Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Valery Korovin : Homme d'affaires, pas Zarathoustra. (Club d'Izborsk, 25 juillet 2020)

25 Juillet 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique

Valery Korovin : Homme d'affaires, pas Zarathoustra.

25 juillet 2020.

 

https://izborsk-club.ru/19670

 

 

Le président américain Donald Trump a menacé d'opposer son veto au projet de budget de la défense pour l'année fiscale 2021, qui a été récemment approuvé par la Chambre des représentants des États-Unis. La raison formelle est le mécontentement du président face au fait que le budget contient un amendement exigeant de renommer les bases militaires américaines qui portent ceux des dirigeants et des commandants de la Confédération. Le projet contient également un certain nombre de restrictions sur les actions de Trump lui-même, que personne ne souhaite voir.

 

Cependant, derrière l'extérieur des batailles publiques de Trump avec le Congrès se cachent, comme toujours, des processus internes qui sont invisibles à l'œil nu. Car il y a des choses qui ne peuvent pas toujours être dites à haute voix. Surtout dans le système politique américain actuel, accablé par les conflits internes des élites et une guerre civile dans les rues des États-Unis.

 

Alors, que contient le projet de budget de la défense des États-Unis que Trump pourrait ne pas aimer tant ?

 

Ce qui frappe immédiatement, c'est la limitation des initiatives du président sortant, avec lequel il effectue son premier mandat. Par exemple, le fameux mur à la frontière avec le Mexique. Cela faisait partie des promesses préélectorales de M. Trump, et ne pas le réaliser, c'est ne pas remplir l'un des points les plus importants du programme, qui a attiré une partie importante de la sympathie de l'électorat blanc.

 

La partie démocrate du Congrès s'est opposée dès le début à la réalisation de la construction du mur. Au début, elle a simplement bloqué l'allocation de fonds du budget. Ensuite, le point "Le Mur" a été transféré au budget militaire en tant qu'initiative de défense, mais là aussi il a été découvert par les opposants à Trump et également limité. Les membres du Congrès ont inclus dans le budget de la défense une interdiction explicite de l'utilisation des fonds alloués au Pentagone pour construire le mur à la frontière avec le Mexique, c'est-à-dire qu'ils tentent de saper le plan pluriannuel de Trump pour lutter contre l'immigration illégale en provenance d'Amérique centrale et du Sud.

 

Cependant, il y a aussi une raison plus profonde derrière ce point. Trump, comme la plupart des Américains blancs et traditionnels, ne croit pas, contrairement aux démocrates, que tous les gens sont égaux et homogènes. Il est vrai que les démocrates sont déjà allés beaucoup plus loin, en affirmant que non seulement les personnes de peuples et de races différentes sont les mêmes, mais aussi les différents sexes, et que le sexe est un choix. Et même le fait qu'en général, un être humain n'est pas un sujet, mais un objet, sur lequel insiste l'ontologie progressiste et objectivement orientée. Et que toute cette masse d'objets post-humains - mi-hommes, mi-cyborgs - doit être contrôlée par l'intelligence artificielle.

 

Mais Trump, comme s'il n'entendait pas tous ces slogans progressistes, continue à insister sur la préservation de l'identité du protestant anglo-saxon blanc avec ses principes et son système de valeurs, y compris la famille traditionnelle, la vie sur terre et les héros-confédérés américains - symboles de l'Amérique blanche. Raciste, cruel, intolérant ? En l'état actuel des choses.

 

Il n'est pas question de réécrire l'histoire et de démolir des monuments chaque fois que la morale et les valeurs changent.

 

C'est ce que pensent les traditionalistes américains, avec Trump. Après tout, ce sont les protestants blancs anglo-saxons qui ont fondé cet État sous la direction de leurs dirigeants, dont ils chérissent la mémoire. Et peut-être que quelque part dans leur cœur, ils regrettent que le Sud ait perdu la guerre civile, que tout se soit passé comme ça. Et ils veulent sauver ce qui reste de cette Amérique blanche et anglo-saxonne, au moins sous forme de symboles.

 

Mais ils ne peuvent pas le dire, et Trump ne peut pas. Ce n'est même pas qu'il soit capable de l'exprimer en termes généraux. Il n'aime tout simplement pas ça - un flux sans fin d'immigrants qui vont et viennent, ils ne veulent pas travailler, ils n'aiment pas la loi, ils ne veulent pas la respecter, et s'ils n'aiment pas quelque chose, ils intimident, brûlent des voitures et cambriolent des magasins. Et ils ne peuvent pas le changer (Trump le pense), mais au moins ils doivent arrêter. Le mur n'est pas non plus une aubaine, mais c'est un geste de désespoir.

 

Trump place également l'Amérique et ses intérêts au-dessus des intérêts du projet mondialiste et de sa promotion par les démocrates du monde entier. M. Trump ne veut pas que l'argent des contribuables américains soit dépensé dans de multiples entreprises dans le monde entier, parrainées par ses adversaires libéraux, mais il veut qu'il soit dépensé pour améliorer la vie des Américains ordinaires.

 

Mais les libéraux démocrates au Congrès pensent différemment. Bien que Trump lui-même, si c'était sa volonté, aurait depuis longtemps mis un frein aux dix aventures commencées par l'administration précédente. Par exemple, il aurait retiré ses troupes d'Afghanistan, ou du moins réduit considérablement leur nombre. Et il réduirait également le nombre de troupes américaines en Europe, comme en Allemagne.

 

Peut-être Trump aurait-il retiré depuis longtemps les troupes américaines de Syrie, où elles sont forcées de se battre aux côtés des militants, laissé la Libye déchirée par son prédécesseur Obama, et même permis à l'Irak de panser les plaies résultant de la dure imposition de la démocratie américaine là-bas, seul, sans supervision américaine.

 

Mais non, les démocrates du Congrès ne s'assoupissent pas et bloquent directement ses initiatives en imposant un amendement après l'autre. Le projet de loi adopté propose d'interdire à l'administration Trump de réduire le nombre de contingents militaires américains en Allemagne et en Afghanistan. En parlant de l'Irak, de la Libye et de la Syrie. Apparemment, Trump ne devrait même pas bégayer à ce sujet.

 

S'il en avait l'occasion, Trump "s'entendrait avec la Russie". Mais lorsqu'il l'a promis dans ses discours électoraux, il pensait qu'en devenant président, il obtiendrait le pouvoir qui lui en donnerait l'occasion.

 

Il ne l'a pas fait. Ici aussi, les démocrates mettent des bâtons dans les roues et exigent davantage de dépenses pour contenir la Russie.

 

Trump lui-même pense probablement que si la Russie n'est pas affectée et n'essaie pas de "dissuader" tout le temps, elle ne pourra pas être affectée. Et il le pense avec raison. Mais non, les amendements au projet de budget de la défense impliquent l'allocation de 3,789 milliards de dollars à la "dissuasion" de la Russie en Europe dans le cadre de l'Initiative européenne de dissuasion (EDI)*.

 

L'Initiative européenne de dissuasion est un programme visant à renforcer la présence militaire américaine en Europe. Elle a été lancée par l'administration Barack Obama en 2014 après la réunification de la Crimée avec la Russie et le déclenchement du conflit armé dans l'est de l'Ukraine. Trump aurait craqué sur l'Ukraine et la Crimée il y a longtemps, d'autant plus qu'il considère les deux comme la Russie. "Ne le ferait-il pas ?" - Le sourcil de Trump se soulève de façon surprenante. Au contraire, on lui propose d'augmenter l'aide militaire à l'Ukraine. C'est une bonne façon de s'entendre.

 

En même temps, le veto de Trump bloquerait les sanctions contre le gazoduc russe "Nord Stream - 2". Apparemment, il s'agit également d'une initiative de défense militaire - de nouvelles sanctions qui seront imposées aux personnes et aux entreprises impliquées dans la construction de l'oléoduc russe. D'autant plus que la pression de sanction sur la construction des gazoducs russes est une mesure extrêmement impopulaire en Europe même et a déjà complètement dissous les anciens alliés.

 

Donald Trump ressent et comprend tout cela, mais il ne peut pas dire à voix haute ce pour quoi il a été déjà assez malmené et brisé durant les quatre années difficiles de son premier mandat présidentiel. Il ne peut le faire ni au sens propre ni au sens figuré. Après tout, même en ayant choisi les arguments les plus inoffensifs contre le projet de budget actuel - désaccord avec la suppression des noms des dirigeants et des commandants confédérés dans les noms des bases militaires et le refus de construire la "Grande Muraille du Mexique", Trump a déjà laissé tomber une grêle d'accusations et de reproches. Il est même difficile d'imaginer ce qui se serait passé si Trump était apparu sur le podium du Congrès, en citant pompeusement Friedrich Nietzsche : "Les gens ne sont pas égaux. Et ils ne doivent pas être égaux !" Peut-être aurait-il été mangé vivant par les mêmes démocrates.

 

Mais Trump ne voulait pas le dire, et il ne voulait rien dire d'autre à ce sujet. Probablement sur Twitter. Et le budget militaire américain, d'un montant de 740,5 milliards de dollars, sera bientôt adopté. Ils négocieront un peu plus, corrigeront quelques formules - et ils le feront. Après tout, il englobe les intérêts de Donald Trump lui-même, sa meilleure défense. Et il est, comme nous le savons, avant tout un homme d'affaires, pas Zarathoustra.

 

 

Valery Korovin

http://korovin.org

Valery M. Korovin (né en 1977) - politologue russe, journaliste, personnalité publique. Directeur du Centre d'expertise géopolitique, chef adjoint du Centre d'études conservatrices de la Faculté de sociologie de l'Université d'État de Moscou, membre du Comité eurasien, chef adjoint du Mouvement eurasien international, rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse "Eurasia" (http://evrazia.org). Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

 

* Ndt: European Deterrence Initiative, EDI:

 2018 - RENFORCER LA DISSUASION DE L’OTAN À L’EST, par Joseph A. DAY (Canada), 23 avril 2018 

https://www.nato-pa.int/fr/document/2018-renforcer-la-dissuasion-de-lotan-lest-projet-de-rapport-day-063-dsc-18-f

Valery Korovin : Homme d'affaires, pas Zarathoustra. (Club d'Izborsk, 25 juillet 2020)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :