Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Le pape François a-t-il appelé l'Europe à un suicide démographique ? (Kirill Aleksandrov, Pravoslavye.com.ua, 19 octobre 2020)

19 Octobre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Europe, #Politique, #Russie, #Société

Le pape François a-t-il appelé l'Europe à un suicide démographique ?

 

19 octobre 2020

 

Source: Russie-Arche de Noé

https://rnk-concept.ru/68171

 

 

Le pape François a signé l'encyclique Fratelli tutti, qui demande que l'aide maximale pour les migrants musulmans soit distribuée en Europe.

 

Le samedi 3 octobre 2020, lors d'une visite à Assise, dans la Basilique de Saint-François, le pape François a signé la nouvelle encyclique Fratelli tutti. Son titre complet se traduit par : "Une lettre encyclique à tous les frères du Père François sur la fraternité et l'amitié sociale". Et cette "fraternité et amitié sociale" concerne avant tout les musulmans. Dès le troisième paragraphe, nous décrivons comment François d'Assise a rendu visite au sultan Malik-al-Kamil en Égypte. Probablement avec une expression de fidélité, comme l'écrit le Pontife : "Nous sommes stupéfaits de voir comment, il y a huit cents ans, François recommandait d'éviter toute forme d'agression ou de conflit et de vivre dans une "soumission" humble et fraternelle, même envers ceux qui ne partageaient pas leur foi. Et dans le cinquième paragraphe, le pape parle déjà de sa propre rencontre avec l'imam Ahmad Al Tayyeb, qui a eu lieu en 2019, au cours de laquelle ils ont signé une déclaration commune sur la fraternité.

 

Le principal message de l'encyclique Fratelli tutti est que les pays européens doivent prendre soin des migrants dans toute la mesure du possible, faciliter leur réinstallation en Europe et mener une politique de tolérance, d'ouverture et de multiculturalisme.

 

Les migrants musulmans doivent-ils être les maîtres de l'Europe ?

 

En ce qui concerne les migrants, le pape François s'appuie sur la parabole évangélique du Samaritain miséricordieux, sur le fait que l'enfant Jésus-Christ et la Sainte Famille étaient des étrangers en terre d'Égypte, ainsi que sur de nombreuses citations de la Sainte Écriture concernant l'attitude à l'égard des étrangers.

 

La première chose qui est choquante dans l'encyclique Fratelli tutti est que le pape ne déclare pas la propriété privée comme étant privée, mais comme étant une propriété commune. Il dit que chacun a le droit d'utiliser cette propriété.

 

"La tradition chrétienne n'a jamais reconnu le droit à la propriété privée comme absolu ou inviolable et a mis l'accent sur la fonction sociale de toute forme de propriété privée. <...> Le principe de l'usage commun des biens créés pour tous est le "premier principe de tout l'ordre éthico-social", c'est un droit naturel, original et prioritaire. Tous les autres droits sur les biens nécessaires à la réalisation intégrale de l'être humain, y compris les droits de propriété privée et tous autres, "ne doivent pas être empêchés mais, au contraire, promus", comme l'affirme Saint Paul VI. Le droit à la propriété privée ne peut être considéré que comme un droit naturel secondaire découlant du principe de la finalité universelle des biens produits, et cela a des implications très spécifiques qui doivent se refléter dans le fonctionnement de la société".

 

Et ailleurs : "Avec le droit de propriété privée, il y a toujours un droit prioritaire de subordination de toute propriété privée au destin universel des biens de la terre, et donc le droit de tous à les utiliser".

 

Les réflexions sur la nature des biens en général sont très inhabituelles pour un ecclésiastique, mais ce n'est même pas le cas. Le pape François ne peut que comprendre qu'avec cette déclaration, il appelle en fait à une violation du commandement "ne pas voler". La déclaration du chef du RCC signifie que si quelqu'un veut manger, il peut simplement entrer dans le magasin et le prendre. Si quelqu'un n'a pas d'endroit pour dormir, il peut aller dans n'importe quelle maison et s'y installer. Si quelqu'un pense qu'il est plus pauvre que les autres, il peut le prendre et le "réparer". Après tout, "le principe de l'utilisation commune des biens créés pour tous est le "premier principe de tout l'ordre éthico-social".

 

La déclaration du chef du RCC signifie que si quelqu'un veut manger, il peut simplement aller dans le magasin et prendre. Si quelqu'un n'a pas d'endroit où dormir, il peut aller dans n'importe quelle maison et y vivre. Si quelqu'un pense qu'il est plus pauvre que les autres, il peut le prendre et le "réparer".

 

Le pape François affirme que les migrants doivent bénéficier des mêmes avantages que les natifs européens : "Personne ne peut rester défavorisé, quel que soit son lieu de naissance <...> Les frontières des Etats ne peuvent pas l'empêcher. Tout comme il est inacceptable qu'une personne ait moins de droits parce qu'elle est une femme, il est également inacceptable que le lieu de naissance ou de résidence lui-même conduise à moins de possibilités de vie et de développement décents".

 

Ainsi, que vous travailliez ou non, vous pouvez toujours utiliser ce que quelqu'un d'autre a gagné. Par ces mots, le pape François appelle explicitement les migrants à prendre ce dont ils ont besoin sans se soucier de la propriété.

 

De très nombreux faits indiquent que la grande majorité des migrants du Moyen-Orient ne travaillent pas et ne veulent pas travailler. Ils reçoivent une allocation fabuleuse, selon les normes de leur pays d'origine, et en sont très heureux. Et il s'avère que les Européens doivent travailler pour soutenir les migrants. Et le pape François légitime cet état de fait : "En fait, les activités des entrepreneurs "sont une noble vocation visant à créer de la richesse et à améliorer le monde pour tous. <...> En tout état de cause, ces compétences entrepreneuriales, qui sont un don de Dieu, doivent être clairement orientées vers le progrès des autres et la maîtrise des catastrophes, notamment par la création de diverses possibilités d'emploi".

 

Le Pape exige le partage des bénéfices avec les migrants et oublie les paroles de l'Apôtre Paul : "...si quelqu'un ne veut pas travailler, il ne mangera pas" (2 Thessaloniciens 3 : 10).

 

(2 Thess. 3 : 10) Oui, bien sûr, les riches doivent aider les pauvres. Mais le pape François ne peut s'empêcher de comprendre que si nous exigeons une telle aide des riches et n'en faisons pas une condition pour que les pauvres travaillent pour eux-mêmes et pour la société, cette aide est nuisible pour les deux. Les riches perdent leurs biens, et les pauvres deviennent dépendants et paresseux. Et comme nous le savons, l'oisiveté est la mère de tous les vices. Mais le pape exige de partager les bénéfices avec les migrants et oublie les paroles de l'apôtre Paul : "...si quelqu'un ne veut pas travailler, il ne mangera pas" (2 Thessaloniciens 3:10).

 

L'appel même du pape François à la jouissance des biens matériels indépendamment de la propriété est une révolution dans les relations humaines. Mais le chef de la RCC va encore plus loin, il affirme que les États entiers avec leurs territoires et leurs ressources sont la propriété de tous les habitants de la terre.

 

Voici ses mots : "La confiance dans le fait que les biens actuels sur Terre sont communs exige que cela s'applique également aux pays, à leurs territoires et à leurs ressources. Si l'on considère cela non seulement du point de vue de la légalité de la propriété privée et des droits des citoyens d'une nation donnée, mais aussi du premier principe de l'usage commun des biens, on peut dire que chaque pays appartient à un étranger, tout comme les biens. Le territoire ne peut être refusé à une personne dans le besoin qui vient d'un autre endroit".

 

Qu'est-ce que c'est, sinon un appel direct aux résidents des pays musulmans, pour qu'ils viennent d'abord en Europe et prennent tout ce dont ils ont besoin ?

 

Le quatrième chapitre de l'encyclique est entièrement consacré au thème de la migration. Elle s'appelle : "Des cœurs ouverts sur le monde". Dans ce chapitre, le Pape appelle à la promotion de la migration sans aucune condition ni restriction. Voici ses mots : "Nos efforts en matière d'arrivée de migrants peuvent être décrits par quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer". L'encyclique ne dit rien des habitants, des Européens, de leur protection, de la sécurité sociale et de la réalisation de leurs intérêts. Tout est réservé aux migrants.

 

En particulier, le pape François appelle à :

 

  • « augmenter et simplifier la délivrance des visas ;
  • adopter des programmes privés et publics pour protéger leurs intérêts ;
  • ouvrir des couloirs humanitaires aux réfugiés les plus vulnérables ;
  • offrir un logement adéquat et décent ;
  • garantir la sécurité des personnes et l'accès aux services de base ;
  • assurer une assistance consulaire adéquate ;
  • le droit d'avoir des documents d'identité avec eux à tout moment ;
  • l'accès impartial à la justice ;
  • la possibilité d'ouvrir des comptes bancaires et de garantir ce qui est essentiel pour une existence vitale ;
  • leur donner (aux migrants - ndlr) la liberté de circulation et la possibilité de travailler ;
  • protéger les mineurs et leur assurer un accès régulier à l'éducation ;
  • fournir des programmes de tutelle temporaire ou d'accueil ;
  • garantir la liberté de religion ;
  • promouvoir leur intégration sociale ;
  • pour faciliter le regroupement familial et préparer les communautés locales aux processus d'intégration".

 

En d'autres termes, les Européens doivent se nourrir, s'habiller, se chausser, s'abriter, se transporter, etc. Et faire tout cela sans rien exiger en retour, même pas du travail. "Faire certaines choses simplement parce qu'elles sont bonnes en elles-mêmes, sans espérer obtenir de résultats, sans attendre quelque chose en retour. Il permet d'accueillir un étranger, même si cela ne sert pas vraiment à grand-chose en ce moment", dit le Pape.

 

Le Pape, les migrants et le crime.

 

Mais peut-être que les migrants ainsi favorisés seraient au moins reconnaissants ? Peut-être se comporteront-ils dans le respect de la loi et aideront-ils leurs bienfaiteurs ? Hélas... Les faits nous disent le contraire.

 

Par exemple, en novembre 2019, en Suède, qui est célèbre pour sa libéralité, le Premier ministre Stefan Leven a décidé de rendre publiques des statistiques sur la terrible augmentation de la criminalité violente et l'a expliquée comme un "échec de l'intégration". Le nombre d'homicides par arme à feu a triplé depuis le début des années 2010. Et 90 % de ces crimes sont commis par des migrants. Les migrants commettent 23 fois ( !) plus de viols que les autochtones. Et à Stockholm, Malmö et dans d'autres grandes villes, des zones entières sont des ghettos ethniques, où le trafic de drogue, la prostitution, le trafic d'armes et d'autres activités criminelles prospèrent et où même la police a peur d'aller. Ces régions sont dirigées par des clans criminels du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, qui étendent leurs activités à d'autres territoires. Plus de 160 explosions ont eu lieu en Suède en 2018 et même le Danemark a été contraint de fermer sa frontière avec la Suède pour la première fois depuis les années 1950.

 

En Allemagne, les migrants, qui constituent déjà 5 % de l'ensemble des résidents, commettent plus de 50 % des crimes sexuels. En 2017, les migrants violaient en moyenne 13 digues par jour. La veille du Nouvel An 2016, un millier de migrants se sont réunis à Cologne pour "chasser" les femmes locales. 454 plaintes pour harcèlement sexuel et viol ont été déposées auprès de la police. En 2016, les autorités allemandes ont reconnu le fait que les grandes villes allemandes sont presque entièrement contrôlées par des clans criminels d'origine principalement libanaise, palestinienne et nord-africaine.

 

En Allemagne, les migrants, qui constituent déjà 5 % de l'ensemble des résidents, commettent plus de 50 % des crimes sexuels.

 

Dans d'autres pays européens, la situation est similaire. Tout cela ne ressemble pas, même de loin, à un voyageur blessé de la parabole du bon samaritain. Et cette situation n'a rien à voir avec les paroles de l'Écriture Sainte : "...aime un étranger, et lui donne du pain et des vêtements. Vous aimez aussi un étranger, car vous avez été vous-mêmes des étrangers au pays d'Égypte" (Deutéronome 10, 18-19). L'utilisation de cette citation et d'autres citations de la Bible sur la miséricorde envers les étrangers est comme une spéculation délibérée. Le comportement des migrants dans les pays européens ressemble davantage à l'invasion des Philistins, des Amalécites, des Cananéens et d'autres nations hostiles sur la terre d'Israël. Ce que font les migrants en Europe est plus conforme aux paroles du prophète Jérémie : "Voici que je vais faire venir sur vous, maison d'Israël, un peuple de loin, dit le Seigneur, un peuple fort, un peuple ancien, un peuple dont vous ne connaissez pas la langue, et vous ne comprendrez pas ce qu'il dit. Son carquois est comme une tombe ouverte ; ce sont tous des hommes courageux. Ils mangeront ta récolte et ton pain, ils mangeront tes fils et tes filles, ils mangeront tes brebis et tes boeufs, ils mangeront tes raisins et tes figues, ils détruiront par l'épée les villes fortifiées que tu as espérées.

 

L'Europe musulmane n'est qu'une question de temps...

 

Oui, aujourd'hui, les migrants ne détruisent pas les "villes fortifiées" avec une épée. Mais ils n'ont pas à le faire. Aujourd'hui, la guerre démographique est menée avec d'autres armes. C'est le défunt leader palestinien Yasser Arafat qui l'a exprimé le plus clairement : "La meilleure arme des Palestiniens est le ventre d'une femme arabe". Un arbre qui donne naissance à de nombreux enfants.

 

Étant donné le déclin rapide du christianisme en Europe, on peut dire que l'ensemble du continent européen tombera sous la domination de l'Islam. Qu'arrivera-t-il alors aux temples et sanctuaires chrétiens ? La récente conversion de Sainte-Sophie en mosquée et la profanation du temple du grand martyr Georges le Victorieux en Grèce ne disent rien de bon.

 

On sait que le taux de natalité dans les diasporas musulmanes en Europe est 5 à 6 fois plus élevé que celui des Européens de souche. Un changement radical de la carte démographique de l'Europe n'est qu'une question de temps, et il n'est pas loin. L'autre jour, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré que dans 30 ans, la population de l'Europe sera composée à 20 % de musulmans et que dans les grandes villes, les musulmans représenteront plus de la moitié de la population. Et c'est aussi un scénario très optimiste pour les chrétiens. Compte tenu de la diminution rapide des adeptes du christianisme en Europe, on peut dire que l'ensemble du continent européen va tomber sous le pouvoir de l'Islam. Qu'arrivera-t-il alors aux temples et sanctuaires chrétiens ? La récente conversion de Sainte-Sophie en mosquée et la profanation du temple du grand martyr Georges le Victorieux en Grèce disent éloquemment que rien de bon.

 

L'échec de la politique migratoire et ses conséquences catastrophiques pour l'Europe sont déjà reconnus par de nombreuses forces politiques et mouvements sociaux. Mais le pape François, avec son encyclique Fratelli tutti, propose non seulement de ne pas limiter le flux des migrants, mais au contraire de lui ouvrir grand les portes, commettant ainsi un véritable suicide démographique en Europe.

 

Le temps viendra où les migrants épuiseront les ressources de l'Europe occidentale et se dirigeront vers nous. Cela se produira avec une probabilité de presque 100 %.

 

Quant à l'Ukraine, nous nous trouvons dans une situation paradoxale : nous nous sentons bien parce que nous nous sentons mal. Nous sommes le pays le plus pauvre d'Europe (selon les données de la Banque mondiale pour 2019) et les migrants ne viennent donc pas chez nous. Ils ne viennent pas encore. Ils sont beaucoup plus nourris en Allemagne, en Suède ou aux Pays-Bas.

 

Mais le temps viendra où ils épuiseront les ressources en Europe occidentale et viendront à nous. Cela se produira avec une probabilité de presque 100 %, mais l'Ukraine a encore quelques années, voire des décennies, pour trouver le moyen de contrer cette menace. Un élément de cette contre-attaque devrait être une politique migratoire compétente, qui devrait empêcher les éléments indésirables d'entrer en Ukraine : criminels, militants, islamistes radicaux, etc. Il y a aussi des pays en Europe qui ont des lois très strictes en matière de migration. Leur expérience montre qu'il est beaucoup plus facile de prévenir la maladie que de la traiter ultérieurement.

 

On peut tirer les leçons des pays d'Europe occidentale et essayer de ne pas répéter leurs erreurs. Mais l'encyclique Fratelli tutti est devenue obligatoire pour tous les catholiques après que le Pontife romain l'a signée. Elle va maintenant déterminer en grande partie l'attitude à l'égard de la migration de tous les partisans du Vatican, y compris des gréco-catholiques ukrainiens. Tout le monde sait combien l'influence de l'UGCC est grande sur les structures du pouvoir en Ukraine et, par conséquent, sur la prise de décision du gouvernement. Et si l'UGCC fusionne avec la CCU, ce qui est clairement signalé par ces deux organisations religieuses, la nouvelle structure recevra des leviers d'influence encore plus puissants sur les forces politiques et sociales en Ukraine. Et l'encyclique papale Fratelli tutti peut être mise en œuvre dans notre pays avec toutes les conséquences qui en découlent.

 

Kirill Aleksandrov

 

Source : pravoslavye.com.ua

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :