Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Une série de documentaires magiques sur les Eskimos Netsilik de l'Arctique canadien

27 Juillet 2020 , Rédigé par Pierre-Olivier Combelles Publié dans #Exploration, #Canada

Camp d'été. Capture d'écran.

Camp d'été. Capture d'écran.

En route pour la pêche au harpon. Capture d'écran.

En route pour la pêche au harpon. Capture d'écran.

Camp d'été. Capture d'écran.

Camp d'été. Capture d'écran.

Femme Netsilik. Capture d'écran (Winter camp)

Femme Netsilik. Capture d'écran (Winter camp)

Les services cinématographiques américains et canadiens ont réalisé avec Robert Young, Quentin Brown et Kevin Smith dans les années 1960 une merveilleuse série de documentaires filmés (version anglaise et version française) sur la vie des Eskimos/Inuit* Netsilik de l'Arctique canadien. On peut la voir en totalité sur le site de l'Office national du film du Canada et aussi sur Youtube.

Dans son immense territoire maritime et terrestre qu'il parcourait et connaissait pas coeur, héréditairement, l'homme eskimo, chasseur, pêcheur et constructeur, savait tout faire. Il fabriquait son kayak, l'oumiak de la famille, l'arc, les flèches, la lance, les harpons, le tambour magique, les outils, la tente, l'igloo, les écluses à poissons sur les rivières, les caches à nourriture, le traîneau et les harnais pour les chiens, les ustensiles de ménage: lampes et casseroles de stéatite (pierre tendre), etc. Poète, il était aussi prêtre et connaissait aussi par coeur (sa civilisation n'était pas écrite mais orale) l'histoire du monde et de son peuple, les rites, les prières et les chants qui unissent les hommes, et les esprits de la Nature.

La femme avait la lourde de tâche de s'occuper des enfants, de la confection et de l'entretien des vêtements à partir des peaux d'animaux et de la préparation de la nourriture.

L'Eskimo était dépositaire de traditions, de techniques et de savoir-faire immémoriaux, hérités du fond des âges, de ses ancêtres, -de nos ancêtres communs - du Paléolithique, il y a des dizaines et des centaines de milliers d'années.

Il a affronté la vie avec courage, intelligence, abnégation, créativité, humour et gaieté, au prix parfois de lourds sacrifices comme l'infanticide, le suicide des vieillards et plus encore.

Le grand explorateur et ethnographe danois Knud Rasmussen** raconte qu'en 1923, beaucoup d'Eskimos Netsilik n'avaient jamais vu un homme blanc. Ils ont été les derniers Eskimos à être sédentarisés. C'est à partir de cette époque qu'ils ont commencé à utiliser les armes à feu, qu'on ne voit pas dans le film. La réalisation de ces documentaires dans les années 1960 a donc été une sorte de reconstitution avec eux sur les chemins nomades du passé.

Pierre-Olivier Combelles

* Jusque dans les années 1980, on disait depuis des siècles en langue française "Esquimaux", un mot indien qui signifie "mangeurs de viande crue". Il s'est ensuite orthographié 'Eskimo", à l'anglaise. Puis à partir des années 1990, on lui a substitué au nom du politiquement correct le terme "Inuit", qui signifie "homme" en inuktitut, créant ainsi une faille entre la politique d'une part et l'histoire et la culture d'autre part. Knud Rasmussen qui était de père danois blanc et de mère eskimo du Groenland et parlait l'inuktitut, employait le terme eskimo dans ses publications.

** Sur Knud Rasmussen: https://anthrosource.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1525/aa.1934.36.4.02a00080

 

Visionnez les 22 documentaires sur les Netsilik, en version longue, sur le site de l'ONF/NFB:

https://www.nfb.ca/subjects/indigenous-peoples-in-canada-inuit/netsilik/

Sur le site de l'Office du film du Canada, en français, visionnez Tuktu et la chasse aux caribous:

https://www.onf.ca/film/tuktu_et_la_chasse_au_caribou/

Les Netsilik, notice Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Netsilik_Inuit

Godfred Hansen et Roald Admundsen: Magito, une femme Netsilik.

Godfred Hansen et Roald Admundsen: Magito, une femme Netsilik.

Kabloka, une fille Netsilik en 1903-05. Photographie par Godfred Hansen (1876-1937). Bibliothèque nationale de Norvège.

Kabloka, une fille Netsilik en 1903-05. Photographie par Godfred Hansen (1876-1937). Bibliothèque nationale de Norvège.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :