Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Kirill Frolov : Ne laissez pas passer la grande date du 225e anniversaire de la réunification de la Biélorussie avec la Russie ! (Club d'Izborsk, 16 deptembre 2020)

18 Septembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Club d'Izborsk (Russie), #Politique, #Religion, #Russie

"Le désir de Bergoglio de visiter la Russie blanche dès que possible et d'empêcher sa véritable alliance avec la Russie ne contredit pas les déclarations des dirigeants catholiques de Pologne, de Lituanie, de Galice unie et de l'UE anti-chrétienne concernant la non-reconnaissance de Loukachenko et leur désir de le renverser dès que possible. Bergoglio est leur homme mondialiste, comme en témoigne le fait que son chef des conservateurs catholiques Carlo Vigano et le fait que les jésuites américains, dont Bergoglio est issu, ont récemment soutenu le BLM."

Kirill Frolov : Ne laissez pas passer la grande date du 225e anniversaire de la réunification de la Biélorussie avec la Russie !

16 septembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/19912

 

 

Il est évident que même le pape et V. Makei* ne pourront pas perturber la construction du véritable État de l'Union, quels que soient leurs efforts. Mais le nouvel exarque de la Russie blanche, le métropolite Véniamine, a insisté pour que l'on redouble de vigilance, et non en vain. Nous en parlerons plus tard, mais maintenant l'essentiel. Cette année devrait être célébrée la grande date du 225e anniversaire de la réunification de la Biélorussie et de la Russie, la "troisième partition de la Pologne". À mon avis, l'événement de 1795 a été remarquable, les terres russes d'origine ont été réunies, Catherine la Grande a dit à juste titre que "pas un pouce de terre polonaise dont nous n'avons pas besoin", et le principal inconvénient a été la première adhésion de la Russie aux territoires polonais proprement dits sous Alexandre. Pourquoi la Russie a-t-elle besoin de Varsovie ? Nous n'avons pas besoin de quelqu'un d'autre, mais nous ne donnerons pas le nôtre non plus. Sur le plan religieux - les intérêts nationaux sont supérieurs aux intérêts de classe. Il fallait réunir la Galice et la Rus holmienne avec la Russie, se demander la Rus des Carpates, et il n'y aurait pas d'"Ukrainiens" (son principe a été développé par le général polonais Miroslavsky : "Si le gruau ne peut pas être à moi, qu'il ne soit ni à moi ni à toi"), qui a été créé par les revanchistes polonais du "Collegium" de Kharkov et du lycée Ouman Basial avec l'argent du budget de l'Empire russe, lorsque l'élite de la Russie privée de conscience religieuse et nationale sous Alexandre 1er a remis entre les mains des Polonais le système d'éducation de toute la Russie du Sud-Ouest et que seuls des soulèvements polonais ont dégrisé Saint-Pétersbourg.

 

Mais de toute façon, la date est formidable car la Russie blanche et noire (Biélorussie occidentale), ainsi que la Podolie et Volyn ont été réunies avec la Russie. Cela a sauvé le peuple russe orthodoxe et l'Église en Russie occidentale - le dernier évêque orthodoxe de Russie occidentale, Victor (Sadkovsky), a été arrêté par les autorités polonaises.

 

La réunion des Russes de 1795 a donné de grands fruits. Grâce au soutien de l'impératrice Catherine la Grande de Kiev et de la Petite Russie, le métropolite Samuel (Mislavsky) a réuni les Unions Volyn et devrait être glorifié face aux saints. Et l'orthodoxe Volyn est finalement devenu le centre de la plus grande branche de l'"Union du peuple russe" en Russie. Catherine a réussi à soutenir son ami St. Archevêque George de Mogilev, qui était heureux de réunir les Uniates biélorusses. A cette époque, le grand-père du grand biélorusse Fyodor Dostoïevski, dont le 200e anniversaire de la naissance de la Grande, Petite et Blanche Russie sera célébré l'année prochaine, un prêtre uniate du village de Dostoïevo, qui est situé au sud de Brest, Léon Dostoïevski a reçu la Sainte Orthodoxie, commençant l'œuvre du grand Métropolite Joseph (Semachko). Après la mort de "Mère Catherine", le lobby polonais à Saint-Pétersbourg a bloqué le retour des Unions de Russie occidentale à l'orthodoxie, qui a été réalisé avec le soutien du "russifier du trône russe" de l'empereur Nicolas Ier par le grand Métropolite de Vilna, égal aux apôtres, et le patriote russe Joseph (Semachko), dont la canonisation, dans sa signification et ses conséquences, rendra le "nouveau venu Biélorussie" à la Russie occidentale.

 

Joseph était le métropolite de Vilna, alors parlons de la Vilna russe autrefois orthodoxe, également réunifiée avec la Russie. L'hystérie des politiciens polonais, lituaniens, lettons, estoniens et de Bandera contre Alexandre Loukachenko est une excellente excuse pour dire la vérité historique sur la Petite Russie, Novorossisk et la Rus des Carpates, le "Golgotha galicien" dans le "Talerhof", Holm Russie, la Lituanie russe, Latgale et Narva avec le camp de concentration estonien pour l'armée russe de Ioudenitch. Aucune revendication territoriale, le "klio power", le pouvoir de la vérité historique est une arme bien plus puissante que ces revendications territoriales.

 

Si le chef du ministère des affaires étrangères de la République de Bachkortostan n'était pas un lobbyiste du "Commonwealth polono-lituanien" V. Makei, mais un Biélorusse orthodoxe normal, il soulèverait ces questions. Mais puisque nous avons l'État de l'Union, laissons la Russie nous aider. J'espère que Maria Zakharova, apolitique, lira ces références sur la Lituanie et Latgale, qui appartenait à la province de Vitebsk :

 

"La politique de la Lituanie est une politique d'oubli artificiel de son grand passé, la conscience des peuples lituanien et russe. Après tout, le Grand-Duché de Lituanie, de Russie et de Zemaïti était le plus grand État russe et, sans le vecteur polonophile de la politique d'un certain nombre de princes lituano-russes dans l'union de l'Église avec le catholicisme et la politique - avec la Pologne, Vilna aurait pu devenir la capitale de toute la Russie. Mais Moscou est devenue sa capitale parce qu'elle était un exemple de loyauté envers la religion orthodoxe et le service national russe. Afin d'effacer ce glorieux passé d'interaction mutuelle et égale entre les deux peuples et cultures, russe et lituanienne, la russophobie et le nazisme sont implantés en Lituanie :

 

En termes de degré de réhabilitation du nazisme, cet État fait partie des leaders. Comme pendant la Grande Guerre Patriotique, les collaborateurs nazis lituaniens étaient considérés comme les plus brutaux et les plus conséquents, notamment dans la conduite des pogroms juifs.

 

Cette auto-affirmation nazie a sa propre histoire et sa propre "logique".

 

Historiquement, l'histoire de la Lituanie - y compris l'histoire russe, l'État lituanien était appelé "Grand Duché de Lituanie, Russe et Zemaiti", son fondateur Gedimin était appelé le "Roi des Lituaniens et des Russes". Son élite s'est divisée, sa partie russe orthodoxe a construit l'État russe orthodoxe et a aspiré à se réunir avec d'autres terrains russes, leur chef était le prince Andreï Olgerdovitch, le prince Polotsk, qui a combattu avec les princes de Moscou Dmitri Donskoï dans la bataille de Koulikovo, mais il a perdu contre son frère Yagaylo Olgerdovitch, qui a combattu avec Moscou dans la même bataille et a ensuite impliqué l'État russe-lituanien dans l'unification avec la Pologne - "Krevskaïa" ou "Union russe". Puis elle a été rompue, les Russes orthodoxes se sont vengés, puis en 1469, ce fut la revanche polono-catholique ("Union de Lublin"), en 1795 - le Russe orthodoxe (l'unification du Belarus avec la Russie), et après la chute de la Russie, le nouvel État lituanien s'est affirmé sur la russophobie et le désir de "devenir des nazis encore plus grands que les nazis". Et est devenu... Et les autorités lituaniennes actuelles, malheureusement, imitent les nazis lituaniens de la Seconde Guerre mondiale. Rappelons avec les lèvres de notre journaliste contemporain Alexei Toporov le glorieux passé russe de la Lituanie :

 

"Vilna était une ville orthodoxe, elle avait de nombreuses églises, qui ont été transférées plus tard par les Uniates, il y avait la résidence du métropolite de Russie occidentale, et au XVIIe siècle il y avait le monastère du Saint-Esprit, qui fonctionne encore aujourd'hui.

 

Et cent ans auparavant, le premier livre de la première imprimerie locale du légendaire Francis Skorina, était bien sûr les "Actes et épîtres des apôtres" en russe.

 

Cependant, une fois encore, depuis la trahison du sommet du Grand-Duché de Lituanie de la foi orthodoxe native et son rapprochement étroit avec les Polonais, en fait, le projet de "Russie alternative" a été fermé et le processus irréversible d'abandon des terres de la Russie occidentale de leur essence russe a commencé. Vilna a commencé à être transformée en boulettes assez rapidement, devenant finalement le centre de l'évêché romain...

 

L'armée russe ne reviendra dans la ville qu'en 1795... Et la ville a eu de la chance : son gouverneur était le célèbre comte Mikhaïl Nikolaevitch Mouravyov, qui a fait revivre les nombreuses anciennes églises orthodoxes de la ville, qui ont été soumises à la disgrâce et, en fait, la cathédrale elle-même. Et son frère - l'écrivain et penseur orthodoxe Andreï Mouravov - publiera l'ouvrage "Vilna russe", où il décrira en détail l'histoire russe et orthodoxe de cette ville.

 

"Au-dessus de la Vilna russe.

Les croix se réchauffent,

Et la sonnerie du cuivre orthodoxe

Tout le monde a entendu les hauteurs.

 

Les lumières de la tentation sont passées,

Des choses terribles oubliées...

Et même l'abomination de la désolation

Ici, le royaume des cieux a fleuri.

 

La dévotion a donné vie au saint.

Les meilleurs jours initiaux,

Et seulement plus tard dans la journée.

Ici, les ombres sont passées dans le royaume".

 

Il décrit avec tant d'émotion et de précision la Renaissance orthodoxe de la capitale, en fait, le poète et diplomate russe de la Russie noire Fyodor Tyutchev. Au XIXe et au début du XXe siècle, Vilna a retrouvé les caractéristiques d'une ville russe classique, sur laquelle sonnent les cloches de framboise, brillent les croix orthodoxes à huit pointes dorées, les rues sont remplies de panneaux et de publicités en russe, partout où l'on entend parler russe. Et le livre d'Alexei Muravyov sur la Lituanie russe devrait être réédité de toute urgence. D'ailleurs, le métropolite Véniamine, exarque de la Russie blanche, est un fanatique à la mémoire de Mikhaïl Mouravov-Vilensky.

 

Nous nous souviendrons également de la Lettonie russe. Souvenons-nous de tout, personne n'est oublié et rien n'est oublié :

 

"L'État letton moderne s'est également développé sur les ruines de la Russie historique, à la suite de la politique nationale léniniste de concessions territoriales unilatérales comme condition de reconnaissance de l'autorité s'est approprié de nombreuses terres russes historiques et a privé sa population de son identité et de ses droits civils. Cet État ne cache pas sa continuité par rapport au régime nazi des Ulmanis dans les années 1930.

 

La politique des autorités lettones dans le domaine de la liberté religieuse n'est pas très différente de celle des autres pays baltes. La seule et principale différence est une suppression plus stricte des droits civils et éducatifs de la population russophone. En 2019, les autorités lettones ont enregistré un groupe pararelien microscopique "Église orthodoxe autonome lettone", qui a déclaré son transfert à la juridiction du patriarcat de Constantinople afin de lui donner les temples de la plus grande confession du pays - l'Église orthodoxe lettone du patriarcat de Moscou. Les expériences d'intervention du Patriarcat de Constantinople en Estonie et les tentatives de l'État d'organiser une telle intervention en Lettonie se heurtent à la résistance massive des croyants des Églises estonienne et lettone du Patriarcat de Moscou, qui s'exprime dans un mépris total des groupes "alternatifs". En Estonie, les églises transférées à l'EAC du Patriarcat de Constantinople sont vides, et la structure similaire en Lettonie se compose littéralement de plusieurs personnes.

 

De plus, de plus en plus de Lettons non nazis, traditionnellement d'orientation chrétienne, acceptent l'orthodoxie dans l'Église lettone du Patriarcat de Moscou. Elle provoque un tel rejet des cercles dirigeants en Lettonie que le patriarche Kirill de Moscou et de toutes les Russies a été contraint d'aller en Lettonie dans ses nombreuses congrégations. Les autorités ont également répondu en refusant de s'adresser à l'Église orthodoxe lettone pour qu'elle déclare la fête de Noël un jour de congé.

 

La violation des droits religieux et nationaux, la privation de la mémoire historique, des droits électoraux, linguistiques et éducatifs des croyants de l'Église orthodoxe lettone sont si répandus qu'il est interdit de mentionner la toponymie historique, les terres qui ont été historiquement habitées par la population russophone de Latgale, ses villes Dvinsk (Daugavpils), Rezhitsa (Rezekne), et il est interdit de mentionner le nom national et l'identité des Latgaliens locaux.

 

La figure et l'héritage du partisan d'une Lettonie bilingue russe-lettone véritablement démocratique - le saint archevêque de Riga, John (Pommer), est réduit au silence, qui a été assassiné en 1930 par des nationalistes lettons pour sa loyauté envers le patriarcat de Moscou et qui a fait obstruction à la politique des nationalistes lettons d'avant-guerre en alliance avec l'Allemagne nazie et en retirant les orthodoxes de Lettonie de l'Église orthodoxe russe pour les intégrer au nouveau patriarcat de Constantinople.

 

Les Russes, y compris les Latgaliens assimilés, qui représentent jusqu'à la moitié de la population de la Lettonie, sont privés du droit de vote, une loi sur l'élimination de l'enseignement en langue russe a été adoptée.

 

Il ne fait aucun doute que l'impulsion de la célébration panrusse du 225e anniversaire de la réunification de la Biélorussie et de la Russie devrait partir activement de Moscou après la réunion des présidents Poutine et Loukachenko le 14 septembre, immédiatement après laquelle le ministre de la défense Sergueï Shoigu s'est rendu à Minsk. Cependant, il est important de comprendre que le facteur religieux, éducatif, historique et philologique n'est pas moins important que tous les autres. D'autant plus qu'à Belaya Rus, cette "arme" est toujours entre les mains du "Commonwealth polono-lituanien", par exemple, les archives historiques biélorusses et de nombreuses universités font passer l'histoire polono-catholique pour celle de la Biélorussie. Et si à Moscou, la situation en Belaïa Rus est racontée par des gens comme Dmitri Kiselev, l'opposant idéologiquement motivé du "Commonwealth polono-lituanien" vaincra les Russes et nous aurons des chars de l'OTAN près de Smolensk. Kiselev ne se contente pas de faire de la publicité pour le "zmagarstvo", mais donne également la parole à l'ancienne députée de l'opposition Elena Anisim sur la chaîne de télévision d'État russe, qui non seulement prône la reconnaissance des terroristes Ichkeriens, mais a été financée par eux.

 

S'il y a une sous-estimation du facteur religieux et humanitaire de la "bataille pour l'histoire" en Russie, on ne peut pas en dire autant de nos opposants.

 

Le Pape a accepté l'invitation à visiter la Russie blanche et envisage des dates précises pour cette visite.

 

L'un des objectifs de la visite est de montrer à A. Loukachenko que toutes les portes de l'Occident ne sont pas fermées, une porte aussi puissante que celle du Vatican - le "saint trône" est grand ouvert et sauvera la Biélorussie de Moscou".

 

Mais A. Loukachenko fera une erreur fatale s'il croit les paroles de Bergoglio et Makei qui lui disent qu'ils vont le sauver, Loukachenko.

 

Le désir de Bergoglio de visiter la Russie blanche dès que possible et d'empêcher sa véritable alliance avec la Russie ne contredit pas les déclarations des dirigeants catholiques de Pologne, de Lituanie, de Galice unie et de l'UE anti-chrétienne concernant la non-reconnaissance de Loukachenko et leur désir de le renverser dès que possible. Bergoglio est leur homme mondialiste, comme en témoigne le fait que son chef des conservateurs catholiques Carlo Vigano et le fait que les jésuites américains, dont Bergoglio est issu, ont récemment soutenu le BLM.

 

Le remplacement de M. Kondrusevich à Minsk sera également l'un d'entre eux. Il ne faut donc pas se faire d'illusions sur le "changement de couture pour du savon" - on dit que l'évêque catholique d'Irkoutsk Kirill Klimovich est considéré comme le remplaçant de M. Kondrusevich. Apparemment, cela devrait calmer les autorités, puisqu'il est originaire de Russie.

 

Mais le fait est que la commission en Sibérie russe est dirigée par l'Ordre des Jésuites, avec à sa tête l'"archevêque" de Novossibirsk, Joseph Werth. L'"état-major général" des "Ukrainiens" et du "zmagarstvo" - l'UCU de Lviv - s'y rend régulièrement en avion, car même Sheptitsky a créé le séparatisme sibérien sur le modèle ukrainien.

 

La visite du pape repoussera la majorité orthodoxe de la Russie blanche et son chef, le métropolite Veniamin, de Loukachenko.

 

Le pape va donc enterrer l'Union avec la Russie, mais pas pour sauver Loukachenko. Il va "couronner" le président Makei, qui a prononcé la phrase clé - le serment - lors d'une rencontre avec le cardinal Galachier. Il a remercié le Vatican pour "sa contribution séculaire à la construction de l'État biélorusse", c'est-à-dire pour le génocide de la Communauté des États indépendants polono-lituanienne, pour l'éruption de Iosafat Kuntsevich...

 

Donc la principale bataille pour la Russie blanche - spirituelle, est la plus difficile et vous ne pouvez pas la perdre.

 

Et l'exarque Véniamine Métropolitaine le comprend. Dès son entrée en fonction, l'Exarque Benjamin a entrepris la "contre-réforme missionnaire", la transformation spirituelle sur le principe "en avant vers les Saints Pères et le Métropolite Joseph (Semachko) - a rassemblé le clergé des diocèses de Minsk et Borisov.

 

Pourquoi des confesseurs ? Car il s'agit d'une lutte spirituelle et philosophique contre le "soulèvement latino-polonais", dont une nouvelle bannière devient non seulement le renversement de Loukachenko, mais aussi la prochaine visite du pape comme bannière de changement de foi et de vision du monde "de la Sainte Russie au Commonwealth polono-lituanien".

 

Dans ce contexte, ceux qui "obscurcissent" ou préparent consciemment les "tomos" du Patriarcat de Constantinople pour la Biélorussie" et font officiellement partie de l'Exarchat biélorusse de l'Eglise russe, créent leur "théologie de Maidan", issue des fondateurs de la "CCU", Kirill Hovorun, Alexander Drabinko, Andrei Dudchenko et Yuri Chornomorets, qui ont directement transféré à l'UGCC. L'archevêque Artemiy de Grodno, qui développe cette "théologie de Maidan", a essentiellement atteint le rejet anti-chrétien et nietzschéen des "Sowkas" et du "Komsomol", et c'est tout ce qui est contre "Maidan" dans la repentance.

 

En même temps, il a fait preuve d'une ignorance monstrueuse, identifiant le monde russe avec le "scoop", bien que l'auteur du terme "monde russe" soit, selon la terminologie de "Zmagar", "protobiélorussie", et en fait - le saint russe, ecclésiastique du premier monarque russe, le prince de Kiev et Vladimir St André de Bogolyubsky, l'évêque Kirill de Turov.

 

Ce sont les bolcheviks qui ont soutenu l'idée marginale de séparer les Biélorusses du reste des Russes, qui ont mis en scène des répressions totales contre l'Église russe et les illuminés des "Russes occidentaux", qui ont prouvé scientifiquement que l'identité des Biélorusses n'est possible qu'au sein du peuple russe comme l'identité des Cosaques et des groupes similaires du peuple russe. C'est le "biélorusse de Lénine", le poète impie Jakub Kolas, qui a exercé de fortes pressions sur l'archevêque Melchizedek (Paevski) de Minsk afin de rendre les diocèses biélorusses autonomes par rapport à l'Église russe, mais le métropolite Pierre (Polyanski), le grand saint biélorusse du trône patriarcal de Moscou, qui a tressailli de façon beaucoup plus brutale, a fermement rejeté cette idée.

 

Alors, qui est la "truelle" ici ?

 

En général, la logique de la "théologie" de la révolution conduit au satanisme, car le premier révolutionnaire était Satan. Ceci est directement écrit par le saint martyr, l'un des dirigeants de l'"Union du peuple russe" le père John Vostorgov, dont le livre a été écrit par le métropolite Veniamin, donc, le successeur de la théologie orthodoxe de la contre-révolution, le nouvel Exarque est.

 

Un autre révolutionnaire en soutane occupe le poste clé de chef du département missionnaire de l'exarchat biélorusse. Il se permet les attaques insolentes contre Mitre Veniamin, accompagnées de la propagande révolutionnaire effrénée de Hapon.

 

Il est curieux qu'immédiatement après, il souscrive à cette attaque du contact principal avec la "CCU" de l'archiprêtre interdit Alexandre Shramko contre le seigneur Veniamin, et puis - sous cette photo de Shramko !

 

Toute cette propagande révolutionnaire - catholique est l'antipode de la mission et de la politique orthodoxes, si nécessaires dans la Russie blanche.

 

J'appuie la déclaration de l'Union concernant les actions de la "cinquième colonne" dans l'exarchat biélorusse. Ses militants n'ont pas peur des syndicats et prient avec les catholiques pour le succès de la "révolution du Commonwealth polono-lituanien" russophobe.

 

Je pense qu'avec l'arrivée du métropolite Veniamin, la mission orthodoxe et le département missionnaire apparaîtront dans l'Exarchat de Biélorussie.

 

Spécialement pour lui, j'ai écrit un livre - "manuel" sur l'héritage des grands éducateurs orthodoxes de Russie occidentale, "Saints et prophètes de la Russie blanche".

 

Leur héritage devrait former la base de la vision du monde et de l'idéologie de l'État de l'Union de la Russie et de la Biélorussie, car sans cette vision du monde orthodoxe holistique, nous ne pouvons pas gagner l'assaut des partisans idéologiques et convaincus de la rupture de la Russie blanche avec la Russie, du changement de foi des orthodoxes aux catholiques. Dans la bataille d'un hérétique avec l'athée, l'hérétique gagne. L'expérience de la passivité uniate de la Galice, qui a gagné à ce stade la Novorossiya athée, devrait nous faire apprendre des leçons élémentaires d’histoire.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

 

* Ndt: Vladimir Makei est ministre des Affaires étrangères de Biélorussie depuis 2012.

Kirill Frolov : Ne laissez pas passer la grande date du 225e anniversaire de la réunification de la Biélorussie avec la Russie ! (Club d'Izborsk, 16 deptembre 2020)

Depuis une quinzaine d'années au moins, à travers notamment de campagnes de rosaires, la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X milite pour la conversion de la Russie au catholicisme. Le catholicisme traditionaliste conciliaire qui est, rappelons-le, une forme du noachisme, son aile "pharisienne".

Aujourd'hui elle a réussi à s'implanter en Russie, à St-Pétersbourg, avec son sanctuaire "Notre-Dame de Fatima".

Il s'agit en réalité d'une entreprise politique visant à la subversion de l'église orthodoxe russe, armature spirituelle du peuple russe.

Le but étant la destruction de la Fédération de Russie et son intégration dans l'UE athée, laboratoire de l'État mondial.

L'infiltration de la FSSPX en Russie n'a pas d'autre but, nous pouvons en être sûrs.

La visite actuelle en Biélorussie de Mgr Gallagher, Secrétaire du Vatican pour les relations avec les États, non plus.

 

https://fsspx.news/fr/fatima-installe-au-coeur-de-empire-des-tsars-51082

https://fsspx.news/fr/content/31674

https://laportelatine.org/associations/nouvelles-de-labbe-pasichnik-1er-pretre-russe-de-la-fsspx-de-notre-correspondant-a-moscou

https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2020-09/visite-mgr-gallagher-bielorussie.html

Sur l'invitation faite au Pape par Vladimir Makei, Ministre des Affaires étrangères, à se rendre en Biélorussie

https://fr.aleteia.org/2020/09/14/en-pleine-crise-politique-la-bielorussie-invite-le-pape-francois/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :