Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Rouge et le Blanc, ou le Fil d'Ariane d'un voyageur naturaliste

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date. (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

14 Décembre 2020 , Rédigé par Le Rouge et le Blanc Publié dans #Alexandre Douguine, #Arche russe, #Club d'Izborsk (Russie), #Philosophie, #Russie, #Opération Coronavirus

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date.  (Club d'Izborsk, 14 décembre 2020)

Alexandre Douguine : La fin du monde n'a pas de date.

 

14 décembre 2020

 

https://izborsk-club.ru/20371

 

 

- Alexandre Guélievitch, l'année 2020 est en quelque sorte une époque, l'une des plus inhabituelles, du moins ces derniers temps. Pensez-vous que le coronavirus est une opération spéciale, une sorte d'accident ou l'œuvre de Dieu ?

 

- Je pense que pour une personne religieuse (et je le suis), tout ce qui se passe a certainement un sens et appartient à la Providence de Dieu. Toutefois, cela n'exclut pas que chaque événement, catastrophe ou résolution heureuse ait des raisons historiques profondes. La présence d'un sens inférieur n'abolit en rien le sens supérieur. Tout est lié à la Providence de Dieu. La seule question est de savoir comment le comprendre, comment construire une explication du lien entre les événements auxquels nous participons et les raisons spirituelles profondes, leurs significations.

 

Je ne pense pas qu'il soit utile de mettre en contraste, par exemple, la Providence de Dieu et ce qui se passe en soi, car rien ne se passe en soi. Tout a un raisonnement profond. Mais dans certains cas, comme en 2020, je suis d'accord avec vous, les événements sont tellement fondamentaux que l'appel à la volonté de Dieu est plus nécessaire que jamais ... pour les croyants comme pour les non-croyants. Aujourd'hui, beaucoup - même des agnostiques - commencent à penser que quelque chose ne va pas, que c'est trop soudain et trop brutal. La Providence de Dieu est partout, mais elle n'est pas toujours remarquée. Il est difficile de l'ignorer aujourd'hui... plus difficile que jamais...

 

Par conséquent, l'explication de la pandémie comme "le déversement du bol de l'ange de la colère de Dieu - le bol des ulcères sur l'humanité" ne contredit aucune autre explication "rationnelle". Il existe deux causalités parallèles - la...

 

En ce qui concerne le coronavirus, il est à mon avis difficile de dire si la pandémie est d'origine humaine ou non. Je ne peux pas vous donner un point de vue sans équivoque. Beaucoup de gens voient comment les milieux mondialistes réagissent aujourd'hui au coronavirus en disant trois "B" - "Building Back Better". C'est exactement comme la Grande Reset - la "Grande Reset" signifie "reconstruisons plus que cela", "sera encore meilleure". Soudain, Joe Biden, Boris Johnson et les mondialistes européens en parlent en même temps : "Reconstruisons et c'est mieux. Aussi Great Reset (grande réinitialisation), New World Order (nouvel ordre mondial) - ces phrases de code sonnent de partout aujourd'hui. Le coronavirus est ce qu'ils appellent une nouvelle opportunité, une nouvelle chance. Il est difficile de ne pas soupçonner ces "coïncidences" d'une sorte de "conspiration mondialiste".

 

En y regardant de plus près, on a l'impression que le coronavirus a été bénéfique pour quelqu'un. Mais encore une fois, je veux dire que je ne suis pas sûr que ce soit vrai... Peut-être s'agit-il d'une approbation idéologique d'une catastrophe de grande envergure. Il y a une pandémie, une attaque de coronavirus sur la santé de toute l'humanité, et les mondialistes ne l'utilisent qu'à leur avantage. Ils se seraient pressés en l'absence du virus... Et une crise financière - sans épidémie et sans verrouillage - aurait été la raison pour laquelle ils ont renforcé leur programme, pour renforcer la propagande mondialiste. C'est-à-dire que l'absence d'épidémie aurait pu les inciter à intensifier leurs politiques, en particulier la lutte contre Donald Trump...

 

Il est donc difficile de dire s'ils ont lancé le virus délibérément ou s'ils en ont simplement profité. Les deux ne peuvent être exclus. Nous n'en sommes pas sûrs, et nous le savons à peine. Cependant, j'ai tendance à croire que les mondialistes utilisent simplement le coronavirus à leur avantage. Même en dépit de la crise du mondialisme qui se produit actuellement, ils disent : "C'est bon, nous allons nous rétablir - et ce sera encore mieux". Le verrouillage est la mesure la plus anti-mondialiste que l'on puisse imaginer lorsque tout le monde ferme les frontières, que le commerce international s'arrête, que les communications sont interrompues, que tout le monde se concentre sur les problèmes intérieurs et les économies nationales. Il semblerait que les mondialistes devraient crier : "Oh, tout s'écroule !" Mais ils disent : "Non, nous serons encore meilleurs."

 

L'art d'un navigateur n'est pas seulement de naviguer dans le vent, mais aussi contre le vent. Le vent est de droite, de gauche, d'arrière ou d'avant : s'il y a du vent, le navigateur navigue. Le yacht ne s'arrête qu'en cas de calme complet. Les mondialistes sont comme les plaisanciers : prêts à utiliser n'importe quelle situation - en leur faveur et contre eux, tant qu'il y a du mouvement, de la dynamique. Ainsi, on ne peut exclure la manipulation d'une épidémie spontanée ou même incontrôlée à des fins mondialistes.

 

Il y a un troisième point important. Il n'est pas exclu que des armes biologiques soient détournées.

 

- C'est donc le cas, n'est-ce pas ?

 

- De mon point de vue, il s'agit d'une fuite. Je me concentre sur la manière dont les différents États et gouvernements ont réagi au coronavirus. Il est étrange d'entrer dans une telle impasse face à un virus normal avec un faible taux de mortalité. Vous pourriez le faire si les gouvernements savaient quelque chose de plus que ce qu'on nous dit. Il y a probablement quelque chose qui ne va pas avec ce virus. Je pense que tout le monde est arrivé à la conclusion aujourd'hui que ce n'est pas un virus normal. Les gens qui connaissent son réel danger essaient de réduire la chaleur d'une manière ou d'une autre et disent : "Ok, c'est bon, allons-y un jour". Mais c'est une sédation, et elle est en partie justifiée.

 

Toutefois, il y a des indications indirectes selon lesquelles il s'agit d'armes biologiques. Tout d'abord, il existe des incrustations artificielles évidentes dans la structure du virus. Et ils sont étrangement similaires au VIH.

 

Deuxièmement, nous sommes persuadés qu'il n'y a pas de cas récurrents, même s'il est déjà clair qu'il y en a.

 

- Oui, de tels cas ont déjà commencé à se présenter.

 

- On ne peut pas le cacher. Ceux qui ont introduit le premier verrouillage étaient au courant. Mais ils craignaient que la panique ne s'installe si l'on disait la vérité sur le coronavirus. À mon avis, les gouvernements et les organisations internationales savaient à quoi ils avaient affaire, alors ils ont essayé de contenir le danger aussi doucement que possible. Ils ont fait de leur mieux pour éviter la panique autant que possible. Et la vérité pourrait facilement conduire à cette panique, surtout au début.

 

Peu à peu, il s'avère qu'il est impossible de s'habituer au virus. L'immunité collective, l'immunité collective est impossible. Peu à peu, on a même cessé d'en parler, tant à nos autorités qu'aux Européens, à tous les autres. Il ne peut tout simplement pas y avoir d'immunité collective si c'est une arme biologique.

 

- Pour l'instant, on parle encore de vaccination.

 

- On va quand même arriver à la vaccination. De mon point de vue, le sujet de l'immunité des troupeaux a disparu, car il existe un risque de réinfection. Récemment, Vladimir Zhirinovsky (et il en parle souvent) a déclaré en direct dans une émission de radio que de nombreux députés du LDPR avaient contracté deux fois le coronavirus. "Pour la troisième fois, dit-il, ils vont mourir. Ce n'est pas seulement l'humour noir de Jirinovski. Sous cette forme humoristique, il parle généralement de ce qui existe vraiment. En partie, le politicien s'adapte aux intérêts des autorités, et en partie va vers le populisme. Aujourd'hui, on ne peut donc pas se cacher qu'une deuxième infection par un coronavirus est très probable. Ainsi, la maladie ne provoque pas d'immunité, soit à cause d'une mutation du virus, soit parce qu'elle a été conçue à l'origine.

 

Le point important suivant est que nous ne connaissons pas les véritables conséquences de ce virus. Les médecins reconnaissent de plus en plus que les affections des poumons ou de l'estomac entraînent un grand nombre de décès, en particulier chez les personnes âgées et les personnes souffrant de certaines maladies. Mais ce n'est pas non plus le coup principal. Le plus probable est que le virus touche le système nerveux central et entraîne une destruction qui n'est pas immédiatement visible. Cela ne signifie pas que les personnes qui ont vécu la maladie de manière asymptomatique ont gagné en force et en immunité, comme c'est le cas pour la grippe saisonnière ou d'autres maladies virales. Il s'agit d'un coup plus grave porté au système nerveux central, dont les conséquences peuvent s'ouvrir progressivement. En Chine, par exemple, une vague d'informations a déjà été transmise selon laquelle le virus affecte les fonctions de reproduction.

 

- On dit que les hommes en particulier souffrent, l'infertilité commence.

 

- Cela est plus visible. Nous ne savons tout simplement rien de l'impact sur les fonctions reproductives des femmes pour l'instant. Peut-être qu'il n'existe pas, ou peut-être...

 

Mais ce n'est pas tout, car les surprises contenues dans le coronavirus vont continuer à se faire connaître progressivement.

 

Si c'est une arme biologique, elle ne peut pas causer si peu de morts. Il s'agit donc d'autre chose, d'un résultat plus substantiel. Peut-être retardé... Et ce résultat doit être massif, sinon quel genre d'arme...

 

- Effet retardé.

 

- Oui, le virus revient.

 

Apparemment, nous avons affaire à ce dont les mondialistes parlent depuis longtemps : atteindre les limites de la croissance (démographie, économie, ressources naturelles), la nécessité de réduire la population mondiale, principalement au détriment des personnes âgées, modifier l'équilibre de la production et de la consommation (ce que ni l'industrie ni la base de ressources ne peuvent supporter), la nécessité d'un contrôle total sur les personnes, y compris la gestion de la conscience, l'assemblage de l'homme et de la machine, etc.

 

Et cela nécessite une vague de catastrophes ou simplement une forte diminution de la population mondiale.

 

- Le Club de Rome en parle depuis les années 1960.

 

- Oui, ils affirment que la poursuite de la croissance démographique provoquera non seulement la surpopulation de la planète, mais aussi des crises économiques, sociales et politiques et une pénurie de ressources. Le coronavirus est un moyen idéal pour réguler la population de la Terre par l'extermination, le génocide d'une certaine partie de celle-ci. Il est impossible de l'admettre ouvertement, car la panique, les protestations, les soulèvements, le chaos vont commencer...

 

Cependant, je n'insiste pas... Je ne connais pas la vérité, c'est juste mon hypothèse.... Je n'insiste pas, ce n'est pas une question de foi pour moi, j'essaie juste d'analyser logiquement ce qui se passe. Je ne suis pas médecin, je ne suis pas virologiste, je lis beaucoup dans la presse comme tout le monde. Je ne suis pas engagé, je n'essaie pas de blâmer ou de juger qui que ce soit, je me contente de comparer les faits. Peut-être que je les assemble mal, mais ce ne sont que mes conclusions.

 

Si les gens au pouvoir ne savaient pas qu'il s'agit d'armes biologiques, ils n'accepteraient guère un verrouillage et un coup aussi brutal porté à l'économie. Après tout, chaque restaurant, chaque point de restauration est un profit qui est distribué dans tout l'État, c'est-à-dire, dans notre cas, c'est le bien-être et la prospérité de pays entiers à l'Ouest et à l'Est.

 

- Tout le monde s'y est mis comme sur commande.

 

- Bien sûr qu'ils l'ont fait. Personne n'aurait fait de tels sacrifices et pertes s'il n'y avait pas de raison sérieuse, de raisons suffisantes.

 

- Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas encore introduit le confinement aujourd'hui : l'Europe l'a fait, mais pas nous.

 

- Nous avons décidé : laisser la population s'accuser elle-même, puisqu'elle marche sans masque. Je pense qu'ils viennent de voir que les gens sont en colère, indignés : "Nous ne voulons pas de codes QR ! "Nous ne voulons pas rester à la maison !" Parfois, cela transparaît dans les discours de nos fonctionnaires, qui disent : si vous vous comportez ainsi, vous mourrez, au diable !

 

- Pour que chacun puisse survivre aussi longtemps qu'il le peut ?

 

- Bien sûr. Je crois qu'ils ont décidé : "Allons-nous ruiner notre économie à cause de vous, bande d'imbéciles ? Bien sûr, ils ont limité quelque chose, mais ils ne sont pas allés jusqu'à l'extrême. Une dernière chose, le premier confinement n'a pas fonctionné. Nous aurions dû faire plus fort, comme en Chine : fermer des aéroports, localiser des zones entières, rechercher des chaînes d'infection... Isoler ces chaînes et frapper réellement le virus. Nous avons pris la voie intermédiaire : quelque chose était fermé, quelque chose ne l'était pas. La deuxième vague était donc inévitable, elle a en fait provoqué l'expansion de la zone de pollinisation du virus. Et ce n'est pas encore fini, c'est juste une autre vague, bien qu'ils disent : "Nous allons attendre le printemps et tout ira bien..." Mais, apparemment, ils pensent en fait qu'il est nécessaire de "polliniser" tout le monde avec ce coronavirus. Celui qui survit est bon pour vous. Qui n'est pas, comme Kim Ki Duk en Lettonie et bien d'autres morts, célèbre et inconnu de tous - eh bien.

 

Toutefois, cela signifie qu'une ère imprévisible va commencer.

 

Comment les gens vont-ils mourir ? Certains maintenant, d'autres plus tard, d'un diagnostic et d'autres encore d'un autre. Certains survivront même, mais pas le fait qu'ils resteront ce qu'ils étaient, il peut y avoir des mutations. "Nous ne mourrons pas tous, mais nous changerons tous", dit le Saint Apôtre Paul (1 Cor 15, 51).

 

Par conséquent, tout ce qui arrive au coronavirus maintenant est un coup colossal pour l'humanité.

 

Je pense que la source du virus est artificielle, mais peut-être (encore une fois, l'hypothèse) que c'est juste une arme biologique inachevée, laissée inachevée... Nous savons qu'en Amérique nous avons arrêté le développement de tels virus, parce que peut-être nous n'avons pas trouvé d'antidote ou qu'il y avait d'autres problèmes avec lui.

 

- Et la fuite...

 

- Et c'est arrivé, entre autres choses. C'est très similaire, car le virus touche les mondialistes eux-mêmes. Je vois les choses ainsi : s'ils avaient délibérément lancé le virus, ils ne seraient pas eux-mêmes malades. Et Boris Johnson a été malade deux fois et isolé deux fois ; le prince Charles a été malade aussi. C'est-à-dire que les représentants de l'élite mondiale, les "dirigeants et les idéologues de la mondialisation" eux-mêmes sont impuissants devant la menace. Si les choses étaient différentes...

 

- Vous voulez dire qu'il y aurait un vaccin ?

 

- Bien sûr qu'il le feraient. Mais il n'y a toujours pas de remède depuis le début, et il n'y en avait certainement pas un qui offrirait une guérison inconditionnelle. Les mondialistes sont malades au même titre que les gens ordinaires. Bien sûr, pour eux, le niveau de médecine est meilleur, ils sont mieux servis, mais s'il s'agit d'une arme biologique, ils pourraient en mourir aussi. Et en cas de maladie, une personne ne peut plus être sûre d'avoir conservé sa santé comme avant. Cela s'applique à tout le monde, pas seulement aux gens ordinaires. C'est là le problème. Donc, à mon avis, il y a eu une fuite de virus dont tout le monde essaie de tirer parti. Et les mondialistes, entre autres.

 

Et une dernière chose, à propos du vaccin. Il est évident que le vaccin ne fonctionne pas encore, ni chez nous ni à l'étranger. À tout le moins, il ne fonctionne pas comme un moyen fiable et sûr sur lequel on peut compter pleinement. Certains symptômes du coronavirus peuvent être affectés, mais en tant qu'antidote fiable, il ne fonctionne pas. Peut-être que pour quelqu'un, le vaccin sera un salut, mais pas dans le sens où il a été vacciné et qu'il est sûr de vivre dans le monde des coronavirus. Peut-être que vous ne mourrez pas cette fois-ci, alors la prochaine fois, ou bien votre foie sera défaillant, et non vos poumons. Mais je ne dis pas que le vaccin est complètement inutile. Eh bien, qui sait...

 

Le même Jirinovski a fait campagne en direct à la radio pour être vacciné : "Je vais exiger que tous les députés - les miens et non les miens - soient vaccinés. J'ai moi-même été vacciné, et que tous soient vaccinés". Et puis il dit : "J'ai attaché deux chiens dans mon bureau. Lorsque nos députés viennent me voir sans avoir été vaccinés, je laisse ces chiens se faire vacciner, ils doivent être à cinq mètres de moi". Que veut nous dire Jirinovski ? Le fait qu'il ait reçu le vaccin lui conseille de faire tout le reste, mais il ne fait pas confiance au vaccin, sinon il aurait pris tout le monde sans chien. S'il a peur après la vaccination de la possibilité d'infection par le coronavirus, cela signifie, nous donne dans le style de savoir que de toute façon il ne sauvera pas complètement de la maladie. Apparemment, les autorités lui ont demandé de promouvoir la vaccination, Jirinovsky le fait, mais dans son discours s'insère une contradiction délibérée, une allusion : vacciner, mais garder à l'esprit que cela n'aide pas.

 

- Ç’est comme Stirlitz.

 

- Je pense qu'il pense simplement que nos fonctionnaires sont si faibles qu'ils ne remarqueront pas comment il insère quelques éléments codés dans l'élaboration d'un programme général obligatoire. Et si vous n'êtes pas ivre et que vous n'êtes pas un idiot, vous comparerez les faits. Et si vous êtes un idiot, vous passerez à côté de ce genre de choses, en pensant à quel point Jirinovski est drôle avec ces chiens. Et Jirinovski en fait, donne un signe aux gens qui ne veulent pas mourir trop vite. On a toujours l'impression qu'il dit des bêtises, mais il est plus logique derrière tout cela qu'une personne qui a l'air sérieuse et qui dit des choses raisonnables. Par exemple, Anna Popova de Rospotrebnadzor dit des choses plus absurdes que Jirinovski.

 

- Ne pensez-vous pas que Popova est une personne étrange qui est apparue de nulle part - et qui devient soudainement la principale personne du pays, en fait presque plus cool que Poutine ?

 

- Oui, mais Popova, à mon avis, est folle. J'analyse ses discours, dont beaucoup présentent des contradictions logiques. Elle parle dans une langue étrange. Elle semble avoir un visage sérieux, voire intimidant et menaçant, mais les mots sont comme une image psychopathe de l'illusion...

 

- "La situation est tendue, mais elle est maîtrisée."

 

- Il n'y a donc pas de quoi avoir peur, mais vous mourrez tous. Il utilise souvent des verbes transitoires comme des verbes non transitoires. C'est une sorte de connotation irrationnelle qui est intégrée dans un style indépendant. D'une manière générale, les gens ont récemment cessé d'écouter ce qu'on leur dit, font attention aux gestes, à l'apparence, et le contenu logique des déclarations a souvent échappé. Dans Popova, le contenu est étrange. S'il la décompose logiquement et l'analyse, elle se révèle être une poésie d'absurdité absolument incroyable.

 

- Quel est le lien avec ce type d'activité ? A-t-elle peur de parler, de dire la vérité ou ne comprend-elle pas ce qui se passe ?

 

- C'est difficile à dire, je ne sais pas. Je ne prends pas sur moi de déterminer la motivation de créatures étranges comme Popova. Je pense qu'ils ne trouvent que des chiffres qui oscillent exactement entre l'irrationalité et la rationalité, et qui trompent avec une cohérence semi-identifiable. Jirinovski est comme ça aussi, mais il a une combinaison différente : il est comme un fou, comme un bouffon qui met la vérité sous des formes stupides. Et certains, comme Popova, au contraire, se livrent à des formes graves de délire. Ce sont des figures symétriques : Jirinovski est sain d'esprit mais se ridiculise, et Popova est folle mais essaie de ressembler à un fonctionnaire normal qui est responsable de ses paroles. Si nous écoutons les deux et les décodons, nous aurons une image claire de ce qui se passe avec le coronavirus.

 

- Si la situation est si grave, vous en occupez-vous vous-même d'une manière ou d'une autre ?

 

- Je suis en isolement, je ne vois personne. En avril, je suis parti en dehors de la ville. Si je dois me présenter (ce n'était que 3-4 fois pendant cette période) dans des lieux publics, alors je viens avec un masque, des gants, enveloppé de plusieurs couches - avec un masque à gaz et une protection chimique. Je recommande à tout le monde de faire de même.

 

Mais en même temps, j'ai augmenté mes activités dans Zoom. J'y donne des conférences, des conférences sur le cinéma, j'y installe un studio dans mon bureau et j'y enregistre des cours sur la psychologie, Aristote, la "phénoménologie des sujets radicaux", le platonisme, sans oublier le développement de la quatrième théorie politique, l'eurasianisme. J'organise 5 à 6 événements par jour, y compris dans différentes langues. Le travail est intensif, j'accepte les conditions du coronavirus et ne me rebelle pas contre elles.

 

La seule exception est la fréquentation de l'église. Mais nous avons aussi des règles strictes dans ce domaine : distance, masques. Cela ne veut pas dire que je ne serai pas malade. Je suppose que tout le monde peut tomber malade. On ne peut pas non plus lutter sans fin contre ce genre de maladie, mais moi, au moins jusqu'à ce que ce soit clair et qu'il y ait des manipulations franches avec le coronavirus, j'essaie de prendre toutes les précautions et de conseiller tout le monde. Si c'est possible, vous n'avez pas besoin d'aller nulle part, beaucoup de choses peuvent être faites à distance. Par exemple, je dirige des programmes éducatifs à la nouvelle école MHAT (trois disciplines : ontologie et anthropologie du théâtre ; esthétique politique ; culturologie) également sur Zoom, qui n'est pas moins efficace. Au contraire, les déplacements et les réunions sans fin semblent désormais nécessaires, mais sont totalement inutiles. Je les ai réduits, je passe plus de temps avec ma famille et, surtout, avec la science et l'enseignement.

 

D'ailleurs, presque tout le monde autour de moi a déjà été malade une fois. Presque tous mes éditeurs se trouvent au Brésil, en Italie, en France et en Amérique. Beaucoup de mes amis russes : Konstantin Malofeev, Eduard Boyakov, Sergey Glazyev ... Des moines et des nonnes familiers, des prêtres ...

 

- Glazev est aussi tombé malade ?

 

- Oui, il est en isolement avec le coronavirus maintenant. Mes amis se sont rétablis, ont surmonté, Dieu merci... Mais beaucoup étaient très malades.

 

Ils s'en sont tous remis, mais beaucoup de gens étaient très malades... Pour moi, cette situation est grave. Quelqu'un est réveillé et dit : "Je ne me soucie pas de tout". Oui, bien... Mais la situation est très grave. Si vous n'êtes pas encore tombé malade, que Dieu vous en garde, cela n'arrivera jamais, ou vous pourrez tenir le coup aussi longtemps que possible. Aucune idée de tomber malade le plus tôt possible pour ne pas l'attraper plus tard. Si vous tombez malade plus vite la première fois, la deuxième fois sera plus rapide. Voilà le problème.

 

C'est mon idée du coronavirus. Encore une fois, je n'y attache pas trop d'importance. Si c'est une peste, c'est un fléau, si c'est un fléau, si c'est la punition de Dieu, c'est la punition de Dieu ; si c'est une fuite d'arme nucléaire, c'est une fuite. Nous devons nous adapter et ne pas perdre notre visage humain. Et quand ils crient : "Marchons sans masque, sur des kebabs ou ailleurs" - je me sens déconcerté. À mon avis, les gens ont une sorte de nihilisme... Ils ne choisissent pas consciemment la mort, mais qui sait. Une personne est plus difficile qu'on ne le pense...

 

- Dans le résidu sec, nous apprenons qu'il s'agit d'un virus de combat à action retardée complexe, qui s'est échappé par inadvertance du laboratoire. Les élites mondiales l'ont rencontrée, si bien que certains encore, comme Poutine, ne se rencontrent guère en tête à tête. Mettons la barre plus haut pour la conversation. C'est-à-dire que les gens comprennent ce qui s'est passé, mais ne contrôlent pas la situation. Et alors, quel est le plan divin ?

 

- Je pense que, logiquement, l'humanité devrait être punie. Il y a 500 ans, la civilisation de l'Europe occidentale a tourné le dos à Dieu en disant.. : "Nous sommes bons sans Dieu." Nietzsche l'appelait la mort de Dieu. Les "progressistes" ont déclaré que Dieu "est mort" et que, par conséquent, tout sera désormais décidé par l'homme. L'homme a pris ses responsabilités. L'humanité ne tue pas Dieu en Dieu lui-même (c'est impossible), mais Dieu pour lui-même et, par conséquent, lui-même pour Dieu. Il est impossible de tuer Dieu, mais l'humanité, qui lève la main sur lui, bat sur elle-même. Et c'est mortel... Aujourd'hui, nous en sommes arrivés au fait que l'humanité, qui s'est détournée de Dieu, se perd rapidement. Ils pensaient que sans Dieu, ils ne deviendraient qu'humains. Mais il s'est avéré que pendant 500 ans de Temps Nouveau, Moderne, quand la civilisation et la culture athée-matérialiste se sont progressivement étendues partout, l'humanité elle-même est en train d'échouer. Sans Dieu, elle n'a ni âme, ni immortalité, ni esprit, ni but, ni sens. Il est devenu une enveloppe matérielle contrôlée par des stimuli externes. Les humains se sont transformés en machines, en animaux, et maintenant ils en sont arrivés à un tel point qu'ils transmettent l'initiative à l'intelligence artificielle.

 

Nous vivons aujourd'hui une époque de transition de l'humanisme au post-humanisme.

 

- Et au transhumanisme.

 

- Oui, les entités post-humanistes, post-humanistes se présentent sous la forme de cyborgs, de mutants. La préparation de cette évolution s'est faite par l'émancipation libérale de l'individu de toutes les formes d'identité collective : d'abord religieuse, puis de classe, nationale, puis de classe, professionnelle et enfin sexuelle.

 

Homme ou femme - cette question devient un choix ouvert, une option. C'est aussi l'émancipation de l'individu par rapport à l'identité collective, puisque l'homme et la femme sont des formes d'identité collective...

 

Logiquement, nous avons traversé toutes les étapes du post-humanisme. La dernière étape qui reste à franchir est de se libérer de l'identité humaine. C'est-à-dire mettre fin à l'humanité en cédant les rênes du pouvoir aux réalités post-humanistes. Ce moment de transition finale est appelé singularité, le moment du transfert du pouvoir à l'intellect artificiel.

 

Même Poutine a déjà parlé de l'intelligence artificielle et des risques et dangers qui lui sont associés. À mon avis, jusqu'à présent, ces déclarations ont été assez naïves. Mais c'est tout à fait normal, il n'est ni philosophe ni anthropologue. Poutine se dit manager, il parle donc d'intelligence artificielle de manière "managériale". Cependant, le fait même qu'il le fasse indique déjà que le sujet atteint le niveau politique. Si la politique de genre d'aujourd'hui est le sommet du libéralisme, le post-humanisme de demain - le post-humanisme politique - sera au centre... C'est pourquoi on accorde tant d'attention à la "numérisation". En fait, nous sommes sur le point de migrer vers le cyberespace, de démystifier définitivement l'humanité...

 

D'un point de vue divin, l'humanité est en train de se détruire. Et c'est ce qu'il fait depuis longtemps. Aujourd'hui, elle n'atteint que la ligne finale.

 

Et puis il lui envoie un signe : "Regarde ce que tu fais. "Vous vous détruisez. Vous avez tourné le dos à Dieu. Maintenant, je vais trouver un fléau sur vous, les anges vont déverser les raisins de la colère de Dieu (sous forme de coronavirus ou d'autres catastrophes). Vous devez faire face à cette menace, vous secouer, vous retourner, réfléchir à ce que vous avez fait, pourquoi vous, l'humanité, avez crié des absurdités sur ce qui est censé m'avoir tué. Je suis éternel et tout-puissant, je ne peux pas être tué. Vous ne pouvez que vous tuer !  En un instant, une fois - et des gens en combinaison blanche de protection chimique ont emporté un homme, deux - ont emporté à nouveau... Tournez avant qu'il ne soit trop tard, avant que l'intelligence artificielle ne se joigne enfin aux mondialistes, que Biden ne vous transforme en mécanisme et ne vous charge du service de nuage, de la Matrice... " C'est ainsi que je lis la situation actuelle.

 

Ainsi, la quarantaine, la pandémie, le confinement est un moyen de retourner dans notre cœur, dans notre âme, de découvrir la philosophie, la théologie, l'histoire culturelle... Mais non, on escalade le mur pour être admis plus rapidement au café, pour discuter avec des amis, des amis. Nous agissons comme du bétail. Nous n'entendons pas derrière le bruit de l'information et des aperçus d'ombres insignifiantes la voix d'un Dieu colérique et miséricordieux, qui nous envoie un fléau salvateur et béni...

 

Puis il y aura une autre vague de maladie, puis une autre infection. En fait, c'est comme une pestilence.

 

Notre conscience est déjà empoisonnée, notre cerveau est détruit.

 

Les mondialistes et les progressistes en général veulent traiter le feu avec de l'essence supplémentaire (si vous n'avez pas assez de douleur, il y en aura plus). Avec certaines vaccinations douteuses, dont on nous parle toujours, soit des demi-vérités, soit des contre-vérités. Il est impossible de faire confiance à la vaccination mondiale pour de nombreuses raisons.

 

Mais l'essentiel est que nous essayons en quelque sorte de nous tromper complètement, de répondre à cet appel divin, qui nous met face à la mort, à la destruction...

 

- Sortir à nouveau et se cacher, sans s'en apercevoir.

 

- Oui, c'est vrai, c'est comme ça que je lis la pandémie. Nous ignorons le contenu du processus historique, en essayant de l'interpréter de manière purement technique. Nous voulons éviter ou éluder la vérité sur le coronavirus. Le coronavirus a à la fois un côté technique et une signification divine d'où nous sommes partis. Il est dit : "Le commencement de la sagesse est la crainte de l'Éternel ; les insensés ne méprisent que la sagesse et l'instruction" (Proverbes 1:7). Si vous n'avez pas peur de Dieu, si vous ne comprenez pas qu'Il est fort et immortel et que vous êtes mortel, alors vous n'avez aucune sagesse, puisque vous n'avez pas peur de Dieu. Et la peur de Dieu s'abat sur nous face au coronavirus. En fait, Dieu nous ramène à notre membre, à notre mort, et il veut dire : "Ayez peur de vous-même, pas de Dieu. Que faites-vous ? Quel genre de civilisation avez-vous construit ? Tourne le dos, ne va pas dans cette direction". Et nous n'allons pas dire : "Allons de l'avant plus vite. Dépêchez-vous et laissez cette attaque se terminer... Tant que nous avons encore le temps de vivre notre vie..."

 

- En fait, c'est le dernier avertissement, si elle est parlée dans cette langue.

 

- Peut-être le dernier, peut-être l'un des derniers. Je ne sais pas. Parce que dans l'Apocalypse, il y a plus d’un raisin de la colère de Dieu. Un ange s'occupe des tremblements de terre, un autre de la peste, un autre encore de l'empoisonnement des rivières. Il y a eu une série d'avertissements dans le passé, et il pourrait y en avoir à l'avenir. Mais le coronavirus est l'un des avertissements.

 

- Il y a donc une chance d'entendre et de changer ?

 

- Bien sûr qu'il y en a. Tant qu'il y a un homme, il y a toujours une chance. Un homme est libre jusqu'à ce qu'il soit remplacé par une intelligence artificielle. Tant qu'il a une chance de se transformer, de se transformer, de changer et d'être sauvé. Mais à un moment donné, il n'y aura plus personne d'autre pour prendre la décision, mais ce ne sera pas facile. Cela ne signifie pas que vous devez courir à l'église immédiatement. L'église, tout comme la mosquée, est elle-même intégrée dans le processus de modernisation - les prêtres et les mollahs sont dans les éléments...

 

- Je pense qu'il ne nous reste plus qu'une église et une mosquée de commerce, pas d'autres.

 

- Je ne dirais pas cela. Je suis moi-même un homme de même sensibilité.

 

- Vous avez toujours été un vieux croyant.

 

- Oui, je l'ai été. L'infidélité est un mouvement des Anciens Croyants. Mais je ne voudrais pas parler de l'église, encore moins de la mosquée. Je ne suis pas musulman, je suis chrétien.

 

- Nous voyons qu'ils sont intégrés à la société, qu'ils jouent selon les règles du veau d'or.

 

- Quand cela arrive, les gens se replient sur eux-mêmes, surtout les catholiques. A un moment donné, ils ont fait une alliance avec l'esprit du Modernisme. Ce faisant, ils ont trahi l'éternité sur laquelle reposent la religion et la foi en faveur du temps, ont accompli un acte d'apostasie, l'apostasie. Notre Église orthodoxe est beaucoup plus conservatrice, traditionnelle. Mais là aussi, malheureusement, l'esprit de ce siècle, l'esprit de dégénérescence, l'esprit de la technologie, l'esprit du soi-disant progressisme, du matérialisme, du financiarisme s'empare de nos institutions ecclésiastiques. Par conséquent, nous ne devons pas nous tourner uniquement vers l'église, nous devons avant tout nous tourner contre le monde moderne. C'est le sujet du livre de René Guénon, La crise du monde moderne, que nous avons traduit à la fin des années 1980.

 

- Son titre nous dit tout.

 

- Un autre des livres les plus importants de Guénon est "Le royaume de la quantité et des signes du temps". Il s'agit d'une grande parodie qui est étonnamment postmoderne. Nous vivons dans le monde de la Grande Parodie. La mondialisation, c'est la construction de la nouvelle tour de Babel. Quand on la considère comme un progrès et un développement, on se trahit tout simplement, on écrit un reçu sanglant au diable, on vend notre âme sans s'en apercevoir. Nous pensons que ce ne sont que de nouveaux gadgets, des services, de nouveaux modèles d'iPhone, des divertissements attrayants, le type de café original... Le diable prend vie. Sans s'en apercevoir. La vie quotidienne et le diable ont coïncidé à un certain moment de l'histoire. Lorsque nous consacrons notre force de vie, notre temps, notre énergie à la vie quotidienne, nous nous trahissons nous-mêmes, notre cœur, notre profondeur, notre âme. Bien sûr, si une créature à cornes venait et nous prenait un reçu, nous serions probablement rappelés, effrayés. Mais quand on nous dit : "Faites ce que vous faites, soyez comme tout le monde, bougez à un rythme commun... Tout le monde vote, et vous votez..."

 

- Vous êtes le roi de la nature, vous pouvez tout faire.

 

- Oui, peu à peu, dans la vie quotidienne, une position est inculquée à l'homme, qui est en fait son suicide spirituel. Si discret : savonnez la corde, elle commencera à sentir bon, et le savon sera très moderne, puis mettez-vous sur un tabouret, c'est très drôle, c'est intéressant, tenez-vous haut, vous pouvez regarder partout dans votre chambre, et puis attachez la boucle au plafond... Et comme ça, Dans l'esprit de TikTok, ce n'est pas un méchant brutal qui vous pousse au suicide, mais la culture, le progrès, la technologie, les services... Et à un moment donné, une personne devient une partie, un engrenage d'une machine qui va dans l'abîme à tous les deux. Nous ne le remarquons pas, pensant que nous sommes assis confortablement et que nous attendons le prochain arrêt... Mais il est probable que ce sera le dernier. La prochaine étape est la singularité, la finale.

 

Mais il y a toujours un moyen de faire quelque chose si vous n'arrêtez pas ce train. C'est comme si on sautait hors de l'eau. Ou vous pouvez vous faufiler dans la salle des machines et essayer de tordre le cou du méchant qui s'y trouve. C'est ce que les Américains essaient de faire aujourd'hui en votant pour Trump contre Biden. Ils essaient d'empêcher cette machine mondialiste de tomber dans l'abîme. Ce n'est donc pas seulement nous, les Russes, les Eurasiens, qui nous y opposons. À l'Ouest, les populistes, les partisans de Trump, les conservateurs comprennent aussi que quelque chose ne va pas du tout. L'humanité transporte tous les couples absolument pas là où ils devraient être... Et les gens commencent à se réveiller et à essayer de réagir d'une manière ou d'une autre. Non seulement la droite, les conservateurs, mais aussi la gauche, qui sont conscients de la mortalité du capitalisme, de ce mal mondial... Cela inspire de l'espoir : parce que les gens sont libres jusqu'au dernier moment. Nous pouvons toujours changer. C'est ce que sont les êtres humains : la liberté. Non pas l'absence de péché, d'erreur ou de crime, mais la liberté de les surmonter, de changer, de se tourner dans la direction opposée - à ses origines spirituelles.

 

Mais nous ne pouvons pas le faire sans une sérieuse remise en question philosophique et religieuse du présent. Il est facile de ne se rendre qu'à l'endroit où va la majorité, et cet abîme est comme les porcs des Géraséniens dans lesquels les démons se sont installés. Aller vers la vérité est à contre-courant. Et ce n'est pas seulement...

 

- Ne pensez-vous pas qu'une personne n'écoute pas les dernières chances, les signes ? Ainsi, une super élite ou une poignée de personnes, les philosophes devraient changer de levier, et la plupart ne tireront probablement pas de conclusions. Qu'en pensez-vous ?

 

- Hegel a une définition intéressante de ce qu'est un esprit (der Geist en allemand). Hegel dit dans "Phénoménologie de l'esprit" : "L'esprit est l'endroit où "je" et "nous" coïncident. En d'autres termes, une personne en tant que telle et une personne en tant qu'esprit ne sont pas un individu, une élite ou tous ensemble. Quelle que soit la manière dont nous prenons tout ensemble, les masses, la majorité ou l'humanité entière, il n'y aura toujours que des parties séparées, pas l'ensemble. En même temps, une personne n'est pas non plus la personne entière, ni l'esprit. L'homme lui-même n'est ni une personne seule, ni tous ensemble, ni en petit nombre, ni dans l'élite, ni dans les masses. Mais le contraire est vrai, l'homme est dans une personne, dans la masse et dans l'élite. La dialectique est que les deux déclarations sont correctes. L'homme est esprit, et l'esprit est la chose la plus importante, notre essence. Et même quelque chose de plus que l'essentiel.

 

Si nous pénétrons l'homme intérieur, l'esprit, peu importe qui verra - un, plusieurs ou tous. Quand une personne voit (Heidegger l'a appelé Dasein), alors tout va changer. Seul l'esprit compte.

- Ainsi, un seul est sauvé, et des milliers sont sauvés.

 

- Absolument. Mais un seul sera sauvé, non pas en tant qu'individu, mais en tant qu'esprit...

 

- Votre conscience...

 

- Ce n'est pas seulement la conscience... Il faut sauver un homme en nous. Et l'être humain en nous, en tant qu'esprit selon Hegel, est présent en tant qu'esprit, et il est en chacun et en personne. Ce n'est pas un autre esprit, mais un seul. Et un, et plusieurs, et plusieurs ... Comme le dit Hegel : "Je" et "nous" sont les mêmes. C'est la définition d'un esprit. Si nous sommes vraiment des êtres humains, pas des individus, pas des masses, pas des populations, alors cela signifie que l'humanité en chacun de nous et en nous tous vit complètement. Si nous découvrons l'esprit en nous, alors les autres le font. Je ne pense pas que nous devrions nous battre pour les masses. Ils ont tendance à déformer la pensée. Les masses rendent toute idée massive, immobile et tordue. C'est pourquoi il s'agit de s'adresser non pas aux masses, mais à une personne dans sa dimension spirituelle, une mince superstructure. On peut dire que l'esprit est incarné dans la véritable élite, dans les élus. Mais ces "élus" ne doivent pas seulement se choisir eux-mêmes ou obtenir l'approbation des masses. Parfois, les masses ne comprennent pas du tout ce qu'elles font. Les vrais élus, les éveillés, sont choisis pour servir l'humanité et l'empêcher de tomber dans l'abîme. Les élus doivent pénétrer dans le code de ces scélérats, mondialistes, libéraux et progressistes qui sont responsables du meurtre de Dieu, de la modernité. Guénon les a appelés la pointe noire - une contre-initiative, c'est un groupe très spécifique de penseurs, de philosophes, de financiers, de politiciens.

 

- Les grands prêtres.

 

- Oui, ce sont des anti-prêtres, des prêtres de la modernité ou de la postmodernité. Il faut les localiser et comprendre comment les combattre. Et ce n'est pas facile. Les bonnes intentions ne suffisent pas ici. Nous devons être immergés dans l'esprit et en être imprégnés. Les masses sont en arrière-plan, et elles sont plutôt de notre côté. L'humanité rejette instinctivement l'état actuel des choses. C'est comme si on emmenait des béliers ou des vaches à l'abattoir, en criant, en grognant, en décrochant. Regardez l'insistance de son trampoline America. Résister aux mondialistes du mieux qu'elle peut. Il perd, mais il donne des coups de pied.

 

Mais pour les masses américaines, elles ne font que grogner. Ils ne peuvent rien formuler, comprendre, dire ce que c'est. Mais ils estiment que Biden est la fin.

 

- Il est lui-même un symbole de la fin - par son âge, son apparence, son état mental.

 

- Oui, Biden est le symbole d'un mondialisme périlleux. Presque mort, ne sait pas ce qu'il dit, oublie qui est à côté de lui. C'est un homme mort ramené d'un sombre château de Transylvanie et dirigé par le parti démocratique. Il est quelque chose de sinistre. La moitié de la société américaine estime que c'est la fin, mais ne peut l'expliquer, car elle n'a pas d'élites compétentes. Aux États-Unis, l'esprit est très mauvais. Le libéralisme a corrodé leur culture. Et bien que le commun des mortels ait le sentiment que les élites mondialistes s'enlèvent la vie, c'est une réponse symétrique à ce défi qu'ils manquent de culture spirituelle.

 

D'ailleurs, j'ai de bonnes relations avec de nombreux Américains, des conservateurs. Malgré les sanctions prises à mon encontre, malgré le fait que mes livres y soient interdits, ils franchissent toujours le blocus. Aux États-Unis, le vrai totalitarisme : ce que nous avions en 1937 se produit maintenant.

 

- Vos livres y sont-ils interdits ?

 

- C'est exact. Je suis sous le coup de sanctions. Vous ne pouvez pas vendre ou lire mes livres sur le réseau Amazon, et ils sont également imprimés aux États-Unis même. Mes sites ne sont pas disponibles aux États-Unis. C'est du vrai totalitarisme !

 

- C'est taciturne, n'est-ce pas ?

 

- Non, c'est assez ouvert. Mes conférences sur YouTube ont été interdites et la chaîne a été effacée. Pensez-y - non pas à des vidéos politiques, mais à des conférences - sur Aristote, le platonisme. Ils ont fermé mon compte Google, m'ont exclu de Twitter. C'est le même totalitarisme de gauche que Trump évoquait dans ses discours. Mais ils le font non seulement au philosophe russe, mais aussi au président américain. Trump lui-même se trouve presque dans la même position. Au moins un grand nombre de ses posts sur Twitter sont censurés, et la vice-présidente Kamala Harris a demandé que le Twitter de Trump soit complètement fermé. Donc, c'est ouvert. Nous sommes en 1937 dans la version mondialiste.

 

Cependant, l'intérêt américain est en train de percer tout cela et les gens recherchent mes textes, essayant de comprendre et de trouver des raisons philosophiques à ce qui se passe. En principe, la principale réaction des Américains est irrationnelle : ils savent ce qu'ils rejettent, mais ils ne comprennent pas pourquoi. Ils ont clairement le sentiment que c'est mauvais, comme les vaches qui sont abattues. Les partisans de Trump ont des yeux tristes de condamnés. Mais les masses elles-mêmes ne répondront pas à ces questions. Seule l'élite peut le faire.

 

Si les masses qui rejettent la mondialisation ont des dirigeants décents qui deviendront non pas des agents d'influence mais des intellectuels, des chefs spirituels, alors la situation pourrait changer. La bataille n'est pas encore terminée. Tant que l'humanité existera, il y aura une possibilité de l'affronter, tant en Amérique et en Europe qu'en nous. Soit dit en passant, nous ne sommes pas si mauvais par rapport à eux, mais ici - ainsi que dans le monde entier - la situation s'aggrave progressivement.

 

- Avec le coronavirus, si vous suivez votre logique, avez-vous déjà atteint le cycle final de cette épopée ? Il ne reste donc pas beaucoup de temps... N'est-ce pas ?

 

- Le temps s'accélère aussi. Il y a même ce mouvement philosophique, l'accélérationnisme, qui préconise d'accélérer artificiellement le temps. Il y a des accélérateurs à lunettes roses qui disent que si les gens avaient atteint l'immortalité, il y aurait un bonheur universel. Et il y a des accélérateurs "noirs", comme Nick Land, qui prônent ouvertement la destruction de l'humanité. Vous direz que cela ne peut pas arriver. Mais lisez le livre de Nick Land, Fanged Noumena, qui décrit le projet de destruction de la vie sur Terre et de l'humanité comme un objectif positif du progrès technologique. Voyez comment l'ontologie orientée objet gagne en popularité non seulement à l'Ouest, mais aussi dans la société russe. Il y a déjà une génération de penseurs, de philosophes, qui sont conscients que le progrès technologique est un moyen de destruction rapide de l'humanité, non pas même en faveur de l'écologie, mais de la matière inanimée, le noyau de la Terre.

 

Il semble que seuls nous, les critiques du Modernisme et les traditionalistes, qui recherchent de puissantes métaphores pour discréditer leurs opposants idéologiques et les progressistes, puissions penser à cela. Mais en fait, c'est une tendance influente de la philosophie, qui devient de plus en plus à la mode. Elle proclame une focalisation sur l'Objet radical, sur le diable sans vie qui dort de l'autre côté des choses, sur une figure spéciale connue de l’auteur de science-fiction noir Howard Philip Lovecraft, sur les soi-disant Anciens - les entités anciennes, Cthulhu. Ce qui était de la science-fiction noire devient une philosophie moderne qui met l'accent sur l'accélération.

 

Le temps s'accélère, je suis d'accord, nous sommes proches de la phase finale. Mais qui sait... Probablement que les gens spirituels qui ont l'esprit ou qui sont impliqués dans l'esprit l'ont ressenti à n'importe quelle époque où les guerres mondiales, les épidémies ont commencé. Il faut être prudent. Tout le monde crie : "La fin du monde !" - et ça ne vient pas. C'est la bonne chose à faire. Il est faux de dire que c'est le dernier avertissement. Chaque bataille doit être la dernière pour nous, chaque affrontement pour la vérité contre le mal...

 

- Il pourrait donc s'agir d'une nouvelle phase ?

 

- On verra peut-être. C'est à nous de jouer. L'histoire est ouverte.

 

- Vous dites phase. Mais êtes-vous quand même d'accord pour dire qu'il n'y a rien eu de tel dans l'histoire de l'humanité - si l'on parle de pandémies, de confinement, de régimes masqués, de peur de l'inconnu, etc.

 

- Il n'y en avait pas. Je pense que nous arrivons vraiment à la dernière ligne droite. S'il arrive un moment de singularité, où l'intelligence artificielle a tous les pouvoirs, tous les droits, alors après cela il n'y aura plus personne pour prendre des décisions, parce qu'il n'y aura plus personne.

 

- Les scientifiques disent que le moment de la singularité est déjà passé, c'est-à-dire qu'une personne ne contrôle plus la technosphère. Il existe un certain nombre de preuves de ce fait.

 

- C'est une question ouverte. Oui, c'est tout à fait possible. J'ai quelques textes philosophiques et des conférences sur l'intelligence artificielle. À mon avis, l'intelligence artificielle en tant que réalité technologique n'est pas encore possible dans le plein sens du terme. Mais notre intellect est déjà artificiel.

 

- Nous ne comprenons pas les machines qui nous entourent. Ils ont déjà guéri avec leur propre vie.

 

- Ils commencent à vivre, technologiquement, oui. À mon avis, nous avons déjà préparé une certaine plate-forme philosophique et sociale pour l'intelligence artificielle, car nous ne vivons pas notre propre vie. Heidegger a dit que ce n'est pas nous qui vivons, mais das Man - un exemple généralisateur, une rationalité aliénée vit à notre place. Et donc notre intellect, que nous considérons encore comme naturel par inertie, est déjà artificiel.

 

En effet, on a récemment découvert que deux réseaux de neurones en communication l'un avec l'autre créaient leur propre langage, que le programmeur ne connaissait pas. C'est un exemple de machines qui échappent à notre contrôle et qui sont déjà capables de créer leur propre langage. Et qu'en sera-t-il de la communication entre eux ? Et qu'ils informeront le programmeur, l'opérateur du langage qu'ils ne connaissent pas, que nous ne connaissons pas.

 

Heidegger se pose la question suivante : vivons-nous près du Grand Minuit ou peut-être pas encore ? C'est toujours "pas encore" (noch nicht). En fait, nous pensons qu'il s'est déjà effondré, mais non... Pas encore...

 

- Il y a toujours pire.

 

- Oui, peut-être même pire. C'est pourquoi il faut être très prudent en déclarant "la fin du monde". Personne ne connaît les dates parce que la fin du monde n'a pas de date. C'est un événement de ce genre qui tombe en désuétude.

 

Mais cela ne change pas l'ordre du jour général. Nous devons nous battre pour la dignité humaine, pour l'esprit qui fait de nous ce que nous sommes. Et la restaurer aujourd'hui n'est possible que par le non radical, dit à l'ensemble du monde moderne. Il ne s'agit pas de la vitesse du mouvement (plus rapide, plus lent), mais de sa direction.

 

On ne peut pas adapter quelque chose un peu, ralentir un peu. La situation est la suivante : soit on change la direction du mouvement, l'histoire, l'humanité, on change le pouvoir politique, les modèles idéologiques, le système capitaliste, on revient à la tradition et à l'éternité, soit c'est la fin. Les décorations cosmétiques ne passent plus. Soit les Modernes nous détruiront, soit nous devrons nous en séparer. Et cela exige de la détermination, du radicalisme, de l'acuité et du révolutionnisme, que les systèmes politiques modernes, même ceux qui s'opposent à l'Occident, y compris les systèmes religieux, ne contiennent pas.

 

- Où se trouve donc l'objet du testament ?

 

- C'est la question la plus importante. Je donne actuellement un cours de conférences intitulé "La phénoménologie du sujet radical". J'essaie d'en parler de manière très cohérente, en m'appuyant sur la philosophie d'Aristote et de Platon, sur celle de Schelling, de Hegel, de Nietzsche, sur la scolastique médiévale et sur l'ischisme orthodoxe, en découvrant d'où peut venir le salut. Bien sûr, si elle vient, elle viendra de Dieu. Mais nous ne pouvons pas nous contenter de compter sur Lui et de ne rien faire. Nous sommes actifs, Dieu nous a créés raisonnables et doués de volonté. Il nous a créés pour être un sujet.

 

Donc, pour que Dieu nous sauve, nous devons faire quelque chose dans ce sens nous-mêmes. On ne peut pas rester assis et attendre, aller dans l'abîme. Qui doit faire l'acte décisif ? Qui est le sujet radical dans cette situation ? Où pouvons-nous le trouver ? C'est la vraie question.

 

- Quelle est la place de la Russie dans cette performance mondiale dont le coronavirus fait partie ? Sommes-nous périphériques, comme la Russie pré-révolutionnaire, ou le maillon central de cette histoire mondiale ? Qu'en pensez-vous ?

 

- Les deux sont des périphériques et le lien central. Nous sommes destinés, selon nos aînés, nos génies, fondateurs de l'État russe, le peuple russe, à jouer un rôle de premier plan dans le drame de la fin du monde et à livrer la dernière bataille à l'Antéchrist.

 

- Dans cette bataille de la fin, dont ont parlé les prophètes de l'Ancien Testament, et aujourd'hui des politologues comme Andreï Nevyatov ?

 

- Oui, dans la bataille de la fin, nous avons un rôle central, comme l'Iran et certaines autres cultures. Mais nous allons parler de nous. Je pense que la Russie est appelée à jouer ce rôle en devenant le dernier bastion de la vérité, le catechon, c'est-à-dire "ceux qui freinent l'arrivée du fils de la perdition". Dans la tradition byzantine, le Catechon était considéré comme cet empire orthodoxe basé sur une symphonie des autorités. Elle ne permet pas à l'Antéchrist, le fils de la perdition, de venir au monde. Cette idée byzantine, qui avec l'idée de Moscou - la troisième Rome - nous est venue, a formé notre conscience messianique, notre identité historique et spirituelle, notre subjectivité. C'est notre objectif. Et à ce titre, bien sûr, nous ne sommes pas une périphérie, mais le principal rempart de la confrontation et le cœur du salut, le "cœur", le "Heartland". Les reflets de ce phénomène peuvent parfois être vus à travers la Russie moderne et ressentis dans notre humeur et notre culture, parfois même dans la politique.

 

Mais d'un autre côté, nous faisons partie de la périphérie de l'Occident, si vous regardez l'éducation, la culture, et finalement l'économie, les mêmes mondialistes au pouvoir ou les libéraux...

 

- Le libéralisme nous a en fait digérés en 30 ans.

 

- Oui, donc en fait, nous sommes les deux à la fois - et un centre potentiel de résistance eschatologique, un catéchon, et une province de l'Ouest libéral, sourde et handicapée mentale. Nos libéraux incarnent exactement cette périphérie, cette gestion externe.

 

Les libéraux au pouvoir font de notre pays une province. Les capitalistes et les fonctionnaires corrompus en font une source d'extraction de fonds qu'ils pompent vers l'Ouest. C'est pourquoi nous sommes en partie une province occidentale profonde et sans cervelle. Notre éducation, notre science, notre culture, notre pouvoir, notre économie sont à la périphérie du monde global. Ce qui se passe en Amérique est donc un choc pour nos élites. Il y a une scission là maintenant. Et si les maîtres de la discorde et de la crise, les libéraux russes Smerdyakov se sentent mal à l'aise.

 

D'autre part, la Russie a une mission. Il vit dans notre peuple et peut être reconnu par certains représentants du pouvoir et de la culture. Et en tant que porteurs de la mission, en tant que transporteurs de personnes, en tant que créateurs d'une grande puissance, nous sommes le centre de la paix.

 

Autrement dit, nous sommes tous les deux. Et c'est exactement notre choix - devenir des Russes pour de vrai, être la Russie - être sa mission, la remplir ou l'échouer, en restant une périphérie insignifiante, corrompue et imitant l'Occident.

 

Il s'agit toujours du même conflit entre les Slaves et les Occidentaux du XIXe siècle, mais dans des conditions nouvelles, plus radicales et exacerbées. Une partie de ce même conflit a été résolue à l'époque soviétique parce que, d'une part, la Russie soviétique faisait partie du monde de l'Europe occidentale et, d'autre part, elle s'opposait obstinément et farouchement au capitalisme. Ainsi, les formes changent et le problème demeure.

 

Je pense que c'est un champ de bataille qui traverse le cœur de chaque personne. Le champ de bataille entre le russe au sens large - mission eurasienne et mondialisme, occidentalisme "universel".

 

La Russie ne devrait pas être ce qu'elle est aujourd'hui, mais quelque chose de radicalement différent. C'est notre vocation, notre tâche, notre but, notre mission. La Russie doit changer, se transformer, se retourner, se réveiller. Il est spirituel, et non un bouleversement politique qui doit d'abord être parfait. Tout ce qui prévaut aujourd'hui doit descendre, et tout ce qui est maintenant écrasé à la périphérie doit remonter.

 

La question de savoir comment et comment ce bouleversement spirituel aura lieu et s'il aura lieu est ouverte. Vous ne pouvez pas dire que c'est à Poutine ou à quiconque au pouvoir de décider... Le dernier mot est le vôtre, le mien, le nôtre, l'esprit - l'esprit qui est dans une position équidistante entre un individu, un groupe de personnes, ou tous. L'esprit russe.

 

 

Alexandre Douguine

 

 

http://dugin.ru

Alexandre Guélievitch Dougine (né en 1962) - éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l'Université d'État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

 

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc.

Commentaires

Ruslan Bukhovetsky
Informations très intéressantes et importantes sur le site du "Club Izborsk". Si ce n'est pas le cas de tous, au moins certains membres du site ont déjà joué un rôle positif pour notre pays au début des années 2000. Sergey Glazyev, par exemple, pour autant que je sache. Je vous recommande de lire et de prendre connaissance des informations qu'ils proposent.

Four Valery
Valery Oven
Cette interview est trop longue - on se fatigue à la lire. 
Si c'était sous forme de vidéo - c'est une autre histoire. Mais en substance. 
"Le juste vivra par la foi." C'est ce que dit le proverbe que tout le monde ne comprend pas correctement : "Dieu protège les justes". C'est-à-dire que si des balles volent à côté de quelqu'un, si des bombes tombées sous ses pieds n'explosent pas près de lui - comme dans le cas du célèbre Alexandre Pokryshkin, décrit par l'auteur dans son merveilleux livre "Le ciel de la guerre" - cela signifie qu'il est "épargné" : c'est-à-dire qu'il est sous la plus haute protection. Mais pour cela, il faut faire quelque chose pour qu'elle, la Protection, existe.
Si je crois vraiment par la Foi profonde, je n'aurai peur d'aucun virus. Et je ne me promènerai PAS en combinaison de protection, en évitant les gens, et le masque sera comme une marque noire pour moi. Les Élus ont une marque très différente sur le front, l'anti-666. C'est l'essence de la Foi du Christ : "Sans la volonté de ton Père, pas un cheveu de ta tête ne tombera de ta tête".
***
La vie commence dès qu'une âme humaine acquiert son sens supérieur. La résurrection des morts est encore à venir. La mort physique n'est pas aussi terrible que l'existence ordinaire en l'absence de Vie dans l'homme, qui se termine de toute façon par la mort. La nature se vengera encore de la "couronne de la création" parce qu'elle ne participe PAS activement au processus de sa spiritualisation. Et aucun autre moyen de protection ne lui permettra d'éviter ni le premier ni le second décès.

Pierre-Olivier Combelles (France)
Ce ne sont pas les philosophes qui sauvent le monde quand il est en danger, mais les héros.


Four Valery
Valery Oven
La foi n'est mise à l'épreuve que dans des cas extrêmes : nos ascètes spirituels le savaient. Le mot "confiance" lui-même contient une indication de l'état d'esprit et de la profondeur d'âme que l'on doit posséder pour atteindre le Saint-Esprit dans le royaume de Son absence. Mieux vaut une mort physique, mais dans une lutte spirituelle, que de "se plier au monde en mutation", ce qui est une illusion.

Alex Fedorov
Alex Fedorov
Intéressant, la combinaison antidéflagrante et le masque à gaz, c'est ironique.

Thésée et le Minotaure. Le Maestro di Tarvanelle ou Maître des Cassoni Campana. Vers 1500-1525. Musée du Petit Palais, Avignon.

Thésée et le Minotaure. Le Maestro di Tarvanelle ou Maître des Cassoni Campana. Vers 1500-1525. Musée du Petit Palais, Avignon.

Détail: Thésée tue le Minotaure dans le labyrinthe construit par Dédale pour le roi Minos et ressort grâce au fil donné par Ariane.

Détail: Thésée tue le Minotaure dans le labyrinthe construit par Dédale pour le roi Minos et ressort grâce au fil donné par Ariane.

Ce ne sont pas les philosophes qui sauvent le Monde lorsqu'il est en péril, mais les Héros.

Pierre-Olivier Combelles

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :