beaucoup plus difficile à gérer depuis le même centre, qu'il s'agisse de Londres, de New York ou (nominalement) de Shanghai. En outre, il faut oublier que les démocrates et les républicains sont des structures de parti. La forme d'organisation politique du parti est aussi ancienne que le politicien lui-même.

 

Partout dans le monde, les partis se sont transformés depuis longtemps en structures administratives et commerciales de la couche dirigeante. Lorsqu'un homme politique au sens strict du terme n'existe pas, comme par exemple en Russie et en Chine, le "parti", que ce soit le PCUS, le PCC ou ce qui est venu remplacer le PCUS en Russie, les partis n'existent pas, c'est autre chose. Et en Russie, même ce quelque chose d'autre avec la décadence de l'ère post-soviétique est agonisant.

 

Cela est particulièrement évident dans les tentatives de créer de nouveaux partis au lieu des anciens "partis post-soviétiques". Dès le début, on leur a accordé le sort de "(sous)-pouvoirs handicapés dans leur enfance", dont la position de négociation vis-à-vis des autorités sera beaucoup plus faible que celle du CPRF ou même du LDPR, qui remplissent le plus souvent la fonction de "Nanai boys" pour les autorités.

 

Aux États-Unis, sous le couvert des "Républicains" et des "Démocrates", il y a une lutte entre des forces très différentes, et un conflit beaucoup plus grave se déroule.

 

C'est un combat à l'intérieur du sommet de la classe capitaliste mondiale, un combat pour l'avenir post-capitaliste, pour qui excluera quelqu'un de cet avenir et dans cet avenir.

 

Pour simplifier un peu la situation, ce conflit peut être défini comme une lutte des ultra-mondialistes avec leur installation dans le monde numérique électronique des sociétés financières sans État, alias camp de concentration, et des mondialistes avec leur orientation sur la préservation de l'État (d'où la lutte pour la souveraineté), la modernisation de l'industrie et, par conséquent, la mise à disposition de certaines sortes de travailleurs et de couches intermédiaires partiellement réduites ; en cela, l'État est subordonné à la fois au FMI et à la Banque mondiale, mais, surtout, il continue d'exister.

 

Il n'y a pas d'État dans le monde des ultra-mondialistes - c'est un monde de puissantes entreprises comme la Compagnie des Indes orientales ou les territoires néo-Venitiens ; un monde habité par des gens et, en fait, par des bio-robots sans différences nationales, raciales, religieuses ou même sexuelles. Obama et Clinton sont tous deux des ultra-mondialistes ; aujourd'hui, le visage de l'ultra-mondialisme est Hillary Clinton, qui a été surnommée avec succès Bastinda (la méchante sorcière du Pays violet des Miguns dans Le Magicien de la cité d'émeraude) en LP.

 

En quatre ans de présidence, M. Trump a réussi à briser une grande partie de ce que les ultra-mondialistes étaient en train de construire : le partenariat transatlantique, le partenariat transpacifique, le financement américain de l'OMS, etc.

 

Ne vous faites pas d'illusions : Trump exécute la volonté d'un certain segment du monde, tout d'abord de la classe capitaliste américaine, de manière incohérente et vague. Objectivement, un allié de ce segment est une partie des élites d'Europe occidentale ayant une attitude de droite - Steve Bannon travaille pour eux maintenant.

 

Jusqu'à récemment, les aspirations antiétatiques des ultra-mondialistes avaient été sévèrement restreintes : avant de démanteler ces mêmes États-Unis, il fallait d'abord démanteler la Fédération de Russie et la Chine ; après tout, les États-Unis ne sont pas seulement un État (le dernier président américain en tant qu'État était Nixon), mais en partie un État, en partie un groupe de STN, la poigne de fer de tous les mondialistes - modérés et ultra.

 

Cependant, avec la soi-disant numérisation, il est devenu possible de réduire à zéro ou, du moins, d'affaiblir considérablement et simultanément les "trois grands" États, toujours d'une manière ou d'une autre, quoique de façon incohérente, dans le régime "un pas en avant, deux pas en arrière" qui s'oppose à l'ultra-mondialisme.

 

- De quelle manière ?

 

- Aujourd'hui, on parle beaucoup de gouvernement électronique, de "l'État numérique", qui contrôle avant tout les réseaux sociaux. Même le terme "net" est apparu - la netocratie.

 

L'"État numérique" (entre guillemets, car il ne s'agit pas d'un État au sens strict du terme, mais d'une forme de pouvoir différente) existe en partie à côté de l'ordinaire, institutionnellement hiérarchisé, en partie (et pour la plupart) intégré à celui-ci - formellement afin d'accroître l'efficacité, d'optimiser les processus. Essentiellement - pour sa destruction. Comme les réseaux sont essentiellement de nature supranationale, l'"État numérique" est un pouvoir mondial.

 

Comme l'a fait remarquer Z. Bauman, le capital (et, j'ajouterai, tout le reste) qui s'est transformé en signal électronique ne dépend pas de l'État d'où il est envoyé, des États dont il traverse les frontières et de l'État d'où il provient. Le pouvoir numérique mondial se construit sur l'état de l'ère moderne de la même manière que ce dernier (pour lui Machiavel a inventé le terme lo stato) s'est construit sur les structures traditionnelles locales et régionales du pouvoir aux XVIe et XVIIe siècles, les réduisant à zéro en termes d'organisation et de pouvoir.

 

Dans les conditions du triomphe des Nombres, s'il a lieu, l'ancien état de Modernité ne peut en principe pas être détruit jusqu'au bout - il restera une coquille sur laquelle on peut effacer les erreurs, ou même quelque chose comme un ours entraîné au cirque.

 

La "puissance numérique" mondiale est presque une forme idéale pour ce qu'on appelle "l'État profond". Il s'agit simplement de clarifier les choses. Premièrement, pas l'"État profond", mais le "pouvoir profond", puisque l'État est une chose formalisée, mais ce qu'on appelle l'"État profond" ne l'est pas. Deuxièmement, il faut parler des "États profonds", ils existent dans tous les plus grands pays du monde, c'est-à-dire les structures (c'est-à-dire au pluriel) du pouvoir profond (SPP).

 

L’apparition des SPP se déroule dans les années 1960-1980. Elle est associée à l'émergence de l'offshore, à la financiarisation du capitalisme, au développement des sociétés transnationales, qui ont largement réorienté une partie des services de renseignement et une partie de l'appareil d'État - alors que formellement, les deux sont restés dans la fonction publique.

 

Une source autonome des SPP était le contrôle du trafic de drogue et de la partie illégale du commerce des armes, de l'or et des métaux précieux, des matières premières, en d'autres termes - l'économie mondiale criminelle. La mondialisation a commencé par la criminalisation de l'économie mondiale, et ses opérateurs sont devenus, selon les termes d'O. Markeev, "des mondialistes avant la mondialisation".

 

Apparemment, les SPP ont également été formées en Union soviétique (la triade : segments du KGB / l'ancien GRU, le parti et l'économie souterraine sous leur supervision, principalement en Géorgie, en Arménie, dans les États baltes, dans le sud de la RSFSR et en Ukraine).

 

En fait, la perestroïka en tant que légalisation des capitaux fictifs et transformation du pouvoir en propriété est principalement son œuvre, un processus mené par elle en coopération à la fois avec les SPP des plus grands États et les structures supranationales fermées du système de plafonnement (non pas comme le fameux Club Bilderberg, mais avec des structures beaucoup plus sérieuses - Cercle/"Circle", Siècle/"Century", etc.

 

Dans quelle mesure la "SPP soviétique" a survécu en tant qu'acteur indépendant, et dans quelle mesure elle s'est intégrée dans les structures politiques et économiques du monde moderne - la question est ouverte et n'est pas la plus intéressante : le rôle décisif dans la lutte pour un avenir mondial post-capitaliste est joué par des forces tout à fait différentes, et ce ne sont certainement pas les "républicains" et les "démocrates". Au mieux, ce sont les ombres de véritables acteurs.

 

- Vaut-il la peine d'attendre un conflit dans l'Union européenne semblable à celui des États-Unis ? Beaucoup prédisent que les tendances centrifuges vont se poursuivre. Cela vaut-il la peine d'attendre la désintégration ?

 

- Nous avons assisté à des représentations en France, aux Pays-Bas, en partie au Royaume-Uni et en Allemagne pour soutenir le BLM, mais le processus n'a pas avancé. Il n'y a pas de mouvement mondial du BLM, donc peut-être que le coronavirus et la « floydmania » seront suivis d'un troisième mouvement des ultra-mondialistes, si ce n'est par la démolition, puis par le démantèlement du vieux monde. Si nous vivons, nous verrons.

 

Quant à l'Union européenne, elle a été une formation artificielle dès le début - et ce, malgré le fait qu'après la destruction de l'Empire romain, il y ait eu des tentatives constantes pour restaurer une Europe unie. La première tentative de ce type fut l'empire de Charlemagne, qui se désintégra de jure en 843. Par la suite, les tentatives d'unification de l'Europe se sont développées selon deux axes : l'empire guelfe et l'empire gibelin.

 

A la fin du XIème siècle, un conflit s'est développé entre les empereurs romains du peuple allemand (la dynastie des Hohenstaufen) et les papes. Les Guelfes sont ceux qui soutiennent les papes, représentant principalement les familles aristocratiques du nord de l'Italie et du sud de l'Allemagne ; les Gibelins soutiennent les empereurs, représentant principalement les couches moyennes (Burger) et inférieures du peuple.

 

Après la défaite des Hohenstaufen, les projets d'unification de l'Europe peuvent être grosso modo divisés en "Guelfiens" (principalement "aristocratique") et "Gibeliniens" (principalement "démocratique"). L'UE, que Napoléon et Hitler ont essayé de construire, était Gibeline avec une petite "amertume" aristocratique. L'Union européenne actuelle est un projet Guelfe, mis en œuvre sous l'égide de l'oeil maçonnique américain et en grande partie dû à la destruction de l'URSS.

 

Un jour, F.I. Tyutchev a remarqué qu'avec l'avènement de l'empire de Pierre, l'empire de Charles en Europe est impossible. Et en effet, c'est l'"État de flanc" (L. Dehio) que la Russie historique (bien qu'alliée à un autre "État de flanc" - la Grande-Bretagne) a brisé toutes les tentatives de recréer l'empire "central" carolingien, qu'il s'agisse de Napoléon, de Guillaume II ou d'Hitler.

 

Il est révélateur et symbolique que l'Union européenne ait pris forme en même temps que la destruction de l'URSS - les "avatars" de l'empire de Pierre le Grand. Mais en même temps, l'Europe occidentale a avalé quelque chose qui lui est étranger, quelque chose qu'elle est incapable de digérer, et nous savons ce qui se passe en cas d'indigestion. L'Europe de l'Est dans son état actuel, d'une part, et les problèmes des intégrateurs d'Europe occidentale ("la Fraternité cupide a ruiné"), d'autre part, l'essentiel des résultats de cette indigestion.

 

Il est tout à fait clair qu'il existe une Union européenne pour ceux qui, comme le dirait le héros de Gogol, "nettoient avec" le noyau carolingien, et pour ceux qui "sont sortis". Le noyau carolingien est un grave danger pour les ultra-mondialistes et les mondialistes modérés aux États-Unis.

 

Ils tentent de l'affaiblir autant que possible avec l'aide, d'une part, de la partie pro-atlantique des élites d'Europe occidentale, dont les intérêts sont servis par la bureaucratie bruxelloise stupide et moralisatrice ; d'autre part, de la soi-disant "jeune Europe", dans laquelle la direction polonaise est la plus insensée.

 

Cependant, contre le noyau carolingien, les ultra-globalistes et les USA (ici leurs intérêts coïncident, bien que pas complètement, mais selon le principe des "cercles d'Euler") ont plus d'armes auxiliaires - ethniques. C'est ce qu'ils ont utilisé en 2015 sous la forme d'une "crise migratoire", formellement provoquée par le service atlantique du Globe-Ouest et de la Globalmerica, qui fait de plus en plus de l'Europe l'après-Ouest.

 

Parmi les migrants "malheureux", il y avait pour une raison quelconque de nombreux jeunes hommes en bonne santé, et le "flux turbulent" lui-même donnait l'impression d'être bien géré par des leaders cachés. Le plus important pour le planificateur est d'éviter que le bloc Chine, Russie et Europe avec son noyau allemand ne devienne une sorte de bloc continental "à la Haushofer", uniquement avec la Chine au lieu du Japon.

 

- Que devrait faire la Russie dans de telles circonstances ? Vous avez souligné à plusieurs reprises que personne n'acceptera non plus les représentants russes dans l'élite mondiale. Que doivent faire ceux qui prennent des décisions en Russie dans de telles circonstances, comment assurer la sécurité et la souveraineté, renforcer le statut de la Russie en tant que puissance mondiale et étendre ses zones d'influence ?

 

- La pratique montre que ceux que Disraeli appelait les "maîtres de l'histoire", c'est-à-dire le sommet mondial, composé des élites britanniques, américaines, d'Europe occidentale et juives, ne s'assiéront jamais à la même table que des Russes égaux, qu'il s'agisse de la Russie autocratique, de l'URSS ou plus encore de la Russie. Il y aura plutôt des Arabes, des Indiens, des Chinois ou des Japonais.

 

Au tournant des années 1960-1970, le stupide leadership soviétique a appâté la fraude occidentale sous forme de détente (detanta) et de connexion à des projets mondiaux par l'intermédiaire du Club de Rome. Ils croyaient naïvement que si l'URSS - une superpuissance dotée d'armes nucléaires et la deuxième économie du monde, ses dirigeants étaient autorisés à entrer dans le rang mondial des kalashny, les dirigeants de l'URSS se joindraient avec zèle aux projets de l'ennemi principal :

 

- Par la création de l'eurodollar (la Banque populaire de Moscou, l'une des principales banques de la City de Londres dans les années 1960) a participé avec les Rothschild : directement - à la création d'un marché financier mondial non réglementé, indirectement - à la création de l'invisible Empire britannique, qui plus tard, avec la Chine, détruira l'Union soviétique ;

 

- en jouant au "pétrole" avec les Rockefeller.

 

Ces succès tactiques ont jeté les bases de la perte de l'initiative historique stratégique dans les relations avec l'Occident et, en fin de compte, de la destruction de l'URSS.

 

Ainsi, la première chose que les représentants du sommet de la Fédération de Russie devraient se rappeler, surtout la partie de la Russie qui est prête à supporter l'Occident à n'importe quelles conditions, c'est-à-dire à se rendre, à renoncer à tout et à n'importe qui, est le sort d'Ostap Bender à la frontière roumaine. Du passé récent, c'est le sort de Boris Berezovsky.

 

La deuxième "mémorisation" est la suivante. Dans la lutte pour l'avenir, et encore moins pour gagner, seules les sociétés unifiées peuvent survivre, c'est-à-dire celles où les inégalités sociales sont relativement faibles et où, ce qui est tout aussi important, les hauts et les bas partagent les mêmes valeurs et les mêmes objectifs.

 

Une maison divisée en elle-même ne pourra pas tenir debout. Un exemple classique est celui du défunt empire souverain pourri, qui est tellement aimé en raison de l'affinité de classe de l'actuelle "Itka" de Russie. Une seule poussée a suffi et le mur s'est effondré, comme le jeune Oulianov-Lénine l'avait alors signalé au gendarme tsariste.

 

Ergo : les régimes oligarchiques sont condamnés. Si la population qui s'y trouve est une "ressource alimentaire" pour le système de plafonds "gros poissons", alors eux-mêmes et ce sommet sont une "ressource alimentaire" pour le système de plafonds "gros poissons". Voici la chaîne alimentaire, selon Zabolotskyy : "L'herbe était mangée par l'insecte, l'insecte était picoré par l'oiseau, / Le furet suçait le cerveau de la tête de l'oiseau, / Et avec crainte les visages déformés / Les créatures de la nuit observaient depuis l'herbe".

 

Afin de ne pas devenir une créature nocturne terrifiée du monde moderne et de ne pas jeter au visage de l'après-ouest "l'étranglement, l'idole", il faut être fort dans l'unité, ce qui passe par la justice sociale et un système de valeurs unique.

 

Lorsque vous demandez ce qu'il faut faire dans les circonstances actuelles de la Russie, j'ai une contre-question : quelle Russie est la Russie des oligarques ou la Russie des travailleurs ? Ce sont des Russes différents.

 

De plus, même la Fédération russe des oligarques n'en est pas une (lire assez attentivement la récente interview d'O. Deripaska). Il s'agit plutôt d'un ensemble de structures claniques de type corporatif et régional, qui ont des intérêts différents et qui sont orientées vers le monde extérieur, et pas tant vers les États que vers les sociétés individuelles, les clans, les unions familiales ou même les familles individuelles (par exemple, quelqu'un - la famille Windsor).

 

Cela met une fois de plus le pouvoir et l'unité sociale au premier plan en tant que facteur non pas tant de victoire que de survie dans la lutte pour l'avenir (peut-être, la victoire dans ces conditions est-elle la dernière à tomber, écrasant l'ennemi à mort), et l'unité de la couche dirigeante avec le peuple et au sein de la couche dirigeante.

 

Les armes nucléaires seules ne suffisent pas - pour réussir au XXIe siècle, il faut des armes organisationnelles puissantes et des armes cognitives non moins puissantes - une image réelle du monde basée sur une nouvelle connaissance du monde et de l'homme. À cet égard, il n'y a pas lieu d'être timide - nous devons le prendre à l'Ouest, si cela est nécessaire. L'Occident était prêt à apprendre des Russes.

 

Au début des années 1950, le président américain Truman a tenu une réunion avec des consultants de la société RAND, récemment créée, parmi lesquels figuraient notamment John von Neumann et Edward Teller - qui n'ont pas besoin d'être présentés. Ainsi, von Neumann, un leader reconnu de la communauté intellectuelle américaine, a déclaré que le secret de la puissance des Russes ne réside pas dans les armes nucléaires et chimiques, mais dans leur possession des armes organisationnelles absolues créées par Lénine - est un "nouveau type de parti".

 

Après la réunion, la tâche a été fixée : étudier le phénomène du "parti des révolutionnaires professionnels" et préparer un rapport secret "Armes organisationnelles" (déclassifié en 2005). Ces armes étaient dirigées contre l'URSS. A l'Ouest, les bourgeois ont une bonne connaissance du marxisme. Gramsci a menacé le sommet : "Nous prendrons vos enfants", c'est-à-dire les reformater. Cela n'a pas fonctionné. Et la CIA a reformaté les jeunes dans les années 1960, les dirigeant comme de nouveaux gauchistes contre les gauchistes.

 

George Foster Dulles, Arnold Toynbee, Jacques Attali étaient des admirateurs de Marx : à leurs yeux, il a formulé l'idée d'un gouvernement mondial, mais pour le mettre en oeuvre, comme l'a fait remarquer Attali, il ne s'agira pas d'un prolétariat, et la bourgeoisie. Et à quoi ressemble l'"enseignement marxiste-léniniste" oblique et vulgairement dogmatique de l'embouteillage de Suslovsky dans ce contexte, d'une part, et l'anti-marxisme et l'antisoviétisme (l'idéologie latente de la partie influente du Soviet suprême russe) de nos "Palestiniens" actuels, d'autre part ?

 

En Occident, l'élite étudie Marx, le marxisme, Lénine et le bolchevisme - et surtout, d'un point de vue pratique. La "Russe-Ilitka" a le nez levé de tout cela, ignorant avec défi le 100e anniversaire d'octobre, le 150e anniversaire de Lénine, le 200e anniversaire de Marx. Et le marxisme, bien sûr, contrairement aux institutions d'élite de l'après-ouest, nous ne l'étudions plus. C'est logique : les connaissances qui ont un potentiel secret ne sont pas censées être enseignées aux autochtones de la périphérie.

 

Au cours du dernier demi-siècle, de nombreux changements sociaux et politiques ont eu lieu, de nouveaux types d'armes orgo ont été inventés, la guerre froide a pris fin, dont l'expérience, tout comme celle du phénomène de l'URSS, n'est conceptuellement significative ni pour nous, ni pour l'Occident. Il est nécessaire de créer de nouvelles armes orgo sur la base de nouvelles connaissances théoriques, aujourd'hui le "Sans théorie pour nous la mort, la mort, la mort !" de Staline sonne super actuel.

 

- D'une manière générale, à votre avis, à quoi ressemblera le paysage politique dans les conditions de la fin du monde de Poleyalta et de la formation d'un nouveau paradigme des relations internationales ?

 

- Aujourd'hui, le monde change si rapidement que seules des tendances peuvent être prévues pour une période relativement longue. Comme l'a dit Allen Dulles, un grand fan du "Kim" de Kipling (traduction indépendante), un homme peut être trompé par les faits, mais s'il comprend les tendances, il n'est pas dupe.

 

L'avenir se dessine sous nos yeux. Le temps s'est maintenant tellement resserré que le passé s'écoule instantanément vers le futur, accrochant le présent presque à un "point de singularité". En même temps, cependant, il y a la tromperie de la vision historique : puisque la ligne entre le futur et le passé est presque floue, le continuum passé et futur est perçu comme le présent durable. En conséquence, la même réalité, comme dans le kaléidoscope défilant, s'avère être un présent durable, un monde de passé et de futur sans le présent !

 

C'est une situation très difficile et difficile à prévoir. Compte tenu de cette difficulté, j'oserais dire que dans deux zones du monde moderne, à mon avis, l'avenir est déjà là. Tout d'abord, la Chine, avec son système de notation sociale et de contrôle électronique, qui remonte organiquement à trois mille ans d'histoire de la Chine et qui, comme s'il la complétait, la subit.

 

Deuxièmement, c'est l'Afrique, le monde du néo-archaïsme post-colonial, qui s'étend au-delà des enclaves détenues par les SPP. C'est aussi un monde achevé à sa manière, dans lequel les rêves que les voyageurs (et, je pense, les éclaireurs) tchécoslovaques I. Ganzelka et M. Zikmund ont écrit à la fin des années 1940 ont disparu et ont triomphé d'une réalité qui sera plus terrible que "Cœurs des ténèbres" de J. Conrad : il s'agit plutôt d'un tableau représenté dans "Lontano" et "Congo-requiem" de J. - K. Grange.

 

Quant à l'Amérique latine, aux États-Unis, à l'Union européenne, à la Russie et au monde musulman, l'avenir n'y est pas encore déterminé ; il s'agit ici du présent étendu, du Présent Continu, qui peut cependant à tout moment se réduire à un point qui tire l'avenir.

 

Beaucoup de choses pour les États-Unis et pour le monde en général dépendront des élections américaines. Le collectif Bastinda by Clintonica a déjà appelé à un départ forcé de Trump s'il ne reconnaît pas la victoire de Biden, c'est-à-dire que pour Bastinda, le paresseux Biden a déjà gagné et il n'y a nulle part où battre en retraite. Si Bastinda gagne, il lancera une offensive totale sur de nombreux fronts, y compris sur le front intra-américain. L'une des principales directions sera la Russie, puis les "dormeurs" se réveilleront.

 

Nous ne pouvons certainement pas influencer les élections américaines, mais la situation dans le pays doit être non seulement corrigée, mais aussi nécessairement. Il est inacceptable de faire face au danger avec une "cinquième colonne"* derrière nous. Cependant, si la "cinquième colonne" est une partie du pouvoir lui-même, son ombre, alors ce pouvoir est condamné : tôt ou tard, l'ombre ne connaîtra plus sa place.

 

 

Andrey Fursov

http://andreyfursov.ru

Fursov Andrey Ilyich (né en 1951) - historien, sociologue et publiciste russe bien connu. À l'Institut du conservatisme dynamique, il dirige le Centre de méthodologie et d'information. Directeur du Centre d'études russes de l'Institut d'études fondamentales et appliquées de l'Université des sciences humaines de Moscou. Il est membre de l'Académie internationale des sciences (Innsbruck, Autriche). Il est membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* NDT: Dans un entretien en espagnol en Argentine, en 20919, Le philosophe Alexandre Douguine parle, lui, de la 6e colonne: celle de l'entourage libéral de Poutine:

 

http://pocombelles.over-blog.com/2020/07/alexander-dugin-en-argentina-2019-estamos-en-la-transicion-entre-el-mundo-unipolar-y-el-mundo-multipolar.html

Andrei Fursov : La bataille des élites mondiales pour l'avenir post-capitaliste a commencé.  (Club d'Izborsk, 29 juillet 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :